31 janvier 2016

Sommaire de janvier 2016

Henry VÇa s'est passé à RomeFuriePlein soleilMeurtre au soleilL'Eden et aprèsMessalineFatty groom

Henry V

(1944) de Laurence Olivier

Ça s’est passé à Rome

(1960) de Mauro Bolognini

Furie

(1936) de Fritz Lang

Plein soleil

(1960) de René Clément

Meurtre au soleil

(1982) de Guy Hamilton

L’Eden et après

(1970) de Alain Robbe-Grillet

Messaline

(1951) de Carmine Gallone

Fatty groom

(1918) de Roscoe Arbuckle

Le Bateau sur l'herbeLes nuits de la pleine luneFuryoPsychoseLa Vengeance de l'Aigle noirLa Vengeance aux deux visagesIdaLe Vent

Le Bateau sur l’herbe

(1971) de Gérard Brach

Les nuits de la pleine lune

(1984) de Eric Rohmer

Furyo

(1983) de Nagisa Ôshima

Psychose

(1960) de Alfred Hitchcock

La Vengeance de l’Aigle noir

(1951) de Riccardo Freda

La Vengeance aux deux visages

(1961) de Marlon Brando

Ida

(2013) de Pawel Pawlikowski

Le Vent

(1928) de Victor Sjöström

CartelLa Vie aquatique

Cartel

(2013) de Ridley Scott

La Vie aquatique

(2004) de Wes Anderson

Nombre de billets : 18

30 janvier 2016

Livres : parutions de janvier 2016

Livres sur le cinéma – Les sorties du mois :


Un instant de grâceTITRE : Un instant de grâce
AUTEUR : Clémence Boulouque
EDITEUR : Flammarion
SORTIE : 06 janvier 2016
SUJET : Acteur > Audrey Hepburn
1964. Dublin. Mel Ferrer, le mari d’Audrey Hepburn, organise une rencontre entre la jeune femme et celui qu’elle n’a pas vu depuis près de trente ans, Joseph, son père, qui avait abandonné sa famille pour mieux embrasser ses idéologies fascistes et dont la trace s’est perdue dans le fracas de la seconde guerre mondiale…


King VidorTITRE : King Vidor
AUTEUR : Jean-Loup Bourget et Françoise Zamour
EDITEUR : Vrin
SORTIE : 12 janvier 2016
SUJET : Réalisateur > King Vidor
Réputé pour son goût de la démesure (La Grande Parade, Duel au soleil, Le Rebelle), King Vidor a traversé les époques et les genres du cinéma hollywoodien classique. De La Foule et d’Hallelujah à Salomon et la Reine de Saba, il a marqué l’histoire du cinéma de son empreinte…


Ecrits et propos:Du cinématographe au cinémaTITRE : Ecrits et propos
… Du cinématographe au cinéma
AUTEUR : Georges Méliès
EDITEUR : Ombres
SORTIE : 08 janvier 2016
SUJET : Réalisateur > Georges Méliès
Réunit les principaux écrits et propos annotés de Georges Méliès sur le septième art.


Le mélodrame dans le cinéma contemporain : Une fabrique de peuplesTITRE : Le mélodrame dans le cinéma contemporain
… Une fabrique de peuples
AUTEUR : Françoise Zamour
EDITEUR : Presses Universitaires de Rennes
SORTIE : 07 janvier 2016
SUJET : Théorie
Apparu sur les scènes de la Révolution Française, le mélodrame, périodiquement donné pour mort, et régulièrement renaissant, n’a cessé d’infléchir la fiction populaire ou savante, depuis le XIXe siècle…


De Broadway à Hollywood : Stratégies d'importation du théâtre new-yorkais dans le cinéma classique américainTITRE : De Broadway à Hollywood
… Stratégies d’importation du théâtre new-yorkais dans le cinéma classique américain
AUTEUR : Marguerite Chabrol
EDITEUR : CNRS
SORTIE : 14 janvier 2016
SUJET : Pays > Etats-Unis
Frank Capra, Ernst Lubitsch, George Cukor, Vincente Minelli, John Huston… Tous ont puisé dans le répertoire de Broadway…


Le Monde de Jia Zhang-keTITRE : Le Monde de Jia Zhang-ke
AUTEUR : Jean-Michel Frodon
EDITEUR : Yellow Now
SORTIE : 22 janvier 2016
SUJET : Réalisateur > Jia Zhang-ke
Depuis 20 ans, le cinéma chinois connaît un développement foudroyant, en phase avec l’essor de ce pays. Nul n’incarne mieux cette évolution que le réalisateur Jia Zhang-ke, révélé en 1999 avec son premier film, Xiao-wu artisan pickpocket…


Quentin Tarantino : Un cinéma déchaînéTITRE : Quentin Tarantino
… Un cinéma déchaîné
AUTEUR : Collectif dir. Emmanuel Burdeau et Nicolas Vieillescazes
EDITEUR : Capricci
SORTIE : 22 janvier 2016
SUJET : Réalisateur > Quentin Tarantino
Sorti début 2016, Les Huit Salopards, huitième long métrage de Quentin Tarantino, renoue avec la logique du huis-clos de son premier film, Reservoir Dogs, et se mesure à nouveau au western, trois ans après Django Unchained. Les deux mots composant ce titre indiquaient un tiraillement entre dette et liberté. Le premier a une résonance cinéphile…


Luc Besson, l'homme qui voulait être aimé : La biographie non autoriséeTITRE : Luc Besson, l’homme qui voulait être aimé
… La biographie non autorisée
AUTEUR : Geoffrey Le Guilcher
EDITEUR : Flammarion
SORTIE : 13 janvier 2016
SUJET : Réalisateur > Luc Besson
À l’issue de deux ans d’enquête, Geoffrey Le Guilcher livre la première biographie du producteur-réalisateur Luc Besson…


Un père pas comme les autresTITRE : Un père pas comme les autres
AUTEUR : Emmanuelle Boidron
EDITEUR : L’Archipel
SORTIE : 27 janvier 2016
SUJET : Acteur > Roger Hanin
« J’ai pleuré en apprenant la mort de mon papa de cinéma. Pour moi, il était devenu un papa tout court. Roger Hanin était à la fois mon père, mon mentor, mon ami, mon confident et mon pilier. Il m’a aidée à grandir et à devenir la femme que je suis aujourd’hui…


Jean, Antoine, Mouchette et les autres : Sur quelques films d'enfanceTITRE : Jean, Antoine, Mouchette et les autres
… Sur quelques films d’enfance
AUTEUR : Patrick Louguet
EDITEUR : Artois Presses Université
SORTIE : 25 janvier 2016
SUJET : Les Films > Sélections de films
Jean, Antoine, Mouchette et les autres évoque de célèbres enfants de cinéma en accord avec le sous-titre sur quelques films d’enfance. Le petit Jean, c’est celui de Visages d’enfants de Jacques Feyder. Un chapitre entier lui est consacré…


La vision partielle : Ecrits sur le cinémaTITRE : La vision partielle
… Ecrits sur le cinéma
AUTEUR : Pascal Bonitzer
EDITEUR : Capricci
SORTIE : 22 janvier 2016
SUJET : Réalisateur > Pascal Bonitzer
L’ensemble de ces textes témoigne d’un parcours, d’une trajectoire d’une quinzaine d’années qui n’est pas seulement celle de l’auteur, mais aussi celle de la revue où ils ont été écrits, les Cahiers du Cinéma, depuis la rigidité théorique et idéologique du début des années 1970 jusqu’au post-modernisme des années 1980…


Critique du scénario américain:Suivi de Pour un scénario filmiqueTITRE : Critique du scénario américain
… Suivi de Pour un scénario filmique
AUTEUR : Yves Belaubre
EDITEUR : Téraèdre
SORTIE : 22 janvier 2016
SUJET : Technique > Ecriture
Le scénario américain s’est imposé comme modèle du scénario de fiction. Cette critique du scénario américain est celle de la formatisation narrative induite par les exigences externes dans la scénarisation du film à faire…


Disney, Mickey & friends:Tout l'univers à colorierTITRE : Disney, Mickey & friends
… Tout l’univers à colorier
AUTEUR : Collectif
EDITEUR : Hachette Pratique
SORTIE : 20 janvier 2016
SUJET : Un Film > Mickey
Entrez dans la peau d’un illustrateur et participez à la légende des longs métrages cultes de la maison Disney ! Retrouvez pour la première fois réunies dans un livre de coloriage les esquisses et dessins préliminaires des grands classiques, de Pinocchio au Aristochats, à compléter et à colorier.


Les meilleures répliques de cinéma aux toilettesTITRE : Les meilleures répliques de cinéma aux toilettes
AUTEUR : François Jouffa et Frédéric Pouhier
EDITEUR : Tut-Tut
SORTIE : 08 janvier 2016
SUJET : Les Films > Répliques et dialogues
Nous passons trois ans de notre vie aux toilettes, à raison de 2 min 33 en moyenne à chaque « séjour »…


Cinéma hermeticaTITRE : Cinéma hermetica
AUTEUR : Pacôme Thiellement
EDITEUR : Super 8
SORTIE : 07 janvier 2016
SUJET : Les Films > Critiques de films
En mars 2014, un photographe estonien publie les ahurissants clichés d’un cinéma égyptien abandonné au milieu du désert du Sinaï. Si la construction de l’édifice est attribuée à un excentrique homme d’affaires français du début du XXe siècle, aucun film n’y a jamais été diffusé et il a été depuis détruit…


27 janvier 2016

Henry V (1944) de Laurence Olivier

Henry VLe 1er mai 1600 à Londres, une représentation est donnée d’Henry V de William Shakespeare qui relate le triomphe du souverain anglais sur les Français à Azincourt en 1415… Henry V est la première réalisation de Laurence Olivier au cinéma. Il a trouvé des solutions très originales pour le passage du théâtre au cinéma et le résultat est assez prodigieux. Le début du film nous montre de façon presque documentaire le fonctionnement d’un petit théâtre populaire à Londres à l’époque de Shakespeare ; la caméra est très mobile, suivant les acteurs jusque dans les coulisses. Puis le champ s’élargit, nous plaçant dans un plus large décor reprenant les codes graphiques de l’époque médiévale (architectures stylisées et absence de perspectives), pour finir en décors naturels lors de la Bataille d’Azincourt. Pour cette superbe reconstitution à grand spectacle, pièce maitresse du film, Laurence Olivier a étudié l’épisode de la bataille des glaces dans Alexandre Nevski d’Eisenstein. Tourné mi-1943 et début 1944, soit à la veille du débarquement allié en Normandie, le film Henry V était conçu pour exalter le sentiment patriotique et le courage militaire. Le texte de la pièce est respecté, Laurence Olivier ayant juste supprimé quelques intrigues secondaires.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Laurence Olivier, Leslie Banks, Robert Newton, Renée Asherson
Voir la fiche du film et la filmographie de Laurence Olivier sur le site IMDB.

Voir les autres films de Laurence Olivier chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Pour diriger le film, Laurence Olivier avait contacté William Wyler pour lequel il avait tourné dans Les Hauts du Hurlevent. Wyler lui a répondu : « Si c’est Shakespeare, ce doit être vous qui dirigez ».
* La scène de la bataille d’Azincourt a fait exploser le budget prévu de plus de 50% pour s’établir à 475 000 livres, ce qui faisait alors du film la plus importante superproduction jamais réalisée en Angleterre. Heureusement pour Laurence Olivier, le succès fut au rendez-vous.
* Pour les décors du château du roi de France (Charles VI), Olivier s’est inspiré de textes médiévaux illustrés comme « Les Très Riches Heures du Duc de Berry ».
* La maquette de Londres du début du film est une maquette de 20 mètres sur 15 dont la construction demanda 4 mois.
* Vivian Leigh (alors la femme de Laurence Olivier) n’a pu interpréter la princesse Catherine comme tous deux le souhaitaient. Elle était alors sous contrat avec Selznick qui refusa de la prêter, jugeant le rôle trop petit. L’actrice ne lui a jamais pardonné.

Henry V
Laurence Olivier dans Henry V de Laurence Olivier

Autre adaptation marquante de la pièce :
Henry V de Kenneth Branagh (1989).

25 janvier 2016

Ça s’est passé à Rome (1960) de Mauro Bolognini

Titre original : « La giornata balorda »

Ça s'est passé à RomeDavid Saraceno est un jeune chômeur d’un quartier populaire qui cherche un emploi stable pour pouvoir épouser une jeune fille avec laquelle il vient d’avoir un enfant. Il se rend dans le centre de Rome et va rencontrer des personnes de divers milieux au cours d’une journée particulièrement chargée… Ça s’est passé à Rome est un film assez rare de Mauro Bolognini. Tiré des Nouvelles Romaines d’Alberto Moravia, le scénario a été écrit par Pier Paolo Pasolini (*). Ça s’est passé à Rome est ainsi dans le même esprit que Les Garçons (1959) : le film est ancré dans le néo-réalisme mais avec une certaine recherche esthétique et une approche similaire à celle de la Nouvelle Vague. La caméra est mobile, tournant le plus souvent en décors naturels, et nous suivons les déambulations de ce jeune romain, avec pour accompagnement la musique jazz de Piero Piccioni. A la différence des héros du film Les Garçons, le jeune David désire trouver un vrai travail honnête et durable mais, balloté entre les bureaux et les vagues promesses, il va découvrir la corruption de la société et même une certaine injustice. Lui-même oscille encore entre l’insouciance de la jeunesse avec ses quêtes amoureuses et le sentiment de responsabilité de père d’un nouveau-né. C’est le français Jean Sorel qui incarne avec une belle présence ce jeune aspirant à une vie meilleure. Le film fut mutilé et interdit en Italie, officiellement pour « amoralité » mais surtout parce qu’il était contraire aux valeurs que le gouvernement italien cherchait à insuffler.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Jean Sorel, Lea Massari, Jeanne Valérie
Voir la fiche du film et la filmographie de Mauro Bolognini sur le site IMDB.

Voir les autres films de Mauro Bolognini chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* La scène d’ouverture du film est absolument superbe : il s’agit un lent traveling-avant en contre-plongée (quasi-verticale) entre deux rangées d’immeubles populaires reliées par des passerelles à chaque étage et le linge à sécher, avec les gens qui s’interpellent, certains habitants regardant la caméra depuis les passerelles, le tout sur la musique de Piero Piccioni. L’image est à la fois imposante et fascinante… un spectacle impressionnant. Magistral.

(*) Pasolini a écrit pour Bolognini pour quatre films entre 1958 et 60 : Les Jeunes Maris, Les Garçons, Ça s’est passé à Rome et Le Bel Antonio. Il est ici assisté de Marco Visconti (aucune relation de parenté avec le réalisateur Luchino Visconti).

Ca s'est passé à Rome
Jeanne Valérie et Jean Sorel dans Ça s’est passé à Rome de Mauro Bolognini

Ca s'est passé à Rome
Jean Sorel (ci-dessus) a de quoi troubler Lea Massari (ci-dessous) dans Ça s’est passé à Rome de Mauro Bolognini…
Ca s'est passé à Rome

23 janvier 2016

Furie (1936) de Fritz Lang

Titre original : « Fury »

FurieEn route pour rejoindre sa fiancée, Joe Wilson est arrêté sur une route secondaire. A cause d’un détail, il est soupçonné de faire partie d’un gang qui a enlevé une petit fille. Rapidement, la petite ville est en émoi, excitée par quelques meneurs qui accusent les autorités de protéger un meurtrier. Une foule hystérique attaque la prison et la brûle… Fury est le premier film américain de Fritz Lang. Le cinéaste allemand avait été appelé à Hollywood par David Selznick pour faire un remake de Docteur Mabuse mais le projet n’avait abouti. C’est le jeune (27 ans) producteur Joseph L. Mankiewicz (qui fut producteur avant d’être réalisateur) qui a insisté auprès de Louis B. Mayer pour que la réalisation de Fury lui soit confiée. L’histoire s’inspire d’un authentique fait divers, un lynchage en Caroline du Nord, un sujet qui fut difficile à faire accepter. Le tournage fut tout aussi difficile, le très exigeant Fritz Lang ayant un peu du mal à se plier aux règles syndicales américaines, Spencer Tracy prenant souvent le parti des techniciens et des acteurs contre lui. Le résultat n’en est pas moins un film d’une belle puissance, qui aborde de façon frontale deux thèmes forts : d’une part la violence collective de la foule, l’effet d’entrainement, le populisme, l’absence d’intelligence des mouvements de foule et d’autre part le désir de vengeance qui transforme ici la victime en bête sauvage. Le film fut très bien reçu par la critique mais n’eut, on s’en doute, que peu de succès auprès du public. Il met, en effet, en relief certains défauts du comportement humain. Toutefois, le film n’est en aucune façon austère et la mise en scène est parfaitement maitrisée.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Sylvia Sidney, Spencer Tracy, Walter Abel, Bruce Cabot, Walter Brennan
Voir la fiche du film et la filmographie de Fritz Lang sur le site IMDB.

Voir les autres films de Fritz Lang chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Fritz Lang

Fury
Sylvia Sidney et Spencer Tracy dans Furie de Fritz Lang.

Fury
L’image la plus célèbre de Furie de Fritz Lang : Specer Tracy regardant avec effroi par la fenêtre de sa prison une foule venue pour le lyncher.

Homonyme :
Furie (The Fury) de Brian de Palma (1978) avec Kirk Douglas, John Cassavetes.

21 janvier 2016

Plein soleil (1960) de René Clément

Plein soleilLe jeune Tom Ripley est payé par un milliardaire américain de convaincre son fils, qui mène une vie oisive et dépensière en Italie, de rentrer chez lui. Il devient son ami et accepte apparemment de subir ses sautes d’humeur et ses humiliations. En réalité, il envie sa vie facile, sa fiancée, son argent… Plein soleil est adapté d’un roman de Patricia Highsmith Monsieur Ripley. Pour en écrire l’adaptation, René Clément travaille avec Paul Gégauff, très lié à la Nouvelle Vague dont l’influence est assez nette sur le film, ne serait-ce que dans les scènes extérieures, souvent tournées in-situ.
L’histoire s’attarde d’ailleurs autant sur la langueur des personnages et les corps bronzés par le soleil que sur l’intrigue policière elle-même. Plein soleil Les images d’Henri Decae sont très belles, magnifiées par le décor naturel de l’île d’Ischia (au large de Naples). Alain Delon, alors âgé de 24 ans à peine, y fait une remarquable prestation, son charme naturel rendant son personnage complexe : d’haïssable, il devient séduisant et l’histoire devient ainsi assez troublante. Le film va vraiment lancer sa carrière. Plein soleil est un très beau film de René Clément mais il ne fait pas l’unanimité : ses détracteurs lui reprochent d’être trop accès sur le magnétisme des comédiens et une mise en retrait de l’intrigue. Le film me semble plutôt à considérer comme un ensemble, un très bel ensemble.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Alain Delon, Maurice Ronet, Marie Laforêt
Voir la fiche du film et la filmographie de René Clément sur le site IMDB.

Voir les autres films de René Clément chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur René Clément

Remarques :
* Romy Schneider fait une petite apparition au début du film. L’actrice (déjà très célèbre) a ainsi une courte scène avec son fiancé, Alain Delon.
* Autre adaptation :
Le Talentueux Mr Ripley (The Talented Mr. Ripley) d’Anthony Minghella (1999)

Plein soleil
Maurice Ronet, Marie Laforêt et Alain Delon dans Plein soleil de René Clément.

20 janvier 2016

Mort d’Ettore Scola

Gente di RomaJ’ai été particulièrement attristé d’apprendre la mort d’Ettore Scola, un grand monsieur du cinéma italien dont les films ont accompagné ma jeunesse cinéphilique. Il n’avait pas son pareil pour mêler comédie et peinture sociale, ce mélange si particulier qui rend le cinéma italien unique.

Je n’ai hélas que 10 de ses films chroniqués sur ce blog ;  il y en a beaucoup d’autres que j’aimerais revoir…

Voir les films de Ettore Scola chroniqués sur ce blog…

Voir la filmographie de Ettore Scola sur le site imdb.com.

Voir les livres sur Ettore Scola

 

19 janvier 2016

Meurtre au soleil (1982) de Guy Hamilton

Titre original : « Evil Under the Sun »

Meurtre au soleilChargé de retrouver un diamant de grande valeur, Hercule Poirot se retrouve dans un hôtel de luxe sur une île de l’Adriatique. C’est là que séjourne l’actrice Arlena Marshall à qui un milliardaire avait donné le bijou… Librement adapté par Anthony Shaffer du roman Evil Under the Sun, Meurtre au soleil permet de se replonger dans l’atmosphère si séduisante des histoires d’Agatha Christie. Et, comme souvent dans les productions anglaises, la qualité de l’interprétation y est excellente. Hélas, l’histoire semble avoir pâti de cette réécriture totale. La mise en place est interminable, le meurtre promis n’apparaissant qu’à la moitié du film, et lorsque l’on connait le fin mot de l’histoire, celle-ci paraît totalement improbable. Peter Ustinov appuie fortement le côté débonnaire de son personnage, Diana Riggs (ici dans l’une de ses rares apparitions au cinéma) est assez éblouissante dans son rôle de star égocentriste et Maggie Smith fait également une belle prestation en sémillante hôtelière. Meurtre au soleil est loin d’être aussi convaincant que Mort sur le Nil (1978) auquel il est censé faire suite.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Peter Ustinov, Diana Rigg, Jane Birkin, Nicholas Clay, Maggie Smith, Roddy McDowall, James Mason, Colin Blakely
Voir la fiche du film et la filmographie de Guy Hamilton sur le site IMDB.

Voir les autres films de Guy Hamilton chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Guy Hamilton est surtout connu pour avoir tourné plusieurs films de la série des James Bond : Goldfinger (1964) et plusieurs autres dans les années 70.
* Le film a été tourné à Majorque.

Meurtre au soleil
Nicholas Clay et Diana Riggs dans Meurtre au soleil de Guy Hamilton

Autre adaptation du même roman :
Agatha Christie’s Poirot – Evil Under the Sun de Brian Farnham (2002) pour la télévision (dans le cadre d’une série).

17 janvier 2016

L’Eden et après (1970) de Alain Robbe-Grillet

L'éden et aprèsDes étudiants ont l’habitude de se réunir dans le vaste café L’Eden à l’esthétique moderne, où les parois sont faites de verre ou de murs de couleur. Pour tromper l’ennui, ils organisent des jeux érotiques ou faussement violents. Un bel homme, qui dit revenir d’Afrique, va leur proposer de nouvelles expériences hallucinatoires… L’Eden et après est le quatrième long métrage d’Alain Robbe-Grillet. Il en a bien entendu écrit le scénario. Il nous propose là une sorte de voyage, un rêve éveillé, qui va nous faire suivre une jeune fille dans ses aventures dans le désert tunisien. Alain Robbe-Grillet casse les codes narratifs classiques, pour offrir une histoire pleine de miroirs et de faux-semblants, avec des personnages doubles et une logique d’enchaînements plus proche du rêve que de la réalité. Le film devient rapidement fascinant, les images sont de toute beauté, Alain Robbe-Grillet jouant joliment avec les décors et les couleurs, ou profitant des lignes épurées et lumineuses des maisons de l’île de Djerba. Il a aussi pimenté l’ensemble d’un érotisme très libéré, ses belles héroïnes sont court vêtues et ses fantasmes apparaissent ici et là… L’ensemble est assez envoutant.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Catherine Jourdan, Pierre Zimmer, Richard Leduc
Voir la fiche du film et la filmographie de Alain Robbe-Grillet sur le site IMDB.
Voir les livres sur Alain Robbe-Grillet

Remarques :
* Alain Robbe-Grillet a monté l’ensemble totalement différemment pour réaliser le film N. a pris les dés (on remarquera l’anagramme) pour l’ORTF, film d’une durée de 79 minutes soit 20 de moins.

L'Eden et après
Catherine Jourdan dans L’Eden et après de Alain Robbe-Grillet

16 janvier 2016

Messaline (1951) de Carmine Gallone

Titre original : « Messalina »

MessalineMariée à l’empereur Claude, l’impératrice Messaline ne cesse d’intriguer en coulisses et collectionne les amants qu’elle n’hésite pas à faire tuer s’ils deviennent gênants… Carmine Gallone est un cinéaste italien prolifique dont certains films furent des piliers du cinéma fasciste, tel son fameux Scipion l’Africain (1937). Il revient au péplum(1) avec ce Messaline, une production italo-franco-espagnole de l’Après-guerre, film moins chargé d’idéologie. La distribution est aussi cosmopolite que la production puisqu’aux côtés des acteurs italiens, on note la présence de plusieurs acteurs français et le premier rôle est assez brillamment tenu par la grande star mexicaine Maria Félix. L’histoire est hélas assez répétitive et l’on se lasse rapidement des intrigues politiques et amoureuses de la belle impératrice. Une longue séquence reconstitue le grand spectacle des jeux du cirque avec combats de gladiateurs et courses de chevaux. Le film connut un grand succès en Italie à sa sortie.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: María Félix, Georges Marchal, Memo Benassi, Jean Tissier, Jean Chevrier, Michel Vitold
Voir la fiche du film et la filmographie de Carmine Gallone sur le site IMDB.

(1) A noter, qu’en 1951, le mot « péplum » n’était pas encore utilisé. Il apparaitra peu après, les années cinquante étant la grande décennie du péplum.

Messaline
María Félix est l’impératrice Messaline dans le film de Carmine Gallone.

Voir aussi :
Messaline (Messalina Venere imperatrice) de Vittorio Cottafavi (1960).