19 janvier 2023

Piccolo corpo (2021) de Laura Samani

Piccolo corpoNord-est de l’Italie, région Frioul-Vénétie julienne, 1900. Le bébé de la jeune Agata est mort-né et ainsi condamné à errer dans les Limbes. Un homme lui parle d’un endroit dans les montagnes où son bébé pourrait être ramené à la vie, le temps d’un souffle, pour être baptisé. Agata entreprend seule ce voyage et rencontre Lynx, qui lui offre son aide…
Piccolo corpo est un film italien co-écrit et réalisé par Laura Samani, son premier long métrage. Il s’agit d’une histoire qui se situe entre la chronique réaliste et le fantastique alimenté par un mysticisme religieux. Le sujet est original mais basé sur des éléments réels : de tels sanctuaires existaient « partout dans les Alpes (en France on en comptait presque deux cents) » (1). L’obstination de la jeune Agata émeut et finit par nous conquérir. La réalisatrice donne également à sa quête une dimension de parcours initiatique vers une émancipation féminine. L’atmosphère est légèrement irréelle et tend à abolir la frontière entre le réel et le mystique (2). Filmé dans les dialectes frioulan et vénète, une certaine nostalgie de l’Italie d’avant son unification est perceptible. Piccolo corpo est un film très particulier qui mérite d’être découvert.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Celeste Cescutti, Ondina Quadri
Voir la fiche du film et la filmographie de Laura Samani sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

(1) Assez surpris (et, je l’avoue, un peu sceptique) par cette affirmation de la réalisatrice relayée par le dossier de presse, j’ai trouvé cette étude de Jacques Gélis  qui précise : « Des milliers et des milliers d’embryons et d’enfants à terme ont été ainsi exposés et ont donné des « signes de vie » entre le XIVe et le XIXe siècle dans des dizaines et des dizaines de sanctuaires en France, en Belgique, en Suisse, en Autriche, en Allemagne du sud et en Italie du nord. » (Techniques et culture, n° 60, 2013/1).
La page Wikipédia sur les « Sanctuaires à répit » cite des nombres précis : 277 en France entre le XIIIe siècle et le début du XXe.

(2) Note d’intention de Laura Samani :
« Dans le film, Dieu ne se trouve ni dans les miracles ni dans les prières, ni même dans les dogmes qui divisent la vie après la mort en paradis, enfer et limbes. Dieu existe à un autre niveau : chez Lynx qui ne croit en rien et n’est donc pas touché par le postulat initial du miracle ; chez Agata qui exploite sa colère afin de redessiner les frontières du possible ; et dans la relation entre ces deux points de vue solitaires qui sont, pendant un instant, moins douloureux. La frontière est ténue entre la vie et la mort, la réalité et la magie, les possibilités que l’on a espérées et le temps qui nous reste. » (Extrait du dossier de presse)

Piccolo corpoOndina Quadri et Celeste Cescutti dans Piccolo corpo de Laura Samani.

18 décembre 2022

Mon frère est fils unique (2007) de Daniele Luchetti

Titre original : « Mio fratello è figlio unico »

Mon frère est fils unique (Mio fratello è figlio unico)Dans les années 1960 et 1970, le jeune Accio, en colère contre « toutes les injustices » et se sentant mal-aimé par sa famille, adhère à un parti fasciste alors que son frère est militant communiste. Ils vont suivre des chemins différents tout en restant proches…
Mon frère est fils unique est un film italien de Daniele Luchetti. Il est adapté du livre autobiographique d’Antonio Pennacchi, Il fasciocomunista (= le facho-communiste). Comme le souligne le réalisateur, ce n’est toutefois pas un film politique, « c’est un film qui parle d’êtres humains qui aiment, qui souffrent, qui rient et qui font aussi de la politique ». Effectivement, la rivalité entre les deux frères reflète les conflits sociaux et politiques de l’époque sans que le réalisateur prenne parti. En outre, les deux frères sont amoureux de la même femme. Le récit est assez subtil et délicat, porté par une excellente interprétation. Cette chronique assez attachante, laissait augurer d’un renouveau du cinéma italien, a été bien accueillie par la critique.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Elio Germano, Riccardo Scamarcio, Angela Finocchiaro, Alba Rohrwacher, Luca Zingaretti
Voir la fiche du film et la filmographie de Daniele Luchetti sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Mon frère est fils unique (Mio fratello è figlio unico)

Elio Germano et Riccardo Scamarcio dans Mon frère est fils unique (Mio fratello è figlio unico) de Daniele Luchetti.

4 novembre 2022

Mimi métallo blessé dans son honneur (1972) de Lina Wertmüller

Titre original : « Mimì metallurgico ferito nell’onore »

Mimi métallo blessé dans son honneur (Mimì metallurgico ferito nell'onore)Carmelo Mardocheo, surnommé Mimì, un brave ouvrier sicilien, refuse de plier aux règles de la mafia. Privé de travail à cause de ses sympathies pour le parti communiste, il s’exile à Turin, laissant derrière lui sa femme. Devenu métallo, Mimi fait la connaissance de Fiore, jeune femme engagée dont il tombe fou amoureux. C’est alors que la mafia le rapatrie en Sicile car sa femme a une liaison avec un douanier local…
Mimi métallo blessé dans son honneur est un film italien écrit et réalisé par Lina Wertmüller. Il s’agit d’une comédie centrée sur le comportement du mâle italien, plus précisément du mâle sicilien. Dans ses meilleurs moments, le film peut évoquer Divorce à l’italienne mais Lina Wertmüller n’a pas le talent de Pietro Germi. Outre son usage immodéré du zoom et autres effets de caméra (endémiques, il est vrai, du cinéma des années soixante-dix), elle force trop le trait vers la caricature et même le grotesque dans son désir de choquer les esprits (la scène de l’accouplement de Mimì avec la femme du douanier en est le meilleur exemple). Le propos manque de subtilité mais l’ensemble reste amusant. Le film fut un très gros succès (mais pas en France).
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Giancarlo Giannini, Mariangela Melato, Agostina Belli, Luigi Diberti, Elena Fiore
Voir la fiche du film et la filmographie de Lina Wertmüller sur le site IMDB.

Voir les autres films de Lina Wertmüller chroniqués sur ce blog…

Mimi métallo blessé dans son honneur (Mimì metallurgico ferito nell'onore)Mariangela Melato, Giancarlo Giannini et Agostina Belli dans Mimi métallo blessé dans son honneur (Mimì metallurgico ferito nell’onore) de Lina Wertmüller.

23 septembre 2022

Benedetta (2021) de Paul Verhoeven

BenedettaDans l’Italie du XVIIe siècle, la jeune Benedetta Carlini est emmenée au couvent de la ville de Pescia pour devenir nonne. Elle devient une religieuse dévote qui a des visions de Jésus l’appelant à le rejoindre et la sauvant de dangers. Benedetta est chargée de superviser l’intégration d’une jeune fille pauvre et sans instruction au sein du couvent…
Benedetta est un film français réalisé par Paul Verhoeven. Il en a écrit le scénario avec l’américain David Birke (auteur du scénario de Elle en 2016). Le récit est basé sur une histoire vraie mais c’est la possibilité de le rendre sulfureux qui semble avoir intéressé le réalisateur. La communication a d’ailleurs été faite en ce sens. En outre, il a ajouté une touche de grotesque dans beaucoup de scènes qui ajoute à l’artificialité de l’ensemble. Sans que son jeu soit en cause, Virginie Efira n’est pas vraiment crédible, elle paraît trop propre, trop moderne. Tout cela n’est pas très intéressant et les 2 heures 11 de projection paraissent bien longues. La critique a bien accueilli Benedetta, le public un peu moins.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Virginie Efira, Charlotte Rampling, Daphne Patakia, Lambert Wilson, Olivier Rabourdin
Voir la fiche du film et la filmographie de Paul Verhoeven sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Paul Verhoeven chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Paul Verhoeven

BenedettaVirginie Efira dans Benedetta de Paul Verhoeven.

23 juillet 2022

Au diable la misère (1945) de Gennaro Righelli

Titre original : « Abbasso la miseria! »

Au diable la misère (Abbasso la miseria!)A Rome, au lendemain de la Guerre, Nannina rêve de bien-être matériel. Elle reproche à son mari Giovanni, chauffeur de camion, de ne pas avoir le flair et la débrouillardise de son ami et voisin qui a su s’enrichir grâce au marché noir. Lors d’un déplacement à Naples, Giovanni prend sous son aile Nello, un enfant orphelin de mère et abandonné…
Gennaro Righelli fait partie de ces réalisateurs italiens oubliés. Il n’a pas laissé de grandes traces mais on le cite parfois pour avoir codifié les règles du drame mondain à l’époque du muet ou encore pour avoir tourné le premier film parlant italien en 1930. En fin de carrière, il a réalisé un diptyque qui s’inscrit dans la veine néoréaliste naissante : Au diable la misère (1945) et Au diable la richesse (1946), tous deux avec Anna Magnani. Dans ce premier film, il fustige l’esprit de « débrouillardise » qui pousse au marché noir et à l’escroquerie. Loin de toute caricature, le portrait des deux couples est mesuré, très réaliste. L’humour est bien présent, l’équilibre entre comédie et réalisme est parfait. Le jeu des acteurs (y compris Anna Magnani) est sans excès. Le film dresse également un portrait de l’Italie de 1945, certaines scènes sont tournées dans les rues de Rome et de Naples et montrent l’ampleur des destructions. Au diable la misère est un film qui mériterait d’être plus connu.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Anna Magnani, Nino Besozzi, Virgilio Riento, Marisa Vernati, Vito Annichiarico
Voir la fiche du film et la filmographie de Gennaro Righelli sur le site IMDB.

Voir les autres films de Gennaro Righelli chroniqués sur ce blog…

Au diable la misère (Abbasso la miseria!)Anna Magnani et Vito Annichiarico dans Au diable la misère (Abbasso la miseria!) de Gennaro Righelli.
Au diable la misère (Abbasso la miseria!)Nino Besozzi, Vito Annichiarico et Virgilio Riento dans Au diable la misère (Abbasso la miseria!) de Gennaro Righelli.

21 juin 2022

Les Basilischi (1963) de Lina Wertmüller

Titre original : « I basilischi »

Les Basilischi (I basilischi)Francesco, Sergio et Antonio sont trois jeunes hommes privilégiés qui vivent dans la ville provinciale de Minervino Murge en Italie, située entre les Pouilles et la Basilicate : le film est un portrait de leur vie trop imprégnée d’apathie et de provincialisme pour leur donner envie de partir vers d’autres destinations…
Les Basilischi (= Les Lézards) est un film italien sorti en 1963 mais que l’on n’a pu découvrir en France qu’à l’occasion de sa restauration en 2022. C’est le premier film de Lina Wertmüller, cinéaste italienne issue d’une famille de la haute aristocratie suisse. Elle en a écrit le scénario. La réalisatrice est alors très marquée par Fellini dont elle a été l’assistante sur 8 et ½. Le film est une chronique sociale centrée sur le quotidien de trois amis qui sont enfermés dans une société sclérosée où tout se sait, où rien ne bouge. Ils ne peuvent rencontrer une jeune fille sans respecter des règles compliquées et toute tentative libératrice est vouée à l’échec. En revanche, la parole est partout, on parle beaucoup mais on ne fait rien. Malgré la noirceur du constat, l’humour n’est pas absent, placé ici et là avec parcimonie. C’est un portrait social dont le ton paraît très juste. Les films ultérieurs de la réalisatrice ne présenteront pas toujours ces mêmes qualités.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Antonio Petruzzi, Stefano Satta Flores, Sergio Ferranino
Voir la fiche du film et la filmographie de Lina Wertmüller sur le site IMDB.

Les Basilischi (I basilischi)Sergio Ferranino, Stefano Satta Flores et Antonio Petruzzi dans Les Basilischi (I basilischi) de Lina Wertmüller.

20 mai 2022

Michel-Ange (2019) de Andreï Konchalovsky

Titre original : « Il peccato »

Michel-Ange (Il peccato)Rome 1512. Michel-Ange termine le plafond de la Chapelle Sixtine mais il est très en retard sur ses autres commandes et les querelles entre les Medecis et les Della Rovere rendent ses choix de plus en plus difficiles…
Michel-Ange (Il peccato, littéralement « Le Péché ») est un film russo-italien coécrit, coproduit et réalisé par Andreï Kontchalovski. Plutôt que réaliser une biographie classique, le cinéaste russe s’est attaché à recréer l’environnement dans lequel Michel-Ange exerçait son art et ses relations avec le pouvoir en place. Il souligne le fort contraste entre la beauté de ses créations et les conditions sordides dans lesquelles il vivait ou encore le peu de noblesse des sentiments humains (jalousie de ses confrères, barbarie des gens de pouvoir). A aucun moment, Kontchalovski ne montre le processus de création, en revanche il s’attache à en détailler les à-côtés. Le morceau de choix du film est une séquence qui nous fait suivre, étape par étape, le transport dangereux d’un monumental bloc de marbre, depuis les hauteurs des montagnes de Carrare. L’artiste est décrit comme un être angoissé et tourmenté. Par extension, le film peut apparaître un peu oppressant. Il est certainement trop long, donnant une trop grande place aux luttes de pouvoir entre les deux familles nobles. Andreï Kontchalovski a tourné en italien avec des acteurs majoritairement non-professionnels.
Elle: 2 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Alberto Testone, Jakob Diehl, Adriano Chiaramida
Voir la fiche du film et la filmographie de Andreï Konchalovsky sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les livres sur Andreï Konchalovsky

Michel-Ange (Il peccato)Alberto Testone dans Michel-Ange (Il peccato) de Andreï Konchalovsky.

Remarque :
* Andreï Kontchalovski a été co-scénariste du très beau film Andreï Roublev (1966) d’Andreï Tarkovski qui se situait dans le même esprit.

1 mai 2022

Au diable la richesse (1946) de Gennaro Righelli

Titre original : « Abbasso la ricchezza! »

Au diable la richesse (Abbasso la ricchezza!)Grâce au marché noir, une marchande de primeurs que la guerre a laissée veuve devient très riche. Elle quitte sa boutique et s’installe avec sa sœur dans une magnifique villa qui appartenait à un comte désormais ruiné. Son ambition est de s’intégrer à la haute société…
Gennaro Righelli fait partie de ces réalisateurs italiens oubliés. Il n’a pas laissé de grandes traces mais on le cite parfois pour avoir codifié les règles du drame mondain à l’époque du muet ou encore pour avoir tourné le premier film parlant italien en 1930. En fin de carrière, il a réalisé un diptyque qui s’inscrit dans la veine néoréaliste naissante : Au diable la misère (1945) et Au diable la richesse (1946), tous deux avec Anna Magnani. Dans ce second film, il fustige l’attrait de l’argent et l’aspiration à s’élever socialement en tournant le dos à ses origines. Ce qui va arriver à cette femme est assez prévisible mais le film reste intéressant par la peinture de la société italienne de l’après-guerre. Avec son exubérance habituelle, Anna Magnani campe un personnage doté d’une forte présence. Face à elle, Vittorio De Sica montre une belle noblesse de sentiments.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Anna Magnani, Vittorio De Sica, Virgilio Riento, Laura Gore
Voir la fiche du film et la filmographie de Gennaro Righelli sur le site IMDB.

Au diable la richesse (Abbasso la ricchezza!)Virgilio Riento, Anna Magnani, Guiseppe Porelli et Vittorio De Sica dans Au diable la richesse (Abbasso la ricchezza!) de Gennaro Righelli.

30 mars 2022

Le Célibataire (1955) de Antonio Pietrangeli

Titre original : « Lo scapolo »

Le Célibataire (Lo scapolo)Paolo Anselmi est célibataire et il entend bien le rester. Il court les femmes et voudrait multiplier les aventures. Mais la vie de Paolo est solitaire et toutes ses tentatives de séduction ne sont pas couronnées de succès…
Le Célibataire est un film italien réalisé par Antonio Pietrangeli. Il en a coécrit le scénario avec Ruggero Maccari et Ettore Scola. Alberto Sordi était déjà assez connu et commençait à enchaîner les tournages. Ici, son personnage est celui qu’il interprétera si souvent, un « italien moyen » un peu lâche et plutôt pitoyable. Le propos fustige le machisme ambiant, le refus du mariage reposant sur la crainte de perdre une liberté fantasmée, nourrie par les affabulations et récits d’aventures. Si le thème général paraît bien classique, il faut garder à l’esprit que nous sommes en 1955, donc au tout début de la grande époque de la comédie italienne. Le scénario est assez libre dans les enchainements de scènes, l’ensemble manque parfois un peu de liant ; ce sont des tranches de vie. Le film peine à s’envoler et reste assez mineur, mais sa date de sortie pousse à une certaine indulgence.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Alberto Sordi, Sandra Milo, Nino Manfredi, Madeleine Fischer
Voir la fiche du film et la filmographie de Antonio Pietrangeli sur le site IMDB.

Voir les autres films de Antonio Pietrangeli chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Antonio Pietrangeli

Remarque :
* Alberto Sordi est resté célibataire toute sa vie.

Le Célibataire (Lo scapolo)Alberto Sordi dans Le Célibataire (Lo scapolo) de Antonio Pietrangeli.

12 janvier 2022

Le Retour de Don Camillo (1953) de Julien Duvivier

Le Retour de Don CamilloLe curé Don Camillo s’est vu retirer la charge de sa paroisse Brescello et a été exilé dans un village perdu pour avoir frappé son rival, mais néanmoins ami, Peppone, le maire communiste. Mais l’absence de Don Camillo se fait vite sentir dans le village…
Le Retour de Don Camillo est un film franco-italien réalisé par Julien Duvivier. C’est le deuxième film de la série basée sur le personnage créé par le romancier italien Giovannino Guareschi. Le scénario est une fois encore l’œuvre de Duvivier et de René Barjavel. Bien qu’il l’ait été tourné presque dans la foulée du Petit Monde de don Camillo, il en diffère assez nettement. L’humour est bien entendu toujours là, avec les savoureuses prises de bec entre Don Camillo et Peppone, mais le ton est plus grave et aussi plus profond. L’exil de Don Camillo dans un village brumeux perché sur une montagne prend des allures de désolation. Les intempéries sont aussi très présentes dans tout le récit avec des pluies diluviennes suivies de spectaculaires inondations (filmées lors des crues du Pô de l’hiver 1952-1953). La marque de Duvivier est indubitablement plus présente sur ce deuxième film qui connut un aussi grand succès que le premier. Julien Duvivier refusera de continuer la série alors que Fernandel et Gino Cervi seront bien décidés à poursuivre.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Fernandel, Gino Cervi, Arturo Bragaglia, Édouard Delmont, Alexandre Rignault
Voir la fiche du film et la filmographie de Julien Duvivier sur le site IMDB.

Voir les autres films de Julien Duvivier chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Julien Duvivier

 Le Retour de Don CamilloGino Cervi et Fernandel dans Le Retour de Don Camillo de Julien Duvivier.

Remarques :
* Duvivier avait prévu de faire mourir Don Camillo dans ce deuxième film mais il dût rapidement renoncer face au tollé de l’auteur, de Fernandel et des producteurs !
* Signe de la formidable popularité du précédent volet : pendant le tournage, Fernandel a été invité par le pape Pie XII. Il s’est rendu à Rome pour le rencontrer avec sa fille Janine.

 Le Retour de Don CamilloGino Cervi et Fernandel dans Le Retour de Don Camillo de Julien Duvivier.