13 octobre 2019

Le Cheval de fer (1924) de John Ford

Titre original : « The Iron Horse »

Le Cheval de fer (The Iron Horse)Le tout jeune Davy Brandon assiste impuissant à la mort de son père, un géomètre visionnaire, tué par un indien qui n’a plus que deux doigts à une main. Plus tard (en 1863), il participe au grand rêve de son père : le chantier de la première ligne transcontinentale de chemin de fer…
Pour répliquer au grand succès de la Paramount, La Caravane vers l’Ouest (The Covered Wagon, 1923) de James Cruze, la Fox décide de mettre en chantier un grand film qui raconte la construction du chemin de fer et en confie la concrétisation à John Ford. Le réalisateur de 29 ans va confirmer ses qualités pour mener des grandes équipes : cinq mille figurants dont huit cents Indiens, deux mille chevaux, mille trois cents bisons, dix mille têtes de bétail. On lui prête également deux locomotives d’époque dont l’une avait participé au chantier. Le tournage dans le Nevada se fit dans des conditions rudimentaires proches de celles des pionniers de la ligne, sous un climat très rude. John Ford s’attache à bien restituer la dimension historique de son récit, avec notamment la présence de Lincoln, tout en introduisant une histoire de vengeance personnelle. Les images de multitudes, que ce soient les hommes ou les animaux en vastes troupeaux, sont impressionnantes et très belles, le cinéaste montre déjà son talent pour utiliser graphiquement les grands espaces et les lignes de cavaliers. Son film n’est pas sans défaut mais sa maitrise de la mise en scène est déjà remarquable. Le film fut un très gros succès pour la Fox et a participé au regain de popularité des westerns.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: George O’Brien, Madge Bellamy
Voir la fiche du film et la filmographie de John Ford sur le site IMDB.

Voir les autres films de John Ford chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur John Ford

Le Cheval de fer (The Iron Horse) Le Cheval de fer (The Iron Horse) de John Ford.

Le Cheval de fer (The Iron Horse)George O’Brien et Madge Bellamy dans Le Cheval de fer (The Iron Horse) de John Ford.

Remarque :
* John Ford a déjà 50 réalisations à son actif quand il tourne The Iron Horse.
* Premier film de John Ford avec George O’Brien.

Le Cheval de fer (The Iron Horse)Comme Fred Niblo pour Ben-Hur, John Ford n’hésite pas à s’enterrer avec la caméra pour filmer le passage d’un troupeau
dans Le Cheval de fer (The Iron Horse).

10 octobre 2019

Le Corps de mon ennemi (1976) de Henri Verneuil

Le Corps de mon ennemiAprès avoir passé sept années derrière les barreaux, François Leclercq revient dans sa ville du nord de la France pour trouver les véritables coupables du crime dont il a été accusé. Il était amoureux de la fille d’un baron du textile…
Le Corps de mon ennemi est l’adaptation d’un roman de Félicien Marceau qui a participé à l’écriture. Le plus original dans le film d’Henri Verneuil est sa construction : le récit fait intervenir de très nombreux flashbacks en fonction des personnages qu’il rencontre au présent. Les morceaux de son histoire se recollent ainsi peu à peu, de façon un peu laborieuse, il faut bien l’avouer. La faiblesse du film est dans l’histoire en elle-même qui n’évolue guère et cette peinture de la bourgeoisie qui se voulait acerbe est finalement bien fade. Certaines scènes sont néanmoins savoureuses, telles celles du repas mondain ou du travesti. Les dialogues de Michel Audiard n’ont rien de remarquable. Malgré un beau plateau d’acteurs et la solide réalisation d’Henri Verneuil, le film peine à se montrer intéressant.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Jean-Paul Belmondo, Bernard Blier, Marie-France Pisier, Daniel Ivernel, François Perrot, Nicole Garcia
Voir la fiche du film et la filmographie de Henri Verneuil sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Henri Verneuil chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Henri Verneuil

Remarques :
* Pour éviter le délicat problème de rajeunir Jean-Paul Belmondo dans les flashbacks, Henri Verneuil fait dire à son personnage : « Dans ce bric-à-brac de la mémoire, chaque fois que l’on essaie de se souvenir du jeune homme que l’on était, on se revoit avec la tête de l’homme d’aujourd’hui. » Cette pirouette (un peu grossière) permet à Jean-Paul Belmondo d’être physiquement le même dans toutes les scènes.

Le Corps de mon ennemiMarie-France Pisier et Jean-Paul Belmondo dans Le Corps de mon ennemi de Henri Verneuil.

1 octobre 2019

Mademoiselle de Joncquières (2018) de Emmanuel Mouret

Mademoiselle de JoncquièresLe marquis des Arcies fait une cour délicate mais persistante à Madame de la Pommeraye, une sage jeune veuve qui n’est guère prête à succomber car elle connait sa réputation de libertin aux multiples conquêtes…
« Aimer, séduire, manipuler, intriguer, se venger »… voilà le programme que nous promet l’affiche de Mademoiselle de Joncquières, première incursion d’Emmanuel Mouret dans le film en costumes. L’histoire, du style Liaisons dangereuses, est basée sur un récit conté par l’aubergiste du roman Jacques le Fataliste et son maître de Diderot, un récit qui avait déjà été porté à l’écran et modernisé par Robert Bresson avec l’aide de Jean Cocteau sous le titre Les Dames du Bois de Boulogne (1945). Emmanuel Mouret a choisi de le laisser dans son époque, le XVIIe siècle, tout en laissant éclore son étonnante modernité. Il en a écrit les dialogues qui jouent admirablement avec la langue pour extérioriser les sentiments. La mise en place peut paraître un peu longue mais l’histoire tient ensuite toutes ses promesses et nous réserve un lot de surprises. Edouard Baer paraît un peu désinvolte dans son jeu mais Cécile de France est admirable et sonne toujours très juste. La photographie est très belle, avec de très beaux plans de forêt. Mademoiselle de Joncquières est un film plaisant et délicieux.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Cécile de France, Edouard Baer, Alice Isaaz, Natalia Dontcheva
Voir la fiche du film et la filmographie de Emmanuel Mouret sur le site IMDB.

Voir les autres films de Emmanuel Mouret chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Emmanuel Mouret

Remarque :
* Le superbe château de Madame de la Pommeraye est le château de Sourches à Saint-Symphorien dans la Sarthe. Les scènes dites du « Jardin du Roi » sont tournées dans le Parc de Marly-le-Roi dans les Yvelines.

Mademoiselle de JoncquièresEdouard Baer et Cécile de France dans Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret (photo de tournage).

Mademoiselle de JoncquièresAlice Isaaz, Edouard Baer, Natalia Dontcheva et Cécile de France dans Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret (photo de tournage).

28 juillet 2019

Et tournent les chevaux de bois (1947) de Robert Montgomery

Titre original : « Ride the Pink Horse »

Et tournent les chevaux de boisLucky Gagin arrive par bus dans la petite ville rurale de San Pablo au Nouveau Mexique. Avec un pistolet en poche, il se met aussitôt en quête de l’hôtel La Fonda. En route, assez étrangement, une jeune fille semble le connaitre ; elle entreprend de le guider et lui remet un fétiche porte-bonheur laissant entendre qu’il pourrait en avoir besoin…
De Robert Montgomery réalisateur, La Dame du Lac est bien connu des cinéphiles pour avoir été filmé en caméra subjective. Beaucoup moins cité, ce Ride the Pink Horse ne répète pas cette prouesse technique mais mérite tout autant notre attention, même plus encore. Basé sur un roman de Dorothy B. Hughes, adapté par Ben Hecht et Charles Lederer, ce film noir n’a rien de classique : son atmosphère est particulière, semblant tirer vers l’onirisme, jouant sur le décalage entre le monde très pauvre de cette petite ville avec le monde de toute évidence urbain du personnage principal qui se trouve ainsi très désorienté. Il se trouve presque en terre étrangère, sentiment accru par les origines mexicaines ou indiennes de la plupart des habitants. L’interprétation est excellente, tous les seconds rôles sont à la fois bien définis et bien tenus. La jeune Wanda Hendrix, qui ressemble étrangement à Gene Tierney, est particulièrement remarquable. Ride the Pink Horse est un film à petit budget ; il aurait probablement gagné à avoir des décors et des éclairages plus travaillés. Le film connut un succès honorable à sa sortie.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Robert Montgomery, Thomas Gomez, Wanda Hendrix, Andrea King, Art Smith, Fred Clark
Voir la fiche du film et la filmographie de Robert Montgomery sur le site IMDB.

Voir les autres films de Robert Montgomery chroniqués sur ce blog…

Et tournent les chevaux de boisRobert Montgomery, Art Smith et Wanda Hendrix  dans Et tournent les chevaux de bois de Robert Montgomery.

 

Remarques :
* Le critique André Bazin a loué la fraîcheur et la poésie de ce film, ce terme « poésie » ayant été ultérieurement repris par tous les critiques. A mes yeux, ce n’est pas ce terme qui décrit le mieux l’atmosphère particulière du film. En réalité, tout est décalage. Et si beaucoup des ingrédients classiques du film noir sont présents, ils ne sont pas utilisés de façon orthodoxe, nous laissant ainsi aussi désorienté que le personnage principal.

* Wanda Hendrix, ici âgée de 19ans, n’a pas fait une grande carrière d’actrice par la suite et en a été très déprimée, au point de se consoler dans l’alcool. Son bref mariage raté avec Audie Murphy (acteur qui fut le soldat américain le plus décoré de la Seconde Guerre mondiale) l’a certainement pénalisée dans sa carrière.

* Remake :
Le prix d’un meurtre (The Hanged Man) de Don Siegel (TV, 1964) avec Edmond O’Brien et Vera Miles

Et tournent les chevaux de boisRobert Montgomery et Martin Garralaga dans Et tournent les chevaux de bois de Robert Montgomery.

Et tournent les chevaux de boisRobert Montgomery, Andrea King et Wanda Hendrix dans Et tournent les chevaux de bois de Robert Montgomery.

19 juillet 2019

Sept hommes à abattre (1956) de Budd Boetticher

Titre original : « 7 Men from Now »
Autre titre français : « Sept hommes restent à tuer »

Sept hommes à abattreL’ex-shérif Ben Stride vient de perdre son épouse, tuée lors d’un hold-up. Il se met sur la piste des sept hommes responsables pour les tuer…
Sept hommes à abattre est le premier scénario écrit par Burt Kennedy. Il le proposa à John Wayne qui le confia à Budd Boetticher avec l’intention d’en tenir le rôle principal. Ce ne sera finalement pas possible pour des raisons d’emploi du temps mais John Wayne restera producteur. Il s’agit d’un western assez remarquable par l’épure de son récit qui suit une ligne simple et claire, et par la sobriété de son interprétation. Le scénario se déroule de façon limpide, étoffant ses personnages peu à peu avec une grande économie d’effets. Les sentiments se perçoivent avec un regard plus que par un grand discours. Randolph Scott personnifie à merveille ce personnage taciturne en quête de vengeance qui laisse transparaître une fragilité et une grande humanité sous sa carapace. Habitué des séries B, Budd Boetticher ne bénéficiera pas d’une bonne distribution et le film sera rapidement impossible à voir. Il faudra attendre une rétrospective Budd Boetticher à la Cinémathèque française en 2001 pour revoir ce film en France.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Randolph Scott, Gail Russell, Lee Marvin, Walter Reed, John Larch
Voir la fiche du film et la filmographie de Budd Boetticher sur le site IMDB.

Voir les autres films de Budd Boetticher chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* A sa sortie, Sept hommes à abattre fut décrit par André Bazin comme « peut-être le meilleur western que j’ai vu depuis la guerre, le plus raffiné et le moins esthète, le plus simple et le plus beau. » (Cahiers du Cinéma, 1957)
* Sept hommes à abattre est le premier film issu de la collaboration entre le réalisateur Budd Boetticher, le scénariste Burt Kennedy et l’acteur Randolph Scott.

Sept hommes à abattreRandolph Scott dans Sept hommes à abattre de Budd Boetticher.

Sept hommes à abattreWalter Reed et Gail Russell avec, en arrière-plan, Randolph Scott dans Sept hommes à abattre de Budd Boetticher.

Sept hommes à abattreDon ‘Red’ Barry et Lee Marvin dans Sept hommes à abattre de Budd Boetticher.

4 septembre 2018

Un temps pour mourir (1966) de Arturo Ripstein

Titre original : « Tiempo de morir »

Un temps pour mourirL’ancien dresseur de chevaux Juan Sayago revient dans son village après avoir purgé une peine de 18 ans de prison, espérant pouvoir y reprendre une vie tranquille. Mais les deux fils de l’homme qu’il a tué sont bien décidés à se venger…
Un temps pour mourir est le premier long métrage du réalisateur mexicain Arturo Ripstein, alors âgé de 23 ans. Toute son œuvre filmique sera marquée par la dénonciation de l’intolérance sous toutes ses formes et c’est déjà le cas ici. Il met particulièrement bien en relief l’engrenage néfaste de la vengeance alimenté par un sens de l’honneur rigoriste. Par certains aspects, Un temps pour mourir peut être qualifié de western mais il s’écarte très nettement des canons du genre. Le cinéaste a certainement été influencé par Luis Buñuel. La forme est assez belle, avec une belle photographie noir et blanc et des décors assez épurés de personnages ou d’objets inutiles. L’ensemble donne une impression de recherche esthétique sans qu’elle soit trop voyante. Le rythme est plutôt lent mais l’histoire nous tient en haleine. La fin est surprenante. Arturo Ripstein joue parfois avec la bande sonore pour renforcer son atmosphère, exagérant certains sons. Très réussi mais aussi très méconnu, Un temps pour mourir est un film qui mérite vraiment d’être découvert.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Marga López, Jorge Martínez de Hoyos, Enrique Rocha, Alfredo Leal, Tito Junco
Voir la fiche du film et la filmographie de Arturo Ripstein sur le site IMDB.

Remarque :
* Le scénario a été écrit par l’écrivain colombien (futur prix Nobel en 1982) Gabriel García Márquez.

Un temps pour mourir
Alfredo Leal et Jorge Martínez de Hoyos dans Un temps pour mourir de Arturo Ripstein.

Un temps pour mourir
Marga López dans Un temps pour mourir de Arturo Ripstein.

19 mai 2018

Jeremiah Johnson (1972) de Sydney Pollack

Jeremiah JohnsonDans les années 1850, un déserteur de la guerre avec le Mexique décide de fuir la civilisation pour aller vivre une vie de trappeur dans les hauteurs des montagnes Rocheuses…
Jeremiah Johnson met en scène une partie de la vie de John Johnson, personnage légendaire de l’Ouest américain autour duquel courent plusieurs histoires comme en témoigne son surnom « Johnson le mangeur-de-foie » (1). Comme il le fait souvent, Sydney Pollack aborde cette histoire d’abord de façon réaliste, décrivant les premières difficultés auquel se heurte l’apprenti-mountain man. Mais peu à peu, sans vraiment que le spectateur s’en rende vraiment compte, il glisse vers l’insolite et la légende. Le cinéaste laisse la fin ouverte. Le récit est un assemblage de moments, sans trame narrative forte. Il n’y a qu’assez peu de dialogues, à tel point que Pollack s’amusait à l’appeler son « film muet ». Comme dans Little Big Man, sorti deux ans plus tôt, les indiens sont décrits de façon plutôt neutre, avec leurs rites et leurs coutumes, mais sans complaisance toutefois. Robert Redford, barbu comme il l’a rarement été, semble très à l’aise dans son rôle ; il fait une admirable composition de ce personnage légendaire. La photographie est superbe. Le film a été tourné en Utah, région que Robert Redford connait particulièrement bien : le tournage s’est d’ailleurs déroulé en bonne partie sur des terres lui appartenant. Jeremiah Johnson connut un très grand succès.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Robert Redford, Will Geer, Delle Bolton, Josh Albee, Stefan Gierasch
Voir la fiche du film et la filmographie de Sydney Pollack sur le site IMDB.

Voir les autres films de Sydney Pollack chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Sydney Pollack

Remarques :
* Le scénario est basé sur les livres :
1. Crow Killer: The Saga of Liver-Eating Johnson de Raymond Thorp et Robert Bunker
2. Mountain Man de Vardis Fisher

* Le montage fut particulièrement long et dura plusieurs mois.
* La chanson du générique est chantée par Tim McIntire.

Jeremiah Johnson
Stefan Gierasch et Robert Redford dans Jeremiah Johnson de Sydney Pollack.

(1) ATTENTION : cette petite note contient des spoilers. Ne pas lire avant de voir le film.
Le surnom « mangeur de foie » vient d’une légende qui affirme qu’il découpait et mangeait le foie de chaque indien de la tribu des Crow qu’il a tué. Johnson aurait fait perdurer la légende afin de semer la peur chez les Crow : selon certaines croyances indiennes, le foie est un organe nécessaire pour la vie après la mort (dixit Wikipedia). Cette guerre personnelle contre les indiens Crow a débuté après le meurtre de sa femme par un Crow (sans raison particulière et non pas en représailles comme décrit dans le film). La légende dit qu’il aurait ainsi tué plus de 300 Crow en 25 ans avant de faire enfin la paix avec eux. John Johnson a fini shérif d’une petite bourgade du Montana.

* Robert Redford a tourné dans sept films de Sydney Pollack :
1. This property is Condemned (Propriété interdite, 1967)
2. Jeremiah Johnson (1972)
3. The Way We Were (Nos plus belles années, 1973)
4. Three Days of the Condor (Les 3 jours du Condor, 1975)
5. The Electric Horseman (Le Cavalier électrique, 1979)
6. Out of Africa (1985)
7. Havana (1991)

29 août 2017

Princess Bride (1987) de Rob Reiner

Titre original : « The Princess Bride »

Princess BrideUn petit garçon malade reçoit la visite de son grand-père qui lui lit un conte, les aventures mouvementées de la Princesse Bouton d’Or et de son ancien valet de ferme… Princess Bride est tiré d’un livre de William Goldman qui en a écrit lui-même l’adaptation. Le plus remarquable dans cette histoire est qu’elle peut aussi bien être vue par des jeunes enfants, qui y verront un beau conte de fées, que par des adultes qui se régaleront de l’humour au second degré, présent du début à la fin. C’est un humour assez élégant, que l’on pourrait qualifier de british si tout ce petit monde n’était pas américain (on peut pratiquement dire que seuls Cary Elwes et les lieux de tournages sont anglais). Le film de Rob Reiner est aussi un hommage au cinéma de cape et d’épée, Errol Flynn et Douglas Fairbanks en tête, Cary Elwes ayant été choisi entre autres pour sa ressemblance avec Fairbanks. Mandy Patinkin fait une brillante prestation. La musique est de Mark Knopfler. Partant d’un succès mitigé à sa sortie, Princess Bride a bâti sa réputation au fil des ans et certaines de ses répliques ont été largement reprises depuis. C’est un petit bijou d’humour dont on peut se délecter.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Cary Elwes, Mandy Patinkin, Chris Sarandon, Christopher Guest, Robin Wright, Peter Falk, Billy Crystal
Voir la fiche du film et la filmographie de Rob Reiner sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Rob Reiner chroniqués sur ce blog…

Princess Bride
Robin Wright et Cary Elwes dans Princess Bride de Rob Reiner.

Princess Bride
« Inconceivable! » : Mandy Patinkin, Wallace Shawn et André The Giant dans Princess Bride de Rob Reiner.

Princess Bride
Mandy Patinkin et Cary Elwes, habillé exactement comme Douglas Fairbanks dans The Mark of Zorro (1920).

Princess Bride
Les méchants : Chris Sarandon et Christopher Guest dans Princess Bride de Rob Reiner.

Princess Bride
Billy Crystal dans Princess Bride de Rob Reiner.

Remarques :
* Robin Wright et Cary Elwes sont tombés amoureux l’un de l’autre sur le tournage.
* André The Giant, qui interprète Fezzik, est d’origine française et mesure 2m24. Catcheur professionnel, il est alors âgé de 40 ans. Il décèdera cinq ans plus tard en 1993. Il n’a tourné que dans deux longs métrages.

16 mai 2017

Les Nouveaux Sauvages (2014) de Damián Szifron

Titre original : « Relatos salvajes »

Les nouveaux sauvagesCoproduit par les frères Almodóvar, ce film argentin renoue brillamment avec la tradition des films à sketches. Il n’est pas sans rappeler Les Monstres de Dino Risi. Les six histoires qui composent Les Nouveaux Sauvages mettent en relief les travers de la société et de la nature humaine. La colère, le désir de vengeance, la corruption, l’abus de pouvoir sont la cause de situations qui dégénèrent en drames et c’est d’autant plus frappant que le point de départ n’a parfois qu’une importance très relative. Sur ce plan, le sketch de l’ingénieur Bombita est l’un des plus savoureux car on le voir partir en guerre et détruire sa vie pour finalement peu de choses. Cinq des six sketches sont ainsi basés sur des réactions (très) excessives, sur des personnages qui « pètent les plombs ». La forme est tout autant enthousiasmante : Damián Szifron, qui a écrit lui-même le scénario, en maitrise parfaitement le déroulement et l’image est vraiment très belle, surtout dans la composition des plans. Le film fut un immense succès en Argentine et ailleurs, il fut même nominé aux Oscars. Les Nouveaux Sauvages est un film savoureux.
Elle: 4 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: María Marull, Leonardo Sbaraglia, Ricardo Darín, Oscar Martínez, Erica Rivas
Voir la fiche du film et la filmographie de Damián Szifron sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Les Nouveaux Sauvages
María Marull dans le sketch « Pasternak » de Les Nouveaux Sauvages de Damián Szifron.
>> Dans un avion, les passagers réalisent qu’ils ont un étrange point commun…

Les Nouveaux Sauvages
Julieta Zylberberg et Rita Cortese dans le sketch « Les Rats » de Les Nouveaux Sauvages de Damián Szifron.
>> La serveuse d’un restaurant reconnait un mafieux qui a détruit sa famille. La cuisinière propose une solution plutôt radicale…

Les Nouveaux Sauvages
Water Donado et Leonardo Sbaraglia dans le sketch « La Route de l’enfer » de Les Nouveaux Sauvages de Damián Szifron.
>> Sur la route, des petits incidents peuvent dégénérer… vraiment.

Les Nouveaux Sauvages
Ricardo Darín (au centre) dans le sketch « Bombita » de Les Nouveaux Sauvages de Damián Szifron.
>> Un ingénieur ne supporte pas que sa voiture ait été mise en fourrière…

Les Nouveaux Sauvages
Osmar Núñez, Diego Velazquez et Oscar Martínez dans le sketch « La Proposition » de Les Nouveaux Sauvages de Damián Szifron.
>> Le fils d’un bourgeois aisé a renversé une femme enceinte. Pour protéger sa famille, le père va proposer un arrangement très particulier…

Les Nouveaux Sauvages
Erica Rivas dans le sketch « Jusqu’à ce que la mort nous sépare » de Les Nouveaux Sauvages de Damián Szifron.
>> Quand la jalousie s’invite à un mariage, le résultat peut être passablement explosif…

Les Nouveaux Sauvages
Superbe plan : Erica Rivas et Marcelo Pozzi dans le sketch « Jusqu’à ce que la mort nous sépare » de Les Nouveaux Sauvages de Damián Szifron.

29 avril 2017

The Dark Valley (2014) de Andreas Prochaska

Titre original : « Das finstere Tal »

Das finstere TalFin du XIXe siècle. Dans un village isolé au milieu des montagnes, un jeune étranger arrive au début de l’hiver. La famille qui dirige le village ne l’accepte que parce qu’il paie son séjour avec des pièces d’or. Taciturne, il se présente comme photographe.… Très inhabituel en soi, The Dark Valley est un film austro-allemand et il s’agit d’un western. La transposition de l’imagerie du western dans les Alpes est intelligemment faite : on retrouve bien les chevaux, le thème du cavalier solitaire, de la famille qui dicte sa loi mais les armes sont moins répandues et les spécificités des montagnes et du climat hivernal sont bien utilisées. Les ressorts du scénario sont assez habituels du genre ce qui contribue à donner à l’ensemble un certain classicisme plutôt attrayant. Tout au plus, pourrait-on reprocher à Andreas Prochaska d’avoir trop appuyé le caractère taciturne et mystérieux du héros (Sam Riley, qui est anglais, n’a pas du avoir trop de mal à apprendre son texte, il ne doit guère prononcer plus d’une vingtaine de phrases…) mais il a ainsi su créer une atmosphère forte. Le rythme est lent mais sans excès, la photographie est assez belle. S’il est disponible en DVD, The Dark Valley n’a pas été distribué en salles en France ce qui est fort dommage car ce « western alpin » mérite vraiment d’être remarqué.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Sam Riley, Tobias Moretti, Paula Beer, Thomas Schubert
Voir la fiche du film et la filmographie de Andreas Prochaska sur le site IMDB.

Remarques :
* Le film est basé sur le roman homonyme de l’allemand Thomas Willmann qui a été traduit en français sous le titre Sombre Vallée (Ed. Belfond, 2016).
* Le réalisateur autrichien Andreas Prochaska signe ici son cinquième long métrage. Il a aussi réalisé de nombreuses séries pour la télévision.

The Dark Valley
Sam Riley dans Das finstere Tal de Andreas Prochaska.