2 août 2019

La Ragazza (1964) de Luigi Comencini

Titre original : « La ragazza di Bube »

La RagazzaEn Toscane, juste à la fin de guerre, Mara, une jeune fille insouciante, fait la connaissance de Bube, un ancien résistant communiste. Ils tombent amoureux mais Bube  est accusé d’avoir tué un ancien fasciste. Il est obligé de fuir…
La Ragazza est adapté d’un roman de l’italien Carlo Cassola paru et primé en 1960. Il évoque la situation de l’immédiat Après-guerre, période trouble où les idéaux et les espoirs se sont heurtés à une réalité décevante. Le plus admirable dans ce film de Comencini est la façon dont il montre la confrontation entre l’émancipation individuelle et le devenir collectif : il parvient à les entremêler avec une histoire d’amour assez troublante et inhabituelle, variation sur le thème du sacrifice et du renoncement. Tout le récit est à la première personne, tout est vécu à travers les yeux de la jeune Mara. Le couple assez inattendu formé par Claudia Cardinale et George Chakiris (acteur américain fraîchement auréolé du succès de West Side Story) fonctionne parfaitement. La photographie, signée par Gianni Di Venanzo (l’un des plus grands directeurs de la photographie italiens), est admirable, avec notamment des gros plans de toute beauté ; les trois acteurs principaux sont, il est vrai, particulièrement photogéniques. La Ragazza est un film assez méconnu. Il a longtemps été assez rare mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Claudia Cardinale, George Chakiris, Marc Michel
Voir la fiche du film et la filmographie de Luigi Comencini sur le site IMDB.

Voir les autres films de Luigi Comencini chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Luigi Comencini

La RagazzaGeorge Chakiris et Claudia Cardinale dans La Ragazza de Luigi Comencini.

20 juillet 2019

Il divo (2008) de Paolo Sorrentino

Titre original : « Il divo – La spettacolare vita di Giulio Andreotti »

Il divoRome, avril 1991. Le président du Conseil Giulio Andreotti forme son septième gouvernement. Mais il va devoir faire face à des défections dans son propre camp et rendre des comptes sur les nombreux soupçons qui pèsent sur lui, notamment sur ses liens supposés avec la Mafia…
Il divo (littéralement « le Divin ») est l’un des surnoms donnés à Giulio Andreotti, personnalité influente de la Démocratie chrétienne qui fut au centre de la vie politique italienne pendant quatre décennies. Paolo Sorrentino nous retrace les toutes dernières années de sa gouvernance avec une évidente envie de virtuosité : il use et abuse d’effets de cadrages, de montage et d’effets sonores qui ne semblent pas convenir au sujet et lassent très rapidement. Le rythme est très enlevé mais cela devient un problème : à moins d’être très au fait de la politique italienne, le spectateur est submergé sous un torrent d’informations. La consultation en catastrophe de la fiche Wikipédia sur Andreotti (une fiche au demeurant un peu chargée) n’a rien arrangé : il y a trop de noms et d’affaires à mémoriser, on est rapidement perdu. Il ne nous reste qu’à admirer la belle prestation de Toni Servillo, totalement impénétrable et renfermé sur lui-même, mais, là encore, sans connaitre l’homme politique, il est difficile de savoir si cette personnification est outrancière ou pas. Paolo Sorrentino n’enquête pas, il rapporte seulement mais il le fait de façon si satirique que son film ne peut être vu que comme une dénonciation de la corruption des hommes politiques. Malgré ses aspects tape-à-l’œil, le film a été plutôt louangé par la critique à sa sortie. Moins par le public…
Elle: 2 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Toni Servillo, Flavio Bucci, Carlo Buccirosso, Giorgio Colangeli, Fanny Ardant
Voir la fiche du film et la filmographie de Paolo Sorrentino sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Paolo Sorrentino chroniqués sur ce blog…

Il divo
Paolo Sorrentino (entre les deux drapeaux) règle la scène de la rencontre Andreotti-Gorbatchev. Toni Servillo (à gauche) sur le tournage de Il divo de Paolo Sorrentino.

Remarque :
Finalement, nous aurions dû lire le dossier de presse avant de voir le film car il donne des informations qu’il est préférable de connaitre auparavant. Je le reproduis donc ci-dessous (pris sur Allociné) :

« A Rome, à l’aube, quand tout le monde dort, il y a un homme qui ne dort pas. Cet homme s’appelle Giulio Andreotti. Il ne dort pas, car il doit travailler, écrire des livres, mener une vie mondaine et en dernière analyse, prier. Calme, sournois, impénétrable, Andreotti est le pouvoir en Italie depuis quatre décennies. Au début des années quatre-vingt-dix, sans arrogance et sans humilité, immobile et susurrant, ambigu et rassurant, il avance inexorablement vers son septième mandat de Président du Conseil.
A bientôt 70 ans, Andreotti est un gérontocrate qui, à l’instar de Dieu, ne craint personne et ne sait pas ce qu’est la crainte obséquieuse. Habitué comme il l’est à voir cette crainte peinte sur le visage de tous ses interlocuteurs. Sa satisfaction est froide et impalpable. Sa satisfaction, c’est le pouvoir. Avec lequel il vit en symbiose. Un pouvoir comme il l’aime, figé et immuable depuis toujours. Où tout, les batailles électorales, les attentats terroristes, les accusations infamantes, glisse sur lui au fil des ans sans laisser de trace.
Il reste insensible et égal à lui-même face à tout. Jusqu’à ce que le contre-pouvoir le plus fort de ce pays, la Mafia, décide de lui déclarer la guerre. Alors, les choses changent. Peut-être même aussi pour l’inoxydable et énigmatique Andreotti. Mais, et c’est là la question, les choses changent ou n’est-ce qu’une apparence ? Une chose est certaine : il est difficile d’égratigner Andreotti, l’homme qui mieux que nous tous, sait se mouvoir dans le monde. »

15 avril 2019

L’homme à la Ferrari (1967) de Dino Risi

Titre original : « Il tigre »

L'homme à la FerrariDirecteur d’une entreprise florissante de réfrigérateurs, Francesco Vincenzini est un homme d’action. Mais lorsqu’il est grand-père pour la première fois, il commence à s’inquiéter du temps qui passe et de son âge, et quand la jeune et charmeuse Carolina tente de le séduire, il ne reste pas indifférent… L’homme à la Ferrari fait partie de ces films de Dino Risi de la fin des années soixante qui paraissent un peu bâclés. Le scénario a beau être signé des merveilleux Age et Scarpelli, il n’offre que peu d’originalité sur le thème du quarantenaire pris du démon de midi. Il nous réserve toutefois quelques scènes savoureuses (le psychiatre ecclésiastique, le groupe pop, …), hélas trop rares. On ne retrouve pas ce mordant dans la satire qui caractérise les meilleurs films de ce roi de la comédie italienne. L’humour n’est ici que dérision. Vittorio Gassman fait, comme toujours, une bonne prestation pour personnifier le « mâle italien ». La suédoise-américaine Ann-Margret lui fait face, l’actrice à l’allure féline a tourné deux films avec Risi. En outre, le film est bien mal photographié.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Vittorio Gassman, Ann-Margret, Eleanor Parker, Fiorenzo Fiorentini
Voir la fiche du film et la filmographie de Dino Risi sur le site IMDB.

Voir les autres films de Dino Risi chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Dino Risi


Ann-Margret et Vittorio Gassman dans L’homme à la Ferrari de Dino Risi.

23 février 2019

Il vigile (1960) de Luigi Zampa

Titre francisé : « L’Agent »

L'AgentOtello Celletti ne cherche pas à travailler : il ne veut qu’être motard de la police municipale. Il harcèle le maire et finit par se faire accepter grâce à son jeune fils. Désormais, il peut parader et prend son travail très au sérieux…
Tourné en 1960, Il vigile s’inscrit dans cette tendance si spécifique au cinéma italien à mêler habilement comédie et satire politique. C’est surtout la corruption qui est ici fustigée, une corruption qui touche les élus locaux mais aussi les personnes bien plus modestes : chacun à son niveau ment, trompe et contourne les lois. Le film dénonce aussi le travers des italiens qui consiste à tout attendre des pouvoirs publics. Comme on le voit, la satire n’est pas unilatérale, ce qui est souvent le cas chez Zampa. Le scénario écrit par Rodolfo Sonego et Luigi Zampa se déroule sans temps mort et Sordi s’en donne à cœur joie. Il fallait un tel acteur, capable de tout faire, pour assurer la réussite du film. Il vigile connut un certain succès, en Italie du moins puisque le film n’est pas sorti en France.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Alberto Sordi, Vittorio De Sica, Marisa Merlini, Riccardo Garrone, Sylva Koscina
Voir la fiche du film et la filmographie de Luigi Zampa sur le site IMDB.

Voir les autres films de Luigi Zampa chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Il vigile de Luigi Zampa a été récemment restauré par Sky et la Cineteca di Bologna. Le film n’ayant jamais fait l’objet d’une diffusion commerciale dans l’Hexagone, les spectateurs français ne l’ont découvert que lors de la rétrospective de la Cinémathèque française consacrée à Luigi Zampa début 2016.

Il Vigile
Mara Berni et Alberto Sordi dans L’Agent de Luigi Zampa.

30 janvier 2019

Sainte nuit (1922) de Elvira Notari

Titre original : « ‘A Santanotte »

Sainte nuitTore et Gennariello, précédemment amis, tombent amoureux de la même jeune femme, Nanninella. Si le premier séduit la belle, le second soudoie en secret le père alcoolique pour qu’il lui accorde sa main…
Tourné juste après La Petite, Sainte nuit s’inspire d’une chanson populaire. Il s’agit d’un triangle amoureux particulièrement tragique qui met en relief des sentiments simples et des travers de la nature humaine : jalousie, trahison et perfidie sont au menu. Comme La Petite, il est en partie tourné en décors naturels dans les rues de Naples et utilise les mêmes acteurs principaux ; le personnage de l’un deux garde le même nom mais rien n’indique qu’il s’agit du même personnage. L’actrice Rosè Angione a un jeu excessivement théâtral, jusqu’à l’outrance, défaut qu’elle ne montrait pas vraiment dans le film précédent. Les deux acteurs masculins principaux ont un jeu plus naturel. Le film est beaucoup moins riche que La Petite : on ne retrouve ici ni le côté documentaire, ni les signes avant-coureurs du néoréalisme. (Film muet de 60 mn).
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Eduardo Notari, Rosè Angione, Alberto Danza
Voir la fiche du film et la filmographie de Elvira Notari sur le site IMDB.

Voir les autres films de Elvira Notari chroniqués sur ce blog…

Sainte nuit
Rosè Angione dans Sainte nuit de Elvira Notari.

25 janvier 2019

La Petite (1922) de Elvira Notari

Titre original : « È piccerella »

La PetiteDans un café de Naples, Tore rencontre la jeune Margaratella et en tombe instantanément amoureux. Il va tout faire pour conquérir et garder le cœur de la belle…
Première femme-cinéaste italienne, Elvira Notari est créditée d’une soixantaine de longs métrages, courts métrages et documentaires, tournés entre 1909 et 1929. Ils sont, pour la  plupart, aujourd’hui perdus. Beaucoup de ses films prennent place dans le Naples populaire ce qui leur donne  un parfum de néoréalisme avant l’heure. Elle eut beaucoup de succès à l’époque en Italie et à l’étranger parmi les émigrés italiens mais elle reste bien méconnue aujourd’hui. La Petite est une histoire de femme fatale qui, pour se dérouler dans un milieu très pauvre, n’en est pas moins destructrice. Quelques scènes d’extérieur sont filmées en décors réels (avec plusieurs dizaines de badauds qui regardent la caméra) et Elvira Notari complète son histoire avec des scènes documentaires sur certaines fêtes (par exemple celle de la Madonna del Carmine) et autres processions dont les italiens sont si friands. C’est une étonnante découverte (film muet de 63 mn).
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Rosè Angione, Alberto Danza, Eduardo Notari
Voir la fiche du film et la filmographie de Elvira Notari sur le site IMDB.

Voir les autres films de Elvira Notari chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Le frère de Tore est joué par Eduardo Notari, fils de la cinéaste, qui joue dans beaucoup de ses films. Le directeur de la photographie est Nicola Notari, son mari. Par ailleurs, la cinéaste a créé sa propre société de production, Film Dora.
* Les célébrations de la Madonna del Carmine (Notre-Dame du Mont-Carmel) ont lieu le 16 juillet et se prolongent pendant une semaine pour se terminer avec le fameux spectacle pyrotechnique qui embrase, tel un incendie, le campanile de l’église de la Madonna del Carmine, haut de 75 mètres (le plus haut de la ville). (Source Wikipédia)

La Petite
Rosè Angione et Alberto Danza dans La Petite de Elvira Notari.

Homonyme :
La Petite (Pretty Baby) (1978), film américain de Louis Malle avec Brooke Shields, Keith Carradine et Susan Sarandon.

19 décembre 2018

Une vie difficile (1961) de Dino Risi

Titre original : « Una vita difficile »

Une vie difficilePendant la Seconde Guerre mondiale, Silvio rédige un journal clandestin. Traqué par les allemands, il est sauvé par une jeune femme qui le cache dans un vieux moulin. Il lui fait des promesses mais finit par rejoindre le maquis. Bien après la Libération, il retourne dans le village où il l’avait rencontré…
Une vie difficile fait partie des films les plus remarquables de Dino Risi, ceux qui montrent le plus son extraordinaire capacité à mêler un propos très sérieux avec la comédie de divertissement (1). Le cinéaste nous raconte l’évolution de la société italienne en suivant un journaliste communiste un peu dilettante. Il englobe tous les problèmes de l’Italie des années cinquante et utilise même quelques images d’archives pour les grands moments historiques. Son héros est un idéaliste qui voit sombrer ses illusions et forcé de faire des « compromis ». La forme est classique, avec beaucoup de plans larges pour mieux nous concentrer sur les dialogues et le contenu en général. Alberto Sordi est époustouflant dans ce rôle, inspirant toute une foule de sentiments parfois opposés. Lea Massari sait donner de l’épaisseur à son personnage. Tout l’art de la comédie italienne, ce qui la rend absolument unique est dans Une vie difficile, drôle et grave à la fois.
Elle: 4 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Alberto Sordi, Lea Massari, Franco Fabrizi
Voir la fiche du film et la filmographie de Dino Risi sur le site IMDB.

Voir les autres films de Dino Risi chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Dino Risi

(1) S’il n’y avait qu’un exemple à donner de ce subtil mélange, ce serait bien entendu la scène du dîner chez les royalistes le soir du référendum.

Une vie difficile
Lea Massari et Alberto Sordi dans Une vie difficile de Dino Risi.

Remarques :
* L’idée de départ a germé chez Risi en voyant Cavalvade de Frank Lloyd (1933), film dramatique américain oscarisé qui retraçait le parcours de deux familles anglaises de 1899 à 1933.
* Le happy-end de fin (la gifle) fut probablement imposé à Risi car le scénario se terminait de façon plus pessimiste : Silvio ne réagissait pas.
* Alessandro Blasetti fait une courte apparition dans son propre rôle mais il n’a pas tourné de peplum en 1961. Il s’agit très probablement du tournage de Barrabas de Richard Fleisher avec effectivement Silvana Mangano et Vittorio Gassman.

24 novembre 2018

Les légions de Cléopâtre (1959) de Vittorio Cottafavi

Titre original : « Le legioni di Cleopatra »

Les légions de CléopâtreAprès sa défaite à la bataille d’Actium, Marc-Antoine règne à Alexandrie aux côtés de Cléopâtre. Sur le point de conquérir l’Egypte, César-Auguste envoie Lucilius Caïus en messager pour le convaincre de revenir à Rome…
Considéré comme l’un des péplums les plus intéressants de Cottafavi, Les légions de Cléopâtre apparaît quelque peu disparate. Le meilleur se situe dans la mise en scène, les décors soignés et une belle utilisation de la couleur (qui a toutefois mal traversé les âges). Les scènes de batailles où les combattants s’entremêlent sont assez remarquables à la fois par leur ampleur et par le sentiment de confusion et de carnage inutile qu’elles engendrent. Le message est clairement anti-guerre et humaniste. Hélas, Cottafavi ne parvient pas à donner une dimension dramatique aux amours impossibles de la reine d’Egypte, ni à laisser transparaître une quelconque passion. En outre, l’humour autour du héros bodybuildé, qui assez classiquement se moque du danger, éteint toute tension qui aurait pu naître et Linda Cristal n’a vraiment pas la présence que nécessite son rôle.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Linda Cristal, Ettore Manni, Georges Marchal, Conrado San Martín, Alfredo Mayo
Voir la fiche du film et la filmographie de Vittorio Cottafavi sur le site IMDB.

Voir les autres films de Vittorio Cottafavi chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* La Fox a acheté le film 1 millions de dollars afin de le bloquer pour ne pas faire d’ombre au futur Cléopâtre de Mankiewicz.

Les légions de Cléopâtre
Linda Cristal dans Les légions de Cléopâtre de Vittorio Cottafavi.

19 août 2018

El chuncho (1967) de Damiano Damiani

Titre original : « Quién sabe? »

El chunchoChef d’une bande de bandits mexicains, El chuncho attaque un train transportant des militaires pour y prendre les armes et les munitions qu’il transporte. Son intention est de les revendre au général Elias qui est à la tête de la révolution…
El chuncho de Damiano Damiani est le premier « western politique », genre que l’on nomme aussi « western zapatta ». Il réalise la symbiose de plusieurs genres en vogue dans ces années soixante dans le cinéma italien : le western italien, le film politique et la comédie italienne. Le théâtre choisi est celui de la Révolution mexicaine, qui permet de donner une dimension quasi-marxiste au propos. El chuncho est toutefois très subtil en la matière, loin du manichéisme souvent trop voyant dans les films politiques de cette époque. L’histoire met toutefois bien en relief l’intervention américaine dans la Révolution  mexicaine. Le film repose sur un équilibre parfait des trois composantes précitées, une réussite que l’on peut attribuer au scénariste Franco Solinas. L’interprétation de Gian Maria Volontè est vraiment remarquable, donnant une dimension à ce personnage tantôt bourreau impitoyable, tantôt naïf au grand cœur, doté de sentiments complexes. Le film connut un grand succès à sa sortie.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Gian Maria Volontè, Klaus Kinski, Martine Beswick, Lou Castel
Voir la fiche du film et la filmographie de Damiano Damiani sur le site IMDB.

Remarque :
* Toutes les scènes d’extérieur ont été tournées en Andalousie… sous le régime franquiste.

El Chunco
Gian Maria Volontè dans El chuncho de Damiano Damiani.

El Chunco
Gian Maria Volontè et Lou Castel dans El chuncho de Damiano Damiani.

El Chunco
Klaus Kinski et Gian Maria Volontè dans El chuncho de Damiano Damiani.

28 juillet 2018

Je la connaissais bien (1965) de Antonio Pietrangeli

Titre original : « Io la conoscevo bene »
Autre titre français : « L’amour tel qu’il est »

Je la connaissais bienJeune provinciale venue à Rome, Adriana fait divers petits métiers mais rêve d’être une actrice. Elle multiplie les aventures sans lendemain…
Ecrit avec le tandem Ruggero Maccari et Ettore Scola, Je la connaissais bien nous dresse le portrait d’une jeune femme qui semble à peine sortie de l’adolescence et qui reste très ingénue malgré son grand pouvoir d’attraction sur les hommes. Sa candeur va se heurter au machisme de la société italienne. d’Antonio Pietrangeli nous place très près de son héroïne à laquelle Stefania Sandrelli donne vie avec beaucoup de naturel et de sensualité. De temps à autre, elle semble nous prendre à témoin par des regards-caméra furtifs. Pietrangeli multiplie les longs travellings, s’attarde sur certains éléments, pratique des ellipses inattendues mais subtiles. Tout ceci donne une beauté formelle au film qui semble nous envelopper. A noter, un beau petit rôle pour Ugo Tognazzi qui nous gratifie d’un incroyable numéro de claquettes! Je la connaissais bien sera le dernier long métrage achevé d’Antonio Pietrangeli.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Stefania Sandrelli, Mario Adorf, Jean-Claude Brialy, Nino Manfredi, Ugo Tognazzi
Voir la fiche du film et la filmographie de Antonio Pietrangeli sur le site IMDB.

Voir les autres films de Antonio Pietrangeli chroniqués sur ce blog…

Je la connaissais bien
Stefania Sandrelli dans Je la connaissais bien de Antonio Pietrangeli.