21 juillet 2022

Le Colosse de Rhodes (1961) de Sergio Leone

Titre original : « Il colosso di Rodi »

Le Colosse de Rhodes (Il colosso di Rodi)280 av. J.-C. L’île de Rhodes est gouvernée par le tyran Xerxès qu’un groupe de rebelles tente d’assassiner. Une énorme statue d’Apollon (le colosse) protège le port et le tyran envisage une alliance avec la Phénicie contre la Grèce. Darios, héros militaire grec, rend visite à son oncle à Rhodes. Il s’éprend de la jolie Diala, fille de l’architecte de la statue…
Le Colosse de Rhodes est un péplum italien réalisé par Sergio Leone. Lorsqu’il le dirige, le réalisateur a acquis une solide expérience durant la précédente décennie : il est l’un des assistants les plus recherchés de Cinecittà et excelle dans la maitrise des scènes de foule. Il est bien entendu difficile de déceler ici la patte du futur réalisateur de westerns, tout au plus peut-on deviner des similitudes dans le profil du héros (personnage extérieur, plutôt laconique, qui ne veut pas s’impliquer) et s’amuser à trouver des scènes qui ont un parfum de western (la scène finale par exemple). L’histoire est assez classique pour le genre, avec son lot de traitrises et cruautés ; comme souvent, de grandes libertés ont été prises par rapport à la vérité historique, des évènements qui se sont déroulés sur plusieurs siècles sont condensés en une seule époque. Les scènes d’ampleur sont remarquablement maitrisées et les acteurs bien dirigés (éviter toutefois la version doublée en français). L’ensemble se regarde sans déplaisir.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Rory Calhoun, Lea Massari, Georges Marchal, Conrado San Martín, Ángel Aranda, Mabel Karr, George Rigaud
Voir la fiche du film et la filmographie de Sergio Leone sur le site IMDB.

Voir les autres films de Sergio Leone chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Sergio Leone

Le Colosse de Rhodes (Il colosso di Rodi)Lea Massari, Rory Calhoun et George Rigaud dans Le Colosse de Rhodes (Il colosso di Rodi) de Sergio Leone.

26 février 2022

La Vengeance d’Hercule (1960) de Vittorio Cottafavi

Titre original : « La vendetta di Ercole »

La Vengeance d'Hercule (La vendetta di Ercole)Hercule accomplit le dernier de ses douze travaux qui consiste à tuer Cerbère, le chien à trois têtes gardien de la porte des Enfers. Libéré de la malédiction des dieux, il peut enfin rentrer chez lui à Thèbes pour retrouver sa femme Déjanire et son fils Illo. Conseillé par la sibylle, il s’oppose au mariage de son fils avec Théa, fille adoptive d’Eurytos, roi usurpateur d’Écalia. Euritos, pour se débarrasser d’Hercule, se sert d’une esclave, la belle Alsinoé, pour faire croire à Illo que son père aime aussi Théa…
La Vengeance d’Hercule est un film franco-italien réalisé par Vittorio Cottafavi qui signe là son troisième péplum. L’idée était de donner une suite au film d’une société concurrente, Les Travaux d’Hercule (Le fatiche di Ercole, 1958) de Pietro Francisci, qui avait connu un très grand succès. La popularité de l’acteur et bodybuilder Steve Reeves a poussé les producteurs à lui chercher un équivalent. Ce sera Mark Forest, un ancien de la troupe de Mae West, sans expérience d’acteur. L’histoire est une suite de traitrises où chacun s’emploie d’essayer de tuer son voisin pour les beaux yeux d’une belle. Ce sont toutefois les démonstrations de force d’Hercule qui font le spectacle. Même si les effets spéciaux ne sont pas toujours des plus réussis, le film ne laisse regarder sans déplaisir. Il ne figure pas toutefois parmi les meilleurs du genre. Il connut un beau succès à sa sortie et Mark Forrest continuera sa carrière d’acteur quelques années, notamment dans la série des Maciste.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Mark Forest, Broderick Crawford, Gaby André, Renato Terra, Sandro Moretti
Voir la fiche du film et la filmographie de Vittorio Cottafavi sur le site IMDB.

Voir les autres films de Vittorio Cottafavi chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Vittorio Cottafavi

Remarque :
* Comme Universal détenait les droits sur le personnage d’Hercule, la version américaine (produite par American Interntional Picture) a eu pour titre « Goliath and the Dragon » pour créer une suite au film « Goliath and the Barbarians » de Carlo Campogalliani (1959). Le nom du héros est changé pour Emilius et une scène de combat contre un dragon en stop-motion est ajoutée.

La Vengeance d'Hercule (La vendetta di Ercole)Mark Forest dans La Vengeance d’Hercule (La vendetta di Ercole) de Vittorio Cottafavi.

13 février 2022

Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ (1982) de Jean Yanne

Deux heures moins le quart avant Jésus-ChristAu temps de l’Empire romain, un modeste fabricant de chars, Ben-Hur Marcel, se retrouve victime d’une machination politique visant Jules César alors que Cléopâtre arrive en visite à Rome…
Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ est un film français écrit et réalisé par Jean Yanne. A sa sortie, cette superproduction comique a été méprisée par la critique et les cinéphiles (moi le premier, je l’avoue) tout en remportant un grand succès en salles. Pourtant, le film est assez réussi et amusant. Comparé à La Vie de Brian des Monty Python sorti trois ans plus tôt, il est bien entendu beaucoup moins subtil et moins bien dosé dans son humour. Jean Yanne appuie toujours très fort sur la pédale. Ici, il multiplie les anachronismes, à tel point qu’ils perdent parfois de leur efficacité. Le film apparaît comme une suite d’anachronismes. D’autre part, il était certainement un peu facile de faire jouer à Michel Serrault un Jules César homosexuel pour surfer sur le succès de La Cage aux folles 1 et 2 (1978 et 1980)… Heureusement les acteurs sont excellents et participent joyeusement au délire. Seul le personnage de Cléopâtre est pénible à voir (enfin, surtout à entendre), interprété par Mimi Coutelier, la compagne de Jean Yanne qui a également fait les (innombrables) costumes… mais qui n’est manifestement pas actrice. L’ensemble fait passer un bon moment. Ce sixième long métrage réalisé par Jean Yanne sera son plus grand succès.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Coluche, Michel Serrault, Jean Yanne, Françoise Fabian, Michel Auclair, Darry Cowl, Paul Préboist, Daniel Emilfork, André Pousse
Voir la fiche du film et la filmographie de Jean Yanne sur le site IMDB.

Voir les livres sur Jean Yanne

Remarques :
* Tout en moquant de la publicité, Jean Yanne parvient à faire un nombre de placements de produits ahurissant. Souvent, les noms sont romanisés. Parfois, c’est inséré très grossièrement (par exemple, le paquet de cigarettes montré en gros plan).
* Le premier montage durait deux heures. Suite au refus de Jean Yanne de réduire cette durée, le producteur fit enlever une bobine entière de 20 minutes (procédé passablement radical évitant un nouveau montage). Cette partie coupée montrait les tractations avant les jeux du cirque.

Deux heures moins le quart avant Jésus-ChristColuche dans Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ de Jean Yanne.

22 novembre 2021

Exodus: Gods and Kings (2014) de Ridley Scott

Exodus: Gods and KingsDans l’Égypte antique, deux princes, Ramsès et Moïse, sont élevés comme des frères. Tandis que Ramsès devient pharaon d’Égypte, Moïse apprend son appartenance au peuple hébreu, réduit en esclavage depuis plusieurs siècles…
Après avoir dépoussiéré le péplum romain avec Gladiator en 2000, Ridley Scott s’attaque au péplum biblique. Exodus: Gods and Kings est presque un remake du film Les Dix Commandements de Cecil B. DeMille (1923 et 1956). Comparé à ce dernier, les images sont bien entendu un peu plus spectaculaires : le nombre moindre de figurants est largement compensé par l’utilisation des images de synthèse qui rend les scènes de foule plus vastes encore. L’ordinateur fait aussi des merveilles pour créer des images exceptionnelles dans les survols de la ville égyptienne de Memphis et dans la représentation des dix plaies d’Egypte. L’histoire se concentre sur la lutte entre Ramsès et Moïse et préfère faire l’impasse sur les suites de l’exode (Moïse est un prophète commun à plusieurs religions, les récits divergeant après l’exode). Le choix probablement le plus discutable a été de faire apparaître Dieu à Moïse sous la forme d’un garçon de dix ans (qui ne manque pas de paraître capricieux quand il est en colère). Le film a été très mal reçu par la critique qui l’a même parfois ridiculisé. En outre, il a suscité diverses polémiques. Personnellement, comme tout péplum, je pense qu’il faut le voir avant tout comme un beau et grand spectacle.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Christian Bale, Joel Edgerton, John Turturro, Ben Mendelsohn, María Valverde, Sigourney Weaver, Ben Kingsley, Golshifteh Farahani
Voir la fiche du film et la filmographie de Ridley Scott sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Ridley Scott chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Ridley Scott

 Exodus: Gods and KingsChristian Bale (Moïse) dans Exodus: Gods and Kings de Ridley Scott.

 Exodus: Gods and KingsGolshifteh Farahani (Nefertari) et Joel Edgerton (Ramsès II) dans Exodus: Gods and Kings de Ridley Scott.

Remarque :
* L’existence d’un esclavage en Égypte antique fait l’objet de débats parmi les égyptologues, aussi bien dans sa définition que dans son application. Les spécialistes s’accordent pour dire que l’esclavage, tel qu’il se pratiqua dans la Grèce antique, n’a pas existé en Égypte avant la période ptolémaïque (soit à partir de 323 av. J.C., un millénaire après Ramsès II), même si des formes de servitude ont pu exister. (Extrait de Wikipédia)

 Exodus: Gods and KingsExodus: Gods and Kings de Ridley Scott.

14 février 2020

Le Roi des rois (1961) de Nicholas Ray

Titre original : « King of Kings »

Le Roi des rois (King of Kings)Que Nicholas Ray ait pu diriger une version de la vie du Christ a de quoi nous surprendre. C’est le producteur Samuel Bronston qui est allé le chercher en remplacement de John Farrow (1). Le scénario prend des libertés avec la Bible et met l’accent sur l’oppression du peuple par Hérode avec l’appui des romains. Le personnage de Barrabas, habituellement simple criminel condamné à mort, devient un guérillero qui s’active à provoquer un soulèvement armé et cherche l’appui de Jésus. Le film se situe dans le sillon de la vogue des péplums (l’affiche américaine ci-contre est fortement inspirée de celle de Ben-Hur) et les scènes de foules ou de légions romaines impressionnent avec leurs innombrables figurants. La musique de Miklos Rozsa contribue également à donner de l’ampleur. L’ensemble est très bien équilibré, sans excès malgré une coloration américaine assez marquée, due principalement à la distribution. Le film fut assez critiqué à sa sortie et ce n’est que bien plus tard que ce Roi des rois de Nicholas Ray fut reconnu comme l’une des meilleures adaptations de la vie du Christ au cinéma.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Jeffrey Hunter, Robert Ryan, Hurd Hatfield, Ron Randell, Viveca Lindfors, Brigid Bazlen, Harry Guardino, Rip Torn, Frank Thring, Royal Dano
Voir la fiche du film et la filmographie de Nicholas Ray sur le site IMDB.

Voir les autres films de Nicholas Ray chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Nicholas Ray

Remarques :
* La narration en voix off, dite par Orson Welles, a été écrite par Ray Bradbury (ni l’un ni l’autre ne sont crédités au générique).
* A sa sortie, beaucoup raillèrent l’apparence trop juvénile de Jésus. Jeffrey Hunter avait pourtant l’âge requis (33 ans) mais il est vrai que les représentations courantes étaient celles d’un homme d’apparence plus âgée. A noter que Cecil B. DeMille, en 1927, avait pris un acteur qui avait 50 ans. Les autres films, pour la plupart, s’arrangeaient pour ne pas montrer son visage.

(1) Le projet était initialement prévu pour être dirigé par John Farrow. Fervent catholique, il voulait n’utiliser que les écrits de la Bible comme dialogues. Son scénario fut jugé impossible à tourner et le producteur Samuel Bronston le remplaça par Nicholas Ray.

Le Roi des rois (King of Kings)Jeffrey Hunter est Jésus dans Le Roi des rois (King of Kings) de Nicholas Ray.

Le Roi des rois (King of Kings)Le Roi des rois (King of Kings) de Nicholas Ray.

Le Roi des rois (King of Kings)Robert Ryan est Jean le Baptiste dans Le Roi des rois (King of Kings) de Nicholas Ray.

Le Roi des rois (King of Kings)Répression du soulèvement du peuple.
Dessin très proche d’une scène du film Le Roi des rois (King of Kings) de Nicholas Ray.

Homonyme :
Le Roi des rois (King of Kings) de Cecil B. DeMille (1927)

24 novembre 2018

Les légions de Cléopâtre (1959) de Vittorio Cottafavi

Titre original : « Le legioni di Cleopatra »

Les légions de CléopâtreAprès sa défaite à la bataille d’Actium, Marc-Antoine règne à Alexandrie aux côtés de Cléopâtre. Sur le point de conquérir l’Egypte, César-Auguste envoie Lucilius Caïus en messager pour le convaincre de revenir à Rome…
Considéré comme l’un des péplums les plus intéressants de Cottafavi, Les légions de Cléopâtre apparaît quelque peu disparate. Le meilleur se situe dans la mise en scène, les décors soignés et une belle utilisation de la couleur (qui a toutefois mal traversé les âges). Les scènes de batailles où les combattants s’entremêlent sont assez remarquables à la fois par leur ampleur et par le sentiment de confusion et de carnage inutile qu’elles engendrent. Le message est clairement anti-guerre et humaniste. Hélas, Cottafavi ne parvient pas à donner une dimension dramatique aux amours impossibles de la reine d’Egypte, ni à laisser transparaître une quelconque passion. En outre, l’humour autour du héros bodybuildé, qui assez classiquement se moque du danger, éteint toute tension qui aurait pu naître et Linda Cristal n’a vraiment pas la présence que nécessite son rôle.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Linda Cristal, Ettore Manni, Georges Marchal, Conrado San Martín, Alfredo Mayo
Voir la fiche du film et la filmographie de Vittorio Cottafavi sur le site IMDB.

Voir les autres films de Vittorio Cottafavi chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* La Fox a acheté le film 1 millions de dollars afin de le bloquer pour ne pas faire d’ombre au futur Cléopâtre de Mankiewicz.

Les légions de Cléopâtre
Linda Cristal dans Les légions de Cléopâtre de Vittorio Cottafavi.

1 juillet 2018

Scipion l’africain (1937) de Carmine Gallone

Titre original : « Scipione l’africano »

Scipion l'africainEn 207 avant J.-C., Rome est en guerre contre Carthage (deuxième guerre punique) et Hannibal est parvenu à envahir une partie de l’Italie en passant par le nord. Le consul Scipion demande au Sénat de lui confier la province de Sicile afin de porter la guerre sur le continent africain…
Film de propagande par excellence, Scipion l’africain a disposé d’un budget confortable directement géré par les ministres des Finances de Mussolini. Le but recherché est multiple : alimenter le culte du chef, justifier la conquête de l’Ethiopie et cultiver l’idée que la guerre endurcit les caractères. Blasetti, réalisateur initialement pressenti, serait certainement parvenu à un résultat cinématographiquement intéressant alors que le film de Carmine Gallone est assez informe et montre un manque d’imagination. Les harangues et discours de Scipion s’enchainent interminablement et les longues scènes de centaines de figurants qui l’acclament avec le bras levé sont tout autant répétitives. De plus, Gallone s’égare avec des personnages secondaires (parfois inventés) qui, mal suivis, embrouillent l’histoire au lieu de la faire rebondir. Le film perd ainsi l’intérêt historique qu’il aurait pu avoir. La séquence finale de la bataille de Zama est sans doute aucun la plus forte du film mais Gallone ne parvient pas, là non plus, à éviter une certaine confusion. En dépit des récompenses et des félicitations de Mussolini, le film ne rencontra pas le succès escompté auprès du public. Après ce demi-échec, la propagande fasciste mussolinienne abandonna le filon du film antique.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Annibale Ninchi, Camillo Pilotto, Isa Miranda
Voir la fiche du film et la filmographie de Carmine Gallone sur le site IMDB.

Voir les autres films de Carmine Gallone chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* L’acteur interprétant Scipion, Annibale (si !) Ninchi, n’a aucune présence ; il a été choisi pour ses qualités à prononcer avec emphase les différents discours.
* La production a fait venir d’Angleterre un objectif à focale variable (zoom), technologie alors révolutionnaire, loué à Alexander Korda. On peut ainsi remarquer des travelings optiques dans les scènes de foule et de bataille.
* La bataille de Zama a mis en œuvre dix mille fantassins, deux mille cavaliers et trente éléphants.

Scipion l'africain
Annibale Ninchi est Scipion dans Scipion l’africain de Carmine Gallone.

8 juillet 2017

Deux nuits avec Cléopâtre (1954) de Mario Mattoli

Titre original : « Due notti con Cleopatra »

Deux nuits avec CléopatrePour pouvoir rejoindre Marc-Antoine le temps d’un soir, la reine Cléopâtre se fait remplacer par une esclave qui lui ressemble. C’est justement le soir où un berger un peu simplet mais jovial entre dans la garde rapprochée de la reine… Mario Mattoli, réalisateur connu pour ses comédies avec Totò, un scénario signé Ruggero Maccari et Ettore Scola, une tête d’affiche avec Sophia Loren et Alberto Sordi, le plateau de Deux nuits avec Cléopâtre ne manque pas de talents. Hélas, le résultat n’est pas à la hauteur des espérances. Alberto Sordi (qui aligne 13 films en 1954) se démène pour faire le pitre mais montre ses limites car l’humour manque cruellement dans ce péplum-farce. Sophia Loren parvient toutefois à ne pas être ridicule et montre une très grande présence dans son double rôle : la reine et son sosie. L’actrice, alors en phase montante, enchainait elle aussi les tournages : 11 films en 1954. Mattoli la fera tourner peu après avec Totò dans Misère et Noblesse, film bien plus remarquable.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Sophia Loren, Alberto Sordi
Voir la fiche du film et la filmographie de Mario Mattoli sur le site IMDB.

Voir les autres films de Mario Mattoli chroniqués sur ce blog…

Deux Nuits avec Cléopâtre
Sophia Loren et Alberto Sordi dans Deux nuits avec Cléopâtre de Mario Mattoli.

Deux Nuits avce Cléopâtre
Sophia Loren et Sophia Loren dans Deux nuits avec Cléopâtre de Mario Mattoli.

4 septembre 2016

Théodora, impératrice de Byzance (1954) de Riccardo Freda

Titre original : « Teodora, imperatrice di Bisanzio »

Théodora, impératrice de ByzanceAu VIe siècle, Justinien, l’empereur de Byzance tombe sous le charme d’une jeune femme audacieuse rencontrée dans la rue. Il la suit dans une taverne où il la voit danser et lui offre un pendentif avant qu’elle ne disparaisse. Accusée de vol, la jeune femme comparaît devant un tribunal présidé par Justinien… C’est principalement Riccardo Freda qui a relancé la vague du péplum italien dans les années cinquante avec son Spartacus (1952) et des films comme ce Théodora, impératrice de Byzance. Le scénario s’appuie sur des éléments historiques, Justinien et Théodora ont bien existé mais leur rencontre est bien entendu très romancée. Passion amoureuse et jalousie sont ici exploitées, ce cocktail ravageur si souvent utilisé au cinéma ; la soif du pouvoir vient pimenter l’ensemble. Le scénario ne paraît pas très original à nos yeux contemporains mais la mise en scène de Riccardo Freda est assez soignée : contrairement à Spartacus, qui était en noir et blanc, il utilise ici la couleur (Ferraniacolor) ce qui permet de mettre joliment en valeur les costumes. Les teintes sont lumineuses. Le clou du film est une course de chars assez spectaculaire. Comme souvent, Freda utilise le montage pour compenser les limitations du tournage (quitte à utiliser plusieurs fois la même scène) et donne ainsi beaucoup de rythme à ses scènes d’action. Parmi les acteurs, on remarquera la présence d’Irène Papas (la sœur perfide de Théodora) dans l’un de ses premiers rôles. Le film peut paraître anodin aujourd’hui, surtout du fait de son scénario très prévisible, mais le film n’est pas sans valeur. Loin de là.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Georges Marchal, Gianna Maria Canale, Renato Baldini, Irene Papas
Voir la fiche du film et la filmographie de Riccardo Freda sur le site IMDB.

Voir les autres films de Riccardo Freda chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Riccardo Freda

Theodora
Gianna Maria Canale et Georges Marchal dans Théodora, impératrice de Byzance de Riccardo Freda.

16 janvier 2016

Messaline (1951) de Carmine Gallone

Titre original : « Messalina »

MessalineMariée à l’empereur Claude, l’impératrice Messaline ne cesse d’intriguer en coulisses et collectionne les amants qu’elle n’hésite pas à faire tuer s’ils deviennent gênants… Carmine Gallone est un cinéaste italien prolifique dont certains films furent des piliers du cinéma fasciste, tel son fameux Scipion l’Africain (1937). Il revient au péplum(1) avec ce Messaline, une production italo-franco-espagnole de l’Après-guerre, film moins chargé d’idéologie. La distribution est aussi cosmopolite que la production puisqu’aux côtés des acteurs italiens, on note la présence de plusieurs acteurs français et le premier rôle est assez brillamment tenu par la grande star mexicaine Maria Félix. L’histoire est hélas assez répétitive et l’on se lasse rapidement des intrigues politiques et amoureuses de la belle impératrice. Une longue séquence reconstitue le grand spectacle des jeux du cirque avec combats de gladiateurs et courses de chevaux. Le film connut un grand succès en Italie à sa sortie.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: María Félix, Georges Marchal, Memo Benassi, Jean Tissier, Jean Chevrier, Michel Vitold
Voir la fiche du film et la filmographie de Carmine Gallone sur le site IMDB.

(1) A noter, qu’en 1951, le mot « péplum » n’était pas encore utilisé. Il apparaitra peu après, les années cinquante étant la grande décennie du péplum.

Messaline
María Félix est l’impératrice Messaline dans le film de Carmine Gallone.

Voir aussi :
Messaline (Messalina Venere imperatrice) de Vittorio Cottafavi (1960).