22 octobre 2019

Michel Strogoff (1956) de Carmine Gallone

Michel StrogoffAlors que son autorité en Sibérie est menacée par le soulèvement des Tartares, le tsar charge Michel Strogoff d’aller porter une lettre à Irkoutsk à son frère le grand-duc. Il doit traverser toute une région sous le contrôle du rebelle Féofor Khan en se faisant passer pour un négociant en tissus accompagné de sa femme…
Grand film commercial des années cinquante, cette nouvelle adaptation du roman de Jules Verne est une production franco-italienne tourné en Yougoslavie. Reprenant les temps forts du roman, le scénario est conçu pour offrir un grand film d’aventures à un public large, y compris aux très jeunes. La mise en scène n’est pas particulièrement remarquable, l’ensemble est trop statique et c’est particulièrement net dans les quelques (courtes) scènes de batailles filmées en plans fixes, sans découpage, où les nombreux figurants ne miment qu’à peine le combat. En revanche, nous avons de belles chevauchées à admirer. Bien qu’un peu âgé pour le rôle, Curd Jürgens est plutôt crédible en Michel Strogoff. Cette adaptation par Carmine Gallone manque cruellement de souffle mais cela ne l’a pas empêché de connaitre un grand succès commercial en Europe.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Curd Jürgens, Geneviève Page, Jacques Dacqmine, Sylva Koscina, Gérard Buhr, Françoise Fabian
Voir la fiche du film et la filmographie de Carmine Gallone sur le site IMDB.

Voir les autres films de Carmine Gallone chroniqués sur ce blog…

Michel StrogoffValéry Inkijinoff et Curd Jürgens dans Michel Strogoff de Carmine Gallone.

Principales adaptations :
(les deux premières sont généralement considérées comme étant les meilleures)
Michel Strogoff de Victor Tourjansky (France, 1926) avec Ivan Mosjoukine (muet)
Michel Strogoff de Jacques de Baroncelli (France, 1935) avec Anton Walbrook (+ 1 version anglaise et 1 version allemande)
Michel Strogoff de Carmine Gallone (1956) avec Curd Jürgens
Le Triomphe de Michel Strogoff de Victor Tourjansky (France, 1961) avec Curd Jürgens
Michel Strogoff  de Eriprando Visconti (1970) avec John Philip Law

1 juillet 2018

Scipion l’africain (1937) de Carmine Gallone

Titre original : « Scipione l’africano »

Scipion l'africainEn 207 avant J.-C., Rome est en guerre contre Carthage (deuxième guerre punique) et Hannibal est parvenu à envahir une partie de l’Italie en passant par le nord. Le consul Scipion demande au Sénat de lui confier la province de Sicile afin de porter la guerre sur le continent africain…
Film de propagande par excellence, Scipion l’africain a disposé d’un budget confortable directement géré par les ministres des Finances de Mussolini. Le but recherché est multiple : alimenter le culte du chef, justifier la conquête de l’Ethiopie et cultiver l’idée que la guerre endurcit les caractères. Blasetti, réalisateur initialement pressenti, serait certainement parvenu à un résultat cinématographiquement intéressant alors que le film de Carmine Gallone est assez informe et montre un manque d’imagination. Les harangues et discours de Scipion s’enchainent interminablement et les longues scènes de centaines de figurants qui l’acclament avec le bras levé sont tout autant répétitives. De plus, Gallone s’égare avec des personnages secondaires (parfois inventés) qui, mal suivis, embrouillent l’histoire au lieu de la faire rebondir. Le film perd ainsi l’intérêt historique qu’il aurait pu avoir. La séquence finale de la bataille de Zama est sans doute aucun la plus forte du film mais Gallone ne parvient pas, là non plus, à éviter une certaine confusion. En dépit des récompenses et des félicitations de Mussolini, le film ne rencontra pas le succès escompté auprès du public. Après ce demi-échec, la propagande fasciste mussolinienne abandonna le filon du film antique.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Annibale Ninchi, Camillo Pilotto, Isa Miranda
Voir la fiche du film et la filmographie de Carmine Gallone sur le site IMDB.

Voir les autres films de Carmine Gallone chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* L’acteur interprétant Scipion, Annibale (si !) Ninchi, n’a aucune présence ; il a été choisi pour ses qualités à prononcer avec emphase les différents discours.
* La production a fait venir d’Angleterre un objectif à focale variable (zoom), technologie alors révolutionnaire, loué à Alexander Korda. On peut ainsi remarquer des travelings optiques dans les scènes de foule et de bataille.
* La bataille de Zama a mis en œuvre dix mille fantassins, deux mille cavaliers et trente éléphants.

Scipion l'africain
Annibale Ninchi est Scipion dans Scipion l’africain de Carmine Gallone.

16 janvier 2016

Messaline (1951) de Carmine Gallone

Titre original : « Messalina »

MessalineMariée à l’empereur Claude, l’impératrice Messaline ne cesse d’intriguer en coulisses et collectionne les amants qu’elle n’hésite pas à faire tuer s’ils deviennent gênants… Carmine Gallone est un cinéaste italien prolifique dont certains films furent des piliers du cinéma fasciste, tel son fameux Scipion l’Africain (1937). Il revient au péplum(1) avec ce Messaline, une production italo-franco-espagnole de l’Après-guerre, film moins chargé d’idéologie. La distribution est aussi cosmopolite que la production puisqu’aux côtés des acteurs italiens, on note la présence de plusieurs acteurs français et le premier rôle est assez brillamment tenu par la grande star mexicaine Maria Félix. L’histoire est hélas assez répétitive et l’on se lasse rapidement des intrigues politiques et amoureuses de la belle impératrice. Une longue séquence reconstitue le grand spectacle des jeux du cirque avec combats de gladiateurs et courses de chevaux. Le film connut un grand succès en Italie à sa sortie.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: María Félix, Georges Marchal, Memo Benassi, Jean Tissier, Jean Chevrier, Michel Vitold
Voir la fiche du film et la filmographie de Carmine Gallone sur le site IMDB.

(1) A noter, qu’en 1951, le mot « péplum » n’était pas encore utilisé. Il apparaitra peu après, les années cinquante étant la grande décennie du péplum.

Messaline
María Félix est l’impératrice Messaline dans le film de Carmine Gallone.

Voir aussi :
Messaline (Messalina Venere imperatrice) de Vittorio Cottafavi (1960).