3 décembre 2021

Un soupçon d’amour (2020) de Paul Vecchiali

Un soupçon d'amourGeneviève Garland, une célèbre comédienne, répète « Andromaque » de Racine, avec pour partenaire, son mari André. Elle ressent un malaise profond à interpréter ce personnage et cède son rôle à son amie Isabelle qui est aussi la maîtresse de son époux. Ne sachant quelle suite donner à sa carrière, Geneviève part avec son fils malade dans son village natal…
Un soupçon d’amour est un film français écrit et réalisé par Paul Vecchiali. Il s’agit de sa 57e réalisation (télévision et cinéma). Le réalisateur a fêté ses 90 ans en 2020, il est actuellement le doyen des réalisateurs français. On ne peut parler du thème principal du film sans dévoiler un élément-clé qui ne nous est révélé qu’à la toute fin. Disons donc simplement que le cinéaste cherche à explorer en profondeur les sentiments humains, y compris dans le cadre d’une relation amoureuse, qui paraît bancale dès les premières minutes. Hélas, il est difficile de ne pas rester extérieur du fait du style très déclamatoire et froid. Le film aurait été tourné en neuf jours seulement. Un soupçon d’amour a été très bien reçu par la critique qui a souligné l’élégance de la mise en scène et la constance du réalisateur à se placer en dehors des normes et des modes.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Marianne Basler, Fabienne Babe, Jean-Philippe Puymartin
Voir la fiche du film et la filmographie de Paul Vecchiali sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Paul Vecchiali chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Paul Vecchiali

Remarque :
* Paul Vecchiali apparaît brièvement lors de la scène de danse sur la terrasse de l’hôtel, non sans humour : « C’est qui le vieux ? » demande une jeune femme.

Un soupçon d'amourMarianne Basler et Ferdinand Leclère dans Un soupçon d’amour de Paul Vecchiali.

1 décembre 2021

Maryline (2017) de Guillaume Gallienne

MarylineMaryline a grandi dans un petit village. Ses parents ne recevaient jamais personne et vivaient les volets clos. À 20 ans, elle « monte à Paris » pour devenir comédienne. Mais, elle n’a pas les mots pour se défendre. Elle est confrontée à tout ce que ce métier et le monde peuvent avoir d’humiliant mais aussi de bienveillant…
Maryline est un film français écrit, coproduit et réalisé par Guillaume Gallienne. Il s’agit de son second long-métrage, après le remarqué Les Garçons et Guillaume, à table ! en 2013. Le scénario est inspiré d’une histoire qui lui a été racontée il y a 15 ans et qui l’habite depuis. « Ma mémoire en a fait autre chose » précise t-il. Le film est un portrait de femme qui n’a aucune aisance de la parole et qui a donc beaucoup de difficultés pour trouver sa place dans le milieu du cinéma. Hormis ce point, on ne saura que très peu de choses de Maryline. Le récit est globalement assez confus, avec des sautes abruptes de situations. Maryline est incarnée par Adeline D’Hermy, sociétaire de la Comédie Française, à l’instar de Guillaume Gallienne. Malgré tout son talent, l’actrice ne parvient jamais à nous faire croire à son personnage qui semble bien mal défini. Le même constat peut être fait pour d’autres personnages secondaires et l’ensemble paraît donc très artificiel. Le réalisateur/scénariste, qui désire de toute évidence montrer la supériorité du théâtre sur le cinéma, aurait certainement été plus convaincant en donnant un peu plus de consistance à son récit. Le film peut toutefois séduire par son originalité.
Elle: 3 étoiles
Lui : 1 étoiles

Acteurs: Adeline D’Hermy, Vanessa Paradis, Alice Pol, Eric Ruf, Xavier Beauvois
Voir la fiche du film et la filmographie de Guillaume Gallienne sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

MarylineAdeline D’Hermy dans Maryline de Guillaume Gallienne.

13 juillet 2021

Shakespeare Wallah (1965) de James Ivory

Shakespeare-WallahTom Buckingham et sa femme Carla sont les directeurs et acteurs d’une troupe d’acteurs shakespeariens dans l’Inde post-coloniale. Ils doivent compter avec la baisse d’intérêt pour leur art, à mesure que le théâtre anglais est supplanté par le cinéma indien en pleine émergence. Leur fille Lizzie tombe amoureuse de Sanju, un jeune et riche Indien oisif qui a aussi une amourette avec une star de cinéma de Bombay…
Shakespeare Wallah est le deuxième long métrage de l’américain James Ivory. Comme pour son premier, le scénario est écrit par Ruth Prawer Jhabvala qui collaborera avec le cinéaste pendant de nombreuses années. L’histoire s’inspire très librement de la vie réelle de la famille Kendal, comédiens britanniques vivant en Inde, dont trois des membres, le père, la mère et la fille, interprètent leur propre rôle. Un quatrième membre, la fille aînée, tient un second rôle (Mrs Bowen). Du fait d’un budget réduit, le film a été tourné en noir et blanc avec peu d’éclairages. On retrouve ici des thèmes récurrents dans la filmographie de James Ivory : L’Inde bien entendu, la fin d’une époque coloniale, les difficultés d’une transition et de rapprochement des deux cultures, le déracinement. Sans être très intense, Shakespeare Wallah reste intéressant en tant que chronique d’une époque. La musique est signée Satyajit Ray (oui, le cinéaste… il fut aussi un compositeur de talent).
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Shashi Kapoor, Felicity Kendal, Geoffrey Kendal, Laura Liddell, Madhur Jaffrey
Voir la fiche du film et la filmographie de James Ivory sur le site IMDB.

Voir les autres films de James Ivory chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur James Ivory

Remarques :
* Dans la réalité, la troupe des Kendal se nommait « Shakespeareana Company », ce qui leur valu le sobriquet « Shakespearewallah ».
* Ismail Merchant, le producteur, interprète un propriétaire de théâtre.

Shakespeare-WallahShashi Kapoor et Felicity Kendal dans Shakespeare-Wallah de James Ivory.

4 février 2021

Becket (1964) de Peter Glenville

BecketAu XIIe siècle, Thomas Becket est le chancelier du royaume et l’ami d’Henri II d’Angleterre. Celui-ci doit le promouvoir archevêque de Canterbury à la mort de ce dernier. Becket se sent alors investi par toutes les tâches qui lui incombent, mais ses activités font bientôt de lui un rival pour le roi…
Becket est un film britannico-américain. Il s’agit de la reprise à l’écran de la pièce de théâtre Becket ou l’Honneur de Dieu de Jean Anouilh créée en 1959. Metteur en scène de théâtre, l’anglais Peter Glenville a toujours montré son intérêt à adapter des pièces au grand écran. Il a réuni ici deux grands acteurs, Peter O’Toole et Richard Burton, dont la confrontation ne déçoit pas. Tout l’intérêt du film est dans son interprétation car, hélas, la mise en scène se montre peu imaginative et paraît empreint d’une certaine lourdeur. Le récit met beaucoup d’insistance à transformer la proximité entre le roi Henry II et Thomas Becket en attirance homosexuelle inavouée. L’ensemble est bien trop long et un peu ennuyeux, hélas.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Richard Burton, Peter O’Toole, John Gielgud, Gino Cervi
Voir la fiche du film et la filmographie de Peter Glenville sur le site IMDB.

Voir les autres films de Peter Glenville chroniqués sur ce blog…

BecketRichard Burton et Peter O’Toole dans Becket de Peter Glenville.

15 septembre 2020

Miquette et sa mère (1950) de Henri-Georges Clouzot

Miquette et sa mèreEn 1898, Miquette Grandier est une jeune fille sage qui aide sa mère à exploiter un bazar-bureau de tabac dans une petite ville de province. Elle rêve de faire du théâtre. Elle est discrètement amoureuse du sympathique et maladroit, Urbain de la Tour Mirande qui est lui-même épris d’elle sans oser se déclarer. L’oncle d’Urbain, le marquis de la Tour Mirande, un vieux beau qui se vante d’être doué d’une nature « brillante et corrompue » s’oppose à cette idylle…
Cette comédie de Robert de Flers et Gaston Arman de Caillavet datant de 1906 avait déjà été portée à l’écran par de Henri Diamant-Berger en 1934. Cette nouvelle adaptation est assez inattendue dans la filmographie d’Henri-Georges Clouzot qui a réalisé peu de films si mineurs. La distribution est pourtant assez prestigieuse, l’histoire pourrait même être plaisante mais tout cela a bien mal vieilli et n’a rien de remarquable. Avec de la bonne volonté, on peut sans doute sauver le film en soulignant toute la dérision mise dans les personnages. Le plus amusant réside dans les scènes montrant l’envers du décor d’une troupe de théâtre de dernière zone. Henri-Georges Clouzot a expliqué plus tard qu’il avait prévu de tourner un autre film auquel il avait dû renoncer sous la pression du Centre du cinéma.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Louis Jouvet, Bourvil, Saturnin Fabre, Danièle Delorme, Mireille Perrey, Pauline Carton, Jeanne Fusier-Gir
Voir la fiche du film et la filmographie de Henri-Georges Clouzot sur le site IMDB.

Voir les autres films de Henri-Georges Clouzot chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Henri-Georges Clouzot

Miquette et sa mèreDanièle Delorme et Bourvil dans Miquette et sa mère de Henri-Georges Clouzot.

Précédente adaptation :
Miquette et sa mère d’Henri Diamant Berger (1934) avec Blanche Montel et Michel Simon.

10 mai 2020

Herbes flottantes (1959) de Yasujirô Ozu

Titre original : « Ukikusa »

Herbes flottantes (Ukikusa)Une petite troupe de théâtre kabuki débarque dans un village de pêcheurs au sud du Japon. Il y a des années, leur meneur, Komajuro, avait eu une aventure avec l’une des habitantes. De leur brève union est né un garçon, Kiyoshi, qui ignore tout de l’identité de son père. Mais ce dernier n’est pas le seul à qui Komajuro a caché la vérité. Lorsque Sumiko, sa maîtresse actuelle et comédienne de la troupe, découvre l’existence de Kiyoshi et de sa mère, elle décide de se venger…
Yasujirô Ozu avait déjà mis en scène en 1934 cette histoire qu’il a écrite avec Tadao Ikeda. Ce très beau film, Histoires d’herbes flottantes, était muet et en noir et blanc. Le cinéaste l’aimait beaucoup et il a décidé vingt cinq ans plus tard d’en faire une nouvelle version. C’est un très beau mélodrame, qui s’installe lentement et aborde les thèmes de la responsabilité et de l’image de soi. Comme toujours avec Ozu, la forme est enthousiasmante. Le film est graphiquement très beau, avec ses plans fixes à la composition complexe (multiples plans et multiples cadres) et une utilisation de la couleur assez remarquable (il enrichit ses plans de « taches » de couleur rouge à la façon d’un peintre). La vision d’un film d’Ozu est toujours une expérience assez unique et Herbes flottantes ne déroge pas à la règle.
Elle: 4 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Ganjirô Nakamura, Machiko Kyô, Ayako Wakao, Hiroshi Kawaguchi, Haruko Sugimura
Voir la fiche du film et la filmographie de Yasujirô Ozu sur le site IMDB.

Voir les autres films de Yasujirô Ozu chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Yasujirô Ozu

Remarques :
* Les « herbes flottantes » du titre font référence aux lentilles d’eau ; cette plante flottante figure souvent dans la poésie japonaise comme allégorie pour les errements ou une vie sans but.
* Précédente version :
Histoires d’herbes flottantes (Ukikusa monogatari) (muet, 1934) de Yasujirô Ozu

Herbes flottantes (Ukikusa)Ayako Wakao dans Herbes flottantes (Ukikusa) de Yasujirô Ozu.
(bel exemple de ces fameux regards-caméra spécifiques à Ozu)

Herbes flottantes (Ukikusa)Machiko Kyô et Ganjirô Nakamura dans Herbes flottantes (Ukikusa) de Yasujirô Ozu.
Une séquence étonnante où les deux personnages, en violente dispute, sont séparés par une pluie battante formant rideau.

21 janvier 2020

Birdman (2014) de Alejandro González Iñárritu

Titre original : « Birdman or -The Unexpected Virtue of Ignorance »

Birdman (Birdman or -The Unexpected Virtue of Ignorance)Riggan Thomson est un acteur à la gloire passée, connu pour avoir interprété le super-héros Birdman dans une trilogie de films. Le rôle l’habite encore, Thomson se prenant parfois à croire qu’il peut voler ou déplacer des objets par la pensée, tout en entendant les sarcasmes du personnage de Birdman. Riggan a cependant un projet pour relancer sa carrière : une nouvelle adaptation sur Broadway de la nouvelle Parlez-moi d’amour de Raymond Carver…
Birdman (ou la Surprenante Vertu de l’ignorance) est co-écrit, co-produit et réalisé par Alejandro González Iñárritu. L’histoire semble être un miroir de celle son acteur principal, Michael Keaton, qui a connu une célébrité fugitive avec Batman. Birdman a été très remarqué pour sa forme : Iñárritu a voulu donner à son film l’apparence d’un long plan-séquence (sans toutefois chercher à cacher que ce n’est pas le cas), fantasme absolu de nombreux réalisateurs. L’autre trait particulier du film est le jeu des acteurs, survolté et explosif, démonstratif et outrancier. Le résultat est assez stressant pour le spectateur. Le propos est assez limité, sans portée, donnant l’impression de tourner en rond pendant près de deux heures. Bien entendu, on peut voir là une critique de Hollywood et de l’illusion de la célébrité mais, en réalité, le propos est surtout nombriliste (1). D’ailleurs toute la profession a salué le film en le couvrant d’innombrables récompenses. Le succès public a également été au rendez-vous.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Michael Keaton, Zach Galifianakis, Naomi Watts, Edward Norton, Emma Stone, Andrea Riseborough, Amy Ryan
Voir la fiche du film et la filmographie de Alejandro González Iñárritu sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Alejandro González Iñárritu chroniqués sur ce blog…

(1) Finalement, le seul personnage qui dise des choses intéressantes est la critique (Tabitha). Elle a beau être montrée sous un jour très péjoratif par Iñárritu, dans sa courte tirade où elle annonce qu’elle va démolir la pièce, elle a une vision très juste. Elle les a parfaitement cernés.

 Birdman (Birdman or -The Unexpected Virtue of Ignorance)Michael Keaton, Noami Watts et Zach Galifianakis dans Birdman de Alejandro G. Iñárritu.

20 janvier 2020

Marvin ou la belle éducation (2017) de Anne Fontaine

Marvin ou la belle éducationIssu d’un milieu très populaire, Marvin Bijou est un jeune garçon aux allures efféminées qui en font le souffre-douleur de son frère et de ses camarades d’école. Grâce à la principale du collège, Marvin découvre le théâtre et va pouvoir se sortir de son milieu…
Très fortement inspiré du livre En finir avec Eddy Bellegueule d’Édouard Louis, Marvin ou La Belle Éducation raconte la jeunesse d’un garçon maltraité par sa famille et les jeunes de son âge. Le scénario se déroule en parallèle sur deux époques : Marvin à 10 ans dans sa famille ou à l’école dans les Vosges et Marvin à 20 ans à Paris dans un milieu artistique. Le propos dénonce le rejet de la différence et de l’homosexualité, ce qui est louable, mais Anne Fontaine n’évite pas les stéréotypes que ce soit dans la peinture du milieu populaire ou, à l’opposé, celle du milieu très aisé (le personnage joué par Charles Berling notamment). En revanche, la cinéaste parvient à rendre son personnage principal attachant et émouvant, fort bien interprété par Finnegan Oldfield. Le film a reçu un accueil mitigé et n’a pas connu le succès escompté.
Elle: 4 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Finnegan Oldfield, Grégory Gadebois, Vincent Macaigne, Catherine Salée, Jules Porier, Catherine Mouchet, Charles Berling, Isabelle Huppert
Voir la fiche du film et la filmographie de Anne Fontaine sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Anne Fontaine chroniqués sur ce blog…

Marvin ou la belle éducationFinnegan Oldfield dans Marvin ou la belle éducation de Anne Fontaine.

Marvin ou la belle éducationJules Porier dans Marvin ou la belle éducation de Anne Fontaine.

23 novembre 2019

Edmond (2018) de Alexis Michalik

EdmondParis, 1897. Le jeune Edmond Rostand n’a rien écrit depuis deux ans et sa dernière pièce en vers était un échec. Par l’entremise de Sarah Bernhardt, il rencontre l’acteur célèbre Constant Coquelin et lui promet que sa nouvelle pièce sera pour lui. Il ne reste qu’à l’écrire…
C’est en observant le succès du film Shakespeare in Love que le jeune Alexis Michalik eut l’idée d’écrire une comédie équivalente sur la création de l’une des pièces françaises les plus connues : Cyrano de Bergerac. Ne pouvant trouver ni le financement ni un réalisateur pour son film, il se tourna vers le théâtre en 2016 et ce fût un grand succès. Il put enfin revenir à son projet initial d’en faire un film, qu’il réalisa lui-même. L’histoire est bien entendu romancée et idéalisée mais reste tout à fait plausible. Edmond est une comédie virevoltante, avec des dialogues enlevés, un humour fin et élégant et des acteurs qui semblent s’amuser tout autant que nous. Une belle réussite.
Elle: 4 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Thomas Solivérès, Olivier Gourmet, Mathilde Seigner, Tom Leeb, Lucie Boujenah, Alice de Lencquesaing, Clémentine Célarié
Voir la fiche du film et la filmographie de Alexis Michalik sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarque:
* Alexis Michalik interprète Georges Feydeau.

EdmondThomas Solivérès (Edmond Rostand), Olivier Gourmet (Constant Coquelin) et Tom Leeb dans Edmond de Alexis Michalik.

7 novembre 2019

Murder! (1930) de Alfred Hitchcock

Titre français parfois utilisé : « Meurtre »

Meurtre (Murder!)L’actrice Diana Baring est retrouvée prostrée près du cadavre de sa rivale, un tisonnier à ses pieds. Tout l’accuse mais elle ne se souvient de rien…
Adapté d’une pièce, Murder! est l’un des tous premiers films parlants tournés par Alfred Hitchcock. Il le présente comme l’un des rares whodunits (1) qu’il ait tournés. L’histoire, qui se déroule dans le monde du théâtre, joue beaucoup sur les fausses apparences. Tout est lié au théâtre avec notamment des références à Hamlet. Par petites touches, dans les détails, Hitchcock parvient à y ajouter de l’humour, ce qui tire l’ensemble vers la comédie. Sur la forme, le film ne manque pas de trouvailles ou essais du jeune réalisateur. Murder! est ainsi reconnu pour être le premier film où un personnage se parle à lui-même par un monologue intérieur (la difficulté, à l’époque, résidait dans la prise directe du son. Ainsi le réalisateur raconte que dans cette même scène de la salle de bains, il avait un orchestre de trente musiciens derrière le décor pour simuler la musique à la radio. La voix du monologue intérieur avait, quant à elle, été enregistrée sur un disque). Sans être franchement remarquable, Murder! se regarde sans déplaisir.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Herbert Marshall, Norah Baring, Phyllis Konstam, Edward Chapman
Voir la fiche du film et la filmographie de Alfred Hitchcock sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alfred Hitchcock chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Alfred Hitchcock

Remarques :
* Caméo : A 1h00, lorsque le trio ressort de la maison où le crime a été commis, Hitchcock passe au premier plan avec une femme à son bras. Bizarrement, dans cette même scène, un énorme micro sur pied est très visible sur la partie gauche de l’image pendant une bonne demi-minute.
* Une version allemande a été tournée simultanément :  Mary avec Alfred Abel et Olga Tschechowa.

(1) Whodunit (contraction de « Who done it ? » = Qui l’a fait ? ) désigne le style d’intrigue policière où l’identité de l’assassin n’est révélé qu’à la fin du récit (par exemple, les romans d’Agatha Christie sont des whodunits). Alfred Hitchcock dit à leur propos : « J’ai toujours évité les whodunits car généralement l’intérêt réside seulement dans la partie finale. (…) Vous attendez tranquillement la réponse à la question : qui a tué ? Aucune émotion. » (Entretiens avec François Truffaut)

Meurtre (Murder!)Herbert Marshall dans le fameuse scène du monologue intérieur de Murder! de Alfred Hitchcock.

Meurtre (Murder!)Phyllis Konstam, Herbert Marshall et Edward Chapman dans Murder! de Alfred Hitchcock.
Sur la gauche, un microphone sur pied est largement visible.