25 mai 2020

L’Affaire de Trinidad (1952) de Vincent Sherman

Titre original : « Affair in Trinidad »

L'affaire de Trinidad (Affair in Trinidad)Sur l’île de Trinidad aux Antilles, le corps d’un résident américain est retrouvé dans l’eau du port. L’enquête officielle conclut à un suicide, mais les autorités restent sceptiques. Sa femme est danseuse dans un cabaret.  Son frère arrive sur l’île peu après. Il avait été appelé par le défunt et refuse de croire à un suicide…
Harry Cohn, patron de la Columbia, n’a pas la réputation de faire de la dentelle. Pour célébrer le retour de Rita Hayworth sur les écrans après trois ans d’absence (1), il concocte un film sur mesure calqué sans complexe sur celui qui l’a propulsée au rang de sex-symbol : Gilda. L’histoire est pratiquement la même et Glenn Ford a été rappelé pour reformer le tandem. Le point fort du film n’est pas le scénario qui ne réserve aucune surprise mais bien le charme de l’actrice. Rita Hayworth est absolument superbe dans les robes dessinées par Jean Louis (déjà présent pour Gilda) et elle nous gratifie de deux numéros de chant particulièrement suggestifs, du genre qui vous cloue au fauteuil (comme dans Gilda…) Sa présence rend le film fort plaisant malgré tous ses défauts. Les critiques furent mauvaises mais le succès commercial fut immense.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Rita Hayworth, Glenn Ford, Alexander Scourby, Valerie Bettis, Torin Thatcher
Voir la fiche du film et la filmographie de Vincent Sherman sur le site IMDB.

Voir les autres films de Vincent Sherman chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* L’Affaire de Trinidad est le quatrième des cinq films que Rita Hayworth et Glenn Ford ont tournés ensemble.
* Outre les multiples emprunts à Gilda, le réalisateur a avoué dans son autobiographie que les scénaristes avaient repris des éléments de Notorious d’Hitchcock.

(1) Trois ans auparavant, Rita Hayworth au sommet de sa gloire avait laissé le monde du cinéma sans voix en déclarant arrêter sa carrière d’actrice pour épouser le prince Ali Khan. Ce mariage tourna rapidement au désastre.

L'affaire de Trinidad (Affair in Trinidad)Alexander Scourby, Glenn Ford et Rita Hayworth dans L’affaire de Trinidad (Affair in Trinidad) de Vincent Sherman.

L'affaire de Trinidad (Affair in Trinidad)Glenn Ford dans L’affaire de Trinidad (Affair in Trinidad) de Vincent Sherman.

23 mai 2020

The Girl of the Golden West (1915) de Cecil B. DeMille

The Girl of the Golden WestDans un camp de chercheurs d’or, le shérif Jack Rance voudrait bien épouser la « fille », une orpheline héritière du saloon local. Mais celle-ci rencontre le bandit Ramerrez sous une fausse identité et une idylle commence à naître…
The Girl of the Golden West de Cecil B. DeMille est la première adaptation de la pièce à succès de David Belasco écrite en 1905. Les adaptations de pièces de théâtre pour le cinématographe étaient alors courantes, Cecil B. DeMille en a réalisée de nombreuses en 1914-1915. Il  se forgeait ainsi une première expérience. Il est un peu difficile de détecter les qualités qu’il montrera très rapidement par la suite : nous sommes loin de The Cheat qu’il tournera peu après, que ce soit dans la maitrise du déroulement du récit, dans le montage ou dans la lumière. La séquence la plus remarquable est une partie de poker pour sceller le sort d’un homme où le réalisateur parvient à créer une réelle tension. L’interprétation de Theodore Roberts (le shérif) est bien trop théâtrale, par son jeu et sa prestance, défaut qui était encore très courant en ce milieu des années 1910. Un film pas vraiment remarquable. (Film muet, 45 mn).
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Mabel Van Buren, Theodore Roberts, House Peters
Voir la fiche du film et la filmographie de Cecil B. DeMille sur le site IMDB.

Voir les autres films de Cecil B. DeMille chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Cecil B. DeMille

Remarque :
* Autres adaptations de la pièce de David Belasco :
The Girl of the Golden West d’Edwin Carewe (1923) avec Sylvia Breamer
The Girl of the Golden West de John Francis Dillon (1930) avec Ann Harding
The Girl of the Golden West (La belle cabaretière) de Robert Z. Leonard (1938), comédie musicale avec Jeanette MacDonald

The Girl of the Golden West??, Mabel Van Buren et Theodore Roberts dans The Girl of the Golden West de Cecil B. DeMille.

22 mai 2020

Toy Story 4 (2019) de Josh Cooley

Toy Story 4Devenu adolescent, le jeune Andy a donné tous ses jouets. Woody est maintenant chez Bonnie, une petite fille, mais il est loin d’être son jouet préféré. Alors que Bonnie s’apprête à passer son premier jour à l’école maternelle, Woody s’inquiète pour elle et parvient à se mettre dans son sac à dos. C’est grâce à lui que Bonnie va se créer un nouveau jouet avec une fourchette. Mais ce dernier ne veut pas être un jouet…
Généralement, la qualité des suites de films s’inscrit sur une pente descendante. Pour Toy Story, il n’en est rien et ce quatrième opus montre une inventivité et une qualité dans l’écriture absolument remarquable. C’est un film très complet qui amuse, émeut et émerveille. Le créativité est toujours aussi vivace chez Pixar.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Tom Hanks, Tim Allen, Annie Potts
Voir la fiche du film et la filmographie de Josh Cooley sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Toy Story 4Forky et Woody dans Toy Story 4 de Josh Cooley.

Toy Story 4Buzz Lightyear, Woody et Bo Peep dans Toy Story 4 de Josh Cooley.

18 mai 2020

Alita: Battle Angel (2019) de Robert Rodriguez

Alita: Battle AngelEn l’an 2563, le Dr Dyson Ido, médecin spécialisé dans les augmentations biomécaniques, trouve dans une décharge à ciel ouvert les restes d’une androïde. Dans sa clinique, après lui avoir donné un nouveau corps, il parvient à réveiller la jeune cyborg qui reste amnésique. Rapidement, elle se découvre des réflexes combatifs et une force surhumaine…
James Cameron a nourri le projet d’adapter le manga Gunnm (9 tomes de 220 pages) depuis le début des années 2000 mais l’a sans cesse repoussé. Il a fini par en confier la réalisation à Robert Rodriguez, lui restant scénariste et producteur. Cette fable de science-fiction se situe dans la veine cyberpunk tout en offrant une bonne part de rêve. Si les mécanismes du récit et même le monde créé peuvent paraître peu originaux, le résultat est assez fort et marquant. L’héroïne est aussi étrange qu’attachante. Le parti-pris de lui donner (grâce à un effet numérique) des yeux plus grands que la normale, à l’instar des personnages de mangas, se révèle efficace pour exprimer sa nature artificielle. Les séquences d’action sont virevoltantes, brutales sans être sanglantes, la violence paraissant irréelle. L’ensemble a un petit côté enfantin, laissant une bonne place à l’émerveillement.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Rosa Salazar, Christoph Waltz, Jennifer Connelly, Mahershala Ali, Keean Johnson
Voir la fiche du film et la filmographie de Robert Rodriguez sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Robert Rodriguez chroniqués sur ce blog…

Alita: Battle AngelRosa Salazar et Keean Johnson dans Alita: Battle Angel de Robert Rodriguez.

Alita: Battle AngelRosa Salazar et Christoph Waltz dans Alita: Battle Angel de Robert Rodriguez.

16 mai 2020

Un ancien flirt (1927) de Fred Guiol et F. Richard Jones

Titre original : « Love ‘Em and Weep »

Un ancien flirt (Love 'Em and Weep) (Film muet, 20 mn env., 2 bobines) Titus Tillsbury (James Finlayson), homme respectable et respecté, prépare un discours avec son secrétaire particulier, Romaine Ricketts (Stan Laurel), lorsque surgit « Peaches » (Mae Busch), une ravissante jeune femme avec qui il a eu une aventure. Elle lui montre une photo compromettante et menace de ruiner sa carrière…
Chronologiquement parlant, Love ‘Em and Weep est le quatrième ou cinquième film de Laurel et Hardy (1) mais, s’ils font tous les deux partie de l’écurie d’Hal Roach,  le duo n’est pas vraiment encore bien établi : Stan Laurel a un rôle certes assez important mais c’est un second rôle, qui ne lui permet donc pas de développer son jeu si particulier, et Oliver Hardy ne fait que de la figuration. Le premier rôle est tenu par James Finlayson, solide comique avec tout un jeu de mimiques hilarantes. C’est une comédie fort bien construite avec de bonnes trouvailles de gag. Une version parlante sera refaite quatre ans plus tard par le duo Laurel & Hardy qui auront cette fois les premiers rôles : Chickens Come Home.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Mae Busch, Stan Laurel, James Finlayson, Oliver Hardy, Charlotte Mineau, Vivien Oakland
Voir la fiche du film et la filmographie de Fred Guiol et F. Richard Jones sur le site IMDB.

(1) Suivant que l’on compte ou pas Le Veinard (The Lucky Dog) de 1921.

Un ancien flirt (Love 'Em and Weep)James Finlayson / Mae Busch et James Finlayson dans Un ancien flirt (Love ‘Em and Weep) de Fred Guiol et F. Richard Jones.

Un ancien flirt (Love 'Em and Weep)Stan Laurel et Oliver Hardy dans Un ancien flirt (Love ‘Em and Weep) de Fred Guiol et F. Richard Jones.
(Les deux acteurs n’ont aucun plan en commun.)

16 mai 2020

Quand les poules rentrent au bercail (1931) de James W. Horne

Titre original : « Chickens Come Home- »

Quand les poules rentrent au bercail (Chickens Come Home-)(Court métrage, 30 mn) Oliver Hardy est un homme d’affaires important et respectable. Mais, alors qu’il s’apprête à briguer la mairie de la ville, une femme avec qui il a eu une aventure avant de se marier fait irruption dans son bureau. Elle menace de donner aux journaux une photo compromettante…
Chickens come home est le remake parlant du court métrage muet Love’em and weep, à ceci près qu’Oliver Hardy reprend le rôle tenu par James Finlayson (qui devient son majordome). Stan Laurel et Mae Busch gardent le même personnage. Laurel et Hardy n’ont finalement qu’assez peu de scènes ensemble ce qui affaiblit l’humour. Les personnages féminins sont très exagérés et crient beaucoup, ce sont de véritables dragons (c’est souvent le cas chez Laurel et Hardy). Les scènes les plus comiques, à mes yeux, sont celles entre Hardy et son serviteur Finlayson. Cependant beaucoup d’amateurs du duo voient là l’un de leurs meilleurs court métrages. Personnellement, je préfère la première version.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, Mae Busch, Thelma Todd, James Finlayson
Voir la fiche du film et la filmographie de James W. Horne sur le site IMDB.

Voir les autres films de James W. Horne chroniqués sur ce blog…

Quand les poules rentrent au bercail (Chickens Come Home)Mae Busch, Oliver Hardy, Thelma Todd et Stan Laurel dans Quand les poules rentrent au bercail (Chickens Come Home) de James W. Horne.

14 mai 2020

Objectif Lune (1967) de Robert Altman

Titre original : « Countdown »

Objectif Lune (Countdown)Alors que le programme Apollo de la NASA a besoin encore d’une année pour envoyer des hommes sur la Lune, les américains apprennent que les russes sont sur le point d’aboutir. Pour ne pas se faire doubler, Washington décide d’envoyer dès maintenant un homme seul qui devra attendre un an dans un abri spécial la mission Apollo capable de le ramener sur la Terre…
Countdown est adapté du roman The Pilgrim Project de Hank Searls paru en 1965. Le film marque le retour de Robert Altman au cinéma après dix années de télévision. Il l’a tourné… mais pas monté, puisqu’il fut renvoyé par la Warner (1). Le récit tend à opposer l’humain au scientifique : d’abord par les réticences de tous les proches de l’astronaute choisi, par celles du médecin et aussi par les réactions incontrôlées de l’homme lors de la mission. Tout cela aurait pu donner un film intéressant mais, hélas, donne trop souvent l’impression d’un soap-opera sans grande profondeur. En outre, les scènes dans la capsule ou sur la Lune trahissent un manque de budget (la démarche de James Caan sur la Lune consiste à trainer des pieds dans un scaphandre d’opérette). On peut penser que le résultat final aurait certainement été différent si Robert Altman avait contrôlé son projet jusqu’au bout.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: James Caan, Joanna Moore, Robert Duvall, Barbara Baxley
Voir la fiche du film et la filmographie de Robert Altman sur le site IMDB.

Voir les autres films de Robert Altman chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Robert Altman

Remarques :
* Le film est sorti aux Etats-Unis dix-huit mois avant la mission Apollo 11 qui a permis à un homme de marcher sur la lune.
* Countdown est sorti aux Etats-Unis en double-programme avec le film de John Wayne Les Bérets verts. Ce dernier engendra une telle polémique que personne ne parla de Countdown qui fut rapidement retiré des circuits.

(1) Robert Altman fut renvoyé le soir du dernier jour de tournage par Jack L. Warner parce qu’il avait filmé des scènes où plusieurs acteurs parlaient en même temps, ce qu’il considérait comme une faute professionnelle. Quelques scènes additionnelles furent tournées par le producteur William Conrad.

Objectif Lune (Countdown)James Caan dans Objectif Lune (Countdown) de Robert Altman.

12 mai 2020

La Reine des rebelles (1941) de Irving Cummings

Titre original : « Belle Starr »

La Reine des rebelles (Belle Starr)Etats-Unis, état du Missouri. Pendant la guerre de Sécession, Belle Shirley est restée seule à la tête du vaste domaine familial. Lorsque son frère revient avec l’annonce de la reddition, elle refuse d’accepter la défaite et se joint à la cause du capitaine sudiste rebelle Sam Starr…
Le succès d’Autant en emporte le vent (MGM, 1939) a généré chez les studios hollywoodiens un appétit soudain pour les histoires dont les personnages principaux défendent les « valeurs du Sud ». Ici, la Fox s’est emparée d’une hors-la-loi légendaire, Belle Starr, pour la transformer en ersatz de Scarlett O’Hara. Inutile de dire que la vérité historique n’a pas été l’objectif premier de cette entreprise. Le rôle-titre devait être tenu par Barbara Stanwyck qui refusa peu avant le tournage et, après plusieurs autres refus, c’est la jeune Gene Tierney qui fut choisie. Il s’agit de son quatrième long métrage. Elle ne fait pas une grande prestation mais, malgré un évident manque d’expérience et des roulements d’yeux à foison, montre une certaine présence à l’écran. La mise en scène d’Irving Cummings est sans relief, semblant un peu bâclée. L’ensemble est bien terne, juste sauvé par un beau Technicolor. En outre, l’idéologie véhiculée, ouvertement pro-sudiste avec relents de racisme, est assez déplaisante. Le film connut un beau succès à sa sortie.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Randolph Scott, Gene Tierney, Dana Andrews, Shepperd Strudwick
Voir la fiche du film et la filmographie de Irving Cummings sur le site IMDB.

Voir les autres films de Irving Cummings chroniqués sur ce blog…

La Reine des rebelles (Belle Starr)Randolph Scott et Gene Tierney dans La Reine des rebelles (Belle Starr) de Irving Cummings.

9 mai 2020

Dumbo (2019) de Tim Burton

DumboLes enfants de Holt Farrier, ex-artiste de cirque chargé de s’occuper d’un éléphanteau dont les oreilles démesurées sont la risée du public, découvrent que ce dernier sait voler…
Avant Dumbo, Tim Burton avait déjà fait deux incursions dans l’univers Disney avec Alice au pays des merveilles (2010) et Frankenweenie (2012). Faire le remake en images réelles d’un dessin animé avec un éléphant volant est bien entendu une gageure technique. Aujourd’hui, l’expertise en matière d’ajout par ordinateur est telle qu’il est très difficile de déceler ce qui a été ajouté. Tout est travaillé dans le moindre détail pour créer un univers féérique. C’est superbe. L’histoire est simple et gentille, principalement destinée aux enfants, mais il se dégage du film une magie qui peut séduire à tout âge. Il est toutefois certainement préférable d’être accompagné de jeunes bambins pour vraiment l’apprécier…

Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Colin Farrell, Michael Keaton, Danny DeVito, Eva Green
Voir la fiche du film et la filmographie de Tim Burton sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Tim Burton chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Tim Burton

Film original :
Dumbo, l’éléphant volant (Dumbo), dessin animé des Studios Walt Disney (1941).

DumboColin Farrell, Dumbo,Nico Parker et Finley Hobbins dans Dumbo de Tim Burton.

1 mai 2020

Coup de fouet en retour (1956) de John Sturges

Titre original : « Backlash »

Coup de fouet en retour (Backlash)Jim Slater n’a jamais connu son père. Il sait qu’il a été massacré par les Apaches alors qu’il cherchait de l’or avec cinq compagnons. L’un a survécu mais n’est pas allé chercher de secours, préférant garder l’or. Jim se met à la recherche de celui qui a laissé mourir son père…
Basé sur un roman de Frank Gruber, le scénario de Backlash a été écrit par Borden Chase, grand scénariste de westerns à qui l’on doit les plus beaux d’Anthony Mann et le Red River d’Howard Hawks. Si Backlash n’est sans doute au même niveau, c’est dû plus à l’approche simple et directe de Sturges qu’à l’histoire en elle-même qui est l’une des plus originales du genre : ce western a en effet des accents psychanalytiques étonnants. C’est une véritable recherche du père et celle-ci va prendre un tour inattendu. Les deux personnages principaux sont très bien interprétés, Richard Widmark étant ici dans un rôle plus positif et complexe qu’à l’habitude (et sans exploitation de son rire si particulier). Certains personnages secondaires paraissent en revanche quelque peu surjoués (William Campbell notamment). Affublé d’un titre français assez bizarre, Backlash est un western plutôt original et même surprenant.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Richard Widmark, Donna Reed, William Campbell, John McIntire
Voir la fiche du film et la filmographie de John Sturges sur le site IMDB.

Voir les autres films de John Sturges chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur John Sturges

Remarque :
* Backlash en anglais courant signifie « contrecoup » mais étymologiquement le sens premier est plutôt l’équivalent de notre expression « retour de manivelle », sens qui s’applique mieux à cette histoire.

Coup de fouet en retour (Backlash)Richard Widmark et Donna Reed dans Coup de fouet en retour (Backlash) de John Sturges.