6 mai 2021

Eté 85 (2020) de François Ozon

Été 85À l’été 1985 en Normandie, Alex, âgé de seize ans et hanté par la mort, comparaît devant un tribunal. Un garçon est mort. Alex peine à remémorer les faits. Il avait rencontré David, âgé de dix-huit ans, quelques semaines plus tôt alors qu’il avait chaviré en mer. Ils étaient devenus amis et même plus que cela…
Eté 85 est librement adapté du roman d’Aidan Chambers, La Danse du coucou, que François Ozon a lu en 1985, quand il avait dix-sept ans. Il a gardé pendant toutes ces années le désir d’en faire un film. Si l’homosexualité est bien présente dans cette histoire, elle n’en est pas le nœud central. Il s’agit essentiellement d’une histoire d’amour adolescent filmée de façon très classique (dans le bon sens du terme) par François Ozon, hormis l’atmosphère inquiétante du début à la fin. Le réalisateur nous mène en bateau (!), masquant une partie de la réalité pour nous laisser croire certaines choses qui ne sont pas. Le procédé n’est pas condamnable en soi mais il peut paraître quelque peu artificiel, inséré pour rehausser l’intérêt. Belle prestation des deux acteurs principaux qui montrent une belle présence à l’écran.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Félix Lefebvre, Benjamin Voisin, Philippine Velge, Valeria Bruni Tedeschi, Melvil Poupaud, Isabelle Nanty
Voir la fiche du film et la filmographie de François Ozon sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de François Ozon chroniqués sur ce blog…
Voir les livres liés à François Ozon

Été 85Félix Lefebvre et Benjamin Voisin dans Été 85 de François Ozon.

4 mai 2021

Track of the Cat (1954) de William A. Wellman

Track of the CatUne nuit, dans un ranch isolé des Montagnes Rocheuses, un fauve attaque le troupeau. Une légende parle d’une panthère noire revenant tous les ans aux premières neiges. Curt, l’aîné de la famille, part avec son frère pour suivre la piste du fauve…
Track of the Cat est un western américain réalisé par William A. Wellman sur un scénario de A.I. Bezzerides basé sur un roman de Walter Van Tilburg Clark (que l’on connait pour avoir signé The Ox-Bow Incident, adapté par Wellman en 1943). Il s’agit d’un drame familial assez sombre où les tensions sont très fortes entre les personnages. Beaucoup de scènes se tiennent dans la pièce principal du ranch, ce qui donne une impression de pièce théâtrale ; la comparaison avec les pièces d’Eugène O’Neill a quelquefois été évoquée. L’analyse des personnages par William Wellman paraît toutefois plus morale que psychologique ce qui peut la faire paraître un peu simpliste. Le film est assez remarquable par sa photographie. Wellman a dit avoir toujours voulu tourner un film noir et blanc en couleurs. Il a donc utilisé des tons neutres avec seulement quelques objets importants aux couleurs vives qui ressortent de l’image. Dans les scènes d’extérieurs et de neige, on raconte qu’il aurait même fait peindre des feuilles d’arbres en noir. Le résultat est superbe et contribue à l’atmosphère si particulière du film. Track of the Cat n’est jamais sorti en France.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Robert Mitchum, Teresa Wright, Diana Lynn, Tab Hunter, Beulah Bondi, Philip Tonge, William Hopper
Voir la fiche du film et la filmographie de William A. Wellman sur le site IMDB.

Voir les autres films de William A. Wellman chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur William A. Wellman

Track of the CatRobert Mitchum et William Hopper dans Track of the Cat de William A. Wellman.

2 mai 2021

Didier (1997) de Alain Chabat

DidierJean-Pierre, agent de football, a accepté de garder Didier, le chien d’une amie partie en voyage. Au cours de la nuit, le labrador prend une apparence humaine tout en restant psychologiquement un chien. Voilà un problème supplémentaire pour Jean-Pierre, en plus de ses soucis avec ses joueurs vedettes…
Didier est écrit et réalisé par Alain Chabat. Il s’agit de sa première réalisation. Le postulat de départ, un brin surréaliste, est aussi saugrenu que gonflé mais le scénario fonctionne finalement bien, même très bien grâce au jeu d’Alain Chabat qui parvient rendre crédible sa condition et son mental de chien. Face à lui, Jean-Pierre Bacri joue parfaitement de son style désabusé mais résilient. L’humour est toujours de bon ton, sans vulgarité, avec des répliques brillantes. Le film montre toutefois quelques longueurs, essentiellement dans sa partie sportive (qui évoque quelque peu le Coup de tête de Jean-Jacques Annaud, 1979). L’ensemble forme un bon divertissement.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Jean-Pierre Bacri, Alain Chabat, Caroline Cellier, Lionel Abelanski
Voir la fiche du film et la filmographie de Alain Chabat sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Alain Chabat chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Alain Chabat

DidierJean-Pierre Bacri et Alain Chabat dans Didier de Alain Chabat.

30 avril 2021

Sommaire d’avril 2021

Eva en aoûtUn, deux, trois, soleilColossalLe Voyage du PrinceLe Livre d’EliNuages éparsCertaines femmesThe Rent Collector

Eva en août

(2019) de Jonás Trueba

Un, deux, trois, soleil

(1993) de Bertrand Blier

Colossal

(2016) de Nacho Vigalondo

Le Voyage du Prince

(2019) de Jean-François Laguionie et Xavier Picard

Le Livre d’Eli

(2010) de Albert Hughes et Allen Hughes

Nuages épars

(1967) de Mikio Naruse

Certaines femmes

(2016) de Kelly Reichardt

The Rent Collector

(1921) de Larry Semon et Norman Taurog

Alien: CovenantFalstaffLes Faussaires de ManhattanI Need a Ride to CaliforniaLes Tontons farceursCelle que vous croyezEl reinoRêves d’or

Alien: Covenant

(2017) de Ridley Scott

Falstaff

(1965) de Orson Welles

Les Faussaires de Manhattan

(2018) de Marielle Heller

I Need a Ride to California

(1968) de Morris Engel

Les Tontons farceurs

(1965) de Jerry Lewis

Celle que vous croyez

(2019) de Safy Nebbou

El reino

(2018) de Rodrigo Sorogoyen

Rêves d’or

(2013) de Diego Quemada-Díez

Nombre de films présentés : 16

28 avril 2021

Eva en août (2019) de Jonás Trueba

Titre original : « La virgen de agosto »

Eva en août (La virgen de agosto)Alors que tout le monde s’exile pour les vacances, Eva reste à Madrid en plein mois d’août. La jeune femme de 33 ans redécouvre la capitale, se laissant porter par les déambulations et les rencontres…
Eva en août (traduction littérale du titre original = « La vierge d’août ») est coécrit et réalisé par Jonás Trueba. Le réalisateur espagnol a l’âge de son personnage principal et habite ce quartier de Madrid qu’il a filmé en images réelles. Il dit être influencé par Eric Rohmer et plus particulièrement Le Rayon Vert (1986). Il y a effectivement certaines similitudes dans sa façon de nous faire suivre son personnage dans ses rencontres successives. En revanche, il ne parvient pas à générer la moindre émotion et nous restons seulement spectateur. Si ses rencontres s’épanchent volontiers, Eva reste fermée à double-tour, éludant plus ou moins habilement toutes les questions personnelles. De plus, les discussions restent assez superficielles. Au final, nous n’éprouvons rien pour elle. Le cinéaste prend son temps, certainement un peu trop car on éprouve un petit désintérêt à mi-parcours et on se console en se disant que l’on visite Madrid (sa vie nocturne surtout). Plaisant à défaut d’être vraiment intéressant, le film a toutefois été bien reçu par la critique.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Itsaso Arana, Vito Sanz, Isabelle Stoffel, Joe Manjón
Voir la fiche du film et la filmographie de Jonás Trueba sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Eva en août (La virgen de agosto)Itsaso Arana dans Eva en août (La virgen de agosto) de Jonás Trueba.

26 avril 2021

Un, deux, trois, soleil (1993) de Bertrand Blier

Un, deux, trois, soleilVictorine grandit dans la banlieue de Marseille, étouffée par sa mère et prise entre l’envie pressante de grandir et celle d’aider son père alcoolique à guérir et rentrer chez lui. Victorine devient adulte tant bien que mal et rencontre son premier amour, Petit Paul qui est tué d’un coup de fusil lors d’un cambriolage. Plus tard, Victorine rencontre Maurice son futur mari…
Probablement inspiré par l’actualité, Bertrand Blier a désiré dresser un portrait de la banlieue. Un, deux, trois, soleil est une comédie sociale surréaliste où le collage de scènes devient incohérence. Le réalisateur semble manquer d’inspiration et signe un film peu captivant. A de très rares occasions, il retrouve sa verve et nous gratifie d’une belle réplique brillante mais ces moments sont bien trop rares. Anouk Grinberg fait une belle performance, aussi bien en gamine qu’en mère de famille (à noter que les personnages gardent tous la même apparence lorsqu’ils vieillissent). Marcello Mastroianni s’est certainement bien amusé à jouer son personnage qui est hélas bien trop caricatural (mais ce n’est rien à côté de celui de Myriam Boyer). Le film n’eut que peu de succès.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Anouk Grinberg, Myriam Boyer, Marcello Mastroianni, Olivier Martinez, Jean-Michel Noirey
Voir la fiche du film et la filmographie de Bertrand Blier sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Bertrand Blier chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Bertrand Blier

 Un, deux, trois, soleilAnouk Grinberg dans Un, deux, trois, soleil de Bertrand Blier.

24 avril 2021

Colossal (2016) de Nacho Vigalondo

ColossalGloria décide de quitter New York après que son petit ami l’a chassée de chez lui. Gloria a un sérieux problème d’alcool et laisse sa vie dériver paresseusement. Elle retourne dans sa ville natale où elle retrouve Oscar, un ami d’enfance. Au même moment, à Séoul, une créature gigantesque détruit la ville…
Colossal est un film fantastique hispano-canadien écrit et réalisé par l’espagnol Nacho Vigalondo. A défaut d’être crédible, ce qu’il ne cherche manifestement pas, le scénario est assez inattendu, mêlant habilement la  comédie psychologique et le film de monstres japonais (kaiju). L’absence de rationalité donne au film une atmosphère très particulière. Le réalisateur prend à revers les codes de la comédie romantique tout en conservant la création d’un lien d’attachement des spectateurs envers les personnages. Le duo Anne Hathaway et Jason Sudeikis fonctionne particulièrement bien. On peut aussi y voir une allégorie sur les violences envers les femmes et sur la possession. Hélas, le film n’a pas eu le succès qu’il mérite, probablement parce qu’il déroute. Il est assurément très original.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Anne Hathaway, Jason Sudeikis, Austin Stowell, Tim Blake Nelson, Dan Stevens
Voir la fiche du film et la filmographie de Nacho Vigalondo sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

 ColossalAnne Hathaway et Jason Sudeikis dans Colossal de Nacho Vigalondo.

21 avril 2021

Le Voyage du Prince (2019) de Jean-François Laguionie et Xavier Picard

Le Voyage du PrinceUn vieux singe, qui est un prince venu d’au-delà de la mer, s’échoue sur la plage d’un pays inconnu. Découvert par un jeune singe, Tom, il est recueilli par des scientifiques marginaux, deux chercheurs dissidents qui ont osé croire à l’existence d’autres peuples…
Le Voyage du Prince est un film d’animation français. C’est la suite indirecte du film Le Château des singes (1999) du même réalisateur : l’histoire est située dans le même univers et reprend le personnage du prince dans un autre contexte. Elle a été écrite par Jean-François Laguionie et la scénariste Anik Le Ray qui avait déjà collaboré à l’écriture de ses trois films précédents. C’est un très beau conte philosophique qui aborde les thèmes de l’ouverture sur les autres, de la connaissance scientifique, de l’écologie. Bien dosé, le propos est suffisamment fort pour susciter des réflexions, seules les quelques allusions politiques (sur l’utilisation de la peur notamment) sont un peu simplettes. Le dessin est très beau, travaillé tout en restant simple. Il se dégage une réelle magie de l’ensemble. La musique et la voix profonde et chaude d’Enrico Di Giovanni contribuent à l’envoutement.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Enrico Di Giovanni, Thomas Sagols
Voir la fiche du film et la filmographie de Jean-François Laguionie et Xavier Picard sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Jean-François Laguionie chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Jean-François Laguionie

Le Voyage du PrinceLe Voyage du Prince de Jean-François Laguionie et Xavier Picard.

18 avril 2021

Le Livre d’Eli (2010) de Albert Hughes et Allen Hughes

Titre original : « The Book of Eli »

Le Livre d'Eli (The Book of Eli)Dans un futur proche, l’Amérique n’est plus qu’une terre désolée dont les villes sont des ruines et les routes autant de pièges infestés de bandes criminelles. Depuis des années, Eli voyage seul, marchant vers l’ouest. Il a une quête à accomplir. Il arrive dans une petite ville, dominée par le redoutable Carnegie qui envoie ses hommes de mains à la recherche d’un livre…
Le Livre d’Eli est un film américain réalisé par les frères Hughes, co-produit et interprété par Denzel Washington. Les qualités du film sont du côté de l’esthétisme et de l’atmosphère. Le style visuel évoque celui d’une bande dessinée avec des images tournées en extérieur au Nouveau-Mexique et retravaillées numériquement pour effacer toute trace de végétation. Les couleurs sont désaturées au point de donner une impression de monochrome et d’amplifier le sentiment de désolation. L’atmosphère, assez forte, évoque aussi bien Mad Max que les films de super héros ou encore les westerns spaghettis. En revanche, le scénario, aussi sérieux qu’improbable, lourdement chargé de mysticisme et de religion, évoque celui d’une mauvaise série B. Il est bien peu original. La fin fait sourire. Succès commercial.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Denzel Washington, Gary Oldman, Mila Kunis, Ray Stevenson, Jennifer Beals, Tom Waits
Voir la fiche du film et la filmographie de Albert Hughes et Allen Hughes sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Le Livre d'Eli (The Book of Eli)Denzel Washington dans Le Livre d’Eli (The Book of Eli) de Albert Hughes et Allen Hughes.

16 avril 2021

Nuages épars (1967) de Mikio Naruse

Titre original : « Midaregumo »

Nuages épars (Midaregumo)Yumiko se prépare à suivre son mari Hiroshi muté aux Etats-Unis. Mais Hiroshi, renversé par une voiture, meurt subitement. Rongé par le remords, Shiro Mishima, le responsable de l’accident, décide de verser une pension à la jeune veuve et de maintenir le contact avec elle…
Nuages épars est l’ultime réalisation de Mikio Naruse. Le réalisateur japonais est en effet décédé peu après avoir signé son 92e film, à l’âge de 63 ans. On y retrouve tout son style, sa délicatesse et la sérénité de sa mise en scène. Si le thème général est indubitablement la culpabilité, il s’agit à nouveau d’un très beau portrait de femme, une femme dans une position difficile, ne sachant comment accorder ses sentiments à sa recherche de liberté. On sent également le poids des codes sociaux, Naruse sachant montrer leur empreinte sans grossir le trait. La photographie est belle, douce et délicate dans son rendu des couleurs. L’actrice habituelle de Naruse, Hideko Takamine, a cette fois cédé la place à Yôko Tsukasa qui montre tout autant de sensibilité et de pudeur dans son jeu. Tout empreint d’une grande délicatesse, Nuages épars vient clore magnifiquement la filmographie du grand Mikio Naruse.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Yûzô Kayama, Yôko Tsukasa, Mitsuko Kusabue, Mitsuko Mori, Daisuke Katô
Voir la fiche du film et la filmographie de Mikio Naruse sur le site IMDB.

Voir les autres films de Mikio Naruse chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Mikio Naruse

Nuages épars (Midaregumo)Yûzô Kayama et Yôko Tsukasa dans Nuages épars (Midaregumo) de Mikio Naruse.