1 octobre 2020

La Source (1960) de Ingmar Bergman

Titre original : « Jungfrukällan »

La Source (Jungfrukällan)Au XIVe siècle, en Suède. La blonde Karin, fille de Töre, un paysan assez prospère, va porter des cierges à la lointaine église de leur paroisse, de l’autre côté de la forêt. Elle fait route en compagnie de sa sœur adoptive, la brune Ingeri, qu’une sourde jalousie oppose à Karin. À la lisière de la forêt les deux jeunes filles se séparent. Karin poursuit son chemin et rencontre trois bergers rustres…
Le scénario de La Source a été écrit par la romancière suédoise Ulla Isaksson qui fait ici l’adaptation d’un conte médiéval, originellement intitulé « La fille de Töre à Vänge ». L’histoire se situe à une période charnière entre le paganisme et le christianisme. La fille adoptive invoque le dieu Odin et pratique des sortilèges païens alors que le reste de la famille vit au rythme des rites chrétiens. Le thème principal est l’opposition entre le Bien et le Mal et plus précisément sur la difficulté à garder ses convictions et son éthique du Bien lorsque l’on est confronté au Mal absolu. La simplicité du scénario le rend limpide, les décors restituent avec justesse la vie des paysans de cette époque, la photographie de Sven Nykvist est très belle. Tout concourt à donner une grande puissance au récit. A sa sortie, La Source a été le plus souvent considéré comme un film mineur de Bergman mais le temps permet de mieux le juger aujourd’hui. C’est un film atemporel.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Max von Sydow, Birgitta Valberg, Gunnel Lindblom, Birgitta Pettersson
Voir la fiche du film et la filmographie de Ingmar Bergman sur le site IMDB.

Voir les autres films de Ingmar Bergman chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Ingmar Bergman

Remarques :
* Le gardien du pont est certainement censé être Odin. Plusieurs éléments présents dans la scène vont dans ce sens.
* Après avoir déclaré qu’il s’agissait d’un de ses films préférés, Ingmar Bergman a fait volte-face pour déclarer qu’il le voyait comme maladroitement inspiré de Rashōmon d’Akira Kurosawa.

La Source (Jungfrukällan)Birgitta Pettersson et Gunnel Lindblom dans La Source (Jungfrukällan) de Ingmar Bergman.

Max von Sydow (déracinant avec fureur un arbre à mains nues) dans La Source (Jungfrukällan) de Ingmar Bergman.

30 septembre 2020

Sommaire de septembre 2020

Once Upon a Time... in HollywoodThe RiderSous le plus petit chapiteau du mondeFaute d’amourSnow TherapyMatthias et MaximeNerudaLes Proies

Once Upon a Time… in Hollywood

(2019) de Quentin Tarantino

The Rider

(2017) de Chloé Zhao

Sous le plus petit chapiteau du monde

(1957) de Basil Dearden

Faute d’amour

(2017) de Andrei Zvyagintsev

Snow Therapy

(2014) de Ruben Östlund

Matthias et Maxime

(2019) de Xavier Dolan

Neruda

(2016) de Pablo Larraín

Les Proies

(2017) de Sofia Coppola

Miquette et sa mèreLa Fameuse invasion des ours en SicileLe vent tourneProximaAu nom de la terreLe Scaphandre et le PapillonLe Fruit défenduAdults in the Room

Miquette et sa mère

(1950) de Henri-Georges Clouzot

La Fameuse invasion des ours en Sicile

(2019) de Lorenzo Mattotti

Le vent tourne

(2018) de Bettina Oberli

Proxima

(2019) de Alice Winocour

Au nom de la terre

(2019) de Edouard Bergeon

Le Scaphandre et le Papillon

(2007) de Julian Schnabel

Le Fruit défendu

(1921) de Cecil B. DeMille

Adults in the Room

(2019) de Costa-Gavras

Le Jour des corneillesLe FlambeurAlice et le maireEntre la chèvre et le chouLe Bon filonLa Guerre du feuOù est la maison de mon ami?2 Days in New York

Le Jour des corneilles

(2012) de Jean-Christophe Dessaint

Le Flambeur

(1974) de Karel Reisz

Alice et le maire

(2019) de Nicolas Pariser

Entre la chèvre et le chou

(1929) de Lewis R. Foster

Le Bon filon

(1930) de James W. Horne

La Guerre du feu

(1981) de Jean-Jacques Annaud

Où est la maison de mon ami?

(1987) de Abbas Kiarostami

2 Days in New York

(2012) de Julie Delpy

Nombre de films présentés : 24

29 septembre 2020

Once Upon a Time… in Hollywood (2019) de Quentin Tarantino

Once Upon a Time... in HollywoodHollywood, 1969. Rick Dalton est une star de télévision et de séries B sur le déclin. Son ami le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, l’accompagne et le suit dans sa carrière. Son agent lui annonce qu’il est désormais ringard, à force de toujours jouer des méchants perdants dans des séries. Il lui propose, pour redonner un souffle à sa carrière, de partir en Italie pour tourner un western spaghetti…
Once Upon a Time… in Hollywood est un film américano-britannique écrit, coproduit et réalisé par Quentin Tarantino. Le réalisateur dresse le portrait d’une industrie en pleine mutation au sein d’une société qui l’était tout autant en cette fin des années soixante. Il met à l’affiche deux grandes stars, Leonardo DiCaprio et Brad Pitt, ce qui constitue un atout commercial évident. L’atmosphère est particulièrement bien récréée. C’est surtout un film d’atmosphère d’ailleurs car il n’y a que peu de scénario ; le récit piétine et le film paraît long, ennuyeux même. Comme on le sait, Tarantino est un grand connaisseur du cinéma de série B de cette époque et il parsème l’histoire de multiples références qui sont le délice de ceux qui les détectent. Il évoque plus particulièrement un évènement tragique, l’assassinat de Sharon Tate, en transformant ostensiblement la réalité dans un épilogue presque puéril (qui a le seul mérite d’être à contre-pied de ce que l’on attend). La critique a été majoritairement dithyrambique.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie, Emile Hirsch, Al Pacino
Voir la fiche du film et la filmographie de Quentin Tarantino sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Quentin Tarantino chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Quentin Tarantino

Once Upon a Time... in HollywoodLeonardo DiCaprio et Brad Pitt dans Once Upon a Time… in Hollywood de Quentin Tarantino.

27 septembre 2020

The Rider (2017) de Chloé Zhao

The RiderAprès un grave accident de cheval lors d’une compétition, le jeune cowboy amérindien Brady, étoile montante du rodéo, doit trouver une nouvelle raison de vivre. Il ne peut plus s’adonner à l’équitation qui donnait tout son sens à sa vie…
Le plus extraordinaire dans The Rider est qu’il s’agit non seulement d’une histoire vraie mais qu’elle est jouée par la personne à qui tout cela est arrivé. C’est en 2013, sur le tournage de son premier film Les chansons que mes frères m’ont apprises à la réserve indienne de Pine Ridge, que la réalisatrice américaine d’origine chinoise Chloé Zhao a rencontré un groupe de cowboys Lakota. Elle a fait la connaissance d’un cowboy Lakota âgé de vingt ans, Brady Jandreau, membre de la tribu Sioux des Brûlés, dresseur et adepte de la discipline du cheval sauvage. Il a intégré ensuite le circuit du rodéo et a eu son accident. Le récit de The Rider est assez intense, il séduit par les rapports qu’entretiennent les personnages avec la nature. Chloé Zhao filme magnifiquement les grandes étendues de la réserve sioux de la région des Badlands. Il y a aucun acteur professionnel, chacun joue son propre rôle  et l’interprétation sonne très authentique. Il n’est pas surprenant que les scènes avec les chevaux paraissent si vraies puisque Brady Jandreau est dresseur de chevaux sauvages. The Rider est un film puissant, dramatique mais aussi séduisant et très humain. Malgré le Grand Prix du Festival de Deauville 2017, le film n’a pas eu en France la distribution qu’il mérite.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Brady Jandreau, Tim Jandreau, Lilly Jandreau, Cat Clifford, Lane Scott
Voir la fiche du film et la filmographie de Chloé Zhao sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

The RiderBrady Jandreau dans The Rider de Chloé Zhao.

The RiderBrady Jandreau dans The Rider de Chloé Zhao.

25 septembre 2020

Sous le plus petit chapiteau du monde (1957) de Basil Dearden

Titre original : « The Smallest Show on Earth »

Sous le plus petit chapiteau du monde (The Smallest Show on Earth) Matt Spenser, petit écrivain sans le sou, hérite d’un cinéma nommé le « Bijou ». Matt et sa femme découvrent que le cinéma est à l’abandon et en état de délabrement. Le propriétaire du rutilant cinéma concurrent ne leur offre qu’une somme dérisoire pour racheter le « Bijou » et en faire un parking. Pour faire monter le prix, Matt et sa femme n’ont qu’une solution : rouvrir le « Bijou »…
Réalisé par Basil Dearden, The Smallest Show on Earth est tout à fait dans l’esprit des comédies anglaises des années 1950 : une bonne dose d’humour et d’ironie, un peu de nonsense et beaucoup de tendresse pour des personnages un peu pitoyables (ici, trois vieux employés) mais très attendrissants. Peter Sellers et Margaret Rutherford s’en donnent à cœur joie pour rendre leur personnage haut en couleur.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Virginia McKenna, Bill Travers, Margaret Rutherford, Peter Sellers, Bernard Miles, Leslie Phillips
Voir la fiche du film et la filmographie de Basil Dearden sur le site IMDB.

Voir les autres films de Basil Dearden chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Le titre fait bien entendu référence au film de Cecil B. DeMille : Sous le plus grand chapiteau du monde (The Greatest Show on Earth, 1957) avec James Stewart, Charlton Heston, Betty Hutton et Gloria Grahame qui se déroulait dans le monde du cirque.

* Le film muet que se projettent les trois employés est Comin’ Thro’ the Rye de l’anglais Cecil M. Hepworth (1923) avec Shayle Gardner et Alma Taylor. Cette dernière a d’ailleurs un petit rôle de figuration ici, une spectatrice dans la salle de l’autre cinéma, juste derrière Bill Travers et Viginia McKenna.

* Les autres films montrés (Killer Riders of Wyoming, The Mystery of Hell Valley, Devil Riders of Parched Point) sont fictifs et ont certainement été tournés pour ce film.

 Sous le plus petit chapiteau du monde (The Smallest Show on Earth)Margaret Rutherford, Bill Travers et Virginia McKenna dans Sous le plus petit chapiteau du monde (The Smallest Show on Earth) de Basil Dearden.

 Sous le plus petit chapiteau du monde (The Smallest Show on Earth)Bernard Miles, Peter Sellers et Margaret Rutherford
dans Sous le plus petit chapiteau du monde (The Smallest Show on Earth) de Basil Dearden.

23 septembre 2020

Faute d’amour (2017) de Andrei Zvyagintsev

Titre original : « Nelyubov »

Faute d'amour (Nelyubov)Boris et Genia vont bientôt divorcer. Chacun a déjà commencé un nouveau chapitre amoureux et ils ont hâte d’en finir avec les formalités. Aucun des deux ne désire avoir la garde d’Aliocha, leur fils de 12 ans. Un jour, l’enfant part à l’école et disparait sans laisser de traces…
Faute d’amour est le cinquième long métrage du réalisateur russe Andreï Zviaguintsev. Il en a coécrit le scénario avec son scénariste habituel Oleg Neguine. Pour dresser le portrait d’une famille russe moderne, son intention première était de faire un remake de Scènes de la vie conjugale de Bergman mais l’impossibilité d’en avoir les droits et la découverte de l’existence du mouvement « Liza Alert » créé en 2010 l’a orienté sur une autre voie. Cette association très efficace est composée de volontaires bénévoles qui cherchent les personnes disparues, enfants ou adultes car la police, en pratique, ne fait rien. Son film est au final une critique autant sociale que politique. A l’individualisme des deux protagonistes répond l’incurie de la police. Comme dans ses films précédents, Andreï Zviaguintsev sait donner de l’intensité à son récit, il nous offre une image esthétique et ses mouvements de camera sont remarquablement sobres.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Maryana Spivak, Aleksey Rozin, Matvey Novikov
Voir la fiche du film et la filmographie de Andrei Zvyagintsev sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Andrei Zvyagintsev chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Andre Zvyagintsev

Faute d'amour (Nelyubov)Maryana Spivak dans Faute d’amour (Nelyubov) de Andrey Zvyagintsev.

Faute d'amour (Nelyubov)Aleksey Rozin dans Faute d’amour (Nelyubov) de Andrey Zvyagintsev.

21 septembre 2020

Snow Therapy (2014) de Ruben Östlund

Titre original : « Turist »

Snow Therapy (Turist)Dans les Alpes françaises, un couple suédois séjourne avec leurs deux enfants dans un appart-hôtel de luxe. Entre deux séances de ski, ils déjeunent sur la terrasse d’un restaurant d’altitude lorsqu’une avalanche, déclenchée préventivement, dévale la pente devant eux. Elle grossit et menace de tout recouvrir. Dans la panique, le mari s’enfuit précipitamment laissant sa femme et ses enfants. Une fois le danger écarté, le couple va devoir surmonter une grave crise…
Snow Therapy est un film franco-suédois écrit et réalisé par Ruben Östlund, sorti en 2014, soit trois ans avant son très controversé The Square. Ce n’est absolument pas le film-catastrophe que l’affiche ci-contre pourrait laisser supposer. Si catastrophe il y a, c’est au sein du couple qu’elle survient. Le réalisateur suédois se livre à une satire, un peu obscure tout de même, des normes qui régissent les rapports hommes/femmes. Le plus remarquable est plutôt dans sa forme qu’il utilise pour créer une atmosphère, un peu dérangeante mais forte et enveloppante. Les décors sont épurés de tout objet inutile, les extérieurs sont envahis de blancheur, les lieux semblent toujours être à la limite du réel. Cette atmosphère donne une puissance toute particulière au film.
Elle: 3 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Johannes Kuhnke, Lisa Loven Kongsli, Clara Wettergren, Kristofer Hivju
Voir la fiche du film et la filmographie de Ruben Östlund sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Ruben Östlund chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Les extérieurs ont été tournés sur le domaine skiable savoyard de Paradiski, Les Arcs, La Plagne, Peisey-Vallandry. La route en lacets est celle du col de Stelvio en Italie (sud du Tyrol).

Snow Therapy (Turist)Johannes Kuhnke et Lisa Loven Kongsli dans Snow Therapy (Turist) de Ruben Östlund.

19 septembre 2020

Matthias et Maxime (2019) de Xavier Dolan

Matthias et MaximeDeux amis d’enfance s’embrassent pour les besoins d’un court métrage amateur. Suite à ce baiser d’apparence anodine, un doute récurrent s’installe, confrontant les deux garçons à leurs préférences, bouleversant l’équilibre de leur cercle social et, bientôt, leurs existences…
Matthias et Maxime est le huitième film du québécois Xavier Dolan. Il y est scénariste, producteur, réalisateur et acteur principal. Le thème en est l’irruption d’une attirance homosexuelle au sein d’un groupe très soudé par l’amitié. Le réalisateur a voulu filmer le trouble amoureux naissant qui vient s’installer là où il semble ne pas avoir sa place. Le problème est qu’il a surtout filmé le groupe dans d’interminables scènes de fêtes, assez vides de contenu. Toutes les autres scènes, avec un ou deux personnages, sont assez faibles. L’ensemble paraît bien long. La critique a plutôt réservé un bon accueil au film.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Gabriel D’Almeida Freitas, Xavier Dolan, Anne Dorval, Pier-Luc Funk, Harris Dickinson
Voir la fiche du film et la filmographie de Xavier Dolan sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Xavier Dolan chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Xavier Dolan

Matthias et MaximeGabriel D’Almeida Freitas et Xavier Dolan dans Matthias et Maxime de Xavier Dolan.

18 septembre 2020

Neruda (2016) de Pablo Larraín

NerudaChili, 1948. Au Congrès, le sénateur Pablo Neruda, membre du parti communiste, critique ouvertement le gouvernement populiste en place. Le président Videla demande alors sa destitution et confie au redoutable inspecteur Óscar Peluchonneau le soin de procéder son arrestation. Le poète doit alors se cacher…
Contrairement aux apparences, Neruda de Pablo Larrain n’est pas un biopic. Il est en effet bien éloigné du format de ce genre très codifié. Les faits sont globalement réels, Pablo Neruda a été bien été longuement recherché par la police chilienne en 1948-49, mais le déroulement de cette traque est aménagé pour s’inscrire dans l’univers poétique de l’écrivain. Cette approche, bien plus créatrice qu’un biopic classique, nous permet de mieux le connaitre en approchant son imaginaire, son processus de création. Le policier est à la fois inquiétant et apitoyant, cocktail difficile à réaliser ; il est autant fantasmé que réel. Avec Neruda, Pablo Lorrain signe un très beau film, digne de son sujet.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Luis Gnecco, Gael García Bernal, Mercedes Morán
Voir la fiche du film et la filmographie de Pablo Larraín sur le site IMDB.

Voir les autres films de Pablo Larraín chroniqués sur ce blog…

NerudaLuis Gnecco dans Neruda de Pablo Larraín.

Homonyme :
Neruda du chilien Manuel Basoalto (2014) avec José Secall.

16 septembre 2020

Les Proies (2017) de Sofia Coppola

Titre original : « The Beguiled »

Les proies (The Beguiled)En Virginie en 1864, alors que la guerre de Sécession fait rage, le pensionnat pour jeunes filles tenu par Martha Farnsworth demeure en dehors des conflits mais ne compte plus que six élèves. Un jour, le pensionnat recueille un soldat nordiste, gravement blessé…
Les Proies (The Beguiled) est adapté du roman homonyme de Thomas P. Cullinan qui avait déjà été porté à l’écran par Don Siegel en 1971. L’histoire de ce huis-clos est rigoureusement la même, à ceci près que les évènements sont vécus à travers les yeux des femmes au lieu d’être vécus à travers les yeux de l’homme. C’est un changement assez notable qui donne bien entendu une tonalité tout autre au récit. Avec une certaine délicatesse, Sofia Coppola parvient à créer cette atmosphère d’attente inassouvie chez ces femmes et jeunes filles. Elles sont à la fois fragiles et fortes, indécises mais aussi rigoureuses, dominant leurs pulsions au point de les refouler. Beaucoup de scènes d’intérieur sont très sombres, pour simuler l’éclairage à la bougie. La forme est belle, l’image est assez douce mais la recherche visuelle finit par être trop visible et l’ensemble paraît alors un peu artificiel.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Colin Farrell, Nicole Kidman, Kirsten Dunst, Elle Fanning
Voir la fiche du film et la filmographie de Sofia Coppola sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Sofia Coppola chroniqués sur ce blog…

 Les proies (The Beguiled)Colin Farrell et Kirsten Dunst dans Les proies (The Beguiled) de Sofia Coppola.

Précédente version :
Les Proies (The Beguiled) de Don Siegel (1971) avec Clint Eastwood et Geraldine Page