18 janvier 2021

120 battements par minute (2017) de Robin Campillo

120 battements par minuteDébut des années 1990. Alors que le sida tue depuis près de dix ans, les militants d’Act Up-Paris multiplient les actions pour lutter contre l’indifférence générale. Nouveau venu dans le groupe, Nathan va être bouleversé par la radicalité de Sean…
120 battements par minute est le troisième long métrage de Robin Campillo. Le réalisateur a rejoint l’association Act Up-Paris en 1992. Il s’est bien entendu fortement inspiré de sa propre expérience mais précise toutefois que le film n’est pas autobiographique. Il a cherché à reconstituer les débats qui animaient leurs réunions hebdomadaires et les actions musclées du groupe.  En marge, une histoire d’amour condamné naît entre Nathan et Sean. C’est un film militant, ou plus exactement un film de militant, qui ne remet jamais en cause la stratégie du groupe et laisse dans l’ombre (et même ridiculise) les autres associations oeuvrant dans le même but. Le film a le mérite de nous montrer le vrai visage du sida, ses attaques physiques et ce que signifie être atteint par ce virus. Il joue donc un rôle important dans la prise de conscience de la nécessité de poursuivre les recherches et aide à comprendre la radicalité des membres du groupe. Le film n’est pas sans défaut, le réalisateur étire certaines scènes inutilement mais la force du propos nous les fait oublier. Récompensé à Cannes, 120 battements par minute a été louangé par la critique.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Nahuel Pérez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel, Antoine Reinartz
Voir la fiche du film et la filmographie de Robin Campillo sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarques :
* Robin Campillo revient sur le choix du titre de son film, 120 battements par minute : « C’est notamment une référence à la house music de l’époque que j’aimais beaucoup et qui est à 124 battements par minute. Je voulais rendre hommage à cette musique qui accompagnait l’époque. C’était une musique à la fois festive et inquiète, comme la situation vécue par la communauté gay à l’époque. »

120 battements par minuteAloïse Sauvage, Arnaud Valois et Adèle Haenel dans 120 battements par minute de Robin Campillo.

16 janvier 2021

Remparts d’argile (1970) de Jean-Louis Bertuccelli

Remparts d'argileDans un petit village du désert maghrébin, les mêmes gestes se répètent tous les jours : les hommes partent travailler dans une carrière de pierre, les femmes restent au village. Parmi elles, Rima va chercher de l’eau au puits proche du village. Jeune fille adoptée, elle cherche à s’instruire en écoutant les leçons de l’instituteur aux enfants…
Remparts d’argile est un film franco-algérien réalisé par Jean-Louis Bertuccelli. Il en a écrit le scénario avec le sociologue Jean Duvignaud d’après son roman Chebika. C’est un film presque sans dialogue ; les villageois ne se parlent que près peu entre eux, chacun semblant savoir que l’on attend de lui et la vie est ancrée dans des habitudes et des rituels que tous semblent connaitre. La première moitié nous donne l’impression d’un film ethnographique où une caméra peu intrusive nous permet de suivre la vie du village. Ensuite, peu à peu, la jeune Rima prend plus d’importance et montre son désir d’évasion ; d’autre part, les hommes cessent de travailler à cause d’une baisse de salaire. Ces deux éléments ajoutent une note de fiction. Le rythme est assez lent, la réalisation est épurée. Remparts d’argile est un film particulièrement intéressant. Le film reçut le Prix Jean-Vigo mais il est néanmoins resté fort longtemps dans l’ombre. Il a heureusement été restauré.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Leila Shenna, Jean-Louis Trintignant
Voir la fiche du film et la filmographie de Jean-Louis Bertuccelli sur le site IMDB.

Remparts d'argileLeila Shenna dans Remparts d’argile de Jean-Louis Bertuccelli.

Remparts d'argileJean-Louis Trintignant (totalement méconnaissable) dans Remparts d’argile de Jean-Louis Bertuccelli.

Remparts d'argileRemparts d’argile de Jean-Louis Bertuccelli.

14 janvier 2021

Transit (2018) de Christian Petzold

TransitDe nos jours, dans une France sous régime dictatorial venu d’outre-Rhin, l’allemand Georg rejoint Marseille pour fuir le fascisme. Il espère pouvoir s’embarquer pour le Mexique. Il prend l’identité d’un écrivain qui vient de se suicider afin de profiter de son visa…
Transit est le sixième long métrage de l’allemand Christian Petzold. Il s’agit de la seconde adaptation du roman homonyme qu’Anna Seghers a écrit en 1941 (paru en 1944) en s’inspirant de son propre parcours au début de la guerre. Le réalisateur a fait le pari audacieux de replacer le récit à l’époque actuelle sans changer les attitudes et les rapports entre les personnes ; ainsi, les policiers français actuels se comportent comme les soldats allemands pendant la guerre. Il est bon d’être averti de cela car, sinon, le début est très déroutant. Le but de cette translation est d’éviter le format du film historique pur et de faire en sorte que le propos entre en résonance avec notre monde d’aujourd’hui, notamment sur le plan de la condition de réfugié. Le réalisateur utilise une voix-off à la troisième personne qui donne une coloration très littéraire (dans le bon sens du terme) à l’ensemble. Franz Rogowski met beaucoup de force dans son interprétation, l’acteur allemand (qui ressemble étrangement à Joaquin Phoenix) montre là un réel talent.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Franz Rogowski, Paula Beer, Godehard Giese, Matthias Brandt
Voir la fiche du film et la filmographie de Christian Petzold sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Christian Petzold chroniqués sur ce blog…

TransitPaula Beer et Franz Rogowski dans Transit de Christian Petzold.

Précédente adaptation :
Transit de René Allio (1991) avec Sebastian Koch.

12 janvier 2021

Les Éblouis (2019) de Sarah Suco

Les Éblouis (Les éblouis)Camille, une jeune fille de 12 ans passionnée par les arts du cirque, voit ses parents s’engager dans une communauté charismatique religieuse, la Communauté de la Colombe, dont les valeurs sont fondées sur le partage et la foi. Cet engagement soudain perturbe Camille qui voit ses habitudes de vie changer radicalement et est contrainte de renoncer au cirque. Elle constate également que la communauté se comporte de plus en plus comme une secte…
Après avoir été actrice, Sarah Suco réalise son premier long métrage en s’inspirant de sa propre vie puisqu’elle et sa famille ont vécu dans une communauté charismatique pendant dix ans. La réalisatrice précise toutefois que le récit n’est pas strictement autobiographique, son intention est de montrer comment une famille entre doucement dans une communauté sectaire sans que ce glissement ne soit visible : « Le film raconte à quel point il est simple de se faire embrigader lorsque les besoins sont présents en nous et qu’un groupe nous attire de belle manière ». Tout est vu à travers les yeux de l’adolescente ce qui évite au film d’être trop démonstratif. Le récit montre bien comment le jugement est altéré : la foi l’emporte sur la raison, tout ce qui est extérieur à la communauté est rejeté car impie. C’est édifiant et suffisamment terrifiant, même sans l’élément pénal qui intervient à la fin. L’interprétation de la jeune Céleste Brunnquell est remarquable, il s’agit de son premier rôle. Les Éblouis est un film sans aucune lourdeur, l’approche de Sarah Suco de ce sujet actuel est finalement très délicate.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Camille Cottin, Jean-Pierre Darroussin, Éric Caravaca, Céleste Brunnquell, Spencer Bogaert
Voir la fiche du film et la filmographie de Sarah Suco sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Les Éblouis (Les éblouis)Céleste Brunnquell dans Les Éblouis de Sarah Suco.

10 janvier 2021

Les Siffleurs (2019) de Corneliu Porumboiu

Titre original : « La Gomera »

Les siffleurs (La Gomera)Cristi, un inspecteur de police de Bucarest corrompu par des trafiquants de drogue, est soupçonné par ses supérieurs et mis sur écoute. Embarqué malgré lui par la sulfureuse Gilda sur l’île de La Gomera (Canaries), il doit apprendre vite le Silbo, une langue sifflée ancestrale. Grâce à ce langage secret, il pourra libérer en Roumanie un mafieux de prison et récupérer les millions cachés…
Le film turc Sibel (2018) nous avait fait découvrir le langage sifflé. Ce film roumain, écrit et réalisé par Corneliu Porumboiu, l’utilise de façon bien différente. Les Siffleurs est en effet un polar qui offre une belle symbiose de plusieurs genres cinématographiques : film noir bien entendu avec l’inévitable femme fatale, mais aussi espionnage, policier et même western dans certaines scènes. Le cinéaste en reprend les codes de façon délicatement satirique avec un humour discret. Loin de tous clichés, les personnages sont plutôt atypiques. Le résultat est un ensemble assez moderne, intelligent et très plaisant. Seule la fin se révèle un peu faible.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Vlad Ivanov, Catrinel Marlon, Rodica Lazar, Agustí Villaronga, Sabin Tambrea
Voir la fiche du film et la filmographie de Corneliu Porumboiu sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Corneliu Porumboiu chroniqués sur ce blog…

Les siffleurs (La Gomera)Catrinel Marlon dans Les siffleurs (La Gomera) de Corneliu Porumboiu.

Les siffleurs (La Gomera)Rodica Lazar et Vlad Ivanov dans Les siffleurs (La Gomera) de Corneliu Porumboiu.

8 janvier 2021

Le Professeur (1972) de Valerio Zurlini

Titre original : « La prima notte di quiete »

Le Professeur (La prima notte di quiete)Daniele Dominici arrive dans la ville de Rimini pour un poste de professeur remplaçant de poésie dans un lycée classique. Il a aussi la passion du jeu et délaisse sa femme pour aller jouer tous les soirs avec un petit groupe de flambeurs. Il est attiré par l’une de ses élèves, Vanina…
L’idée de départ de Valério Zurlini de réaliser une fresque en plusieurs films sur la déchéance d’une famille coloniale italienne n’a finalement abouti qu’à ce seul La prima notte di quiete (= la première nuit de quiétude, titre emprunté à Goethe). L’ambitieuse chronique de l’Italie sur près d’un siècle s’est transformée en variation sur la pureté du sentiment amoureux en proie aux conventions sociales, à l’ennui et modifié par la libération sexuelle. Cette réduction du sujet serait due à l’influence d’Alain Delon, acteur et coproducteur du film. L’acteur est de presque tous les plans, il donne de la superbe à ce perdant, toujours morose, désabusé, un peu vouté mais doté d’une grande présence et donnant l’impression d’avoir vécu beaucoup. La photographie est superbe. Zurlini affectionne les ambiances de station balnéaires hors saison, lorsque la brume adoucit des paysages urbains et se confond avec la mer. Un film beau, mélancolique et sombre.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Alain Delon, Sonia Petrovna, Lea Massari, Giancarlo Giannini, Renato Salvatori
Voir la fiche du film et la filmographie de Valerio Zurlini sur le site IMDB.

Voir les autres films de Valerio Zurlini chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Alain Delon a profondément modifié la version sortie en France en 1972 : il a fait des coupes, ramenant la durée de 132 à 105 minutes et changé le titre pour le simple Le Professeur. Valerio Zurlini l’a menacé de procès. Il a fallu attendre 2019 pour que le film ressorte en version intégrale. Il fut présenté par Alain Delon lui-même au Festival de Cannes 2019.

Le Professeur (La prima notte di quiete)Sonia Petrovna et Alain Delon dans Le Professeur (La prima notte di quiete) de Valerio Zurlini.

7 janvier 2021

Ça commence aujourd’hui (1999) de Bertrand Tavernier

Ça commence aujourd'huiDaniel est directeur d’une école maternelle dans le nord de la France. Enseignant avec passion et convictions, il doit faire face à la pauvreté des familles et ni les institutions publiques, ni sa hiérarchie ne lui viennent en aide…
Le scénario de Ça commence aujourd’hui a été écrit conjointement par Dominique Sampiero et Tiffany Tavernier, la fille du cinéaste. Dominique Sampiero a lui-même été directeur d’école maternelle avant d’en démissionner pour se consacrer à l’écriture. Le film est basé sur sa propre expérience. Bertrand Tavernier trouve le ton juste pour montrer la précarité d’une région fortement touchée par le chômage, il le fait sans misérabilisme, sans effet de dramatisation, il montre la réalité en utilisant beaucoup d’acteurs non professionnels jouant leur propre rôle (à commencer par les enfants qui ne sont pas issus d’un casting). On ressent souvent l’impression d’être face à un documentaire tellement le résultat paraît authentique. La réussite du film doit aussi beaucoup à Philippe Torreton qui donne corps à cet enseignant dont l’engagement se heurte à la dure réalité et à la passivité des institutions. L’école maternelle où le film a été tourné existe toujours. Elle s’appelle maintenant Ecole maternelle Bertrand Tavernier.
Elle: 5 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Philippe Torreton, Maria Pitarresi, Nadia Kaci, Véronique Ataly, Nathalie Bécue, Emmanuelle Bercot
Voir la fiche du film et la filmographie de Bertrand Tavernier sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Bertrand Tavernier chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Bertrand Tavernier

Ça commence aujourd'huiPhilippe Torreton dans Ça commence aujourd’hui de Bertrand Tavernier.

6 janvier 2021

Le Mari de la coiffeuse (1990) de Patrice Leconte

Le Mari de la coiffeuseAntoine connaît ses premiers émois amoureux dans le fauteuil du salon de coiffure de la plantureuse madame Sheaffer. Il se promet d’épouser une coiffeuse. Plus grand, il rencontre en Mathilde la coiffeuse de ses rêves. Le coup de foudre est réciproque ; ils se marient et vivent quotidiennement un amour simple et fusionnel, charnel et spirituel…
Le Mari de la coiffeuse a été écrit par Claude Klotz (Patrick Cauvin) et Patrice Leconte. L’histoire est assez réduite, c’est un film qui veut mettre en avant les sensations et la sensualité. Le début est assez amusant mais ensuite le film tourne en rond avec des scènes étirées en longueur qui paraissent aussi vides que répétitives. Le format du court-métrage aurait été mieux adapté. La sensualité promise est bien triste quand elle n’est pas ridicule. Tout cela est filmé de façon terne et, si certains éclairages sont de toute évidence travaillés, ce sont les mêmes d’un bout à l’autre. Jean Rochefort est bien trop âgé pour le rôle et malgré tout son talent ne peut racheter l’ensemble. Toutefois, le film ne manque pas d’adeptes, il bénéficie d’une excellente réputation.
Elle: pas d'étoile
Lui : 1 étoile

Acteurs: Jean Rochefort, Anna Galiena
Voir la fiche du film et la filmographie de Patrice Leconte sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Patrice Leconte chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Patrice Leconte

Le Mari de la coiffeuseJean Rochefort et Anna Galiena dans Le Mari de la coiffeuse de Patrice Leconte.

5 janvier 2021

Un Fils (2019) de Mehdi Barsaoui

Titre original : « Bik Eneich: Un fils »

Un Fils (Bik Eneich: Un fils)Tunisie, septembre 2011, peu après après le départ du dictateur Ben Ali et quelques mois avant la fin de Kadhafi, le leader de la Libye voisine. Lors d’une escapade dans le sud du pays, un couple de Tunisiens aisés et leur fils se retrouvent à proximité d’une embuscade terroriste. Le jeune garçon est touché par une balle perdue. Seule une greffe du foie peut le sauver…
Un Fils est le premier long métrage du tunisien Mehdi Barsaoui. Il en a écrit le scénario. Il s’agit d’un drame familial où la tension est forte et dont l’intensité ne connait aucun relâchement. Le drame de ce couple prend une tournure particulière du fait de lois et d’usages qui nous paraissent archaïques : le don d’organes est possible mais reste mal accepté, l’adultère est passible de cinq ans de prison, les mentalités restent profondément machistes, les trafics profitent des carences du système. L’art du réalisateur est de mêler habilement un drame personnel avec le portrait d’une société en besoin de modernité. Superbe prestation de Sami Bouajila.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Sami Bouajila, Najla Ben Abdallah
Voir la fiche du film et la filmographie de Mehdi Barsaoui sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Un Fils (Bik Eneich: Un fils)Sami Bouajila et Najla Ben Abdallah dans Un Fils (Bik Eneich: Un fils) de Mehdi Barsaoui.

Ne pas confondre avec :
Un fils de Amal Bedjaoui (2003), film français avec Mohamed Hicham.

4 janvier 2021

La Sainte Famille (2019) de Louis-Do de Lencquesaing

La Sainte FamilleJean, universitaire réputé, se retrouve ministre de la Famille, alors même qu’il est perdu dans les événements qui secouent la sienne : le déménagement et la mort de sa grand-mère, les exigences de sa mère, la grossesse inattendue de sa femme, le désarroi sentimental de son frère, son attirance pour sa cousine…
La Sainte Famille est le deuxième long-métrage réalisé par Louis-Do de Lencquesaing que l’on connaît surtout en tant qu’acteur. Il en a écrit lui-même le scénario avec Jérôme Beaujour et tient le premier rôle. Le film peut être considéré comme une comédie désirant dresser le portrait d’une certaine haute bourgeoisie et probablement aborder certains thèmes actuels liés à la famille. Hélas, l’ensemble est très confus, il y a manifestement un défaut d’écriture dans la mise en place des personnages. De plus, on se désintéresse rapidement de leurs petits soucis car il semble impossible de ressentir de la sympathie (et, encore moins, de l’empathie) pour un seul d’entre eux. Malgré un joli casting, l’interprétation est plutôt terne. Une partie de la critique a toutefois apprécié le ton sans pathos et sans éclat de ce portrait.
Elle: 1 étoile
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Louis-Do de Lencquesaing, Laura Smet, Marthe Keller, Léa Drucker, Thierry Godard
Voir la fiche du film et la filmographie de Louis-Do de Lencquesaing sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

La Sainte FamilleThierry Godard et Louis-Do de Lencquesaing dans La Sainte Famille de Louis-Do de Lencquesaing.

Homonymes :
La Sainte Famille de Pierre Koralnik (1973) avec Ingrid Thulin et Michel Bouquet
La Sainte Famille de Marion Sarraut (2017) avecc Stanley Weber et Mathilde Ollivier