7 décembre 2022

The Chief Cook (1917) de Arvid E. Gillstrom

The Chief CookUn hôtel miteux, dont le personnel est parti du fait de retards de salaire, doit recevoir une petite troupe théâtrale. Le patron oblige son unique client du moment, un garçon roublard qui s’arrange pour ne jamais payer sa note, à être garçon d’étage, cuisinier et serveur…
La popularité de Charlie Chaplin dans la seconde moitié des années 1910 a engendré d’innombrables copies. Le plus célèbre de ces copieurs est Billy West ; l’acteur d’origine russe montre un mimétisme extrême, dans la démarche, la gestuelle sans parler de sa ressemblance physique étonnante. Si quelques gags sont réussis, l’ensemble est loin d’avoir la brillance des films de Chaplin. En 1917, Billy West a tourné une série de films pour King Bee studios avec Oliver Hardy qui tient invariablement le rôle d’une brute, calquée sur Eric Campbell (la brute des films de Chaplin). Déjà corpulent, Oliver Hardy était encouragé par les studios à prendre encore du poids, son salaire augmentait à chaque kilo supplémentaire ! Oliver Hardy n’était guère valorisé par ces rôles de brute qui ne laissaient aucune place à l’inventivité. Dix ans plus tard, il formera son duo avec Stan Laurel. De son côté, Billy West abandonnera les copies de Chaplin en 1920 et tentera d’imposer sans trop de succès son propre comique. (Court métrage 15 minutes environ).
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Billy West, Bud Ross, Oliver Hardy, Leo White
Voir la fiche du film et la filmographie de Arvid E. Gillstrom sur le site IMDB.

The Chief CookOliver Hardy, Billy West et Ellen Burford dans The Chief Cook de Arvid E. Gillstrom.

The Chief CookBilly West dans The Chief Cook de Arvid E. Gillstrom.

7 décembre 2022

Suivons la piste (1923) de George Jeske

Titre original : « A Man About Town »

Suivons la piste (A Man About Town)Un jeune homme, qui connait mal la ville mais doit changer de tramway, se fait dire de suivre une jeune femme qui va au même endroit que lui. Il commence à la suivre dans la ville…
A Man About Town est un court métrage d’une bobine (12 minutes) produit par Hal Roach avec Stan Laurel dans le rôle principal. Il a été tourné quatre ans avant la formation de son duo avec Oliver Hardy et témoigne de la création de son comique. L’ensemble est excellent, d’abord par l’idée de base qui exploite bien les effets de la mode (beaucoup de femmes s’habillant de façon identique, il ne suit pas toujours la même, passant de l’une à l’autre sans s’en apercevoir) et aussi par son personnage. Face à James Finlayson qui le poursuit de façon obsessionnelle, Stan Laurel est déjà d’une naïveté touchante et attachante. La plupart des gags sont inventifs et réussis. La scène chez le barbier est étonnante, typique de ce procédé de « course-poursuite en surplace » que l’on retrouve dans plusieurs films de Stan Laurel.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, James Finlayson, Katherine Grant
Voir la fiche du film et la filmographie de George Jeske sur le site IMDB.

Voir les autres films de George Jeske chroniqués sur ce blog…

Suivons la piste (A Man About Town)Stan Laurel dans Suivons la piste (A Man About Town) de George Jeske.

7 décembre 2022

In the Grease (1925) de J.A. Howe

In the GreaseUn père a bien du mal à élever seul son fils de 12 ans. Il doit le forcer à aller à l’école mais découvre que l’instituteur démissionne face à sa classe difficile. Il prend sa place…
Les apparitions de James Finlayson en homme irascible dans les films de Laurel & Hardy et d’Harold Lloyd sont toujours savoureuses. Il est donc tentant de regarder ce qu’il a fait en solo, comme par exemple dans cet In the Grease produit par Hal Roach. Hélas, l’acteur est bien moins convaincant en « homme normal ». Ses colères sont bien moins marquées et il lui manque un opposant notable. Les gags ne fonctionnent en outre pas très bien. (Court métrage d’1 bobine)
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: James Finlayson, Anita Garvin
Voir la fiche du film et la filmographie de J.A. Howe sur le site IMDB.

Voir les autres films de J.A. Howe chroniqués sur ce blog…

In the GreaseJames Finlayson dans In the Grease de J.A. Howe.

6 décembre 2022

Les voleurs de chevaux (2019) de Yerlan Nurmukhambetov et Lisa Takeba

Titre original : « The Horse Thieves. Roads of Time »

Les voleurs de chevaux (The Horse Thieves. Roads of Time)Dans une steppe d’Asie centrale, un éleveur de chevaux est tué laissant derrière lui sa femme et ses trois enfants dont leur jeune fils aîné. Recueillis par des proches, l’histoire bascule avec l’arrivée lors des obsèques d’un personnage mystérieux qui jouera un rôle essentiel et dramatique dans la résolution de l’affaire…
Les voleurs de chevaux est un film réalisé conjointement par Yerlan Nurmukhambetov (Kazakhstan), qui en a également écrit le scénario, et Lisa Takeba (Japon). Il est inspiré d’un fait divers survenu au Kazakhstan à l’époque soviétique. Le récit est vu à travers les yeux de l’enfant de 12 ans. Les grandes étendues, aussi désolées que picturales, donnent au film une atmosphère particulière et questionnent sur la place de l’homme. L’histoire est plutôt simple mais assez forte. Elle interroge sur la valeur de la vie humaine. Le rythme est lent, presque contemplatif et il y a une certaine délicatesse dans l’approche. Les voleurs de chevaux fait partie de ces histoires assez simples qui ont une portée philosophique certaine. Le film n’a eu, hélas, qu’une distribution limitée.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Madi Minaidarov, Mirai Moriyama, Samal Yeslyamova
Voir la fiche du film et la filmographie de Yerlan Nurmukhambetov et Lisa Takeba sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Les voleurs de chevaux (The Horse Thieves. Roads of Time)Madi Minaidarov et Samal Yeslyamova dans Les voleurs de chevaux (The Horse Thieves. Roads of Time) de Yerlan Nurmukhambetov & Lisa Takeba.

Les voleurs de chevaux (The Horse Thieves. Roads of Time)Mirai Moriyama dans Les voleurs de chevaux (The Horse Thieves. Roads of Time) de Yerlan Nurmukhambetov & Lisa Takeba.

5 décembre 2022

Un condamné à mort s’est échappé (1956) de Robert Bresson

Sous-titre : « ou Le vent souffle où il veut »

Un condamné à mort s'est échappé ou Le vent souffle où il veutEn 1943, un résistant, Fontaine, est arrêté par les Allemands et emprisonné à la prison Montluc à Lyon. Il met tout en œuvre pour s’évader, imagine un plan, et parvient à force de courage et de travail à s’en procurer les instruments…
Un condamné à mort s’est échappé ou Le vent souffle où il veut est un film français écrit et réalisé par Robert Bresson. Il s’agit de l’adaptation du récit autobiographique d’André Devigny, paru dans la même année chez Gallimard sous le même titre. Ce film est le premier succès commercial de Robert Bresson. Le fil du récit est assez classique mais sa forme donne une force marquée à cette ode au courage et à la volonté. Robert Bresson a en effet enlevé tout le superflu et parvient à un grand dépouillement sans tomber dans l’austérité. Il préfère avoir des acteurs peu aguerris pour éviter le maniérisme du jeu des acteurs connus, utilise un nombre très réduit de lieux, enlève toute scène intermédiaire pour ne garder que celles qui vont vers le but qu’il s’est fixé. Les dialogues sont également très réduits. Il faut noter la remarquable utilisation des bruitages et de la musique du Kyrie de Mozart. L’approche de Robert Bresson donne à son film une puissance et une authenticité rares. Le film connut un grand succès public et critique.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: François Leterrier, Charles Le Clainche
Voir la fiche du film et la filmographie de Robert Bresson sur le site IMDB.

Voir les autres films de Robert Bresson chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Robert Bresson

Remarque :
* François Leterrier ne poursuivra pas sa carrière d’acteur. Il deviendra assistant-réalisateur, puis scénariste et réalisateur. Ses films les plus connus sont certainement les comédies  Je vais craquer et Tranches de vie adaptées des bandes dessinées de Gérard Lauzier.
* Robert Bresson a ajouté le sous-titre, ou Le vent souffle où il veut, phrase tirée de l’Evangile selon Saint Jean : « Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit ». Le vent ne symbolise donc pas ici la liberté mais l’Esprit, au sens biblique du terme.
« Au cœur du cinéma de Bresson, la liberté terrestre et le salut mystique ne font qu’un. » souligne à ce propos Jean-Michel Frodon dans son ouvrage sur Robert Bresson.

Un condamné à mort s'est échappé ou Le vent souffle où il veutFrançois Leterrier et Charles Le Clainche dans Un condamné à mort s’est échappé de Robert Bresson.

4 décembre 2022

Le Sommet des dieux (2021) de Patrick Imbert

Le Sommet des dieuxA Katmandou, le reporter japonais Fukamachi croit reconnaître Habu Jôji, un alpiniste que l’on pensait disparu depuis des années. Il semble tenir entre ses mains l’appareil photo qui aurait appartenu à George Mallory disparu près du sommet de l’Himalaya en 1924. Le reporter se lance sur ses traces…
Le Sommet des dieux est un film d’animation français réalisé par Patrick Imbert. C’est l’adaptation du manga du même nom de Jirō Taniguchi (paru entre 2000 et 2003), d’après le roman de Baku Yumemakura (paru en 1994). L’histoire parvient à nous faire ressentir une passion, celle de l’alpinisme et de la recherche d’exploits inédits. Le récit est habilement construit même s’il reste au fond plutôt simple. La réalisation est soignée, les scènes de montagne sont une réussite, réalistes au point de nous faire oublier le tracé du dessin, au demeurant admirable. César du meilleur film d’animation en 2022.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs:
Voir la fiche du film et la filmographie de Patrick Imbert sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Patrick Imbert chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Dans la réalité, les corps de George Mallory et Andrew Irvine ont été retrouvés près du sommet de l’Himalaya mais l’appareil photo n’a jamais été retrouvé.

Le Sommet des dieuxLe Sommet des dieux de Patrick Imbert.

Le Sommet des dieuxLe Sommet des dieux de Patrick Imbert.

3 décembre 2022

The Master (2012) de Paul Thomas Anderson

A la fin des années soixante dix, The MasterA la fin des années quarante, Freddie revient en Californie après s’être battu dans le Pacifique. Alcoolique, il distille sa propre gnôle et contient difficilement la violence qu’il a en lui. Quand Freddie rencontre Lancaster Dodd, « le Maître », charismatique meneur d’un mouvement nommé La Cause, il tombe rapidement sous son emprise…
The Master est un film américain écrit, produit et réalisé par Paul Thomas Anderson. Il nous plonge dans le monde trouble des sectes, s’inspirant en partie des débuts de la Scientologie sous l’impulsion de Ron Hubbard ; officiellement, le réalisateur a démenti cela (1), il a en revanche précisé s’être inspiré aussi bien des romans de John Steinbeck que des histoires qu’a pu lui raconter l’acteur Jason Robards, ancien soldat de la guerre du Pacifique. L’histoire se concentre sur la relation complexe entre un homme perturbé et un gourou charismatique aux préceptes flous. Le récit est complexe, avec de multiples scènes dont la juxtaposition forme un ensemble dont on peine à voir le sens. Joaquin Phoenix montre une certaine tendance à surjouer l’instabilité de son personnage. Le film paraît très long, j’avoue ne pas avoir regardé le dernier quart. Assez bien reçu par la critique.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams, Jesse Plemons, Laura Dern, Rami Malek
Voir la fiche du film et la filmographie de Paul Thomas Anderson sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Paul Thomas Anderson chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Paul Thomas Anderson

(1) « L’Eglise de scientologie » a toutefois vu trop de ressemblances entre The Master et la naissance de leur mouvement. Des personnes soupçonnées d’appartenir au mouvement religieux auraient passé d’innombrables appels anonymes et inondé de mails le distributeur du film aux États-Unis.

The MasterJoaquin Phoenix et Philip Seymour Hoffman dans The Master de Paul Thomas Anderson.

1 décembre 2022

Vacances romaines (1953) de William Wyler

Titre original : « Roman Holiday »

Vacances romaines (Roman Holiday)Ann, jeune princesse d’un royaume imaginaire, fait la tournée des capitales européennes. Arrivée à Rome, elle décide de fuir l’étouffant protocole et quitte le palais. Son médecin lui ayant administré un sédatif, elle s’endort sur un banc et attire l’attention d’un jeune et séduisant reporter…
Vacances romaines est un film réalisé par William Wyler sur un scénario de Dalton Trumbo. Il s’agit d’une comédie romantique sur l’amour impossible d’une princesse et d’un journaliste, un charmant conte de fée. Il s’agit du premier film hollywoodien de la britannique Audrey Hepburn qui a instantanément conquis l’Amérique, à commencer par Gregory Peck qui a demandé que son nom figure en aussi grosses lettres que le sien au générique. Il est vrai qu’elle rayonne dans ce rôle de princesse qui désire s’évader un moment de sa vie corsetée. L’histoire est plaisante avec quelques tours inattendus. Elle nous immerge dans le Rome très vivant de 1953. La photographie est signée par Henri Alekan et Franz Planer. Gros succès et trois Oscars dont celui de la meilleure actrice pour Audrey Hepburn.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Gregory Peck, Audrey Hepburn, Eddie Albert
Voir la fiche du film et la filmographie de William Wyler sur le site IMDB.

Voir les autres films de William Wyler chroniqués sur ce blog…

Vacances romaines (Roman Holiday)Gregory Peck et Audrey Hepburn dans Vacances romaines (Roman Holiday) de William Wyler.

Vacances romaines (Roman Holiday)Audrey Hepburn et Gregory Peck dans Vacances romaines (Roman Holiday) de William Wyler.

Remarque :
* Le scénariste Dalton Trumbo a obtenu son Oscar sous le pseudonyme de Ian McLellan Hunter ; victime du maccarthysme, il figurait en effet sur la liste noire ce qui lui interdisait de travailler à Hollywood. Il est toutefois crédité au générique d’ouverture.

30 novembre 2022

Sommaire de novembre 2022

Le PaltoquetManon 70Une femme du mondeLe Dernier Vice-Roi des IndesHot FuzzThe French DispatchLes ValseusesPassion simple

Le Paltoquet

(1986) de Michel Deville

Manon 70

(1968) de Jean Aurel

Une femme du monde

(2021) de Cécile Ducrocq

Le Dernier Vice-Roi des Indes

(2017) de Gurinder Chadha

Hot Fuzz

(2007) de Edgar Wright

The French Dispatch

(2021) de Wes Anderson

Les Valseuses

(1974) de Bertrand Blier

Passion simple

(2020) de Danielle Arbid

Wayne’s World 2Wayne’s WorldTout s’est bien passéJamais plus toujoursVoyagersFirst CowMimi métallo blessé dans son honneurSi j’étais un espion

Wayne’s World 2

(1993) de Stephen Surjik

Wayne’s World

(1992) de Penelope Spheeris

Tout s’est bien passé

(2021) de François Ozon

Jamais plus toujours

(1976) de Yannick Bellon

Voyagers

(2021) de Neil Burger

First Cow

(2019) de Kelly Reichardt

Mimi métallo blessé dans son honneur

(1972) de Lina Wertmüller

Si j’étais un espion

(1967) de Bertrand Blier

Nombre de films présentés : 16

29 novembre 2022

Le Paltoquet (1986) de Michel Deville

Le PaltoquetDans le bar français d’une ville portuaire coloniale, quatre hommes se retrouvent chaque jour pour jouer au bridge. Un soir, leur partie est interrompue par le commissaire de police ; il enquête sur le meurtre d’un voyageur inconnu dans un hôtel de passe voisin…
Le Paltoquet est un film français écrit et réalisé par Michel Deville. Il s’inspire du roman On a tué pendant l’escale de Franz-Rudolph Falk (pseudonyme de Philippe du Puy de Clinchamps). C’est un film qui nous surprend par sa forme, d’une grande abstraction, aux accents brechtiens, et nous séduit par la brillance de ses dialogues et de son interprétation. C’est un huis-clos, le bar est en fait un vaste hangar vide avec une unique table et un grand hamac, et Michel Deville parvient à insérer ponctuellement d’autres lieux avec une grande élégance de mouvements de caméra. Du grand art. La musique est utilisée pour ponctuer ou même annoncer l’arrivée d’un personnage. L’ensemble est stylisé, aérien. Les jeux de mots fusent. L’intrigue policière n’est pas le plus important mais joue avec le fait que chacun peut être coupable ou victime. Le fond du propos est plutôt sur l’obsession et le fantasme, avec un épilogue buñuellien. L’interprétation est parfaite, le plus remarquable de tous est certainement Michel Piccoli (Le Paltoquet, c’est lui) dans un personnage étrange aux multiples facettes. Un film surprenant, brillant et espiègle, qui pourra toutefois dérouter…
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Michel Piccoli, Fanny Ardant, Claude Piéplu, Jean Yanne, Daniel Auteuil, Richard Bohringer, Philippe Léotard, Jeanne Moreau, Thuy An Luu
Voir la fiche du film et la filmographie de Michel Deville sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Michel Deville chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Michel Deville

Le PaltoquetJeanne Moreau, Michel Piccoli, Richard Bohringer, Jean Yanne, Fanny Ardant, Daniel Auteuil et Claude Piéplu dans Le Paltoquet de Michel Deville.