17 août 2022

Les Bas-fonds (1936) de Jean Renoir

Les bas-fondsPépel est un voleur qui vit dans un refuge des bas-fonds tenu par un recéleur. Lors d’un cambriolage, Pépel est surpris par le propriétaire des lieux, un baron ruiné chez qui les huissiers doivent saisir, le lendemain, tous les meubles. Les deux hommes sympathisent et le baron vient vivre au refuge quelques jours plus tard…
Les Bas-fonds est un film français réalisé par Jean Renoir, adaptation de la pièce homonyme de Maxime Gorki. Le film est produit par Les Films Albatros, la compagnie de cinéma fondée par des émigrés russes au début des années vingt qui s’est illustrée par ses films d’avant-garde. L’adaptation a été écrite par l’écrivain Ievgueni Zamiatine assisté de Jacques Companéez, les dialogues sont signés par Charles Spaak. Sur l’insistance du producteur Alexandre Kamenka, certains éléments russes sont restés (les roubles, les noms des personnages,… ), ce qui, au lieu de donner un caractère universel au récit, paraît plutôt anachronique, au début du moins car rapidement notre attention est captée par la force d’une  belle galerie de personnages. Chacun personnifie un des travers de l’âme humaine ou, pour les deux personnages positifs, un espoir, un rêve d’idéal. Les éclairages sont travaillés et les mouvements de caméra souvent admirables, tout est parfaitement maitrisé pour doter le film d’une grande force.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Jean Gabin, Suzy Prim, Louis Jouvet, Jany Holt, Vladimir Sokoloff, Robert Le Vigan, René Génin, André Gabriello, Junie Astor
Voir la fiche du film et la filmographie de Jean Renoir sur le site IMDB.

Voir les autres films de Jean Renoir chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Jean Renoir

Les bas-fondsJean Gabin et Jany Holt dans Les Bas-fonds de Jean Renoir.
Les bas-fondsLouis Jouvet et Jean Gabin dans Les Bas-fonds de Jean Renoir.
Les bas-fondsPhoto de plateau : Jean Gabin et Louis Jouvet entre deux prises
sur le tournage de Les Bas-fonds de Jean Renoir.

Remarque :
* Autre adaptation de la pièce de Gorki :
Les Bas-fonds (Donzoko, 1957), film japonais de Akira Kurosawa avec Toshiro Mifune, Kyôko Kagawa et Isuzu Yamada

10 août 2022

Douce (1943) de Claude Autant-Lara

DouceÀ la fin du XIXe siècle, Irène, la gouvernante de la jeune Douce de Bonafé, a pour amant le régisseur Fabien, dont Douce est amoureuse. Fabien voudrait emmener Irène au Canada, mais celle-ci est tentée par l’idée d’épouser le maître de la maison, veuf, le père de Douce…
Douce est un film français réalisé par Claude Autant-Lara. Cosigné par Pierre Bost et Jean Aurenche, le scénario est librement adapté du roman homonyme de l’écrivaine Michel Davet, publié en 1940. Ils en ont fait une critique sociale particulièrement mordante. Certains historiens parlent d’illustration de la lutte des classes mais il paraît difficile d’adhérer à cette vision car personne n’est épargné, de la haute bourgeoisie jusqu’aux domestiques. La richesse du scénario donne à l’ensemble une réelle force et les dialogues souvent vachards sont brillants et même cocasses : une scène est restée célèbre, celle de la « visite aux pauvres » (cette scène fut coupée par la censure de Vichy). Les décors de Jacques Krauss et la photographie de Philippe Agostini contribuent à créer une atmosphère confinée qui évoque la noirceur des âmes. L’interprétation est irréprochable. Tout semble parfait sauf la fin, qui paraît bien plus faible.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Odette Joyeux, Madeleine Robinson, Marguerite Moreno, Jean Debucourt, Roger Pigaut, Gabrielle Fontan
Voir la fiche du film et la filmographie de Claude Autant-Lara sur le site IMDB.

Voir les autres films de Claude Autant-Lara chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Claude Autant-Lara

DouceJean Debucourt, Roger Pigaut et Madeleine Robinson et Marguerite Moreno dans Douce de Claude Autant-Lara.

DouceOdette Joyeux dans Douce de Claude Autant-Lara.
DouceMadeleine Robinson et Marguerite Moreno dans Douce de Claude Autant-Lara.

6 novembre 2021

Le Lien (1971) de Ingmar Bergman

Titre original : « The Touch »

Le Lien (The Touch)Karin est une femme au foyer suédoise mariée à un brillant chirurgien assez attentionné mais très pris par son travail. Elle noue une relation sentimentale avec un archéologue anglais en mission. Cette relation prend de plus en plus d’importance dans sa vie…
Le Lien est un film dramatique américano-suédois écrit et réalisé par Ingmar Bergman. La présence d’un acteur américain en tête d’affiche est nouveau pour le cinéaste qui signe là son premier film tourné partiellement en langue anglaise. Bergman a mis en place un triangle amoureux dont les deux pôles sont particulièrement opposés : le mari est méthodique et réfléchi, d’humeur égale, il sauve des vies par son métier et apporte sécurité et stabilité. De l’autre côté, l’amant est bohème, impulsif, parfois colérique, il est effrayé par les sentiments, suicidaire et hanté par la mort. Karin est entre les deux. Hélas, on reste étranger aux personnages et on ne parvient à ressentir de l’empathie pour aucun (sauf peut-être pour le mari) (1). Bibi Andersson est habituée à travailler avec le cinéaste et fait une bonne prestation mais cela ne sauve pas le film qui paraît bien mineur dans la filmographie de Bergman.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Elliott Gould, Bibi Andersson, Max von Sydow
Voir la fiche du film et la filmographie de Ingmar Bergman sur le site IMDB.

Voir les autres films de Ingmar Bergman chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Ingmar Bergman

(1) Selon Elliot Gould, l’histoire serait semi-autobiographique et le personnage féminin serait inspiré de la femme de Bergman, Ingrid Karlebo. Si c’est effectivement le cas, le personnage du mari serait donc Bergman. Qu’il soit le seul personnage rationnel de cette histoire trouverait là son explication !

 Le Lien (The Touch)Elliott Gould, Bibi Andersson et Max von Sydow dans Le Lien (The Touch) de Ingmar Bergman.

12 juin 2021

La Maison du mystère (1923) de Alexandre Volkoff

La Maison du mystèreJulien Villandrit est propriétaire d’une usine de textile dont le gérant, Henri Corradin, est son ami d’enfance. Tous les deux aiment la même femme, Régine de Bettigny, qui accorde sa main à Villandrit. Fou de jalousie, Corradin va user de tous les moyens pour briser le couple…
La Maison du mystère fait partie des toutes premières productions d’Albatros, société française de production audiovisuelle créée en 1922 par les russes émigrés Joseph Ermolieff et Alexandre Kamenka (1). Elle adopte le format du serial : 10 épisodes pour une durée totale de plus de 6 heures. Son succès contribuera à lancer la compagnie. Il est basé sur un roman de Jules Mary qui avait déjà connu un grand succès lors de sa parution en épisodes dans Le Petit Parisien. L’histoire contient tous les éléments pour constituer un grand récit haletant : amour, meurtre, trahison, injustice, grands périls, rebondissements… A nos yeux d’aujourd’hui, les situations paraissent bien entendu stéréotypées et les invraisemblances sont innombrables mais le récit parvient toujours à nous tenir en haleine grâce à l’inventivité de Volkoff et à la qualité de la réalisation. Son audace la plus spectaculaire a été de filmer toute une scène de mariage en ombres chinoises (2), mais le film contient bien d’autres scènes étonnantes. L’émotion aussi est bien présente comme dans la scène des retrouvailles entre le père et la fille. Ivan Mosjoukine, formé à la méthode Stanislavski (qui donnera l’Actors Studio), est un acteur hors-pair, il interprète les multiples facettes de son personnage avec aisance et naturel, tour à tour puissant et émouvant. Charles Vanel, lui aussi, campe solidement son personnage : il est parfaitement odieux et haïssable.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Ivan Mozzhukhin, Charles Vanel, Nicolas Koline, Hélène Darly, Vladimir Strizhevsky, Francine Mussey
Voir la fiche du film et la filmographie de Alexandre Volkoff sur le site IMDB.

(1) Véritable plaque tournante de l’avant-garde française, la société Albatros a produit de nombreux films remarquables dans la décennie des années 20, signés Viktor Tourjansky, Jean Epstein, Jacques Feyder, René Clair et Marcel L’Herbier.
(2) Cette séquence évoque les films de Lotte Reiniger, pionnière à partir du début des années 1920 des films d’animation de silhouettes en Allemagne. (Lire plus sur Wikipédia)

La Maison du mystèreIvan Mozzhukhin et Hélène Darly (photo de gauche) / Hélène Darly et Charles Vanel (photo de droite)
dans La Maison du mystère de Alexandre Volkoff.

Serial en 10 épisodes :
Épisode 1 : L’ami félon (52’36)
Épisode 2 : Le Secret de l’étang (29’53)
Épisode 3 : L’Ambition au service de la haine (35’13)
Épisode 4 : L’Implacable verdict (41’19)
Épisode 5 : Le Pont vivant (33’38)
Épisode 6 : La Voix du sang (25’35)
Épisode 7 : Les Caprices du destin (46’48)
Épisode 8 : Champ clos (43’49)
Épisode 9 : Les Angoisses de Corradin (35’50)
Épisode 10 : Le Triomphe de l’amour (46’28)

L’ensemble est visible sur le site Henri de la Cinémathèque française.
« Ce film a d’abord été restauré en 1985 par Renée Lichtig qui établit un matériel de conservation safety et un positif muet de présentation à partir d’un négatif nitrate d’origine. La reconstitution des dix épisodes du serial a été achevée en 1992. »

12 décembre 2020

La bête s’éveille (1954) de Joseph Losey

Titre original : « The Sleeping Tiger »

La Bête s'éveille (The Sleeping Tiger)À Londres, un psychiatre décide, avec l’accord de la police, d’héberger chez lui pour une durée de six mois un jeune voyou qui avait tenté de l’agresser dans la rue, afin de l’étudier. L’épouse du docteur, d’abord réticente, est par la suite attirée par le jeune homme…
En 1952, alors qu’il était sur un tournage en Italie, l’américain Joseph Losey apprend qu’il est accusé d’être communiste et se retrouve sur la liste noire sans mettre avoir comparu devant la commission dirigée par McCarthy. Le cinéaste choisit alors de se réfugier en Angleterre mais les producteurs anglais hésitent à lui confier un projet. Il parviendrait finalement à tourner The Sleeping Tiger sous un nom d’emprunt, Victor Hanbury (un réalisateur britannique qui n’avait rien tourné depuis 1944), ce qui permettra au film d’être distribué aux Etats-Unis. Basée sur un roman de Maurice Moiseiwitsch, l’histoire met en avant la psychanalyse en tant que méthode. Le film a été tourné très rapidement, avec peu de moyens. Sans être un grand film, il montre une certaine intensité et on y reconnaît le style d’approche des personnages spécifique à Joseph Losey. C’est surtout net pour Dirk Bogarde, ici dirigé par Losey pour la première fois, mais aussi pour l’actrice américaine Alexis Smith. La mise en scène est assez élégante et stylée. Le film est considéré comme mineur mais il se révèle très prenant par son atmosphère et ses personnages. Il ne dépare pas avec le reste de la filmographie de Joseph Losey.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Dirk Bogarde, Alexis Smith, Alexander Knox
Voir la fiche du film et la filmographie de Joseph Losey sur le site IMDB.

Voir les autres films de Joseph Losey chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Joseph Losey

La Bête s'éveille (The Sleeping Tiger)Alexander Knox et Alexis Smith et Dirk Bogarde dans La Bête s’éveille (The Sleeping Tiger) de Joseph Losey.

La Bête s'éveille (The Sleeping Tiger)Dirk Bogarde dans La Bête s’éveille (The Sleeping Tiger) de Joseph Losey.

23 mai 2020

The Girl of the Golden West (1915) de Cecil B. DeMille

The Girl of the Golden WestDans un camp de chercheurs d’or, le shérif Jack Rance voudrait bien épouser la « fille », une orpheline héritière du saloon local. Mais celle-ci rencontre le bandit Ramerrez sous une fausse identité et une idylle commence à naître…
The Girl of the Golden West de Cecil B. DeMille est la première adaptation de la pièce à succès de David Belasco écrite en 1905. Les adaptations de pièces de théâtre pour le cinématographe étaient alors courantes, Cecil B. DeMille en a réalisée de nombreuses en 1914-1915. Il  se forgeait ainsi une première expérience. Il est un peu difficile de détecter les qualités qu’il montrera très rapidement par la suite : nous sommes loin de The Cheat qu’il tournera peu après, que ce soit dans la maitrise du déroulement du récit, dans le montage ou dans la lumière. La séquence la plus remarquable est une partie de poker pour sceller le sort d’un homme où le réalisateur parvient à créer une réelle tension. L’interprétation de Theodore Roberts (le shérif) est bien trop théâtrale, par son jeu et sa prestance, défaut qui était encore très courant en ce milieu des années 1910. Un film pas vraiment remarquable. (Film muet, 45 mn).
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Mabel Van Buren, Theodore Roberts, House Peters
Voir la fiche du film et la filmographie de Cecil B. DeMille sur le site IMDB.

Voir les autres films de Cecil B. DeMille chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Cecil B. DeMille

Remarque :
* Autres adaptations de la pièce de David Belasco :
The Girl of the Golden West d’Edwin Carewe (1923) avec Sylvia Breamer
The Girl of the Golden West de John Francis Dillon (1930) avec Ann Harding
The Girl of the Golden West (La belle cabaretière) de Robert Z. Leonard (1938), comédie musicale avec Jeanette MacDonald

The Girl of the Golden West??, Mabel Van Buren et Theodore Roberts dans The Girl of the Golden West de Cecil B. DeMille.

11 mars 2020

Passion (2008) de Ryûsuke Hamaguchi

PassionUn jeune couple annonce son mariage lors d’un dîner entre amis. Les réactions de chacun vont révéler au sein du groupe des failles sentimentales jusque-là inexprimées…
Découvert récemment, ce premier long métrage de Tomoka Shibasaki fut conçu en 2008 dans le cadre du projet de fin d’études de son master de cinéma à la Tokyo University of Arts. Le film ne fut pas distribué en salles. L’apprenti-réalisateur a alors vingt-neuf ans, soit l’âge de ses six personnages : trois hommes, trois femmes qui se cherchent alors que leurs relations sont encore très malléables. Il met en scène leurs chassés-croisés amoureux, sous la forme de discussions qui font naître plus de questionnements que de solutions. La forme n’est pas sans évoquer celle des films de Rohmer. Le plus étonnant est la sensibilité et la maturité dont Tomoka Shibasaki fait preuve dans le regard qu’il porte sur ses personnages. Il sait aller en profondeur sans effets dramatiques. L’interprétation est parfaite. Techniquement parlant, l’image n’est pas très belle mais cela paraît vite secondaire (et compréhensible).
Elle: 3 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Aoba Kawai, Nao Okabe, Ryuta Okamoto
Voir la fiche du film et la filmographie de Ryûsuke Hamaguchi sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Ryûsuke Hamaguchi chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Tomoka Shibasaki précise : « À l’époque j’avais 29 ans et peu d’expériences sentimentales ni en techniques de cinéma. J’ai donc basé ma réflexion à partir de ce que j’observais, j’étais notamment passionné de séries. » (dossier de presse)
* Première sortie mondiale en salles : 15 mai 2019 en France.

PassionAoba Kawai et Nao Okabe dans Passion de Ryûsuke Hamaguchi.

PassionFusako Urabe dans Passion de Ryûsuke Hamaguchi.

26 janvier 2020

Loulou (1980) de Maurice Pialat

LoulouNelly est lassée de sa vie bien rangée auprès d’André. Elle rencontre Loulou, un jeune loubard qui sort de prison, et en fait son amant…
Le scénario de Loulou a été écrit par Arlette Langmann (sœur de Claude Berri) qui a vécu une aventure similaire presque dix ans auparavant : alors qu’elle était en couple avec Maurice Pialat, elle l’a quitté pour un jeune voyou qui sortait de prison, stagiaire sur le tournage d’un téléfilm. Mais que le récit soit partiellement autobiographique n’est pas si important. Le plus remarquable, c’est la façon avec laquelle Maurice Pialat parvient à capter la vie de ses personnages pour nous la restituer en nous plaçant très près d’eux. Que ce soit dans les poussées de violence ou dans la quiétude, la vérité de ton est manifeste. Loulou est aussi une peinture sociale puisque tout oppose le milieu plutôt aisé de Nelly et André et le milieu prolétaire de Loulou. Le fossé semble infranchissable. Le seul point commun est la recherche du plaisir qui vient colmater un grand vide existentiel.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Isabelle Huppert, Gérard Depardieu, Guy Marchand
Voir la fiche du film et la filmographie de Maurice Pialat sur le site IMDB.

Voir les autres films de Maurice Pialat chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Maurice Pialat

LoulouIsabelle Huppert et Gérard Depardieu dans Loulou de Maurice Pialat.

Homonyme :
Loulou (Die Büchse der Pandora, 1929) de Georg Wilhelm Pabst avec Louise Brooks.

27 novembre 2019

Naïs (1945) de Raymond Leboursier

NaïsDans un petit village près de Cassis, Toine est ouvrier et valet de ferme. Il est bossu et cette infirmité lui pèse car il aime en secret la belle Naïs, la fille du métayer de la ferme. Naïs est amoureuse de Frédéric Rostaing, le fils des propriétaires, qui vient justement passer les vacances d’été dans leur propriété…
Marcel Pagnol a écrit le scénario de Naïs, adaptation d’une nouvelle peu connue d’Emile Zola Naïs Micoulin. Si l’univers et les personnages sont très proches de ceux des récits de Pagnol, le ton est ici plus sombre. Les dialogues sont remarquablement bien écrits. Fernandel trouve là un rôle magnifique, l’un de ses plus beaux, où il peut exprimer toute une palette de sentiments. Son personnage a beau être presque caricatural, il a une capacité étonnante à nous toucher, à nous émouvoir. Face à lui, le jeu de Jacqueline Bouvier (l’actrice épousera Pagnol à la fin du tournage) parait inévitablement plus simple, tout comme celui de Raymond Pellegrin, ici au tout début de sa carrière.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Fernandel, Jacqueline Pagnol, Raymond Pellegrin, Henri Poupon
Voir la fiche du film et la filmographie de Raymond Leboursier sur le site IMDB.

Voir les livres sur Marcel Pagnol

Remarques :
* Le film est officiellement réalisé par Raymond Leboursier mais, en pratique, Marcel Pagnol a tout dirigé, depuis le choix des acteurs jusqu’au tournage : « Il voulait tout contrôler, et il ne cessait de houspiller Leboursier. Je l’ai vu très dur avec lui, acerbe, exigeant » rapporte Jacqueline Pagnol.

* La fin diffère largement de celle la nouvelle d’Emile Zola.

* Pour en savoir plus, lire un bel article d’Olivier Bitoun sur Naïs, sur le site DVDClassik

NaïsJacqueline Bouvier (future Jacqueline Pagnol) et Fernandel dans Naïs de Raymond Leboursier.

20 septembre 2019

Una questione privata (2017) de Paolo Taviani et Vittorio Taviani

Una questione privataEn 1944 dans le Piémont, la Résistance italienne se bat contre les fascistes. L’année précédente, Milton et Giorgio étaient encore étudiants et heureux, tous deux amoureux de Fulvia qui se jouait de leur amour. Milton cherche à joindre Giorgio, combattant dans une autre unité de la région, pour lui demander ce qu’il s’est réellement passé entre Fulvia et lui. Mais au moment où il va le rejoindre, Giorgio est capturé par les fascistes…
Avec le décès de Vittorio Taviani début 2018, Una questione privata restera le dernier film officiellement signé par les Frères Taviani. En réalité, Vittorio, très malade au moment du tournage, n’a pu y participer mais ils ont ensemble choisi leur sujet et écrit cette adaptation d’un roman semi-autobiographique de Beppe Fenoglio paru en 1963. Les deux frères l’ont choisi car ils sont inquiets du renouveau actuel du fascisme en Italie. Mais leur film n’a pas qu’une seule dimension politique, loin de là, puisqu’ils ont créé une atmosphère fantomatique, presque onirique, nous donnant l’impression d’être en dehors du monde. De nombreuses scènes sont baignées d’une brume nuageuse. Cela occasionne des apparitions inattendues tel ce groupe de soldats couverts de boue qui semblent sortir d’un autre monde. Comme Buñuel l’a fait, les frères utilisent l’arme du surréalisme contre l’horreur, comme dans cette scène avec la fillette, aussi surprenante que terrible. L’obstination du héros a, elle aussi, quelque chose d’irréelle. Mais quelle peut être la place d’une « affaire personnelle » dans un tel moment de l’Histoire où prime le collectif ? Notons qu’il ressent en quelque sorte deux agressions, celle des fascistes et celle de Fulvia qui ne prend pas son amour au sérieux. Una questione privata pourra dérouter certains spectateurs par son apparent manque de réalisme. Mais le cinéma des frères Taviani est plutôt un cinéma d’idées et de concepts…
Elle: 3 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Luca Marinelli, Lorenzo Richelmy, Valentina Bellè
Voir la fiche du film et la filmographie de Paolo Taviani et Vittorio Taviani sur le site IMDB.

Voir les autres films de Paolo Taviani et Vittorio Taviani chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur les Frères Taviani

Una questione privataValentina Bellè et Luca Marinelli dans Una questione privata de Paolo Taviani.

Una questione privataLuca Marinelli et Jacopo Olmo Antinori dans Una questione privata de Paolo Taviani.

Una questione privataValentina Bellè, Lorenzo Richelmy et Luca Marinelli dans Una questione privata de Paolo Taviani.