4 mai 2020

Le Crime de l’Orient-Express (2017) de Kenneth Branagh

Titre original : « Murder on the Orient Express »

Le Crime de l'Orient-Express (Murder on the Orient Express)Le célèbre détective belge Hercule Poirot prend l’Orient-Express pour rentrer d’Istanbul à Londres. Mais alors que le train se retrouve bloqué par la neige dans les montagnes yougoslaves, Samuel Ratchett, un riche Américain, est assassiné dans son compartiment. Poirot se met à enquêter pour découvrir le meurtrier parmi les passagers…
Quarante-trois ans après la version de Sydney Lumet, l’un des plus célèbres romans d’Agatha Christie, Le Crime de l’Orient-Express, est de nouveau porté à l’écran. Kenneth Branagh réalise et interprète le détective belge avec brio. Il parle anglais avec un accent belge remarquable, noeud de cravate et moustache sont irréprochables (1). Il trouve en outre toujours le ton juste, évitant tout excès tout en restant très pittoresque. La reconstitution du train est assez magnifique et particulièrement soignée. Le déroulement de l’enquête est un peu moins détaillé que dans la version précédente, privilégiant le rythme qui est enlevé. La distribution est prestigieuse. Indéniablement, cette version donne une vision plus moderne de cette énigme, qui reste toujours aussi passionnante (même lorsque l’on connaît d’avance le dénouement).
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Kenneth Branagh, Penelope Cruz, Johnny Depp, Willem Dafoe, Judi Dench, Michelle Pfeiffer, Daisy Ridley, Derek Jacobi
Voir la fiche du film et la filmographie de Kenneth Branagh sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Kenneth Branagh chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Le Crime de l’Orient-Express a été tourné en 65 mm, format rare qui offre une haute netteté et un rendu des couleurs plus proche de la vision humaine.
* Précédente version :
Le crime de l’Orient-Express (1974) de Sidney Lumet avec Albert Finney.

(1) Agatha Christie avait déclaré être déçue de la moustache d’Albert Finney dans la version de Sydney Lumet : elle n’était pas aussi superbe qu’elle avait imaginé.

Le Crime de l'Orient-Express (Murder on the Orient Express)Kenneth Branagh dans Le Crime de l’Orient-Express (Murder on the Orient Express) de Kenneth Branagh.

Le Crime de l'Orient-Express (Murder on the Orient Express)Kenneth Branagh dans Le Crime de l’Orient-Express (Murder on the Orient Express) de Kenneth Branagh.

10 avril 2020

The Third Murder (2017) de Hirokazu Kore-eda

Titre original : « Sandome no satsujin »

The Third Murder (Sandome no satsujin)Un homme d’une soixantaine d’années, Misumi, tue le patron qui vient de le licencier sur les berges d’un fleuve, puis brûle son corps. Emprisonné, il est défendu par l’avocat Shigemori, aidé de deux collaborateurs. La tâche des avocats est compliquée par l’étrangeté du prévenu, qui modifie plusieurs fois sa version des faits…
Ecrit et réalisé par le cinéaste japonais Hirokazu Kore-eda, The Third Murder est un film de procès mais il est très différent du modèle américain du genre. L’approche est très délicate, avec un déroulé du scénario sans heurts et sans les obligatoires coups de théâtre et surtout les deux personnages principaux (l’avocat et l’accusé) montrent une profondeur inhabituelle. Le propos a même une portée philosophique avec une exploration du thème de la justice, de la culpabilité et de l’interchangeabilité des rôles. La notion de vérité tient une place importante dans la réflexion. Nous suivons le cheminement de pensée de l’avocat, au départ peu intéressé par une affaire où il ne peut que perdre mais où il se retrouve dans une sorte de communion de pensée avec son client. La mise en scène est assez brillante, avec une belle utilisation du format large et une excellente interprétation. The Third Murder, qui est donc beaucoup plus qu’un simple film de procès, a reçu un accueil plutôt mitigé.
Elle: 4 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Masaharu Fukuyama, Kôji Yakusho, Shinnosuke Mitsushima, Suzu Hirose
Voir la fiche du film et la filmographie de Hirokazu Kore-eda sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Hirokazu Kore-eda chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Hirokazu Kore-eda

The Third Murder (Sandome no satsujin)Masaharu Fukuyama et Suzu Hirose dans The Third Murder (Sandome no satsujin) de Hirokazu Kore-eda.

The Third Murder (Sandome no satsujin)Kôji Yakusho dans The Third Murder (Sandome no satsujin) de Hirokazu Kore-eda.

7 novembre 2019

Murder! (1930) de Alfred Hitchcock

Titre français parfois utilisé : « Meurtre »

Meurtre (Murder!)L’actrice Diana Baring est retrouvée prostrée près du cadavre de sa rivale, un tisonnier à ses pieds. Tout l’accuse mais elle ne se souvient de rien…
Adapté d’une pièce, Murder! est l’un des tous premiers films parlants tournés par Alfred Hitchcock. Il le présente comme l’un des rares whodunits (1) qu’il ait tournés. L’histoire, qui se déroule dans le monde du théâtre, joue beaucoup sur les fausses apparences. Tout est lié au théâtre avec notamment des références à Hamlet. Par petites touches, dans les détails, Hitchcock parvient à y ajouter de l’humour, ce qui tire l’ensemble vers la comédie. Sur la forme, le film ne manque pas de trouvailles ou essais du jeune réalisateur. Murder! est ainsi reconnu pour être le premier film où un personnage se parle à lui-même par un monologue intérieur (la difficulté, à l’époque, résidait dans la prise directe du son. Ainsi le réalisateur raconte que dans cette même scène de la salle de bains, il avait un orchestre de trente musiciens derrière le décor pour simuler la musique à la radio. La voix du monologue intérieur avait, quant à elle, été enregistrée sur un disque). Sans être franchement remarquable, Murder! se regarde sans déplaisir.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Herbert Marshall, Norah Baring, Phyllis Konstam, Edward Chapman
Voir la fiche du film et la filmographie de Alfred Hitchcock sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alfred Hitchcock chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Alfred Hitchcock

Remarques :
* Caméo : A 1h00, lorsque le trio ressort de la maison où le crime a été commis, Hitchcock passe au premier plan avec une femme à son bras. Bizarrement, dans cette même scène, un énorme micro sur pied est très visible sur la partie gauche de l’image pendant une bonne demi-minute.
* Une version allemande a été tournée simultanément :  Mary avec Alfred Abel et Olga Tschechowa.

(1) Whodunit (contraction de « Who done it ? » = Qui l’a fait ? ) désigne le style d’intrigue policière où l’identité de l’assassin n’est révélé qu’à la fin du récit (par exemple, les romans d’Agatha Christie sont des whodunits). Alfred Hitchcock dit à leur propos : « J’ai toujours évité les whodunits car généralement l’intérêt réside seulement dans la partie finale. (…) Vous attendez tranquillement la réponse à la question : qui a tué ? Aucune émotion. » (Entretiens avec François Truffaut)

Meurtre (Murder!)Herbert Marshall dans le fameuse scène du monologue intérieur de Murder! de Alfred Hitchcock.

Meurtre (Murder!)Phyllis Konstam, Herbert Marshall et Edward Chapman dans Murder! de Alfred Hitchcock.
Sur la gauche, un microphone sur pied est largement visible.

30 octobre 2019

Boomerang (1947) de Elia Kazan

Boomerang (Boomerang!)Dans une ville du Connecticut aux Etats-Unis, un prêtre, aimé de tous, est assassiné un soir en pleine rue. Les habitants sont scandalisés et réclame des résultats à la police mais l’enquête piétine. L’impatience gagne les autorités de la ville car les élections sont proches. Un suspect est enfin arrêté…
Boomerang est basé sur une histoire vraie (survenue en 1924) et le scénario suit fidèlement les évènements réels en les replaçant à l’époque actuelle. Elia Kazan est allé tourner sur place (1) et certains figurants sont des habitants de la ville. Outre l’intrigue policière, le film dénonce la corruption politique et la dépendance des procureurs aux édiles. Il met en avant l’intégrité d’un procureur qui, malgré les pressions, cherchera avant tout la justice. Kazan filme en grande partie en décors naturels avec une caméra très mobile et donne au film un fort parfum de réalisme (on attribue ce goût pour le réalisme à sa rencontre avec le producteur Louis de Rochemont). L’interprétation est excellente, y compris les seconds rôles. Boomerang est le deuxième long métrage d’Elia Kazan.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs : Dana Andrews, Jane Wyatt, Lee J. Cobb, Cara Williams, Arthur Kennedy, Sam Levene
Voir la fiche du film et la filmographie de Elia Kazan sur le site imdb.com.

Voir les livres sur Elia Kazan

Boomerang (Boomerang!)Dana Andrews et Lee J. Cobb dans Boomerang (Boomerang!) de Elia Kazan.

Boomerang (Boomerang!)Arthur Kennedy et Dana Andrews dans Boomerang (Boomerang!) de Elia Kazan.

(1) Les évènements réels se sont déroulés à Bridgeport, Connecticut. Elia Kazan a tourné à quelques kilomètres de là, à Stamford, Ct.

17 août 2019

Inspecteur Lavardin (1986) de Claude Chabrol

Inspecteur LavardinLe corps du notable et écrivain catholique Raoul Mons est retrouvé mort sur la plage de Saint-Énogat à Dinard, en Bretagne. Lorsque l’inspecteur Lavardin arrive sur les lieux, il découvre que la veuve n’est autre qu’un de ses grands amours de jeunesse…
Après le succès de Poulet au vinaigre et le prochain projet du cinéaste se trouvant mort-né (1), Claude Chabrol reprend le personnage de l’inspecteur Lavardin. L’histoire en elle-même est assez simple : bien entendu, la bourgeoisie et les affaires de famille sont sur la sellette et, comme d’habitude, sous les apparences respectables, les dessous ne sont guère reluisants. Le plus intéressant est le personnage de l’inspecteur, toujours aussi excentrique et hors-normes avec sa façon d’aller sans ménagement directement au cœur des problèmes. Le dénouement est pour le moins surprenant, une petite facétie du cinéaste. L’ensemble ne manque pas d’humour, comme il se doit.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Jean Poiret, Jean-Claude Brialy, Bernadette Lafont, Jean-Luc Bideau
Voir la fiche du film et la filmographie de Claude Chabrol sur le site IMDB.

Voir les autres films de Claude Chabrol chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Claude Chabrol

(1) Claude Chabrol voulait tourner une Camille Claudel avec Isabelle Huppert mais le projet de Bruno Nuytten avec Isabelle Adjani les a pris de court.

Inspecteur LavardinJean Poiret et Jean-Claude Brialy dans Inspecteur Lavardin de Claude Chabrol.

30 juillet 2019

Au poste! (2018) de Quentin Dupieux

Au poste!Pour enquêter sur un meurtre inexpliqué, un commissaire interroge le principal et unique suspect : l’homme qui a trouvé le cadavre gisant sur le trottoir en pleine nuit. Le commissaire annonce lui-même la couleur : l’interrogatoire semble bien parti pour durer…
Le musicien et réalisateur français Marc Dupieux présente Au Poste! comme étant son « premier vrai film français » (certains de ses films précédents ont en effet été réalisés aux Etats-Unis ou au Canada). Il en a écrit le scénario qui est, une nouvelle fois, basé sur un florilège d’humour absurde. Il y a de bons moments, un passage horrible dont personnellement je me serais passé (avec l’équerre) mais l’ensemble est vraiment amusant. Marc Dupieux parvient à éviter de tourner en rond mais visiblement ne savait pas bien comment terminer : après une pirouette que l’on peut voir comme un hommage à Buñuel, il se laisse aller et finit un peu n’importe comment. Bonne prestation des acteurs principaux.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Benoît Poelvoorde, Grégoire Ludig, Marc Fraize, Anaïs Demoustier
Voir la fiche du film et la filmographie de Quentin Dupieux sur le site IMDB.

Voir les autres films de Quentin Dupieux chroniqués sur ce blog…

Au poste!Grégoire Ludig et Benoît Poelvoorde dans Au poste! de Quentin Dupieux.

17 décembre 2018

Un drame au studio (1928) de Anthony Asquith et A.V. Bramble

Titre original : « Shooting Stars »

Un drame au studioMae Feather est une actrice très connue. Son mari Julian Gordon est également son partenaire à l’écran. Leur couple va éclater lorsque Julian découvre que Mae a une aventure avec le comédien comique Andy Wilks. Il la menace de divorcer ce qui serait très nuisible à sa carrière d’actrice…
Restauré par BFI en 2015, Shooting Stars est un film muet britannique, la première réalisation d’Anthony Asquith. Un peu longue à se mettre en place, l’histoire prend une belle tournure dans la seconde moitié du film où la tension n’est pas sans rappeler les premiers films d’Alfred Hitchcock (qui tournait alors, lui aussi, pour la BIF, British Instructional Films). Il y a alors de très belles scènes, inventives quant à l’emploi de la lumière et de la mise en images pour créer une tension croissante. Le final est absolument superbe. Mais ce qui rend le film encore plus remarquable pour tout passionné d’histoire du cinéma est cette façon de nous montrer le déroulement d’un tournage de film, le matériel utilisé, le partage des plateaux et beaucoup d’autres choses encore. Le film méritait vraiment d’être redécouvert. Il nous montre qu’Anthony Asquith était vraiment l’un des réalisateurs britanniques les plus talentueux dès son premier film.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Annette Benson, Brian Aherne, Donald Calthrop
Voir la fiche du film et la filmographie de Anthony Asquith sur le site IMDB.

Remarque :
* Le titre original est à double sens : Shooting Star en anglais est une étoile filante ce qui, dans notre cas, peut être compris comme une star à la gloire éphémère. Mais Shooting Stars signifie aussi « tirer sur des stars ».

Shooting Stars
Annette Benson et Brian Aherne dans le tout premier plan de Shooting Stars de Anthony Asquith et A.V. Bramble.

Shooting stars
… et, quand la caméra recule, nous découvrons que nous sommes dans un studio de cinéma. Shooting Stars de Anthony Asquith et A.V. Bramble.

1 juin 2018

L’homme à l’imperméable (1957) de Julien Duvivier

L'homme à l'imperméableSa femme étant absente pour une semaine, Albert, modeste musicien d’orchestre, se retrouve temporairement célibataire. Un de ses collègues lui vante les mérites de la belle Eva qu’il fréquente lui-même. Après moult hésitations, il se rend chez la jeune femme qui est assassinée alors qu’il se trouve dans la pièce voisine…
Julien Duvivier et René Barjavel ont écrit cette adaptation quelque peu étrange d’un roman de James Hadley Chase. L’homme à l’imperméable est en effet étrange car Julien Duvivier semble osciller constamment entre l’intrigue policière et la comédie loufoque sans parvenir à la symbiose entre les deux. Certaines comédies britanniques (on pense à celles de la Ealing) y parviennent merveilleusement alors qu’ici tout paraît bancal. Cela se ressent jusque dans l’interprétation qui n’est en rien homogène : certains acteurs jouent de façon réaliste alors que d’autres jouent de façon loufoque. Au final, n’étant ni un suspense policier, ni un film burlesque, le film ne réussit vraiment sur aucun tableau.
Elle: 2 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Fernandel, Bernard Blier, Jacques Duby, Jean Rigaux, Judith Magre
Voir la fiche du film et la filmographie de Julien Duvivier sur le site IMDB.

Voir les autres films de Julien Duvivier chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Julien Duvivier

L'homme à l'imperméable
Bernard Blier et Fernandel dans L’homme à l’imperméable de Julien Duvivier.

15 mai 2018

Police judiciaire (1958) de Maurice de Canonge

Police judiciaireAu 36 Quai des Orfèvres, le commissaire Frédéric enquête sur une affaire criminelle tandis que le commissaire Dupuis traque l’assassin d’un de leurs inspecteurs, tué en service plusieurs mois auparavant…
Si ce Police judiciaire de Maurice de Canonge repose bien sur un scénario écrit, le film se place entre le film d’enquête et le documentaire tant il décrit avec précision les méthodes utilisées en insistant tout particulièrement sur leur modernité. Bien entendu, le modernisme de certaines, telles les cartes perforées, peut faire sourire aujourd’hui mais le film montre bien la minutie et l’expertise nécessaires pour venir à bout des enquêtes. Les commissaires ne sont ainsi pas présentés comme des êtres au flair exceptionnel mais comme de grands professionnels qui utilisent toute une panoplie d’outils modernes pour les aider à avancer. Le scénario mêle habilement quatre histoires, les deux principales se révélant assez prenantes ; l’une d’entre elles permet d’ailleurs de démasquer un ripou. Hormis Anne Vernon, les acteurs ne sont guère connus mais tous les rôles sont bien tenus. Robert Manuel n’a qu’un petit second rôle et Jean Tissier fait une apparition (en mondain aviné, ce qui est très classique pour lui). Au delà de son indéniable aspect historique, ce film policier très réaliste  se regarde toujours sans déplaisir aujourd’hui.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Anne Vernon, Henri Vilbert, Robert Manuel, Yves Vincent, Jean Tissier, Daniel Cauchy
Voir la fiche du film et la filmographie de Maurice de Canonge sur le site IMDB.

Remarque :
* Le scénario est basé sur une histoire écrite par Marcel Rivet, adaptée par Pierre Léaud (le père de Jean-Pierre Léaud) et Maurice de Canonge. Les dialogues sont de Jean Frank.

Police judiciaire
Yves Vincent, Daniel Cauchy, Gabriel Gaubin et Henri Vilbert dans Police judiciaire de Maurice de Canonge.

Police judiciaire
Jean Lara et Anne Vernon dans Police judiciaire de Maurice de Canonge.

27 avril 2018

À double tour (1959) de Claude Chabrol

À double tourDans une grande maison entourée de vignes aux environs d’Aix-en-Provence, la famille Marcoux tente de garder une image respectable alors que le père a une liaison avec la jolie occupante de la villa voisine et que la fille a un fiancé particulièrement impertinent et sans-gêne…
Troisième long métrage de Claude Chabrol, À double tour est adapté d’un roman policier paru dans la Série Noire sous la plume de Stanley Ellin, l’un des auteurs majeurs de la littérature policière d’après-guerre. Mais visiblement, ce n’est pas l’intrigue qui a intéressé le jeune réalisateur mais plutôt la possibilité de dresser un portrait de la bourgeoisie où bienséance rime avec hypocrisie. Il le fait sans nuance, sans avoir peur de grossir le trait, parfois au-delà de la vraisemblance. Les personnages sont vraiment très typés. Claude Chabrol prend des libertés avec le déroulement de l’histoire, reprenant certaines scènes avec une vision différente. Il expérimente aussi sur la forme, adopte plusieurs angles de caméra sans parvenir à choisir, ignore parfois (volontairement ?) les raccords d’éclairage. Il soigne l’utilisation des couleurs et joue avec les ombres. Tous ces effets sont très appuyés, trop visibles sans aucun doute. À double tour fut très mal reçu par la critique et n’eut aucun succès auprès du public. Cela explique certainement que cette œuvre de jeunesse soit aujourd’hui si peu connue.
Elle: 3 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Madeleine Robinson, Antonella Lualdi, Jean-Paul Belmondo, Jacques Dacqmine, Jeanne Valérie, Bernadette Lafont, André Jocelyn, Mario David
Voir la fiche du film et la filmographie de Claude Chabrol sur le site IMDB.

Voir les autres films de Claude Chabrol chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Claude Chabrol

A double tourJeanne Valérie, Jean-Paul Belmondo, Jacques Dacqmine, Madeleine Robinson et André Jocelyn
dans À double tour de Claude Chabrol.

Remarques :
* L’adaptation a été écrite par Paul Guégauff.
* Le rôle du trublion était initialement dévolu à Jean-Claude Brialy qui, blessé sur le tournage du Beau Serge, a suggéré le nom de Jean-Paul Belmondo pour le remplacer. L’acteur n’avait alors tenu que des tout petits rôles. Ce choix ne fut pas du goût des producteurs. Les frères Hakim hurlèrent à Chabrol une phrase qui est restée dans l’Histoire du cinéma : « Comment voulez-vous qu’on veuille bien filmer quelqu’un d’aussi moche ! Qui peut imaginer qu’il va serrer dans ses bras une aussi jolie femme qu’Antonella Lualdi et qu’elle lui dise qu’elle l’aime ! ».

A Double TourMadeleine Robinson et (dans le miroir) Bernadette Lafont dans À double tour de Claude Chabrol.

A Double TourOn ne pourra pas dire que Chabrol n’a pas cherché des cadrages originaux et esthétiques…
Antonella Lualdi et André Jocelyn dans À double tour de Claude Chabrol.