5 septembre 2021

Marie-Octobre (1959) de Julien Duvivier

Marie-OctobreUn groupe d’ex-résistants, dont certains s’étaient perdus de vue depuis la fin de la guerre, se retrouvent quinze années plus tard. Ils dînent ensemble dans la demeure de leur ancien chef, Castille, qui a été tué par les allemands. Cette soirée est organisée par deux d’entre eux pour percer le mystère de la mort de Castille car ils savent maintenant qu’il y a eu un traitre…
Marie-Octobre est inspiré du roman éponyme de Jacques Robert qui en a écrit l’adaptation avec Julien Duvivier. Il s’agit d’un huis clos avec dix personnages (onze avec la gouvernante) au cours duquel les soupçons vont se porter tour à tour sur chacun. Les dix personnages ont des professions très différentes qui ont parfois une influence. La distribution du film réunit certains des acteurs parmi les plus célèbres du cinéma français de l’époque, chacun restant dans le registre pour lequel il est connu. On est rapidement pris par les discussions et les interrogations qui fusent, d’autant plus facilement que les excellents dialogues sont signés Henri Jeanson. Le film fonctionne tout aussi bien soixante ans après sa sortie. Le récit aborde plusieurs thèmes : le courage, la trahison, la volonté d’oublier. Curieusement, la critique a toujours été très réservée (pour des raisons diverses et un peu confuses) alors que le public l’a transformé en grand succès.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Danielle Darrieux, Bernard Blier, Robert Dalban, Paul Frankeur, Paul Guers, Daniel Ivernel, Paul Meurisse, Serge Reggiani, Noël Roquevert, Lino Ventura, Jeanne Fusier-Gir
Voir la fiche du film et la filmographie de Julien Duvivier sur le site IMDB.

Voir les autres films de Julien Duvivier chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Julien Duvivier

Remarque :
* Les scènes ont été tournées dans l’ordre du scénario et les acteurs ne connaissaient pas le nom du traitre avant de tourner la scène finale.

 Marie-Octobre(de g. à d.) Lino Ventura, Paul Frankeur, Robert Dalban, Serge Reggiani, Paul Meurisse, Daniel Ivernel, Danielle Darrieux, Bernard Blier, Paul Guers et Noël Roquevert dans Marie-Octobre de Julien Duvivier.

28 août 2021

Le Petit Monde de Don Camillo (1952) de Julien Duvivier

Le Petit monde de Don Camillo (Don Camillo)Dans une petite ville italienne de la plaine du Pô, la rivalité est permanente entre Peppone, le maire communiste qui vient de triompher aux élections et Don Camillo, le curé de choc qui parle quotidiennement au Christ au dessus de l’autel de son église…
Le Petit Monde de Don Camillo est un film franco-italien de Julien Duvivier, tiré d’un roman de Giovannino Guareschi paru en 1948. L’adaptation est signée Julien Duvivier et René Barjavel. C’est un film de commande et il faut bien reconnaitre qu’il détonne plutôt dans la filmographie du cinéaste car il s’agit d’une gentille comédie. Giovannino Guareschi était un auteur marqué à droite, militant anti-communiste, et il entendait tourner en dérision le poids du Parti Communiste italien en ce lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Duvivier a su atténuer le propos militant et amplifier le rôle de l’amitié (les deux rivaux sont amis d’enfance), l’idée générale étant que l’estime mutuelle parvient à triompher des querelles politiques. Le film prend ainsi un aspect de gentille utopie. L’humour est principalement concentré sur le personnage du curé, superbement interprété par Fernandel. Le succès fut immense, Le Petit Monde de Don Camillo devenant rapidement le plus gros succès du cinéma français (aujourd’hui, il est le sixième plus gros succès de tous les temps). Les suites ne se firent guère attendre.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Fernandel, Gino Cervi, Franco Interlenghi, Sylvie, Charles Vissières
Voir la fiche du film et la filmographie de Julien Duvivier sur le site IMDB.

Voir les autres films de Julien Duvivier chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Julien Duvivier

Remarque :
* Le Don Camillo créé par Giovannino Guareschi est issu d’un personnage bien réel: Don Camillo Valota, prêtre italien ordonné en 1937 à Côme près de Milan. Il devint curé de Frontale, dans la Valteline (nord de l’Italie), où il eut des démêlés avec le maire, nommé Pepone. Il finit par être arrêté par les Allemands en 1942 pour avoir facilité le passage vers la Suisse voisine à de nombreux juifs et opposants au fascisme de Mussolini. C’est au camp de Dachau qu’il a rencontré Giovanni Guareschi, originaire de la même région que lui, et qu’il lui a raconté son histoire. (Source Wikipédia)

Le Petit monde de Don Camillo (Don Camillo)Fernandel et Gino Cervi dans Le Petit monde de Don Camillo (Don Camillo) de Julien Duvivier.

Le Petit monde de Don Camillo (Don Camillo)Fernandel dans Le Petit monde de Don Camillo (Don Camillo) de Julien Duvivier.

La série des 6 films Don Camillo (avec Fernandel pour les cinq premiers) :
1) Le Petit Monde de don Camillo (1952) de Julien Duvivier
2) Le Retour de don Camillo (1953) de Julien Duvivier
3) La Grande Bagarre de don Camillo (1955) de Carmine Gallone
4) Don Camillo Monseigneur (1961) de Carmine Gallone
5) Don Camillo en Russie (1965) de Luigi Comencini
6) Don Camillo et les contestataires (1970) de Mario Camerini avec Gastone Moschin et Lionel Stander

+ 1 remake (jugé très mauvais)
Don Camillo de Terence Hill (1983) avec Terence Hill et Colin Blakely

24 août 2021

La Chambre verte (1978) de François Truffaut

La Chambre verteFin des années 1920 dans l’est de la France. Rescapé de la Grande Guerre, Julien Davenne est rédacteur de la rubrique nécrologique d’une revue moribonde. Il est veuf, vit avec une gouvernante et Georges, un enfant sourd et muet à qui il apprend à parler. Sa seule raison de vivre est de conserver vivante la mémoire de sa femme Julie, morte en 1919 à l’âge de 22 ans…
L’idée d’un film consacré aux défunts hantait François Truffaut depuis quelques années : « il arrive un moment où nous nous apercevons que nous connaissons plus de morts que de vivants. » Jean Gruault et François Truffaut ont écrit le scénario de La Chambre verte sur la base de trois nouvelles de Henry James (1). Il aborde le thème de la mort d’êtres proches sous trois angles principaux : « Faut-il oublier les morts ? », « A-t-on le droit de refaire sa vie ? » et « Que se passerait-il si nous restions attachés aux morts par les mêmes sentiments que ceux qui nous lient aux vivants ? » Truffaut a choisi d’interpréter lui-même le personnage principal « pour que le film soit plus intime », et de fait, il est délicat de cerner jusqu’à quel point il s’assimile à Julien Davenne. Lors de l’entretien avec le secrétaire de l’évêché, c’est indéniablement le cinéaste qui parle : ce n’est pas un film sur le culte des morts et il n’y a rien de religieux dans sa démarche. En réalité, Truffaut s’arc-boute sur son refus de l’oubli, sur son désir de continuer à vivre avec les morts. Le film est grave, un peu morbide, l’obsession du personnage principal a quelque chose d’inquiétant et l’insertion d’un alter-ego féminin plus souple dans ses positions (et auquel nous sommes censés nous identifier) n’enlève rien au malaise. Malgré un bon accueil critique, le film fut un fiasco et François Truffaut devra faire revenir Antoine Doinel (dans L’Amour en fuite, 1979) pour renflouer les caisses des Films du Carrosse.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: François Truffaut, Nathalie Baye, Jean Dasté
Voir la fiche du film et la filmographie de François Truffaut sur le site IMDB.

Voir les autres films de François Truffaut chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur François Truffaut

(1) L’Autel des morts (The Altar of the Dead, 1895), La Bête dans la jungle (The Beast in the Jungle, 1903) et Les Amis des amis (The Friends of the Friends, 1896).

La Chambre verteNathalie Baye et François Truffaut dans La Chambre verte de François Truffaut.

23 août 2021

Au petit Marguery (1995) de Laurent Bénégui

Au petit MargueryAprès plus de vingt-cinq ans d’exercice, Hippolyte et Joséphine ont pris la décision de fermer leur restaurant. Pour marquer le soir de fermeture, Barnabé, fils unique de la maison, a convié tous ses amis à un ultime repas de fête, naturellement préparé par son père, Joséphine s’activant en salle, comme à leur habitude…
Au petit Marguery est une comédie dramatique chorale française écrite et réalisée par Laurent Bénégui, plus connu comme écrivain que comme cinéaste. Il a ici adapté son propre roman, en partie inspiré de souvenirs puisqu’il est lui-même fils de restaurateurs : Le Petit Marguery était le nom du café-restaurant tenu par la famille Bénégui dans le 9e arrondissement de Paris. Mais le sujet central, ce sont les invités, Laurent Bénégui désirant dresser une série de portraits très différents. Le premier défaut d’avoir choisi un ensemble trop standardisé de personnages, il paraît trop politiquement correct pour être vrai (avec même un SDF). Ensuite, disons que l’on peine à s’intéresser à leurs histoires. Les attitudes de chacun ne sont qu’une suite de réactions trop démonstratives qui deviennent vite fatigantes. Les flashbacks, ostensiblement insérés pour expliquer, alourdissent l’ensemble et sont d’une qualité décevante. Laurent Bénégui avait pourtant réuni une belle brochette d’acteurs avec de nombreux jeunes talents qui se sont fait plus amplement  connaitre par la suite.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Stéphane Audran, Michel Aumont, Marie Bunel, Thomas Chabrol, Laurence Côte, Jacques Gamblin, Claire Keim, Gérald Laroche, Pierre-Loup Rajot, Féodor Atkine
Voir la fiche du film et la filmographie de Laurent Bénégui sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Au petit MargueryStéphane Audran et Michel Aumont dans Au petit Marguery de Laurent Bénégui.
(au premier plan : Marie Bunel, Marie-Laure Dougnac et Thomas Chabrol)

19 août 2021

Le mort en fuite (1936) de André Berthomieu

Le Mort en fuiteDeux comédiens plutôt médiocres se lamentent de n’être pas assez connus. Pour se faire de la publicité, ils inventent un crime imaginaire. L’un des deux va disparaître en laissant des indices pour laisser croire que l’autre l’a tué…
André Berthomieu n’a pas la réputation d’être un réalisateur vraiment remarquable mais ses premiers films sont considérés comme les plus intéressants. Le point fort de celui-ci est son scénario signé Loïc Le Gouriadec. L’histoire est délicieusement loufoque et il a de la matière pour de beaux numéros d’acteurs. Hélas, la confrontation entre les deux grands acteurs Michel Simon et Jules Berry n’est pas aussi jubilatoire qu’attendu. Ils n’ont d’ailleurs que peu de scènes ensemble puisqu’ils se séparent rapidement. Il y a bien d’excellents moments (le procès est mémorable) mais aussi et surtout de moins bons (toutes les séquences avec le général Popoff paraissent bien longues). La réalisation est des plus simples. Heureusement, les dialogues de Carlo Rim sauvent la mise. Le scénario sera de nouveau porté à l’écran par René Clair (1938) et le même André Berthomieu (1954).
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Jules Berry, Michel Simon, Marie Glory, Fernande Albany, Gabrielle Fontan
Voir la fiche du film et la filmographie de André Berthomieu sur le site IMDB.

Remakes :
1938 : Fausses nouvelles (Break the News) film anglais de René Clair avec Jack Buchanan et Maurice Chevalier
1954 : Les deux font la paire par André Berthomieu avec Jean Richard et Jean-Marc Thibault

Le Mort en fuiteMichel Simon dans Le Mort en fuite de André Berthomieu.

13 août 2021

Tout simplement noir (2020) de John Wax & Jean-Pascal Zadi

Tout simplement noirJP, un acteur sans talent d’une quarantaine d’années, développe l’idée d’organiser une grande marche d’hommes noirs à Paris pour protester contre la sous-représentation des Noirs dans la société et dans les médias. Pour soutenir ce projet, il essaie de rencontrer des personnalités influentes de la communauté noire…
Tout simplement noir est une comédie française co-écrite, co-réalisée et co-interprétée par Jean-Pascal Zadi. Il prend la forme originale d’un faux documentaire. Nous voyons ce qui est censé être filmé. Nous suivons le personnage dans ses tentatives de convaincre des célébrités de soutenir son projet, ce sont principalement des humoristes mais aussi des acteurs, rappeurs et cinéastes qui jouent leur propre rôle. L’humour est constant, Jean-Pascal Zadi et John Wax ont su trouver un équilibre parfait pour se moquer des contradictions de chacun sans amoindrir le message de fond. Ils nous font découvrir que chaque individu a sa propre conception de l’identité noire, pouvant aller quelquefois jusqu’au communautarisme. Manier un tel niveau de sarcasme sur un sujet si sensible est délicat mais ils y sont parvenus.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Jean-Pascal Zadi, Caroline Anglade, Fary
Voir la fiche du film et la filmographie de John Wax & Jean-Pascal Zadi sur le site IMDB.

Remarques :
* Le titre Tout simplement noir est une référence au groupe de hip-hop du même nom de la fin des années 1980.
* La sortie du film prévue début 2020 a été repoussée à cause du confinement. Tout simplement noir est ainsi sorti en juillet 2020, quelques semaines après la mort de George Floyd qui a considérablement amplifié la portée du mouvement Black Lives Matter.

Tout simplement noirLucien Jean-Baptiste, Fabrice Eboué et Jean-Pascal Zadi dans Tout simplement noir de John Wax & Jean-Pascal Zadi.

4 août 2021

Une vie violente (2017) de Thierry de Peretti

Une Vie ViolenteMalgré la menace de mort qui pèse sur sa tête, Stéphane décide de retourner en Corse pour assister à l’enterrement de Christophe, son ami d’enfance et compagnon de lutte, assassiné la veille. C’est l’occasion pour lui de se rappeler les évènements qui l’ont vu passer, petit bourgeois cultivé de Bastia, de la délinquance au radicalisme politique et du radicalisme politique à la clandestinité…
Une vie violente est réalisé par Thierry de Peretti, cinéaste corse. Le film est librement inspiré de l’histoire de Nicolas Montigny, jeune militant nationaliste corse de Armata Corsa assassiné à Bastia en 2001. Hormis quelques lignes rapides au tout début du film, le cinéaste n’explique rien. Le récit est donc assez obscur, on ne comprend pas bien qui sont les personnages et encore moins leurs motivations. Les discussions dérapent sans que l’on comprenne pourquoi et, lors des réunions, on est rapidement perdu. Pour comprendre pourquoi ces nationalistes se tuent entre eux, il est nécessaire d’aller lire l’article Wikipédia sur Armata Corsa. Confus sur le fond, le film de Thierry de Peretti est plus remarquable dans sa forme, donnant souvent l’impression de se trouver au beau milieu des personnages. Le cinéaste a trouvé un équilibre subtil entre fiction et documentaire. Les acteurs, tous corses, sonnent tous très juste.
Elle: 3 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Jean Michelangeli, Henri-Noël Tabary, Cédric Appietto, Marie-Pierre Nouveau
Voir la fiche du film et la filmographie de Thierry de Peretti sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Une Vie ViolenteUne vie violente de Thierry de Peretti.

Homonyme :
Une vie violente (Una Vita violenta) de Paolo Heusch et Brunello Rondi (1962) d’après un roman de Pier Paolo Pasolini.

2 août 2021

Lux Æterna (2019) de Gaspar Noé

Lux ÆternaCharlotte Gainsbourg accepte de jouer une sorcière jetée au bûcher dans le premier film réalisé par Beatrice Dalle. Les deux actrices discutent entre elles avant de se rendre sur le plateau pour tourner la fameuse scène. Si la réalisatrice et l’actrice s’entendent bien, les relations avec l’équipe du film sont explosives, ce qui rend la préparation de la scène particulièrement chaotique…
Lux Æterna est un moyen métrage français écrit et réalisé par Gaspar Noé, cinéaste argentin vivant en France. Il s’agit d’un film commandé par la maison de haute couture Saint Laurent qui a financé le film (1). Après une longue improvisation des deux actrices qui discutent entre elles pour évoquer des souvenirs (enfin c’est surtout Béatrice Dalle qui parle, Charlotte Gainsbourg n’est visiblement pas à son aise et n’arrête pas de boire), on passe dans les coulisses pour assister à des engueulades continuelles avec les membres de l’équipe. Finalement, le tournage se fait péniblement et se termine dans un chaos stroboscopique qui dure près de 15 minutes. Gaspar Noé continue sur sa lancée de réaliser des films qui secouent les spectateurs, dont la vision est une véritable épreuve… La critique a réservé un bon accueil au film.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Béatrice Dalle, Charlotte Gainsbourg
Voir la fiche du film et la filmographie de Gaspar Noé sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

(1) La maison de haute couture Saint Laurent a posé comme conditions la participation au film de « visages » de la marque et l’utilisation de vêtements issus des dernières collections.

Lux ÆternaBéatrice Dalle et Charlotte Gainsbourg et Abbey Lee dans Lux Æterna de Gaspar Noé
(qui se distingue par une large utilisation des diptyques et des triptyques).

1 août 2021

Yves (2019) de Benoît Forgeard

YvesJérem, un rappeur, s’installe chez sa grand-mère pour y enregistrer un album. Il fait la connaissance de So, enquêtrice pour le compte de la start-up Digital Cool. Elle le convainc de prendre à l’essai « Yves », un réfrigérateur connecté et intelligent, censé lui simplifier la vie…
Yves est un film français écrit et réalisé par Benoît Forgeard, son troisième long métrage. L’idée de départ n’est pas très originale et, de plus, correspond à une vision aujourd’hui un peu vieillotte (car peu réaliste ou, du moins, bien trop lointaine) de l’intelligence artificielle : l’intelligence artificielle omnisciente. L’originalité est toutefois de prendre un rappeur peu inspiré comme personnage principal. Cela donne quelques trouvailles amusantes, tel ce concours eurovision un poil particulier. Hélas, les moments d’humour absurde réussis sont peu nombreux, le plus souvent, on a l’impression de redites et d’étirements en longueur. William Lebghil et Doria Tillier font, heureusement, une bonne prestation. Le film a bénéficié d’un assez bon accueil critique.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: William Lebghil, Doria Tillier, Philippe Katerine, Antoine Gouy
Voir la fiche du film et la filmographie de Benoît Forgeard sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Benoît Forgeard chroniqués sur ce blog…

YvesWilliam Lebghil parle à son frigo dans Yves de Benoît Forgeard.

30 juillet 2021

Roubaix, une lumière (2019) de Arnaud Desplechin

Roubaix, une lumièreLe commissariat central de Roubaix est dirigé par Daoud, homme au tempérament calme. D’origine nord-africaine, Daoud a grandi dans cette ville qu’il connaît parfaitement mais il a perdu tout contact avec ses proches. Les affaires courantes se succèdent jusqu’à un incendie volontaire qui va révéler plus important que prévu…
Roubaix, une lumière est un film très atypique dans la filmographie d’Arnaud Desplechin. Oubliant pour une fois les intellectuels en crise, il s’inspire ici d’un fait divers survenu à Roubaix en mai 2002 : l’assassinat d’une dame âgée dans une courée. Ce fait divers avait été l’objet d’un documentaire de Mosco Boucault en 2008, Roubaix, commissariat central, affaires courantes. C’est ce documentaire qui avait impressionné durablement Arnaud Desplechin, lui-même originaire de Roubaix. En s’en inspirant, le cinéaste parvient à dresser un très beau quadruple portrait avec une histoire puissante, fortement ancrée dans la réalité mais sans aucun misérabilisme. Roschdy Zem fait une superbe prestation, donnant une force et une profondeur peu communes à son personnage de commissaire. Il faut aussi saluer les interprétations de Léa Seydoux et de Sara Forestier, très justes. Roubaix, une lumière est un film doté d’une belle personnalité.
Elle: 5 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Roschdy Zem, Léa Seydoux, Sara Forestier, Antoine Reinartz
Voir la fiche du film et la filmographie de Arnaud Desplechin sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Arnaud Desplechin chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Arnaud Desplechin

Roubaix, une lumièreLéa Seydoux et Roschdy Zem dans Roubaix, une lumière de Arnaud Desplechin.