26 mai 2022

La Femme au tableau (2015) de Simon Curtis

Titre original : « Woman in Gold »

La Femme au tableau (Woman in Gold)Maria Altmann, une Autrichienne juive qui s’est réfugiée en Californie peu avant la Seconde Guerre mondiale, se bat devant les tribunaux pour récupérer auprès du gouvernement autrichien les peintures de Gustav Klimt que sa famille possédait et qui avaient été volées par les nazis puis exposées au musée du Belvédère à Vienne…
La Femme au tableau est réalisé par le britannique Simon Curtis. Le scénario s’inspire d’une histoire vraie qui s’est déroulée au début des années 2000, la demande de restitution du tableau Portrait d’Adele Bloch-Bauer I de Gustav Klimt par sa propriétaire légitime. Elle est l’occasion de rappeler une période noire et la spoliation d’œuvres d’art par le régime nazi (qui aurait porté sur 100 000 à 400 000 œuvres selon les estimations). Le film est d’une facture assez plate mais se distingue néanmoins par la qualité de son interprétation et par les soins portés à la reconstitution des scènes se situant dans la Vienne la fin des années trente.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Helen Mirren, Ryan Reynolds, Daniel Brühl, Katie Holmes
Voir la fiche du film et la filmographie de Simon Curtis sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

La Femme au tableau (Woman in Gold)Ryan Reynolds, Helen Mirren et Daniel Brühl dans La Femme au tableau (Woman in Gold) de Simon Curtis.

Le Portrait d’Adele Bloch-Bauer I (également appelé La Dame en or ou La Femme en or)
est un tableau du peintre symboliste autrichien Gustav Klimt, réalisé entre 1903 et 1907.

17 mars 2022

Tous les matins du monde (1991) de Alain Corneau

Tous les matins du mondeSur la fin de sa vie, Marin Marais, violiste des XVIIe-XVIIIe siècles, se remémore ses souvenirs de jeunesse et en particulier son apprentissage de la viole de gambe auprès de son maître, Monsieur de Sainte-Colombe et de ses deux filles…
Tous les matins du monde est un film français réalisé par Alain Corneau d’après le roman homonyme de Pascal Quignard. Il retrace une partie de la vie du compositeur français du XVIIe siècle, Marin Marais, et plus particulièrement ses relations avec le compositeur Jean de Sainte-Colombe. En réalité, très peu de détails sont connus sur la vie de ce dernier et le romancier a élaboré un scénario à partir de quelques phrases écrites par Marin Marais. Le portrait qu’en a fait le romancier est celui d’un homme intransigeant et perfectionniste, qui a une conception de l’art comme un absolu, et qui refuse l’idée d’un art pour plaire. La mise en images est superbe et la musique, interprétée par Jordi Savall, est enchanteresse. Le grand succès du film a contribué à la renaissance de la musique baroque et à faire connaître la viole de gambe.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Jean-Pierre Marielle, Gérard Depardieu, Anne Brochet, Guillaume Depardieu, Carole Richert, Michel Bouquet, Caroline Silhol
Voir la fiche du film et la filmographie de Alain Corneau sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alain Corneau chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Alain Corneau

Tous les matins du mondeJean-Pierre Marielle dans Tous les matins du monde de Alain Corneau.

29 janvier 2022

Un beau voyou (2018) de Lucas Bernard

Un beau voyouLe commissaire Beffrois attend la retraite avec un enthousiasme mitigé quand un vol de tableau retient son attention. Il se lance à la recherche d’un voleur atypique, véritable courant d’air et acrobate à ses heures…
Un beau voyou est un film français écrit et réalisé par Lucas Bernard, ancien assistant-opérateur avec Coline Serreau ou Tonie Marshall. C’est son premier long métrage. Bien qu’il s’agisse d’un film d’enquête, le ton général est plutôt à la comédie. Dès la première scène, on se rend compte que le film ne sera pas ordinaire. Les personnages sont atypiques, mais pas trop, les situations sont inhabituelles. D’autre part, il y a beaucoup de douceur dans la mise en scène et dans l’interprétation, Charles Berling en tête mais aussi Swann Arlaud. Le personnage de la jeune femme restauratrice de tableaux est un personnage fort, incarnée avec beaucoup de dynamisme et d’aplomb par Jennifer Decker. Avec en prime quelques réflexions sur la place de l’art, Un beau voyou est un film original et délicieux. Hélas, il n’a bénéficié que d’une faible distribution.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Charles Berling, Swann Arlaud, Jennifer Decker
Voir la fiche du film et la filmographie de Lucas Bernard sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

 Un beau voyouSwann Arlaud et Charles Berling dans Un beau voyou de Lucas Bernard.

5 août 2019

Nocturnal Animals (2016) de Tom Ford

Nocturnal AnimalsSusan est galeriste d’art à Los Angeles. Un jour, elle reçoit de son premier mari le manuscrit de son roman, juste avant publication. Restée seule lors d’un week-end, elle entreprend de le lire : c’est le récit d’un homme qui, avec sa femme et sa fille, se fait attaquer par trois voyous sur une route isolée du Texas…
Nocturnal Animals est adapté du roman Tony and Susan d’Austin Wright, publié en 1993. Tom Ford est un styliste de mode qui réalise ici son second long métrage après A Single Man (2010). On ne sera donc pas étonné qu’il ait soigné la photographie et l’aspect graphique de son film. L’histoire se déroule dans trois dimensions temporelles : le présent, le passé et le fictionnel. Les allers-retours deviennent vite répétitifs, même agaçants par leur lourdeur. Les allégories et parallèles sont insistants. Tom Ford semble avoir un compte à régler avec l’art moderne, un monde qu’il présente de façon caricaturale, froid, sans âme, sans vie. Le contraste entre cet univers aseptisé et le sordide de l’enquête au Texas est poussé à son maximum. Personnellement, j’ai trouvé le film assez vide et plutôt déplaisant. Ce ne fut pas le cas de tout le monde puisqu’il a été bien reçu aux Etats-Unis, moins bien en France toutefois.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Amy Adams, Jake Gyllenhaal, Michael Shannon, Aaron Taylor-Johnson, Armie Hammer
Voir la fiche du film et la filmographie de Tom Ford sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Lire une analyse plus complète sur le film sur le site Courte-focale.fr.

Nocturnal AnimalsAmy Adams dans Nocturnal Animals de Tom Ford.

Nocturnal AnimalsJake Gyllenhaal et Michael Shannon dans Nocturnal Animals de Tom Ford.

24 mai 2019

Ludwig – Le Crépuscule des Dieux (1973) de Luchino Visconti

Titre original : « Ludwig »

Ludwig - Le crépuscule des DieuxCe film franco-germano-italien de Luchino Visconti évoque la vie de Louis II de Bavière, depuis son couronnement à l’âge de dix-huit ans, jusqu’à sa mort dramatique à quarante. L’homme fut, on le sait, une personnalité totalement atypique mais Visconti, loin d’insister sur ses extravagances et sa « folie », le présente comme un homme franc et sensible aux arts et à la beauté, perturbé certes mais sincère. Son Louis II veut aller jusqu’au bout de ses rêves artistiques sans prêter attention aux conséquences ; il dédaigne la politique, refuse autant que possible de régner. Il est empêché de vivre la vie qu’il souhaite, y compris et surtout en matière de sexualité : son homosexualité refoulée n’a d’égal que l’impossible amour envers sa cousine Sissi, son seul amour féminin, le rayon de soleil de sa vie. C’était le sujet parfait pour Visconti qui filme ce récit de façon grandiose et calme, avec de longs plans majestueux, prenant tout son temps pour nous faire ressentir l’atmosphère de cette quête d’absolu et aussi ce profond sentiment de désillusion, à force d’être déçu ou trompé, puis de désespoir. Helmut Berger fait une grande interprétation, habité par son personnage. Romy Schneider, qui s’était pourtant juré de ne jamais réincarner Sissi, est lumineuse. Visconti nous offre une vision différente de ce roi dont la « folie » était de rêver de beauté dans un monde de tensions et de guerres.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Helmut Berger, Romy Schneider, Trevor Howard, Silvana Mangano, Gert Fröbe
Voir la fiche du film et la filmographie de Luchino Visconti sur le site IMDB.

Voir les autres films de Luchino Visconti chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Luchino Visconti

Ludwig - Le Crépuscule des Dieux
Helmut Berger dans Ludwig – Le crépuscule des Dieux de Luchino Visconti.

Ludwig Le Crépuscule des dieux
Helmut Berger et Romy Schneider dans Ludwig – Le crépuscule des Dieux de Luchino Visconti.

Ludwig - Le Crépuscule des Dieux
Helmut Berger, Romy Schneider et Nora Ricci dans Ludwig – Le crépuscule des Dieux de Luchino Visconti.

Remarques :
* Le film est d’abord sorti dans une version réduite à 180 minutes mais nous pouvons voir aujourd’hui la version complète de 238 minutes.
* Intitulé Le Crépuscule des dieux à sa sortie en France en référence à l’opéra de Wagner, le film fut renommé par la suite Ludwig : Le Crépuscule des dieux pour éviter la confusion avec son film précédent Les Damnés, dont le titre original La caduta degli dei et le titre anglais The Damned (Götterdämmerung) sont respectivement les titres italien et allemand de l’opéra.
* Luchino Visconti fut victime d’un accident vasculaire cérébral pendant le tournage de Ludwig qui le laissa à moitié paralysé.
* Le film a été tourné en anglais. Les versions en italien sont doublées.
* Les Damnés (1969), Mort à Venise (1971), Ludwig (1973) devaient être complétés avec l’adaptation de La Montagne Magique de Thomas Mann pour former une tétralogie inspirés par Wagner et Mann. Pour des raisons de santé, Luchino Visconti ne put hélas mener ce dernier projet avant sa mort en 1976.

Ludwig - Le Crépuscule des Dieux
Trevor Howard est Wagner dans Ludwig – Le crépuscule des Dieux de Luchino Visconti.


Romy Schneider dans la Grotte de Vénus du Château de Linderhof, une grotte entièrement artificielle aménagée par Louis II de Bavière pour recréer l’ambiance de l’épisode du Venusberg de l’opéra wagnérien Tannhäuser. Un orchestre peut y jouer dissimulé par des rochers.

Ludwig - Le Crépuscule des Dieux
Romy Schneider et Nora Ricci montent le superbe escalier des Ambassadeurs du Château de Herrenchiemsee dans Ludwig – Le crépuscule des Dieux de Luchino Visconti.

Ludwig - Le Crépuscule des Dieux
Gert Fröbe et Helmut Berger dans Ludwig – Le crépuscule des Dieux de Luchino Visconti.

Louis II de Bavière au cinéma :
Das Schweigen am Starnbergersee, film muet de Rolf Raffé, 1920.
Ludwig II, film muet du cinéaste autrichien Otto Kreisler, 1922.
Ludwig II, König von Bayern de Wilhelm Dieterle, 1930.
Louis II de Bavière (Ludwig II: Glanz und Ende eines Königs), film allemand réalisé par Helmut Käutner en 1955.
Ludwig ou le Crépuscule des dieux (Ludwig), film franco-germano-italien réalisé par Luchino Visconti en 1972.
Ludwig, requiem pour un roi vierge (Ludwig, Requiem für einen jungfraulichen König) d’Hans-Jürgen Syberberg, 1972.
Ludwig 1881 de Fosco et Donatello Dubini, avec Helmut Berger, 1993.
Ludwig II, film allemand de Peter Sehr et Marie Noelle, avec Sabin Tambrea, 2012.

14 mai 2016

Mr. Turner (2014) de Mike Leigh

Mr. TurnerArtiste reconnu, membre apprécié quoique dissipé de la Royal Academy depuis de nombreuses années, William Turner vit entouré de son père, qui est aussi son assistant, et de sa dévouée gouvernante. Il voyage beaucoup pour s’imprégner de paysages qui sont les sources d’inspiration de sa peinture…
Pour évoquer le grand peintre britannique Joseph Mallord William Turner (1775-1851), Mike Leigh pris soin d’éviter le cadre formaté du biopic hollywoodien : il fait débuter son récit alors que Turner a près de cinquante ans, ne cherche pas à rendre son personnage sympathique (c’est un ours), adopte un rythme assez lent, casse souvent la continuité narrative dans ses enchaînements. En s’éloignant ainsi de toutes les conventions agaçantes du biopic, Mike Leigh parvient à nous faire pénétrer l’univers du peintre et son processus créatif. Et il parvient à nous faire sentir sa sensibilité à la beauté, tout en contraste avec les aspects bourrus de l’homme. La plupart des éléments sont basés sur des faits réels, certaines scènes sont assez fidèlement recréées, à commencer par sa galerie personnelle ou l’étonnante exposition annuelle de la Royal Academy (l’épisode de la bouée rouge est authentique). La photographie est très belle. Mr Turner est un film très intéressant mais il pourra dérouter beaucoup de spectateurs par ses aspects non-conventionnels.
Elle: 4 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Timothy Spall, Paul Jesson, Dorothy Atkinson, Marion Bailey
Voir la fiche du film et la filmographie de Mike Leigh sur le site IMDB.

Voir les autres films de Mike Leigh chroniqués sur ce blog…

Mr. Turner
Timothy Spall est Mr. Turner dans le film de Mike Leigh.

26 août 2014

La Femme aux bottes rouges (1974) de Juan Luis Buñuel

La femme aux bottes rougesUn homme très riche rencontre une jeune femme écrivain aux pouvoirs étranges qui vit avec un peintre tout en étant attirée par un jeune éditeur. L’homme riche met en scène un stratagème pour qu’ils se rencontrent et les manipuler… Juan Luis Buñuel est le fils de Luis Buñuel. Il a réalisé quatre longs métrages (beaucoup plus pour la télévision) et La Femme aux bottes rouges est certainement le plus remarquable d’entre eux. Il est bien difficile de ne pas comparer le fils et le père du fait de nombreux points communs : les acteurs (Fernando Rey, Catherine Deneuve), la présence de Jean-Claude Carrière à l’écriture des dialogues et surtout l’univers. La différence majeure est que Juan Luis introduit une composante fantastique. Hélas, par sa nature même, elle a tendance à réduire le propos, à le simplifier, à écarter tout onirisme, tout fantasme. Si l’atmosphère créée est assez prenante et attirante, le développement de l’histoire se révèle plutôt décevant ; est-ce parce que nous en attendions un peu trop ? La Femme aux bottes rouges se regarde toutefois sans déplaisir, le charme de Catherine Deneuve, ici particulièrement belle, n’y étant pas étranger.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Catherine Deneuve, Fernando Rey, Jacques Weber
Voir la fiche du film et la filmographie de Juan Luis Buñuel sur le site IMDB.

5 juillet 2013

Bruegel, le moulin et la croix (2011) de Lech Majewski

Titre original : « The Mill and the Cross »

Bruegel, le moulin et la croixCe film du polonais  Lech Majewski nous permet de plonger littéralement dans l’univers d’un tableau peint par Bruegel en 1564. Il s’agit du tableau Le Portement de la croix, un tableau qui, avec ses quelque 500 personnages, reste difficile à interpréter sur le plan du symbolisme. Adapté d’un livre du critique d’art Michael Francis Gibson, le film Bruegel, le moulin et la croix met en scène une journée d’une douzaine de personnages du tableau Bruegel, Le Portement de la croix en utilisant habilement différentes techniques : images réelles, images de synthèse, personnages filmés sur fond vert puis incrustés. Le travail sur les costumes est remarquable. Le film comporte très peu de paroles, les personnages agissant généralement dans un mutisme plutôt grave. Le résultat est réussi, l’ensemble est très beau, prolongement de l’esthétisme du tableau. C’est une façon séduisante d’étudier un tableau, de nous faire pénétrer son univers étonnant et d’essayer de mieux le comprendre.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Rutger Hauer, Michael York, Charlotte Rampling
Voir la fiche du film et la filmographie de Lech Majewski sur le site IMDB.

Remarque :
* Bruegel n’avait que 35 ans au moment où il a peint ce tableau. L’acteur Rutger Hauer, qui en a presque le double, est donc très âgé pour le rôle.

29 janvier 2013

L’Amour de l’actrice Sumako (1947) de Kenji Mizoguchi

Titre original : « Joyû Sumako no koi »

L'amour de l'actrice SumakoProfesseur passionné de théâtre moderne, Shimamura choisit une jeune actrice en rupture pour interpréter la pièce d’Ibsen qu’il monte. Une relation étroite s’installe entre eux… Tourné peu après la fin de la guerre, L’amour de l’actrice Sumako est une biographie romancée de l’actrice Sumako Matsui (1886-1919), actrice célèbre à une époque où cela n’était guère concevable pour une femme. Le scénario est une fois de plus signé Yoshikata Yoda. Mizoguchi s’est volontairement écarté de la vérité, rendant son personnage plus sympathique qu’il ne l’était en réalité, pour mieux se concentrer sur son sujet : la passion pour l’Art. Pour lui, ses deux personnages, Shimamura et Sumako, vont tout sacrifier, famille et amis, affronter les critiques de l’intelligentsia, surmonter les obstacles. Le film manque un peu d’élan, on ne retrouve pas ici le souffle de création que l’on avait dans Cinq femmes autour d’Utamaro. Le film est quelque peu empâté par la relation amoureuse qui est amplifiée pour édulcorer l’ensemble mais se révèle être assez plate et conventionnelle. L’amour de l’actrice Sumako semble un film plutôt mineur dans la filmographie de Mizoguchi.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Kinuyo Tanaka, Sô Yamamura, Eitarô Ozawa, Eijirô Tôno
Voir la fiche du film et la filmographie de Kenji Mizoguchi sur le site IMDB.

Voir les autres films de Kenji Mizoguchi chroniqués sur ce blog…

Remarque :
En cette même année 1947, mais chez Toho le studio concurrent de la Shôchiku,  sortit un autre film sur la biographie de Sumako Matsui film que Mizoguchi aurait dit préférer à son propre film (!) :
L’actrice (Joyu) de Teinosuke Kinugasa (1947), film semble t-il perdu.
Ce film n’est pas à confondre avec L’actrice (Eiga joyu) de Kon Ichikawa (1987), film qui relate la carrière de Kinuyo Tanaka et ses relations avec Mizoguchi.

23 janvier 2013

Mort à Venise (1971) de Luchino Visconti

Titre original : « Morte a Venezia »

Mort à VeniseAu tout début du XXe siècle, un compositeur allemand vieillissant se rend à contrecœur à Venise pour un séjour de repos prescrit par son médecin. A l’Hôtel des Bains où il réside, il croise un adolescent polonais dont la beauté le fascine immédiatement… Mort à Venise est l’adaptation d’un court roman de Thomas Mann (1). C’est une œuvre traversée de nombreux thèmes forts (la recherche de la beauté, le désir, l’Art, l’isolement, le temps qui passe, la mort) où Visconti réalise une symbiose parfaite entre la forme et le sujet. C’est sur la beauté que cette symbiose est la plus évidente : par les costumes et les mouvements de caméra (superbes travellings), Visconti montre qu’il est dans le même type de démarche que son personnage qui a entièrement voué sa vie à la musique. Et surtout, en s’inspirant de Gustav Mahler pour ce même personnage, il réussit la plus belle fusion entre un film et sa musique, l’une des associations les plus parfaites (2). Mort à Venise n’est pas qu’une réflexion sur l’art et la beauté, ou encore sur le désir/fascination qui perturbe toutes nos certitudes : Visconti introduit de manière très forte les thèmes du temps, du déclin, de la mort. Le titre ne laisse aucun espoir et la citation qui ouvre le film est plus sombre encore (3). Visconti était alors lui-même très marqué par ces thèmes. Les images de Venise sont crépusculaires, exprimant la fin d’un monde, l’épidémie de choléra symbolisant la guerre qui approche. Avec peu de dialogues, Mort à Venise est un film qui se déroule lentement, tout en manifestant une forte présence.
Elle: 4 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Dirk Bogarde, Silvana Mangano, Björn Andrésen, Marisa Berenson, Romolo Valli
Voir la fiche du film et la filmographie de Luchino Visconti sur le site IMDB.

Voir les autres films de Luchino Visconti chroniqués sur ce blog…

(1) Visconti s’est également inspiré d’un autre roman de Thomas Mann, Le Docteur Faustus, pour les conversations sur beauté et la séquence de la maison close. On peut également penser qu’il a puisé son inspiration dans A la recherche du temps perdu de Proust, notamment pour certaines des séquences de l’hôtel.
(2) Adagietto de la 5e symphonie (4e mouvement) de Gustav Mahler. Cette symphonie a été composée entre 1901 et 1903 par le compositeur, soit la même époque que celle de Mort à Venise.
(3) « Celui qui a contemplé de ses yeux la beauté est déjà voué à la mort. » (Citation d’August von Platen-Hallermünde, poète allemand du début du XIXe)