26 novembre 2021

Rango (2011) de Gore Verbinski

RangoUn caméléon domestique, bavard et féru de théâtre, se retrouve par accident projeté en plein désert de Mojave. Il parvient à la ville de Dirt (Poussière) dont les habitants sont tentés de fuir car ils manquent cruellement d’eau. Le caméléon parvient à s’y rendre très populaire en s’inventant un personnage de justicier…
Après avoir tourné trois films de la série Pirates des Caraïbes, Gore Verbinski revient à l’un de ses anciens projets : faire un film d’animation inspiré des grands westerns. Le résultat est assez réussi avec un humour bien dosé et constant et de nombreux clins d’œil à des films marquants, western ou autre (1). Il s’est assuré d’un casting prestigieux pour donner de la voix à ses personnages. Selon la communication faite autour du film, une attention toute particulière aurait été donnée pour mettre ces acteurs dans leur rôle en les habillant, en les plaçant dans un décor proche de celui du film et surtout en les faisant jouer ensemble. L’animation est de grande qualité et l’inventivité dans les personnages assez présente. Divertissement assuré.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs : Johnny Depp, Isla Fisher, Abigail Breslin, Ned Beatty, Alfred Molina, Bill Nighy, Harry Dean Stanton
Voir la fiche du film et la filmographie de Gore Verbinski sur le site imdb.com.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

RangoRango de Gore Verbinski.

(1) Le film contient de nombreuses références provenant de films, principalement des westerns, dont The Shakiest Gun in the West, Pour une poignée de dollars, Chinatown, Le Bon, la Brute et le Truand, Il était une fois dans l’Ouest, Cat Ballou, Mad Max, Arizona Junior, Las Vegas Parano et beaucoup d’autres. L’une des références les plus frappantes est le personnage de l’Esprit de l’Ouest sous la forme d’un sosie de Clint Eastwood vêtu d’un poncho comme dans les films de la Trilogie du dollar de Sergio Leone. Verbinski cite également El Topo comme influence.

RangoJames Ward Byrkit, Harry Dean Stanton et Ryan Hurst sur le doublage de Rango de Gore Verbinski.

Homonyme :
Rango (1931) de Ernest B. Schoedsack, film semi-documentaire qu’il a réalisé seul à Sumatra.

26 novembre 2021

Les Bêtes du Sud sauvage (2012) de Benh Zeitlin

Titre original : « Beasts of the Southern Wild »

Les bêtes du Sud sauvage (Beasts of the Southern Wild)Hushpuppy, une fillette de six ans, vit dans le bayou de Louisiane avec son père au milieu de la mangrove, dans une cabane délabrée et miséreuse avec d’autres abandonnés de la société américaine. Un jour, une violente tempête provoque la montée des eaux, mettant en péril leurs vies déjà fort précaires. Les changements climatiques ont libéré des aurochs — auparavant prisonniers des glaces polaires — qui migrent jusqu’en Louisiane…
Les Bêtes du sud sauvage est un film indépendant américain coécrit et réalisé par Benh Zeitlin, jeune réalisateur américain de trente ans dont c’est le premier long métrage. Il s’agit d’une fable (les éléments de nature fantastique viennent de la tête de l’enfant) très ancré dans un réel particulièrement miséreux mais aussi très original. Le réalisateur parvient à mettre cet univers en images de façon percutante. Mais ce qui frappe tout autant, c’est l’interprétation de Quvenzhané Wallis, la fillette joue avec un naturel et une richesse incroyable et Dwight Henry, qui interprète le père, montre une intensité rare dans son jeu. Il s’agit de leur première expérience d’acteur. Le film a été très remarqué et a connu un succès international.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Quvenzhané Wallis, Dwight Henry
Voir la fiche du film et la filmographie de Benh Zeitlin sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarque :
* Les animaux fantastiques sont appelés « aurochs » tout en ressemblant à des cochons. On peut penser qu’ils ont pris cette apparence dans la tête de la fillette en fonction des animaux qu’elle connaissait (elle n’avait vu les fameux aurochs que sur un tatouage).

Les bêtes du Sud sauvage (Beasts of the Southern Wild)Quvenzhané Wallis dans Les bêtes du Sud sauvage (Beasts of the Southern Wild) de Benh Zeitlin.

22 novembre 2021

Exodus: Gods and Kings (2014) de Ridley Scott

Exodus: Gods and KingsDans l’Égypte antique, deux princes, Ramsès et Moïse, sont élevés comme des frères. Tandis que Ramsès devient pharaon d’Égypte, Moïse apprend son appartenance au peuple hébreu, réduit en esclavage depuis plusieurs siècles…
Après avoir dépoussiéré le péplum romain avec Gladiator en 2000, Ridley Scott s’attaque au péplum biblique. Exodus: Gods and Kings est presque un remake du film Les Dix Commandements de Cecil B. DeMille (1923 et 1956). Comparé à ce dernier, les images sont bien entendu un peu plus spectaculaires : le nombre moindre de figurants est largement compensé par l’utilisation des images de synthèse qui rend les scènes de foule plus vastes encore. L’ordinateur fait aussi des merveilles pour créer des images exceptionnelles dans les survols de la ville égyptienne de Memphis et dans la représentation des dix plaies d’Egypte. L’histoire se concentre sur la lutte entre Ramsès et Moïse et préfère faire l’impasse sur les suites de l’exode (Moïse est un prophète commun à plusieurs religions, les récits divergeant après l’exode). Le choix probablement le plus discutable a été de faire apparaître Dieu à Moïse sous la forme d’un garçon de dix ans (qui ne manque pas de paraître capricieux quand il est en colère). Le film a été très mal reçu par la critique qui l’a même parfois ridiculisé. En outre, il a suscité diverses polémiques. Personnellement, comme tout péplum, je pense qu’il faut le voir avant tout comme un beau et grand spectacle.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Christian Bale, Joel Edgerton, John Turturro, Ben Mendelsohn, María Valverde, Sigourney Weaver, Ben Kingsley, Golshifteh Farahani
Voir la fiche du film et la filmographie de Ridley Scott sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Ridley Scott chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Ridley Scott

 Exodus: Gods and KingsChristian Bale (Moïse) dans Exodus: Gods and Kings de Ridley Scott.

 Exodus: Gods and KingsGolshifteh Farahani (Nefertari) et Joel Edgerton (Ramsès II) dans Exodus: Gods and Kings de Ridley Scott.

Remarque :
* L’existence d’un esclavage en Égypte antique fait l’objet de débats parmi les égyptologues, aussi bien dans sa définition que dans son application. Les spécialistes s’accordent pour dire que l’esclavage, tel qu’il se pratiqua dans la Grèce antique, n’a pas existé en Égypte avant la période ptolémaïque (soit à partir de 323 av. J.C., un millénaire après Ramsès II), même si des formes de servitude ont pu exister. (Extrait de Wikipédia)

 Exodus: Gods and KingsExodus: Gods and Kings de Ridley Scott.

21 novembre 2021

The Homesman (2014) de Tommy Lee Jones

The HomesmanA la fin du XIXe siècle, dans un petit village du Nebraska, Mary Bee Cuddy est une pionnière de tempérament qui, à 31 ans, n’a pas réussi à se marier car les hommes la trouvent trop austère et autoritaire. Par humanisme, elle accepte de transporter en Iowa trois femmes qui ont perdu la raison. Elle sauve un vagabond sur le point d’être pendu pour qu’il l’accompagne dans ce long périple de plusieurs semaines…
Depuis Trois enterrements, nous savons qu’un western signé par Tommy Lee Jones a peu de chances d’être banal. Effectivement, The Homesman n’a rien d’ordinaire. Le scénario est une adaptation du roman « Le Charlot des Damnés », publié par l’auteur américain Glendon Swarthout en 1988. Paul Newman en avait très tôt acquis les droits sans pouvoir concrétiser son projet. Il est vrai que l’histoire peut rebuter à première vue mais, en réalité, c’est une histoire très forte. Le personnage central est une femme et le traditionnel univers masculin du western en prend un coup. C’est aussi l’idéal américain qui est à la peine car l’individualisme prévaut dans ces terres presque vierges. La photographie de ces grands espaces est assez réussie avec, occasionnellement, des images insolites. Si le film n’est pas exempt de défauts, ceux-ci sont plutôt du côté de la construction. Le début est en effet assez confus. Ce second long métrage de Tommy Lee Jones est assurément un film hors du commun.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Tommy Lee Jones, Hilary Swank, Grace Gummer, Miranda Otto, Sonja Richter, John Lithgow
Voir la fiche du film et la filmographie de Tommy Lee Jones sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Tommy Lee Jones chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Homesman est une production française (Europacorp, Luc Besson).

 The HomesmanHilary Swank et Tommy Lee Jones dans The Homesman de Tommy Lee Jones.

22 septembre 2021

L’Enlèvement de Michel Houellebecq (2014) de Guillaume Nicloux

L'enlèvement de Michel HouellebecqL’écrivain Michel Houellebecq a une vie calme et sans imprévus, il se promène dans son quartier et discute avec ses amis. Mais un jour trois hommes rentrent avec lui dans son immeuble, le ligotent et l’enlèvent…
L’idée de départ du téléfilm L’Enlèvement de Michel Houellebecq part d’un fait réel : en 2011, l’écrivain a « disparu » pendant plusieurs jours et des rumeurs d’enlèvement ont commencé à se répandre. Guillaume Nicloux a tenté d’imaginer ce qui aurait pu se passer s’il avait vraiment été enlevé. Michel Houellebecq y joue son propre rôle et, comme dans nombre de ses livres, il est impossible de séparer ce qui relève du personnage mis en scène et ce qui relève de sa vraie personnalité. Cette impression est accentuée par le naturel des dialogues : si le script était écrit, les dialogues n’étaient qu’aiguillés par le réalisateur. Houellebecq est beaucoup de choses à la fois : drôle, caustique, parfois même méchant, inquiet mais très calme, désillusionné (bien entendu), intelligent et naïf, jouisseur. On retrouve tout à fait son personnage habituel. C’est un peu aussi un portrait de l’écrivain. Et, malgré les différences, il parvient bien à se fondre dans le milieu de ses ravisseurs. L’ensemble est amusant.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Michel Houellebecq, Mathieu Nicourt, Maxime Lefrançois, Luc Schwarz
Voir la fiche du film et la filmographie de Guillaume Nicloux sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Guillaume Nicloux chroniqués sur ce blog…

L'enlèvement de Michel HouellebecqMichel Houellebecq (avant son enlèvement) en discussion avec Françoise Lebrun
dans L’enlèvement de Michel Houellebecq de Guillaume Nicloux.

19 septembre 2021

Still Alice (2014) de Richard Glatzer et Wash Westmoreland

Still AliceAprès avoir oublié un mot lors d’une conférence et s’être perdue pendant un jogging sur le campus, Alice Howland, professeure de linguistique à l’Université de Columbia, consulte un spécialiste qui lui diagnostique un début de maladie d’Alzheimer congénitale…
Still Alice est l’adaptation du roman homonyme de Lisa Genova, neuroscientifique américaine. Initialement publié à compte d’auteur, le livre est devenu un best-seller traduit en 37 langues. Comme le roman, le récit du film est raconté du seul point de vue d’Alice, les autres personnages (maris et enfants) ne sont qu’esquissés, n’apparaissant que lors d’une interaction avec elle. Le ton est celui de la compassion face à cette vaine lutte pour rester elle-même, mais sans sombrer dans le pathos. On peut même parler de sobriété, Julianne Moore n’étant pas étrangère à ce résultat car elle n’est jamais démonstrative dans son jeu. Elle paraît même très froide, trop sans doute. La prestation des autres acteurs est loin d’être remarquable mais il faut reconnaitre qu’ils n’ont guère de place pour exprimer leur talent. C’est un film dont il est difficile de dire du mal du fait de son sujet mais on imagine aisément que le roman devait être beaucoup plus fort.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Julianne Moore, Kate Bosworth, Alec Baldwin, Kristen Stewart
Voir la fiche du film et la filmographie de Richard Glatzer et Wash Westmoreland sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarques :
* Richard Glatzer, co-réalisateur de Still Alice, est décédé le 12 mars 2015. Il était atteint de SLA (Sclérose latérale amyotrophique). Ne pouvant pas parler, il a ainsi utilisé un Ipad durant le tournage pour communiquer avec les acteurs et l’équipe du film.
* Julianne Moore a reçu l’Oscar 2015 de la meilleure actrice pour ce film. De multiples autres récompenses ont suivi.

 Still AliceAlec Baldwin et Julianne Moore dans Still Alice de Richard Glatzer & Wash Westmoreland.

8 août 2021

Night Call (2014) de Dan Gilroy

Titre original : « Nightcrawler »

Night Call (Nightcrawler)Ex-voleur de matériaux sur les chantiers, Lou Bloom est un homme ambitieux qui cherche une opportunité de réussite. Il pense l’avoir trouvée après avoir observé un caméraman indépendant venu filmer sur le lieu d’un accident. Il achète une caméra et un scanner radio pour écouter les communications de la police…
Night Call (la traduction littérale du titre est « somnambule ») est un film américain écrit et réalisé par Dan Gilroy. L’intention est de dénoncer les médias à sensation, ces chaînes de télévision américaines locales qui capitalisent sur la peur en diffusant des images les plus choquantes possibles de délinquance et d’accidents. Le film est porté par la composition de Jake Gyllenhaal. Son personnage est un véritable monstre, cynique, manipulateur. Les raisonnements qu’il énonce avec une froideur absolue sont terrifiants car ils ont souvent quelque chose de brillant. Cette ambivalence nous met mal à l’aise de façon constante. L’atmosphère en devient lourde et sordide. Toutes les scènes se déroulent la nuit donnant au film une allure de polar urbain. Night Call a été bien reçu par la critique et le public.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Jake Gyllenhaal, Rene Russo, Riz Ahmed, Bill Paxton
Voir la fiche du film et la filmographie de Dan Gilroy sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Night Call (Nightcrawler)Jake Gyllenhaal dans Night Call (Nightcrawler) de Dan Gilroy.

26 juillet 2021

The Lunchbox (2013) de Ritesh Batra

The LunchboxChaque jour à Bombay, près de 200 000 gamelles (dabba) préparées à la maison sont livrées par les dabbawallahs sur leur lieu de travail aux employés de bureau. Ila Singh, une jeune femme au foyer tente de reconquérir son mari qui la délaisse en lui confectionnant des repas merveilleux. Le repas est livré par erreur à Saajan Fernandes, un comptable solitaire ennuyé de devoir partir prochainement à la retraite…
The Lunchbox est le premier long métrage du réalisateur trentenaire indien Ritesh Batra. Il en a écrit le scénario qui est particulièrement original. Il a su trouver un subtil équilibre entre drame et comédie, et aussi sortir des sentiers battus pour nous dresser un portrait de la société indienne moderne. Son histoire a sur ce plan d’indéniables qualités, elle procède par petites touches, délicates et subtiles. La condition féminine au sein de la classe moyenne, la densité de la population, le poids de la religion font partie des thèmes abordés. A noter que le cinéaste a pris soin de s’affranchir du carcan du système de castes (lire ci-dessous). En outre, dans sa mise en scène, Ritesh Batra se montre remarquable par l’utilisation d’objets ou de sons pour ses raccords. Une belle réussite.
Elle: 4 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Irrfan Khan, Nimrat Kaur, Nawazuddin Siddiqui
Voir la fiche du film et la filmographie de Ritesh Batra sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarques :
* L’université de Harvard a réellement étudié le principe de livraison qui utilise un système de couleurs (la plupart des livreurs sont illettrés). Ils en ont conclu que seulement un repas sur un million était livré à la mauvaise personne.

* A propos des castes : Dans le film, le personnage central se nomme Fernandes, nom remontant aux colonisateurs portugais et porté par plusieurs ministres indiens (dont le ministre de la Défense). Ce veuf visite la tombe de son épouse dans un cimetière chrétien. Le personnage est ainsi hors caste. Ce n’est pas innocent dans le contexte de l’Inde actuelle. La jeune cuisinière porte tika et sari, signant son origine hindoue. Le remplaçant présumé de Fernandes se nomme Shaikh, un nom à priori musulman. Celui-ci épouse une femme elle-même hors des règles de sa caste. Tous ces détails sont des jalons qui vont à contre-courant d’une perception de la société par caste, d’autant que la livraison des repas est également un moyen de permettre de manger en respectant les prescriptions de sa caste. (Source Wikipédia… et un article bien documenté sur disons.fr)

The LunchboxNimrat Kaur dans The Lunchbox de Ritesh Batra.

The LunchboxIrrfan Khan dans The Lunchbox de Ritesh Batra.

9 juillet 2021

La Conquête (2011) de Xavier Durringer

La ConquêteLa Conquête raconte l’irrésistible ascension de Sarkozy, de sa nomination au ministère de l’Intérieur par Jacques Chirac en 2002 à son élection à la présidence de la République en 2007…
Le scénario est signé Patrick Rotman. Il faut d’abord noter que le film de Xavier Durringer est sorti sur les écrans alors que Nicolas Sarkozy était le président en exercice, cas unique dans le cinéma français. Inévitablement, les critiques de l’époque ont donc été fortement influencées par les affinités politiques de chacun. Assez naïvement, réalisateur, scénariste et interprète ont affirmé haut et fort avoir posé un regard neutre (1). Avec le recul (le sujet étant aujourd’hui dépassionné), on mesure d’autant plus à quel point cette recherche de la neutralité est illusoire. Leur personnage principal est d’ailleurs indéniablement sympathique car l’accent est mis sur sa ténacité à tenir tête face à l’adversité, malgré les embuches et les coups bas (venus de son propre camp). Le principal reproche que l’on peut faire au film est d’ailleurs de ne proposer qu’une facette de la politique, la moins reluisante, celle des manœuvres en coulisses et des bassesses. Le récit calque sa forme sur celle d’un thriller, mâtiné de touches récurrentes de comédie, principalement nichées dans les dialogues. La réalisation est parfaite et il faut saluer l’extraordinaire performance de Denis Podalydès qui parvient à reproduire toute la gestuelle et le phrasé de son personnage.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Denis Podalydès, Florence Pernel, Bernard Le Coq, Samuel Labarthe, Hippolyte Girardot
Voir la fiche du film et la filmographie de Xavier Durringer sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

(1) Patrick Rotman et Xavier Durringer affirment que La Conquête n’est aucunement un pamphlet, un tract politique de dénonciation, une œuvre à charge ou un panégyrique. « Le spectateur ne changera pas d’opinion politique après avoir vu le film ! » certifie le scénariste.

La ConquêteDenis Podalydès et Florence Pernel dans La Conquête de Xavier Durringer.

27 mai 2021

99 Homes (2014) de Ramin Bahrani

99 HomesEn Floride aux alentours de 2008, Rick Carver, homme d’affaires impitoyable, fait fortune dans la saisie de biens immobiliers. Dennis Nash, père célibataire vivant avec sa mère et son fils, se fait ainsi expulser de sa maison. Pour tenter de la récupérer, il va accepter de travailler pour Rick Carver. Il doit à son tour expulser des familles de chez elles…
99 Homes est écrit et réalisé par Ramin Bahrani, réalisateur et scénariste américain d’origine iranienne. C’est un film intense et intelligemment construit : on suit le parcours de Dennis qui devient peu à peu le bras droit et principal exécuteur de celui qui l’a expulsé. Le récit met en relief le mécanisme très huilé des expulsions où les familles n’ont seulement que deux minutes pour prendre leur affaires avant de voir le contenu restant de leur maison mis sur le trottoir, il montre aussi comment certaines personnes se sont enrichis avec ces expulsions, franchissant sans scrupule les limites de la légalité dès que nécessaire. La mise en scène de Ramin Bahrani est précise et efficace, le propos ne montre que très peu de signes de manichéisme. 99 Homes  est une autre vision de la crise des sub-primes. Le film n’a eu qu’une distribution limitée. Grand Prix du Festival du cinéma américain de Deauville 2015.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Andrew Garfield, Michael Shannon, Laura Dern
Voir la fiche du film et la filmographie de Ramin Bahrani sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarque :
Le shérif qui accompagne Rick Carver lors des expulsions est un vrai policier qui a lui-même participé à l’expulsion de nombreuses familles. Les ouvriers qui vident les maisons sont d’authentiques déménageurs dont certains ont subi une expulsion.

99 HomesAndrew Garfield et Michael Shannon dans 99 Homes de Ramin Bahrani.