23 août 2019

Foxtrot (2017) de Samuel Maoz

FoxtrotUne famille israélienne doit affronter une terrible nouvelle à propos de leur fils en poste sur un check-point isolé…
Foxtrot est le second long métrage du réalisateur israélien Samuel Maoz qui en a écrit le scénario. Contrairement à son film précédent Lebanon, cette histoire n’est pas autobiographique. Le réalisateur porte un regard sur son pays et surtout sur la  présence toujours forte de la Shoah dans la mémoire collective. Ainsi, certaines circonstances vont révéler des fêlures, des faiblesses profondes qui trouvent leurs origines dans ce « legs » lourd et générateur de culpabilité. La forme est originale, surtout par les cadrages et le placement de la caméra : le plus spectaculaire sont ces vues de haut, à la verticale, qui donne le sentiment que les personnages sont de petits pions sur un vaste échiquier. Dans la partie dans le désert, le cinéaste utilise des éléments oniriques ou surréalistes pour souligner l’absurdité de la situation. Finalement, il joue plus avec la forme qu’il n’étoffe son contenu, c’est sans doute le reproche que l’on peut lui faire mais son film mérite d’être remarqué.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Lior Ashkenazi, Sarah Adler, Yonaton Shiray
Voir la fiche du film et la filmographie de Samuel Maoz sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarque :
* La ministre israélienne de la Culture, Miri Regev, a fortement critiqué le film en proclamant qu’il donnait une mauvaise image de l’armée israélienne. Comme souvent en pareil cas, ces attaques ont apporté au film une publicité inespérée et Foxtrot a connu un fort succès commercial en Israël.

FoxtrotLior Ashkenazi et Sarah Adler dans Foxtrot de Samuel Maoz.

FoxtrotLior Ashkenazi dans Foxtrot de Samuel Maoz.

22 août 2019

L’Homme qui défiait l’infini (2015) de Matt Brown

Titre original : « The Man Who Knew Infinity »

L'Homme qui défiait l'infiniAu tout début du XXe siècle, Srinivasa Ramanujan, passionné par les mathématiques, peine à trouver un travail dans sa ville de Madras en Inde et parvient in extremis à se faire embaucher comme comptable. Il envoie certaines de ses formules à divers mathématiciens anglais et l’un d’eux le fait venir à Cambridge…
L’Homme qui défiait l’infini est un film britannique basé sur la biographie écrite par l’américain Robert Kanigel. C’est un biopic assez classique dans sa forme et son déroulement. Il a toutefois le mérite d’être fidèle à la réalité. Il met bien en relief le choc entre deux approches des mathématiques : celle qui s’appuie sur les démonstrations, vision qui prévalait à l’époque en Angleterre, et celle qui laisse la part belle à l’intuition. Cette partie n’est pas exagérée : dans la réalité, il a effectivement fallu attendre presque un siècle entier pour que toutes les équations de Ramanujan soient démontrées et vérifiées. Le film est l’occasion de revoir Dev Patel, le garçon de Slumdog Millionaire. Jeremy Irons offre comme toujours une interprétation parfaite, même s’il est un peu âgé pour le rôle (G.H. Hardy n’avait que 36 ans quand il a fait venir Ramanujan), et sa voix est toujours un délice pour les oreilles. Le film n’est pas sorti en salles en France.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Jeremy Irons, Dev Patel, Toby Jones, Stephen Fry
Voir la fiche du film et la filmographie de Matt Brown sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

L'Homme qui défiait l'infiniJeremy Irons et Dev Patel dans L’Homme qui défiait l’infini de Matt Brown.

 

* Autre film sur le mathématicien Srinivasa Ramanujan :
Ramanujan de Gnana Rajasekaran (Inde, 2014) avec Abhinay Vaddi.

21 août 2019

Les étoiles restantes (2018) de Loïc Paillard

Les étoiles restantesAlors qu’il vient de se faire larguer par sa petite amie, Alexandre, trentenaire un peu paumé, décide de se lancer dans la vie active et de mettre de l’ordre dans sa vie. Mais tout semble aller mal. Son père, cancéreux en phase terminale, vient de décider d’arrêter sa chimiothérapie. Et ce n’est pas son colocataire cloîtré chez lui pour chercher « une méthode universelle pour réussir sa vie » qui lui sera d’une aide quelconque. Heureusement Alexandre rencontre Manon…
Après quelques courts métrages, Loïc Paillard réalise son premier long métrage qu’il produit lui-même. Il dit s’être inspiré de sa propre vie pour écrire cette comédie dramatique. Il réussit à aborder le thème de la mort sans faire un film sombre pour autant, il parvient même à donner une indéniable légèreté à son récit. Sur ce plan, le film est bien équilibré. Le personnage principal, interprété par Benoît Chauvin, est assez réussi ; il a quelque chose d’attachant dans sa façon d’être désarçonné par sa propre vie. En revanche, le scénario gagnerait à être étoffé et un peu de profondeur aurait réellement profité à l’ensemble. néanmoins, Les étoiles restantes méritait bien d’être remarqué.
Elle: 2 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Benoît Chauvin, Camille Claris, Jean Fornerod, Sylvain Mossot
Voir la fiche du film et la filmographie de Loïc Paillard sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Les étoiles restantesBenoît Chauvin et Camille Claris dans Les étoiles restantes de Loïc Paillard.

19 août 2019

Everybody Knows (2018) de Asghar Farhadi

Titre original : « Todos lo saben »

Everybody KnowsLaura qui vit en Argentine revient dans son village natal en Espagne pour assister au mariage de sa sœur. Alors que la fête bat son plein, un évènement tragique bouleverse l’atmosphère joyeuse et va faire ressurgir un passé enfoui…
L’iranien Asghar Farhadi a écrit son scénario en farsi, l’a tourné en espagnol et en Espagne ; les distributeurs français l’ont affublé d’un titre américain. Autant dire qu’il s’agit d’un film international mais, même si le dossier de presse brode sur le choc des cultures, rien de tel n’est en réalité perceptible à l’écran. Il s’agit d’un thriller familial plutôt classique qui bénéficie d’une interprétation assez forte du couple Penélope Cruz et Javier Bardem. Il se passe réellement quelque chose entre les deux acteurs (rappelons qu’ils sont mari et femme à la ville). Asghar Farhadi manque un peu de clarté dans le déroulement de son scénario, ce qui nuit beaucoup à l’impression générale. Et la mise en place est vraiment interminable.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Penélope Cruz, Javier Bardem, Ricardo Darín, Eduard Fernández, Inma Cuesta
Voir la fiche du film et la filmographie de Asghar Farhadi sur le site IMDB.

Voir les autres films de Asghar Farhadi chroniqués sur ce blog…

Everybody KnowsPenélope Cruz et Javier Bardem dans Everybody Knows de Asghar Farhadi.

16 août 2019

Plaire, aimer et courir vite (2018) de Christophe Honoré

Plaire, aimer et courir vite1990. Jacques est un écrivain connu qui vit à Paris avec son jeune fils. Lors d’un déplacement à Rennes, il fait la rencontre d’Arthur, jeune étudiant, homosexuel comme lui et qui mord la vie à pleine dents…
Après deux adaptations littéraires, Christophe Honoré revient à un récit réaliste qu’il a écrit lui-même. Son récit met face à face deux êtres à des positions très différentes, presque opposées, de leur vie : l’un est à l’aube de ses vingt ans, avide de tout, prenant tous les plaisirs qui passent à sa portée, irréfléchi, repoussant à plus tard toute réflexion ; l’autre est bientôt quarantenaire, il a vécu beaucoup et tente d’être maintenant maitre de ses choix car il sait son temps limité. Cette opposition de caractères pourra paraître artificiellement poussée mais c’est, après tout, le propre de toute scénarisation, afin de mieux faire ressortir certains traits. Le plus remarquable dans le film de Christophe Honoré est sa façon de mettre en scène l’homosexualité, de montrer sans fard la naissance d’une histoire d’amour que l’on sait brève. La lourde présence du sida n’entraine aucun excès de pathos, l’humour est même plutôt dominant tout au long du film. Le flirt entre Jacques et Arthur prend la forme d’un amusant badinage et, si le sexe est souvent présenté de façon directe, c’est toujours sans vulgarité. Les interprétations de Vincent Lacoste et de Pierre Deladonchamps sont très fortes.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Vincent Lacoste, Pierre Deladonchamps, Denis Podalydès
Voir la fiche du film et la filmographie de Christophe Honoré sur le site IMDB.

Voir les autres films de Christophe Honoré chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Christophe Honoré

Plaire, aimer et courir vitePierre Deladonchamps et Vincent Lacoste dans Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré.

12 août 2019

Au-delà des montagnes (2015) de Jia Zhangke

Titre original : « Shan he gu ren »

Au-delà des montagnesChine, fin 1999. Tao, une jeune fille de Fenyang est courtisée par ses deux amis d’enfance. L’un d’eux est propriétaire d’une station-service et se destine à un avenir prometteur tandis que l’autre travaille dans une mine de charbon. Tao va devoir faire un choix qui scellera le reste de sa vie…
Ecrit et réalisé par le chinois Jia Zhangke, Au-delà des montagnes se déroule sur trois périodes : 1999, 2014 et 2025. Le film démarre sur un triangle amoureux, les deux prétendants symbolisant de façon vraiment très typée les deux visages de Chine, l’un tourné vers le passé, l’autre vers l’avenir. Mais l’histoire n’est en aucun cas une chronique sociale puisqu’elle évolue sur le thème de la perte des liens familiaux, la perte des racines, la détérioration des rapports humains. Jia Zhang Ke a peut-être voulu aborder trop de thèmes dans son film qui perd un peu de sa force. Le personnage de la jeune Tao est très réussi, particulièrement touchante. Même s’il n’a pas la puissance de ses films précédents, Au-delà des montagnes reste assez remarquable.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Zhao Tao, Zhang Yi, Jing Dong Liang, Dong Zijian, Sylvia Chang
Voir la fiche du film et la filmographie de Jia Zhangke sur le site IMDB.

Voir les autres films de Jia Zhangke chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Jia Zhangke

Remarques :
* Le réalisateur a utilisé des images qu’il avait tournées au début des années 2000, ce qui explique que toute la première partie, située en 1999, soit en format 4/3.
* Zhao Tao et le réalisateur sont mari et femme à la ville.

Au-delà des montagnesZhao Tao, Jing Dong Liang et Zhang Yi dans Au-delà des montagnes de Jia Zhangke.

Au-delà des montagnesDong Zijian et Sylvia Chang dans Au-delà des montagnes de Jia Zhangke.

Note : Deux chansons jouent un rôle important dans le film, Go West des Pet Shop Boys et une chanson de variétés en cantonais intitulée Take Care. La première a été extrêmement populaire en Chine dans les années 90 à une époque où des discothèques ouvraient un peu partout et la seconde est un morceau peu connu de la chanteuse Sally Yeh, une star de la cantopop. Jia Zhang-ke explique : « La musique populaire m’a toujours beaucoup intéressé, ces chansons m’ont aidé à comprendre la vie et elles sont un très bon témoignage de la mentalité collective, elles racontent la société. » (Extrait du dossier de presse)

7 août 2019

Mutafukaz (2017) de Shôjirô Nishimi et Guillaume Renard

MutafukazLa mégapole Dark Meat City, née sur les décombres de Los Angeles après un tremblement de terre, est la proie du crime, de la pollution et des gangs. Angelino est un jeune loser qui fait profil bas pour survivre. Son dernier petit boulot en date est de livrer des pizzas. A la suite d’un accident de scooter, il commence à avoir des hallucinations…
Le français Guillaume « Run » Renard s’est associé au japonais Shoujirou Nishimi pour porter à l’écran sa propre bande dessinée Mutafukaz. Ils ont fait le choix de l’animation traditionnelle et fait appel au studio d’animation japonais Studio 4°C. Les décors ont été colorés à la gouache avant d’être numérisés. Le dessin est très fidèle à la bande dessinée, dans le style comics/manga, avec des personnages principaux au graphisme très original. L’animation est fluide. L’histoire n’est pas renversante, le point fort se situant plutôt du côté de l’atmosphère post-apocalyptique, avec de fortes influences de la culture américaine des années quatre-vingt et quatre-vingt dix. Le dessinateur cite Invasion Los Angeles (They Live, 1988) de John Carpenter comme une influence principale mais il y en a bien d’autres. La musique est excellente. L’ensemble est original, survitaminé et déjanté, une création étonnante qui mérite le détour.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs:
Voir la fiche du film et la filmographie de Shôjirô Nishimi et Guillaume Renard sur le site IMDB.

Remarques :
* Mutafukaz est la sonorité de « motherf…ers » prononcé très vite. Le titre anglais/américain est d’ailleurs explicite : M*F*K*Z.
* Ce sont deux rappeurs, Orelsan et Gringe, qui ont prêté leur voix aux deux personnages principaux.
* Guillaume  Renard avait déjà réalisé un court métrage de 8 minutes titré Mutafukaz en 2002.
* La bande dessinée a été publiée à partir de 2006. Six albums sont actuellement disponibles.

MutafukazWilly, Vinz et Angelino sont les personnages principaux de Mutafukaz de Shôjirô Nishimi et Guillaume Renard .

Mutafukaz Bruce Macchabée et ses sbires dans Mutafukaz de Shôjirô Nishimi et Guillaume Renard.

5 août 2019

Nocturnal Animals (2016) de Tom Ford

Nocturnal AnimalsSusan est galeriste d’art à Los Angeles. Un jour, elle reçoit de son premier mari le manuscrit de son roman, juste avant publication. Restée seule lors d’un week-end, elle entreprend de le lire : c’est le récit d’un homme qui, avec sa femme et sa fille, se fait attaquer par trois voyous sur une route isolée du Texas…
Nocturnal Animals est adapté du roman Tony and Susan d’Austin Wright, publié en 1993. Tom Ford est un styliste de mode qui réalise ici son second long métrage après A Single Man (2010). On ne sera donc pas étonné qu’il ait soigné la photographie et l’aspect graphique de son film. L’histoire se déroule dans trois dimensions temporelles : le présent, le passé et le fictionnel. Les allers-retours deviennent vite répétitifs, même agaçants par leur lourdeur. Les allégories et parallèles sont insistants. Tom Ford semble avoir un compte à régler avec l’art moderne, un monde qu’il présente de façon caricaturale, froid, sans âme, sans vie. Le contraste entre cet univers aseptisé et le sordide de l’enquête au Texas est poussé à son maximum. Personnellement, j’ai trouvé le film assez vide et plutôt déplaisant. Ce ne fut pas le cas de tout le monde puisqu’il a été bien reçu aux Etats-Unis, moins bien en France toutefois.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Amy Adams, Jake Gyllenhaal, Michael Shannon, Aaron Taylor-Johnson, Armie Hammer
Voir la fiche du film et la filmographie de Tom Ford sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Lire une analyse plus complète sur le film sur le site Courte-focale.fr.

Nocturnal AnimalsAmy Adams dans Nocturnal Animals de Tom Ford.

Nocturnal AnimalsJake Gyllenhaal et Michael Shannon dans Nocturnal Animals de Tom Ford.

4 août 2019

Ant-Man et la Guêpe (2018) de Peyton Reed

Titre original : « Ant-Man and the Wasp »

Ant-Man et la GuêpeSuite aux événements survenus en Allemagne aux côtés de Captain America, Scott Lang a été arrêté par la police et assigné à résidence à San Francisco pendant deux ans avec interdiction de contacter Hank Pym et Hope van Dyne qui lui ont fourni le costume. Mais les évènements vont en décider autrement…
Suite directe des films Ant-Man sorti en 2015 qui a introduit ce nouveau personnage issu de l’univers Marvel (1) et Captain America: Civil War sorti en 2016, Ant-Man et la Guêpe joue de nouveau avec la taille des personnages (qui rétrécissent le plus souvent mais peuvent aussi atteindre des tailles de géants) pour créer des situations aussi folles que spectaculaires. Le rythme est particulièrement enlevé et l’humour est de bon ton. Un excellent divertissement. Enorme succès (un de plus) pour ce vingtième film Marvel.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Paul Rudd, Evangeline Lilly, Michael Douglas, Michelle Pfeiffer, Laurence Fishburne, Hannah John-Kamen
Voir la fiche du film et la filmographie de Peyton Reed sur le site IMDB.

Remarques :
* Pour les prises de vues, un objectif Frazier a été parfois utilisé. Il s’agit d’un objectif qui permet d’avoir une profondeur de champ quasi-infinie. En pratique, cela permet de filmer des maquettes en donnant l’impression qu’elles sont à taille réelle (pour simplifier, on peut dire que l’effet obtenu est l’inverse de l’effet maquette des objectifs à bascule/décentrement, alias tilt-shift)

(1) Le super-héros Ant-Man (L’Homme-fourmi en français) a été originellement créé par le scénariste Stan Lee et le dessinateur Jack Kirby en 1962.

Ant-Man et la GuêpePaul Rudd, Evangeline Lilly et Michael Douglas dans Ant-Man et la Guêpe de Peyton Reed.

Ant-Man et la GuêpeEvangeline Lilly et Paul Rudd dans Ant-Man et la Guêpe de Peyton Reed.

1 août 2019

Game Night (2018) de John Francis Daley et Jonathan Goldstein

Game NightMax et Annie se sont rencontrés en jouant. Ils organisent des soirées-jeux une fois par semaine avec leurs amis. Et lorsque Max retrouve son frère, celui qui réussit tout, ce dernier organise une soirée-jeu très spéciale. Mais rien ne va se passer comme prévu…
Le scénario de Game Night semble avoir été écrit avec un seul but en tête : surprendre constamment le spectateur par des développements inattendus. Il y parvient parfois mais c’est au détriment de la cohésion générale et du fond de l’histoire qui manque d’originalité. Autre conséquence : hormis le couple central qui est assez réussi et qui donne au film le meilleur de son humour, les personnages sont plutôt faibles et ne semblent présents à l’image que pour une réplique, un bon mot, souvent un peu facile. A noter quelques beaux effets visuels qui viennent alimenter l’atmosphère « tout cela n’est qu’un jeu ». Peu apprécié de la critique, Game Night a néanmoins été un succès commercial.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Jason Bateman, Rachel McAdams, Kyle Chandler
Voir la fiche du film et la filmographie de John Francis Daley et Jonathan Goldstein sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

 

Game Night
Jason Bateman et Rachel McAdams dans Game Night de John Francis Daley et Jonathan Goldstein.

Remarque :
* Les réalisateurs utilisent plusieurs fois des objectifs à bascule/décentrement (tilt-shift) pour donner un effet de maquette à des plans généraux. La première fois (le survol des pavillons de banlieue) est la plus réussie car la plus surprenante.

Game Night