19 janvier 2020

Mia madre (2015) de Nanni Moretti

Mia madreMargherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film politiquement engagé, dont le rôle principal est tenu par un acteur américain. Elle doit aussi faire face à ses personnels : elle se sépare de son compagnon, s’inquiète pour sa fille adolescente aux mauvais résultats scolaires en latin et, surtout, doit s’occuper de sa mère très affaiblie et actuellement à l’hôpital…
Nous y sommes habitués : les films de Nanni Moretti sont le plus souvent partiellement autobiographiques ou, au moins, reflètent ses propres angoisses. Mia madre évoque le décès de la mère du cinéaste, survenu en 2010 lors du tournage d’Habemus Papam. Cette fois, il ne tient pas le rôle principal mais s’est réservé le rôle du frère, un personnage bizarrement lisse et parfait sous tout rapport. C’est un film étonnamment plat, et même irritant (personnages et situations typées, flashbacks poussifs, scènes de rêves lourdement symboliques), très loin de ce que l’on attend du réalisateur. Nous sommes par exemple très loin de La Chambre du fils qui traitait également de l’absence. Cette fois, il ne parvient à créer la moindre émotion. Mon avis est semble t-il minoritaire puisque la critique a été unanime pour louanger le film.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Margherita Buy, John Turturro, Giulia Lazzarini, Nanni Moretti
Voir la fiche du film et la filmographie de Nanni Moretti sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Nanni Moretti chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Nanni Moretti

Remarque :
* L’instruction si mystérieuse que la réalisatrice dans le film donne à ses acteurs, « Je veux voir l’acteur à côté du personnage », est bien celle que Nanni Moretti a toujours donné à ses acteurs… A ce propos, il a précisé : « Je ne sais pas si les acteurs la comprennent, mais à la fin, j’arrive à obtenir ce que j’avais en tête ».

Mia madreNanni Moretti, Giulia Lazzarini et Margherita Buy dans Mia madre de Nanni Moretti.

17 janvier 2020

En liberté! (2018) de Pierre Salvadori

En liberté!Yvonne jeune inspectrice de police, découvre que son mari, le capitaine Santi, héros local tombé au combat, n’était pas le flic courageux et intègre qu’elle croyait mais un véritable ripou. Déterminée à réparer les torts commis, elle décide d’aider Antoine, injustement incarcéré par Santi et qui vient juste de sortir après huit années passées en prison…
A nos yeux, le terme de « comédie » n’est pas vraiment le meilleur pour qualifier ce film. J’avoue avoir esquissé un sourire lors d’une réplique mais c’est bien tout. Pierre Salvadori joue sur l’outrance pour créer le burlesque mais il n’atteint que le grotesque. Ayant abandonné en cours de projection, je n’essaierai pas d’en dire plus. Le plus surprenant dans tout cela est l’unanimité de la critique pour louanger le film. L’accueil du public a été, semble t-il, plus mitigé.
Elle: pas d'étoile (abandon après 20 mn)
Lui : pas d'étoile (abandon après 50 mn)

Acteurs: Adèle Haenel, Pio Marmaï, Audrey Tautou, Damien Bonnard, Vincent Elbaz
Voir la fiche du film et la filmographie de Pierre Salvadori sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Pierre Salvadori chroniqués sur ce blog…

En liberté!Adèle Haenel et Pio Marmaï dans En liberté! de Pierre Salvadori.

15 janvier 2020

Grâce à Dieu (2019) de François Ozon

Grâce à DieuCatholique pratiquant, Alexandre vit à Lyon avec sa femme et ses enfants. Un jour, il découvre par hasard que le prêtre qui a abusé de lui aux scouts officie toujours auprès d’enfants. Il décider d’alerter les autorités de l’Eglise qui recueille son témoignage…
Voir un film sortir sur les écrans sur une affaire pénale non encore jugée soulève un problème : le cinéma peut-il influencer, ou pire encore, se substituer à la justice ? François Ozon a su traiter l’affaire Preynat (dont le procès est en cours au moment où j’écris ces lignes) en écartant ce risque : d’une part, il se borne à relater des faits avérés et connus et, d’autre part, il se concentre sur la libération de la parole. Son film a ainsi une portée qui dépasse l’affaire de ce prêtre pédophile car le propos aurait la même pertinence dans le cadre du mouvement metoo : il montre pourquoi la parole a attendu tant d’années pour se libérer alors que les victimes restent marquées, souvent très durablement. Sur le plan cinématographique, sa mise en scène est parfaite, d’une grande fluidité, simple tout en étant travaillée, ne cherchant jamais à passer pour un documentaire. Il ne recherche pas les effets et Grâce à Dieu n’a rien d’un film-polémique. Il traite son sujet de façon sereine.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Melvil Poupaud, Denis Ménochet, Swann Arlaud, Éric Caravaca, François Marthouret, Bernard Verley, Josiane Balasko
Voir la fiche du film et la filmographie de François Ozon sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de François Ozon chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Les noms des protagonistes du diocèse de Lyon ont été conservés mais ceux des victimes ont été changés.
* La phrase (qui a donné son titre au film) de Mgr Barbarin en conférence de presse est bien réelle, aussi incroyable qu’elle puisse paraître.

Grâce à DieuDenis Ménochet, Eric Caravaca, Swann Arlaud et Melvil Poupaud dans Grâce à Dieu de François Ozon.

14 janvier 2020

Amanda (2018) de Mikhaël Hers

AmandaA Paris, David, 24 ans, jongle entre différents petits boulots et recule, pour un temps encore, l’heure des choix plus engageants. Le cours tranquille des choses vole en éclats quand sa sœur aînée meurt brutalement dans un attentat. Il se retrouve alors en charge de sa nièce de sept ans…
Amanda est le troisième long métrage de Mikhaël Hers. Son sujet n’est pas l’attentat mais la disparition brutale et l’absence. L’approche du réalisateur de ce sujet difficile à traiter est à la fois simple, très délicate et surtout très humaine. Il n’y a aucun effet dramatique, aucune exubérance mais en revanche beaucoup de pudeur. Vincent Lacoste, qui a l’âge de son personnage, est étonnant par la simplicité et l’authenticité de son jeu. C’est incontestablement sa plus belle interprétation à ce jour. Amanda est un film humain et délicat.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Vincent Lacoste, Isaure Multrier, Stacy Martin, Ophélia Kolb, Marianne Basler, Greta Scacchi
Voir la fiche du film et la filmographie de Mikhaël Hers sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

AmandaIsaure Multrier et Vincent Lacoste dans Amanda de Mikhaël Hers.

13 janvier 2020

La Chute de l’empire américain (2018) de Denys Arcand

La Chute de l'empire américainTitulaire d’un doctorat de philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur-livreur pour une société de messagerie de Montréal. Par pur hasard, il se retrouve sur les lieux d’un hold-up sanglant qui a mal tourné. Il profite de l’occasion et s’empare des sacs abandonnés par les voleurs…
La Chute de l’empire américain est présenté comme le troisième volet d’un cycle, après Le Déclin de l’empire américain (1986) et Les Invasions barbares (2003) mais, en réalité, il n’a que bien peu en commun avec ces deux films. Le titre initialement prévu était Le Triomphe de l’argent et c’est bien l’argent qui est au centre de cette histoire. Denys Arcand fustige l’attrait qu’il exerce et son pouvoir, mais son propos est vraiment très confus : il se résume finalement à un « tous pourris » simplificateur. Il donne l’impression de céder à la facilité. Il nous reste un film d’arnaque assez original, avec un personnage principal qui cite volontiers Wittgenstein ou Marc-Aurèle, un film doté d’une belle photographie, parfois assez amusant mais trop long.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Alexandre Landry, Maripier Morin, Rémy Girard, Maxim Roy, Pierre Curzi
Voir la fiche du film et la filmographie de Denys Arcand sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Denys Arcand chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Denys Arcand

La Chute de l'empire américainAlexandre Landry et Maripier Morin dans La Chute de l’empire américain de Denys Arcand.

12 janvier 2020

Shaun le mouton, le film (2015) de Mark Burton et Richard Starzak

Titre original : « Shaun the Sheep Movie »

Shaun le mouton, le film (Shaun the Sheep Movie)Shaun est un mouton malicieux qui est las du train-train quotidien de la ferme. Il trouve le moyen d’endormir le fermier et l’enfermer dans une caravane, afin d’avoir une journée de repos avec ses congénères. Mais les choses tournent mal : la caravane, mal calée, part à toute vitesse sur la route qui mène à la Grande Ville…
Le personnage de Shaun est apparu pour la première fois en 1995 dans une aventure du duo Wallace et Gromit créé par Nick Park, le court-métrage A Close Shave (Rasé de près). Il fut ensuite au centre d’une série télévisée d’animation britannique (Shaun The Sheep : 150 épisodes de 6 minutes de 2007 à 2016 sur la BBC). Shaun le mouton, le film, sorti lui aussi des studios Aardman Animations, est adapté de cette série. La technique utilisée est celle de l’animation en volume, à base de pâte à modeler. Le film ne comprend aucun dialogue articulé : les personnages s’expriment par cris d’animaux, par grognements ou syllabes inintelligibles pour les humains, ce qui implique la nécessité d’une plus grande variété et précision dans les postures et animations. La mise en place est un peu longue mais rapidement l’humour s’intensifie avec de belles trouvailles et des situations vraiment très variées. Le rythme est rapide, l’ensemble est enlevé et on ne s’ennuie pas une seconde. Shaun le mouton, le film nous fait passer un bon moment.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs:
Voir la fiche du film et la filmographie de Mark Burton et Richard Starzak sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Shaun le mouton, le film (Shaun the Sheep Movie)Shaun le mouton, le film (Shaun the Sheep Movie) de Mark Burton et Richard Starzak.

9 janvier 2020

La Tour sombre (2017) de Nikolaj Arcel

Titre original : « The Dark Tower »

La Tour sombre (The Dark Tower)Un jeune adolescent new-yorkais dessine compulsivement des scènes qui arrivent dans son esprit sous la forme de visions ou de rêves. Il y voit régulièrement un mystérieux homme en noir. Evitant de peu d’être mis en observation dans une clinique psychiatrique, il parvient à emprunter une porte vers un autre monde…
La Tour sombre est l’adaptation d’une série de Stephen King, un ensemble de huit romans qui compte de très nombreux admirateurs, 30 millions d’exemplaires ont été vendus de par le monde. Croire que l’on peut adapter correctement 4 000 pages en un film de 90 minutes est certainement un excès d’optimisme ; assez logiquement, les fans de Stephen King ont été déçus et se sont arrangés pour le faire savoir. Le film a été largement massacré par la critique et le public. Pour une personne, comme moi-même, qui n’a pas lu le livre mais qui apprécie la science-fiction, le début est assez prometteur avec une mise en place qui intrigue. La suite paraît hélas plus conventionnelle. La réalisation est toutefois parfaite, avec une certaine retenue sur les effets spéciaux, et l’histoire nous maintient en haleine. Matthew McConaughey montre une belle présence en méchant doté d’une indéniable distinction. Si ce n’est pas la grande adaptation attendue par les lecteurs de Stephen King, La Tour sombre se révèle plutôt plaisant… mais je n’irais pas jusqu’à dire que cela donne envie de lire les romans…
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Matthew McConaughey, Idris Elba, Tom Taylor, Claudia Kim
Voir la fiche du film et la filmographie de Nikolaj Arcel sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

 La Tour sombre (The Dark Tower)Idris Elba et Tom Taylor dans La Tour sombre (The Dark Tower) de Nikolaj Arcel.

 La Tour sombre (The Dark Tower)Matthew McConaughey dans La Tour sombre (The Dark Tower) de Nikolaj Arcel.

8 janvier 2020

Les Frères Sisters (2018) de Jacques Audiard

Les frères SistersEn 1851, dans l’Oregon, les frères Eli et Charlie Sisters sont des tueurs à gages sans état d’âme travaillant pour le Commodore, un homme fort local. Celui-ci les lance sur la piste d’un certain Hermann Kermit Warm qui l’aurait volé. Ils sont aidés par le détective John Morris qui suit la trace de Warm, de l’Oregon à la Californie, afin de leur indiquer sa localisation. Après avoir passé du temps ensemble, Morris commence à apprécier Warm et remet en cause sa collaboration avec les tueurs…
Adaptation du roman homonyme du canadien Patrick deWitt, Les Frères Sisters est un western écrit et réalisé par le français Jacques Audiard, son premier long métrage franco-américain. L’histoire, assez riche et dotée d’une certaine profondeur, est centrée sur quatre personnages, en réalité deux tandems dont la confrontation est particulièrement originale. Le résultat est assez étonnant car Jacques Audiard semble maitriser aussi bien les codes du western moderne que la mise en scène et la direction d’acteurs américains. Les Frères Sisters peut se situer dans la ligne de True Grit des frères Coen. Le film a été tourné en Europe, principalement en Espagne et en Roumanie. Belle prestation des quatre acteurs principaux. Une indéniable réussite.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: John C. Reilly, Joaquin Phoenix, Jake Gyllenhaal, Riz Ahmed
Voir la fiche du film et la filmographie de Jacques Audiard sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Jacques Audiard chroniqués sur ce blog…

Les frères SistersJoaquin Phoenix et John C. Reilly dans Les Frères Sisters de Jacques Audiard.

Les frères SistersJake Gyllenhaal dans Les Frères Sisters de Jacques Audiard.

Les frères SistersJake Gyllenhaal et Riz Ahmed dans Les Frères Sisters de Jacques Audiard.

5 janvier 2020

Les Innocentes (2016) de Anne Fontaine

Les innocentesEn Pologne, en 1945, Mathilde est jeune médecin de la Croix Rouge française. Suppliée par une religieuse, elle se rend au couvent de bénédictines voisin pour découvrir que l’une des soeurs va accoucher. Neuf mois auparavant, des soldats soviétiques avaient envahi le couvent et violé les religieuses pendant deux jours. Plusieurs sont enceintes et sur le point d’accoucher mais nul ne doit savoir…
Le scénario est de Les Innocentes tiré du récit authentique de Madeleine Pauliac. Ce jeune médecin à l’Hôpital français de Varsovie a laissé derrière elle son journal intime, aujourd’hui en possession de son neveu. Cette histoire est une série de rencontres où la jeune femme va devoir gagner la confiance de ces religieuses. Anne Fontaine a su la mettre en images avec délicatesse et en exprimer toute la force, tout en laissant poindre le questionnement métaphysique qui traverse son personnage. Le récit monte lentement en intensité et capte toute notre attention. Le jeu des comédiens le rend très authentique, Lou de Laâge est assez remarquable.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Lou de Laâge, Agata Buzek, Agata Kulesza, Vincent Macaigne, Joanna Kulig
Voir la fiche du film et la filmographie de Anne Fontaine sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Anne Fontaine chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Madeleine Pauliac a trouvé la mort en 1946 en percutant un arbre sur une route verglacée de Pologne en février 1946. Elle était âgée de 33 ans. Elle a activement participé, huit mois durant dans une Pologne ravagée et dangereuse, au sauvetage et au rapatriement des Français blessés retenus sur le territoire envahi par l’armée soviétique. Lire sa fiche sur Wikipédia…  et une interview de Philippe Maynial, son neveu…

Les innocentesAgata Buzek et Lou de Laâge dans Les innocentes de Anne Fontaine.

2 janvier 2020

L’Amour flou (2018) de Romane Bohringer et Philippe Rebbot

L'amour flouAprès dix ans de vie commune et deux enfants, Romane et Philippe envisagent de se séparer. Comme ils ne sont pas très surs de vouloir tout casser, ils décident de déménager dans deux appartements contigus, communiquant par la chambre de leurs enfants…
L’amour flou est la vraie histoire du couple Romane Bohringer et Philippe Rebbot. Même si elle est plus rare au cinéma qu’en littérature, l’autofiction est un genre prisé des acteurs/réalisateurs qui ont souvent ce petit travers narcissique. Ils  ont eu l’idée d’en faire un film qu’ils contrôlent entièrement, sans aucune contrainte. Ils se sont donc filmés, ont fait jouer leurs familles et certains personnages (par exemple le promoteur immobilier) jouent leur propre rôle. Si l’observation des voies alternatives n’est jamais inintéressant, le manque de rigueur dans l’écriture plombe le film. La comédie est un genre exigeant et l’humour ne fonctionne ici pas très bien, les bonnes idées sont très mal exploitées. De plus, les acteurs surjouent la plupart du temps, y compris Romane Bohringer. L’amour flou a toutefois connu un certain succès, autant auprès de la critique que du public qui semble l’avoir trouvé sympathique.
Elle: 2 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Romane Bohringer, Philippe Rebbot
Voir la fiche du film et la filmographie de Romane Bohringer et Philippe Rebbot sur le site IMDB.

L'amour flouPhilippe Rebbot et Romane Bohringer dans L’amour flou de Romane Bohringer et Philippe Rebbot.