7 octobre 2018

L’ornithologue (2016) de João Pedro Rodrigues

Titre original : « O Ornitólogo »

L'ornithologueAu Portugal, dans les gorges fluviales du Haut Tras-os-Montes, un jeune ornithologue est venu en excursion solitaire pour observer les oiseaux. Absorbé par son travail, il se laisse entrainer avec son canoë par le courant et les rapides le laissent inanimé au bord de la rivière. Il est secouru par deux chinoises égarées sur le trajet vers Compostelle… Avec son quatrième long métrage, le portugais João Pedro Rodrigues brouille les pistes et se plaît à nous emmener sur des chemins de traverses. Son récit surprend constamment et ne va jamais là où on l’attend. Débutant de façon très rationnelle, il s’enfonce ensuite sur un terrain plus mouvant pour devenir fantasmagorique, mêlant légendes et religiosité brumeuse (revisitant l’histoire d’Antoine de Padoue). Le résultat est un peu confus mais a le mérite d’être étonnant. La photographie est très belle.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Paul Hamy, Xelo Cagiao
Voir la fiche du film et la filmographie de João Pedro Rodrigues sur le site IMDB.

L'ornithologue
Paul Hamy dans L’ornithologue de João Pedro Rodrigues.

Remarques :
* Le réalisateur dit avoir été fortement influencé par la lecture d’Henry David Thoreau.
* Antoine (à la fin du film) est interprété par le réalisateur lui-même.

L'ornithologue
Paul Hamy dans L’ornithologue de João Pedro Rodrigues.

14 juillet 2018

Le Dibbouk (1937) de Michal Waszynski

Titre original : « Der Dibuk »

Le DibboukPologne, XIXe siècle. Deux amis d’enfance, Sender et Nisson, promettent devant le rabbin de marier leurs futurs enfants qui doivent naître presque le même jour. Mais Nisson décède le jour de la naissance de son fils et Sender oublie vite la promesse. Vingt ans plus tard, les deux enfants se rencontrent…
Le Dibbouk est adapté d’une pièce rédigée en yiddish par l’ethnographe russe Shalom Anski en 1917. C’est l’un des rares films tournés en yiddish qui soient parvenus jusqu’à nous. L’histoire s’inspire d’une légende ancienne, assez proche de Roméo et Juliette, où les rites et la religion juive côtoient le fantastique. Outre la préservation du folklore et de la culture yiddish, la description de la vie d’une communauté juive d’Europe Centrale donne au film des qualités ethnologiques certaines. Tourné à Varsovie, le film réunit les plus grands artistes du théâtre yiddish de l’époque. Le climat, les lieux, les lumières et sa dimension poétique évoquent l’expressionnisme allemand. Si le film a des qualités historiques évidentes, il faut bien reconnaitre que les rites religieux ou sociaux si soigneusement montrés peuvent paraître un peu longs au spectateur étranger à cette culture.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Avrom Morewski, Ajzyk Samberg, Lili Liliana
Voir la fiche du film et la filmographie de Michal Waszynski sur le site IMDB.

Le dibbouk
Lili Liliana dans Le Dibbouk de Michal Waszynski.

Remarque :
* Sens du titre : selon la légende, dans la tradition juive kabbaliste, lorsque qu’un être meurt avant son heure, son âme revient errer parmi les vivants. Certains entrent dans le corps d’une personne qui leur fût proche. On appelle la personne ainsi possédée un dibbouk.

Le Dibbouk
Lili Liliana, Ajzyk Samberg et Leon Liebgold dans Le Dibbouk de Michal Waszynski.

20 mars 2018

Excalibur (1981) de John Boorman

ExcaliburGrâce à Merlin l’Enchanteur, le roi Uter Pendragon possède l’épée mythique Excalibur. Avant de mourir dans une bataille, il la plante dans un bloc de granit. Seul le jeune Arthur, son fils illégitime, parviendra plusieurs années plus tard à l’en extirper devenant par ce geste le nouveau roi d’Angleterre. Il parvient à rétablir la paix et crée la confrérie des Chevaliers de la Table ronde…
La Légende arthurienne a été porté plusieurs fois à l’écran mais la version de John Boorman est indéniablement la plus belle. Le scénario se base sur les écrits de Thomas Malory (milieu du XVe siècle) qui ont l’avantage de compiler légendes et écrits pour en faire un récit chronologique, comblant éventuellement les trous. John Boorman parvient à restituer tout le souffle épique de ces histoires où la magie se mêle aux luttes des humains. Il sait créer des images à la fois fortes et belles, sans démesure de moyens. Le film a été tourné en Irlande en évitant d’utiliser des acteurs connus pour concentrer l’attention sur le récit : bon nombre d’acteurs viennent de la scène shakespearienne anglaise ce qui donne une indéniable intensité à l’interprétation. Bien entendu, tout cela pourra paraître vieillot aux spectateurs nourris aux effets spéciaux et aux combats des productions plus récentes, mais rarement une telle ampleur a été donnée à la Légende arthurienne.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Nigel Terry, Helen Mirren, Nicholas Clay, Cherie Lunghi, Paul Geoffrey, Nicol Williamson, Gabriel Byrne
Voir la fiche du film et la filmographie de John Boorman sur le site IMDB.

Voir les autres films de John Boorman chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur John Boorman

 

Excalibur
Superbe plan : l’apparition de l’épée Excalibur dans Excalibur de John Boorman.

Excalibur
Gabriel Byrne (Uther, à cheval) et Nicol Williamson (Merlin) dans Excalibur de John Boorman.

Excalibur
Les Chevaliers de la Table ronde (presque) au grand complet dans Excalibur de John Boorman.

Excalibur
Patrick Stewart tente d’extirper l’épée prisonnière du roc dans Excalibur de John Boorman.

Excalibur
Nigel Terry (Arthur) et Cherie Lunghi (Guenevere) dans Excalibur de John Boorman. A l’arrière-plan à gauche : Nicholas Clay (Lancelot).

12 janvier 2018

La Beauté du diable (1950) de René Clair

La Beauté du diableAu seuil de la mort, le professeur Faust regrette de n’avoir accompli la grande œuvre dont il rêvait. Méphistophélès lui propose une seconde jeunesse et la réussite dans ses recherches. Mais, pour cela, il doit signer un pacte où il accepte de donner son âme…
Film célèbre et célébré du cinéma français, La Beauté du diable est un film qui impressionne beaucoup lorsqu’on le voit très jeune et laisse alors un souvenir bien enraciné dans nos esprits. Le revoir bien plus tard ne procure pas obligatoirement les mêmes émois. Ce n’est pas tant le fait que René Clair ait adapté la légende créée par Goethe pour en faire une allégorie de la menace nucléaire qui plane sur le monde de l’après-guerre qui pose problème. C’est plutôt le fait que rien ne semble fonctionner. Dès lors, tout paraît assez artificiel et l’ensemble se situe presque sur le ton de la farce. Michel Simon et Gérard Philipe ne s’entendait pas et cela se sent. Savaient-ils qu’ils jouaient dans le même film ? Michel Simon tire son épingle du jeu par la richesse de son jeu et ses envolées alors que Gérard Philipe reste assez terne. Quelques scènes sauvent l’ensemble comme la très belle (et délicate à réaliser) scène du miroir.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Michel Simon, Gérard Philipe, Nicole Besnard, Simone Valère, Carlo Ninchi
Voir la fiche du film et la filmographie de René Clair sur le site IMDB.

Voir les autres films de René Clair chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur René Clair

Remarques :
* La Beauté du diable est une production franco-italienne, tournée à Cinecittà.
* Le scénario et les dialogues ont été écrits par René Clair et Armand Salacrou.

La Beauté du diable
Gérard Philipe et Michel Simon dans La Beauté du diable de René Clair.

Principales adaptations du mythe de Faust :
Faust et Marguerite de Georges Méliès (1897)
La Damnation du Docteur Faust de Georges Méliès (1904)
Faust de F.W. Murnau (1926)
La beauté du diable de René Clair (1950) avec Gérard Philipe et Michel Simon
Marguerite de la nuit de Claude Autant-Lara (1955) avec Michèle Morgan et Yves Montand
Doctor Faustus de Richard Burton et Nevill Coghill (1967) avec Richard Burton et Elizabeth Taylor
Faust d’Alexandre Sokurov (2011)

3 octobre 2017

The Assassin (2015) de Hou Hsiao-hsien

Titre original : « Cìkè Niè Yinniáng »

The AssassinChine, IX siècle. Nie Yinniang revient dans sa famille après de longues années d’exil. Son éducation a été confiée à une nonne qui l’a initiée dans le plus grand secret aux arts martiaux et lui a donné une mission : tuer son cousin Tian Ji’an, gouverneur d’une province frontalière susceptible de se dresser contre l’Empereur… Après huit ans, Hou Hsiao-hsien nous revient avec cette adaptation longuement mûrie d’une courte nouvelle qui fait partie des récits de la dynastie Tang. Ces récits traditionnels sont très populaires en Chine, le réalisateur les appréciait déjà lorsqu’il était enfant. Le titre peut prêter à confusion car le film ne répond en rien aux codes des films de sabre modernes avec des combats à la chorégraphie exubérante. Les rares combats sont sobrement et rapidement montrés. De plus, Hou Hsiao-hsien a choisi de ne pas développer toutes les méandres de l’intrigue ; les relations entre les personnages ne sont pas pleinement expliquées et il est inévitable qu’un spectateur occidental ne puisse percevoir toutes les implications de cette histoire. Mais cela importe finalement peu car nous sommes envahis par cette atmosphère de beauté et de contemplation, la lenteur des scènes finissant par nous envouter et nous transporter avec grande délicatesse. L’ensemble n’est pas sans rappeler certains films de Kurosawa comme Ran ou Rashomon. The Assassin mérite plus que tout autre d’être qualifié d’œuvre d’art.
Elle: 5 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Shu Qi, Chang Chen, Yun Zhou
Voir la fiche du film et la filmographie de Hou Hsiao-hsien sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Hou Hsiao-hsien chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Hou Hsiao-hsien

The Assassin
Shu Qi dans The Assassin de Hou Hsiao-hsien.

The Assassin

The Assassin

24 septembre 2017

La Charrette fantôme (1939) de Julien Duvivier

La Charrette fantômeParmi les sans-logis d’une petite bourgade, une légende raconte qu’un charretier de la mort hante la campagne et que le dernier à mourir chaque 31 décembre doit prendre sa place pour l’année à venir. David Holmes, ancien ouvrier devenu alcoolique, ne croit pas à cette légende. Sœur Edith, de l’Armée du Salut, tente de le remettre dans le droit chemin… Ce roman de la suédoise Selma Lagerlöf avait déjà été adapté par Victor Sjöström en 1920 qui en avait fait un film remarquable par son esthétisme et ses effets, un des tous premiers films à pouvoir être qualifié de véritable oeuvre d’art. Presque vingt ans plus tard, Julien Duvivier n’a pas la même réussite, il signe un film d’une qualité très inégale. Il ne semble pas à l’aise avec les aspects fantastiques de cette histoire, toute la fin paraissant même assez ridicule, mais il accentue le drame social et dresse un portrait assez noir de son époque. La photographie est signée Jules Kruger.  Il y a de très beaux passages comme la fuite éperdue de Louis Jouvet sur les toits ou cette stupéfiante scène d’expiation collective qui prend l’allure d’un opéra (belle partition musicale de Jacques Ibert). Si Louis Jouvet et Pierre Fresnay sont loin de leurs meilleures interprétations, Micheline Francey semble habitée par son personnage et Duvivier l’éclaire et la filme comme une sainte. Elle est la seule à apporter de l’intensité à cette histoire de rédemption dont le scénario n’est, il faut bien le reconnaitre, pas le point fort.
Elle: 2 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Pierre Fresnay, Marie Bell, Micheline Francey, Louis Jouvet
Voir la fiche du film et la filmographie de Julien Duvivier sur le site IMDB.

Voir les autres films de Julien Duvivier chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Julien Duvivier

Remarques :
* Selma Lagerlöf, prix Nobel de littérature en 1909, est l’auteure d’un des romans les plus lus en Suède : « Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède » (1906).
* La romancière puise habituellement dans les légendes scandinaves mais ce charretier de la mort semble très proche de celui de la légende bretonne de l’Ankou.

* Autres versions :
La Charrette fantôme (Körkarlen) de Victor Sjöström (1920)
Körkarlen de Arne Mattsson (1958) avec George Fant

 

La Charrette fantome
Micheline Francey dans La Charrette fantôme de Julien Duvivier.

La Charrette fantôme
Henri Nassier, René Génin, Pierre Fresnay et Louis Jouvet dans La Charrette fantôme de Julien Duvivier.

15 avril 2017

Le Garçon et la Bête (2015) de Mamoru Hosoda

Titre original : « Bakemono no ko »

Le Garçon et la BêteAu décès de sa mère, Ren, âgé de neuf ans, refuse de suivre ses tuteurs légaux et s’enfuit dans les rues de Tokyo. Au même moment, dans le royaume parallèle des bêtes, deux prétendants vont s’opposer pour prendre la succession du seigneur qui se retire… Mamoru Hosoda soigne ses réalisations, Le Garçon et la Bête a ainsi nécessité trois années pour voir le jour. Il écrit toujours ses projets sur la base d’une expérience personnelle sur laquelle il greffe des légendes et autres contes japonais. Le Garçon et la Bête s’adresse en premier à un jeune public, afin que ceux-ci « se sentent compris et apprécient mieux de vivre dans le contexte actuel » précise Yuichiro Sato, le fidèle producteur d’Hosoda. L’histoire est celle d’un parcours initiatique, à double sens puisque l’on ne sait plus très bien qui est la maitre et qui est l’élève. Techniquement parlant, l’animation paraît un peu saccadée mais reste de qualité ; les scènes de foule sont impressionnantes. Les décors sont assez beaux avec de belles trouvailles visuelles. Malgré les aspects très conventionnels de l’histoire, Le Garçon et la Bête est assez remarquable.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs:
Voir la fiche du film et la filmographie de Mamoru Hosoda sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Le Garçon et la Bête
Le Garçon et la Bête de Mamoru Hosoda.

14 février 2017

Le Chien des Baskerville (1959) de Terence Fisher

Titre original : « The Hound of the Baskervilles »

Le Chien des BaskervilleEn l’an 1790, Sir Hugo Baskerville, un aristocrate cruel, est attaqué par un énorme chien alors qu’il vient de poignarder une paysanne sur la lande. De là naît la légende du chien des Baskerville. Plusieurs décennies plus tard, Charles Baskerville meurt sur la lande dans des circonstances mystérieuses. Son neveu, Sir Henry hérite du domaine familial. Le détective Sherlock Holmes est contacté pour veiller sur lui… Le Chien des Baskerville de Terence Fisher est la deuxième grande adaptation du célèbre roman de Conan Doyle. Cette version prend quelques libertés par rapport au roman, sans le dénaturer toutefois. Le film étant issu des studios Hammer, on peut s’attendre à ce que le côté terrifiant soit développé mais il n’en est rien. Même l’apparition de la bête ne fait pas frémir. Le film est plutôt remarquable par son atmosphère, vraiment inquiétante, due à la précision du scénario, au jeu des acteurs et à leur forte présence. Le film joue beaucoup plus sur les nuances que sur le démonstratif. C’est sans doute pour cette raison que le film a plutôt déçu les amateurs des films de la Hammer et les suites prévues ne furent pas mises en chantier. Aujourd’hui, il est mieux considéré. A juste titre.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Peter Cushing, André Morell, Christopher Lee, John Le Mesurier
Voir la fiche du film et la filmographie de Terence Fisher sur le site IMDB.

Voir les livres sur la Hammer

Le Chien des Baskerville
André Morell (Watson) et Peter Cushing (Sherlock Holmes) dans Le Chien des Baskerville de Terence Fisher.

Le Chien des Baskerville
Peter Cushing (Sherlock Holmes) et Christopher Lee (Sir Henry Baskerville) dans Le Chien des Baskerville de Terence Fisher.

Les plus grandes adaptations du roman à l’écran :
1. Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles) de Sidney Lanfield (USA 1939) avec Basil Rathbone, Nigel Bruce et Richard Greene
2. Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles) de Terence Fisher (UK 1959) avec Peter Cushing et Christopher Lee
3. Priklyucheniya Sherloka Kholmsa i doktora Vatsona: Sobaka Baskerviley d’Igor Maslennikov (TV russe, 1981) avec Vasiliy Livanov et Nikita Mikhalkov
4. The Hound of the Baskervilles de Douglas Hickox (TV UK, 1983) avec Ian Richardson et Denholm Elliott
5. The Hound of the Baskervilles de Brian Mills (TV UK, 1988) avec Jeremy Brett et Edward Hardwicke
6. The Hound of the Baskervilles de Dave Attwood (TV UK, 2002) avec Richard Roxburgh et Ian Hart

22 octobre 2016

Détective Dee II: La légende du dragon des mers (2013) de Tsui Hark

Titre original : « Di Renjie: Shen du long wang »

Détective Dee II: La légende du dragon des mersChine, an 665. Alors qu’elle porte secours à un allié, l’armada de l’impératrice Wu est décimée par une mystérieuse créature surgie du fond des mers. Suspectant un complot, l’impératrice charge le Commissaire en chef du Temple Suprême d’enquêter. Au même moment, le jeune détective Dee Renjie arrive dans la capitale impériale pour rejoindre le Temple Suprême… Détective Dee II: La légende du dragon des mers est en fait une préquelle à Detective Dee: Le mystère de la flamme fantôme (2010). Il met en scène les débuts du détective Dee, personnage qui a réellement existé et que Tsui Hark veut rendre célèbre dans le monde pour être « le premier Sherlock Holmes de l’Histoire ». Le rythme est trépidant et ne laisse guère le temps de souffler. Film d’aventures mâtiné de fantastique, bourré d’action jusqu’à la limite de l’overdose, ce blockbuster se laisse regarder avec plaisir. Les images sont très belles avec une débauche d’effets visuels et d’acrobaties aériennes où l’ordinateur a visiblement été largement employé, avec beaucoup de réussite. C’est un beau spectacle empreint de cette magie du cinéma qui émerveille le spectateur.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Carina Lau, Mark Chao, Angelababy, Shaofeng Feng
Voir la fiche du film et la filmographie de Tsui Hark sur le site IMDB.

Voir les autres films de Tsui Hark chroniqués sur ce blog…

Détective Dee 2
Mark Chao dans Détective Dee II: La légende du dragon des mers de Tsui Hark.

Détective Dee 2
Shaofeng Feng dans Détective Dee II: La légende du dragon des mers de Tsui hark.

12 mars 2016

La Couronne de fer (1941) de Alessandro Blasetti

Titre original : « La corona di ferro »

La Couronne de ferSedemondo n’hésite pas à tuer son propre frère à l’issue d’une bataille pour régner seul sur le Royaume de Kindaor. Survient alors un messager qui transporte une couronne pour aller l’offrir au Pape. Cette sainte relique a un pouvoir magique : elle ne peut quitter un endroit où prévaut l’injustice… Basé sur une histoire écrite par le futur réalisateur Renato Castellani, La Couronne de fer est réalisé par Alessandro Blasetti en 1941, soit en pleine période fasciste. Si cette légende fait une bonne place à une histoire d’amour, il est indéniable qu’elle met aussi en avant le besoin d’un leader charismatique fort pour obtenir paix et prospérité. Le film s’inscrit donc pleinement dans la propagande mussolinienne. La production bénéficia d’un budget très important et le tournage eut lieu entièrement dans les studios flambants neufs de Cinecittà avec un nombre impressionnant de figurants. Les décors sont souvent assez chargés et un peu grandiloquents. Située dans un Moyen-Âge de pacotille, l’histoire est particulièrement riche et pleine de rebondissements qui maintiennent l’intérêt constant. L’ensemble est de qualité. La Couronne de fer a indéniablement sa place dans la lignée des films mythologiques italiens qui, depuis le Cabiria de Pastrone (1914), préfigurent l’explosion du péplum des années cinquante.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Elisa Cegani, Luisa Ferida, Gino Cervi, Massimo Girotti, Rina Morelli
Voir la fiche du film et la filmographie de Alessandro Blasetti sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alessandro Blasetti chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Lors du Festival de Venise 1941, La Couronne de fer a remporté la Coupe Mussolini (c’est le nom du grand prix entre 1934 et 1942, il ne prendre le nom de Lion d’Or qu’en 1949).

* Luisa Ferida (Tundra dans le film) et son compagnon Osvaldo Valenti (Eriberto, le prince compétiteur d’apparence mongole) ont été très liés au pouvoir fasciste pendant la guerre. Ils furent tous deux exécutés par des membres de la Résistance italienne en 1945, lors de la Libération de Milan. Leur histoire est le sujet du film Une histoire italienne de Marco Tullio Giordana avec Monica Bellucci (2008).

la Couronne de fer
Elisa Cegani et Gino Cervi dans La Couronne de fer de Alessandro Blasetti.

La Couronne de fer
Massimo Girotti et Luisa Ferida dans La Couronne de fer de Alessandro Blasetti.