28 septembre 2022

Max mon amour (1986) de Nagisa Ôshima

Max mon amourPeter, diplomate anglais en poste à Paris soupçonne sa femme Margaret d’entretenir une liaison extra conjugale. Il engage un détective privé et apprend qu’elle loue un appartement. Après avoir réussi à s’en procurer la clé, il découvre que l’amant de sa femme est un chimpanzé prénommé Max…
Max mon amour est un film français réalisé par le japonais Nagisa Ôshima. Le scénario est issu de la collaboration de Nagisa Ôshima, connu pour explorer les excès de la passion (L’Empire des sens), avec Jean-Claude Carrière, connu pour sa complicité avec Luis Buñuel. Un tandem prometteur ! Précisons que leur idée n’était manifestement pas d’aborder la zoophilie mais de bousculer les conventions sociales et de créer des situations surréalistes. Le résultat est amusant mais on peut regretter que les scènes les plus savoureuses, par exemple le repas avec les invités, ou les plus farfelues, par exemple la descente des Champs-Elysées, ne soient pas plus nombreuses. Le récit garde toujours une certaine hauteur, grâce à l’absence de moments scabreux et aussi grâce à l’interprétation : le mari campé par Anthony Higgins est très british et retenu, Charlotte Rampling est impériale, froide et énigmatique. Et quel regard ! Trop déstabilisant, le film n’eut pas de succès. Il est certain que Max mon amour n’aurait pas déplu à Luis Buñuel.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Charlotte Rampling, Anthony Higgins, Victoria Abril, Nicole Calfan, Pierre Étaix, Sabine Haudepin, Fabrice Luchini, Bernard-Pierre Donnadieu
Voir la fiche du film et la filmographie de Nagisa Ôshima sur le site IMDB.

Voir les autres films de Nagisa Ôshima chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Nagisa Ôshima

Remarque :
* Max est interprété par la marionnettiste Ailsa Berk, connue pour ses interventions sur Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi, Greystoke et Doctor Who. Elle n’est pas créditée au générique.

Max mon amourAnthony Higgins, Max et Charlotte Rampling dans Max mon amour de Nagisa Ôshima.

16 avril 2022

Le Renne blanc (1952) de Erik Blomberg

Titre original : « Valkoinen peura »

Le Renne blanc (Valkoinen peura)Dans les neiges de Laponie, Pirita est une jeune épouse attristée par les trop longues absences de son mari, éleveur de rennes. Délaissée, elle consulte un devin qui lui révèle sa véritable nature : elle est une sorcière. Après un sacrifice animal, la jeune femme se change en un majestueux renne blanc et, sous cette apparence, elle attire les hommes dans un piège fatal…
Le Renne blanc est un film fantastique finlandais réalisé par Erik Blomberg. Si le cinéma finlandais est peu connu, il a connu des périodes fastes comme le début des années cinquante où une trentaine de films étaient produits chaque année. Rares sont ceux qui ont connu une carrière internationale toutefois, mais ce fut le cas pour Le Renne blanc. Il s’agit du premier long métrage d’Erik Blomberg, un excellent opérateur qui a débuté à la fin des années trente. L’histoire s’inspire librement d’une légende du peuple Samis (que nous nommons « Lapons »), bâtie autour de la transformation d’une femme en animal, un renne au déplacement particulièrement gracieux. Les images des grandes étendues neigeuses sont très belles et nous immergent dans le monde lapon. L’actrice principale, Mirjami Kuosmanen, est la femme du réalisateur. Elle était une vedette en Finlande et montre beaucoup de présence à l’écran sans avoir un jeu trop appuyé. Le film a également quelques scènes plus documentaires, la façon dont les Samis utilisent les rennes pour se déplacer est étonnante.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Mirjami Kuosmanen, Kalervo Nissilä, Åke Lindman
Voir la fiche du film et la filmographie de Erik Blomberg sur le site IMDB.

Le Renne blanc (Valkoinen peura)Mirjami Kuosmanen dans Le Renne blanc (Valkoinen peura) de Erik Blomberg.

4 novembre 2021

Border (2018) de Ali Abbasi

Titre original : « Gräns »

Border (Gräns)Tina n’a pas un physique gracieux mais elle a une capacité hors du commun, un odorat hyper développé qui lui permet de « sentir » les sentiments des personnes. Elle est ainsi particulièrement redoutable dans son travail de douanier car elle détecte la culpabilité à l’odeur. Mais quand Vore, un homme d’apparence suspecte, passe devant elle, ses capacités lui font défaut pour la première fois…
Border est un film suédois réalisé par le danois d’origine iranienne Ali Abbasi, son deuxième long métrage après Shelley en 2016. Le scénario est basé sur une nouvelle du romancier suédois John Ajvide Lindqvist parue en 2004. Il s’agit d’une histoire à fort parfum de fantasy sur lequel le cinéaste a greffé une intrigue policière. C’est un film atypique, un conte naturaliste qui explore assez loin les limites de la normalité, au risque d’être dérangeant par instants. Il soulève la question : où finit l’animalité et commence l’humanité ? La partie la moins convaincante est l’intrigue policière ajoutée par le réalisateur, elle semble plaquée et finalement inutile. Border a obtenu le prix Un certain regard au Festival de Cannes 2018.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Eva Melander, Eero Milonoff, Jörgen Thorsson, Ann Petrén, Sten Ljunggren
Voir la fiche du film et la filmographie de Ali Abbasi sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

 Border (Gräns)Eero Milonoff et Eva Melander dans Border (Gräns) de Ali Abbasi.