16 novembre 2021

La Loi de la jungle (2016) de Antonin Peretjatko

La Loi de la jungleMarc Châtaigne, stagiaire au Ministère de la Norme, est envoyé en Guyane pour la mise aux normes européennes du chantier Guyaneige, première piste de ski indoor d’Amazonie destinée à relancer le tourisme en Guyane. Mais tout ne se passe pas comme prévu et il finit par se retrouver perdu dans la jungle en compagnie d’une autre stagiaire…
La Loi de la jungle est le second long-métrage d’Antonin Peretjatko après La Fille du 14 juillet, sorti en 2013. Après une scène fellinienne de générique (statue portée par hélicoptère), la mise en place est plutôt prometteuse, montrant un humour absurde assez débridé. Hélas, rapidement, le film prend de la lourdeur, les gags amusants s’espacent et l’humour s’étiole. La plus grande partie du film se déroule dans la forêt guyanaise. Le scénario est répétitif, il manque de matière comique et de liant (le fondu au noir est souvent utilisé pour terminer une scène). Pascal Legitimus nous offre les meilleurs moments mais ses scènes sont peu nombreuses. En revanche, Mathieu Amalric ne semble vraiment pas à sa place. Le film a été assez bien reçu par la critique.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Vincent Macaigne, Vimala Pons, Pascal Légitimus, Mathieu Amalric, Jean-Luc Bideau
Voir la fiche du film et la filmographie de Antonin Peretjatko sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

 La Loi de la junglePascal Légitimus, Vincent Macaigne et Vimala Pons dans La Loi de la jungle de Antonin Peretjatko.

18 juin 2021

Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait (2020) de Emmanuel Mouret

Les choses qu'on dit, les choses qu'on faitMaxime rend visite à son cousin François à la campagne, mais celui-ci a dû s’absenter et c’est sa compagne, Daphné, enceinte de trois mois, qui l’accueille. Pendant quatre jours, Maxime et Daphné font connaissance en se racontant leurs récentes histoires amoureuses aux multiples rebondissements…
Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait est le dixième long métrage d’Emmanuel Mouret. Une fois de plus, il s’agit d’une « histoire de sentiments » pour reprendre l’expression qu’il met dans la bouche de son personnage principal, expression qu’il préfère aux réductrices « histoires d’amour ». Son scénario est joliment écrit, décrivant avec beaucoup de délicatesse les liaisons qui se font et se défont. Le film cherche à illustrer une thèse du philosophe René Girard sur le caractère mimétique du désir (1), concept qui, il faut bien l’avouer, n’est pas facile à appréhender rapidement et les quelques extraits habilement insérés dans deux ou trois scènes restent un peu obscurs sans que toutefois cela soit gênant. Par beaucoup de points, notamment la direction d’acteurs, Emmanuel Mouret se situe dans la lignée d’Eric Rohmer ou encore d’Alain Resnais. Son cinéma montre plus que jamais une indéniable maturité. A noter, une très belle utilisation de la musique.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Camélia Jordana, Niels Schneider, Vincent Macaigne, Émilie Dequenne, Jenna Thiam, Guillaume Gouix, Julia Piaton, Louis-Do de Lencquesaing
Voir la fiche du film et la filmographie de Emmanuel Mouret sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Emmanuel Mouret chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Emmanuel Mouret

(1) Professeur de littérature à la fin des années cinquante, René Girard (1923-2015) a conçu cette thèse à partir de l’étude des personnages créés par les écrivains. Le philosophe décrit « le caractère mimétique du désir » dans son premier livre, Mensonge romantique et vérité romanesque (1961).
Selon Girard, tout désir est l’imitation du désir d’un autre. Loin d’être autonome (c’est l’illusion romantique), notre désir est toujours suscité par le désir qu’un autre – le modèle – a d’un objet quelconque. Le sujet désirant attribue un prestige particulier au modèle : l’autonomie métaphysique ; il croit que le modèle désire par lui-même. Le rapport n’est pas direct entre le sujet et l’objet : il y a toujours un triangle. À travers l’objet, c’est le modèle, que Girard appelle médiateur, qui attire ; c’est l’être du modèle qui est recherché. (Merci Wikipédia)
Le philosophe a ensuite étendu son analyse au sacré et à la violence collective.

Les choses qu'on dit, les choses qu'on faitJulia Piaton, Niels Schneider et Jenna Thiam dans Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait de Emmanuel Mouret.

13 août 2020

Blanche comme neige (2019) de Anne Fontaine

Blanche comme neigeClaire travaille dans l’entreprise de sa belle-mère. Un jour, elle est enlevée sans ménagements. Sur le point d’être tuée, elle est sauvée in extremis par un homme mystérieux qui la recueille dans sa maison isolée. Claire décide de rester là et va éveiller l’émoi des habitants du village voisin…
Sur un scénario écrit par Anne Fontaine et Pascal Bonitzer, Blanche comme neige revisite le comte des frères Grimm, Blanche-Neige. Les hommes qui recueillent la belle Claire ne sont pas des nains mais ils sont bien sept à tomber sous son charme et il y a aussi une (très) méchante belle-mère. La jeune femme s’émancipe, s’éveille au désir et veut croquer la vie (sans parler d’une pomme) à pleines dents. Le scénario est intelligemment écrit, les situations avec chacun de ces hommes sont très différentes, et l’humour se montre subtil, en demi-teinte, passant surtout par les personnages. L’ensemble est léger, amusant, bien entendu pas crédible… mais un conte n’est pas censé l’être. Lou de Laâge est de presque toutes les scènes, l’actrice montre beaucoup d’aisance et de naturel. Tous les autres rôles sont très bien tenus avec une mention particulière pour Vincent Macaigne, assez savoureux et attendrissant dans son personnage de musicien dépressif. Blanche comme neige est original et amusant. Le film semble avoir été diversement apprécié.
Elle: 3 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Lou de Laâge, Isabelle Huppert, Charles Berling, Damien Bonnard, Jonathan Cohen, Vincent Macaigne, Benoît Poelvoorde
Voir la fiche du film et la filmographie de Anne Fontaine sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Anne Fontaine chroniqués sur ce blog…

Blanche comme neigeBlanche-Neigne : Lou de Laâge dans Blanche comme neige de Anne Fontaine.

Blanche comme neigeLes sept nains : Vincent Macaigne, Damien Bonnard, Jonathan Cohen, Richard Fréchette, Benoît Poelvoorde, Pablo Pauly et Charles Berling dans Blanche comme neige de Anne Fontaine.

16 juillet 2020

Fête de famille (2019) de Cédric Kahn

Fête de familleAndréa se réjouit de voir ses enfants et petits-enfants rassemblés pour fêter son anniversaire. Même sa fille aînée, Claire, disparue depuis trois ans, fait une arrivée surprise. Mais la fête va réveiller toutes les rancoeurs familiales…
Cédric Kahn a écrit et réalisé Fête de famille, une tragi-comédie qu’il a structurée en trois actes et qui repose sur des dialogues abondants (ce sont ses propres termes). Le thème peut sembler classique mais son traitement est finalement assez original. Cédric Kahn joue beaucoup sur les ruptures de tons. Ainsi, tel personnage plutôt détestable nous apparaître plus aimable quelques minutes plus tard et inversement. Il est d’ailleurs très difficile de prendre parti ou de s’identifier à un personnage. On pourra trouver ce mélange d’amour et de dissensions très justement représenté ou alors trouver trop excessifs les explosions brutales de colère et de haine et la bipolarité de plusieurs personnages.
Elle: 4 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Catherine Deneuve, Emmanuelle Bercot, Vincent Macaigne, Cédric Kahn
Voir la fiche du film et la filmographie de Cédric Kahn sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Cédric Kahn chroniqués sur ce blog…

Fête de familleEmmanuelle Bercot, Isabel Aimé González-Sola, Catherine Deneuve, Vincent Macaigne, Alain Artur, Cédric Kahn et Laetitia Colombani dans Fête de famille de Cédric Kahn.

20 janvier 2020

Marvin ou la belle éducation (2017) de Anne Fontaine

Marvin ou la belle éducationIssu d’un milieu très populaire, Marvin Bijou est un jeune garçon aux allures efféminées qui en font le souffre-douleur de son frère et de ses camarades d’école. Grâce à la principale du collège, Marvin découvre le théâtre et va pouvoir se sortir de son milieu…
Très fortement inspiré du livre En finir avec Eddy Bellegueule d’Édouard Louis, Marvin ou La Belle Éducation raconte la jeunesse d’un garçon maltraité par sa famille et les jeunes de son âge. Le scénario se déroule en parallèle sur deux époques : Marvin à 10 ans dans sa famille ou à l’école dans les Vosges et Marvin à 20 ans à Paris dans un milieu artistique. Le propos dénonce le rejet de la différence et de l’homosexualité, ce qui est louable, mais Anne Fontaine n’évite pas les stéréotypes que ce soit dans la peinture du milieu populaire ou, à l’opposé, celle du milieu très aisé (le personnage joué par Charles Berling notamment). En revanche, la cinéaste parvient à rendre son personnage principal attachant et émouvant, fort bien interprété par Finnegan Oldfield. Le film a reçu un accueil mitigé et n’a pas connu le succès escompté.
Elle: 4 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Finnegan Oldfield, Grégory Gadebois, Vincent Macaigne, Catherine Salée, Jules Porier, Catherine Mouchet, Charles Berling, Isabelle Huppert
Voir la fiche du film et la filmographie de Anne Fontaine sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Anne Fontaine chroniqués sur ce blog…

Marvin ou la belle éducationFinnegan Oldfield dans Marvin ou la belle éducation de Anne Fontaine.

Marvin ou la belle éducationJules Porier dans Marvin ou la belle éducation de Anne Fontaine.