13 août 2019

Gemma Bovery (2014) de Anne Fontaine

Gemma BoveryLe parisien Martin est revenu dans sa Normandie natale pour reprendre la boulangerie paternelle d’un petit village, non loin de l’endroit où a vécu son auteur préféré Gustave Flaubert. Lorsqu’il voit arriver de nouveaux voisins anglais prénommés Gemma et Charles Bovery, il les voient tout de suite comme l’incarnation des héros du roman de Flaubert…
Gemma Bovery est adapté du roman graphique (en l’occurrence une bande dessinée avec beaucoup de texte) de l’auteure anglaise Posy Simmonds (1). C’est une comédie délicieuse et intelligente dont le rôle principal semble taillé sur mesure pour Fabrice Luchini. L’acteur reste très sobre dans son jeu tout en distillant un indéniable humour. Gemma Arterton joue très juste et montre une belle présence. A noter également Elsa Zylberstein qui est assez savoureuse dans un second rôle de nouveau riche. L’ensemble pourra paraître un peu superficiel à certains mais il constitue un divertissement bien plaisant.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Fabrice Luchini, Gemma Arterton, Jason Flemyng, Isabelle Candelier, Niels Schneider, Elsa Zylberstein
Voir la fiche du film et la filmographie de Anne Fontaine sur le site IMDB.

Voir les autres films de Anne Fontaine chroniqués sur ce blog…

(1) Posy Simmonds est également l’auteure de Tamara Drewe, brillamment adapté sur grand écran en 2010 par Stephen Frears avec… Gemma Arterton dans le rôle principal.

Gemma BoveryGemma Arterton et Fabrice Luchini dans Gemma Bovery de Anne Fontaine.

26 juillet 2014

Perfect Mothers (2013) de Anne Fontaine

Titre original : « Adore »

Perfect MothersAmies depuis l’enfance, Roz et Lil vivent dans deux maisons proches face à une grande plage australienne. Elles ont chacune un grand fils, également très amis, qu’elles contemplent avec admiration et satisfaction. Quand l’un des garçons séduit la mère de son copain, l’autre se met naturellement à l’imiter… D’un roman de Doris Lessing, Anne Fontaine a enjolivé à la fois le lieu et les participants. Les mères sont jeunes et belles (un rapide calcul nous laisse supposer qu’elles auraient eu leur fils entre 15 et 17 ans), les garçons sont beaux comme des dieux grecs et le lieu est irréel, paradisiaque, à l’écart de toute civilisation. Tout cela est sans doute un peu trop beau et donne un côté artificiel à l’ensemble. Anne Fontaine semble s’être surtout appliquée à mettre joliment en scène une transgression sociale (incestueuse sans l’être) au détriment de la profondeur : nous avons l’impression de rester en surface, de simplement observer. Pourtant la situation ne manque d’intérêt : nous avons ici une double relation fusionnelle qui, en rejetant toute intrusion extérieure, se transforme en une quadruple relation fusionnelle quasi indestructible. Il est simplement un peu dommage qu’Anne Fontaine ait tant édulcoré son sujet. La photographie de Christophe Beaucarne (qui a filmé en argentique et en anamorphique) est très belle.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Naomi Watts, Robin Wright, Xavier Samuel, James Frecheville
Voir la fiche du film et la filmographie de Anne Fontaine sur le site IMDB.
Voir les autres films de Anne Fontaine chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Le court roman de Doris Leasing, paru en 2003, a pour titre Les Grand-mères (The Grandmothers). Rappelons que la romancière britannique, décédée fin 2013 à l’âge de 94 ans, s’est vu attribuer le prix Nobel de littérature en 2007.

* Le lieu si paradisiaque où Perfect Mothers a été tourné est Seals Rocks, dans l’état du New South Wales (Nouvelles-Galles du Sud) en Australie, à environ 250 kms au nord de Sydney.
Voici l’emplacement exact du petit chemin qu’ils prennent à partir de la route pour rejoindre la plage sur Google Maps… L’une des deux maisons utilisées pour le tournage est un peu plus haut sur la route, semble t-il. La maison photographiée de loin semble être celle située tout au bout de la baie (la dernière, cadrée de façon à donner l’impression qu’elle est isolée). Le lieu est effectivement paradisiaque…

26 octobre 2012

Mon pire cauchemar (2011) de Anne Fontaine

Mon pire cauchemarAgathe est une bourgeoise froide et odieuse qui dirige une fondation d’art contemporain (1). Patrick vit de petits boulots, aime l’alcool et les femmes bien en chair. Ils ont tout pour se détester mais leurs enfants sont inséparables… Il fallait oser mettre face à face deux acteurs aussi différents qu’Isabelle Huppert et Benoît Poelvoorde. Dans Mon pire cauchemar, Anne Fontaine exploite bien l’abime qui les sépare sans trop tomber dans les clichés ni forcer le trait. L’humour est omniprésent par les dialogues, très incisifs, avec de nombreuses excellentes réparties. Le film s’essouffle un peu dans sa seconde partie mais le bilan global reste très positif. On rit beaucoup. En terme de divertissement, Mon pire cauchemar est une réussite.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Isabelle Huppert, Benoît Poelvoorde, André Dussollier, Virginie Efira, Aurélien Recoing
Voir la fiche du film et la filmographie de Anne Fontaine sur le site IMDB.
Voir les autres films de Anne Fontaine chroniqués sur ce blog…

Remarques :
Mon pire cauchemar est rempli d’œuvres d’art contemporain, l’appartement d’Agathe en est truffé (elles sont listées au générique, il y en a une trentaine), sans compter les deux expositions. Le clou en la matière est la présence d’Hiroshi Sugimoto en personne qui joue son propre rôle. A noter que le générique final précise que c’est Sugimoto lui-même qui a taggué sa photographie… (Ouf !)

Hiroshi Sugimoto est un photographe majeur de la photo contemporaine. Sa série la plus célèbre (débutée en 1975) est celle des cinémas : il a photographié l’intérieur de salles (pleines) de cinéma, pendant la projection d’un film, en poses très longues (45 minutes et plus, avec une chambre grand format). Résultat : l’écran saturé d’images devient tout blanc, nappé d’une lueur blanche qui éclaire l’intérieur de la salle, les spectateurs disparaissent ainsi que toutes les parties mouvantes. La salle est vide. « Trop d’information conduit au néant ». Voir des exemples sur son site. Il a beaucoup d’autres séries très intéressantes (mer, portraits de cire, architecture, Bouddhas, etc.)
Voir le site internet d’Hiroshi Sugimoto

(1) C’est la Fondation Cartier pour l’art contemporain, 261 bd Raspail à Paris.