31 janvier 2018

Sommaire de janvier 2018

Rue de l'EstrapadeBedsideLe Bon, la Brute et le CingléBack HomeMicki et MaudeLa Madone des sleepingsEyes Wide ShutBelles mais pauvres

Rue de l’Estrapade

(1953) de Jacques Becker

Bedside

(1934) de Robert Florey

Le Bon, la Brute et le Cinglé

(2008) de Kim Jee-woon

Back Home

(2015) de Joachim Trier

Micki et Maude

(1984) de Blake Edwards

La Madone des sleepings

(1955) de Henri Diamant-Berger

Eyes Wide Shut

(1999) de Stanley Kubrick

Belles mais pauvres

(1957) de Dino Risi

Le Roi du racketLes Délices de TokyoLe Masque arrachéFritz le chatApnéeLa Beauté du diableLes MauditsNuits blanches sur la jetée

Le Roi du racket

(1955) de Maxwell Shane

Les Délices de Tokyo

(2015) de Naomi Kawase

Le Masque arraché

(1952) de David Miller

Fritz le chat

(1972) de Ralph Bakshi

Apnée

(2016) de Jean-Christophe Meurisse

La Beauté du diable

(1950) de René Clair

Les Maudits

(1947) de René Clément

Nuits blanches sur la jetée

(2014) de Paul Vecchiali

CapricesLa Cité sans voilesBullittTitanicLe Pont des espionsLa Dame en rougeRetour vers le futur 3e partie

Caprices

(1942) de Léo Joannon

La Cité sans voiles

(1948) de Jules Dassin

Bullitt

(1968) de Peter Yates

Titanic

(1943) de Herbert Selpin

Le Pont des espions

(2015) de Steven Spielberg

La Dame en rouge

(1935) de Robert Florey

Retour vers le futur 3e partie

(1990) de Robert Zemeckis

Nombre de billets : 23

30 janvier 2018

Financement de la restauration du film « Paris est toujours Paris » (1951) de Luciano Emmer

Titre original : « Parigi è sempre Parigi »

Paris est toujours ParisLa Société Cinématographique Lyre a eu la bonne idée de se lancer dans la restauration du film franco-italien Paris est toujours Paris que Luciano Emmer a tourné juste après Dimanche d’août. Il s’agit d’une amusante comédie qui nous montre le Paris de 1951 à travers les yeux d’un groupe de touristes italiens venus soutenir leur équipe de football nationale. C’est un film choral avec de nombreux personnages. On remarque la présence du (encore quasi débutant) Marcello Mastroianni et surtout du grand Henri Alekan derrière la caméra.

L’appel au financement participatif est de 12 000 € et se termine le 11 février 2017.
C’est ici : https://www.celluloid-angels.com

Acteurs: Aldo Fabrizi, Henri Guisol, Ave Ninchi, Jeannette Batti, Hélène Rémy, Henri Génès, Marcello Mastroianni, Lucia Bosé, Carlo Sposito, Giuseppe Porelli, Janine Marsay, Galeazzo Benti, Paolo Panelli, Franco Interlenghi, Yves Montand
Voir la fiche du film et la filmographie de Luciano Emmer sur le site imdb.com.



Communiqué de la Société Cinématographique Lyre :

Notre Société travaille dans le cinéma depuis 1952 et est toujours indépendante. Aujourd’hui, nous cherchons à restaurer un film de 1951, « Paris est toujours Paris », qui suit un groupe de supporters italiens dans sa découverte de la capitale.

Réalisé à Paris par Luciano Emmer, photographié par le grand Henri Alekan, avec de merveilleux acteurs italiens ou français (dont Marcello Mastroianni), il montre même un tout jeune Yves Montand qui y chante, notamment, « Les feuilles mortes ».

Le tout est une petite pépite de bonheur, pétillante et drôle, qui nous fait découvrir ce Paris de 1951 dont on voit qu’il oscille entre la pauvreté de l’immédiat après-guerre et la prospérité des trente Glorieuses à venir.

Notre projet est d’entreprendre la restauration (donc la numérisation et la restauration digitale de l’image et du son) de ce film afin de le faire découvrir au public d’aujourd’hui, et pour ce faire, nous avons lancé une opération de crowd-funding sur le site : https://www.celluloid-angels.com/movie/paris-est-toujours-paris

Nous aimerions mener à bien notre restauration :
– avant qu’Hélène Rémy, une des actrices du film aujourd’hui âgée de 85 ans et avec un début d’Alzheimer, ne perde toute sa mémoire et ne puisse goûter aux réactions du public. Qui seront positives, nous n’en doutons pas, car tous ceux qui ont vu le film en sont ressortis enchantés, et énergisés ! 🙂
– et aussi avant l’anniversaire de Venantino Venantini, le « Pascal » des TONTONS FLINGUEURS, qui fêtera en avril prochain ses 88 ans et qui a généreusement accepté de parrainer notre campagne.

Nous avons fixé notre objectif de campagne à 12 000 euros : ceci nous permettra de démarrer les travaux. L’atteindre serait merveilleux, le dépasser serait magique. Or notre campagne entre dans sa dernière ligne droite (moins de 15 jours) et nous sommes encore loin du but… MAIS nous avons bon espoir que, grâce à votre aide, si vous acceptez de relayer cette information auprès de toutes les personnes de votre réseau, nous puissions y parvenir!

Afin que les gens intéressés puissent se faire une meilleure idée du film, voici un article paru le 25 janvier dans le Figaro-on-line dans lequel figurent deux extraits.

Patricia Barsanti
Société Cinématographique Lyre (Paris)

29 janvier 2018

Rue de l’Estrapade (1953) de Jacques Becker

Rue de l'EstrapadeFrançoise (Anne Vernon) est une jeune femme pleine de vie et très amoureuse de son mari Henri (Louis Jourdan), pilote automobile, mais lorsqu’elle découvre qu’il a une liaison avec une jeune femme-mannequin, elle fait aussitôt ses valises et part louer une chambre sous les toits… Le succès d’Edouard et Caroline a incité Jacques Becker à tourner, non pas une suite, mais une autre comédie dans le même esprit, avec la même équipe. Le scénario de Rue de l’Estrapade est donc signé de nouveau par la très jeune (et belge) Anne Wademant. Il est assez conventionnel en apparence mais résolument moderne dans les détails. Nous retrouvons aussi le couple d’acteurs formé par Anne Vernon et Daniel Gelin, à ceci près que ce dernier n’a pas le premier rôle masculin donné à Louis Jourdan. Dans cette histoire de couple en crise, les hommes ne sont pas montrés sous leur meilleur jour alors que le personnage féminin fait preuve d’une liberté et d’une modernité rares pour l’époque. Il insuffle aussi beaucoup de fraîcheur à l’ensemble. Anne Vernon a une belle présence à l’écran. Le film est d’une grande perfection formelle et la mise en scène de Jacques Becker est élégante. Ce n’est certes pas son meilleur film mais il n’en est pas moins d’un haut niveau.
Elle: 3 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Daniel Gélin, Louis Jourdan, Anne Vernon, Jean Servais, Micheline Dax
Voir la fiche du film et la filmographie de Jacques Becker sur le site IMDB.

Voir les autres films de Jacques Becker chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Jacques Becker

Rue de l'estrapade
Anne Vernon et Louis Jourdan dans Rue de l’Estrapade de Jacques Becker.

rue de l'Estrapade
Superbe regard caméra : nous sommes à la place du miroir dans lequel se regarde Anne Vernon qui essaie une robe chez un couturier. Lucienne Legrand et Anne Vernon dans Rue de l’Estrapade de Jacques Becker.

Rue de l'estrapade
Daniel Gélin Anne Vernon dans Rue de l’Estrapade de Jacques Becker. Daniel Gélin n’apparaît qu’après 45 minutes.

Remarque :
* Rue de l’Estrapade est le premier film avec une chanson de George Brassens, Le Parapluie, chantée ici par Daniel Gélin. Brassens débutait alors, non sans difficulté, sa carrière. Éditée sur disque en même temps que la sortie du film en salle, cette chanson sera distinguée par l’Académie Charles-Cros l’année suivante en obtenant le Grand Prix du disque 1954.

Rue de l'Estrapade
Quand il s’agit de faire de superbes gros plans, Jacques Becker n’est pas manchot ! Daniel Gélin dans Rue de l’Estrapade de Jacques Becker.

Rue de l'Estrapade
Jean Servais dans Rue de l’Estrapade de Jacques Becker. Et paf! un autre regard-caméra : cette fois, nous sommes à la place d’Anne Vernon qui s’avance vers l’énigmatique (et, chose très rare pour le cinéma de cette époque, bisexuel) couturier.

Remarque :
* La rue de l’Estrapade existe bel et bien à Paris dans le 5e arrondissement. Le numéro 7 est bien face au lycée Henri IV. A noter que cette rue doit son nom à un supplice (assez horrible) nommé l’estrapade, qui était infligé à cet endroit au XVIIIe siècle. Est-ce sa proximité sonore avec « escapade » qui a poussé Jacques Becker à choisir ce nom ? (l’estrapade devenant ainsi une escapade ratée…)

27 janvier 2018

Bedside (1934) de Robert Florey

BedsideBob Brown est assistant-radiologiste. Il ne lui manque qu’une année d’études pour pouvoir être médecin mais, pris par le démon du jeu, n’a plus l’argent nécessaire. Il a même perdu ainsi l’argent que Caroline, une collègue infirmière amoureuse de lui, lui avait prêté pour aller étudier à Chicago. Il va néanmoins trouver un subterfuge pour éviter de lui avouer la vérité…
Réalisé par Robert Florey, Bedside est un de ces films tournés rapidement du milieu des années trente. L’histoire met en relief les dangers de l’utilisation des techniques de la publicité dans le monde de la médecine : bien conseillé et pris en main par un agent, un charlatan peut ainsi acquérir une réputation et une belle (et riche) clientèle. Il est difficile de détecter aujourd’hui jusqu’à quel point cette histoire est crédible (le critique du New York Times de l’époque ne semble toutefois pas la trouver irréaliste). Si le film manque d’impact, ce n’est pas du fait de ses acteurs qui font une bonne prestation, mais plutôt du fait du scénario qui se montre assez terne. Certaines scènes qui auraient pu être fortes sont expédiées en quelques secondes et l’épilogue paraît un peu saugrenu.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Warren William, Jean Muir, Allen Jenkins, David Landau, Donald Meek
Voir la fiche du film et la filmographie de Robert Florey sur le site IMDB.

Voir les autres films de Robert Florey chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Robert Florey est très réputé pour ses écrits sur Hollywood :
Voir les livres écrits par Robert Florey

Bedside
Warren William, Donald Meek et Jean Muir dans Bedside de Robert Florey.

Bedside
Warren William et Jean Muir dans Bedside de Robert Florey.

25 janvier 2018

Le Bon, la Brute et le Cinglé (2008) de Kim Jee-woon

Titre original : « 좋은 놈, 나쁜 놈, 이상한 놈 (Jo-eun nom, nappeun nom, isanghan nom) »

Le Bon, la brute et le cingléDans les années 30 en Mandchourie, la Brute est chargé de récupérer une carte précieuse auprès d’un dignitaire japonais mais il se fait doubler par le Cinglé qui pillait le train qui le transportait. Ce dernier a alors tous les voyous et autres gangsters à ses trousses, tout comme le Bon qui désire le capturer pour toucher la prime…
Le titre évoque bien évidemment le film de Sergio Leone Le Bon, la Brute et le Truand mais ce film coréen, écrit et réalisé par Kim Jee-won, va au-delà du simple pastiche ou de la copie. C’est un véritable feu d’artifice visuel et chorégraphique avec de multiples situations et intrigues secondaires, et aussi une bonne dose d’humour, insufflée par le caractère enfantin du personnage du Cinglé interprété par Song Kang-ho, grande star en son pays. La photographie est très belle, avec des couleurs éclatantes et Kim Jee-won utilise parfaitement les grandes étendues mandchoues pour reconstituer une atmosphère de western. Le nombre de macchabées semés en chemin est certes plutôt impressionnant mais rien n’est sérieux ici : ce western asiatique est avant tout un grand divertissement. Il est étonnamment réussi.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Song Kang-ho, Lee Byung-hun, Jung Woo-sung
Voir la fiche du film et la filmographie de Kim Jee-woon sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Le Bon la Brute et le Cinglé
Le Bon : Jung Woo-sung dans Le Bon, la brute et le cinglé de Kim Jee-woon.

Le Bon, la brute et le Cinglé
La Brute : Lee Byung-hun dans Le Bon, la brute et le cinglé de Kim Jee-woon.

Le Bon, la brute et le cinglé
Le Cinglé : Song Kang-ho dans Le Bon, la brute et le cinglé de Kim Jee-woon.

Le Bon, la brute et le cinglé
Comme dans le film de Leone, nous avons droit à un final sur un magistral Mexican Standoff (« impasse mexicaine » in french) dans  Le Bon, la brute et le cinglé de Kim Jee-woon.

23 janvier 2018

Back Home (2015) de Joachim Trier

Titre original : « Louder Than Bombs »

Back HomeAlors que se prépare une exposition consacrée à la photographe de guerre Isabelle Reed trois ans après sa mort, son mari et ses deux fils vont devoir se rapprocher pour parler des circonstances de sa mort… Ecrits par les norvégiens Eskil Vogt et Joachim Trier, Back Home nous plonge au sein d’une famille marquée par la disparition récente de la mère, célèbre photographe souvent absente. Joachim Trier l’a tourné aux Etats-Unis, en anglais (mais la production est norvégienne et européenne). Le cinéaste montre une grande délicatesse dans son approche, aidé, il est vrai, par la très grande qualité de l’interprétation. On pourra lui reprocher un certain étirement et la focalisation sur l’incommunicabilité et les difficultés de l’adolescence. Back Home est plutôt moins enthousiasmant que son précédent film Oslo, 31 août, mais montre néanmoins que Joachim Trier est un cinéaste intéressant à suivre.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Gabriel Byrne, Isabelle Huppert, Jesse Eisenberg, Devin Druid, Amy Ryan
Voir la fiche du film et la filmographie de Joachim Trier sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Joachim Trier chroniqués sur ce blog…

Back home
Isabelle Huppert et Gabriel Byrne dans Back Home de Joachim Trier.

Back home
Jesse Eisenberg et Devin Druid dans Back Home de Joachim Trier.

Remarques :
* Le film a été présenté à Cannes sous le titre « Plus fort que les bombes » mais le titre français a été changé pour sa sortie effective, un mois après les attentats du 13 novembre 2015.
* Si le personnage d’Isabelle Reed est fictif, le film utilise des photographies réelles prises par des photographes de guerre, notamment la française Alexandra Boulat qui est décédée en 2007 à l’âge de 45 ans (rupture d’anévrisme).

Back home
La photographe Alexandra Boulat dont certains clichés sont visibles dans Back Home de Joachim Trier.

21 janvier 2018

Micki et Maude (1984) de Blake Edwards

Titre original : « Micki + Maude »

Micki & MaudeReporter vedette d’une chaîne de télévision, Rob est marié depuis sept ans à Micki, brillante avocate qui repousse le moment d’avoir un enfant, au grand désespoir de Rob. Lors d’un reportage, il rencontre Maude, une jeune violoncelliste, qu’il fréquente régulièrement. Quelques mois plus tard Maud lui apprend qu’elle est enceinte…
Sur un scénario original écrit par Jonathan Reynolds, Micki & Maude est une comédie qui exploite les ressorts comiques de la bigamie : Rob va devoir jongler de façon de plus en plus frénétique entre ses deux épouses. Il n’y a hélas rien d’inattendu dans le déroulement de cette histoire dont on peut prédire à l’avance les évènements. Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas des scènes amusantes mais l’ensemble paraît bien long.
Elle: 1 étoile
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Dudley Moore, Amy Irving, Ann Reinking, Richard Mulligan
Voir la fiche du film et la filmographie de Blake Edwards sur le site IMDB.

Voir les autres films de Blake Edwards chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Blake Edwards

Micki et Maude
Dudley Moore et Amy Irving (Maude) dans Micki & Maude de Blake Edwards.

Micki et Maude
Ann Reinking (Micki) et Dudley Moore dans Micki & Maude de Blake Edwards.

21 janvier 2018

La Madone des sleepings (1955) de Henri Diamant-Berger

La Madone des sleepingsLady Diana Wyndham est une riche et belle veuve dont les multiples aventures sont à la une des journaux populaires. Elle ne se déplace qu’en train, dans un wagon particulier, ce qui lui vaut d’être appelée La Madone des sleepings. Ses terres en Amérique centrale recèlent des gisements d’uranium qui sont convoités par plusieurs puissances étrangères…
La Madone des sleepings fut tout d’abord un roman best-seller de Maurice Dekobra en 1925 que Pathé a aussitôt porté à l’écran en muet, puis une seconde fois vingt-cinq ans plus tard dans cette version signée Henri Diamant-Berger, alors âgé de 83 ans. Le roman possède certainement des qualités mais il est bien difficile d’en trouver une seule dans ce film très plat, aux personnages inconsistants et mal interprétés. C’est assez épouvantable.  Erich von Stroheim n’a qu’un petit rôle. Le voir  échouer dans une production si insipide est attristant, d’autant plus qu’il s’agit de son dernier film.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Giselle Pascal, Jean Gaven, Philippe Mareuil, Erich von Stroheim, Jacques Jouanneau
Voir la fiche du film et la filmographie de Henri Diamant-Berger sur le site IMDB.

Voir les autres films de Henri Diamant-Berger chroniqués sur ce blog…

La Madone des sleepings
( de g. à dr.) Jacques Jouanneau, Jean Gaven, Giselle Pascal, Philippe Mareuil et Katherine Kath dans La Madone des sleepings de Henri Diamant-Berger.

Remarques :
* Précédente adaptation :
La Madone des sleepings de Marco de Gastyne et Maurice Gleize (1928) avec Claude France.

* Maurice Dekobra est un auteur de romans populaires, faciles à lire, généralement empreints d’exotisme. Il est également l’auteur de Macao, l’enfer du jeu adapté en 1942 par Jean Delannoy (ne pas confondre avec le Macao de Josef von Sternberg).

19 janvier 2018

Eyes Wide Shut (1999) de Stanley Kubrick

Eyes Wide ShutBill Hartford est un médecin aisé de la haute-société newyorkaise. Avec sa femme Alice, ils se rendent à la fastueuse réception d’un de ses clients. Il n’y connaît personne mais s’aperçoit que le pianiste est un ancien camarade de la faculté de médecine…
Basé sur une nouvelle du viennois Arthur Schnitzler, Traumnovelle (Rien qu’un rêve), datant de 1926 et qu’il suit très fidèlement, Eyes Wide Shut est l’ultime réalisation de Stanley Kubrick qui a hélas trouvé la mort peu après l’avoir achevé. C’est peut-être l’un des ses films les plus sous-estimés, le plus mal compris, assurément. Il a été boudé à sa sortie par les critiques qui attendaient « le film le plus sexy jamais réalisé » et qui furent déconcerté par ce film complexe sur le désir, l’attirance, la place de la sexualité mais aussi sur le couple, la fidélité, la tromperie et même la vérité. Kubrick a depuis longtemps admiré Schnitzler pour sa capacité à appréhender et à comprendre l’âme humaine et il parvient parfaitement à le mettre en images. Kubrick a pris son temps à la fois pour préparer le film et pour le tourner. Il prend aussi son temps pour dérouler cette histoire, une certaine placidité qui donne une grande profondeur à l’ensemble. Le film est aussi d’une grande beauté formelle, la perfection se nichant jusque dans les moindres détails. Eyes Wide Shut est certainement la plus belle interprétation de Tom Cruise et aussi de Nicole Kidman qui étaient alors mari et femme (Kubrick voulait absolument un couple d’acteurs). C’est un film dont on découvre la richesse à chaque nouvelle vision.
Elle: 5 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Tom Cruise, Nicole Kidman, Sydney Pollack, Todd Field
Voir la fiche du film et la filmographie de Stanley Kubrick sur le site IMDB.

Voir les autres films de Stanley Kubrick chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Stanley Kubrick

Eyes Wide Shut
Tom Cruise et Nicole Kidman dans Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick.

Eyes Wide Shut
Aucun projecteur classique n’a été utilisé dans la scène du bal de Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick.

Remarques :
* Eyes Wide Shut a été tourné par Kubrick en format 4:3.
* Une fois le film terminé, Kubrick a déclaré qu’il considérait Eyes Wide Shut comme sa plus belle réalisation.
* La nouvelle d’Arthur Schnitzler, Traumnovelle, avait déjà inspiré le film La Ronde de Max Ophüls en 1950.
* Michel Chion replace très justement Eyes Wide Shut dans la lignée des « comédies du remariage » (comédies screwballs) des années trente. On pourrait dire que c’en est une variante philosophique…
* Seulement quelques plans sans acteur ont été tournés à New York, les rues de la Big Apple ont été reconstitués en studio. Dans quelques plans, Tom Cruise marche sur un tapis roulant.
* Kubrick a utilisé un type très spécial de pellicule Kodak (qui n’était plus fabriqué) dont il fait prolonger les temps de développement : cela lui permet de tourner en basse lumière.
* Caméo : Kubrick apparaît dans la scène du cabaret où joue le pianiste : il est l’un des clients à l’arrière-plan (visible lorsque le serveur apporte la commande).
* Pour éviter d’être classé X, des caches ont été rajoutés aux Etats-Unis dans les scènes d’orgie sous la forme de quelques personnages vus de dos qui masquent « l’action ». Le contrat signé par Kubrick permettait à la Warner de faire cela : il portait sur un film classé R (restricted = interdit aux moins de 17 ans non accompagnés) mais pas X (interdiction totale aux mineurs).

Eyes Wide Shut

Eyes Wide Shut
Tom Cruise dans Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick.

A propos de l’adaptation :
Le scénario du film est très proche de la nouvelle d’Arthur Schnitzler. En fait, seul le personnage de Ziegler (Sydney Pollack) a été ajouté ainsi que la scène du bal au début du film (dans la nouvelle, le bal n’est qu’évoqué par la femme, plus tard). Même, les dialogues sont souvent ceux écrits par le viennois en 1925. La scène de l’orgie reprend le décorum et les habillements décrits dans la nouvelle, ce qui explique son décalage apparent avec notre monde actuel. Certaines scènes ont été tournées mais écartées au montage (notamment une scène heureuse du couple canotant sur un lac, certaines photos de tournage la montrent). L’empreinte de Freud était déjà très présente dans la nouvelle et Kubrick l’a encore renforcée.

Eyes Wide Shut
Tom Cruise dans un superbe plan de  Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick.

Eyes Wide Shot
Sydney Pollack et Nicole Kidman dans Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick.

Eyes Wide Shut
Tom Cruise et Nicole Kidman dans Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick.

18 janvier 2018

Belles mais pauvres (1957) de Dino Risi

Titre original : « Belle ma povere »
Autre titre français : « Beaux mais pauvres »

Belles mais pauvresRomolo et Salvatore sont comme fiancés à Marisa et Anna-Maria, tous quatre amis d’enfance. Mais pour se marier, ils doivent gagner leur vie…
Issu de la première période Dino Risi, celle où il cherchait encore son style, Belles mais pauvres est la suite de Pauvres mais beaux qui avait connu un grand succès quelques mois plus tôt. Par rapport à son prédécesseur, ce deuxième volet se révèle beaucoup moins complet : la peinture sociale est mise en retrait pour se focaliser sur la comédie pure et sur l’immaturité des deux jeunes garçons. On pourra toutefois y voir un portrait du mâle italien, montré particulièrement machiste et conservateur, et aussi les difficultés d’une modernisation économique au travers de l’exemple d’une formation professionnelle accélérée assez pittoresque. Le film traîne en longueur dans sa seconde moitié et l’ensemble est bien en deçà du premier volet.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Marisa Allasio, Maurizio Arena, Renato Salvatori, Lorella De Luca, Alessandra Panaro
Voir la fiche du film et la filmographie de Dino Risi sur le site IMDB.

Voir les autres films de Dino Risi chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Dino Risi

Belles mais pauvres
Renato Salvatori, Lorella De Luca et Alessandra Panaro dans Belles mais pauvres de Dino Risi.

Les 3 films sur les déboires de Romolo et Salvatore, réalisés par Dino Risi :
1. Pauvres mais beaux (Poveri ma belli, 1957)
2. Belles mais pauvres (Belle ma povere, 1957)
3. Pauvres millionaires (Poveri milionari, 1959)