7 mai 2020

Une Anglaise romantique (1975) de Joseph Losey

Titre original : « The Romantic Englishwoman »

Une Anglaise romantique (The Romantic Englishwoman)Mariée à écrivain à succès, l’anglaise Elizabeth fait une petite escapade en Allemagne pour se ressourcer. A Baden-Baden, elle fait la rencontre fugitive de Thomas, un jeune gigolo qui se fait passer pour un poète. Celui-ci la rejoint en Angleterre et réussit à se faire inviter par Lewis, le mari d’Elizabeth…
Une Anglaise romantique est adapté d’un roman de Thomas Wiseman. Il s’agit d’un regard sur la bourgeoisie intellectuelle anglaise où les personnages ont toutes les peines à saisir les causes de l’insatisfaction qu’ils ressentent dans leur vie de couple. L’arrivée d’un troisième élément va être à la fois un révélateur et un perturbateur. De plus, le mari-écrivain mêle fiction, fantasme et réalité ce qui ne fait qu’accroître sa confusion. On ne peut dire que le propos soit très éclairant sur un sujet qui a été abordé de nombreuses fois par ailleurs. Toutefois, un film de Losey, même mineur, reste toujours intéressant par l’atmosphère, cette  tonalité particulière des dialogues, le soin dans la mise en scène ou encore la qualité de l’interprétation.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Glenda Jackson, Michael Caine, Helmut Berger, Michael Lonsdale, Béatrice Romand, Kate Nelligan, Nathalie Delon
Voir la fiche du film et la filmographie de Joseph Losey sur le site IMDB.

Voir les autres films de Joseph Losey chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Joseph Losey

Une Anglaise romantique (The Romantic Englishwoman)Glenda Jackson et Michael Caine dans Une Anglaise romantique (The Romantic Englishwoman) de Joseph Losey.

Une Anglaise romantique (The Romantic Englishwoman)Michael Caine et Helmut Berger dans Une Anglaise romantique (The Romantic Englishwoman) de Joseph Losey.

3 mai 2020

The Party (2017) de Sally Potter

The PartyA Londres, Janet (Kristin Scott Thomas) vient d’être nommée ministre de la santé, l’aboutissement de toute une carrière. Elle réunit avec son époux Bill quelques amis proches. Mais la soirée va prendre un tournant inattendu…
Ecrit et réalisée par Sally Potter, The Party est une comédie grinçante où la politique tient une place d’importance. La politique a, directement ou indirectement, modelé la vie des personnages à des degrés divers et également leurs relations entre eux. Très ancrés dans leurs convictions, ils ont souvent accordé moins d’importance à leurs vies personnelles qui vont remonter brutalement à la surface. La situation ne cesse d’empirer au cours de la soirée, personne ne sortira indemne. Très british dans son esprit, l’humour est particulièrement mordant. Au passage, Sally Potter se livre à une critique acide de l’Angleterre travailliste (sauf un, tous ses personnages se situent très à gauche). L’image est en noir et blanc pour se placer dans l’héritage du cinéma britannique des années 1960. L’ensemble est enlevé, court (71 minutes) et très amusant.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Timothy Spall, Kristin Scott Thomas, Patricia Clarkson, Bruno Ganz, Cherry Jones, Emily Mortimer, Cillian Murphy
Voir la fiche du film et la filmographie de Sally Potter sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

The PartyDès la première image (qui nous montre l’épilogue), nous savons que tout cela va mal se terminer…
Kristin Scott Thomas dans The Party de Sally Potter.

The PartyTimothy Spall, Cillian Murphy, Emily Mortimer et Patricia Clarkson dans The Party de Sally Potter.

The PartyBruno Ganz dans The Party de Sally Potter.

Remarque :
* Hormis le titre, le film n’a rien en commun avec le film de Blake Edwards de 1968.

20 avril 2020

Voyage à deux (1967) de Stanley Donen

Titre original : « Two for the Road »

Voyage à deux (Two for the Road)Après douze ans de mariage, Joanna et Mark forment un « vieux » couple. Lassés, se disputant de plus en plus, ils songent au divorce. En voyage sur la Côte d’Azur, ils se remémorent plusieurs de leurs voyages passés…
Sur un scénario de Frederic Raphael, Two for the Road nous montre le lent délitement d’un couple. Il mêle les récits de plusieurs voyages successifs que le couple a faits au même endroit depuis qu’ils se connaissent. La construction est très originale car elle ne repose pas sur des flashbacks formalisés ; nous sautons brusquement d’une période à l’autre soit du fait du lieu (ils sont passés au même endroit lors d’un voyage précédent), soit du fait d’une similitude de situation. Il arrive même que les personnages d’une période voient passer devant eux les personnages d’un autre voyage! Le principal indice pour savoir à quelle période nous sommes est le moyen de locomotion (qui va de l’auto-stop au luxueux coupé Mercedes), et accessoirement les habits que porte Joanna (qui vont du plus simple au Paco Rabanne). Il faut avouer que ce type de construction est plus amusant que pratique pour discerner l’évolution de leur relation. Il permet toutefois d’évoquer, de façon un peu pêle-mêle, un ensemble de bons souvenirs qui vient contrebalancer la forte amertume qui marque leur vie actuelle. La vision sur le mariage n’a finalement rien de bien original mais le film est plaisant  du fait de ses constantes surprises. Bonne interprétation d’Albert Finney (devenu particulièrement amer et odieux) et d’Audrey Hepburn.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Audrey Hepburn, Albert Finney, Eleanor Bron, William Daniels, Claude Dauphin, Georges Descrières, Jacqueline Bisset
Voir la fiche du film et la filmographie de Stanley Donen sur le site IMDB.

Voir les autres films de Stanley Donen chroniqués sur ce blog…

Voyage à deux (Two for the Road)Albert Finney et Audrey Hepburn dans Voyage à deux (Two for the Road) de Stanley Donen.

18 avril 2020

La Lutte des classes (2019) de Michel Leclerc

La Lutte des classesSofia et Paul emménagent dans une petite maison de banlieue. Sofia est avocate d’origine magrébine, et Paul est batteur punk-rock d’un groupe sans ambition et anar dans l’âme. Lorsque tous les copains de leur fils partent de l’école publique pour l’institution catholique proche, ils tiennent par principe à rester fidèles à l’école républicaine…
Ecrit par Michel Leclerc et Baya Kasmi, La Lutte des classes est une comédie basée sur des questions bien réelles que certains spectateurs se sont certainement posées. L’idée de Michel Leclerc dans plusieurs de ses films est de mettre en évidence les contradictions des « gens de gauche » et de la difficulté de chacun à concilier ses idées avec la réalité. Le problème dans sa démarche est qu’il grossit le trait et ses personnages paraissent souvent bien trop caricaturaux. On peut se focaliser sur les clichés et autres lieux communs qui parsèment le film mais le propos soulève néanmoins indirectement de vraies questions, autant sociales que philosophiques. Edouard Baer campe merveilleusement un personnage qui provoque aussi bien l’hilarité que la tendresse, un personnage que son aveuglement rend désemparé. Malgré des faiblesses dans la seconde moitié du film, l’ensemble reste assez amusant.
Elle: 2 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Leïla Bekhti, Edouard Baer, Ramzy Bedia, Tom Lévy
Voir la fiche du film et la filmographie de Michel Leclerc sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Michel Leclerc chroniqués sur ce blog…
La Lutte des classesEdouard Baer et Leïla Bekhti dans La Lutte des classes de Michel Leclerc.

23 janvier 2020

Soleil battant (2017) de Clara Laperrousaz et Laura Laperrousaz

Soleil battantIris et Gabriel reviennent dans une maison de famille au Portugal pour passer l’été avec leurs jumelles Emma et Zoé qui ont 6 ans. En découvrant la photo d’une petite fille inconnue, puis une poupée, Emma questionne sa maman qui lui dévoile alors un lourd secret…
Les deux sœurs Clara et Laura Laperrousaz ont écrit et réalisé Soleil battant, un film lumineux sur un sujet douloureux. Une grande place est donnée à la vision des enfants, deux jumelles admirablement interprétées et vraiment adorables. Les deux réalisatrices ont cherché la spontanéité des enfants, évitant de leur faire apprendre du texte et le résultat est ainsi d’un grand naturel. La photographie est superbe, les grands espaces du Portugal sont filmés à la manière des westerns avec un beau travail sur les accords de couleurs. Il faut aussi mentionner la musique de Giani Caserotto dont la guitare langoureuse semble entrer en fusion avec ces vastes étendues. La seule ombre au tableau se situerait plutôt du côté du scénario, qui semble parfois tourner en rond et appuie un peu trop quelques effets ou symboles. Mais au final, Soleil battant apparaît comme un film assez remarquable.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Ana Girardot, Clément Roussier, Océane Le Caoussin, Margaux Le Caoussin, Agathe Bonitzer
Voir la fiche du film et la filmographie de Clara Laperrousaz et Laura Laperrousaz sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Soleil battantAna Girardot, Margaux et Océane Le Caoussin et Clément Roussier dans Soleil battant de Clara et Laura Laperrousaz.

Soleil battantMargaux Le Caoussin et Océane Le Caoussin dans Soleil battant de Clara et Laura Laperrousaz.

2 janvier 2020

L’Amour flou (2018) de Romane Bohringer et Philippe Rebbot

L'amour flouAprès dix ans de vie commune et deux enfants, Romane et Philippe envisagent de se séparer. Comme ils ne sont pas très surs de vouloir tout casser, ils décident de déménager dans deux appartements contigus, communiquant par la chambre de leurs enfants…
L’amour flou est la vraie histoire du couple Romane Bohringer et Philippe Rebbot. Même si elle est plus rare au cinéma qu’en littérature, l’autofiction est un genre prisé des acteurs/réalisateurs qui ont souvent ce petit travers narcissique. Ils  ont eu l’idée d’en faire un film qu’ils contrôlent entièrement, sans aucune contrainte. Ils se sont donc filmés, ont fait jouer leurs familles et certains personnages (par exemple le promoteur immobilier) jouent leur propre rôle. Si l’observation des voies alternatives n’est jamais inintéressant, le manque de rigueur dans l’écriture plombe le film. La comédie est un genre exigeant et l’humour ne fonctionne ici pas très bien, les bonnes idées sont très mal exploitées. De plus, les acteurs surjouent la plupart du temps, y compris Romane Bohringer. L’amour flou a toutefois connu un certain succès, autant auprès de la critique que du public qui semble l’avoir trouvé sympathique.
Elle: 2 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Romane Bohringer, Philippe Rebbot
Voir la fiche du film et la filmographie de Romane Bohringer et Philippe Rebbot sur le site IMDB.

L'amour flouPhilippe Rebbot et Romane Bohringer dans L’amour flou de Romane Bohringer et Philippe Rebbot.

7 décembre 2019

My Lady (2017) de Richard Eyre

Titre original : « The Children Act »

My Lady (The Children Act)Fiona Maye est juge aux affaires familiales à la Haute Cour de justice d’Angleterre. Accaparée par son métier, elle délaisse son mari qui lui annonce qu’il va la tromper. Dans le même temps, elle doit décider si elle autorise la réalisation d’une transfusion sanguine à un adolescent de 17 ans hospitalisé pour une grave leucémie. Les parents sont des témoins de Jéhovah farouchement opposés à cette intervention nécessaire pour qu’il ait la vie sauve…
Le romancier anglais Ian McEwan a lui-même écrit l’adaptation de son roman L’Intérêt de l’enfant publié en 2014. Le récit est mené assez délicatement par Richard Eyre sans effets ni dramatisation excessive. Emma Thompson donne au film toute son intensité, exprimant de façon harmonieuse puissance et faculté d’écoute et nous laisse percevoir toute la force d’une éthique sous-jacente. Face à elle, la passion perturbatrice et mal définie du jeune et ardent Fionn Whitehead offre un beau contraste. My Lady est un film qui n’est pas spectaculaire mais qui enchante par la qualité du récit et de l’interprétation.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Emma Thompson, Stanley Tucci, Fionn Whitehead, Jason Watkins
Voir la fiche du film et la filmographie de Richard Eyre sur le site IMDB.

Voir les autres films de Richard Eyre chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Le titre original The Children Act (qui est aussi le titre original du roman) fait référence à la loi de 1989 qui a révolutionné le droit de l’enfance en plaçant l’intérêt de l’enfant au-dessus de toute considération, dans le cas d’un conflit familial.
* La production a eu le droit très rarement accordé de filmer à l’entrée et dans le grand hall de la Cour royale de justice (Royal Courts of Justice), imposant édifice de l’époque victorienne, situé sur le Strand dans la cité de Westminster à Londres.

 My Lady (The Children Act)Fionn Whitehead et Emma Thompson dans My Lady (The Children Act) de Richard Eyre.

 My Lady (The Children Act)Emma Thompson et Stanley Tucci dans My Lady (The Children Act) de Richard Eyre.

26 novembre 2019

Nos batailles (2018) de Guillaume Senez

Nos bataillesOlivier est marié avec Laura. Il est chef d’équipe dans le vaste dépôt d’une entreprise de vente en ligne où il fait tout pour défendre les salariés qu’il supervise. Un jour, sa femme quitte le domicile sans rien dire, le laissant seul face à ses deux enfants…
Coécrit par Guillaume Senez et Raphaëlle Valbrune-Desplechin (sœur d’Arnaud Desplechin), Nos batailles est le deuxième long métrage de ce réalisateur franco-belge. Son personnage principal se retrouve soudainement dans une situation de rupture et doit batailler pour trouver un nouvel équilibre entre son investissement personnel dans le domaine professionnel et ses imépratifs familiaux. Le cinéaste n’a pas donné de dialogues aux acteurs qui doivent les improviser et les peaufiner au cours des différentes prises. Même si le prix à payer est d’avoir des dialogues moins travaillés, cette technique donne beaucoup de naturel et d’authenticité, et nous place plus près des personnages. Romain Duris est assez remarquable, loin de ses rôles simples de séducteur où il ne peut montrer autant de qualité. Nos batailles est un beau film qui réussit à mêler étroitement drame intime et drame social.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Romain Duris, Lucie Debay, Laure Calamy, Laetitia Dosch
Voir la fiche du film et la filmographie de Guillaume Senez sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Nos batailles
Romain Duris, Lena Girard Voss et Basile Grunberger dans Nos batailles de Guillaume Senez.

Nos bataillesRomain Duris et Laetitia Dosch dans Nos batailles de Guillaume Senez.

23 août 2019

Foxtrot (2017) de Samuel Maoz

FoxtrotUne famille israélienne doit affronter une terrible nouvelle à propos de leur fils en poste sur un check-point isolé…
Foxtrot est le second long métrage du réalisateur israélien Samuel Maoz qui en a écrit le scénario. Contrairement à son film précédent Lebanon, cette histoire n’est pas autobiographique. Le réalisateur porte un regard sur son pays et surtout sur la  présence toujours forte de la Shoah dans la mémoire collective. Ainsi, certaines circonstances vont révéler des fêlures, des faiblesses profondes qui trouvent leurs origines dans ce « legs » lourd et générateur de culpabilité. La forme est originale, surtout par les cadrages et le placement de la caméra : le plus spectaculaire sont ces vues de haut, à la verticale, qui donne le sentiment que les personnages sont de petits pions sur un vaste échiquier. Dans la partie dans le désert, le cinéaste utilise des éléments oniriques ou surréalistes pour souligner l’absurdité de la situation. Finalement, il joue plus avec la forme qu’il n’étoffe son contenu, c’est sans doute le reproche que l’on peut lui faire mais son film mérite d’être remarqué.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Lior Ashkenazi, Sarah Adler, Yonaton Shiray
Voir la fiche du film et la filmographie de Samuel Maoz sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarque :
* La ministre israélienne de la Culture, Miri Regev, a fortement critiqué le film en proclamant qu’il donnait une mauvaise image de l’armée israélienne. Comme souvent en pareil cas, ces attaques ont apporté au film une publicité inespérée et Foxtrot a connu un fort succès commercial en Israël.

FoxtrotLior Ashkenazi et Sarah Adler dans Foxtrot de Samuel Maoz.

FoxtrotLior Ashkenazi dans Foxtrot de Samuel Maoz.

11 juillet 2019

Thunder Road (2018) de Jim Cummings

Thunder RoadA l’enterrement de sa mère, le policier Jimmy Arnaud prend la parole pour lui rendre hommage mais il a beaucoup de mal à se contrôler…
Thunder Road débute par ce long monologue qui évolue d’une façon pour le moins inattendue. Cette séquence de plus de dix minutes était au départ un court-métrage du comédien-réalisateur Jim Cummings qui avait été récompensé du grand prix du festival de Sundance en 2016. Il en a prolongé l’histoire et étoffé son personnage qui doit, outre le décès de sa mère, affronter la séparation de sa femme et même plus encore. Son effondrement psychologique est dû en grande partie à un grave problème pour gérer ses émotions,  qui le met souvent en décalage avec ce qu’il devrait, et surtout voudrait, faire. Le fait qu’il soit imbibé des valeurs traditionnelles de l’Amérique sur l’héroïsme, la virilité, le respect de l’autorité permet d’y voir aussi un portrait de l’Amérique. A moins d’être capable de le regarder avec un œil détaché, Thunder Road peut mettre très mal à l’aise, voire même se révéler assez éprouvant. C’est en tous cas une performance d’acteur, dans le style « habité par son personnage », genre qui fait toujours fureur dans les festivals. Tout atypique qu’il soit, Thunder Road ne déroge toutefois pas à la règle du happy end : l’épilogue paraît bien utopique. Le film a connu un succès certain en France.
Elle: 2 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Jim Cummings, Nican Robinson, Jocelyn DeBoer, Chelsea Edmundson
Voir la fiche du film et la filmographie de Jim Cummings sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

 

Remarques :
* Thunder Road est une chanson de Bruce Sprinsteen, publiée sur son troisième album Born to Run en 1975. C’était la chanson préférée de la défunte mère du policier. Contrairement au court métrage initial, le morceau n’a finalement pas été utilisé, il est juste cité.

* Le film a été tourné en quinze jours avec un budget très réduit, estimé proche de 200 000 dollars et en partie issu d’un crowdfunding.

Thunder RoadJim Cummings dans Thunder Road de Jim Cummings.

Homonyme :
Thunder Road d’Arthur Ripley (1958) avec Robert Mitchum (inédit en France).