25 novembre 2020

Valley of Love (2015) de Guillaume Nicloux

Valley of LoveIsabelle et Gérard, un couple séparé de longue date, se retrouvent dans un hôtel proche de la vallée de la Mort aux États-Unis. Leur fils Michael s’est suicidé six mois auparavant et leur a demandé par lettre de se rendre ensemble dans ce lieu à cette date, promettant de leur apparaître. Malgré l’absurdité de la situation, ils décident de suivre le programme initiatique imaginé par Michael. Chaque jour, ils doivent aller dans l’un des lieux emblématiques de l’endroit…
Ecrit et réalisé par Guillaume Nicloux, Valley of Love est un film assez particulier. Son histoire est assez étrange mais sa petite coloration surnaturelle n’est que secondaire. Le point central, ce sont les retrouvailles de ce couple séparé depuis plus de vingt ans. Sans règlement de comptes, ils font le bilan de leur vie et ont des façons très différentes de faire le deuil de ce fils qu’ils n’ont pas assez connu. Les dialogues sont écrits avec sensibilité et justesse. Il est étonnant de voir une discussion démarrée sur des banalités se terminer sur des réflexions bien plus profondes. Le film est porté par deux très grands acteurs qui se retrouvent pour la première fois depuis 35 ans (1). Guillaume Nicloux entretient une petite ambigüité sur leur proximité avec leurs personnages (mêmes prénoms, même profession d’acteur, perte d’un fils, même lieu de naissance). Il sait exploiter aussi la corpulence de Depardieu en parallèle des chaleurs extrêmes de l’endroit. Un film atypique.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Isabelle Huppert, Gérard Depardieu
Voir la fiche du film et la filmographie de Guillaume Nicloux sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Guillaume Nicloux chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Gérard Depardieu
Voir les livres sur Isabelle Huppert

(1) Isabelle Huppert et Gérard Depardieu n’avaient pas joué ensemble depuis Loulou de Maurice Pialat en 1980, dans lequel ils avaient les deux rôles principaux. Avant cela, il y avait eu Les Valseuses de Bertrand Blier (1974) mais Isabelle Huppert n’y avait qu’une courte scène.

Valley of LoveGérard Depardieu et Isabelle Huppert dans Valley of Love de Guillaume Nicloux.

Valley of LoveGérard Depardieu et Isabelle Huppert dans Valley of Love de Guillaume Nicloux.

15 octobre 2020

La Route sauvage (2017) de Andrew Haigh

Titre original : « Lean on Pete »

La Route sauvage (Lean on Pete)Charley Thompson est un adolescent américain de 15 ans qui vit seul avec un père inconstant et peu présent. Tout juste arrivé dans l’Oregon, il trouve un petit boulot chez un petit éleveur de chevaux de course et se prend d’affection pour « Lean on Pete », un pur-sang en fin de carrière. Il aimerait aussi retrouver sa tante dont il n’a qu’un lointain souvenir…
Réalisé par le britannique Andrew Haigh (son quatrième long métrage), Lean on Pete est adapté d’un roman de l’américain Willy Vlautin, publié en 2010. Si le thème principal est celui du besoin de figure parentale, c’est aussi le portrait d’une Amérique, celle que l’on voit moins, pas toujours très prestigieuse. Tout cela peut sembler un peu convenu mais le réalisateur montre de la délicatesse dans son approche. Et, surtout, l’interprétation rend le film assez remarquable : le jeune Charlie Plummer, âgé de 17 ans au moment du tournage, est de tous les plans et fait preuve d’une grande présence sans effets ni artifices. Steve Buscemi est toujours parfait dans ce type de rôle. Le cinéaste exploite fort bien les étendues des vastes plaines et les grands espaces du Haut Désert de l’Oregon.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Charlie Plummer, Travis Fimmel, Steve Buscemi, Chloë Sevigny
Voir la fiche du film et la filmographie de Andrew Haigh sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Andrew Haigh chroniqués sur ce blog…

La Route sauvage (Lean on Pete)Chloë Sevigny et Charlie Plummer dans La Route sauvage (Lean on Pete) de Andrew Haigh.

La Route sauvage (Lean on Pete)Steve Buscemi dans La Route sauvage (Lean on Pete) de Andrew Haigh.

3 octobre 2020

Le Chardonneret (2019) de John Crowley

Titre original : « The Goldfinch »

Le Chardonneret (The Goldfinch)Theo, un garçon de 13 ans, voit sa vie chamboulée lorsque qu’il survit à un attentat au Metropolitan Museum of Art de New York alors que sa mère a péri dans l’explosion. Recueilli d’abord par une famille bourgeoise amie, Theo tente de construire sa vie alors qu’il est déchiré par la détresse et la culpabilité. Lors de l’attaque meurtrière, un vieil homme mourant lui a confié une bague et lui a demandé de récupérer un tableau intact, Le Chardonneret de Carel Fabritius…
Le Chardonneret est l’adaptation du best-seller de Donna Tart qui a enchanté des millions de lecteurs. C’est une adaptation particulièrement ratée. Le cinéma de John Crowley est sans âme, sans passion et recourt à des effets bien artificiels pour intriguer. La musique notamment semble très souvent inappropriée, tentant vainement de créer une atmosphère. De plus, le film est très long, beaucoup trop long. Le roman était pourtant riche, paraissant taillé sur mesure pour le cinéma. Il est étonnant de constater à quel point toute cette richesse a disparu dans cette plate adaptation.
Elle: 2 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Oakes Fegley, Ansel Elgort, Nicole Kidman, Jeffrey Wright, Finn Wolfhard
Voir la fiche du film et la filmographie de John Crowley sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Le Chardonneret (The Goldfinch)Oakes Fegley et Jeffrey Wright dans Le Chardonneret (The Goldfinch) de John Crowley.

7 septembre 2020

Le Jour des corneilles (2012) de Jean-Christophe Dessaint

Le Jour des corneillesAu cœur d’une grande forêt, le fils Courge grandit en petit sauvage aux côtés de son père, un colosse bourru et tyrannique qui lui interdit de s’aventurer hors de cette forêt. Pourtant, un jour alors que son père est blessé, il va devoir en sortir pour aller chercher de l’aide…
Le Jour des corneilles est un film d’animation issu d’une coproduction entre la France, la Belgique, le Luxembourg et le Canada. Écrit par Amandine Taffin, le scénario est librement inspiré du roman homonyme de Jean-François Beauchemin paru en 2004. Si ce roman était destiné aux adultes, le film l’est plutôt aux enfants, le jeune garçon devenant le narrateur de ce conte fortement teinté de fantasy. Le rythme est enlevé. Le dessin est riche, pictural, il nous immerge totalement dans la nature. Les thèmes abordés sont ceux de l’amour filial, de la découverte et de l’apprentissage ; l’intolérance est fustigée de façon un peu caricaturale. Le jeune garçon évoque aussi bien Tarzan que L’Enfant sauvage. La fin est particulièrement émouvante. Le Jour des corneilles est d’une incontestable beauté formelle.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Jean Reno, Lorànt Deutsch, Isabelle Carré
Voir la fiche du film et la filmographie de Jean-Christophe Dessaint sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarque :
* Claude Chabrol prête sa voix au médecin. Le cinéaste est décédé peu après le doublage du film, soit deux ans avant sa sortie.

Le Jour des corneillesLe Jour des corneilles de Jean-Christophe Dessaint.

Le Jour des corneillesLe Jour des corneilles de Jean-Christophe Dessaint.

1 août 2020

Les Grandes Vacances (1967) de Jean Girault

Les grandes vacancesSon fils Philippe ayant échoué au bac, M. Bosquier décide de l’envoyer étudier en Angleterre. En contrepartie, il accueille Shirley, la fille de Mac Farrel, un distillateur de whisky écossais. Mais Philippe préfère rester en vacances en France et envoie son copain Michonnet à sa place…
L’histoire en elle-même n’est pas l’élément le plus important dans cette comédie burlesque. Elle est surtout là pour engendrer des poursuites rocambolesques avec le maximum de moyens de locomotion différents. Elle doit aussi permettre à Louis de Funès de s’énerver et piquer de grandes colères pour notre plus grand plaisir. Vu aujourd’hui, le film se révèle plutôt amusant. A noter que la scène du repas anglais traduit les forts préjugés de l’époque envers la cuisine anglaise. Enorme succès populaire à sa sortie.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Louis de Funès, Ferdy Mayne, Martine Kelly, Claude Gensac
Voir la fiche du film et la filmographie de Jean Girault sur le site IMDB.

Voir les autres films de Jean Girault chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Louis de Funès

Remarques :
* Le cascadeur Jean Falloux est décédé pendant le tournage de ce film lors d’une cascade aérienne. Il était l’époux de la speakerine Anne-Marie Peysson. Ce film lui est dédié.
* Le fils sage est interprété par le fils de Louis de Funès, Oliver de Funès, qui a tourné dans six films avec lui.
* La scène de la fête des mariages semble trop incroyable pour être inventée. Effectivement, Gretna Green existe bel et bien. Voici ce que nous dit Wikipédia : « Gretna Green est un village du Sud de l’Écosse, célèbre pour la possibilité qu’il offrait aux couples mineurs de s’y marier sans autorisation des parents (…) Gretna Green est l’un des lieux du monde les plus populaires pour se marier. Il s’y célèbre en effet quelque 5 000 mariages chaque année. Sa réputation dans ce domaine a commencé en 1754. »  Etonnant… non ?

Les grandes vacancesLouis de Funès et Maurice Risch dans Les grandes vacances de Jean Girault.

21 juin 2020

Ad Astra (2019) de James Gray

Ad AstraDans un futur proche, de très fortes surcharges électromagnétiques occasionnent des dégâts sur Terre et dans les bases lunaires. La source des ces surcharges serait une station installée près de Neptune par Clifford McBride, héros de la conquête spatiale disparu seize ans auparavant lors de cette mission. Son fils, l’ingénieur et astronaute de la NASA Roy McBride, est envoyé en mission secrète sur la lune pour tenter de le contacter…
James Gray fait ses premiers pas dans l’univers de la science-fiction avec Ad Astra, qu’il a conçu, coécrit (avec Ethan Gross) et réalisé. Son film s’inscrit dans la veine classique du genre tout en ayant une personnalité très forte. Pour simplifier, on pourrait le présenter comme un croisement entre 2001, l’odyssée de l’espace et Apocalypse Now (1), une forme de voyage initiatique en milieu hostile. C’est un très beau film, lent, plutôt introspectif (avec la voix off de Roy qui nous communique ses pensées), suivant une trame narrative forte avec quelques scènes d’action fulgurantes. Au cours du récit pointe la lutte entre le devoir, les aspirations à œuvrer pour le bien de l’humanité et la filiation, l’attachement au père. Les images sont de toute beauté. Brad Pitt est de (presque) tous les plans, l’acteur a également produit le film. Ad Astra ne répond pas aux canons de la science-fiction moderne devenue un sous-genre du film d’action. Est-ce pour cette raison que, malgré de bonnes critiques, le film a été un échec commercial ? Ad Astra est pourtant un film superbe.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Brad Pitt, Tommy Lee Jones, Donald Sutherland, Loren Dean
Voir la fiche du film et la filmographie de James Gray sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de James Gray chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur James Gray

Remarque :
* Ad Astra signifie « vers les étoiles » en latin. C’est une partie de la locution latine « Ad astra per aspera » (« Vers les étoiles à travers les difficultés ») souvent associée à la conquête de l’espace.

(1) James Gray dit avoir été inspiré par le roman Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad, le même qui avait fortement inspiré Coppola.

 Ad AstraAd Astra de James Gray.

 Ad AstraBrad Pitt dans Ad Astra de James Gray.

 Ad AstraAd Astra de James Gray.

 Ad AstraAd Astra de James Gray.

 Ad AstraAd Astra de James Gray.

20 mai 2020

Comme des rois (2017) de Xabi Molia

Comme des roisEscroc à la petite semaine, Joseph Peretti ne travaille bien qu’en association avec son fils Micka qui est de plus en plus las de se faire traiter comme un moins que rien par lui. Et, avec une fille célibataire enceinte, une grand-mère à charge, une femme qui ne travaille pas et un propriétaire qui veut récupérer ses loyers, les lendemains ne chantent guère pour Joseph Peretti…
Comme des rois est le troisième long métrage de Xavier Molia qui en a écrit le scénario. Il traite de la transmission et des rapports père-fils dans le cadre très particuliers d’arnaqueurs de petit calibre. Le cinéaste dit avoir voulu garder une forme de légèreté et d’humour tout en traitant de la dureté des conditions sociales. Ce n’est pas vraiment le cas. On est plutôt atterré par la multiplication des plans foireux du père, ce qui bloque toute empathie, et le misérabilisme du propos finit par mettre mal à l’aise. C’est le genre de film que l’on n’ose pas trop condamner et, dès lors, on se raccroche aux branches en louant la prestation des acteurs… C’est ce qu’a fait la critique qui a  louangé ce film finalement assez déprimant.
Elle: 2 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Kad Merad, Kacey Mottet Klein, Sylvie Testud
Voir la fiche du film et la filmographie de Xabi Molia sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Xabi Molia chroniqués sur ce blog…

Homonyme :
Comme des rois de François Velle (1997) avec Stéphane Freiss.

Comme des roisKacey Mottet Klein et Kad Merad dans Comme des rois de Xabi Molia.

10 mai 2020

Herbes flottantes (1959) de Yasujirô Ozu

Titre original : « Ukikusa »

Herbes flottantes (Ukikusa)Une petite troupe de théâtre kabuki débarque dans un village de pêcheurs au sud du Japon. Il y a des années, leur meneur, Komajuro, avait eu une aventure avec l’une des habitantes. De leur brève union est né un garçon, Kiyoshi, qui ignore tout de l’identité de son père. Mais ce dernier n’est pas le seul à qui Komajuro a caché la vérité. Lorsque Sumiko, sa maîtresse actuelle et comédienne de la troupe, découvre l’existence de Kiyoshi et de sa mère, elle décide de se venger…
Yasujirô Ozu avait déjà mis en scène en 1934 cette histoire qu’il a écrite avec Tadao Ikeda. Ce très beau film, Histoires d’herbes flottantes, était muet et en noir et blanc. Le cinéaste l’aimait beaucoup et il a décidé vingt cinq ans plus tard d’en faire une nouvelle version. C’est un très beau mélodrame, qui s’installe lentement et aborde les thèmes de la responsabilité et de l’image de soi. Comme toujours avec Ozu, la forme est enthousiasmante. Le film est graphiquement très beau, avec ses plans fixes à la composition complexe (multiples plans et multiples cadres) et une utilisation de la couleur assez remarquable (il enrichit ses plans de « taches » de couleur rouge à la façon d’un peintre). La vision d’un film d’Ozu est toujours une expérience assez unique et Herbes flottantes ne déroge pas à la règle.
Elle: 4 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Ganjirô Nakamura, Machiko Kyô, Ayako Wakao, Hiroshi Kawaguchi, Haruko Sugimura
Voir la fiche du film et la filmographie de Yasujirô Ozu sur le site IMDB.

Voir les autres films de Yasujirô Ozu chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Yasujirô Ozu

Remarques :
* Les « herbes flottantes » du titre font référence aux lentilles d’eau ; cette plante flottante figure souvent dans la poésie japonaise comme allégorie pour les errements ou une vie sans but.
* Précédente version :
Histoires d’herbes flottantes (Ukikusa monogatari) (muet, 1934) de Yasujirô Ozu

Herbes flottantes (Ukikusa)Ayako Wakao dans Herbes flottantes (Ukikusa) de Yasujirô Ozu.
(bel exemple de ces fameux regards-caméra spécifiques à Ozu)

Herbes flottantes (Ukikusa)Machiko Kyô et Ganjirô Nakamura dans Herbes flottantes (Ukikusa) de Yasujirô Ozu.
Une séquence étonnante où les deux personnages, en violente dispute, sont séparés par une pluie battante formant rideau.

1 mai 2020

Coup de fouet en retour (1956) de John Sturges

Titre original : « Backlash »

Coup de fouet en retour (Backlash)Jim Slater n’a jamais connu son père. Il sait qu’il a été massacré par les Apaches alors qu’il cherchait de l’or avec cinq compagnons. L’un a survécu mais n’est pas allé chercher de secours, préférant garder l’or. Jim se met à la recherche de celui qui a laissé mourir son père…
Basé sur un roman de Frank Gruber, le scénario de Backlash a été écrit par Borden Chase, grand scénariste de westerns à qui l’on doit les plus beaux d’Anthony Mann et le Red River d’Howard Hawks. Si Backlash n’est sans doute au même niveau, c’est dû plus à l’approche simple et directe de Sturges qu’à l’histoire en elle-même qui est l’une des plus originales du genre : ce western a en effet des accents psychanalytiques étonnants. C’est une véritable recherche du père et celle-ci va prendre un tour inattendu. Les deux personnages principaux sont très bien interprétés, Richard Widmark étant ici dans un rôle plus positif et complexe qu’à l’habitude (et sans exploitation de son rire si particulier). Certains personnages secondaires paraissent en revanche quelque peu surjoués (William Campbell notamment). Affublé d’un titre français assez bizarre, Backlash est un western plutôt original et même surprenant.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Richard Widmark, Donna Reed, William Campbell, John McIntire
Voir la fiche du film et la filmographie de John Sturges sur le site IMDB.

Voir les autres films de John Sturges chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur John Sturges

Remarque :
* Backlash en anglais courant signifie « contrecoup » mais étymologiquement le sens premier est plutôt l’équivalent de notre expression « retour de manivelle », sens qui s’applique mieux à cette histoire.

Coup de fouet en retour (Backlash)Richard Widmark et Donna Reed dans Coup de fouet en retour (Backlash) de John Sturges.

11 avril 2020

Deux fils (2018) de Félix Moati

Deux filsDivorcé, Joseph vit avec ses deux fils. Ivan, le plus jeune, est en colère contre ses deux modèles qu’il voit s’effondrer, car son grand frère Joachim ressasse sa dernière rupture amoureuse, au risque de mettre en péril ses études de psychiatrie, et son père a décidé de troquer sa carrière réussie de médecin pour celle d’écrivain…
Deux fils est écrit et réalisé par Félix Moati. Pour son premier long métrage, il a choisi de mettre en scène ce portrait familial où chacun des trois membres est en pleine crise existentielle. Félix Moati cite Woody Allen comme cinéaste qui l’a le plus influencé et il est vrai qu’il parvient lui aussi à ce subtil mélange de déprime et de comédie. Il fait aussi montre d’originalité dans les rapports père-fils. Les dialogues et situations sont assez savoureux. Le film fonctionne aussi très bien grâce à un beau trio d’acteurs : Benoît Poelvoorde, ici avec un jeu très sobre, Vincent Lacoste et le jeune Mathieu Capella, très étonnant par sa présence. Une belle réussite. Deux fils a été plutôt bien accueilli par la critique mais, assez bizarrement, moins bien par le public.
Elle: 3 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Vincent Lacoste, Benoît Poelvoorde, Mathieu Capella, Anaïs Demoustier
Voir la fiche du film et la filmographie de Félix Moati sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Deux filsMathieu Capella, Benoît Poelvoorde et Vincent Lacoste dans Deux fils de Félix Moati (photo publicitaire).