30 novembre 2014

Sommaire de novembre 2014

Opening NightLa ChassePas question le samediLucky LucianoLes Hors-la-loiLivre : John Ford, l'homme et ses filmsThe Color WheelUne nuit à Casablanca

Opening Night

(1977) de John Cassavetes

La Chasse

(1966) de Carlos Saura

Pas question le samedi

(1965) de Alex Joffé

Lucky Luciano

(1973) de Francesco Rosi

Les Hors-la-loi

(1935) de William Keighley

John Ford, l’homme et ses films

(2014) livre de Tag Gallagher

The Color Wheel

(2011) de Alex Ross Perry

Une nuit à Casablanca

(1946) de Archie Mayo

Les conquérantsOmbres et brouillardDas BootLes 3 jours du condorLe TombeurPicture SnatcherSmart MoneyLes Passagers de la nuit

Les conquérants

(1939) de Michael Curtiz

Ombres et brouillard

(1991) de Woody Allen

Das Boot

(1981) de Wolfgang Petersen

Les 3 jours du condor

(1975) de Sydney Pollack

Le Tombeur

(1933) de Roy Del Ruth

Picture Snatcher

(1933) de Lloyd Bacon

Smart Money

(1931) de Alfred E. Green

Les Passagers de la nuit

(1947) de Delmer Daves

Livre : Dictionnaire SpielbergCrimes et délitsLes Russes arrivent, les Russes arriventLa Dame du lacNew York StoriesBrother OrchidUne autre femmeThe American Way

Dictionnaire Spielberg

(2014) livre de Clément Safra

Crimes et délits

(1989) de Woody Allen

Les Russes arrivent, les Russes arrivent

(1966) de Norman Jewison

La Dame du lac

(1947) de Robert Montgomery

New York Stories

(1989) de Woody Allen, Martin Scorsese et Francis Ford Coppola

Brother Orchid

(1940) de Lloyd Bacon

Une autre femme

(1988) de Woody Allen

The American Way

(1986) de Maurice Phillips

Le CheikLa Blonde et moiBardelys le magnifique

Le Cheik

(1921) de George Melford

La Blonde et moi

(1956) de Frank Tashlin

Bardelys le magnifique

(1926) de King Vidor

Nombre de billets : 27

29 novembre 2014

Opening Night (1977) de John Cassavetes

Opening NightActrice renommée de théâtre, Myrtle Gordon répète et rode une pièce dans la Connecticut en vue de la première à New York. Son personnage est celui d’une femme perturbée par son âge. La mort accidentelle d’une de ses très jeunes admiratrices va enclencher un fort processus d’identification de l’actrice à son personnage… Ecrit, réalisé et joué par John Cassavetes, Opening Night est un film sur le thème de l’acteur et du double, et surtout sur l’angoisse de l’âge, de la perte de la jeunesse. Mais plus que le fond, c’est surtout la forme qui rend le film remarquable : Cassavetes parvient à mêler scènes réelles et scènes jouées à un point tel que nous ne savons plus très bien où nous sommes : la vie et le théâtre se fondent. Il nous place très près de ses personnages qui semblent pénétrer en nous. Gena Rowlands est une fois de plus absolument magistrale dans un personnage complexe (et plutôt antipathique). Seule la fin est un peu décevante, presque facile et plutôt étonnante de la part de Cassavetes : louer ainsi l’improvisation est surprenant de sa part d’un réalisateur qui écrit entièrement tous ses textes (1)(2).
Elle: 5 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Gena Rowlands, John Cassavetes, Ben Gazzara, Joan Blondell, Paul Stewart
Voir la fiche du film et la filmographie de John Cassavetes sur le site IMDB.

Voir les autres films de John Cassavetes chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur John Cassavetes

Remarques :
* Cameo : Dans l’ultime scène du film, Peter Falk, Seymour Cassel et Peter Bogdanovich font une brève apparition.
* Joan Blondell, qui interprète l’auteure de la pièce jouée, fut la reine des comédies musicales de la Warner. Elle a débuté sa carrière au cinéma en 1930. Ici, elle est âgée de 71 ans (son personnage dit en avoir 65…) L’actrice décédera deux ans plus tard. Le site IMDB la crédite de 91 longs métrages (+ 63 films et séries TV).

(1) Hormis Shadows, son tout premier film qui était entièrement improvisé, John Cassavetes a écrit entièrement tous ses films.
(2) Le sentiment de déception de cette fin est fort bien décrit par Coursodon et Tavernier : « Rien n’a été résolu, au sens dramatique du terme mais aussi au sens courant, toutes les questions posées restent en suspens et l’auteur nous donne l’impression désagréable (et inhabituelle) de se dérober (en particulier lorsqu’il laisse entendre qu’une improvisation peut se substituer avec succès à un texte, lui qui, ironiquement, s’est fait le champion du texte camouflé en improvisation). » (dans 50 ans de Cinéma américain, Nathan, 1991, p.342)

Gena Rowlands dans Opening Night
Même l’appartement de l’actrice ressemble à une scène de théâtre…

28 novembre 2014

La Chasse (1966) de Carlos Saura

Titre original : « La Caza »

La chasseTrois amis quinquagénaires, accompagnés d’un jeune homme d’une vingtaine d’années, se retrouvent dans la propriété de l’un d’entre eux pour une partie de chasse au lapin. La chaleur torride de cette journée et le paysage désertique exacerbent les tensions… La Chasse est le premier grand film de l’espagnol Carlos Saura. Tournée sous Franco, donc sous le régime de censure, cette histoire est à lire comme une allégorie. Les trois amis représentent la société bourgeoise issue de la dictature qui a pris une part active dans la guerre civile (la chasse au lapin) contre les Républicains. Le jeune homme symbolise la jeune génération qui semble tout ignorer de ce passé. Ils sont tous quatre dénués d’idéal, vides, durs et secs. Mais là où le film se révèle être particulièrement puissant, c’est dans l’après, où Saura nous montre que l’homme est un loup pour l’homme. Son film a une très grande force. Saura montre une utilisation étonnante du gros plan pour créer le malaise.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Ismael Merlo, Alfredo Mayo, José María Prada, Emilio Gutiérrez Caba
Voir la fiche du film et la filmographie de Carlos Saura sur le site IMDB.
Voir les autres films de Carlos Saura chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Carlos Saura

La Chasse de Carlos Saura

27 novembre 2014

Pas question le samedi (1965) de Alex Joffé

Pas question le samediUn chef d’orchestre renommé est venu finir ses jours en Israël, sa terre natale. Juste avant de mourir, son père lui apparaît sous la forme d’un envoyé céleste et lui annonce qu’il doit réparer ses graves péchés. Au cours de ses tournées, il a en effet eu de nombreux enfants illégitimes dont il ne s’est pas occupé. Il modifie donc son testament : si, dans un délai de trente jours, cinq de ses fils s’établissent en Israël et s’y marient, ils pourront alors hériter de sa fortune… Pas question le samedi est un film franco-israélien qui reprend le principe de faire jouer de multiples rôles à un seul acteur. Comme avant lui Alec Guiness, Fernandel, Jerry Lewis ou Peter Sellers (1), Robert Hirsch se livre à ce difficile exercice d’interpréter pas moins de 13 personnages différents et il y réussit parfaitement. L’humour est omniprésent, un « humour juif » qui se moque gentiment des coutumes juives et des impératifs religieux. Il faut noter que le film a été tourné peu avant la Guerre des Six Jours ce qui explique le climat d’insouciance et de légèreté qui y règne. Le film reste très peu connu.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Robert Hirsch, Teddy Bilis
Voir la fiche du film et la filmographie de Alex Joffé sur le site IMDB.

Remarque :
Pas question le samedi est sorti en France à peu près en même temps que Le Corniaud dont le succès a éclipsé les autres films comiques.

(1) Alec Guiness : Noblesse oblige de Robert Hamer (1949)
Fernandel : Le Mouton à cinq pattes d’Henri Verneuil (1954)
Jerry Lewis : Dr Jerry et Mister Love de Jerry Lewis (1963)
Peter Sellers : Dr Folamour de Stanley Kubrick (1964)
Jerry Lewis : Les Tontons farceurs de Jerry Lewis (1965)
(ce dernier film étant toutefois sorti après le film d’Alex Joffé).

26 novembre 2014

Lucky Luciano (1973) de Francesco Rosi

Lucky LucianoEn 1946, les Etats-Unis expulsent vers la Sicile le mafioso Lucky Luciano qui purgeait une longue peine de prison. La raison officielle de cette grâce inattendue est « pour services rendus ». S’installant à Naples, il va alors mettre sur pied un énorme trafic d’héroïne… Dix ans après sa mort, Francesco Rosi se livre à un grand travail d’investigation sur le rôle joué par le chef de Mafia Lucky Luciano. Il décortique patiemment les rapports entre les américains et la Mafia italienne qui va profiter de l’Après-guerre pour se renforcer. Francesco Rosi a une approche très formelle, évitant tout spectaculaire et toute surcharge émotionnelle. Il est sans doute parfois trop didactique. Son sujet est extrêmement vaste, avec de très nombreuses implications ; par moments, cette richesse peut hélas engendrer une certaine confusion mais finalement elle rend sa démonstration assez implacable. Le film comporte de belles scènes, puissantes. Gian Maria Volonté est magistral dans ce personnage d’une grande froideur. Même s’il est moins parfait que L’Affaire Mattei, tourné l’année précédente, Lucky Luciano figure parmi les grands films politiques de Francesco Rosi.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Gian Maria Volonté, Vincent Gardenia, Silverio Blasi, Charles Cioffi, Edmond O’Brien, Rod Steiger
Voir la fiche du film et la filmographie de Francesco Rosi sur le site IMDB.
Voir les autres films de Francesco Rosi chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Francesco Rosi

Remarque :
* Les raisons de la grâce de Lucky Luciano ne sont toujours pas connues avec certitude. L’une des hypothèses avancées serait l’intervention de la mafia pour préparer le débarquement en Sicile, les américains préférant éviter les contacts avec la Résistance sicilienne, infestée selon eux par les communistes.

Gian Maria Volonté dans Lucky Luciano (1973)

25 novembre 2014

Les Hors-la-loi (1935) de William Keighley

Titre original : « G-Men »

G'Men - Les hors la loiUn jeune avocat sans clientèle décide de s’engager dans le FBI après avoir vu l’un de ses amis se faire tuer alors qu’il tentait d’arrêter un hors-la-loi… G-Men est un film assez important car il marque un tournant : à la suite de la mise en place du code Hays (code de censure) en 1934, il n’était en effet plus possible de glorifier les gangsters. La Warner trouve la parade en mettant comme personnage principal un agent fédéral traquant les gangsters, ce qui leur permet d’avoir toujours autant de violence et d’action à l’écran. James Cagney, que l’on avait si souvent l’habitude de voir en petit malfrat, passe ainsi de l’autre côté de la barrière pour incarner un agent du FBI. Son personnage fait montre de la même vitalité et du même esprit d’indépendance qu’auparavant. Tout cela nous donne un film au tempo assez rapide et doté de beaucoup d’action, un des meilleurs gangster films des années trente.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: James Cagney, Margaret Lindsay, Ann Dvorak, Robert Armstrong, Barton MacLane, Lloyd Nolan
Voir la fiche du film et la filmographie de William Keighley sur le site IMDB.

Voir les autres films de William Keighley chroniqués sur ce blog…

G'Men - Les hors la loi Remarques :
* Initialement hostile au projet de film, le directeur du FBI J. Edgar Hoover a finalement approuvé le script et a détaché des agents auprès de la production pour s’assurer que tout serait conforme à la réalité dans les moindres détails. Certaines scènes (fusillade à la gare, fusillade à l’hôtel) sont basées sur des évènements réels.

* Dans la première moitié du XXe siècle aux Etats-Unis, les unités spéciales traquant les hors-la-loi étaient de deux types : les G-Men qui étaient agents du FBI et les T-Men qui étaient des agents spéciaux du fisc.

* Une scène d’introduction a été ajoutée en 1948, montrant un groupe de nouvelles recrues du FBI auxquelles on va projeter le film. Parmi les acteurs jouant ces nouvelles recrues, on peut noter la présence de Douglas Kennedy.

G'Men
(g. à d.) Russell Hopton, James Cagney, Edward Pawley et Barton MacLane dans G-Men.

G'Men (1935)
James Cagney et Margaret Lindsay – Photo publicitaire pour G-Men (1935).

24 novembre 2014

Livre : John Ford, l’homme et ses films (2014)

de Tag Gallagher – Editions Capricci – 176 pages – 23 €

John Ford, l'homme et ses filmsTag Gallagher est l’auteur de l’une des meilleures biographies/études sur John Ford (1) qui n’avait hélas jamais été traduite en français. Il a récemment repris son texte pour en faire une version plus courte de près de 200 pages qui nous est proposée ici. Il découpe la vaste filmographie de John Ford en quatre grandes périodes et en analyse les films par regroupements. Si son approche est globalement chronologique, Tag Gallagher recherche les thèmes communs, les méthodes, fait des rapprochements intéressants entre les films. Au cours de son analyse, il nous livre de nombreux récits d’anecdotes significatives, de détails de tournage.  C’est à la fois riche et passionnant.

Du fait de sa personnalité complexe, de ses méthodes de réalisation assez uniques, John Ford a souvent été l’objet de malentendus, de préjugés,  de jugements hâtifs. John Ford, l’homme et ses films nous ouvre de nouvelles perspectives pour mieux appréhender l’œuvre monumentale et aux multiples facettes de l’un des plus grands réalisateurs américains. Il donne aussi envie de voir ou de revoir nombre de ses films.

Voir la fiche du livre sur Livres-cinema.info
Le livre sur le site de l’éditeur
Le livre sur Amazon

La Cinémathèque Française organise du 3 décembre 2014 au 1er mars 2015 une grande rétrospective John Ford avec la projection de plus de 80 films. Voir infos sur leur site…

(1) Tag Gallagher, The Man and His Films, University of California Press, 600 p, 1986, ISBN 978-0520050976 (épuisé).

23 novembre 2014

The Color Wheel (2011) de Alex Ross Perry

The Color WheelColin accompagne sa soeur JR pour aller récupérer ses affaires chez son ex-professeur avec lequel elle a eu une relation. Durant les trois jours de leur voyage, ils échangent, parlent de leurs aspirations, se chamaillent… Coécrit, réalisé, joué, monté et produit par Alex Ross Perry, The Color Wheel est une belle surprise, un film qui sort du lot. Il est tourné en noir et blanc et en 16 mm, en lumière naturelle avec un grain très important, ce qui lui donne un amusant parfum de « premier film » des années soixante-dix. Le style évoque Jim Jarmusch ou même Woody Allen mais en plus féroce dans l’humour. Le frère et la soeur n’arrêtent pas de se chamailler tout en offrant un front uni face aux autres personnes (tous assez odieux, ceci dit) qu’ils rencontrent. Au travers d’une logorrhée permanente, ils expriment la perte de leurs illusions, de leurs rêves. Alex Ross Perry a su se créer un vrai personnage avec son débit monocorde et son humour mordant, désabusé, peut-être un peu trop résigné pour générer l’identification du spectateur. Alex Ross Perry n’hésite pas à adopter une fin aussi radicale que transgressive.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Carlen Altman, Alex Ross Perry
Voir la fiche du film et la filmographie de Alex Ross Perry sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

The Color Wheel

22 novembre 2014

Une nuit à Casablanca (1946) de Archie Mayo

Titre original : « A Night in Casablanca »

Une nuit à CasablancaLe directeur de l’Hôtel Casablanca meurt aussi soudainement que ses deux prédécesseurs. Les autorités soupçonnent bien qu’ils aient pu être assassinés mais n’ont aucune piste. Kornblow (Groucho Marx), le patron d’un obscur petit hôtel, est appelé à occuper le poste vacant… Cinq ans après leur « film d’adieu » (The Big Store, 1941), les Marx Brothers se reforment pour livrer ce qui, au départ, devait être une parodie du film Casablanca mais qui, au final, n’a aucun point commun avec lui (1). Les Marx Brothers sont ici loin d’être à leur meilleur (2) mais nous avons de belles scènes hilarantes et tout un lot de bons mots de Groucho. Le meilleur toutefois, on le doit à Harpo qui occupe ici une place plus importante que dans les films précédents. Un certain nombre de gags déjà connus sont réutilisés. La fin, plus tournée vers l’action, paraît assez faible. L’ensemble reste très amusant.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Groucho Marx, Harpo Marx, Chico Marx, Charles Drake, Lois Collier, Sig Ruman, Lisette Verea
Voir la fiche du film et la filmographie de Archie Mayo sur le site IMDB.

Voir les autres films de Archie Mayo chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* La légende voudrait que Warner Brothers ait menacé d’attaquer la production pour l’utilisation du mot Casablanca dans le titre et que Groucho Marx ait répondu en les menaçant de les attaquer pour l’utilisation du mot Brothers, sachant que les Marx Brothers existaient bien avant Warner Brothers. A une demande ultérieure de détails sur le scénario, Groucho leur aurait répondu une histoire totalement farfelue (où il est un docteur en théologie australien pendant que Chico vend des éponges aux piliers de bar avinés pour les empêcher de vomir et que Harpo est un porteur arabe qui vit dans un ancien vase grec à la périphérie de la ville). Tout ceci semble toutefois avoir été inventé de toutes pièces et donné à la presse pour faire la promo du film, la Warner a nié tout contact.

* Fait assez inhabituel, A Night in Casablanca a été novélisé en Angleterre (voir le livre…)

* le scénario est signé Joseph Fields et Roland Kibbee. Frank Tashlin a également participé à l’écriture (non crédité) . Une tournée fut organisée avant le tournage pour, à la fois, tester les gags auprès d’un public et aider à mémoriser l’ensemble (Chico avait beaucoup de mal à apprendre un rôle).

(1) Le seul vrai point commun avec Humphrey Bogart est la réplique de Groucho Marx à Lisette Verea « You don’t have to sing for me… just whistle ! », paraphrasant le célèbre réplique de Lauren Bacall dans To Have and Have not (1944).

(2) Les frères furent les premiers à le reconnaitre. Groucho a déclaré : « The critics won’t throw their hats in the air. If they throw anything, it’ll probably be their dinner » (les critiques ne vont pas jeter leur chapeau en l’air, s’ils rejettent quelque chose, ce sera probablement leur dîner ! ) (le jeu de mots est sur throw (lancer) et throw up (vomir)).

Les Marx Brothers dans Une nuit à Casablanca
Groucho Marx, Harpo Marx et Chico Marx. Photo publicitaire pour Une nuit à Casablanca.

21 novembre 2014

Les conquérants (1939) de Michael Curtiz

Titre original : « Dodge City »

Les conquérantsEn 1872, Wade Hutton est un convoyeur de troupeaux à l’esprit aventurier et indépendant. Sa destination est Dodge City, ville ou règne le désordre et un certain Jeff Surrett. Voyant qu’il est le seul à pouvoir tenir tête aux hors-la-loi, les habitants lui proposent de le nommer shérif… La fin des années trente marque un renouveau du western avec plusieurs grandes productions. La Warner a ainsi confié un important budget à Michael Curtiz pour un film dans le sillage des Aventures de Robin des Bois (1938) avec Errol Flynn. L’histoire de Les conquérants est très librement inspirée de celle de Wyatt Earp, personnage légendaire que le cinéma a si souvent mis en scène, située à ce moment de l’histoire de l’Ouest où la Loi parvient à s’imposer sur le chaos. Le récit est ici grandement idéalisé pour créer une très large adhésion. On peut lui reprocher d’être sans surprise. L’accent est mis sur l’action avec de nombreuses scènes d’ampleur qui montrent que l’argent n’a pas été dépensé en vain. La mise en scène de Curtiz est parfaite. Le film connut un très grand succès.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Errol Flynn, Olivia de Havilland, Ann Sheridan, Bruce Cabot, Alan Hale
Voir la fiche du film et la filmographie de Michael Curtiz sur le site IMDB.
Voir les autres films de Michael Curtiz chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Michael Curtiz

Remarques :
* Il peut être intéressant de comparer le film avec ce que fera John Ford de la même histoire dans La Poursuite infernale (My Darling Clementine, 1946). Ce rapprochement montre que Les conquérants est surtout un spectacle alors que le film de Ford montre plus de profondeur par une analyse plus fine des comportements sociaux et personnels.

* Michael Curtiz tournera deux autres westerns dans la foulée : La Caravane héroïque (Virginia City, 1940) et La Piste de Santa Fé (Santa Fe Trail, 1940). Dodge City est le seul des trois à être en couleurs. Après cela, Curtiz ne tournera pas d’autres westerns.

Homonymes :
Les Conquérants (The Woman God Forgot) de Cecil B. DeMille (1917) avec Wallace Reid
Les Conquérants (The Conquerors) de William Wellman avec Richard Dix
Le Conquérant (The Conqueror) de Dick Powell (1956) avec John Wayne

Autres films centrés sur le personnage de Wyatt Earp :
Law and Order (1932) de Edward L. Cahn avec Walter Huston
Frontier Marshal (1934) de Lewis Seiler avec George O’Brien
Frontier Marshal (1939) d’Allan Dwan avec Randolph Scott
Tombstone: The Town Too Tough to Die (1942) de William C. McGann avec Richard Dix
La Poursuite infernale (My Darling Clementine, 1946) de John Ford
Règlement de comptes à O.K. Corral (Gunfight at the O.K. Corral, 1957) De John Sturges avec Burt Lancaster et Kirk Douglas
Hour of the Gun (Sept secondes en enfer, 1967) de John Sturges avec James Garner
Doc Holliday (1971) de Frank Perry avec Stacy Keach
Tombstone (1993) de George Cosmatos avec Kurt Russell
Wyatt Earp (1994) de Lawrence Kasdan avec Kevin Costner