28 juillet 2021

Premiers pas dans la Mafia (1990) de Andrew Bergman

Titre original : « The Freshman »

Premiers pas dans la Mafia (The Freshman)À peine arrivé à New York, Clark Kellogg, jeune étudiant en cinéma, se fait détrousser par un faux chauffeur de taxi qui, une fois rattrapé, lui promet de trouver en  dédommagement un super boulot chez Carmine Sabatini, parfait sosie du mafieux du Parrain. Celui-ci lui confie une mission qui se révèle assez insolite…

The Freshman est une comédie policière écrite et réalisée par Andrew Bergman. Il s’agit d’une parodie des films de Mafia où Marlon Brando himself se moque de son personnage du Parrain (avec la bénédiction de la Paramount). Le scénario est assez farfelu. Il débute très bien et faiblit quelque peu ensuite mais l’ensemble reste amusant et se regarde sans déplaisir. A l’époque, Matthew Broderick était une étoile montante, très demandée, mais hélas la suite de sa carrière a été assez inégale.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Marlon Brando, Matthew Broderick, Bruno Kirby, Penelope Ann Miller, Frank Whaley
Voir la fiche du film et la filmographie de Andrew Bergman sur le site IMDB.

Premiers pas dans la Mafia (The Freshman)Marlon Brando, Penelope Ann Miller, Bruno Kirby et Matthew Broderick dans Premiers pas dans la Mafia (The Freshman) de Andrew Bergman.

Homonyme :
The Freshman (Vive le sport!) de Fred C. Newmeyer et Sam Taylor (1925) avec Harold Lloyd.

1 juillet 2021

La Mule (2018) de Clint Eastwood

Titre original : « The Mule »

La Mule (The Mule)À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est seul, endetté et sa petite entreprise d’horticulture vient d’être saisie. Il accepte alors un travail facile qui lui demande seulement de faire le chauffeur du sud au nord des Etats-Unis. Il devient ainsi passeur de drogue pour un cartel mexicain…
Ecrit par Nick Schenk, le scénario de La Mule s’inspire d’une histoire réelle, celle d’un certain Leo Sharp arrêté en 2011 et qui avait été interviewé à l’époque par le New York Times. Clint Eastwood réalise et tient le rôle principal. La Mule fait partie de ces films où l’on confond personnage et interprète : l’octogénaire au centre du film est profondément individualiste, réactionnaire (réfractaire à tout changement), hermétique aux conventions sociales (bien que n’étant pas ouvertement raciste, il ne voit pas ce qui l’empêcherait d’utiliser le mot « nigger »), ou encore, il considère qu’il est libre de ne pas respecter les lois si cela l’arrange… ce sont des traits de personnalité que l’on s’attend à trouver à des degrés divers chez Clint Eastwood. Hormis son caractère saugrenu, on ne voit pas bien l’intérêt de filmer une telle histoire où d’ailleurs il ne se passe rien. Le récit ne débouche que sur une glorification de la famille, retrouvant ainsi une voie moraliste très hollywoodienne. L’art du réalisateur est toutefois de parvenir à en faire un film que l’on visionne sans ennui ; la réalisation est, en effet, parfaite. La critique a été béate, comme à chaque sortie d’un film de Clint Eastwood.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Clint Eastwood, Bradley Cooper, Laurence Fishburne, Dianne Wiest, Andy Garcia
Voir la fiche du film et la filmographie de Clint Eastwood sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Clint Eastwood chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Clint Eastwood

La Mule (The Mule)Clint Eastwood dans La Mule (The Mule) de Clint Eastwood.

23 mai 2021

Gas-oil (1955) de Gilles Grangier

Gas-oilAlors qu’il fait nuit noire et qu’il pleut à verse, le camion de Jean Chappe roule sur un corps étendu sur la chaussée, à côté de sa voiture. Cet homme avait participé quelques heures auparavant à un braquage sanglant. Ses complices retrouvent Jean et tentent de l’intimider, pensant qu’il a récupéré le butin du braquage lors de l’accident…
Réalisé par Gilles Grangier, Gas-oil est un film basé sur un roman de George Bayle paru dans la Série noire, Du raisin dans le gaz-oil. L’adaptation est signée par Michel Audiard et Jacques Marcerou. Précisons tout de suite que l’on ne retrouve pas ici la verve qui sera plus tard la marque de fabrique d’Audiard. Le scénario ne brille pas par son originalité sur le plan de l’intrigue policière, en outre assez simplette et presque caricaturale dans les personnages des gangsters. En fait, l’histoire semble surtout être un prétexte pour nous faire pénétrer le monde des camionneurs dont nous entrevoyons le quotidien et le fonctionnement de leurs « courses ». Le film a été patronné par une organisation professionnelle de routiers. Donc les routiers sont sympas ! La grande partie du récit se déroule en zone rurale, dans le Puy-de-Dôme. Jean Gabin a un jeu sobre et retenu. Face à lui, on retrouve Jeanne Moreau, dont la carrière débutait alors brillamment, et Ginette Leclerc, actrice sous-estimée qui fut hélas toujours cantonnée dans les rôles de garce (et c’est encore le cas ici).
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Jean Gabin, Jeanne Moreau, Ginette Leclerc, Marcel Bozzuffi, Roger Hanin
Voir la fiche du film et la filmographie de Gilles Grangier sur le site IMDB.

Voir les autres films de Gilles Grangier chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Gilles Grangier

Gas-oilJean Gabin dans Gas-oil de Gilles Grangier.

8 mai 2021

Mad Dog and Glory (1993) de John McNaughton

Mad Dog and GloryWayne Dobie, surnommé par dérision Mad Dog (« flingueur ») alors qu’il n’a jamais tiré avec son arme, est un photographe de la police de Chicago. Présent lors d’un hold-up, il sauve la vie d’un parrain du crime, Frank Milo. En signe de gratitude, celui-ci veut montrer son amitié à Wayne en lui offrant Glory, l’une de ses « employées », avec pour mission de ne pas revenir trop vite ce qui serait signe d’échec de cette offre…
Produit par Martin Scorsese, Mad Dog and Glory est un film américain écrit par Richard Price et réalisé par John McNaughton. Il est plutôt à classer parmi les comédies sans toutefois que le ton général soit particulièrement léger. L’histoire n’est pas bien passionnante et les touches de dérision semées ici et là ne sauvent pas la mise. Avec un peu de bonne volonté, on peut y voir un polar humaniste abordant la notion de bonheur forcé et de la confiance. Mais le plus notable est probablement de voir Robert De Niro et Bill Murray utilisés à contre-emploi, leurs personnages étant à l’exact opposé de leurs rôles habituels. Cela a le mérite de prendre le spectateur à contre-pied mais aurait demandé une histoire un peu plus forte.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Robert De Niro, Uma Thurman, Bill Murray, David Caruso, Mike Starr
Voir la fiche du film et la filmographie de John McNaughton sur le site IMDB.

 Mad Dog and GloryUma Thurman et Robert De Niro dans Mad Dog and Glory de John McNaughton.

10 janvier 2021

Les Siffleurs (2019) de Corneliu Porumboiu

Titre original : « La Gomera »

Les siffleurs (La Gomera)Cristi, un inspecteur de police de Bucarest corrompu par des trafiquants de drogue, est soupçonné par ses supérieurs et mis sur écoute. Embarqué malgré lui par la sulfureuse Gilda sur l’île de La Gomera (Canaries), il doit apprendre vite le Silbo, une langue sifflée ancestrale. Grâce à ce langage secret, il pourra faire évader de prison en Roumanie un mafieux et récupérer les millions cachés…
Le film turc Sibel (2018) nous avait fait découvrir le langage sifflé. Ce film roumain, écrit et réalisé par Corneliu Porumboiu, l’utilise de façon bien différente. Les Siffleurs est en effet un polar qui offre une belle symbiose de plusieurs genres cinématographiques : film noir bien entendu avec l’inévitable femme fatale (prénommée Gilda!), mais aussi espionnage, policier et même western dans certaines scènes. Le cinéaste en reprend les codes de façon délicatement satirique avec un humour discret. Loin de tous clichés, les personnages sont plutôt atypiques. Le résultat est un ensemble assez moderne, intelligent et très plaisant. Seule la fin se révèle un peu faible.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Vlad Ivanov, Catrinel Marlon, Rodica Lazar, Agustí Villaronga, Sabin Tambrea
Voir la fiche du film et la filmographie de Corneliu Porumboiu sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Corneliu Porumboiu chroniqués sur ce blog…

Les siffleurs (La Gomera)Catrinel Marlon dans Les siffleurs (La Gomera) de Corneliu Porumboiu.

Les siffleurs (La Gomera)Rodica Lazar et Vlad Ivanov dans Les siffleurs (La Gomera) de Corneliu Porumboiu.

27 août 2020

Cotton Club (1984) de Francis Ford Coppola

Titre original : « The Cotton Club »

Cotton Club (The Cotton Club)1928. Le « Cotton Club » est un club de jazz newyorkais tenu par un gangster notoire. Les noirs s’y produisent mais ne peuvent y entrer comme clients. Dans cet environnement, un jeune trompettiste blanc, pris malgré lui sous son aile par un caïd, et un danseur noir tentent de se frayer un chemin et cherchent l’amour…
Après les échecs de Coup de Cœur et de Rusty James, Francis Ford Coppola accepte bon gré mal gré la commande de Robert Evans, un des producteurs du Parrain douze ans auparavant. Evans voulait le diriger lui-même mais, à défaut, tente de reconstituer la dream team du Parrain avec Mario Puzo à l’écriture. Le film est au final surtout remarquable par son esthétique et ses numéros musicaux. Dans la réalité, ce club a vu se produire les plus grands musiciens de l’époque, de Duke Ellington à Cab Calloway, et le film parvient bien à recréer l’effervescence et l’atmosphère censée y régner. La reconstitution est somptueuse. Il est dommage que l’histoire greffée par-dessus soit totalement inintéressante. Bien reçu par la critique, le film fut un échec commercial.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Richard Gere, Gregory Hines, Diane Lane, Lonette McKee, Bob Hoskins, Nicolas Cage
Voir la fiche du film et la filmographie de Francis Ford Coppola sur le site IMDB.

Voir les autres films de Francis Ford Coppola chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Francis Ford Coppola

Remarque :
* Le personnage joué par Richard Gere est lointainement inspiré de George Raft : avant d’être une star d’Hollywood, ce dernier a en effet été employé comme chauffeur par Owney Madden, le gangster propriétaire du Cotton Club. George Raft n’a cependant jamais été musicien, en revanche il était danseur professionnel dès l’âge de 18 ans.

Cotton Club (The Cotton Club)Diane Lane et Richard Gere dans Cotton Club de Francis Ford Coppola.

24 mars 2020

L’arnaque (1973) de George Roy Hill

Titre original : « The Sting »

L'arnaque (The Sting)A Chicago, en 1936, Johnny Hooker et son acolyte Coleman volent sans le savoir le convoyeur de fonds de Doyle Lonnegan, un dangereux gangster de New York. Coleman est aussitôt abattu par le gang de ce dernier et Hooker se réfugie chez Henry Gondorff, un spécialiste de L’arnaque. Ceux-ci décident alors de venger la mort de Coleman en montant une escroquerie de grande ampleur pour mettre Lonnegan sur la paille…
Après le grand succès de Butch Cassidy et le Kid du même George Roy Hill (1969), la tentation fut grande pour les studios de réunir à nouveau le même tandem d’acteurs, les deux plus grands charmeurs d’Hollywood en ce début des années soixante dix, Paul Newman et Robert Redford. Ils se retrouvent parachuté de nouveau dans un contexte historique, cette fois plus récent, celui de la Grande Dépression. L’histoire est si alambiquée que le scénariste David S. Ward a choisi de détailler méthodiquement chaque phase de cette arnaque assez démesurée, ce qui a également pour effet de renforcer la notion de spectacle et le plaisir du spectateur. La reconstitution est soignée et le monde des gangsters est à la fois réaliste et onirique. L’ensemble est assez long, un peu ennuyeux et plutôt froid avec un beau twist final toutefois. L’énorme succès populaire de ce film commercial fut salué par sept Oscars.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Paul Newman, Robert Redford, Robert Shaw, Charles Durning, Ray Walston, Eileen Brennan
Voir la fiche du film et la filmographie de George Roy Hill sur le site IMDB.

Voir les autres films de George Roy Hill chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* La musique, avec le célèbre morceau de Scott Joplin The Entertainer, déclencha la redécouverte du ragtime. A noter que la popularité première du ragtime (1900-1920) ne correspond pas vraiment à la période du film (1936).
* 11 000 dollars de 1936 (la somme dérobée au convoyeur de fonds) sont équivalents à 200 000 dollars de 2020. Et les 50 000 dollars de l’arnaque sont équivalents à près de 1 million de dollars actuels.
* Le nom du personnage de Robert Redford (Johnny Hooker) aurait été donné afin de rendre hommage au chanteur de blues John Lee Hooker. Les personnages de Henry Gondorff, J. J. Singleton, Kid Twist et Eddie Niles sont ceux de véritables escrocs américains du premier quart du XXe siècle : le film est en fait basé sur la vie des frères Charles et Fred Gondorff qui ont tenté une escroquerie similaire à celle montrée dans le film mais qui, elle, a échoué (1914) (dixit Wikipedia) .
* Le film a connu une suite :
L’arnaque 2 (The Sting II) de Jeremy Kagan avec Jackie Gleason et Mac Davis, jugé généralement très mauvais par ceux qui l’ont vu.

 L'arnaque (The Sting)Robert Redford dans L’arnaque (The Sting) de George Roy Hill.

 L'arnaque (The Sting)Paul Newman dans L’arnaque (The Sting) de George Roy Hill.

3 février 2020

Trafic en haute mer (1950) de Michael Curtiz

Titre original : « The Breaking Point »

Trafic en haute mer (The Breaking Point)Sur son bateau, Harry emmène de riches estivants pêcher au large mais il peine à joindre les deux bouts. Lorsqu’un client lui fait faux bond lors d’une virée au Mexique, il se voit contraint d’accepter une offre douteuse de convoyage. Mais l’affaire tourne mal…
Breaking Point est un film noir adapté du roman d’Ernest Hemingway En avoir ou pas mais ce film n’est nullement le remake du Port de l’angoisse d’Howard Hawks, car ce dernier avait pris beaucoup de libertés dans son adaptation. Michael Curtiz est, lui, bien plus fidèle au roman qui montre un personnage buté pris dans un engrenage néfaste vers la corruption. Il sait éviter l’excès de romantisme et, à l’opposé, l’excès de noirceur pour livrer un film bien équilibré. L’atmosphère le classe dans les films noirs. John Garfield est ici dans un de ses meilleurs rôles et montre une belle présence. On peut aussi considérer que c’est le dernier « grand film » de Michael Curtiz.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: John Garfield, Patricia Neal, Phyllis Thaxter, Juano Hernandez
Voir la fiche du film et la filmographie de Michael Curtiz sur le site IMDB.

Voir les autres films de Michael Curtiz chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Michael Curtiz

Trafic en haute mer (The Breaking Point)John Garfield et Patricia Neal dans Trafic en haute mer (The Breaking Point) de Michael Curtiz.

Trafic en haute mer (The Breaking Point)Juano Hernandez et John Garfield dans Trafic en haute mer (The Breaking Point) de Michael Curtiz.

Adaptations du roman En avoir ou pas d’Ernest Hemingway paru en 1937 dont l’action se déroulait entre Key West et Cuba :
1944 : Le Port de l’angoisse (To Have and Have Not) par Howard Hawks avec Humphrey Bogart, Walter Brennan, et Lauren Bacall. Le scénario déplace l’histoire vers la Martinique sous le régime de Vichy.
1950 : Trafic en haute mer (The Breaking Point) par Michael Curtiz avec John Garfield. L’action est déplacée en Californie du Sud et Mexique.
1956 : Wetbacks par Hank McCune avec Lloyd Bridges. Adaptation non déclarée. Action déplacée en Californie du Sud et Mexique.
1958 : Trafiquants d’armes à Cuba (The Gun Runners)  par Don Siegel avec Audie Murphy et Everett Sloane. Le lieu de l’action est identique au roman.
1987 : Capitaine Khorshid (Nakhoda Khorshid), film iranien de Nasser Taghvai, transposant l’action dans le golfe Persique.

12 décembre 2019

Le Choix des armes (1981) de Alain Corneau

Le Choix des armesUn jeune et impulsif truand en cavale se réfugie chez un ancien du milieu, aujourd’hui rangé et à la tête d’un haras. Un malentendu va les opposer dans une lutte à mort…
Sur un scénario d’Alain Corneau et Michel Grisolia, Le Choix des armes est un film sur l’affrontement entre deux générations de gangsters : l’ancien (Montand) montre une grande maitrise de soi alors que le plus jeune (Depardieu) est dans une violence incontrôlée et brute. A cette opposition des deux truands répond celle des deux policiers qui les traquent, un jeune impétueux (Lanvin) et un ancien plus réfléchi (Galabru, ici dans un des ses rares rôles purement dramatiques). Sur toute cette histoire vient planer la fatalité, un engrenage dont les deux truands ne pourront s’échapper. La mise en scène d’Alain Corneau est précise et nerveuse. L’interprétation est hors-pair avec un trio d’acteurs principaux qui ont une forte présence à l’écran. Même si l’histoire peut ne pas passionner, le traitement d’Alain Corneau rend le film assez remarquable.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Yves Montand, Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, Michel Galabru, Gérard Lanvin, Jean-Claude Dauphin
Voir la fiche du film et la filmographie de Alain Corneau sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alain Corneau chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Alain Corneau

 Le Choix des armesCatrherine Deneuve et Gérard Depardieu dans Le Choix des armes de Alain Corneau.

 Le Choix des armesJean-Claude Dauphin et Yves Montand dans Le Choix des armes de Alain Corneau.

3 décembre 2019

Laissez bronzer les cadavres (2017) de Hélène Cattet et Bruno Forzani

Laissez bronzer les cadavres! (Laissez bronzer les cadavres)Après avoir braqué violemment un fourgon blindé, Rhino et sa bande sont allés se réfugier dans un village abandonné sur les hauteurs de la côte méditerranéenne où ne vivent qu’une artiste en mal d’inspiration et un écrivain bohême…
Laissez bronzer les cadavres est l’adaptation d’un roman de la Série noire coécrit par Jean-Patrick Manchette (son premier roman en 1971) avec Jean-Pierre Bastid. Hélène Cattet et Bruno Forzani sont un couple de cinéastes français vivant à Bruxelles. Leur film est très stylé, dans l’esprit du début des années soixante-dix, puisant largement dans le western italien. Les effets de style sont très appuyés : très gros plans, plans esthétiques, images psychédéliques, musique style Morricone. Quelques séquences érotico-oniriques lorgnent plus franchement vers le giallo (cinéma d’exploitation italien des années 60 et 70) et paraissent un peu grotesques (on peut toujours se dire que c’est une satire). Le côté « sanglant » est toutefois bien contenu et l’ensemble reste visible. Tout cela est plaisant mais on peut regretter que les réalisateurs n’apportent pas un réel plus à cet exercice de pur esthétisme.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Elina Löwensohn, Stéphane Ferrara, Bernie Bonvoisin, Michelangelo Marchese, Marc Barbé
Voir la fiche du film et la filmographie de Hélène Cattet et Bruno Forzani sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Laissez bronzer les cadavresLe lieu de l’action de Laissez bronzer les cadavres de Hélène Cattet et Bruno Forzani.

Remarque:
Laissez bronzer les cadavres est le troisième long métrage du couple qui a également signé une demi-douzaine de courts-métrages.