31 mars 2012

Sommaire de mars 2012

L'AtlantideCrime d'amourCrime et châtimentScaramoucheLune de miel mouvementéeFrankensteinOne is business, the other crime
L’Atlantide (1921) de Jacques Feyder
Crime d’amour (2010) de Alain Corneau
Crime et châtiment (1935/I) de Pierre Chenal
Scaramouche (1952) de George Sidney
Lune de miel mouvementée (1942) de Leo McCarey
Frankenstein (1931) de James Whale
One is business, the other crime (1912) de David W. Griffith
Non ma fille, tu n'iras pas danserHammettEn marge de l'enquêteBright StarLa maison des BoriesMeurtre à YoshiwaraLe facteur sonne toujours deux foisLe facteur sonne toujours deux fois
Non ma fille, tu n’iras pas danser (2009) de Christophe Honoré
Hammett (1982) de Wim Wenders
En marge de l’enquête (1947) de John Cromwell
Bright Star (2009) de Jane Campion
La maison des Bories (1970) de Jacques Doniol-Valcroze
Meurtre à Yoshiwara (1960) de Tomu Uchida
Le facteur sonne toujours deux fois (1981) de Bob Rafelson
Le facteur sonne toujours deux fois (1946) de Tay Garnett
Le train sifflera 3 foisPonyo sur la falaiseAllez coucher ailleursL'ange exterminateurLe braqueur – la dernière courseLe rôdeurL'illusionnisteKatia
Le train sifflera 3 fois (1952) de Fred Zinnemann
Ponyo sur la falaise (2008) de Hayao Miyazaki
Allez coucher ailleurs (1949) de Howard Hawks
L’ange exterminateur (1962) de Luis Buñuel
Le braqueur – la dernière course (2010) de Benjamin Heisenberg
Le rôdeur (1951) de Joseph Losey
L’illusionniste (2010) de Sylvain Chomet
Katia (1938) de Maurice Tourneur
Dodes'ka-denHolidayFeu Mathias PascalLe bruit des glaçons
Dodes’ka-den (1970) de Akira Kurosawa
Holiday (2010) de Guillaume Nicloux
Feu Mathias Pascal (1924) de Marcel L’Herbier
Le bruit des glaçons (2010) de Bertrand Blier

Nombre de billets : 27

30 mars 2012

L’Atlantide (1921) de Jacques Feyder

L'AtlantideDans le désert profond, un officier est retrouvé à l’agonie. Remis sur pied après plusieurs jours de délire, il semble refuser de raconter ce qu’il lui est arrivé… L’Atlantide de Jacques Feyder est la première adaptation cinématographique du roman de Pierre Benoît paru quelques mois plus tôt. Le succès du livre fut immédiat, le thème du continent englouti dirigé par la reine Antinéa enflammant les imaginations, surtout en ce lendemain de Première Guerre mondiale. L’attente était donc immense de le voir mis en images. Le budget fut très important. Jacques Feyder insista pour tourner sur place en Algérie (plutôt que dans la Mer de Sable d’Ermenonville) et L’Atlantide est ainsi le premier long métrage tourné à l’étranger en décors naturels. L'Atlantide Le tournage dura plus d’un an et coûta trois fois plus que prévu. Le résultat fut à la hauteur des attentes avec plus de 3 heures de projection (1). L’adaptation est assez fidèle avec une atmosphère puissante ; les scènes de désert paraissent particulièrement authentiques et nous plongent dans un autre monde. Vu aujourd’hui, il faut toutefois reconnaitre que le film semble avoir quelque peu vieilli, L'Atlantide cette impression tenant à la qualité des copies mais aussi au personnage d’Antinéa : les formes généreuses de l’actrice Stacia Napierkowska étaient déjà critiquées à l’époque, elles attirent encore moins aujourd’hui! (2) Le film reste très intéressant à visionner : c’est une belle mise en images du roman, un dépaysement total, un film d’une grande capacité d’évocation.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Jean Angelo, Stacia Napierkowska, Georges Melchior, Marie-Louise Iribe
Voir la fiche du film et la filmographie de Jacques Feyder sur le site IMDB.
Voir les autres films de Jacques Feyder chroniqués sur ce blog…

Remarques :
Le roman de Pierre Benoît a pour source deux ouvrages de Platon : Timée et surtout Critias.

(1) La version de L’Atlantide de Jacques Feyder que nous pouvons voir aujourd’hui est toutefois d’une durée quelque peu réduite.
(2) Le film a toutefois suscité des réactions indignées devant ces « scènes de frénésie sensuelle ».

A lire : une très intéressante analyse du film sur le site L’Atlantide au cinéma qui expose bien les raisons du succès du roman de Pierre Benoît et analyse le film en soulignant une différence importante par rapport au roman dans les motivations d’Antinéa : dans le film de Feyder, elle fait tuer le capitaine Morhange par vengeance mesquine alors que dans le roman elle le tue car elle est menacée par lui. C’est une différence de taille car cela rabaisse son personnage, probablement faut-il y voir une réaction bien masculine…

L’Atlantide au cinéma (adaptations directes du roman de Pierre Benoît uniquement) :
L’Atlantide de Jacques Feyder (1921)
L’Atlantide de Georg Wilhelm Pabst (1932) (3 versions : allemande, française et anglaise)
L’Atlantide de Gregg C. Tallas (1949) avec Maria Montes et Jean-Pierre Aumont
L’Atlantide de Giuseppe Masini et Edgar G. Ulmer (1961) avec Jean-Louis Trintignant
Atlantis, le continent perdu (Atlantis, the Lost Continent) de George Pal (1961)
L’Atlantide de Bob Swaim (1992) avec Tchéky Karyo

29 mars 2012

Crime d’amour (2010) de Alain Corneau

Crime d'amourDans les bureaux français d’une multinationale, Isabelle la plus jeune est la plus brillante des collaboratrices de Christine, une femme de pouvoir qu’elle admire. Mais les deux femmes ne vont pas tarder à s’opposer… Crime d’amour débute comme une observation des luttes de pouvoir dans une entreprise, rien de bien passionnant donc, mais, comme le titre le laisse supposer, tout bascule quand un crime est commis. A partir de ce moment, le film d’Alain Corneau devient bien plus intéressant car il est bien difficile de prévoir la suite des évènements. Pour son dernier film (1), Alain Corneau revisite donc le thème du crime parfait. Il le fait « à l’ancienne », son film montrant un lien de parenté plutôt avec les films de Hitchcock ou les films de suspenses psychologiques des années quarante qu’avec les films actuels. Crime d’amour ne répond pas donc aux canons actuels et c’est tout à son honneur. Est-ce pour cette raison que le film n’a pas fait l’unanimité? Peut-être…
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Ludivine Sagnier, Kristin Scott Thomas, Patrick Mille, Guillaume Marquet, Gérald Laroche
Voir la fiche du film et la filmographie de Alain Corneau sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alain Corneau chroniqués sur ce blog…

Remake :
Passion de Brian De Palma (2012) avec Rachel McAdams et Noomi Rapace.

(1) Alain Corneau est décédé quelques jours après la sortie du film, à l’âge de 67 ans.

28 mars 2012

Crime et châtiment (1935/I) de Pierre Chenal

Crime et châtimentA Saint-Petersbourg, au milieu du XIXe siècle, l’ex-étudiant Rodion Raskolnikov assassine une vieille femme rapace, prêteuse sur gages. La brumeuse théorie, au nom de laquelle il a agi, doit ensuite faire face à ses remords… Grand amateur de littérature russe, Pierre Chenal choisit d’adapter le grand roman de Dostoïevski Crime et châtiment. Il reste très proche du roman, parvenant à bien en restituer le climat par une épuration ou même stylisation des décors et sans jouer sur le misérabilisme. Pierre Blanchar fait un parfait Raskolnikov, exprimant largement son esprit tourmenté, amplifiant juste un peu trop son jeu halluciné, à la limite de la folie. Le moment fort du film est son face à face avec le juge Porphyre, magistralement interprété par Harry Baur qui excelle dans ce jeu du chat et la souris. Cela a sans doute le défaut de donner un peu trop d’importance à l’enquête policière au détriment du tourment intérieur de Rodion qui est, dans le film, bien peu loquace. Il faut aussi saluer Madeleine Ozeray qui fait une Sonia parfaite bien que son rôle soit assez simplifié : il est difficile de percevoir à quel point c’est cette fragile créature qui influe le plus sur Rodion, la fin paraissant un peu expédiée. Crime et châtiment n’est pas un roman facile à adapter à l’écran. Cette version de Pierre Chenal possède une certaine force atemporelle qui rend le film toujours aussi intéressant aujourd’hui.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Harry Baur, Pierre Blanchar, Madeleine Ozeray, Lucienne Le Marchand, Alexandre Rignault, Sylvie, Aimé Clariond
Voir la fiche du film et la filmographie de Pierre Chenal sur le site IMDB.
Voir les autres films de Pierre Chenal chroniqués sur ce blog…

Autres versions :
Crime et châtiment (Crime and punishment) de Josef von Sternberg (1935) avec Peter Lorre
Crime et châtiment de Georges Lampin (1956) avec Robert Hossein et Jean Gabin
Crime & Punishment, USA de Denis Sanders (1959) avec George Hamilton
Crime et châtiment (Rikos ja rangaistus) d’Aki Kaurismäki (1983)
Crime et châtiment de Menahem Golan (2002) avec Crispin Glover

Les adaptations au petit écran sont nombreuses. A noter que Stellio Lorenzi l’a adapté 2 fois à la télévision française en 1955 (avec Roger Crouzet et Pierre Mondy) et en 1971 (avec François Marthouret et Jean Topart)… et qu’Andrzej Wajda a réalisé une adaptation pour la télévision allemande en 1992 : Schuld und Sühne.

27 mars 2012

Scaramouche (1952) de George Sidney

ScaramoucheEn France, à la veille de la Révolution Française, André-Louis Moreau, fils illégitime d’un noble, va chercher à venger son meilleur ami tué par la Marquis de Maynes pour un pamphlet révolutionnaire qu’il a écrit et diffusé… Parmi les films de cape et d’épée, Scaramouche est l’un des plus beaux fleurons du genre. Le roman de l’italien Rafael Sabatini avait déjà été adapté par Rex Ingram en 1923, mais cette version en Technicolor est plus flamboyante. George Sidney, qui avait réalisé auparavant plusieurs comédies musicales, donne beaucoup de rythme à l’ensemble et nous gratifie de la plus belle scène de duel du cinéma, très spectaculaire et gérée comme un ballet. Plein de charme, Stewart Granger est parfait dans ce rôle de grand séducteur et d’aventurier. De l’ensemble, se dégage une certaine élégance, cette élégance que l’on ne retrouve que parmi certains grands films hollywoodiens des années cinquante. Scaramouche est un superbe divertissement.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Stewart Granger, Eleanor Parker, Janet Leigh, Mel Ferrer, Henry Wilcoxon, John Dehner
Voir la fiche du film et la filmographie de George Sidney sur le site IMDB.

Voir les autres films de George Sidney chroniqués sur ce blog…

Remarques :
Stewart Granger s’est longuement entraîné à l’escrime et a tenu à tourner lui-même les scènes de combat. Il s’est blessé lors du duel final et le tournage a du être interrompu plusieurs jours. Mel Ferrer, en revanche, a pour doublure Jean Heremans, champion d’escrime, qui fut d’ailleurs blessé par Stewart Granger. Il aurait toutefois participé au duel final.

Autres versions :
Scaramouche de Rex Ingram (1923) avec Ramon Navarro
Scaramouche de Antonio Isasi-Isasmendi (1963)

26 mars 2012

Lune de miel mouvementée (1942) de Leo McCarey

Titre original : « Once upon a honeymoon »

Lune de miel mouvementéeA la veille de la Seconde Guerre mondiale, un journaliste américain en poste à Vienne désire enquêter sur le Baron Von Luber, soupçonné d’être un agent à la solde des nazis. Pour l’approcher, il rend visite à sa fiancée, une jeune américaine de Brooklyn attirée par la richesse… Lune de miel mouvementée est un peu la contribution de Leo McCarey à l’effort de guerre. Comme Lubitsch avec To be or not to be ou Chaplin avec Le Dictateur, il utilise l’arme qu’il connait le mieux : la comédie. Hélas, le résultat est bien en deçà des deux films pré-cités. Leo McCarey tente de faire une symbiose entre la comédie, l’espionnage et le film anti-nazi sans vraiment y réussir. Au final, cela donne un film plutôt bizarre, pas toujours de très bon goût avec une histoire quelque peu extravagante. Certaines scènes, qui auraient dû être fortes, paraissent futiles, parfois même ridicules. Le meilleur est à chercher du côté de l’interprétation avec un Cary Grant parfaitement dans son rôle et quelques scènes électriques avec Ginger Rodgers chargées d’un érotisme subtil (telle la scène du bar de l’hôtel). On remarquera aussi une bonne intégration d’images d’actualités de l’époque.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Cary Grant, Ginger Rogers, Walter Slezak
Voir la fiche du film et la filmographie de Leo McCarey sur le site IMDB.

Voir les autres films de Leo McCarey chroniqués sur ce blog…

Lire une autre critique du film avec une bonne présentation  de Leo McCarey sur le site DVDclassik…

25 mars 2012

Frankenstein (1931) de James Whale

FrankensteinHenry Frankenstein, fils du baron Frankenstein, a quitté l’université pour se retirer dans une grande bâtisse lugubre et isolée afin de poursuivre ses recherches : créer de toutes pièces un être humain et lui insuffler la vie… C’est le succès de Dracula, quelques mois auparavant, qui a poussé Universal à poursuivre dans la voie du film d’horreur : ils choisissent d’adapter Frankenstein, le roman de Mary Shelley datant de plus d’un siècle. La trouvaille par rapport au roman est l’utilisation d’un cerveau de criminel, ce qui décuple l’appréhension. Le succès du film repose essentiellement sur trois personnes : James Whale qui crée une ambiance très lourde et noire avec une caméra fluide et des décors très bien utilisés, Boris Karloff qui parvient à générer des sentiments contradictoires chez le spectateur, un subtil mélange de répulsion et de compassion, et enfin Jack Pierce qui a créé le maquillage du « monstre », ce visage qui deviendra inséparable de la créature de Frankenstein (qui, en réalité, n’a pas de nom puisque Frankenstein est le nom de son créateur). Comme on le sait, le film eut un succès immense et son impact sur les esprits fut puissant, devenant le symbole des dangers de la science mal maitrisée.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Boris Karloff, Colin Clive, Mae Clarke, John Boles
Voir la fiche du film et la filmographie de James Whale sur le site IMDB.
Voir les autres films de James Whale chroniqués sur ce blog…

Remarque :
Avant cette version, le roman de Mary Shelley avait déjà été adapté 3 fois
Frankenstein de James Searle Dawley (1910) pour Edison
Life Without Soul de Joseph W. Smiley (1915) (film perdu)
Il mostro di Frankenstein de Eugenio Testa (1921) (film perdu)

24 mars 2012

One is business, the other crime (1912) de David W. Griffith

One Is Business, the Other Crime(Court métrage de 15 min) Deux mariages ont lieu le même jour. Nous retrouvons les deux couples un peu plus tard : l’un est pauvre, le mari qui ne trouve pas de travail est tenté de voler malgré les promesses faites à sa femme. L’autre couple est riche mais le mari est tenté d’accepter un pot de vin dans le cadre d’un vote pour l’attribution d’un marché… Avec One Is Business, the Other Crime, D.W. Griffith veut montrer comment la malhonnêteté peut exister à tous les niveaux, motivée soit par le besoin de survie, soit par l’appât du gain. Il crée ainsi un parallèle entre les deux extrémités de l’échelle sociale. Dans les deux cas, il suffira d’un déclencheur pour rester dans le droit chemin. Le film est solidement interprété avec un ton très juste.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Charles West, Dorothy Bernard, Edwin August, Blanche Sweet
Voir la fiche du film et la filmographie de David W. Griffith sur le site IMDB.

Voir les autres films de David W. Griffith chroniqués sur ce blog…

Remarques :
Le film a visiblement été tourné un jour de grand vent ! Tous les plans extérieurs montrent les arbres secoués par un fort vent. Ce genre de détail nous rappelle à quel point les films étaient tournés très rapidement, sur une ou deux journées le plus souvent.

23 mars 2012

Non ma fille, tu n’iras pas danser (2009) de Christophe Honoré

Non ma fille, tu n'iras pas danserSéparée de son mari, Léna a bien du mal à trouver son équilibre malgré sa relation très fusionnelle avec ses deux enfants. Sa mère, sa sœur et même son ex-mari tentent de l’aider mais Léna refuse que l’on pense pour elle, que l’on choisisse à sa place ce qui est bon pour elle… Non ma fille, tu n’iras pas danser est donc un portrait de femme fragilisée en butte à son entourage proche. Si le début du film nous fait ressentir une inévitable empathie pour Léna face à cette famille qui tente de régimenter sa vie, son aptitude à choisir les mauvaises solutions et sa totale incohérence finissent par la rendre plutôt agaçante. On se détache alors de l’histoire. L’intermède de la légende bretonne au milieu du film parait assez inutile (une jeune fille qui avait placé la barre si haute pour se marier qu’elle dut convoler avec le Diable en personne) et certaines personnages, telle la sœur de Léna, semblent assez mal définis.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Chiara Mastroianni, Marina Foïs, Marie-Christine Barrault, Jean-Marc Barr, Louis Garrel
Voir la fiche du film et la filmographie de Christophe Honoré sur le site IMDB.

Voir les autres films de Christophe Honoré chroniqués sur ce blog…

22 mars 2012

Hammett (1982) de Wim Wenders

HammettEn 1928 à San Francisco, un ex-détective privé devenu écrivain d’histoires policières se trouve impliqué dans la recherche d’une jeune fille mystérieusement disparue. Son enquête le mène à Chinatown… Grand admirateur du film noir américain, Wim Wenders lui rend hommage par cette évocation du fondateur du roman noir, Dashiell Hammett (1). L’idée est de plonger l’écrivain dans l’univers de ses écrits ce qui constitue une approche originale. Hammett fait partie de la période américaine du réalisateur allemand Wim Wenders qui dut ici collaborer avec un producteur assez intrusif, Francis Ford Coppola. Les visions des deux cinéastes étaient trop différentes, la production fut donc « longue et difficile ». Une première version, plus centrée sur l’écrivain que sur le détective, fut tournée et refusée par Coppola (2). Le résultat final apparaît comme un compromis où la patte de Wenders se ressent de manière un peu plus diffuse que dans ses autres films : un certain détachement et une façon d’aller chercher l’essence de l’époque. L’atmosphère est particulièrement bien rendue, assez épaisse, intense. Hammett est un beau film noir qui se regarde avec plaisir.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Frederic Forrest, Peter Boyle, Marilu Henner, Roy Kinnear, Elisha Cook Jr.
Voir la fiche du film et la filmographie de Wim Wenders sur le site IMDB.
Voir les autres films de Wim Wenders chroniqués sur ce blog…

Remarque :
Le superbe plan de la machine à écrire vue par le dessous des touches aurait été soufflé à Wenders par Samuel Fuller. Le réalisateur fait d’ailleurs une petite apparition dans une scène, dans la salle de jeux.

(1) C’est Dashiell Hammett qui a donné un ton nouveau aux histoires policières à la fin des années 20 en durcissant ses personnages, créant ainsi le genre des hard-boiled detective stories (« hard-boiled » = dur à cuire). Son détective ne s’en laisse pas conter car il a à faire face à des adversaires pas toujours très tendres. Raymond Chandler est un peu le fils spirituel de Dashiell Hammett. Plusieurs romans de Dashiell Hammett ont été adaptés au cinéma : Le Faucon Maltais (adapté 3 fois), La Clé de Verre et L’introuvable pour ne citer que les plus célèbres.
(2) Dans la première version, l’amie de Hammett était interprétée par Ronee Blakley, alors épouse de Wenders. Ils divorcèrent entre les deux versions et elle fut donc remplacée ! Presque tous les acteurs furent remplacés d’ailleurs mais Frederic Forrest figure dans les deux (entre les deux versions, il a tourné Coup de Cœur de Coppola).