23 mars 2018

Gussle’s Backward Way (1915) de Charles Avery et Syd Chaplin

Autre titre : Syd’s Backward Ways

Gussle's Backward WayUn voyageur sur sa mule s’arrête au bord d’une rivière de montagne où il se fait rançonner. Il parvient à s’échapper par ruse mais, dans sa précipitation, ne se rend pas compte qu’il chevauche sa monture à l’envers. Il arrive dans une auberge où il raconte ses mésaventures…
Frère de Charles Chaplin, Sydney Chaplin (couramment nommé Syd Chaplin pour éviter de le confondre avec Sydney Chaplin, le fils de Charles Chaplin) a rapidement rejoint son frère à Hollywood à la fin 1914 pour tenter d’entamer, lui aussi, une carrière au cinéma. Son personnage Gussle apparaît ainsi dans une dizaine de courts métrages pour la Keystone. Le plus remarquable dans celui-ci est l’utilisation habile d’un trucage (film passé à l’envers) pour simuler une mule sans tête. On ne peut que remarquer la propension de Syd Chaplin à imiter son frère pour son accoutrement (pantalon trop large, veste trop serrée, canne et chapeau ridicule). Le film a été tourné au printemps 1915 alors que Charlie Chaplin utilisait son costume du vagabond depuis presque un an (même si The Tramp n’a été tourné que quelques semaines avant celui-ci). Sydney n’a toutefois pas toute la gestuelle évocatrice de son frère, il ne parvient pas à en engendrer l’empathie et ses gags restent très classiques et habituels, tout à fait dans la pure tradition du slapstick de la Keystone. Ce film, dont l’intérêt historique est indéniable, a été récemment brillamment restauré.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Syd Chaplin, Phyllis Allen
Voir la fiche du film et la filmographie de Charles Avery sur le site IMDB.

Gussle's Backward Way

Gussle's Backward Way
Syd Chaplin et Dave Anderson dans Gussle’s Backward Way. A noter, en arrière-plan, l’écriteau de l’auberge qui annonce dans un français approximatif « Alpine du Nord – en pension ».

Gussle's Backward Way
Phyllis Allen et Syd Chaplin dans Gussle’s Backward Way.

4 décembre 2017

A Girl’s Folly (1917) de Maurice Tourneur

A Girl's FollyAyant interrompu par inadvertance un tournage près de chez elle, une jeune fille quitte sa campagne pour tenter sa chance comme actrice…
A Girl’s Folly est un film absolument unique, pas tant par son histoire qui n’a rien de passionnant mais par le fait que Maurice Tourneur nous montre de l’intérieur le fonctionnement d’un studio en 1917. Il s’agit en l’occurrence de Paragon Studio dont nous nous pouvons voir les bâtiments aux toits de verre et les extérieurs. Le centre du cinéma était sur la côte est des Etats-Unis, à Fort Lee dans le New Jersey. Le film montre comment les décors sont assemblés en quelques minutes sur de grandes plaques tournantes (afin d’avoir le meilleur angle de vue), comment la scène est expliquée aux acteurs avant le tournage, etc. Il nous montre aussi d’autres aspects de la vie du studio. Tout cela est une petite mine d’or pour les historiens et les cinéphiles. A noter la présence de Maurice Tourneur dans son propre rôle de metteur en scène et (très probablement) du tout jeune Joseph von Sternberg.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Robert Warwick, Doris Kenyon
Voir la fiche du film et la filmographie de Maurice Tourneur sur le site IMDB.
Voir les autres films de Maurice Tourneur chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Maurice Tourneur

Remarque :
* Le film durait initialement 65 minutes. Une version de 58 minutes figure sur certains DVD américains. La version vue ici est une version restaurée de 28 minutes (diffusée par Serge Bromberg) avec les passages les plus intéressants sur le plan historique.
* Fort Lee est situé juste en face de New York, de l’autre côté de l’Hudson au niveau du George Washington Bridge. Pour en savoir plus sur Fort Lee et la liste des compagnies de cinéma à Fort Lee… (Paragon fait partie de World Pictures)

Maurice Tourneur
Maurice Tourneur  dans son son propre rôle dans A Girl’s Folly de Maurice Tourneur.

A girl's folly
Pour aller visionner les rushes, les personnages traversent une salle de montage où des employées coupent et assemblent des films.

A girl's folly
Si l’on n’en pas la preuve formelle, tout laisse à penser que ce jeune caméramen n’est autre que Josef von Sternberg (âgé de 23 ans) qui faisait alors ses débuts à Paragon Studio .

26 octobre 2017

Fatty au village (1919) de Roscoe Arbuckle

Titre original : « The Hayseed »
Autre titre français : « Un garçon séduisant »

Fatty au villageFatty et Buster travaillent au Grimes General Store, Fatty est aussi chargé de distribuer le courrier. Il est très épris d’une jeune fille qui est également courtisée par le shérif du village… The Hayseed est le treizième des quatorze films de la collaboration entre Fatty Arbuckle et Buster Keaton. Il est très réussi, non pas tant grâce à Buster Keaton qui n’a pas vraiment ici un très grand rôle, mais grâce à l’humour bien dosé de Fatty qui paraît ici un peu plus raffiné, moins gamin. Al St. John étant parti tenter une carrière en solo, c’est John Coogan (le père de Jackie Coogan, le gamin du futur The Kid) qui interprète le rôle du méchant. Il y a beaucoup de bons gags et le rythme est assez enlevé.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle, Buster Keaton, Molly Malone, Jack Coogan Sr.
Voir la fiche du film et la filmographie de Roscoe Arbuckle sur le site IMDB.

Voir les autres films de Roscoe Arbuckle chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle

Un garçon séduisant
Fatty Arbuckle prépare le « fromage suisse » dans The Hayseed de Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle.

Un garçon séduisant
Jack Coogan Sr. dans The Hayseed de Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle.

6 août 2017

Married to Order (1918) de Charley Chase

Married to Order(Court-métrage de 2 bobines, 16 mn env.) Un jeune prétendant se heurte à l’opposition du père de sa bien-aimée : dès qu’il franchit le seuil de sa maison, il n’a de cesse de le mettre dehors sans ménagement. Heureusement, ce père est très myope… Charley Chase a tourné ses meilleurs courts-métrages à partir de 1925, souvent sous la direction de Leo McCarey. Mais celui que l’on nomme parfois « le quatrième comique » (loin derrière Chaplin, Keaton et Lloyd), a débuté dès 1914 et il a beaucoup dirigé. Si ses premiers films à la Keystone, où il interprète souvent des personnages aux intentions douteuses, n’ont rien de remarquable, ce Married to Order paraît bien plus intéressant. On y retrouve également Oliver Hardy (sous le nom Babe Hardy) qui, malgré ses 28 ans, est tout à fait crédible en quadragénaire irascible. L’histoire et les gags sont très classiques mais bien amenés, on peut déceler les prémices du futur style de Charley Chase. Le comédien (sans sa moustache, qui viendra plus tard) est ici beaucoup plus élégant que dans ses films pour la Keystone.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Charley Chase, Oliver Hardy
Voir la fiche du film et la filmographie de Charley Chase sur le site IMDB.

Voir les autres films de Charley Chase chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Charley Chase utilise toujours son vrai nom pour signer la réalisation : Charles Parrott.
* Le film a été tourné en juillet 1918.
* Ce film est visible dans le coffret américain (zone 0) de 4 DVD Becoming Charley Chase qui contient plus de 40 courts-métrages.

Charley Chase
Charley Chase dans Married to Order de Charley Chase.

Married to Order - Oliver Hardy
Oliver Hardy et Rosemary Theby dans Married to Order de Charley Chase.

2 janvier 2017

Fatty à la clinique (1918) de Roscoe Arbuckle

Titre original : « Good Night, Nurse! »

Fatty à la clinique(2 bobines, 26 mn) A un coin de rue, Fatty, passablement alcoolisé, tente d’allumer sa cigarette sous une pluie battante. Il rentre chez lui et sa femme l’envoie de force dans une clinique où le chirurgien Buster prétend guérir les alcooliques… Good Night, Nurse! fait partie des courts métrages de Fatty Arbuckle avec Buster Keaton. Il se déroule en trois lieux principaux (dans la rue sous la pluie, chez lui, à la clinique) et c’est la dernière partie (celle où Buster Keaton apparaît) qui est la plus inventive. La scène la plus remarquée est celle où Fatty, déguisée en nurse, flirte avec Keaton. Quelques bons gags mais aussi quelques longueurs.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle, Buster Keaton, Al St. John
Voir la fiche du film et la filmographie de Roscoe Arbuckle sur le site IMDB.

Voir les autres films de Roscoe Arbuckle chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Fatty Arbuckle

Good night Nurse
Buster Keaton et Fatty Arbuckle déguisée en nurse flirtent dans Fatty à la clinique de Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle.

2 janvier 2017

Love (1919) de Roscoe Arbuckle

Love (2 bobines, 23 mn) Fatty et la fille du fermier voisin sont amoureux mais le père préfère le fils d’un fermier plus riche qui lui offre la moitié de ses terres… Love est un court métrage tout à fait dans le style de Fatty Arbuckle, c’est-à-dire du pur slapstick avec de bons gags jouant sur son côté grand enfant balourd. Certains gags sont classiques mais d’autres sont assez travaillés, parfois très acrobatiques et ayant visiblement demandé une certaine préparation. Comme souvent avec Fatty, certains gags semblent quelque peu étirés comme cette longue scène où le fermier tombe à de multiples reprises dans un puits très profond. Fatty se retrouve face à son acolyte de longue date, son neveu Al St. John. A noter que Fatty se déguise une nouvelle fois en femme à un moment de l’histoire. Ce court métrage a été redécouvert au début des années 2000.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle, Al St. John
Voir la fiche du film et la filmographie de Roscoe Arbuckle sur le site IMDB.

Voir les autres films de Roscoe Arbuckle chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Fatty Arbuckle

Love Fatty
Fatty Arbuckle dans sa « Fordette » dans Love de Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle.

12 décembre 2016

La Demi-Lune rouge (1919) de Alexander Korda

Titre original : Az aranyember

Az aranyemberUn riche pacha turc, sur le point d’être arbitrairement arrêté, s’enfuit avec sa fille à l’étranger et s’embarque pour remonter le Danube sur un navire marchand commandé par Michael Timar. Sur le point de mourir, le pacha lui confie sa fille que le capitaine va épouser après avoir mis la main sur la fortune du défunt. Mais c’est un mariage de convenance, sans amour… Hongrois avant d’être naturalisé anglais en 1931 et d’écrire certaines des plus belles pages du cinéma anglais, le producteur Alexander Korda a réalisé dans son pays natal de nombreux films dont extrêmement peu sont parvenus jusqu’à nous. En 1919, le jeune réalisateur de 26 ans, qui s’appelait encore Korda Sándor, s’inspire d’un grand classique de la littérature hongroise, L’homme en or de Mór Jókai (1872). Le film durait quatre heures. Seules 80 minutes ont survécu dans une version allemande, Der Rote Halbmond. Il y a donc inévitablement des sautes dans le récit, certains épisodes manquent mais l’ensemble reste très compréhensible même si l’histoire est assez complexe. Les intertitres sont assez nombreux. La réalisation est assez classique pour l’époque, le jeu des acteurs est plutôt théâtral, assez appuyé. De nombreuses scènes sont tournées en extérieurs et le Danube tient une grande place dans cette histoire. Une nouvelle bande-son originale, signée par le compositeur et clarinettiste allemand Michael Riessler, accompagne cette version restaurée. (Film muet).
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Oscar Beregi Sr., Margit Makay
Voir la fiche du film et la filmographie de Alexander Korda sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alexander Korda chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Alexander Korda

La Demi-lune rouge
Oscar Beregi Sr. dans La Demi-Lune rouge (Az aranyember) de Korda Sándor.

La Demi-lune rouge
Navigation sur le Danube dans La Demi-Lune rouge (Az aranyember) de Korda Sándor.

La Demi-lune rouge
Oscar Beregi Sr. et Ica von Lenkeffy dans La Demi-Lune rouge (Az aranyember) de Korda Sándor.

Autres adaptations du roman en long métrage :
Az aranyember (1936) du hongrois Béla Gaál
Az aranyember (1962) du hongrois Viktor Gertler

25 avril 2016

La Dame de Monsoreau (1913) de Emile Chautard

La Dame de MonsoreauEn 1578, au début du règne d’Henri III, alors que le duc d’Anjou ne cesse de comploter contre son frère le roi, la belle Diane de Méridor accepte d’épouser le Comte de Monsoreau qu’elle n’aime pas pour se protéger des avances du duc d’Anjou. Un jour, elle sauve le Comte de Bussy blessé dans un duel… Réalisé en 1913, année faste pour le cinéma français qui dominait alors le cinéma mondial, La Dame de Monsoreau est adapté du roman homonyme d’Alexandre Dumas. Il s’agit d’une production des Studios Eclair, alors le troisième plus grand studio (après Pathé et Gaumont) mais dont on connait très mal la production car peu de films ont survécu. Le réalisateur de La dame de Monsoreau n’est même pas connu avec certitude : est-ce Maurice Tourneur, Victorin Jasset, Charles Krauss ou plus vraisemblablement Emile Chautard ? Ce qui frappe en premier, c’est la rapidité d’enchainements des scènes, surtout dans la mise en place de l’intrigue dont la compréhension peut être délicate pour une personne qui ne connait pas l’histoire. Le montage est en tous cas très dynamique. On remarquera un certain nombre de plans américains, ce qui était encore très rare alors. Les costumes sont nombreux et assez riches et les décors somptueux et très bien éclairés. Certaines scènes ont été tournées à Chenonceau. Le jeu des acteurs est assez théâtral, ce qui correspond aux normes de l’époque, mais sans excès. La copie qui a été restaurée reste assez abimée par endroits mais permet d’apprécier la grande qualité de cette production.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Marie-Louise Derval, Henri Bosc
Voir la fiche du film et la filmographie de Emile Chautard sur le site IMDB.

Lire aussi la présentation sur le blog de Christine Leteux, Ann Harding’s Treasures

Remarque :
Le film est visible librement sur le site des Archives Françaises du Film.

La Dame de Monsoreau
Henri Bosc et Marie-Louise Derval dans La Dame de Monsoreau de Emile Chautard.

15 janvier 2016

Fatty groom (1918) de Roscoe Arbuckle

Titre original : « The Bell Boy »

Fatty groom(Muet, 25 mn) Fatty et Buster sont les grooms et hommes à tout faire d’un hôtel plutôt miteux. L’arrivée d’une jolie manucure va les pousser à inventer tout un stratagème pour se mettre en valeur… Fatty groom est le huitième des quatorze films que Fatty Arbuckle et Buster Keaton ont tournés ensemble. Plus qu’un duo, il s’agissait alors d’un trio puisque Al St John était alors le troisième comparse, certes moins présent dans les gags. Il y a de bonnes trouvailles, à commencer par ce grand classique du lavage d’une vitre imaginaire qui ouvre le film mais aussi un ascenseur motorisé d’une façon bien particulière, une séquence chez le barbier de transformation d’un client en personnages célèbres (général Grant, Lincoln, le Kaiser), le passage entre les différentes pièces lors de l’attaque de la banque, la course du trolleybus, etc. L’ensemble est très amusant. Accessoirement, c’est l’un des rares films où l’on peut voir Buster Keaton sourire…
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle, Buster Keaton, Al St. John
Voir la fiche du film et la filmographie de Roscoe Arbuckle sur le site IMDB.

Voir les autres films de Roscoe Arbuckle chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle

Fatty Groom
Fatty Arbuckle, Buster Keaton et Alice Lake dans Fatty groom de Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle.

19 septembre 2015

L’Indésirable (1914) de Michael Curtiz

Titre original : « A tolonc »

L'indésirableDans un petit village des Carpates, une jeune femme a été élevée par son oncle qu’elle prenait pour son père. Sur son lit de mort, celui-ci lui apprend que sa mère n’est pas morte. Se retrouvant seule, elle doit aller à la ville proche se faire engager comme servante dans une maison bourgeoise. Le fils de la famille tombe amoureux d’elle… Le réalisateur Michael Curtiz, bien connu pour ses grands succès hollywoodiens comme Robin des Bois ou Casablanca, n’a émigré aux Etats-Unis qu’en 1926. Avant cela, il a tourné plusieurs dizaines de films à partir de 1912 dans sa Hongrie natale puis en Autriche. Récemment restauré, L’indésirable est le dixième et le seul survivant de sa période hongroise. A ce titre, sa valeur historique est bien entendu immense car il nous permet de voir un bel exemple de la production cinématographique d’Europe centrale à cette époque. L’indésirable est l’adaptation d’une pièce de théâtre célèbre, il est interprété par des comédiens très connus sur les planches. Il s’agit d’un mélodrame que l’on trouvera aujourd’hui très banal et sans grand intérêt, mais ce n’était certainement pas le cas des spectateurs de l’époque. Comme pour tous les films de cette époque, le jeu des acteurs est assez théâtral mais sans excès, aucune grandiloquence ni rigidité ici, et tout est filmé en plans moyens avec de très rares plans rapprochés. Il n’y a rien de franchement notable si ce n’est que l’ensemble est de bonne facture pour un jeune réalisateur de 28 ans, à l’aube d’une longue et prolifique carrière (172 réalisations entre 1912 et 1961).
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Lili Berky, Victor Varconi
Voir la fiche du film et la filmographie de Michael Curtiz sur le site IMDB.

Voir les autres films de Michael Curtiz chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Michael Curtiz

L'indésirable
Victor Varconi et Lili Berky dans L’indésirable de Michael Curtiz.

L'indésirable
L’un des très rares plans rapprochés, pour mieux montrer aux spectateurs l’action de verser la poudre dans la bouteille  : Lili Berky dans L’indésirable de Michael Curtiz.