21 février 2024

What’s the World Coming To (1926) de Richard Wallace et F. Richard Jones

What's the World Coming ToDans un futur éloigné, les femmes dominent la société. Un homme au foyer, récemment marié, voit sa femme le tromper tandis qu’il doit subir les avances insistantes d’une autre femme…
What’s the World Coming To? est un court métrage muet burlesque réalisé par Richard Wallace et produit par Hal Roach. Parmi les trois auteurs du scénario, on remarque la présence de Stan Laurel (qui n’avait pas encore formé son duo avec Oliver Hardy). Le sujet est assez original pour l’époque puisqu’il s’agit d’inverser les sexes tout en gardant les mêmes stéréotypes : les hommes se comportent selon les clichés et préjugés sur les femmes, ce qui provoquait sans doute l’hilarité à l’époque. En fait, cette inversion n’est que peu exploitée, les gags restent très classiques et paraissent aujourd’hui bien pauvres (j’ai souri deux fois tout de même). On pourra à la rigueur s’amuser de la vision du futur avec ses aéronefs, scènes qui ont un petit parfum Georges Méliès. Clyde Cook est un acteur comique d’origine australienne qui connut un court moment de gloire chez Hal Roach au milieu des années vingt en jouant beaucoup avec ses mimiques faciales et sa moustache.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Clyde Cook, Katherine Grant, James Finlayson, Martha Sleeper
Voir la fiche du film et la filmographie de Richard Wallace et F. Richard Jones sur le site IMDB.

Katherine Grant et Clyde Cook dans What’s the World Coming To? de Richard Wallace

23 décembre 2023

Leur instant d’humiliation (1928) de James Parrott et Fred Guiol

Titre original : « Their Purple Moment »
Autre titre français : « La Minute de vérité »

Leur instant d'humiliation (Their Purple Moment)Stan et Ollie ont bien du mal à garder quelques dollars de leur salaire que leur femme exige intégralement. Croyant avoir réussi à en cacher quelques-uns, ils partent faire la bombe dans un cabaret en galante compagnie…
Their Purple Moment (Leur instant d’humiliation est une meilleure traduction du titre que La Minute de vérité) est un court métrage muet américain de deux bobines (soit 20 minutes env.) réalisé par James Parrott et Fred Guiol. Pour la première fois, le duo comique traite un sujet matrimonial : Stan et Ollie sont mariés, et ils sont mariés à de véritables tyrans (et elles ont pour amie la commère du quartier). Tout cela est bien entendu très misogyne mais le problème principal n’est pas là. L’ensemble est bien médiocre, basé sur un seul ressort d’humour (ils dépensent à tout-va sans savoir qu’ils n’ont pas un sou en poche mais, nous, nous le savons). Seuls les moments purement slapstick sont réussis : l’histoire se termine avec une bataille style « tarte à la crème » hilarante (à défaut d’être originale) mais hélas très courte. Le gag de la cachette où Laurel cache ses dollars est également excellent mais c’est trop peu.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, Anita Garvin, Kay Deslys
Voir la fiche du film et la filmographie de James Parrott et Fred Guiol sur le site IMDB.

Stan Laurel, Jimmy Aubrey et Oliver Hardy dans Leur instant d’humiliation (Their Purple Moment) de James Parrott & Fred Guiol.

17 décembre 2023

L’Échange (1920) de Cecil B. DeMille

Titre original : « Why Change Your Wife? »

L'Échange (Why Change Your Wife?)Voulant offrir une belle robe à sa femme Beth pour ranimer leur idylle, Robert Gordon rencontre Sally, mannequin de la maison de couture. Le lendemain, lorsque sa femme refuse d’aller voir un spectacle avec lui, Robert propose à Sally de l’accompagner…
Why Change Your Wife? (L’Échange) est une comédie réalisée par Cecil B. DeMille. Entre 1919 et 1921, Cecil B. DeMille a tourné six films d’affilée avec Gloria Swanson qui l’ont propulsée en star. Why Change Your Wife? (1) est le quatrième, ce n’est pas le plus remarquable. C’est également le premier grand rôle pour Bebe Daniels qui était auparavant aux côtés d’Harold Lloyd. L’histoire, sur une idée du frère du réalisateur, William DeMille, est une fois de plus une comédie sur le mariage qui donne de véritables leçons de vie aux spectateurs. Le propos est effroyablement misogyne : séductrice avant le mariage, la femme se transforme en cerbère triste une fois épousée, n’offrant que reproches au pauvre mari qui, malgré sa bonne volonté, finit par aller chercher ailleurs ce qu’il a perdu. L’histoire est assez simplette et n’est pas vraiment remarquable. Elle offre toutefois un prétexte pour faire rêver les spectateurs avec des robes extravagantes (qui paraissent assez compliquées à nos yeux actuels, les tenues de bain valent le détour !) (Film muet)
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Thomas Meighan, Gloria Swanson, Bebe Daniels
Voir la fiche du film et la filmographie de Cecil B. DeMille sur le site IMDB.

Voir les autres films de Cecil B. DeMille chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Cecil B. DeMille

(1) Ne pas confondre avec Don’t change your husband (Après la pluie, le beau temps) de 1919 qui est le premier film de DeMille avec Gloria Swanson.

Remarque :
Le film est tombé dans le domaine public. Il est visible sur Archive.org.

Gloria Swanson et Thomas Meighan dans L’Échange (Why Change Your Wife?) de Cecil B. DeMille.
Thomas Meighan et Bebe Daniels dans L’Échange (Why Change Your Wife?) de Cecil B. DeMille.

8 décembre 2023

Oeil pour oeil (1929) de James W. Horne et Leo McCarey

Titre original : « Big Business »

Oeil pour oeil (Big Business)Ollie et Stanley vendent des arbres de Noël en porte à porte. La discussion avec un client irascible va tourner en destruction massive…
Oeil pour oeil (autres titres français : Fais pas le clown et Beaucoup de bris pour rien) est un court métrage burlesque américain réalisé par James W. Horne avec l’aide de Leo McCarey. Ce dernier a également cosigné le scénario avec H. M. Walker. Assez simple en soi, reposant sur une seule situation, ce court métrage a une solide réputation. Il faut dire qu’il est typique de l’humour de Laurel et Hardy, et de leur fameuse technique du slow-burn dans les batailles (un protagoniste regarde placidement son opposant faire son méfait sans chercher à l’empêcher, avant de résolument rendre la pareille). L’escalade se poursuit dans l’absurde et l’intervention du policier est originale. James Finlayson est comme toujours parfait en adversaire, indéniablement l’un des meilleurs adversaires du duo. (Court métrage muet de 2 bobines, 20 min env.)
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, James Finlayson
Voir la fiche du film et la filmographie de James W. Horne et Leo McCarey sur le site IMDB.
Voir les autres films de James W. Horne chroniqués sur ce blog…
Voir les autres films de Leo McCarey chroniqués sur ce blog…

Oliver Hardy, James Finlayson et Stan Laurel
dans Oeil pour oeil (Big Business) de James W. Horne & Leo McCarey.

Anecdote :
Le producteur Hal Roach avait convenu d’utiliser la maison d’un employé du studio. Hal Roach a raconté que l’équipe de tournage s’était trompé d’adresse et avait détruit une autre maison dont les occupants étaient en vacances. L’anecdote est peu crédible et Stan Laurel l’a d’ailleurs plus tard démentie mais Hal Roach se plaisait à la raconter jusqu’à la fin de sa vie. (Voir sur YouTube un interview d’Hal Roach centenaire en 1992… Il raconte l’anecdote à partir de 6’20 »)

28 novembre 2023

La Fille de l’eau (1925) de Jean Renoir

La Fille de l'eauSur un canal, une péniche avec à son bord Gudule une enfant solitaire, son père marinier, et l’oncle Jeff. Le père se noie et Gudule n’a plus pour seule famille que son oncle, une brute qui dilapide l’héritage de sa nièce et tente de la violer. Gudule s’enfuit et se réfugie auprès de deux bohémiens : un jeune braconnier et sa mère…
La Fille de l’eau est un film français, réalisé par Jean Renoir d’après une histoire de Pierre Lestringuez. Il s’agit du premier film réalisé par Jean Renoir seul (1). Etant son propre producteur (grâce à la vente de quelques tableaux de son père), il bénéficié d’une liberté totale. L’histoire est très classique et peu intéressante. En fait, la motivation Jean Renoir était de mettre en valeur les qualités plastiques de Catherine Hessling, sa femme. Hélas, les talents d’actrice de cette dernière paraissent bien limités, son jeu est très outrancier. Si le film a des qualités, elles viennent plutôt de son côté bucolique et des aspects quasi documentaires du récit. Mais ce que l’on retient surtout, c’est la séquence du rêve de l’héroïne fiévreuse où le réalisateur utilise surimpressions, images en négatif, ralentis, arrêts sur image et maquettes. Le plan de la fuite sur un grand cheval blanc est assez beau. Cette séquence surréaliste effraya les distributeurs auxquels Renoir proposait gracieusement son film. Ce fut un échec commercial et critique. « Le seul bénéfice que j’ai tiré de ces premiers et naïfs travaux, c’est une assez bonne connaissance de la technique de l’appareil, de l’éclairage, des décors et surtout des trucages. » A voir pour son aspect historique.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Catherine Hessling
Voir la fiche du film et la filmographie de Jean Renoir sur le site IMDB.

Voir les autres films de Jean Renoir chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Jean Renoir

(1) Jean Renoir avait précédemment financé et coréalisé avec Albert Dieudonné (qui était seul crédité au générique), Catherine (1924, sorti en 1927 sous le titre Une vie sans joie) avec Catherine Hessling.

Catherine Hessling dans La Fille de l’eau de Jean Renoir.

12 octobre 2023

Le Chant du coucou (1927) de Clyde Bruckman

Titre original : « Call of the Cuckoo »

Le Chant du coucou (Call of the Cuckoo)Papa Gimplewart cherche à vendre sa maison pour fuir ses voisins qui semblent échappés d’un asile de fous. Il échange sa maison avec un acquéreur mais il va perdre au change…
Call of the Cuckoo est un court métrage muet américain réalisé par Clyde Bruckman et produit par Hal Roach. Le film a pour vedette Max Davidson qui était alors l’un des acteurs de premier plan du studio. Stan Laurel et Oliver Hardy y apparaissent en tant que faire-valoir. Bien qu’il s’agisse de leur 12e ou 13e film ensemble, le duo n’était pas encore formé. Ils ont le crâne rasé car ils venaient de tourner The Second Hundred Years où ils jouent des bagnards. Charley Chase et James Finlayson apparaissent également à leurs côtés ; tous les quatre, ce sont les fous (les « cuckoos ») de la maison d’à-côté. Ils font quelques gags dont une parodie de Guillaume Tell. Pour le reste, le film comporte quelques gags amusants dans la nouvelle maison où rien ne marche comme prévu, sans que ce soit mémorable toutefois.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Max Davidson, James Finlayson, Charley Chase, Oliver Hardy, Stan Laurel
Voir la fiche du film et la filmographie de Clyde Bruckman sur le site IMDB.

Voir les autres films de Clyde Bruckman chroniqués sur ce blog…

Lillian Elliott, Max Davidson et Spec O’Donnell dans Call of the Cuckoo de Clyde Bruckman.
Stan Laurel, Oliver Hardy, Charley Chase et James Finlayson dans Call of the Cuckoo de Clyde Bruckman.

Précision linguiste (offerte par la maison sans supplément) :
« jerry-built house » (vu dans un intertitre) = « maison construite rapidement avec des mauvais matériaux ».
https://www.etymonline.com/fr/word/jerry-built
(l’expression serait toujours utilisée aujourd’hui).

12 octobre 2023

Les Forçats du pinceau (1927) de Fred Guiol

Titre original : « The Second 100 Years »

Les forçats du pinceau (The Second 100 Years)Emprisonnés, Laurel et Hardy réussissent à s’évader après plusieurs essais infructueux en se faisant passer pour des peintres…
The Second Hundred Years est un film muet américain réalisé par Fred Guiol. Ce film est souvent considéré comme le premier du célèbre duo comique Laurel et Hardy, c’est-à-dire le premier qui montre beaucoup d’interactions entre les deux acteurs pour créer l’humour. Ecrite par Leo McCarey, l’histoire de ce court métrage de deux bobines s’articule en trois parties : 1) La prison où Laurel et Hardy donnent du fil à retordre à leurs gardiens ; 2) L’évasion en se faisant passer pour des peintres, une longue scène hilarante avec un humour absurde du meilleur cru ; 3) le dîner mondain avec un gag délirant de la cerise insaisissable (repris plus tard dans From Soup to Nuts, 1928). James Finlayson est également présent et nous gratifie de fort beaux double-take, sa spécialité. The Second Hundred Years est très réussi et préfigure bien l’humour de Laurel et Hardy.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, James Finlayson
Voir la fiche du film et la filmographie de Fred Guiol sur le site IMDB.

Voir les autres films de Fred Guiol chroniqués sur ce blog…

Oliver Hardy et Stan Laurel dans Les forçats du pinceau (The Second 100 Years) de Fred Guiol.

7 octobre 2023

Scandale à Hollywood (1926) de Fred Guiol

Titre original : « 45 Minutes from Hollywood »

Scandale à Hollywood (45 Minutes from Hollywood)Une famille de la campagne profonde doit payer une traite au risque de perdre sa propriété hypothéquée. Le bureau de recouvrement se trouve à Hollywood. Arrivés sur place, ils visitent la ville et se trouvent pris dans un hold-up qu’ils prennent pour un tournage de film…
45 Minutes from Hollywood est un court métrage muet américain réalisé par Fred Guiol et produit par Hal Roach. Le film est connu pour être le premier film que tournent ensemble Stan Laurel et Oliver Hardy (si l’on écarte The Lucky Dog (1921) qui était resté sans lendemain). Les deux futurs compères apparaissent bien tous deux, mais pas ensemble. De plus, si Oliver Hardy est bien reconnaissable en détective d’hôtel, Stan Laurel est impossible à reconnaitre. Le film a été conçu comme un « all-stars », tous les acteurs sous contrat avec Hal Roach y apparaissent (y compris Theda Bara dans un très court extrait de Madame Mystery) sauf Charley Chase qui manque à l’appel. Stan Laurel, encore peu connu, a eu l’idée saugrenue d’y apparaitre déguisé en James Finlayson ! Voilà pourquoi il est si difficile à reconnaitre. Il est le client avec un bonnet de nuit qui est pris dans une bagarre sur le lit de sa chambre. Hormis tout cela, le film n’est pas vraiment mémorable par son humour qui reste très classique.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Glenn Tryon, Charlotte Mineau, Sally O’Neil, Oliver Hardy, Stan Laurel
Voir la fiche du film et la filmographie de Fred Guiol sur le site IMDB.

Voir les autres films de Fred Guiol chroniqués sur ce blog…

Glenn Tryon (déguisé en femme) et Oliver Hardy dans Scandale à Hollywood (45 Minutes from Hollywood) de Fred Guiol.
Stan Laurel (déguisé en James Finlayson) dans Scandale à Hollywood (45 Minutes from Hollywood) de Fred Guiol.

7 octobre 2023

Maison à louer (1927) de Fred Guiol

Titre original : « Duck Soup »

Maison à louer (Duck Soup)Poursuivis par des rangers qui veulent les réquisitionner pour éteindre un incendie de forêt, Laurel et Hardy trouvent refuge dans une riche demeure dont le propriétaire est absent pour plusieurs mois. Les domestiques devaient recevoir de nouveaux locataires mais ils se sont absentés pour le week-end…
Duck Soup est un film muet américain réalisé par Fred Guiol. C’est le premier film où Stan Laurel et Oliver Hardy apparaissent en formant un vrai duo, avec déjà certains de leurs traits de caractère qu’ils conserveront par la suite. Le film a été perdu pendant presque cinquante ans avant d’être retrouvé en Belgique en 1974. L’histoire est basée sur un sketch écrit par le père de Stan Laurel. Les deux compères prennent la place du propriétaire et de sa bonne de maison, Stan Laurel se travestissant (gag très en vogue à cette époque) pour ce faire. Il y a de bons gags, une belle poursuite entre une auto et un vélo (!) et une bonne fin. L’ensemble est encore un peu rudimentaire. Les films suivants n’exploiteront pas le duo de la même façon, les deux acteurs faisant leur numéro chacun de leur côté. Il faudrait attendre un peu pour que l’on s’aperçoive du potentiel réel du duo.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, Charlie Hall
Voir la fiche du film et la filmographie de Fred Guiol sur le site IMDB.

Voir les autres films de Fred Guiol chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Ne pas confondre avec le célèbre film des Marx Brothers Duck Soup (1933).
* « Duck Soup », en argot américain, signifie « une chose facile à faire ».

Stan Laurel et Oliver Hardy dans Maison à louer (Duck Soup) de Fred Guiol.

Remake (de la partie dans la maison) :
Another Fine Mess de James Parott (1930, film parlant) avec Stan Laurel et Oliver Hardy.

20 mai 2023

Ton cor est à toi (1928) de Edgar Kennedy

Titre original : « You’re Darn Tootin’ »

Ton cor est à toi (You're Darn Tootin')Membres d’un orchestre municipal, Stanley et Oliver agissent toujours de façon décalée par rapport aux directives du capricieux chef d’orchestre. Renvoyés de leur travail, leur logeuse les met dehors. Ils se mettent alors « à leur compte » en jouant dans la rue…
You’re Darn Tootin’ est un court métrage muet de deux bobines (20 minutes env.) réalisé par Edgar Kennedy (1) et produit par Hal Roach. Il se déroule dans trois lieux différents : le concert en plein air où ils sabotent la prestation de l’orchestre, la pension de famille où ils inaugurent le gag de la salière mal fermée et enfin la rue où une querelle entre les deux compères se termine en gigantesque bataille (avec un déculottage général assez mémorable). Soigneusement construite, cette bataille est assez sauvage ; Stanley, loin de subir, y est particulièrement vindicatif et prompt à rendre les coups. Cette bataille apparaît encore plus inventive que la fameuse bataille de tartes à la crème de Battle of the Century
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, Wilson Benge
Voir la fiche du film et la filmographie de Edgar Kennedy sur le site IMDB.

Voir les autres films de Edgar Kennedy chroniqués sur ce blog…

Remarque :
• Le titre original est une dérivation de l’expression « You’re darn right ! » (et « toot »= coup de trompe ou de cor). En Grande Bretagne, le film est sorti sous le titre The Music Blasters.

• Dans la première partie, celle du concert, l’absence de son synchrone se fait cruellement sentir. Cette séquence est intégrée dans le film de 1967 La rencontre de Laurel et Hardy (The Further Perils of Laurel and Hardy) de Robert Youngson avec un accompagnement musical plus adapté et très réussi qui met en valeur les effets comiques (d’après Roland Lacourbe dans son livre Laurel Hardy , personnellement, je n’ai pas vu ce film).

Ton cor est à toi (You're Darn Tootin')Wilson Benge, Stan Laurel et Oliver Hardy et dans Ton cor est à toi (You’re Darn Tootin’) de Edgar Kennedy.

Ton cor est à toi (You're Darn Tootin')Oliver Hardy et Stan Laurel dans Ton cor est à toi (You’re Darn Tootin’) de Edgar Kennedy.

(1) Habitué aux seconds rôles burlesques depuis ses débuts à la Keystone (IMDB le crédite de 451 films en tant qu’acteur entre 1911 et 1949), Edgar Kennedy a également été réalisateur de 25 courts métrages entre 1922 et 1932 dont deux Laurel & Hardy. En tant qu’acteur burlesques, il excellait dans les rôles de personnages furieux et en colère. Il a joué avec Mabel Normand, Charlie Chaplin, Roscoe ‘Fatty’ Arbuckle, Harold Lloyd, les Marx Brothers, Stan Laurel et Oliver Hardy, et il fut l’un des originaux Keystone Cops.