16 mai 2020

Un ancien flirt (1927) de Fred Guiol et F. Richard Jones

Titre original : « Love ‘Em and Weep »

Un ancien flirt (Love 'Em and Weep) (Film muet, 20 mn env., 2 bobines) Titus Tillsbury (James Finlayson), homme respectable et respecté, prépare un discours avec son secrétaire particulier, Romaine Ricketts (Stan Laurel), lorsque surgit « Peaches » (Mae Busch), une ravissante jeune femme avec qui il a eu une aventure. Elle lui montre une photo compromettante et menace de ruiner sa carrière…
Chronologiquement parlant, Love ‘Em and Weep est le quatrième ou cinquième film de Laurel et Hardy (1) mais, s’ils font tous les deux partie de l’écurie d’Hal Roach,  le duo n’est pas vraiment encore bien établi : Stan Laurel a un rôle certes assez important mais c’est un second rôle, qui ne lui permet donc pas de développer son jeu si particulier, et Oliver Hardy ne fait que de la figuration. Le premier rôle est tenu par James Finlayson, solide comique avec tout un jeu de mimiques hilarantes. C’est une comédie fort bien construite avec de bonnes trouvailles de gag. Une version parlante sera refaite quatre ans plus tard par le duo Laurel & Hardy qui auront cette fois les premiers rôles : Chickens Come Home.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Mae Busch, Stan Laurel, James Finlayson, Oliver Hardy, Charlotte Mineau, Vivien Oakland
Voir la fiche du film et la filmographie de Fred Guiol et F. Richard Jones sur le site IMDB.

(1) Suivant que l’on compte ou pas Le Veinard (The Lucky Dog) de 1921.

Un ancien flirt (Love 'Em and Weep)James Finlayson / Mae Busch et James Finlayson dans Un ancien flirt (Love ‘Em and Weep) de Fred Guiol et F. Richard Jones.

Un ancien flirt (Love 'Em and Weep)Stan Laurel et Oliver Hardy dans Un ancien flirt (Love ‘Em and Weep) de Fred Guiol et F. Richard Jones.
(Les deux acteurs n’ont aucun plan en commun.)

13 avril 2020

Le Batelier de la Volga (1926) de Cecil B. DeMille

Titre original : « The Volga Boatman »

Le Batelier de la Volga (The Volga Boatman)A la veille de la révolution russe, la Princesse Vera visite la campagne avec son fiancé le Prince Dimitri. Elle remarque le batelier, Feodor, que son fiancé traite avec morgue. Le batelier, qui désire prendre une part active à la révolution naissante, leur annonce que les choses peuvent changer rapidement…
La Révolution russe de 1917 offre à Cecil B. DeMille un de ces toiles de fond de grands bouleversements qu’il affectionne pour placer une grande histoire d’amour impossible. A l’époque du muet, le réalisateur n’a pas les opinions anticommunistes qu’il affichera dans les années quarante et cinquante et, de fait, il ne prend pas parti : il renvoie les deux camps dos à dos. Et quand il s’agit de créer des images fortes, le réalisateur n’hésite pas à prendre des libertés avec la réalité historique (en 1917, cela faisait longtemps qu’il n’y avait plus de bateliers). La star montante William Boyd fait une belle interprétation, montrant une extraordinaire présence à l’écran et un indéniable charisme. Comme toujours chez Cecil B. DeMille, les décors sont particulièrement soignés, et cela est visible autant dans le riche environnement des nobles que dans celui des pauvres. Le film eut beaucoup de succès à sa sortie (1). Malgré quelques longueurs, l’histoire paraît toujours aussi puissante un siècle plus tard.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: William Boyd, Elinor Fair, Robert Edeson, Victor Varconi, Julia Faye
Voir la fiche du film et la filmographie de Cecil B. DeMille sur le site IMDB.

Voir les autres films de Cecil B. DeMille chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Cecil B. DeMille

Le Batelier de la Volga (The Volga Boatman)Elinor Fair et William Boyd dans Le Batelier de la Volga (The Volga Boatman) de Cecil B. DeMille.

Remarque :
* Les Bateliers de la Volga est une célèbre chanson traditionnelle russe dépeignant la souffrance des basses classes de la Russie impériale. Dans les années 20, la chanson était déjà bien connue du public américain.

(1) Assez bizarrement, Patrick Brion, dans les suppléments du coffret DVD de Bach Films, dit que le film n’eut que peu de succès… (parlait-il de la France ?) En fait, le film a recoupé trois fois son budget, ce qui était bienvenu après l’échec de son film précédent The Road to Yesterday, le premier film qu’il avait tourné dans son propre studio.

Les Bateliers de la VolgaCette toile Les Bateliers de la Volga du peintre russe Ilia Répine (env. 1870-1873) a fortement inspiré Cecil B. DeMille.

Remakes (beaucoup moins remarquables) :
Les Bateliers de la Volga, film français de Vladimir Strizhevsky (1936) avec Pierre Blanchar, Véra Korène et Charles Vanel
Les bateliers de la Volga (I battellieri del Volga) film italien de Viktor Tourjansky (1959) avec John Derek et Elsa Martinelli.

 

13 avril 2020

Les gaietés de l’infanterie (1927) de Fred Guiol

Titre original : « With Love and Hisses »

Les gaietés de l'infanterie (With Love and Hisses)Départ de soldats pour un camp d’entrainement. Le soldat un peu simplet Cuthbert Hope (Laurel) donne du fil à retordre à son sergent Banner (Hardy) sous l’autorité du capitaine Bustle (James Finlayson)…
With Love and Hisses fait partie des tous premiers court métrages muets de Laurel et Hardy en duo. Les gags s’enchainent bien. Après un début sur le quai de la gare et des scènes dans le train bien réussies, le clou du film est la séquence centrale du passage des soldats en revue qui est vraiment excellente. La dernière partie (une marche forcée) est moins réussie si ce n’est l’utilisation originale d’un panneau d’affichage pour un film de Cecil B. de Mille, Le Batelier de la Volga, qui avait triomphé sur les écrans l’année précédente. Stan Laurel assure la grande majorité des gags et James Finlayson campe un capitaine séducteur et colérique pas banal…
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, James Finlayson, Anita Garvin
Voir la fiche du film et la filmographie de Fred Guiol sur le site IMDB.

Les gaietés de l'infanterie (With Love and Hisses)Stan Laurel, Oliver Hardy, James Finlayson et Anita Garvin
dans Les gaietés de l’infanterie (With Love and Hisses) de Fred Guiol.

12 avril 2020

On n’a pas l’habitude (1929) de Lewis R. Foster

Titre original : « Unaccustomed As We Are »

On n'a pas l'habitude (Unaccustomed As We Are)Oliver Hardy a invité sans prévenir un des amis (Stanley Laurel) pour un « bon dîner ». Mais sa femme n’apprécie guère la « surprise »…
Unaccustomed As We Are est le premier film parlant de Laurel & Hardy, dans le sens  tourné entièrement comme un parlant (et non sonorisé). Plusieurs gags reposent ainsi sur le dialogue ou sur les bruits (par exemple, une chute dans l’escalier est juste entendue, sans être montrée). Basée sur les tracas de la vie matrimoniale, l’histoire n’est pas très originale en soi, le développement est très classique. On a souvent l’impression de pouvoir prédire les gags à l’avance. Le duo comique reprendra le même thème quelques années plus tard dans la dernière partie de leur long métrage Block-Heads (1938).
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, Edgar Kennedy, Mae Busch, Thelma Todd
Voir la fiche du film et la filmographie de Lewis R. Foster sur le site IMDB.

Voir les autres films de Lewis R. Foster chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Stan Laurel ne parle que très peu car il craignait que son léger zézaiement passe mal à l’écran.
* Le titre est un jeu de mots avec un début de phrase alors très employé par les gens de cinéma dans ces premières années du parlant : « Unaccustomed as we are to public speaking… » (= « Comme nous ne sommes vraiment pas habitués à parler au public… »). C’est donc une façon de dire que le film est parlant.

 On n'a pas l'habitude (Unaccustomed As We Are)Stan Laurel et Oliver Hardy dans On n’a pas l’habitude (Unaccustomed As We Are) de Lewis R. Foster

29 mars 2020

Laurel et Hardy en wagon-lit (1929) de Lewis R. Foster

Titre original : « Berth Marks »

Laurel et Hardy en wagon-lit (Berth Marks)(Court métrage de 19 minutes) Stan et Oliver sont artistes de cabaret. Pour se rendre à leur prochain engagement à Pottsville, ils doivent prendre le train avec leur instrument (de la taille d’un violoncelle)…
Berth Marks existe en deux versions, l’une muette et l’autre parlante, cette dernière constituant le deuxième film parlant de Laurel et Hardy. La recherche à tout prix d’effets sonores burlesques alourdit l’ensemble et certains gags, pourtant excellents à la base, sont étirés au point de paraître laborieux. Par manque de rythme, Berth Marks semble ainsi bien inférieur aux autres courts métrages du duo. Le passage du muet au parlant était une affaire bien délicate. A noter que Paulette Goddard fait ici sa première apparition au cinéma (la passagère dans la couchette du bas quand Stan s’emmêle dans le rideau avec son instrument).
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy
Voir la fiche du film et la filmographie de Lewis R. Foster sur le site IMDB.

Voir les autres films de Lewis R. Foster chroniqués sur ce blog…

Laurel et Hardy en wagon-lit (Berth Marks)Oliver Hardy et Stan Laurel dans Laurel et Hardy en wagon-lit (Berth Marks) de Lewis R. Foster.

13 octobre 2019

Le Cheval de fer (1924) de John Ford

Titre original : « The Iron Horse »

Le Cheval de fer (The Iron Horse)Le tout jeune Davy Brandon assiste impuissant à la mort de son père, un géomètre visionnaire, tué par un indien qui n’a plus que deux doigts à une main. Plus tard (en 1863), il participe au grand rêve de son père : le chantier de la première ligne transcontinentale de chemin de fer…
Pour répliquer au grand succès de la Paramount, La Caravane vers l’Ouest (The Covered Wagon, 1923) de James Cruze, la Fox décide de mettre en chantier un grand film qui raconte la construction du chemin de fer et en confie la concrétisation à John Ford. Le réalisateur de 29 ans va confirmer ses qualités pour mener des grandes équipes : cinq mille figurants dont huit cents Indiens, deux mille chevaux, mille trois cents bisons, dix mille têtes de bétail. On lui prête également deux locomotives d’époque dont l’une avait participé au chantier. Le tournage dans le Nevada se fit dans des conditions rudimentaires proches de celles des pionniers de la ligne, sous un climat très rude. John Ford s’attache à bien restituer la dimension historique de son récit, avec notamment la présence de Lincoln, tout en introduisant une histoire de vengeance personnelle. Les images de multitudes, que ce soient les hommes ou les animaux en vastes troupeaux, sont impressionnantes et très belles, le cinéaste montre déjà son talent pour utiliser graphiquement les grands espaces et les lignes de cavaliers. Son film n’est pas sans défaut mais sa maitrise de la mise en scène est déjà remarquable. Le film fut un très gros succès pour la Fox et a participé au regain de popularité des westerns.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: George O’Brien, Madge Bellamy
Voir la fiche du film et la filmographie de John Ford sur le site IMDB.

Voir les autres films de John Ford chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur John Ford

Le Cheval de fer (The Iron Horse) Le Cheval de fer (The Iron Horse) de John Ford.

Le Cheval de fer (The Iron Horse)George O’Brien et Madge Bellamy dans Le Cheval de fer (The Iron Horse) de John Ford.

Remarque :
* John Ford a déjà 50 réalisations à son actif quand il tourne The Iron Horse.
* Premier film de John Ford avec George O’Brien.

Le Cheval de fer (The Iron Horse)Comme Fred Niblo pour Ben-Hur, John Ford n’hésite pas à s’enterrer avec la caméra pour filmer le passage d’un troupeau
dans Le Cheval de fer (The Iron Horse).

12 août 2019

Une partie de plaisir (1929) de James Parrott

Titre original : « Perfect Day »

Une partie de plaisirStan, Ollie et leurs épouses ont décidé de partir pour une belle journée de pique-nique. Ils aimeraient que l’oncle les accompagne mais il a du mal à se laisser convaincre car il a une crise de goutte au pied gauche qui est fort sensible aux chocs…
A Perfect Day est le dernier film de Laurel et Hardy tourné à la fois en muet et en parlant. Les situations s’enchainent bien et de façon assez logique même s’il y a quelques répétitions. Il y a de bons gags et le personnage de l’oncle enrichit bien l’ensemble. Initialement, la seconde bobine devait être dédiée au pique-nique mais les préparatifs fonctionnèrent si bien qu’ils occupent au final la totalité de ce court métrage de 20 minutes.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, Edgar Kennedy
Voir la fiche du film et la filmographie de James Parrott sur le site IMDB.

Voir les autres films de James Parrott chroniqués sur ce blog…

Une partie de plaisirOliver Hardy, Kay Deslys, Edgar Kennedy, Isabelle Keith et Stan Laurel dans Une partie de plaisir de James Parrott.

11 août 2019

Leave ‘Em Laughing (1928) de Clyde Bruckman

Leave 'Em Laughing(Muet, 2 bobines, 20 mn env.) Ce court métrage de Laurel et Hardy comprend trois parties. La première se situe dans leur chambre : Stan souffre d’une rage de dents et le bruit fait par les deux compères pour tenter d’y remédier va finir par attirer l’irascible propriétaire (Charlie Hall). La seconde se situe chez le dentiste et joue sur la peur de passer sur le siège. Cette scène sera reprise presque telle quelle dans Pardon Us (1931). La troisième se situe dans la rue avec un policeman (Edgar Kennedy) alors que les deux compères sont pris de fou rire à cause d’un excès de gaz hilarant chez le dentiste. Leur fou rire est particulièrement contagieux et l’humour joue ici sur la répétition. Edgar Kennedy reprendra très souvent le rôle du policier exaspéré dans les films ultérieurs  du duo. Supervisé par Leo McCarey.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, Charlie Hall, Edgar Kennedy
Voir la fiche du film et la filmographie de Clyde Bruckman sur le site IMDB.

Leave 'Em LaughingOliver Hardy et Stan Laurel dans Leave ‘Em Laughing de Clyde Bruckman.

Voir les autres films de Clyde Bruckman chroniqués sur ce blog…

Leave 'Em LaughingStan Laurel, Oliver Hardy et Edgar Kennedy dans Leave ‘Em Laughing de Clyde Bruckman.

11 août 2019

They Go Boom! (1929) de James Parrott

They Go Boom!Toute l’action de ce court métrage de 21 minutes se déroule dans la chambre (et la salle de bains) du duo : Ollie a la grippe et demande à Stan de le soigner…
They Go Boom! a longtemps été connu comme un film muet ; ce n’est que récemment qu’un disque Vitaphone a été retrouvé et la version sonore a été restaurée (dans cette époque de transition vers le parlant, les films du duo étaient tournées en deux versions). Dès les premières secondes, le son est bien utilisé : les deux compères sont dans leur lit et ronflent en chœur d’une façon très particulière. Les gags sont fort simples mais fonctionnent bien. Bien entendu, tout ne va pas bien se passer et le propriétaire (Charlie Hall, comme il se doit) va devoir intervenir. Ecrit et supervisé par Leo McCarey.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, Charlie Hall
Voir la fiche du film et la filmographie de James Parrott sur le site IMDB.

They Go Boom!Oliver Hardy et Stan Laurel dans They Go Boom! de James Parrott.

8 août 2019

De la soupe populaire au caviar (1928) de Edgar Kennedy

Titre original : « From Soup to Nuts »

De la soupe populaire au caviarMrs. Culpepper, une bourgeoise nouveau-riche, donne un dîner mondain. Pour la circonstance, elle a engagé deux extras (Laurel et Hardy) pour servir à table…
Ce court métrage muet de deux bobines reprend le thème de la soirée mondaine, fugitivement exploité quelques mois auparavant dans The Second Hundred Years. Il comprend ainsi les célèbres gags de la cerise insaisissable et du service de la salade « undressed » ( = « sans assaisonnement » mais aussi « non habillé »). Il met également en valeur les talents comiques de la sensuelle Anita Garvin (non créditée au générique) qui fera onze films avec le duo comique. Leo McCarey aurait participé à l’écriture et à la réalisation. Le thème du dîner mondain sera repris plusieurs fois par le duo, notamment de façon assez proche en ouverture de leur long métrage A Chump at Oxford.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, Anita Garvin
Voir la fiche du film et la filmographie de Edgar Kennedy sur le site IMDB.

From Soup to NutsA gauche, Stan Laurel et Oliver Hardy avec Edna Marion. A droite, Anita Garvin dans From Soup to Nuts de Edgar Kennedy.