12 mars 2012

Allez coucher ailleurs (1949) de Howard Hawks

Titre original : « I was a male war bride »

Allez coucher ailleursAu lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en Allemagne, un officier français (Cary Grant) doit faire équipe avec une femme-officier américaine (Ann Sheridan) pour mener à bien une mission. Leurs rapports sont d’abord épineux… Allez coucher ailleurs fait partie des meilleures comédies d’Howard Hawks. Elle bénéficie d’une écriture quasiment parfaite et fait montre de beaucoup d’inventivité dans les situations. La guerre des sexes et l’inversion des genres est l’un des piliers de la comédie américaine et Howard Hawks va ici jusqu’au bout puisqu’il travestit Cary Grant en femme, l’acteur n’hésitant pas à jouer largement de cette ambivalence. Si le mariage est l’heureux dénouement de beaucoup de comédies, c’est ici le pivot central, un générateur de nouvelles situations de plus en plus saugrenues où Howard Hawks se moque (gentiment) de la rigidité de la bureaucratie militaire. Le rythme est enlevé avec des dialogues toujours très vifs. Allez coucher ailleurs eut un très grand succès populaire à l’époque. Si on peut trouver qu’elle a peu plus vieilli que L’impossible Monsieur Bébé, La dame du vendredi ou encore Les hommes préfèrent les blondes, cette comédie reste très plaisante aujourd’hui.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Cary Grant, Ann Sheridan, Marion Marshall, Randy Stuart
Voir la fiche du film et la filmographie de Howard Hawks sur le site IMDB.

Voir les autres films de Howard Hawks chroniqués sur ce blog…

2 commentaires sur « Allez coucher ailleurs (1949) de Howard Hawks »

  1. Ajoutons-y un fond de qualité documentaire sur l’immédiate après-guerre en Allemagne : c’est bien sûr très enjolivé (par rapport à « Berlin Express » p.ex.) mais ça rajoute une pointe d’intérêt en contrepoint à la comédie.

  2. Oui, effectivement, d’ailleurs le point le plus documentaire est celui qui est à la base du scénario : beaucoup d’américains sont partis célibataires à la guerre et sont rentrés avec une femme : environ 20 000 femmes allemandes ont ainsi quitté leur pays pour suivre leur mari américain. L’armée a transporté ainsi gratuitement 70 000 femmes (et parfois enfants) depuis l’Europe vers les Etats Unis.

    Entre 1942 et 1952, ce serait entre 250 000 et 300 000 femmes qui ont quitté l’Europe (dont 100 000 pour la seule Angleterre) pour suivre leur mari qui rentrait au pays. C’est colossal!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *