20 mars 2020

Une femme d’affaires (1981) de Alan J. Pakula

Titre original : « Rollover »

Une femme d'affaires (Rollover)Le dirigeant d’une grande entreprise chimique est assassiné pour une raison inconnue. Forte de toutes les parts dont elle a héritées, sa jeune veuve projette de prendre la direction du conglomérat et de racheter une autre entreprise. Au même moment, pour redresser une banque en difficulté, un brillant financier recherche un client qui aurait besoin d’un prêt important…
Les films principaux d’Alan J. Pakula des années soixante dix ont pour thème les machinations occultes du monde politique (Klute, A cause d’un assassinat , Les hommes du Président). C’est encore le cas pour ce Rollover qui alerte sur les manœuvres financières, incompréhensibles pour beaucoup mais susceptibles de créer des dommages importants. Que les basses manœuvres décrites (1) soient un peu farfelues n’est pas si important car Pakula se situe dans l’exploration des possibles : le film a été parfois décrit comme un des rares exemples de « science-fiction financière », terme qui le décrit parfaitement. On peut aussi considérer qu’il préfigure les scandales financiers des décennies à venir. Dans sa forme et ses décors, Rollover est un film élégant. Le réalisateur mêle au propos un volet romantique qui vient un peu l’obscurcir, toutefois, et il montre une étrange fascination pour ses deux personnages et le monde de l’argent dans lequel ils vivent (2). Le film devient dès lors quelque peu ambigu. Est-ce pour cette raison que le film a été si mal reçu ?
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Jane Fonda, Kris Kristofferson, Hume Cronyn, Josef Sommer
Voir la fiche du film et la filmographie de Alan J. Pakula sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alan J. Pakula chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Rollover est un terme financier qui désigne le renouvellement d’un dépôt à terme.

(1) Le complot se concentre sur les marchés des changes : faire chuter le dollar en privant les grandes banques de liquidités et en transformant les dépots saoudiens en dollars en or.
(2) Outre les robes affriolantes de Jane Fonda, on pourra admirer les nombreuses peintures modernes dans les décors.

Une femme d'affaires (Rollover)Jane Fonda et Kris Kristofferson dans Une femme d’affaires (Rollover) de Alan J. Pakula.

13 janvier 2020

La Chute de l’empire américain (2018) de Denys Arcand

La Chute de l'empire américainTitulaire d’un doctorat de philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur-livreur pour une société de messagerie de Montréal. Par pur hasard, il se retrouve sur les lieux d’un hold-up sanglant qui a mal tourné. Il profite de l’occasion et s’empare des sacs abandonnés par les voleurs…
La Chute de l’empire américain est présenté comme le troisième volet d’un cycle, après Le Déclin de l’empire américain (1986) et Les Invasions barbares (2003) mais, en réalité, il n’a que bien peu en commun avec ces deux films. Le titre initialement prévu était Le Triomphe de l’argent et c’est bien l’argent qui est au centre de cette histoire. Denys Arcand fustige l’attrait qu’il exerce et son pouvoir, mais son propos est vraiment très confus : il se résume finalement à un « tous pourris » simplificateur. Il donne l’impression de céder à la facilité. Il nous reste un film d’arnaque assez original, avec un personnage principal qui cite volontiers Wittgenstein ou Marc-Aurèle, un film doté d’une belle photographie, parfois assez amusant mais trop long.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Alexandre Landry, Maripier Morin, Rémy Girard, Maxim Roy, Pierre Curzi
Voir la fiche du film et la filmographie de Denys Arcand sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Denys Arcand chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Denys Arcand

La Chute de l'empire américainAlexandre Landry et Maripier Morin dans La Chute de l’empire américain de Denys Arcand.

17 décembre 2019

Le Gros Lot (1940) de Preston Sturges

Titre original : « Christmas in July »

Le Gros lot (Christmas in July)Un modeste employé de bureau espère gagner le concours de création de slogan publicitaire organisé par une grande marque de café. Ses collègues décident de lui faire une blague en fabriquant un faux télégramme de félicitations lui annonçant qu’il remporte le premier prix…
Le Gros lot (Christmas in July) est un film écrit et réalisé par Preston Sturges, adaptation d’une pièce, A Cup of Coffee, qu’il avait écrite dès 1931 mais qui n’avait jamais été montée sur les planches (1). Il s’agit d’une comédie enlevée, vraiment très bien écrite et dotée de dialogues brillants. Pour son deuxième long métrage, Preston Sturges confirme ses capacités d’homme à tout faire : il crée une histoire aussi bien qu’il la scénarise et qu’il la réalise. Le thème est celui du pouvoir d’attraction de l’argent, tout à fait dans l’esprit du rêve américain avec la publicité comme moyen d’y parvenir en brulant les étapes. Le film a connu un certain succès à sa sortie mais reste très mal connu aujourd’hui par rapport aux autres films de Preston Sturges. C’est pourtant une excellente et très amusante comédie.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Dick Powell, Ellen Drew, Raymond Walburn, William Demarest, Franklin Pangborn
Voir la fiche du film et la filmographie de Preston Sturges sur le site IMDB.

Voir les autres films de Preston Sturges chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Preston Sturges

Remarques :
* Le grand prix de 25 000 dollars est équivalent à 400 000 de nos euros actuels.
* Caméo : Preston Sturges apparaît dans les premières minutes du film au moment où le speaker de la radio annonce les prix du concours. Il est l’un des hommes écoutant la radio, celui qui se fait cirer les chaussures.

(1) La pièce ne sera montée qu’en 1988 à New York, 29 ans après la mort de Preston Sturges…

Le Gros lot (Christmas in July)Ellen Drew et Dick Powell dans Le Gros lot (Christmas in July) de Preston Sturges.

13 septembre 2019

Have a Nice Day (2017) de Liu Jian

Titre original : « Hao jile »

Have a Nice DayDans les faubourgs d’une ville en pleine urbanisation du sud de la Chine, Xiao Zhang, simple chauffeur pour le compte d’un mafieux local, dérobe à son patron un sac rempli de billets. Son vol va provoquer des réactions en chaîne inattendues…
Le chinois Liu Jian signe là son second long métrage d’animation avec une histoire qu’il a écrite dans un style empreint d’une bonne dose d’humour noir. Ce sac de billets va changer plusieurs fois de mains dans des circonstances souvent loufoques. De plus, les personnages ont souvent des actions totalement inattendues. Ce style d’humour noir à la limite de l’absurde n’est pas sans évoquer le Pulp Fiction de Tarantino (Liu Jian n’est toutefois pas fasciné par la violence comme lui). Il n’y a pas tant de personnages mais il faut rester attentif pour bien les situer. Graphiquement, le dessin est dans le style de la ligne claire, d’ailleurs le film pourrait se définir plus comme une bande dessinée animée qu’un film d’animation car les animations restent volontairement minimalistes. Un grand soin est accordé aux décors. L’ambiance est nocturne, avec des rues désertes. L’ensemble est particulièrement original.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs:
Voir la fiche du film et la filmographie de Liu Jian sur le site IMDB.

Remarques :
* Liu Jian a réalisé seul toutes les images du film, en animation 2-D traditionnelle. Il dit avoir utilisé Photoshop, After-Effects et quelques autres logiciels courants.
* Have a Nice Day devait initialement être présenté au Festival d’animation d’Annecy 2017 mais il fut retiré de la programmation quelques jours avant le début de l’événement sous la pression des autorités chinoises.

Have a Nice Day

Have a Nice Day

Have a Nice DayHave a Nice Day de Jian Liu.

1 avril 2019

Les Associés (2003) de Ridley Scott

Titre original : « Matchstick Men »

Les associésRoy est un arnaqueur professionnel qui opère avec un jeune et ambitieux acolyte. Il s’est séparé de sa femme alors qu’elle était enceinte il y a quatorze ans et vit seul depuis ce temps. Il est devenu agoraphobe et sujets à de nombreux troubles obsessionnels compulsifs. Il va découvrir qu’il a une fille qui ne demande qu’à le revoir…
Basé sur un roman d’Eric Garcia, Matchstick Men  a indéniablement des atouts : une intrigue bien masquée et un personnage hors du commun et bourré de TOC que Nicolas Cage personnifie magnifiquement. Son interprétation évoque celle de Jack Nicholson dans As Good as It Gets de James L. Brooks (1997). Le principal défaut du film est peut-être d’avoir trop masqué son intrigue ! Comme nous sommes loin d’imaginer la réalité, nous nous retrouvons face à un film qui se déroule de façon très conventionnelle et dont l’intrigue paraît faible ; les retrouvailles du père et de sa fille, avec les perturbations engendrées par cette dernière dans une vie bien rangée, paraissent bien classiques et un peu ennuyeuses. Ceci dit, à la fin du film, on a presque envie de le revoir entièrement…!
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Nicolas Cage, Sam Rockwell, Alison Lohman, Bruce Altman, Bruce McGill
Voir la fiche du film et la filmographie de Ridley Scott sur le site IMDB.

Voir les autres films de Ridley Scott chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Ridley Scott

Remarques :
* Alison Lohman a 24 ans au moment du tournage, soit 10 de plus que son personnage.
* Ridley Scott a affirmé de sentir proche de son personnage principal : « Je peux être d’une propreté aussi maniaque. Lorsque je suis seul à la maison et que j’ai un petit creux, j’hésite à me préparer quoi que ce soit, de crainte de salir la cuisine et de devoir la nettoyer. Ces traits m’ont permis de m’identifier de plus en plus étroitement à Roy, ce qui m’a d’abord surpris, puis franchement amusé. »

Les associés
Nicolas Cage et Alison Lohman dans Les associés de Ridley Scott.

6 mars 2019

Le Grand jeu (2017) de Aaron Sorkin

Titre original : « Molly’s Game »

Le Grand jeuAprès une carrière de skieuse interrompue par un accident, la jeune et intelligente Molly Bloom organise des parties clandestines de poker pour un petit cercle de joueurs très fortunés et souvent célèbres…
Ce premier film du scénariste Aaron Sorkin est basé sur le livre autobiographique de Molly Bloom, dont le parcours est présenté par la promotion du film comme « incroyable ». Personnellement, je trouve son histoire parfaitement inintéressante, pourtant j’ai fait des efforts pendant la première heure. Son succès est (à mes yeux) symptomatique de cet attrait très américain pour les ascensions rapides, l’argent et le pouvoir. Le scénario fait plusieurs incursions dans la psychologie facile, certaines scènes (comme l’explication finale entre le père et la fille) pourraient être prises pour une satire. Le film est assez formatté, avec un rythme très rapide, notamment dans les passages où le spectateur doit enfourner de multiples informations données par une voix-off pressée. Si le film peut faire penser au Loup de Wall Street, il n’en ni la maitrise de la réalisation, ni la richesse de scénario, ni le charisme de son personnage principal. Molly’s Game est un film racoleur.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Jessica Chastain, Idris Elba, Kevin Costner, Michael Cera
Voir la fiche du film et la filmographie de Aaron Sorkin sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Le Grand Jeu
Idris Elba et Jessica Chastain dans Le Grand jeu de Aaron Sorkin.

Homonymes :
Le Grand Jeu (1934) de Jacques Feyder avec Marie Bell et Pierre Richard-Willm
Le Grand Jeu (1954) de Robert Siodmak avec Gina Lollobrigida et Jean-Claude Pascal (remake du précédent)
Le Grand Jeu (2015) de Nicolas Pariser avec Melvil Poupaud et André Dussollier.

7 décembre 2018

L’économie du couple (2016) de Joachim Lafosse

L'économie du coupleAprès 15 ans de vie commune, Marie et Boris sont sur le point de se séparer. Ils ne parviennent pas à se mettre d’accord sur le partage de la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux filles : c’est elle qui l’a achetée, mais c’est lui qui l’a entièrement rénovée. En attendant, ils sont obligés d’y cohabiter…
Le belge Joachim Lafosse réalise un huis-clos parfaitement maitrisé avec une mise en scène minutieuse, de longs plans-séquences parfois en plan fixe mais souvent en suivant un personnage de manière très fluide. Ajoutez quelques 360 et vous n’êtes pas loin de la prouesse technique. Le scénario est peu engageant : voir les disputes d’un couple pendant 1h30. Nous avons le sentiment d’être passifs face à ces querelles du fait de l’absence d’éléments sur leur vie passée qui nous permettraient de prendre parti pour l’un ou pour l’autre. L’homme est toutefois souvent odieux, plein de ressentiment et de jalousie par rapport à la position sociale de Marie : elle a un travail rémunérateur et vient d’une famille aisée alors qu’il ne trouve que des petits boulots. Car c’est l’argent qui est principalement l’objet du litige, la séparation est ici une opération comptable. L’interprétation sonne très juste.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Bérénice Bejo, Cédric Kahn, Marthe Keller
Voir la fiche du film et la filmographie de Joachim Lafosse sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Joachim Lafosse chroniqués sur ce blog…

L'economie du couple
Cédric Kahn et Bérénice Bejo dans L’économie du couple de Joachim Lafosse.

30 décembre 2017

Il boom (1963) de Vittorio De Sica

Il boomA Rome, Giovanni fréquente les milieux huppés avec sa femme Sylvia qu’il a habituée à un luxueux train de vie. Comme il dépense deux fois ce qu’il gagne, il est couvert de dettes. Ses amis ne voulant plus lui prêter de l’argent, il est au bord du gouffre. C’est alors que la femme d’un promoteur aisé va lui faire une proposition invraisemblable… Ecrit par Cesare Zavattini, Il boom est une comédie assez grinçante qui se moque de la course à l’argent dans l’Italie de la reconstruction. Il pousse l’axiome « tout s’achète » jusqu’aux pires extrémités, au point que l’on en soit un peu mal à l’aise. Alberto Sordi donne à cette vision mordante du miracle toute sa dimension car il sait rendre son personnage sympathique malgré tous ses défauts. Sa course désespérée à l’argent paraît d’autant plus vaine que la société dont il tient tant à faire partie est montrée futile et vide, où l’hypocrisie règne en maitre. L’ensemble manque sans doute un peu de richesse (!) et soufre de quelques répétitions.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Alberto Sordi, Gianna Maria Canale
Voir la fiche du film et la filmographie de Vittorio De Sica sur le site IMDB.

Voir les autres films de Vittorio De Sica chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Vittorio De Sica

Il Boom
Alberto Sordi dans Il boom de Vittorio De Sica.

17 décembre 2017

Petits meurtres entre amis (1994) de Danny Boyle

Titre original : « Shallow Grave »

Petits meurtres entre amisPour trouver un quatrième colocataire, trois amis font passer de véritables entretiens à une série de postulants et s’amusent à leurs dépens. Ils finissent par accepter un homme plus âgé qu’eux et assez mystérieux. Le lendemain de son emménagement, ils ont une très grosse surprise… Petits meurtres entre amis est le premier long métrage de Danny Boyle, tourné juste avant Trainspotting (1996). Le titre français laisse supposer qu’il s’agit d’une élégante fantaisie policière mais il n’en est rien. Il s’agit d’une histoire qui baigne dans le glauque et le cynisme, le tout enrobé d’un humour noir assez dérangeant (a noter que le titre original « Shallow Grave » signifie « enterré peu profond »). Le film débute pourtant sur un rythme assez enlevé, avec un montage rapide et une atmosphère plutôt légère ; les trois amis apparaissent instantanément très antipathiques, toutefois. Et les choses ne s’arrangent guère ensuite. L’humour passe surtout par les dialogues, une série assez soutenue de punch lines, le revers de la médaille étant que la cohérence globale en souffre un peu. Danny Boyle a tourné Petits meurtres entre amis en trente jours avec un budget assez réduit. Le succès fut immense en Grande Bretagne et aussi en France.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Kerry Fox, Christopher Eccleston, Ewan McGregor
Voir la fiche du film et la filmographie de Danny Boyle sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Danny Boyle chroniqués sur ce blog…

Shallow Grave
Christopher Eccleston, Ewan McGregor et Kerry Fox dans Petits meurtres entre amis de Danny Boyle.

7 décembre 2017

Adorables créatures (1952) de Christian-Jaque

Adorables créaturesLe jour de son mariage, le jeune André Noblet se remémore les trois dernières aventures qu’il a eu avec des femmes plus âgées que lui… Ecrit par Charles Spaak, Christian-Jaque et Jacques Companéez (avec, semble t-il, une petite participation non créditée de Michel Audiard), Adorables créatures est un film à sketches, une comédie de mœurs d’un ton léger pour l’époque. Le premier sketch, avec Danielle Darrieux, est très fade et plutôt laborieux dans son déroulement. Le second sketch avec Martine Carol est un peu plus enlevé mais ne donne pas dans la finesse, loin de là. Le troisième sketch avec Edwige Feuillère est un peu plus intéressant par le portrait assez acide qu’il dresse de la haute bourgeoisie qui se donne bonne conscience dans les actions caritatives. Mais le gros problème du film est la pesanteur de l’humour, alimenté par une misogynie de tous les instants. C’est épouvantable ! Les femmes sont vénales (l’argent tient beaucoup de place dans les trois histoires), cyniques, menteuses et intrigantes ; en fait, elles ont tous les défauts.  Cette misogynie est tellement poussée qu’on pourrait la prendre aujourd’hui pour une caricature…
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Danielle Darrieux, Martine Carol, Edwige Feuillère, Daniel Gélin, Antonella Lualdi, Renée Faure
Voir la fiche du film et la filmographie de Christian-Jaque sur le site IMDB.

Voir les autres films de Christian-Jaque chroniqués sur ce blog…

Adorables créatures
France Roche et Danielle Darrieux dans Adorables créatures de Christian-Jaque.