14 décembre 2019

Portrait d’une enfant déchue (1970) de Jerry Schatzberg

Titre original : « Puzzle of a Downfall Child »

Portrait d'une enfant déchue (Puzzle of a Downfall Child)Dans une maison au bord de la mer, une femme très belle mais perturbée vit seule. Ancienne mannequin célèbre, elle raconte sa vie à l’un des ses anciens amis photographe qui voudrait faire un film sur elle…
Portrait d’une enfant déchue est le premier long métrage de Jerry Schatzberg qui était photographe de mode (1). Basé en partie sur des enregistrements faits par le cinéaste d’un top model, le scénario est signé par Carole Eastman (sous le pseudonyme Adrian Joyce) qui a écrit la même année Five Easy Pieces pour Bob Rafelson. Il s’agit d’un portrait de femme qui se trouve prise dans une spirale qui la fait tomber de la célébrité dans la dépression. Son statut de mannequin très demandé amplifie ses difficultés à la sociabilité qui remontent à son adolescence et sa propension à nouer des relations amoureuses bancales. Faye Dunaway fait une interprétation magnifique de ce personnage complexe. L’actrice est alors auréolée du succès de Bonnie and Clyde. La mise en scène est sobre. Jerry Schatzberg a su éviter tous les écueils et signe un film très mesuré, sans aucun excès. Portrait d’une enfant déchue a été dédaigné par la critique américaine à sa sortie et le film n’a été que peu distribué. Il est encore temps de le découvrir aujourd’hui…
Elle: 3 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Faye Dunaway, Barry Primus, Viveca Lindfors, Barry Morse, Roy Scheider
Voir la fiche du film et la filmographie de Jerry Schatzberg sur le site IMDB.

Voir les autres films de Jerry Schatzberg chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Le film a été récemment porté sur les planches par Elisabeth Bouchaud sous le titre Puzzle en 2017 au théâtre La Reine blanche à Paris.

(1) Une des photos les plus connues de Jerry Schatzberg est la pochette de l’album Blonde on Blonde de Bob Dylan (1966).

Portrait d'une enfant déchue (Puzzle of a Downfall Child)Faye Dunaway dans Portrait d’une enfant déchue (Puzzle of a Downfall Child) de Jerry Schatzberg.

27 octobre 2016

Dans la cour (2014) de Pierre Salvadori

Dans la courMusicien-rockeur quarantenaire, Antoine décide brusquement de changer de vie : il quitte tout et se fait embaucher comme gardien d’immeuble par Mathilde, sexagénaire angoissée… Connu pour ses comédies, Pierre Salvadori se tourne vers un tout autre genre avec Dans la cour. C’est l’histoire d’une amitié qui se développe entre un homme dépressif et une femme névrosée qu’il craint de voir s’enfoncer plus profondément dans la folie. Les personnages secondaires sont souvent en plein mal-être également. Pour schématiser le tableau, on peut dire que les dépressifs ont une grande capacité d’empathie alors que les non-dépressifs sont des casse-pieds ou des enquiquineurs. Le film a été plutôt bien reçu, que ce soit par la critique ou par le public, certains le qualifiant même de comédie. Selon la formule consacrée, disons que nous sommes apparemment passés à côté…
Elle: 1 étoile
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Catherine Deneuve, Gustave Kervern, Féodor Atkine, Pio Marmaï
Voir la fiche du film et la filmographie de Pierre Salvadori sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Pierre Salvadori chroniqués sur ce blog…

Dans la cour
Gustave Kervern et Catherine Deneuve Dans la cour de Pierre Salvadori.

11 juillet 2016

Under 18 (1931) de Archie Mayo

Under 18Dans l’Amérique de 1930, la jeune Marge Evans travaille comme couturière. Elle vit avec sa mère qu’elle a à charge mais est amoureuse de Jimmy, chauffeur d’un camion d’épicerie. Elle envie ses collègues mannequins qui reçoivent de beaux cadeaux de clients fortunés. Parallèlement, elle assiste au naufrage du mariage de sa soeur ainée… Under 18 fait partie de ces films sociaux de la Warner qui, en pleine Dépression, proposaient des lignes de conduite au public. Le présenter uniquement comme un film « pré-code » sous prétexte d’une ou deux scènes où Marian Marsh est en petite tenue est faire fausse route car le propos est très moral : « il ne faut pas céder aux sirènes de l’argent facile et il faut savoir attendre le moment propice où l’on pourra saisir sa chance ». Pour l’argent facile, l’histoire montre un monde de riches oisifs où tout paraît facile, mais où la chute peut être terrible ; le contact avec ce monde ne peut être que nocif. Le récit fustige également les métiers faciles et artificiels (le mari de la soeur est un joueur de billard, beau parleur mais incapable de subvenir aux besoins de sa famille sur le long terme). La fin en happy-end est bizarrement équilibrée mais vient prouver qu’un comportement vertueux est toujours récompensé. Marian Marsh, effectivement âgée d’à peine 18 ans, est au centre du film, exprimant une belle ingénuité. L’actrice qui avait très remarquée l’année précédente dans Svengali du même Archie Mayo, est à la fois photogénique et dotée d’une belle présence. Il est assez étrange qu’elle n’ait pas fait une plus belle carrière. Les décors Art-déco, notamment ceux du penthouse du séducteur fortuné, sont superbes.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Marian Marsh, Anita Page, Regis Toomey, Warren William
Voir la fiche du film et la filmographie de Archie Mayo sur le site IMDB.

Voir les autres films de Archie Mayo chroniqués sur ce blog…

Remarques :
On parle beaucoup d’argent dans le film, voici les sommes actualisées :
Marge gagne $ 85 par mois (= $ 1 200 actuels) comme couturière.
Elle dépense $ 30 par mois (= $ 450 actuels) pour se nourrir, elle et sa mère, et paye autant pour son loyer.
Elle cherche $200 (= $ 3 000 actuels) pour payer l’avocat.
Son fiancé a économisé $ 800 (= $ 12 500 actuels) pour pouvoir démarrer son affaire.
Dans le monde des riches, les prix sont étonnamment élevés :
le bouquet d’orchidées est évalué à $100 ($1 500 actuels !), le beau manteau de fourrure est vendu $ 16 000 ($ 250 000 actuels).

Under 18
Marian Marsh dans Under 18 d’Archie Mayo.

30 avril 2014

Effets secondaires (2013) de Steven Soderbergh

Titre original : « Side Effects »

Effets secondairesJonathan Banks est un psy new yorkais qui a parmi ses patientes une jeune femme dépressive à tendance suicidaire. Il lui prescrit un nouveau médicament dont il assure, moyennant finance, la promotion. Or celui-ci semble avoir des Effets secondaires et quelques jours plus tard la jeune femme tue son mari dans une crise de somnambulisme… Le problème d’Effets secondaires, c’est qu’il est difficile d’en parler sans déflorer certains de ses effets. Donc, mon conseil serait d’arrêter là la lecture de ce billet et de ne rien lire d’autre sur le film avant de l’avoir vu. En effet, le film change assez soudainement de genre en plein milieu et, lorsque l’on ne s’y attend pas, l’effet de surprise est vraiment réussi. Le vrai sujet du film de Soderbergh est ainsi la manipulation, du déjà vu pourra-t-on objecter, sauf qu’ici le propos est bien plus subtil qu’à l’accoutumée et l’intrigue est intelligemment construite et développée. Le film a une indéniable capacité à nous surprendre. Rooney Mara fait une belle prestation empreinte ambivalence, parfois presque maléfique. Effets secondaires est un film très réussi. Souhaitons que le prochain film de Soderbergh, qui devrait être le dernier de sa filmographie, le soit tout autant.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Rooney Mara, Jude Law, Catherine Zeta-Jones, Channing Tatum
Voir la fiche du film et la filmographie de Steven Soderbergh sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Steven Soderbergh chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Steven Soderbergh a annoncé que Effets secondaires serait l’avant-dernier film de sa carrière.
* Le scénario est signé Scott Z. Burns qui avait également signé le scénario de Contagion (2011).
* Soderbergh a monté le film au fur et à mesure qu’il le tournait.