30 novembre 2017

Sommaire de novembre 2017

L'InvitéeVersailles Rive-GaucheIl était une fois? la révolutionL'Amour de Jeanne NeyLa Loi du silenceThe Informant!Combien tu m'aimes?Manèges

L’Invitée

(1969) de Vittorio De Seta

Versailles Rive-Gauche

(1992) de Bruno Podalydès

Il était une fois? la révolution

(1971) de Sergio Leone

L’Amour de Jeanne Ney

(1927) de Georg Wilhelm Pabst

La Loi du silence

(1953) de Alfred Hitchcock

The Informant!

(2009) de Steven Soderbergh

Combien tu m’aimes?

(2005) de Bertrand Blier

Manèges

(1950) de Yves Allégret

Vainqueur du destinOn a tué Sherlock HolmesLes Aventures fantastiques du baron MünchhausenL'Homme irrationnelLe Refroidisseur de damesKnockJ. EdgarJohn McCabe

Vainqueur du destin

(1942) de Sam Wood

On a tué Sherlock Holmes

(1937) de Karl Hartl

Les Aventures fantastiques du baron Münchhausen

(1943) de Josef von Báky

L’Homme irrationnel

(2015) de Woody Allen

Le Refroidisseur de dames

(1968) de Jack Smight

Knock

(1951) de Guy Lefranc

J. Edgar

(2011) de Clint Eastwood

John McCabe

(1971) de Robert Altman

L'AssautLifeLa MoucheMission: Impossible ? Rogue Nation

L’Assaut

(1936) de Pierre-Jean Ducis

Life

(2015) de Anton Corbijn

La Mouche

(1986) de David Cronenberg

Mission: Impossible ? Rogue Nation

(2015) de Christopher McQuarrie

Nombre de billets : 20

29 novembre 2017

L’Invitée (1969) de Vittorio De Seta

Titre original : « L’invitata »

L'invitéeAnne voit son mari rentrer d’une conférence à l’étranger avec une jeune femme suédoise qu’il dit vouloir héberger quelque temps pour l’aider à s’intégrer en France. Devant l’évidence d’une relation entre eux, Anne s’enfuit avec l’intention d’aller dans le sud de la France où sa famille possède une maison. Comprenant qu’elle est au bord de la dépression, François, son patron architecte, lui propose de l’emmener en voiture… Sur un scénario cosigné par Tonino Guerra (grand scénariste qui a écrit pour Antonioni, Fellini, Rosi, etc.), L’invitée est un film franco-italien qui se présente comme un road-movie : en chemin, Anne, ébranlée, et François, plutôt attentionné, vont apprendre à se connaitre. Ils se découvrent. La narration se déroule paisiblement dans un style qui se situe dans le prolongement de la Nouvelle Vague. Elle privilégie le point de vue de la femme et ses interrogations. Le fond est une réflexion sur la jalousie, la possession, la vulnérabilité. L’épisode du peintre met subtilement en relief certains aspects des relations humaines : sans que rien ne soit dit, l’attirance entre deux êtres est éclatante. L’épilogue est plus discutable et peut être vu, au mieux comme une ode à l’amour libre, au pire comme une célébration de la soumission de la femme… disons qu’il s’inscrit dans l’esprit de son époque.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Joanna Shimkus, Michel Piccoli, Paul Barge, Clotilde Joano, Jacques Perrin
Voir la fiche du film et la filmographie de Vittorio De Seta sur le site IMDB.

Remarque :
* Vittorio De Seta (qui est bien moins connu que son presque homonyme Vittorio De Sica) est un réalisateur italien, ancien documentariste, qui n’a que peu tourné pour le cinéma. L’invitée est son troisième long métrage.

L'invitée
Lorna Heilbron, Joanna Shimkus et Jacques Perrin dans L’invitée de Vittorio De Seta.

28 novembre 2017

Versailles Rive-Gauche (1992) de Bruno Podalydès

Versailles Rive-GaucheDans son très petit appartement versaillais, Arnaud s’apprête à recevoir Claire pour une soirée en tête à tête. Il prépare tout minutieusement mais, lorsque l’invitée sonne, il se trouve aux toilettes tout près de la porte d’entrée. Il n’est pas question de lui infliger un bruit de chasse d’eau comme marque de bienvenue… Ecrit par les frères Podalydès, Versailles Rive-Gauche est un moyen métrage de 45 minutes, la première réalisation de Bruno Podalydès et le premier volet d’une trilogie autour des trois gares de Versailles. Il est, assez logiquement, beaucoup moins abouti que les films suivants du réalisateur. Son frère Denis y campe un personnage timide, sans doute un peu maniaque mais attentionné. Dans son souci, ou même son obsession, de bien faire, il n’apporte que des solutions compliquées aux problèmes simples ce qui augmente et multiplie les obstacles au lieu de les faire disparaître. Bien entendu, tout cela paraît un peu exagéré au premier abord mais finalement la fable est plutôt édifiante. Bruno Podalydès sait bien utiliser l’espace réduit. Bien servi par un bon plateau d’acteurs que l’on retrouvera dans les opus suivants, le film fut récompensé en 1993 par le César du meilleur court-métrage.
Elle: 2 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Denis Podalydès, Isabelle Candelier, Philippe Uchan, Michel Vuillermoz
Voir la fiche du film et la filmographie de Bruno Podalydès sur le site IMDB.

Voir les autres films de Bruno Podalydès chroniqués sur ce blog…

Trilogie autour des gares de Versailles :
Versailles Rive-Gauche (1991)
Dieu seul me voit (Versailles-Chantiers) (1998)
Bancs_publics_(Versailles_Rive-Droite) (2008)

Versailles Ruve-Gauche
Denis Podalydès et Isabelle Candelier dans Versailles Rive-Gauche de Bruno Podalydès.

27 novembre 2017

Il était une fois… la révolution (1971) de Sergio Leone

Titre original : « Giù la testa »
Autres titres (USA) « Duck, you sucker! », « A Fistful of Dynamite »

Il était une fois... la révolutionMexique, 1913. Juan Miranda, un mexicain qui pille les diligences avec ses nombreux fils, et John Mallory, un irlandais membre de l’IRA  et expert en explosifs, se rencontrent. Le premier projette d’utiliser les talents du second pour dévaliser la banque de Mesa Verde. Mais l’irlandais a d’autres projets en tête… Au départ, Sergio Leone devait seulement produire Giù la testa (= « Baisse la tête ») mais les acteurs Rod Steiger et James Coburn réussirent à imposer qu’il le réalise également. C’est ainsi le deuxième volet de sa trilogie sur l’Amérique. Sur le fond, le propos est de démythifier les révolutions qui sont, selon lui, uniquement l’œuvre d’intellectuels ; cette vision, indéniablement assez simpliste, a pris beaucoup de gens à rebrousse-poil au début des années soixante-dix. Mais Sergio Leone est avant tout un style et, plus que tout autre, ce film condense ses figures de prédilection : scènes étirées en longueur, très gros plans, flashbacks intempestifs au ralenti, dialogues réduits. Et il y a bien entendu la superbe musique d’Ennio Morricone avec son légendaire « Sean, Sean, Sean » et une belle prestation de Rod Steiger. Tout cela forme un véritable spectacle avec des scènes impressionnantes et des prouesses pyrotechniques. On peut toutefois regretter que ce ne soit, somme toute, qu’un cinéma d’effets. Gros succès commercial.
Elle: 1 étoile
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Rod Steiger, James Coburn, Romolo Valli
Voir la fiche du film et la filmographie de Sergio Leone sur le site IMDB.

Voir les autres films de Sergio Leone chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Sergio Leone

Remarques :
* Si le titre original n’a pas été C’era una volta la Rivoluzione (Il était une fois la révolution), c’est uniquement parce que les producteurs craignaient une confusion avec le titre du film de Bertolucci Prima della rivoluzione (1964).
* Le film a été postsynchronisé sauf certains passages avec Rod Steiger qui a insisté pour ne pas être postsynchronisé.

Il était une fois... la révolution
Rod Steiger dans Il était une fois… la révolution de Sergio Leone.

Il était une fois... la révolution
James Coburn dans Il était une fois… la révolution de Sergio Leone.

Il était une fois... la révolution

26 novembre 2017

L’Amour de Jeanne Ney (1927) de Georg Wilhelm Pabst

Titre original : « Die Liebe der Jeanne Ney »

L'amour de Jeanne Ney(Film muet) Au lendemain de la Révolution russe, la guerre civile fait rage en Crimée. Jeanne, fille d’un diplomate français œuvrant pour l’ancien régime, est amoureuse d’Andreas sans savoir qu’il est un responsable bolchévique. Lors de son arrestation, le père de Jeanne est tué et la jeune femme se réfugie chez son oncle à Paris… Inspiré d’un roman du russe Ilja Ehrenburg publié en 1924, L’amour de Jeanne Ney est un drame sentimental sur fond de bouleversements politiques. Il ne fait pas partie des films les plus remarquables de G.W. Pabst mais comporte quelques belles scènes. Le montage est parfois très rapide, dans un style inspiré du cinéma soviétique, et Pabst a voulu terminer beaucoup de ses plans par un mouvement. Hélas, l’histoire en elle-même n’est pas des plus passionnantes ; peu intense, elle repose sur le personnage du « vilain », particulièrement haïssable et merveilleusement interprété par Fritz Rasp. La photographie est cosignée par Fritz Arno Wagner, l’un des plus grands chefs opérateurs du cinéma expressionniste allemand. Pabst cherche toujours le réalisme dans ses films et les scènes de rue dans Paris, notamment la longue scène dans l’impressionnante foule des Halles, sont étonnantes. Le film est magnifiquement restauré par la Fondation Murnau.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Édith Jéhanne, Uno Henning, Fritz Rasp, Brigitte Helm
Voir la fiche du film et la filmographie de Georg Wilhelm Pabst sur le site IMDB.

Voir les autres films de Georg Wilhelm Pabst chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Georg Wilhelm Pabst

Remarque :
* Tout le contenu politique du scénario a été écarté en cours de tournage sous la pression d’Alfred Hugenberg, puissant patron de presse d’extrême droite, qui venait d’être appelé à la rescousse pour prendre la direction de l’UFA au bord de la banqueroute.

L'amour de Jeanne Ney
Édith Jéhanne est Jeanne Ney dans L’amour de Jeanne Ney de Georg Wilhelm Pabst.

L'amour de Jeanne Ney
Fritz Rasp est un méprisable opportuniste dans L’amour de Jeanne Ney de Georg Wilhelm Pabst. Noter le jeu avec les miroirs.

25 novembre 2017

La Loi du silence (1953) de Alfred Hitchcock

Titre original : « I Confess »

La Loi du silenceA Québec, un immigré allemand Otto Kluger, déguisé en prêtre, tue un avocat pour lui voler son argent. Il va ensuite se confesser auprès du prêtre qui l’emploie… Tourné juste après L’Inconnu du Nord-Express, La Loi du silence, beaucoup moins connu, semble en prolonger le thème : il s’agit une nouvelle fois d’une histoire de transfert de culpabilité. En se confessant, le meurtrier se décharge du crime et c’est le prêtre qui en porte le poids. Hitchcock crée une atmosphère lourde, pesante, austère, sans aucun des traits d’humour dont il est coutumier. Le film n’a pas fonctionné auprès du public et d’une bonne partie de la critique qui a situé le suspense sur la question de savoir si le prêtre allait ou non parler et a fini par trouver cela ridicule. Or, le suspense ne peut être là : Hitchcock a été élevé chez les jésuites et il a considéré que tout le monde savait qu’il ne pouvait parler. Non, le suspense est créé par l’emboitement assez terrifiant des évènements et par le postulat qu’il ne peut parler. La Loi du silence est ainsi un film d’une grande intensité, l’interprétation très sérieuse de Montgomery Clift (trop sérieuse selon le réalisateur qui ne s’est pas bien entendu avec son acteur principal) n’étant pas étrangère à cette intensité.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Montgomery Clift, Anne Baxter, Karl Malden, Brian Aherne
Voir la fiche du film et la filmographie de Alfred Hitchcock sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alfred Hitchcock chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Alfred Hitchcock

Remarques :
* Le scénario est adapté d’une « mauvaise pièce » (ce sont les mots de François Truffaut lorsqu’il interroge Hitchcock à ce sujet) de Paul Anthelme (1902) intitulée « Nos deux consciences ». C’est Louis Verneuil qui l’a indiquée (et vendue) à Hitchcock.
* Au départ, Hitchcock voulait jouer avec les accents : allemand pour Otto Kruger, français pour les autochtones, suédois pour l’actrice principale. Mais lorsque l’actrice suèdoise Anita Björk est arrivée en Amérique avec son amant et un bébé illégitime, les dirigeants de la Warner ont pris peur qu’un nouveau scandale suédois éclate (après l’affaire Ingrid Bergman / Rossellini dont ils étaient à peine remis). Tout ce petit monde fut donc remis prestement sur le bateau et Anne Baxter fut choisie pour la remplacer.
* Cameo : impossible de rater Alfred Hitchcock marchant en haut des escaliers car c’est la première image du film.
* La fin initialement prévue au scénario était bien plus dramatique mais les producteurs ont jugé que l’image d’un prêtre pendu serait trop traumatisante.

I Confess
Brian Aherme et Montgomery Clift dans La Loi du silence de Alfred Hitchcock.

I Confess
Karl Malden et Montgomery Clift dans La Loi du silence de Alfred Hitchcock.

24 novembre 2017

The Informant! (2009) de Steven Soderbergh

The Informant!Cadre supérieur dans un géant de l’industrie alimentaire, Mark Whitacre dénonce auprès du FBI les pratiques de sa société d’ententes sur les prix et accepte de devenir un indicateur…
Le film de Steven Soderbergh est basé sur le best seller de Kurt Eichenwald titré « The Informant: A True Story » (« Une histoire vraie »). Publié en 2000, le livre retraçait l’histoire de cette « taupe » infiltrée par le FBI pour enquêter sur la grande société d’agro-alimentaire américaine Archer Daniels Midland. Plus que jamais, il est important d’en savoir le minimum avant de regarder ce film. Quand on ne sait rien de l’histoire, le début paraît un peu conventionnel mais il se produit un retournement à mi-film et l’on va ensuite de surprises en surprises. C’est finalement une histoire assez ahurissante. Le défaut du film est sans doute de moins bien fonctionner lorsque que l’on sait certaines choses à l’avance (que tous les critiques s’empressent de dévoiler, hélas). Loin de ses films d’action, Matt Damon a ici l’allure débonnaire, il a même pris quelques kilos pour le rôle. Il est très crédible dans son personnage, très humain. Soderbergh introduit une certaine légèreté dans le récit, par la musique et par des notes d’humour.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Matt Damon, Melanie Lynskey, Scott Bakula, Allan Havey
Voir la fiche du film et la filmographie de Steven Soderbergh sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné (attention : ne pas lire le synopsis!)

Voir les autres films de Steven Soderbergh chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Steven Soderbergh

Remarques :
* Soderbergh a été tourné à Decatur, Illinois, la ville où les évènements eurent lieu.
* Le véritable Mark Whitacre (qui n’a pas été consulté pour le tournage) a déclaré que le film de Steven Soderbergh était très proche de la réalité.

The informant
Matt Damon dans The Informant! de Steven Soderbergh.

22 novembre 2017

Livre : Cinéma de minuit – 40 ans – 2 000 films

Cinéma de minuit – 40 ans – 2 000 films
de Patrick Brion – Editions Télémaque 2017 – relié couv. souple 767 pages – 62,00 €

Cinéma de minuit - 40 ans - 2 000 filmsLe Cinéma de minuit de Patrick Brion sur France 3 a récemment fêté ses quarante ans et ce superbe livre vient marquer cet anniversaire. Il retrace la programmation de ces quelque deux mille diffusions, une merveilleuse liste de films où les grands classiques côtoient les raretés. Nous sommes nombreux à devoir une bonne partie de notre culture cinématographique à Patrick Brion.

Le livre est de bonne taille, 28 x 23 x 5 cm, relié (avec une couverture souple toutefois), d’un maniement facile. Les cycles se suivent dans l’ordre chronologique de passage et les films sont brièvement présentés par Patrick Brion. Cette présentation est différente de celle diffusée à l’antenne (qui replace le plus souvent l’oeuvre dans son contexte) et porte plus sur le contenu et sur les qualités du film. Le livre se feuillette avec plaisir et les trois indexes (titre original, titre traduit, nom du cycle) permettent un accès direct. L’index des titres originaux compte environ 1400 entrées ce qui signifie qu’il y a environ 600 rediffusions. Au chapitre des regrets, on peut juste déplorer l’absence d’un index par réalisateur et d’un lien entre les différents cycles sur un même sujet.

Ce superbe livre ne peut que ravir l’amoureux du cinéma. Il témoigne en outre du remarquable travail accompli par Patrick Brion durant toutes ces années.
Note : 5 étoiles

En bonus : une carte-anniversaire musicale sur le générique.

>> Le livre sur le site internet des Editions Télémaque

>> Fiche du livre sur livres-cinema.info

Livre Cinéma de minuit
Livre Cinéma de minuit
Livre Cinéma de minuit
Livre Cinéma de minuit
Livre Cinéma de minuit

Voir aussi : vidéos des génériques crées par Gérard Marinelli :
Le premier générique du Cinéma de minuit… (Contrebandiers de Moonfleet)
Le second générique du Cinéma de minuit… (multiples tête-à-tête)
… et, tant qu’on y est, du même auteur
Le superbe générique Les Yeux du cinéma (1976)…
(attention à la remontée d’émotions)

21 novembre 2017

Combien tu m’aimes? (2005) de Bertrand Blier

Combien tu m'aimes?François (Bernard Campan) admire une très belle femme (Monica Bellucci) à travers la vitrine d’un bar de Pigalle. Il entre et lui fait une proposition inattendue : ayant gagné une forte somme au loto, il lui propose de venir vivre avec lui en échange d’un très gros salaire… Avec Combien tu m’aimes??, Bertrand Blier nous offre une fable sur le thème de la beauté et du désir. Le film démarre très bien avec une bonne mise en place et des personnages bien trouvés (Jean-Pierre Darroussin en ami docteur désabusé est très amusant). Hélas, l’histoire s’enlise ensuite avec des scènes qui semblent inutilement étirées et le personnage joué par Depardieu semble bien caricatural. Bertrand Blier s’est trop centré sur Monica Bellucci qu’il semble vouloir sublimer. L’ensemble est finalement un peu brouillon et on ne retrouve le brio des meilleurs films du réalisateur.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Monica Bellucci, Bernard Campan, Gérard Depardieu, Jean-Pierre Darroussin, Edouard Baer, Farida Rahouadj
Voir la fiche du film et la filmographie de Bertrand Blier sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Bertrand Blier chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Caméo : Bertrand Blier fait une apparition bien visible en client du bar à prostituées.

Combien tu m'aimes ?
Gérard Depardieu, Monica Bellucci et Bernard Campan dans Combien tu m’aimes? de Bertrand Blier.

Combien tu m'aimes ?
Jean-Pierre Darroussin et Monica Bellucci dans Combien tu m’aimes? de Bertrand Blier.

20 novembre 2017

Manèges (1950) de Yves Allégret

ManègesAu chevet de sa jeune femme Dora, entre la vie et la mort à la suite d’un accident, Robert est en pleurs, dévasté par la peur de la perdre. Il se remémore les jours heureux… Ecrit par Jacques Sigurd et Yves Allégret, Manèges va encore plus loin dans la noirceur que Dédée d’Anvers et Une si jolie petite plage, les deux films précédents du tandem. Ce n’est pas un « film noir » dans le sens classique du terme mais c’est un des films les plus noirs qui soient. Les personnages sont ici franchement haïssables par leur cruauté, leur égoïsme et leur cupidité. Il n’y a aucun rayon de soleil dans cette histoire qui laisse le spectateur vacillant, ébranlé dans sa foi dans la nature humaine. On peut reprocher à Sigurd et Allégret de ne montrer que le côté noir des choses, oubliant ainsi de donner un peu de profondeur à leurs personnages. On peut toutefois noter une critique du nouvel ordre social qui s’est établi à la Libération et, heureusement, Bertrand Blier et Simone Signoret font une interprétation remarquable d’intensité.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Bernard Blier, Simone Signoret, Jane Marken, Jacques Baumer, Frank Villard
Voir la fiche du film et la filmographie de Yves Allégret sur le site IMDB.

Voir les autres films de Yves Allégret chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Devant un tel portrait si sombre de la gent féminine, il paraît difficile de ne pas employer le mot « misogynie ». Yves Allégret a cette réputation, en effet. Mais un autre élément est à prendre en compte : entre Dédée d’Anvers où l’actrice attire notre sympathie et le tournage de Manèges, Simone Signoret, épouse d’Yves Allégret, a rencontré Yves Montand ce qui provoquera un divorce l’année suivante. Manèges serait-il un règlement de comptes entre le metteur en scène et son épouse/interprète ?
* Dans son autobiographie La nostalgie n’est plus ce qu’elle était, Simone Signoret raconte que les spectateurs l’ont détestée dans ce film et l’arrêtaient dans la rue pour lui dire.

Manèges
Bernard Blier, Jacques Baumer et Simone Signoret dans Manèges d’Yves Allégret.