19 novembre 2017

Vainqueur du destin (1942) de Sam Wood

Titre original : « The Pride of the Yankees »
Autre titre français : « La fierté des Yankees »

Vainqueur du destinProduit par Sam Goldwyn, The Pride of the Yankees retrace la vie de Lou Gehrig (1903-1941), brillant joueur américain de baseball dont la carrière fut stoppée brutalement par la maladie. Son discours d’adieu au Yankee Stadium est connu de tous les américains (« Today I consider myself the luckiest man on the face of the earth. », « Aujourd’hui je me considère comme le plus heureux des hommes ») et, comme l’annonce un texte en préambule, sa vie et ses valeurs morales (simplicité et modestie) sont « une source d’inspiration » pour tous. Sam Goldwyn ne voulait pas que le baseball ait une place trop grande dans le film et effectivement l’accent est mis sur l’histoire personnelle et sentimentale de Gehrig. L’ensemble est nimbé de mièvrerie et il est bien difficile de s’intéresser à tous ces petits épisodes qui se veulent charmants. Il faut attendre le fameux discours final pour être ému. Sur le fond, nous retrouvons les thèmes très américains de l’homme simple qui accomplit de grandes choses et du triomphe de la volonté. Bien qu’un peu âgé pour le rôle, Gary Cooper fait une belle prestation. Le film sera onze fois nominé aux Oscars (mais n’en remportera qu’un seul, pour le montage). Un film bien ennuyeux mais qui bénéficie toujours d’une belle cote d’amour outre-Atlantique.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Gary Cooper, Teresa Wright, Walter Brennan, Dan Duryea
Voir la fiche du film et la filmographie de Sam Wood sur le site IMDB.

Voir les autres films de Sam Wood chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Lou Gehrig était atteint de la maladie de Charcot qui porte désormais son nom aux États-Unis et au Québec (maladie de Lou-Gehrig).

* Gary Cooper ne pratiquait pas le baseball et, surtout, était incapable de manier la batte comme Gehrig qui était gaucher. C’est le monteur Daniel Mandell qui trouva la solution : inverser l’image sur les quelques plans où on voit Cooper swinguer la batte (numéros et noms sur les maillots furent donc écrits à l’envers). Cette affirmation est toutefois contestée aujourd’hui. Il n’y aurait en fait qu’un ou deux plans effectivement inversés.

Pride of the Yankees
Gary Cooper et Babe Ruth (qui joue son propre rôle) dans Vainqueur du destin de Sam Wood.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *