12 janvier 2019

Le Val d’enfer (1943) de Maurice Tourneur

Le Val d'enferNoël Bienvenu, patron d’une carrière en Haute-Provence, est veuf et vit avec ses parents. Un ami mourant lui demande de s’occuper de sa fille Marthe, installée à Marseille. Noël découvre qu’elle est sans ressources et lui propose alors de venir vivre chez lui…
Ecrit par Carlo Rim, Le Val d’enfer est un film peu connu de la filmographie de Maurice Tourneur. Il est produit sous l’Occupation par la Continental, société de production aux capitaux allemands. C’est un drame réaliste qui met en scène un homme rude et simple. La description de ses rapports avec sa famille donne presque au film des qualités documentaires : on y voit, par exemple, la mère est très effacée, allant jusqu’à manger sur une chaise en retrait de la table où mangent les hommes. Les rapports entre les personnages sont marqués par une certaine rudesse, la communication étant réduite au minimum. Le fond de l’histoire est assez classique, sur le thème de la femme fatale, et met en valeur les notions du bien et du mal avec, comme lueur, la rédemption, toujours possible. On peut bien entendu voir l’idéologie de Vichy présente, c’est inévitable qu’elle le soit, mais ce serait réducteur de réduire le film qu’à cela. Le Val d’enfer est un film français de qualité, sans doute pas franchement remarquable mais tout de même digne d’intérêt. L’interprétation des quatre rôles principaux est excellente.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Ginette Leclerc, Gabriel Gabrio, Gabrielle Fontan, Édouard Delmont
Voir la fiche du film et la filmographie de Maurice Tourneur sur le site IMDB.

Voir les autres films de Maurice Tourneur chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Maurice Tourneur

Le val d'enfer
Gabriel Gabrio et Ginette Leclerc dans Le Val d’enfer de Maurice Tourneur.

Remarque :
Le Val d’Enfer est le nom donné à un lieu bien réel, une vallée de calcaire située en contrebas du village des Baux-de-Provence où des carrières ont été ouvertes.

Le Val d'enfer
Gabrielle Fontan, Édouard Delmont et Ginette Leclerc dans Le Val d’enfer de Maurice Tourneur.

5 avril 2012

Le corbeau (1943) de Henri-Georges Clouzot

Le corbeauDans une petite ville de province, une série de lettres anonymes est envoyée à plusieurs personnes par un mystérieux corbeau. Le médecin Rémy Germain est accusé d’avoir une liaison et de pratiquer des avortements. D’autres lettres suivent, accusant plusieurs notables de la ville… Tourné pendant l’Occupation pour la Continental, firme à capitaux allemands, Le corbeau est le deuxième film d’Henri-Georges Clouzot. Injustement contesté à sa sortie (1), le film est remarquablement bien construit, distillant un solide suspense permanent avec une indéniable richesse des personnages. Le fond du propos est d’inspirer une certaine prudence dans les jugements. La scène célèbre de l’ampoule électrique qui se balance devant les yeux du docteur symbolise bien ce propos (2). Le corbeau Le film est servi par une interprétation parfaite. Aux côtés de Pierre Fresnay et de Ginette Leclerc, tous les seconds rôles sont solidement tenus par des acteurs de talent, Pierre Larquey en tête. Le corbeau est un film quasi parfait qui mérite de figurer parmi les plus grands films français, toutes époques confondues.
Elle: 5 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Pierre Fresnay, Ginette Leclerc, Micheline Francey, Héléna Manson, Sylvie, Pierre Larquey, Noël Roquevert
Voir la fiche du film et la filmographie de Henri-Georges Clouzot sur le site IMDB.
Voir les autres films de Henri-Georges Clouzot chroniqués sur ce blog…

Remarques :
Le corbeau est inspiré d’un fait divers des années vingt : les lettres anonymes de Tulle.

(1) Le corbeau fut vivement critiqué à sa sortie, aussi bien par le pouvoir en place à Vichy que par la presse clandestine de la Résistance. On reprochait à Henri-Georges Clouzot de dresser un portrait trop noir de la population française, où tout le monde avait quelque chose à se reprocher et où chacun médisait sur l’autre. La Continental avait fait placer une mention en début de film indiquant qu’il s’agissait d’un village comme il en existait beaucoup en France. Il avait là de quoi ternir l’image des français. A la Libération, le film fut interdit et Clouzot et le scénariste Louis Chavance furent frappés d’interdiction de travailler dans le cinéma à vie. Cette sentence aveugle fut heureusement annulée deux ans plus tard et le film fut peu à peu réhabilité et considéré à juste valeur.
Comme le fait remarquer Jacques Lourcelles, si l’intention des allemands était de dresser un portrait des français inspirant le mépris, le résultat fut tout autre, notamment dans les autres pays occupés : la qualité du film tranchait nettement avec le piètre niveau des films allemands et mettait donc en valeur une certaine qualité française. D’autre part, il semble que le film ne fut pas distribué en Allemagne.

(2) Vorzet dit à Rémy Germain : « Vous croyez que le bien c’est la lumière et l’ombre le mal… » Il fait osciller devant ses yeux la lampe qui pend du plafond. « Mais où est l’ombre ? La lumière ? » Nous voyons les deux visages passer sans arrêt de l’ombre à la lumière… Autrement dit, ce qui est ombre peut devenir lumière et inversement.