8 septembre 2021

La Servante écarlate (1990) de Volker Schlöndorff

Titre original : « The Handmaid’s Tale »

La Servante écarlate (The Handmaid's Tale)États-Unis, fin du XXe siècle. Un mouvement totalitaire dirige le pays et la pollution et les accidents nucléaires ont rendu la plupart des femmes stériles. Les femmes encore fécondes sont placées comme reproductrices auprès des chefs de la nation, les « Commandants ». Kate, qui voulait s’enfuir, est enlevée à sa famille pour servir de reproductrice au Commandant Fred…
Avant d’être décliné en série TV en 2017, le roman dystopique écrit par l’écrivaine canadienne Margaret Atwood avait été porté à l’écran en 1990 par Volker Schlöndorff. Le premier scénario d’adaptation a été écrit par Harold Pinter qui a ensuite déclaré forfait et, peu satisfait du résultat final, a (vainement) tenté de faire retirer son nom du générique. Il faut bien avouer que cette adaptation est bien décevante et ne laisse guère entrevoir les qualités du roman initial. L’ensemble évoque une mauvaise copie de 1984 et la représentation du régime totalitaire ressemble à un pesant catalogue de poncifs. Le budget a visiblement été limité, les véhicules peints à la hâte en noir mat font pitié. La finalité du récit n’est pas évidente, la sensualité paraît avoir été privilégiée.  Il ne semble pas que Volker Schlöndorff se soit vraiment emparé du sujet. Hormis Faye Dunaway et Robert Duvall cantonnés aux seconds rôles, l’interprétation est bien fade : Natasha Richardson (fille de Vanessa Redgrave) manque de présence et ne génère aucune émotion. Le meilleur serait à chercher du côté de la musique, signée Ryūichi Sakamoto.
Elle:
Lui : 1 étoiles

Acteurs: Natasha Richardson, Faye Dunaway, Aidan Quinn, Elizabeth McGovern, Victoria Tennant, Robert Duvall
Voir la fiche du film et la filmographie de Volker Schlöndorff sur le site IMDB.

Voir les autres films de Volker Schlöndorff chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Volker Schlöndorff

La Servante écarlate (The Handmaid's Tale)Faye Dunaway et Natasha Richardson dans La Servante écarlate (The Handmaid’s Tale) de Volker Schlöndorff.

14 janvier 2021

Transit (2018) de Christian Petzold

TransitDe nos jours, dans une France sous régime dictatorial venu d’outre-Rhin, l’allemand Georg rejoint Marseille pour fuir le fascisme. Il espère pouvoir s’embarquer pour le Mexique. Il prend l’identité d’un écrivain qui vient de se suicider afin de profiter de son visa…
Transit est le sixième long métrage de l’allemand Christian Petzold. Il s’agit de la seconde adaptation du roman homonyme qu’Anna Seghers a écrit en 1941 (paru en 1944) en s’inspirant de son propre parcours au début de la guerre. Le réalisateur a fait le pari audacieux de replacer le récit à l’époque actuelle sans changer les attitudes et les rapports entre les personnes ; ainsi, les policiers français actuels se comportent comme les soldats allemands pendant la guerre. Il est bon d’être averti de cela car, sinon, le début est très déroutant. Le but de cette translation est d’éviter le format du film historique pur et de faire en sorte que le propos entre en résonance avec notre monde d’aujourd’hui, notamment sur le plan de la condition de réfugié. Le réalisateur utilise une voix-off à la troisième personne qui donne une coloration très littéraire (dans le bon sens du terme) à l’ensemble. Franz Rogowski met beaucoup de force dans son interprétation, l’acteur allemand (qui ressemble étrangement à Joaquin Phoenix) montre là un réel talent.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Franz Rogowski, Paula Beer, Godehard Giese, Matthias Brandt
Voir la fiche du film et la filmographie de Christian Petzold sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Christian Petzold chroniqués sur ce blog…

TransitPaula Beer et Franz Rogowski dans Transit de Christian Petzold.

Précédente adaptation :
Transit de René Allio (1991) avec Sebastian Koch.

3 janvier 2021

Lettre à Franco (2019) de Alejandro Amenábar

Titre original : « Mientras dure la guerra »

Lettre à Franco (Mientras dure la guerra)Salamanque, été 1936. Lorsqu’éclate l’insurrection de la junte militaire, le prestigieux écrivain, philosophe et recteur de l’Université Miguel de Unamuno s’exprime en faveur du coup d’État. Il pense qu’il ramènera l’ordre dans un pays dirigé par des socialistes et des communistes. Mais peu à peu, l’insurrection devient la guerre civile espagnole, et la république tend à être supprimée…
L’espagnol Alejandro Amenábar évoque l’une des pages les plus sombres de l’histoire de son pays et, pour ce faire, il choisit de nous faire suivre le cheminement de la pensée de Miguel de Unamuno face à la montée de Franco. En ce sens, il met en relief les difficultés de certains intellectuels à déceler l’arrivée de l’autoritarisme et leurs difficultés à prendre position. Le cinéaste veut aussi faire un parallèle avec la résurgence actuelle de mouvements fascistes (1). Le portrait de Franco est assez inhabituel : il nous montre un homme qui avance timidement, prudemment, anxieux à l’idée de faire un faux pas qui le mettrait en mauvaise posture. Nous sommes loin de l’image classique du dictateur, son arrivée au pouvoir se fait finalement de façon presque sournoise. Le film a donc le mérite de nous apprendre beaucoup sur cette période de l’Histoire mais hélas le résultat ne convainc pas vraiment. Et, bizarrement, il est difficile de pointer exactement quels sont les défauts qui le rendent quelque peu ennuyeux.
Elle: 2 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Karra Elejalde, Eduard Fernández, Santi Prego, Nathalie Poza, Luis Bermejo
Voir la fiche du film et la filmographie de Alejandro Amenábar sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Alejandro Amenábar chroniqués sur ce blog…

(1) Le titre original signifie « Tant que durera la guerre ». Comme expliqué dans le film, cette expression était incluse dans le document signé par les généraux mais Franco est parvenu à la faire disparaître avant la publication de ce document qui lui donnait tous les pouvoirs. Le réalisateur a choisi ce titre pour s’adresser aux spectateurs européens d’aujourd’hui, pour affirmer que l’état de guerre est permanent : « le film parle autant du présent que passé ».

Lettre à Franco (Mientras dure la guerra)Karra Elejalde dans Lettre à Franco (Mientras dure la guerra) de Alejandro Amenábar.

20 août 2019

A Brighter Summer Day (1991) de Edward Yang

Titre original : « Gu ling jie shao nian sha ren shi jian »

A Brighter Summer DayDans les années 60, à Taïwan, le jeune adolescent Xiao Si’r, dont les parents ont fui le régime communiste chinois, fréquente une école dite « du soir », moins prestigieuse que l’école « de jour » où son père aimerait l’inscrire. Deux gangs s’y affrontent en permanence mais l’adolescent s’efforce de rester à l’écart de leurs querelles…
A Brighter Summer Day (le titre original signifie « L’affaire du jeune meurtrier de la rue Guling » alors que le titre international fait référence aux paroles de la chanson Are You Lonesome Tonight ? popularisée par Elvis Presley et reprise dans le film) est basé sur un fait divers qui eut lieu dans le collège d’Edward Yang quand il avait 13 ans. Le réalisateur lui donne de l’ampleur en le reliant à la situation politique de Taïwan à cette époque (1). Le film aborde plusieurs thèmes tournant autour de l’adolescence et de la déstabilisation créée par le déracinement. Le récit se concentre d’abord sur la tension entre les deux gangs, qui symbolisent les deux catégories de la population de Taïwan (2). L’histoire prend ensuite un tour plus politique tout en se concentrant sur la famille de Xiao Si’r. Elle prend aussi un tour plus désespéré. Le film de près de 4 heures paraît vraiment très long, notamment dans sa première moitié. Les personnages ne sont pas toujours faciles à reconnaître, pour nous occidentaux, et il y a plus de cent rôles parlants. Il faut donc rester concentré. L’image est très belle, avec des cadrages travaillés et une utilisation fréquente du hors-cadre. Le film est ressorti en 2018 et a été très bien accueilli par la critique et de nombreux spectateurs semblent très enthousiastes, plus que je ne l’ai été en tous cas…
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Chang Chen, Lisa Yang
Voir la fiche du film et la filmographie de Edward Yang sur le site IMDB.

Voir les autres films de Edward Yang chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Edward Yang

(1) Taïwan est alors dans cette période que l’on appelle la « Terreur blanche ». Le gouvernement contrôlé par le Kuomintang (parti nationaliste chinois) a établi la loi martiale qui resta en place de 1949 à 1987 (ce qui explique l’omniprésence des militaires dans le film).
(2) Le gang des Garçons du Petit Parc représente la population du continent venue sur l’île pour fuir le communisme à partir de 1949. Le gang des 217 représente la population qui habitait l’île auparavant.

 

A Brighter Summer DayLisa Yang et Chang Chen dans A Brighter Summer Day de Edward Yang.

29 avril 2019

Danton (1983) de Andrzej Wajda

DantonParis, printemps de l’An II (1794). De retour à Paris après quelques mois d’absence, Danton cherche à mettre un terme à la Terreur en défiant Robespierre et le Comité de Salut Public. Ce dernier ordonne son arrestation et organise un simulacre de procès avant le conduire, avec une dizaine de ses soutiens, à l’échafaud.
C’est le gouvernement français, alors sous la présidence de François Mitterrand, qui a passé commande à Wajda d’un film pour célébrer la Révolution française. Le résultat a mis ses commanditaires mal à l’aise et a suscité la polémique. Le réalisateur polonais a en effet choisi une période particulièrement sombre de l’Histoire de France qui lui permettait de faire allusion au présent de son pays : la lutte de Danton contre Robespierre devient ainsi une allégorie de celle du syndicaliste Wałęsa contre le général Jaruzelski (1). Dans les deux cas, passé et présent, chacune des parties en présence s’est réclamé du « peuple ». Et c’est toujours au nom du « peuple » qu’est installé un régime autoritaire et despotique. Dans son film, Wajda montre Danton et Robespierre dépassés par l’Histoire, qu’ils ont pourtant contribué à créer ; ils ont perdu prise sur les évènements et seront emportés par eux (2). Ainsi, au lieu de fournir une apologie benoîte de la Révolution, le cinéaste polonais a un propos d’une portée plus générale et (hélas) plus actuelle, un propos qui mérite mieux qu’une simple lecture sous l’angle idéologique. Depardieu semble l’acteur idéal pour interpréter un Danton bon vivant et particulièrement habile dans l’éloquence. Robespierre est interprété par le polonais Wojciech Pszoniak dont le jeu plus classique est rendu encore plus rigide par le doublage, ce qui accentue encore l’opposition entre les deux hommes.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Gérard Depardieu, Wojciech Pszoniak, Patrice Chéreau, Boguslaw Linda
Voir la fiche du film et la filmographie de Andrzej Wajda sur le site IMDB.

Voir les autres films de Andrzej Wajda chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Andrzej Wajda

Danton
Gérard Depardieu est Danton dans Danton de Andrzej Wajda.

Remarques :
* Le scénario est adapté d’une pièce de la dramaturge polonaise Stanisława Przybyszewska, rédigée entre 1925 et 1929. Cette pièce était assez flatteuse pour Robespierre. Wajda et Jean-Claude Carrière l’ont réécrite pour donner à Danton l’image d’un idéaliste tout en conservant une certaine indulgence pour Robespierre qui est présenté comme un être tourmenté. En revanche, le Comité de Salut de Public n’est pas épargné, ses membres sont prompts à faire tomber les têtes pour des motivations vagues ou même douteuses.

(1) Sous la pression des soviétiques, le général Jaruzelski décide dans la nuit du 12 au 13 décembre 1981 d’arrêter les principaux dirigeants de Solidarnösc, dont Lech Wałęsa, et d’interdire le syndicat ; les militaires prennent également possession de la télévision.
(2) La phrase de Danton passant devant la maison de Robespierre « Robespierre, tu me suis ! Ta maison sera rasée ! On y sèmera du sel ! » est historique (et rappelons que Robespierre sera guillotiné trois mois plus tard).

Danton
Wojciech Pszoniak est Robespierre dans Danton de Andrzej Wajda.

Homonyme :
Danton (1921) de l’allemand Dimitri Buchowetzki avec Emil Jannings, Werner Krauss

19 mars 2019

Taxandria (1994) de Raoul Servais

TaxandriaUn jeune prince, condamné à réviser ses examens dans un hôtel isolé en bord de la mer, s’ennuie. Il rencontre le gardien du phare qui lui ouvre les portes d’un monde imaginaire et hors du temps, Taxandria…
Taxandria est l’unique long métrage du belge Raoul Servais qui a signé par ailleurs une quinzaine de courts métrages d’animation. Il est très influencé par les surréalistes, notamment par Magritte et Delvaux qu’il connaît bien. Il s’est alloué ici les services du dessinateur de bandes dessinées François Schuiten pour les décors de ce projet qu’il a longuement couvé. Ce n’est pas un film d’animation à proprement parler : il s’agit (pour la partie dans le monde imaginaire) d’incrustation de personnages réels dans des décors dessinés. C’est un projet assez admirable mais hélas le résultat est un peu décevant car la magie n’opère pas vraiment. Il y a pourtant de très beaux moments mais ce monde post-apocalyptique où le temps est arrêté, où images et machines sont interdites, nous laisse un peu de marbre. Il n’en reste pas moins que Taxandria est une œuvre poétique et artistique assez remarquable, car elle est assez unique en son genre.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Armin Mueller-Stahl, Katja Studt, Daniel Emilfork, Cris Campion
Voir la fiche du film et la filmographie de Raoul Servais sur le site IMDB.

Voir les livres sur Raoul Servais

Voir le site :  Alta Plana  « Encyclopédie impossible et infinie du monde créé par Schuiten & Peeters »

Taxandria
François Schuiten a dessiné les décors de Taxandria de Raoul Servais.

Taxandria
Une ligne téléphonique façon Taxandria.

Taxandria

Taxandria
Taxandria de Raoul Servais.

25 février 2019

Seven Sisters (2017) de Tommy Wirkola

Titre original : « What Happened to Monday »

Seven Sisters2073. Face à la surpopulation, le très autoritaire gouvernement de la Fédération européenne décide d’imposer la politique de l’enfant unique. Un homme garde secrète la naissance de ses septuplés. Quand elles grandissent, il décide que chacune d’elles ne pourra sortir qu’un jour par semaine pour simuler une identité unique…
L’idée de base du scénario est assez prometteuse, laissant augurer d’un film assez original. Hélas, il n’en est rien, Seven Sisters se transforme rapidement en film d’action et le développement de l’histoire ne montre aucune recherche ni originalité. Le terme de « prospective » n’est pas vraiment applicable, tant la société et la dictature gouvernementale sont aussi caricaturaux qu’improbables. Sur la forme, l’insertion de plusieurs Noomi Rapace dans la même scène est bien réalisée. Pour le reste, le film respecte le format classique du film d’action : rythme soutenu, musique présente, peu de dialogues et une bonne dose d’hémoglobine. Tommy Wirkola est un réalisateur norvégien qui a réalisé précédemment plusieurs films d’horreur et d’action. Production anglo-franco-belge,  Seven Sisters est un film Netflix qui a bénéficié d’une sortie en salles.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: Noomi Rapace, Glenn Close, Willem Dafoe, Marwan Kenzari
Voir la fiche du film et la filmographie de Tommy Wirkola sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Seven Sisters
Noomi Rapace dans Seven Sisters de Tommy Wirkola.