8 février 2020

Le Chevalier de la vengeance (1942) de John Cromwell

Titre original : « Son of Fury: The Story of Benjamin Blake »

Le Chevalier de la vengeance (Son of Fury: The Story of Benjamin Blake)Orphelin, Benjamin Blake a été élevé par son grand-père maternel, dans l’ignorance de son vrai nom et de ses origines. Son oncle, qui occupe le domaine familial, le fait rechercher et en fait un garçon d’écurie pour mieux le contrôler et éviter qu’il ne prétende au titre qu’il a usurpé…
Produit par Darryl Zanuck et adapté d’un best-seller d’Edison Marshall, Son of Fury (oublions le titre français qui fait un peu peur…) est un film d’aventures assez peu connu mais qui ne manque pas de qualités. Le scénario est sans doute un peu prévisible mais il se montre prenant. L’histoire est pimentée par un soupçon d’exotisme qui tranche avec la noirceur de l’Angleterre du XVIIIe siècle. L’ensemble bénéficie d’une solide interprétation : comme toujours, Tyron Power montre une belle présence et la belle Gene Tierney illumine la partie polynésienne. L’actrice est ici encore en début de carrière, encore cantonnée dans ces rôles dits « exotiques » où, il faut bien le reconnaitre, elle excelle. Une fois de plus, George Sanders incarne à merveille un personnage distingué et maléfique. Tous les autres rôles sont fort bien tenus. Son of Fury mérite d’être découvert.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Tyrone Power, Gene Tierney, George Sanders, Frances Farmer, Roddy McDowall, John Carradine, Elsa Lanchester, Harry Davenport
Voir la fiche du film et la filmographie de John Cromwell sur le site IMDB.

Voir les autres films de John Cromwell chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Son of Fury est le dernier film de Frances Farmer avant ses multiples problèmes psychiatriques et d’addiction qui défrayèrent la chronique à Hollywood.
* La Fox a acquis les droits du livre avant même sa publication en 1941.

Le Chevalier de la vengeance (Son of Fury: The Story of Benjamin Blake)Tyrone Power et George Sanders dans Le Chevalier de la vengeance (Son of Fury: The Story of Benjamin Blake) de John Cromwell.

Le Chevalier de la vengeance (Son of Fury: The Story of Benjamin Blake)Tyrone Power et Gene Tierney dans Le Chevalier de la vengeance (Son of Fury: The Story of Benjamin Blake) de John Cromwell.

Le Chevalier de la vengeance (Son of Fury: The Story of Benjamin Blake)Tyrone Power et Frances Farmer dans Le Chevalier de la vengeance (Son of Fury: The Story of Benjamin Blake) de John Cromwell.

6 février 2020

Parasite (2019) de Bong Joon-ho

Titre original : « Gisaengchung »

Parasite (Gisaengchung)Ki-taek, sa femme Chung-sook, leur fils Ki-woo et leur fille Ki-jung sont sans emploi et vivent entassés dans un appartement insalubre en sous-sol. Ils survivent en pliant des boîtes à pizza cartonnées. Un jour, ils reçoivent la visite d’un étudiant qui demande à Ki-woo, son ami, de le remplacer pour donner des cours particulier d’anglais à une jeune fille. Ki-jung, douée pour les arts, fabrique un faux diplôme pour Ki-woo qui va se présenter au superbe domicile des parents de la jeune fille…
Après deux films internationaux (Snowpiercer et Okja), Bong Joon-ho revient en Corée du Sud pour réaliser Parasite, un film assez étonnant car il mélange habilement la farce sociale, la comédie noire, le thriller et le film d’horreur. Cette progression est accompagnée d’une montée dans l’intensité et l’histoire nous réserve constamment des surprises (le réalisateur a bien insisté auprès des journalistes de ne pas dévoiler son développement). A partir des rapports entre maitres et domestiques, le propos met en relief le fossé entre les classes sociales et explore le thème de la domination sociale. La caméra de Bong Joon-ho est très fluide, elle évolue de pièce en pièce avec grâce. Palme d’or à Cannes 2019 et gros succès commercial.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Song Kang-ho, Lee Sun-kyun, Jo Yeo-jeong, Choi Woo-sik, Park So-dam, Lee Jeong-eun, Jang Hye-jin
Voir la fiche du film et la filmographie de Bong Joon-ho sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Bong Joon-ho chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Fort de son succès en salles et de l’engouement critique qu’il a suscité, Parasite ressort en salles dans une version en noir et blanc à partir du 19 février 2020, une nouvelle version supervisée par Bong Joon Ho lui-même.
* Parasite est le premier film sud-coréen à franchir la barre des 500 000 entrées en France, limite qu’il franchit allègrement puisqu’il a fini, après 6 mois d’exploitation, à plus de 1 700 000 entrées.

Parasite (Gisaengchung)Choi Woo-sik, Song Kang-ho, Jang Hye-jin et Park So-dam dans Parasite (Gisaengchung) de Bong Joon Ho.

Parasite (Gisaengchung)Choi Woo-sik, Jo Yeo-jeong et Lee Jeong-eun dans Parasite (Gisaengchung) de Bong Joon Ho.

ParasiteChoi Woo-sik, Song Kang-ho, Park So-dam et Jang Hye-jin dans Parasite (Gisaengchung) de Bong Joon Ho.

5 février 2020

La Colline des potences (1959) de Delmer Daves

Titre original : « The Hanging Tree »

La Colline des potences (The Hanging Tree)Le docteur Trail arrive dans un camp de chercheurs d’or du Montana. Il recueille un jeune voleur de pépites blessé et l’oblige à se mettre à son service. Un jour, la diligence est attaquée et la seule survivante est une jeune et jolie femme retrouvée errante et gravement brulée par le soleil…
The Hanging Tree est un western plutôt atypique. La situation est assez inhabituelle et le personnage principal est particulièrement complexe et difficile à cerner : loin de tout manichéisme, il n’est ni franchement bon, ni franchement mauvais. En outre, Delmer Daves introduit un peu de romantisme et aborde plusieurs thèmes, certains classiques comme le poids du passé et d’autres moins courants tel l’éducation. Il fustige au passage les ligues de vertus, les prédicateurs et les foules. La mise en scène est, elle aussi, assez originale et les mouvements de caméra sont parfois inattendus (mouvements de grue). L’interprétation est dominée par la stature de Gary Cooper mais les seconds rôles, tels Karl Malden (remarquable) ou George C. Scott (son premier rôle au cinéma) sont bien tenus. Seule Maria Schell ne semble pas bien à sa place. Le dénouement est surprenant.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Gary Cooper, Maria Schell, Karl Malden, George C. Scott, Ben Piazza
Voir la fiche du film et la filmographie de Delmer Daves sur le site IMDB.

Voir les autres films de Delmer Daves chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* The Hanging Tree est le dernier western de Delmer Daves qui fut malade sur le tournage et remplacé par Karl Malden avec l’assistance de Vincent Sherman. C’est aussi le dernier western de Gary Cooper.
* La chanson The Hanging Tree, interprétée dans le film par Marty Robbins, a été adaptée en français sous le titre L’Arbre aux pendus par Boris Vian.

 La Colline des potences (The Hanging Tree)Ben Piazza et Gary Cooper dans La Colline des potences (The Hanging Tree) de Delmer Daves.

4 février 2020

Fantasia (1940) de Walt Disney Studios

FantasiaSorti en 1940, Fantasia est le troisième long-métrage d’animation des studios Disney. Très différent des autres productions du studio, il s’agit d’une expérimentation artistique qui cherche à mettre en harmonie parfaite l’animation et la musique. Il est composé de sept séquences illustrant huit morceaux célèbres de musique classique. Il n’y a aucune parole si n’est une brève présentation de chaque séquence par un critique musical. L’Apprenti sorcier, avec Mickey et ses balais ensorcelés, est le passage le plus célèbre du film ; il est devenu un classique. C’est cette séquence, initialement prévue en court métrage, qui est à l’origine du projet. L’ensemble est très inégal car les séquences sont de styles très différents. Les plus réussies à mes yeux sont les deux premières, Bach et Tchaïkovski, l’une étant la plus abstraite et l’autre la plus aérienne et la plus délicate. C’est sur ces deux séquences que la fusion de l’image et de la musique paraît vraiment parfaite. La séquence la plus curieuse est celle qui illustre Moussorgski, très inspirée de l’expressionnisme allemand. D’autres séquences tombent un peu dans le mauvais goût. Fantasia a été très critiqué à sa sortie, le plus souvent sur le plan musical du fait des arrangements de Leopold Stokowski. Quel que soit le jugement final que l’on porte sur lui, le film reste intéressant à visionner, ne serait-ce pour son caractère assez unique. Initialement conçu comme devant être le premier volet d’une série, il restera sans suite jusqu’en 1999 qui verra la sortie de Fantasia 2000.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs:
Voir la fiche du film sur le site IMDB.
Voir les livres sur les studios Walt Disney

Remarque :
* Pour Fantasia, Walt Disney a mis au point un système de sonorisation à sept pistes, considéré comme étant la première ébauche de la stéréophonie.

Composition :
1) Toccata et fugue en ré mineur de Jean-Sébastien Bach. Réalisation Samuel Armstrong.
2) Différents extraits du ballet Casse-noisette de Piotr Ilitch Tchaïkovski. Réalisation Samuel Armstrong.
3) L’Apprenti sorcier de Paul Dukas. Réalisation James Algar.
4) Le Sacre du printemps d’Igor Stravinsky. Réalisation Bill Roberts et Paul Satterfield.
Intermède) A la découverte de la piste sonore
5) La Symphonie pastorale de Ludwig van Beethoven. Réalisation Ford Beebe, Jim Handley et Hamilton Luske.
6) La Danse des heures, ballet tiré de l’opéra La Gioconda d’Amilcare Ponchielli. Réalisation Norman Ferguson et T. Hee.
7) Une nuit sur le mont Chauve de Modeste Moussorgski et L’Ave Maria de Franz Schubert. Réalisation Wilfred Jackson.

Fantasia

3 février 2020

Trafic en haute mer (1950) de Michael Curtiz

Titre original : « The Breaking Point »

Trafic en haute mer (The Breaking Point)Sur son bateau, Harry emmène de riches estivants pêcher au large mais il peine à joindre les deux bouts. Lorsqu’un client lui fait faux bond lors d’une virée au Mexique, il se voit contraint d’accepter une offre douteuse de convoyage. Mais l’affaire tourne mal…
Breaking Point est un film noir adapté du roman d’Ernest Hemingway En avoir ou pas mais ce film n’est nullement le remake du Port de l’angoisse d’Howard Hawks, car ce dernier avait pris beaucoup de libertés dans son adaptation. Michael Curtiz est, lui, bien plus fidèle au roman qui montre un personnage buté pris dans un engrenage néfaste vers la corruption. Il sait éviter l’excès de romantisme et, à l’opposé, l’excès de noirceur pour livrer un film bien équilibré. L’atmosphère le classe dans les films noirs. John Garfield est ici dans un de ses meilleurs rôles et montre une belle présence. On peut aussi considérer que c’est le dernier « grand film » de Michael Curtiz.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: John Garfield, Patricia Neal, Phyllis Thaxter, Juano Hernandez
Voir la fiche du film et la filmographie de Michael Curtiz sur le site IMDB.

Voir les autres films de Michael Curtiz chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Michael Curtiz

Trafic en haute mer (The Breaking Point)John Garfield et Patricia Neal dans Trafic en haute mer (The Breaking Point) de Michael Curtiz.

Trafic en haute mer (The Breaking Point)Juano Hernandez et John Garfield dans Trafic en haute mer (The Breaking Point) de Michael Curtiz.

Adaptations du roman En avoir ou pas d’Ernest Hemingway paru en 1937 dont l’action se déroulait entre Key West et Cuba :
1944 : Le Port de l’angoisse (To Have and Have Not) par Howard Hawks avec Humphrey Bogart, Walter Brennan, et Lauren Bacall. Le scénario déplace l’histoire vers la Martinique sous le régime de Vichy.
1950 : Trafic en haute mer (The Breaking Point) par Michael Curtiz avec John Garfield. L’action est déplacée en Californie du Sud et Mexique.
1956 : Wetbacks par Hank McCune avec Lloyd Bridges. Adaptation non déclarée. Action déplacée en Californie du Sud et Mexique.
1958 : Trafiquants d’armes à Cuba (The Gun Runners)  par Don Siegel avec Audie Murphy et Everett Sloane. Le lieu de l’action est identique au roman.
1987 : Capitaine Khorshid (Nakhoda Khorshid), film iranien de Nasser Taghvai, transposant l’action dans le golfe Persique.

2 février 2020

Baby Driver (2017) de Edgar Wright

Baby DriverEn matière de conduite rapide, Baby est un expert. Les écouteurs de son baladeur vissés dans les oreilles, il réalise des prouesses pour permettre à un gang de braqueurs d’échapper à ses poursuivants. Mais c’est quand il désire raccrocher que les choses vont devenir plus difficiles…
Baby Driver est écrit et réalisé par le britannique Edgar Wright, un projet qu’il a mûri depuis plus de vingt ans. Si le fond de l’histoire n’est pas franchement original, la forme l’est beaucoup plus. Centré sur un personnage taciturne mais brillant, le film baigne dans une atmosphère très détendue, légère même. C’est donc plutôt une comédie et les personnages sont particulièrement caricaturaux pour apporter une certaine dérision. La musique tient une très grande place ; omniprésente dans les spectaculaires scènes d’action, elle apporte une grande énergie à l’ensemble. Assez différent des autres films du genre, Baby Driver est un excellent divertissement. Gros succès en salles.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Ansel Elgort, Kevin Spacey, Jon Bernthal, Eiza González, Lily James, Jon Hamm
Voir la fiche du film et la filmographie de Edgar Wright sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Edgar Wright chroniqués sur ce blog…

Baby DriverAnsel Elgort dans Baby Driver de Edgar Wright.

Baby DriverJon Bernthal, Eiza Gonzalez, Ansel Elgort et Jon Hamm dans Baby Driver de Edgar Wright.

1 février 2020

Les Voyages de Sullivan (1941) de Preston Sturges

Titre original : « Sullivan’s Travels »

Les voyages de Sullivan (Sullivan's Travels)Un réalisateur à succès veut tourner un film social, ancré dans la réalité, dont le titre est O Brother Where Art Thou. Lorsque le patron du studio lui fait remarquer qu’il n’a aucune idée de ce qu’est la misère, il décide de se déguiser en vagabond et de partir sur les routes avec dix cents en poche…
Les Voyages de Sullivan (Sullivan’s Travels) est une comédie américaine écrite et réalisée par Preston Sturges. C’est une comédie peu banale sous plusieurs aspects. Elle mélange allégrement plusieurs genres, y compris le drame, et son propos n’est pas très facile à cerner : si Sturges semble au final vouloir replacer le rire et la comédie comme fonction essentielle du cinéma (1), son propre film dément cette vision puisqu’il y fait des longues incursions dans le réalisme social (nous ne sommes alors pas loin de I Am a Fugitive from a Chain Gang). Autre exemple, quelques minutes après que son personnage ait raillé « les vieilles poursuites de Mack Sennett », Sturges insère une poursuite un peu stupide, tout à fait dans l’esprit slapstick. Le duo formé par Joel McCrea et Veronica Lake fonctionne à merveille et les dialogues sont remarquables. Malgré d’assez bonnes critiques, Les Voyages de Sullivan n’eut que peu de succès à sa sortie. Ce n’est que bien plus tard, lorsque les cinéphiles redécouvriront le talentueux Preston Sturges (bien après sa mort), que le film sera considéré comme l’un de ses meilleurs.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Joel McCrea, Veronica Lake, Robert Warwick, William Demarest, Franklin Pangborn, Porter Hall, Byron Foulger, Margaret Hayes
Voir la fiche du film et la filmographie de Preston Sturges sur le site IMDB.

Voir les autres films de Preston Sturges chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Preston Sturges

Remarques :
* Le titre du film des frères Coen « O Brother Where Art Thou ? » est un hommage à ce film de Sturges.

(1) En plus de l’épilogue, la dédicace en début de film donne le ton : « À la mémoire de ceux qui nous ont fait rire : (…), les clowns, les bouffons, de tous temps et de tous pays, dont les efforts allégèrent un peu notre fardeau, ce film est dédié. »

Les voyages de Sullivan (Sullivan's Travels)Veronica Lake et Joel McCrea dans Les voyages de Sullivan (Sullivan’s Travels) de Preston Sturges.

31 janvier 2020

Sommaire de janvier 2020

FortunaMon bébéMiraï, ma petite soeurCadavres exquisLoulouPhilomenaAu-delà du réelSoleil battant

Fortuna

(2018) de Germinal Roaux

Mon bébé

(2019) de Lisa Azuelos

Miraï, ma petite soeur

(2018) de Mamoru Hosoda

Cadavres exquis

(1976) de Francesco Rosi

Loulou

(1980) de Maurice Pialat

Philomena

(2013) de Stephen Frears

Au-delà du réel

(1980) de Ken Russell

Soleil battant

(2017) de Clara et Laura Laperrousaz

Ennemis intimesBirdmanMarvin ou la belle éducationMia madreLa Fête à HenrietteEn liberté!Vacances sur ordonnanceGrâce à Dieu

Ennemis intimes

(1999) de Werner Herzog

Birdman

(2014) de Alejandro González Iñárritu

Marvin ou la belle éducation

(2017) de Anne Fontaine

Mia madre

(2015) de Nanni Moretti

La Fête à Henriette

(1952) de Julien Duvivier

En liberté!

(2018) de Pierre Salvadori

Vacances sur ordonnance

(1950) de Henry Cass

Grâce à Dieu

(2019) de François Ozon

AmandaLa Chute de l'empire américainShaun le mouton, le filmPlatoonLa Folle histoire de l’espaceLa Tour sombreLes Frères SistersLes Deux Légionnaires

Amanda

(2018) de Mikhaël Hers

La Chute de l’empire américain

(2018) de Denys Arcand

Shaun le mouton, le film

(2015) de Mark Burton et Richard Starzak

Platoon

(1986) de Oliver Stone

La Folle histoire de l’espace

(1987) de Mel Brooks

La Tour sombre

(2017) de Nikolaj Arcel

Les Frères Sisters

(2018) de Jacques Audiard

Les Deux Légionnaires

(1931) de James W. Horne

Justes nocesAidons-nousLe TriporteurLe Grand restaurantLes InnocentesLa ReligieuseShampooL’Amour flou

Justes noces

(1931) de James W. Horne

Aidons-nous

(1932) de James Parrott

Le Triporteur

(1957) de Jacques Pinoteau

Le Grand restaurant

(1966) de Jacques Besnard

Les Innocentes

(2016) de Anne Fontaine

La Religieuse

(1966) de Jacques Rivette

Shampoo

(1975) de Hal Ashby

L’Amour flou

(2018) de Romane Bohringer et Philippe Rebbot

Nombre de billets : 32

30 janvier 2020

Fortuna (2018) de Germinal Roaux

FortunaUne communauté de religieux catholiques dans un monastère isolé des Alpes suisses accueille temporairement des réfugiés de plusieurs nationalités. Parmi eux, Fortuna est une jeune Ethiopienne de 14 ans qui a perdu ses parents dans une tempête pendant la traversée. Elle rencontre Kabir, un jeune Africain…
Fortuna est écrit et réalisé par le cinéaste suisse Germinal Roaux ; il s’agit de son second long métrage. Son histoire prend la forme d’une fable qui met en relief la difficulté de venir en aide autant que l’on pourrait le souhaiter. Cette situation provoque des questionnements même au sein de la petite communauté de chanoines, écartelés entre leurs convictions religieuses et la complexité des problèmes pratiques qui les détournent de leur vocation première. Le rythme lent donne l’apparence d’un récit méditatif. L’image est un noir et blanc très stylé où les rares éléments du paysage apparaissent en net contraste avec les grandes nappes de neige.  Fortuna est l’un des derniers films de Bruno Gantz.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Kidist Siyum, Bruno Ganz, Patrick d’Assumçao, Yoann Blanc
Voir la fiche du film et la filmographie de Germinal Roaux sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

FortunaKidist Siyum dans Fortuna de Germinal Roaux.

FortunaKidist Siyum et Yoann Blanc dans Fortuna de Germinal Roaux.

FortunaLe monastère (en réalité l’Hospice du Simplon) de Fortuna de Germinal Roaux.

29 janvier 2020

Mon bébé (2019) de Lisa Azuelos

Mon bébéHéloïse est divorcée et mère de trois grands enfants avec lesquels elle entretient des rapports fusionnels. Jade, la plus jeune, passe son baccalauréat et doit partir continuer ses études au Canada. Stressée à l’idée de se retrouver seule et par tous les souvenirs qui refont surface, elle tente de fixer les derniers moments ensemble sur son téléphone…
Dix ans après LOL, Lisa Azuelos reprend le thème des rapports mère-fille. Ayant vécu exactement la même situation, elle s’est basée sur sa propre expérience pour écrire Mon bébé et fait jouer sa fille (Thaïs Alessandrin) dans son propre rôle. Le milieu, les personnages, les situations sont stéréotypées et l’ensemble est très normatif. Ce genre de cinéma nombriliste ne peut apporter au mieux qu’un miroir, il ne faut pas en attendre plus. Le résultat aurait été certainement plus oubliable sans la présence de Sandrine Kiberlain, très à l’aise dans ce genre de personnage volubile et expansif : même s’il lui arrive de surjouer certaines scènes, elle assure tout l’humour et nous amuse le plus souvent.
Elle: 2 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Sandrine Kiberlain, Thaïs Alessandrin, Victor Belmondo, Patrick Chesnais
Voir la fiche du film et la filmographie de Lisa Azuelos sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

 Mon bébéThaïs Alessandrin et Sandrine Kiberlain dans Mon bébé de Lisa Azuelos.