7 juin 2020

Le Mystère Henri Pick (2019) de Rémi Bezançon

Le Mystère Henri PickDans une bibliothèque de Bretagne abritant des manuscrits refusés, une jeune éditrice découvre un texte brillant. L’auteur, Henri Pick, un pizzaïolo (1) breton décédé deux ans plus tôt, écrivait en cachette de sa famille. Le roman devient un best-seller. Persuadé qu’il s’agit d’une imposture, un critique littéraire décide de mener l’enquête…
Adapté du roman homonyme de David Foenkinos (publié en 2016), Le Mystère Henri Pick est une plaisante comédie qui se tient dans le monde de l’édition. Le déroulement se situe en grande partie sur la presqu’île de Crozon. Le cheminement suivi dans cette enquête peut évoquer certains romans d’Agatha Christie. Les dialogues sont assez savoureux, l’ensemble est enlevé avec une belle prestation du duo Camille Cottin et Fabrice Luchini. Un peu conventionnel, mais très bien fait et bien dosé, Le Mystère Henri Pick est un excellent divertissement.
Elle: 3 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Fabrice Luchini, Camille Cottin, Alice Isaaz, Bastien Bouillon, Hanna Schygulla
Voir la fiche du film et la filmographie de Rémi Bezançon sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Rémi Bezançon chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Le personnage de Fred Koskas, auteur de La Baignoire, est inspiré de l’écrivain Jean-Philippe Toussaint, et de son roman La Salle de bain, où un personnage vit dans sa baignoire.
* Le superbe pont que l’on voit plusieurs fois pour symboliser les allers-retours entre Paris et Crozon est le pont de Térénez (Finistère) mis en service en 2011.

(1) Un pizzaïolo est un cuisinier qui prépare les pizzas dans une pizzeria.

Le Mystère Henri PickFabrice Luchini et Camille Cottin dans Le Mystère Henri Pick de Rémi Bezançon.

5 juin 2020

Les Grandes Gueules (1965) de Robert Enrico

Les grandes gueulesAprès plusieurs années au Canada, Hector Valentin est de retour dans les Vosges où il hérite de la scierie familiale après la mort de son père. L’entreprise est presque en ruines mais il décide de la faire revivre. Laurent et Mick, deux anciens prisonniers en cavale se font embaucher et lui suggère d’employer des détenus en liberté conditionnelle…
Les Grandes Gueules est adapté du roman Le Haut-Fer (1) de José Giovanni qui a écrit lui-même l’adaptation (2). Le scénario est fort bien construit avec de récurrentes montées de tension qui rendent le récit très prenant. Bourvil (ici dans un rôle dramatique) et Ventura tiennent merveilleux les premiers rôles, bien secondés par un plateau d’acteurs tous très bien utilisés. C’est une histoire rude et virile. Les grandes gueules a été qualifié par certains critiques de « western vosgien », une expression qui décrit très bien le film.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Bourvil, Lino Ventura, Marie Dubois, Jess Hahn, Jean-Claude Rolland, Michel Constantin, Paul Crauchet
Voir la fiche du film et la filmographie de Robert Enrico sur le site IMDB.

(1) Le terme « haut-fer » désigne, dans le massif des Vosges, une scierie traditionnelle dont la force motrice est hydraulique et constituée d’un banc, porteur de la grume (appelée tronce) qui avance en face d’une lame verticale à mouvement alternatif. (source Wikipédia)

(2) José Giovanni est un ex-condamné à mort qui, après avoir été gracié, s’est reconverti dans l’écriture de romans policiers et de scénarios de cinéma. On lui doit les scénarios de Le Trou de Becker (récit autobiographique de sa tentative d’évasion), Classe tous risques de Sautet et beaucoup d’autres. Il a en outre réalisé 19 films dont La Scoumoune avec Belmondo.
Le film suivant de Robert Enrico, Les Aventuriers (1967) avec Delon et Ventura, sera de nouveau une collaboration avec Giovanni.

Les grandes gueulesLino Ventura, Jean-Claude Rolland et Bourvil dans Les Grandes Gueules de Robert Enrico.

3 juin 2020

La Forme de l’eau (2017) de Guillermo del Toro

Titre original : « The Shape of Water »

La Forme de l'eau (The Shape of Water)Etats-Unis, 1962. Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental militaire, Elisa mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres…
Guillermo del Toro a écrit et réalisé La Forme de l’eau qui revisite le thème de la belle et la bête, plus exactement de l’amour de deux êtres fragilisés et « différents ». Par de nombreux aspects, le film évoque L’étrange créature du lac noir de Jack Arnold (1954) et on pourra remarquer plusieurs autres emprunts. Mais Guillermo del Toro a une approche très particulière de son histoire et donne ainsi une forte personnalité à son film. L’atmosphère est particulièrement forte. Le réalisateur avait d’abord envisagé de tourner en noir et blanc mais a finalement opté pour la couleur en privilégiant les tons bleus et verts, avec un contraste poussé qui renforce l’aspect irréel ou onirique de l’ensemble. La forme de l’eau devient ainsi un conte (pour adultes), certes un peu trop pétri de bonnes intentions et plutôt manichéen, mais assez enchanteur par son originalité et son caractère. Le film a enchanté la critique et les distributeurs d’Oscars.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Sally Hawkins, Michael Shannon, Richard Jenkins, Octavia Spencer, Michael Stuhlbarg, Doug Jones
Voir la fiche du film et la filmographie de Guillermo del Toro sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Guillermo del Toro chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Guillermo del Toro

La Forme de l'eau (The Shape of Water)Michael Shannon, Sally Hawkins et Octavia Spencer dans La Forme de l’eau (The Shape of Water) de Guillermo del Toro.

1 juin 2020

Un homme à boue (1928) de James Parrott et Leo McCarey

Titre original : « Should Married Men Go Home? »

Un homme à boue (Should Married Men Go Home?)Hardy a prévu de passer la journée avec sa femme mais Laurel vient le chercher pour une partie de golf…
Should Married Men Go Home? est un bon court métrage de la période muette de Laurel et Hardy. Comme toujours, il est construit sur trois séquences principales. 1) Hardy et sa femme veulent faire croire qu’ils ne sont pas là quand Laurel sonne chez eux. 2) Le sketch de la commande de soda au bar du terrain de golf. 3) La partie de golf qui se termine en bataille de boue à la façon de Battle of the Century. L’ensemble est plaisant avec une bonne progression du burlesque et finit en délire total.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy
Voir la fiche du film et la filmographie de James Parrott et Leo McCarey sur le site IMDB.

Un homme à boue (Should Married Men Go Home?)Oliver Hardy et Stan Laurel. Photo publicitaire pour Should Married Men Go Home? de James Parrott.

1 juin 2020

Toute la vérité (1931) de James W. Horne

Titre original : « Come Clean »

Toute la vérité (Come Clean)(Court métrage, 2 bobines) Stanley et sa femme viennent sonner à l’improviste chez Oliver et son épouse qui tentent, en vain, de ne pas leur répondre. Oliver et Stanley sortent acheter des glaces. Au retour, ils sauvent une désespérée qui tentait de se suicider. La jeune femme vient perturber leurs ménages respectifs…
Les deux premières scènes reprennent l’idée de Should Married Men Go Home, court muet de 1928, mais tout est ici amplifié et les réactions semblent vraiment excessives. Une fois de plus, les femmes sont vraiment représentées comme de véritables dragons.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Stan Laurel, Oliver Hardy, Mae Busch, Gertrude Astor, Linda Loredo
Voir la fiche du film et la filmographie de James W. Horne sur le site IMDB.

Voir les autres films de James W. Horne chroniqués sur ce blog…

Toute la vérité (Come Clean)Mae Busch, Oliver Hardy et Stan Laurel dans Toute la vérité (Come Clean) de James W. Horne.

31 mai 2020

Sommaire de mai 2020

Une intime convictionDans les faubourgs de la villeL’Affaire de TrinidadThe Girl of the Golden WestToy Story 4Comme des roisAlita: Battle AngelUn ancien flirt

Une intime conviction

(2018) de Antoine Raimbault

Dans les faubourgs de la ville

(1953) de Carlo Lizzani

L’Affaire de Trinidad

(1952) de Vincent Sherman

The Girl of the Golden West

(1915) de Cecil B. DeMille

Toy Story 4

(2019) de Josh Cooley

Comme des rois

(2017) de Xabi Molia

Alita: Battle Angel

(2019) de Robert Rodriguez

Un ancien flirt

(1927) de Fred Guiol et F. Richard Jones

Quand les poules rentrent au bercailObjectif LuneLa Reine des rebellesHerbes flottantesDumboAvril et le monde truquéUne Anglaise romantiqueJalouse

Quand les poules rentrent au bercail

(1931) de James W. Horne

Objectif Lune

(1967) de Robert Altman

La Reine des rebelles

(1941) de Irving Cummings

Herbes flottantes

(1959) de Yasujirô Ozu

Dumbo

(2019) de Tim Burton

Avril et le monde truqué

(2015) de Christian Desmares et Franck Ekinci

Une Anglaise romantique

(1975) de Joseph Losey

Jalouse

(2017) de David Foenkinos et Stéphane Foenkinos

L’HéritageLe Crime de l’Orient-ExpressThe PartyLes GardiennesCoup de fouet en retour

L’Héritage

(1976) de Mauro Bolognini

Le Crime de l’Orient-Express

(2017) de Kenneth Branagh

The Party

(2017) de Sally Potter

Les Gardiennes

(2017) de Xavier Beauvois

Coup de fouet en retour

(1956) de John Sturges

Nombre de billets : 21

29 mai 2020

Une intime conviction (2018) de Antoine Raimbault

Une intime convictionDepuis que Nora a assisté au procès de Jacques Viguier, accusé du meurtre de sa femme qui a disparu, elle est persuadée de son innocence. Craignant une erreur judiciaire, elle convainc un ténor du barreau, l’avocat Eric Dupond-Moretti, de le défendre pour son second procès en appel…
Directement inspiré de l’affaire Viguier, Une intime conviction est le premier long métrage d’Antoine Raimbault. Celui-ci avait déjà montré son intérêt pour le fonctionnement de la justice avec son court métrage Vos violences (2014) dans lequel Eric Dupond-Moretti lui-même jouait le rôle d’un avocat. Ici, c’est Olivier Gourmet qui interprète son rôle et, comme on pouvait s’y attendre, il le fait merveilleusement bien. Le film a gardé les noms réels des protagonistes de l’affaire, seul le personnage de Nora, parfaitement incarné par Marina Foïs, a été ajouté. Le récit retrace le second procès sans effets de manche et nous montre le fonctionnement de la justice en France, un éclairage bienvenu car il est notoire que, par le cinéma, nous connaissons bien mieux les rouages de la justice américaine (le fameux « objection, votre Honneur ! ») Le film de procès est en effet un genre peu couru en France mais Antoine Raimbault nous prouve ici que, intelligemment fait, un tel film peut captiver ses spectateurs.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Marina Foïs, Olivier Gourmet, Laurent Lucas, Philippe Uchan, Jean Benguigui
Voir la fiche du film et la filmographie de Antoine Raimbault sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarque :
* Largement impliqué dans l’affaire, Olivier Durandet a tenté de faire interdire le film pour « atteinte à la vie privée ». Le tribunal de grande instance de Paris a débouté sa demande, estimant que les faits traités étaient notoires.

Une intime convictionMarina Foïs et Olivier Gourmet dans Une intime conviction de Antoine Raimbault.

27 mai 2020

Dans les faubourgs de la ville (1953) de Carlo Lizzani

Titre original : « Ai margini della metropoli »

Dans les faubourgs de la ville (Ai margini della metropoli)Mario Ilari, un jeune chômeur, est injustement accusé d’avoir tué une fille qu’il connaît. L’avocat Roberto Marini accepte de prendre sa défense, principalement parce qu’il pense à la médiatisation du procès. Dès la première entrevue, l’avocat est persuadé que Mario ne dit pas la vérité…
Dans les faubourgs de la ville est le second long métrage de Carlo Lizzani, ici secondé par Massimo Mida. Le scénario de ce film néoréaliste est inspiré d’un fait divers réel. Cette histoire, dont les protagonistes sont des habitants des « faubourgs », en réalité plutôt des bidonvilles, met en relief les préjugés et différences de traitement suivant la condition sociale. Giuletta Masina n’a qu’un second rôle mais montre une fantastique présence à l’écran dans toutes les scènes où elle est présente. De façon assez manichéenne, les personnages « respectables » sont particulièrement ternes tandis que les habitants du lieu ont une personnalité plus marquée. L’un des personnages, le joueur de scie musicale, est assez étrange et complexe. Hélas, le scénario aurait certainement profité d’un peu plus de rigueur.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Massimo Girotti, Marina Berti, Giulietta Masina, Michel Jourdan
Voir la fiche du film et la filmographie de Carlo Lizzani sur le site IMDB.

Voir les autres films de Carlo Lizzani chroniqués sur ce blog…

Dans les faubourgs de la ville (Ai margini della metropoli)Massimo Girotti et Marina Berti dans Dans les faubourgs de la ville (Ai margini della metropoli) de Carlo Lizzani.

25 mai 2020

L’Affaire de Trinidad (1952) de Vincent Sherman

Titre original : « Affair in Trinidad »

L'affaire de Trinidad (Affair in Trinidad)Sur l’île de Trinidad aux Antilles, le corps d’un résident américain est retrouvé dans l’eau du port. L’enquête officielle conclut à un suicide, mais les autorités restent sceptiques. Sa femme est danseuse dans un cabaret.  Son frère arrive sur l’île peu après. Il avait été appelé par le défunt et refuse de croire à un suicide…
Harry Cohn, patron de la Columbia, n’a pas la réputation de faire de la dentelle. Pour célébrer le retour de Rita Hayworth sur les écrans après trois ans d’absence (1), il concocte un film sur mesure calqué sans complexe sur celui qui l’a propulsée au rang de sex-symbol : Gilda. L’histoire est pratiquement la même et Glenn Ford a été rappelé pour reformer le tandem. Le point fort du film n’est pas le scénario qui ne réserve aucune surprise mais bien le charme de l’actrice. Rita Hayworth est absolument superbe dans les robes dessinées par Jean Louis (déjà présent pour Gilda) et elle nous gratifie de deux numéros de chant particulièrement suggestifs, du genre qui vous cloue au fauteuil (comme dans Gilda…) Sa présence rend le film fort plaisant malgré tous ses défauts. Les critiques furent mauvaises mais le succès commercial fut immense.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Rita Hayworth, Glenn Ford, Alexander Scourby, Valerie Bettis, Torin Thatcher
Voir la fiche du film et la filmographie de Vincent Sherman sur le site IMDB.

Voir les autres films de Vincent Sherman chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* L’Affaire de Trinidad est le quatrième des cinq films que Rita Hayworth et Glenn Ford ont tournés ensemble.
* Outre les multiples emprunts à Gilda, le réalisateur a avoué dans son autobiographie que les scénaristes avaient repris des éléments de Notorious d’Hitchcock.

(1) Trois ans auparavant, Rita Hayworth au sommet de sa gloire avait laissé le monde du cinéma sans voix en déclarant arrêter sa carrière d’actrice pour épouser le prince Ali Khan. Ce mariage tourna rapidement au désastre.

L'affaire de Trinidad (Affair in Trinidad)Alexander Scourby, Glenn Ford et Rita Hayworth dans L’affaire de Trinidad (Affair in Trinidad) de Vincent Sherman.

L'affaire de Trinidad (Affair in Trinidad)Glenn Ford dans L’affaire de Trinidad (Affair in Trinidad) de Vincent Sherman.

23 mai 2020

The Girl of the Golden West (1915) de Cecil B. DeMille

The Girl of the Golden WestDans un camp de chercheurs d’or, le shérif Jack Rance voudrait bien épouser la « fille », une orpheline héritière du saloon local. Mais celle-ci rencontre le bandit Ramerrez sous une fausse identité et une idylle commence à naître…
The Girl of the Golden West de Cecil B. DeMille est la première adaptation de la pièce à succès de David Belasco écrite en 1905. Les adaptations de pièces de théâtre pour le cinématographe étaient alors courantes, Cecil B. DeMille en a réalisée de nombreuses en 1914-1915. Il  se forgeait ainsi une première expérience. Il est un peu difficile de détecter les qualités qu’il montrera très rapidement par la suite : nous sommes loin de The Cheat qu’il tournera peu après, que ce soit dans la maitrise du déroulement du récit, dans le montage ou dans la lumière. La séquence la plus remarquable est une partie de poker pour sceller le sort d’un homme où le réalisateur parvient à créer une réelle tension. L’interprétation de Theodore Roberts (le shérif) est bien trop théâtrale, par son jeu et sa prestance, défaut qui était encore très courant en ce milieu des années 1910. Un film pas vraiment remarquable. (Film muet, 45 mn).
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Mabel Van Buren, Theodore Roberts, House Peters
Voir la fiche du film et la filmographie de Cecil B. DeMille sur le site IMDB.

Voir les autres films de Cecil B. DeMille chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Cecil B. DeMille

Remarque :
* Autres adaptations de la pièce de David Belasco :
The Girl of the Golden West d’Edwin Carewe (1923) avec Sylvia Breamer
The Girl of the Golden West de John Francis Dillon (1930) avec Ann Harding
The Girl of the Golden West (La belle cabaretière) de Robert Z. Leonard (1938), comédie musicale avec Jeanette MacDonald

The Girl of the Golden West??, Mabel Van Buren et Theodore Roberts dans The Girl of the Golden West de Cecil B. DeMille.