8 septembre 2022

Et Satan conduit le bal (1962) de Grisha Dabat

Et Satan conduit le balA Collioure, Ivan (Jacques Perrin), beau gosse désinvolte et oisif, a un accident avec la voiture qu’il a « empruntée » à un garage. Pour éviter la prison, il doit trouver l’argent des réparations. Avec sa petite amie (Catherine Deneuve), ils se joignent à deux autres couples dans une luxueuse villa…
Et Satan conduit le bal est un film français de Grisha Dabat, produit et scénarisé par Roger Vadim. Egyptien d’origine, ancien journaliste, co-fondateur du fameux club Objectif 49 (1), Grisha Dabat n’a réalisé qu’un seul long métrage. On ne peut dire qu’il est très réussi. Il s’agit d’un marivaudage entre couples mais le manque d’enjeu et de développement le rend assez insipide. La mise en scène n’est pas plus remarquable, quelques tentatives d’effets de caméra ou de montage font même sourire. Dans ce film très Nouvelle Vague, le plateau d’acteurs est finalement le plus intéressant et la photographie est signée Raoul Coutard.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Françoise Brion, Catherine Deneuve, Bernadette Lafont, Jacques Doniol-Valcroze, Henri-Jacques Huet, Jacques Perrin, Jacques Monod
Voir la fiche du film et la filmographie de Grisha Dabat sur le site IMDB.

Remarque :
* Dans son passionnant livre d’entretiens avec Bernard Bastide, Bernadette Laffont raconte que Catherine Deneuve, qui n’était pas encore connue, était alors en couple avec Vadim qui aimait toujours Annette Stroyberg (Annette Vadim), sa précédente compagne. « Dans le film, elle a sa coiffure et ses vêtements, un aspect très Bardot qui ne lui allait pas du tout… »

(1) Objectif 49 est un ciné-club fondé fin 1948 par André Bazin (avec l’aide d’Astruc, Kast, Doniol-Valcroze et Claude Mauriac) sous l’impulsion de Jean Cocteau pour montrer des films nouveaux et/ou mal distribués au lieu des habituels « grands classiques ». Voir un livre sur Objectif 49

Et Satan conduit le balJacques Perrin et Catherine Deneuve dans Et Satan conduit le bal de Grisha Dabat.

29 août 2020

Valmont (1989) de Milos Forman

ValmontElevée dans un couvent, la jeune Cécile de Volanges est promise en mariage au comte de Gercourt qui, de ce fait, rompt avec son amante la Marquise de Merteuil. Pour se venger, cette dernière fait appel au vicomte de Valmont…
Sorti seulement quelques mois après Les Liaisons dangereuses de Stephen Frears, Valmont lui est assez différent. Jean-Claude Carrière et Miloš Forman ont fortement simplifié le récit du roman de Choderlos de Laclos (dont ils n’avaient d’ailleurs pas les droits). Il en résulte un film plus léger, moins dramatique (notamment dans sa fin), plus joyeux. Le machiavélisme cruel a laissé la place au libertinage. Annette Bening est pétillante. La reconstitution est soignée, le réalisateur a pris le temps pour peaufiner ses scènes. L’écriture est parfaite et la grande maitrise de Forman dans la mise en scène est manifeste. Le résultat est séduisant : le film est à la fois un régal visuel et un divertissement élégant. Alors que le film de Frears a connu le succès, Valmont (doté d’un budget double) a été un échec commercial, une catastrophe même (1), beaucoup de critiques et de spectateurs ne pardonnant pas les libertés prises par rapport au roman (dont il n’est, rappelons-le, qu’inspiré). Il serait temps de le réhabiliter…
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Colin Firth, Annette Bening, Meg Tilly, Fairuza Balk, Siân Phillips, Jeffrey Jones, Henry Thomas
Voir la fiche du film et la filmographie de Milos Forman sur le site IMDB.

Voir les autres films de Milos Forman chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Milos Forman

(1) Claude Berri a déclaré qu’il s’agissait du plus grand échec financier de sa carrière de producteur.

ValmontAnnette Bening et Colin Firth dans Valmont de Milos Forman.

ValmontMeg Tilly et Annette Bening dans Valmont de Milos Forman.

27 avril 2020

La Duchesse de Langeais (1942) de Jacques de Baroncelli

La Duchesse de LangeaisParis, 1820. Antoinette de Langeais aime briller dans les soirées parisiennes. Mal mariée, elle se laisse courtiser par les hommes sans se donner. Le général de Montriveau tombe sous le charme et lui fait une cour pressante. Tout Paris suit avec intérêt cette idylle naissante…
La Duchesse de Langeais est un roman d’Honoré de Balzac qui fait partie de L’Histoire des Treize. Jean Giraudoux a écrit l’adaptation de cette version sortie au début de la guerre, période propice aux grandes adaptations littéraires et historiques. Les dialogues de Giraudoux sont assez remarquables et donnent à cette adaptation beaucoup d’éclat, un peu terni hélas par une mise en scène peu inspirée. Edwige Feuillère, lumineuse, et Pierre Richard-Willm, tourmenté, forment un couple parfait. Le thème général est celui de l’amour impossible, de l’amour-passion qui peut détruire les êtres, mais aussi une certaine condamnation du marivaudage et de la frivolité (1). Jean Giraudoux a cru bon d’ajouter une fin mélodramatique qui n’est pas du meilleur goût, mais qu’il faut toutefois replacer dans le contexte de 1942.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Edwige Feuillère, Pierre Richard-Willm, Aimé Clariond, Lise Delamare, Charles Granval
Voir la fiche du film et la filmographie de Jacques de Baroncelli sur le site IMDB.

Voir les autres films de Jacques de Baroncelli chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Jacques de Baroncelli

(1) Balzac a écrit son roman à la suite d’une aventure orageuse avec la duchesse de Castries qui l’humilia en se refusant à lui. La duchesse y est dépeinte dans un portrait peu flatteur (ce qui n’est pas vraiment le cas dans le film).

La Duchesse de LangeaisEdwige Feuillère et Pierre Richard-Willm dans La Duchesse de Langeais de Jacques de Baroncelli.

Adaptations du roman de Balzac :
La Duchesse de Langeais, film français d’André Calmettes sorti en 1910.
La Duchesse de Langeais (The Eternal Flame), film américain de Frank Lloyd sorti en 1922.
La Duchesse de Langeais (Liebe), film allemand de Paul Czinner sorti en 1926.
La Duchesse de Langeais, film français de Jacques de Baroncelli, sorti en 1942.
La Duchesse de Langeais, téléfilm français de Jean-Paul Roux diffusé en 1982.
La Duchesse de Langeais, téléfilm français de Jean-Daniel Verhaeghe diffusé en 1995.
Ne touchez pas la hache, film français de Jacques Rivette sorti en 2007.

1 octobre 2019

Mademoiselle de Joncquières (2018) de Emmanuel Mouret

Mademoiselle de JoncquièresLe marquis des Arcies fait une cour délicate mais persistante à Madame de la Pommeraye, une sage jeune veuve qui n’est guère prête à succomber car elle connait sa réputation de libertin aux multiples conquêtes…
« Aimer, séduire, manipuler, intriguer, se venger »… voilà le programme que nous promet l’affiche de Mademoiselle de Joncquières, première incursion d’Emmanuel Mouret dans le film en costumes. L’histoire, du style Liaisons dangereuses, est basée sur un récit conté par l’aubergiste du roman Jacques le Fataliste et son maître de Diderot, un récit qui avait déjà été porté à l’écran et modernisé par Robert Bresson avec l’aide de Jean Cocteau sous le titre Les Dames du Bois de Boulogne (1945). Emmanuel Mouret a choisi de le laisser dans son époque, le XVIIIe siècle, tout en laissant éclore son étonnante modernité. Il en a écrit les dialogues qui jouent admirablement avec la langue pour extérioriser les sentiments. La mise en place peut paraître un peu longue mais l’histoire tient ensuite toutes ses promesses et nous réserve un lot de surprises. Edouard Baer paraît un peu désinvolte dans son jeu mais Cécile de France est admirable et sonne toujours très juste. La photographie est très belle, avec de très beaux plans de forêt. Mademoiselle de Joncquières est un film plaisant et délicieux.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Cécile de France, Edouard Baer, Alice Isaaz, Natalia Dontcheva
Voir la fiche du film et la filmographie de Emmanuel Mouret sur le site IMDB.

Voir les autres films de Emmanuel Mouret chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Emmanuel Mouret

Remarque :
* Le superbe château de Madame de la Pommeraye est le château de Sourches à Saint-Symphorien dans la Sarthe. Les scènes dites du « Jardin du Roi » sont tournées dans le Parc de Marly-le-Roi dans les Yvelines.

Mademoiselle de JoncquièresEdouard Baer et Cécile de France dans Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret (photo de tournage).

Mademoiselle de JoncquièresAlice Isaaz, Edouard Baer, Natalia Dontcheva et Cécile de France dans Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret (photo de tournage).

11 mars 2019

Le Retour du Héros (2018) de Laurent Tirard

Le Retour du HérosEn 1809, une jeune fille de bonne famille se morfond de ne recevoir aucune lettre de son fiancé, un fringant capitaine des hussards parti à la guerre. Elle dépérit de jour en jour au grand désespoir de sa sœur qui décide de prendre les choses en main…
Ecrite par Laurent Tirard et Grégoire Vigneron, cette comédie se montre très réussie. L’un des facteurs de ce succès est certainement à chercher du côté de l’écriture : le scénario se montre fort bien construit, riche, avec un développement qui nous réserve de nombreux rebondissements. Un autre élément important en est l’interprétation, avec un duo d’acteurs qui se renvoient la balle avec vivacité. Les dialogues font preuve de finesse et de précision. L’humour est constant, distillé par petites touches ; il ne montre aucune lourdeur et le jeu de Jean Dujardin est bien maitrisé. Comme beaucoup de commentateurs l’ont souligné avec justesse, Laurent Tirard semble retrouver la recette des marivaudages brillants de Jean-Paul Rappeneau ou Philippe de Broca. Le Retour du Héros s’inscrit dans la meilleure veine des comédies à la française.
Elle: 3 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Jean Dujardin, Mélanie Laurent, Noémie Merlant, Féodor Atkine
Voir la fiche du film et la filmographie de Laurent Tirard sur le site IMDB.

Voir les autres films de Laurent Tirard chroniqués sur ce blog…

Le Retour du héros
Jean Dujardin et Mélanie Laurent dans Le Retour du Héros de Laurent Tirard.

3 mars 2018

Sourires d’une nuit d’été (1955) de Ingmar Bergman

Titre original : « Sommarnattens leende »

Sourires d'une nuit d'étéAux alentours de 1900, l’avocat Frederik Egerman a épousé en secondes noces la jeune Anne, qui a l’âge de son fils Henrik, étudiant en théologie. Il apprend que son ancienne maîtresse, la célèbre comédienne Désirée Armfeldt, vient se produire dans sa ville et ne peut résister à l’envie de la revoir…
Sourires d’une nuit d’été est assez inattendu de la part d’Ingmar Bergman car c’est une comédie légère, un marivaudage baigné de belles répliques et de traits d’humour. On peut le voir comme un prolongement du style des comédies américaines screwball, genre que le cinéaste suédois admirait mais dans lequel il n’a jamais pleinement réussi. C’est en tous cas pour lui un moyen d’espérer obtenir un succès commercial qui lui donnerait plus de libertés. Le film est parfois rapproché de la Règle du Jeu de Renoir ; personnellement je le verrais plutôt dans le style de L’importance d’être constant d’Oscar Wilde. Si Bergman montre un talent certain pour écrire des répliques relevées d’un humour  parfois cinglant, celles-ci ne tombent pas toujours très bien. Il montre aussi de la maladresse pour ajouter une dimension tragi-comique : le personnage du fils évolue fort mal et devient pesant. L’ensemble est toutefois très amusant et, fort heureusement, ce fut un succès. Sourires d’une nuit d’été fut remarqué à Cannes où il reçut le Prix de l’humour poétique.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Eva Dahlbeck, Gunnar Björnstrand, Ulla Jacobsson, Harriet Andersson, Margit Carlqvist, Jarl Kulle
Voir la fiche du film et la filmographie de Ingmar Bergman sur le site IMDB.

Voir les autres films de Ingmar Bergman chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Ingmar Bergman

Remarques :
* « Sommarnattens leende » (en réalité Les sourires de la nuit d’été et non Sourires d’une nuit d’été) désigne les sourires de la nuit de la Saint-Jean en Scandinavie, où le soleil ne se couche guère (et cela explique qu’à 1 heure du matin, il fasse encore jour).
* Le Svensk Filmindustri avait annoncé à Bergman qu’il ne financerait plus ses films si celui-ci ne rentrait pas dans ses frais.
* La légende veut que Bergman ne fût pas au courant de la présentation de son film à Cannes et qu’il apprit la nouvelle de sa récompense en lisant son journal dans les toilettes.
* Woody Allen fait des références répétées au film dans Comédie érotique d’une nuit d’été (1982).

Sourires d'une nuit d'été
Eva Dahlbeck et Jarl Kulle dans Sourires d’une nuit d’été de Ingmar Bergman.

Sourires d'une nuit d'été
Margit Carlqvist, Gunnar Björnstrand, Ulla Jacobsson et Björn Bjelfvenstam dans Sourires d’une nuit d’été de Ingmar Bergman.

9 juin 2016

Les Liaisons dangereuses (1988) de Stephen Frears

Titre original : « Dangerous Liaisons »

Les liaisons dangereusesLa marquise de Merteuil (Glenn Close) demande à son ancien amant, le vicomte de Valmont (John Malkovich), de séduire la très jeune fille de sa cousine, Cécile de Volanges (Uma Thurman). Jugeant la proie trop facile, Valmont refuse tout d’abord cette proposition, d’autant plus qu’il a choisi de séduire la prude Madame de Tourvel (Michelle Pfeiffer) qui séjourne chez sa tante. Mais une découverte va le faire changer d’avis… Le célèbre roman épistolaire Les Liaisons dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos a été adapté de nombreuses fois au cinéma mais la version de Stephen Frears est particulièrement remarquable. Le film a été tourné entièrement en France dans divers châteaux et demeures historiques d’Île-de-France qui forment de superbes décors naturels, intérieurs et extérieurs. Mais ce sont surtout la fluidité et l’élégance de l’ensemble qui charment et enthousiasment, rendant ce cruel marivaudage fascinant. Nullement handicapée par les lourdes conventions sociales de l’époque, l’interprétation est empreinte de naturel. Si l’on peut trouver que Glenn Close appuie parfois un peu trop le côté vénéneux de son personnage, la très belle Michelle Pfeiffer joue tout en retenue et John Malkovitch est un vrai plaisir de tous les instants : il montre un subtil mélange d’élégance et d’impertinence avec une rare perfection. C’est probablement son plus grand rôle au cinéma. Les Liaisons dangereuses est ainsi un film que l’on revoit toujours avec le même plaisir.
Elle: 5 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Glenn Close, John Malkovich, Michelle Pfeiffer, Keanu Reeves, Mildred Natwick, Uma Thurman
Voir la fiche du film et la filmographie de Stephen Frears sur le site IMDB.

Voir les autres films de Stephen Frears chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Cette version est directement adaptée de la pièce que Christopher Hampton a monté à Broadway en 1987.
* Durant le tournage, John Malkovich et Michelle Pfeiffer ont eu une liaison qui a certainement contribué à les faire entrer pleinement dans leur personnage…
* Le film fait plusieurs références au peintre Fragonard (qui est contemporain de Choderlos de Laclos), la plus visible étant la scène où Madame de Tourvel lit une lettre de son mari dans la position de La Liseuse de Fragonard. Par ailleurs, le peintre est réputé s’être inspiré du roman de Choderlos de Laclos, mais ce n’est pas le cas toutefois de son célèbre tableau Le Verrou qui est antérieur de quelques années au roman (1777 pour le tableau vs 1782 pour le roman).

* Les autres principales adaptations du roman de Choderlos de Laclos :
Les Liaisons Dangereuses 1960 de Roger Vadim (1959), avec Jeanne Moreau et Gérard Philipe
Valmont de Milos Forman (1989), avec Colin Firth et Annette Bening
Cruel Intentions de Roger Kumble (1999), avec Sarah Michelle Gellar (+ 2 suites)
Les Liaisons Dangereuses de Josée Dayan (2003), film TV franco-canadien avec Catherine Deneuve et Rupert Everett.

Les liaisons dangereuses
Michelle Pfeiffer et John Malkovich dans Les liaisons dangereuses de Stephen Frears.

7 août 2014

Le Secret du Chevalier d’Éon (1959) de Jacqueline Audry

Le secret du Chevalier d'ÉonPour sauver un héritage, le comte d’Eon fait passer sa septième fille pour un garçon. C’est ainsi que Geneviève se fait appeler Charles et reçoit l’éducation d’un garçon. A vingt ans, elle devient le Chevalier d’Eon et s’engage dans les dragons. Remarquée pour son audace, elle est chargée par le roi Louis XV d’une mission auprès de la tsarine de Russie, Elisabeth. Pour cette mission, elle doit se faire passer pour… une femme… Le Secret du Chevalier d’Éon est une production franco-italienne prévue pour être un film de cape et d’épée réalisé par Alessandro Blasetti. Au final, c’est Jacqueline Audry qui le mit en scène et le transforma en un divertissement élégant, un marivaudage plaisant mais assez oubliable. Henri Alekan est derrière la caméra donc la photographie est assez belle, d’autant plus que les décors sont l’oeuvre du grand chef-décorateur français Alexandre Trauner. Les scénaristes ont pris leurs aises avec la vérité historique puisque la majorité des historiens considèrent que le Chevalier d’Eon était en réalité un homme.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Andrée Debar, Isa Miranda, Gabriele Ferzetti, Bernard Blier, Jean Desailly, Simone Valère
Voir la fiche du film et la filmographie de Jacqueline Audry sur le site IMDB.

5 janvier 2014

Ce soir ou jamais (1961) de Michel Deville

Ce soir ou jamaisLaurent, jeune metteur en scène amateur, réunit chez lui quelques amis avec lesquels il met sur pied une comédie musicale. Lorsqu’ils apprennent que l’actrice principale vient d’avoir un accident, il doit lui trouver une remplaçante… Ce soir ou jamais est le second film de Michel Deville, celui avec lequel il débute une belle série de comédies coécrites avec Nina Companeez. Caractérisé par une unité de temps (une seule soirée), une unité de lieu (un appartement sous les toits de Paris) et une unité d’action, le film met en relief les relations entre Laurent (Claude Rich) et Valérie (Anna Karina) qui se testent, mettent dangereusement à l’épreuve leur amour. Légèreté et gravité se mêlent intelligemment et la caméra de Michel Deville apporte une belle vivacité à l’ensemble, passant d’un couple à l’autre, avec de beaux cadrages sur deux ou trois personnages. Les dialogues de Nina Companeez sont souvent assez brillants. Ce soir ou jamais est ainsi un marivaudage élégant illuminé par ses deux acteurs principaux, séduisants à souhait. Françoise Dorléac y fait une apparition courte mais assez spectaculaire.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Anna Karina, Claude Rich, Georges Descrières, Jacqueline Danno, Guy Bedos, Françoise Dorléac
Voir la fiche du film et la filmographie de Michel Deville sur le site IMDB.

Voir les autres films de Michel Deville chroniqués sur ce blog…

3 avril 2012

Le farceur (1961) de Philippe de Broca

Le farceurElégant et plein de charme, Edouard passe son temps à séduire les femmes dans une gaie insouciance. Il vit chez son oncle avec une famille plutôt excentrique. Un jour, il tombe follement amoureux de la femme d’un riche industriel. Il fait tout pour la revoir… Le farceur est le deuxième long métrage de Philippe de Broca, il se situe tout à fait dans l’esprit de Les jeux de l’amour qui le précède. Ce n’est pas une suite à proprement parler mais nous retrouvons en grande partie les mêmes acteurs dans des personnages proches. Ces deux films ont été largement appréciés à leur époque car ils apportaient une bonne dose de gaité et de comédie à la Nouvelle Vague qui en manquait parfois, Philippe de Broca se situant à la lisière de celle-ci. Vu aujourd’hui, Le farceur peut paraître un peu trop appuyé dans son côté lunaire et farfelu ; cette insouciance peut certainement sembler être décalée. Et son apparent manque de profondeur n’arrange pas les choses. Il faut toutefois saluer l’invention dont De Broca fait preuve, une capacité d’invention nettement visible dans les scènes au sein de cette famille très originale : par exemple, le métier du frère qui fait vivre la famille, il fallait le trouver !
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Anouk Aimée, Jean-Pierre Cassel, Palau, Geneviève Cluny, Georges Wilson, François Maistre
Voir la fiche du film et la filmographie de Philippe de Broca sur le site IMDB.

Voir les autres films de Philippe de Broca chroniqués sur ce blog…