22 juin 2019

The Host (2006) de Bong Joon-ho

Titre original : « Gwoemul »

The HostA Séoul, d’anciens déversements de substances chimiques dangereuses dans le fleuve Han par l’armée américaine ont engendré une mutation inconnue et, plusieurs années plus tard, un monstre géant surgit de l’eau, attaquant la foule sauvagement, détruisant tout sur son passage. L’immature Gang-du, qui tient un petit snack avec son père sur les berges, voit sa fille de douze ans emportée par le monstre. Alors que tous sont persuadés qu’elle est morte, Gang-du reçoit la nuit suivante un mystérieux appel de sa part ; elle a juste le temps de lui dire qu’elle est coincée dans les égouts…
Ecrit et réalisé par Bong Joon-ho, The Host est un film fantastique qui réussit à être de nombreuses choses à la fois : film de science-fiction, d’épouvante ou encore d’action, satire sociale et politique, drame familial, fable écologique. Et le réalisateur coréen parvient même à y adjoindre une pointe d’humour. Ses héros ne sont pas des surhommes mais plutôt une famille de déclassés ; ses membres ne sont pas sans talent mais ont raté un tournant dans leur parcours. Ils vont en tous cas montrer un courage et un acharnement hors du commun pour retrouver la petite de la tribu, adorée de tous. Il y a une grande puissance dans le récit. La réalisation est parfaite, les effets spéciaux sont très bien intégrés et sans excès. The Host a été très bien accueilli par la critique ; il est vrai qu’il est loin de n’être qu’un banal film de monstre.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Song Kang-ho, Byun Hee-Bong, Park Hae-il, Doona Bae, Ko Asung
Voir la fiche du film et la filmographie de Bong Joon-ho sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Bong Joon-ho chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Bong Joon-ho

Remarques :
* Le titre original du film, Gwoemul, signifie simplement « monstre » en coréen.
* En Corée du Sud, Song Kang-ho est l’un des acteurs les plus populaires.
* The Host est le plus gros succès sud-coréen en termes d’audience.

 

The Host
Song Kang-ho dans The Host de Bong Joon-ho.

25 décembre 2018

Les Saisons (2015) de Jacques Perrin

Les saisonsLe titre est un peu trompeur, il n’est pas vraiment question de saisons. En réalité, Jacques Perrin et Jacques Cluzaud nous convient à un voyage à travers le temps pour découvrir comment la place des animaux dans nos contrées européennes a évolué depuis le dernier âge glaciaire jusqu’à nos jours. Une fois encore, leurs images sont superbes et étonnantes grâce à la technique de l’imprégnation qui permet d’habituer l’animal à la proximité de l’homme. Nous sommes ainsi placés au plus près des animaux, des plus gros aux plus petits. On est charmé par la beauté des images, émerveillés par ces visions. Bien entendu, Jacques Perrin clôt ce nouvel opus en soulignant que l’homme doit savoir laisser une place suffisante à cette faune qui fait la richesse de notre planète.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs:
Voir la fiche du film et la filmographie de Jacques Perrin sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Jacques Perrin chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Jacques Perrin

Les Saisons
Les saisons de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud.

23 août 2017

Star Trek: Insurrection (1998) de Jonathan Frakes

Star Trek: InsurrectionLes Ba’ku forment une petite communauté sur une planète isolée. Ils ont renoncé au monde moderne pour un mode de vie simple et proche de la nature. Ils ignorent qu’ils sont observés de très près par les Son’a qui en accord avec la Fédération veulent découvrir le secret de l’étrange pouvoir de leur planète… Neuvième film de la série Star Trek, troisième film de la série Generations, Star Trek: Insurrection bénéficie d’une histoire qui ne manque d’intérêt : elle mêle en effet aux thèmes classiques du space-opéra des préoccupations sociales très contemporaines (l’écologie, le déplacement de populations pour faire main basse sur des ressources naturelles, …) Elle a toutefois le défaut de manquer un peu d’ampleur et de richesse, ce qui a fait dire à beaucoup que c’était là plus le scénario d’un épisode de la série que d’un film. En outre, la fin semble un peu bricolée : elle a en effet été ajustée après les projections-tests. L’ensemble est toutefois de bonne facture et assez prenant, on ne s’ennuie pas un seul instant. Pour la première fois, toutes les images dans l’espace sont entièrement faites sur ordinateur : les maquettes sont mises au placard. Sans être l’un des meilleurs films de la série, Star Trek: Insurrection est très plaisant.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Patrick Stewart, Jonathan Frakes, Brent Spiner, F. Murray Abraham, Donna Murphy
Voir la fiche du film et la filmographie de Jonathan Frakes sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.
Voir les autres films de Jonathan Frakes chroniqués sur ce blog…

Voir les autres films Star Trek chroniqués sur ce blog…

Star Trek: Insurrection
Donna Murphy et Patrick Stewart dans Star Trek: Insurrection de Jonathan Frakes.

Star Trek: Insurrection
Patrick Stewart et Brent Spiner dans Star Trek: Insurrection de Jonathan Frakes.

Star Trek: Insurrection
L’Enterprise suivi par plusieurs vaisseaux Son’a dans Star Trek: Insurrection de Jonathan Frakes.

Star Trek: Insurrection
Le Collecteur de Star Trek: Insurrection de Jonathan Frakes.
Voir le site Ex Astris Scientia pour admirer d’autres vaisseaux Son’a…

22 avril 2017

Green Green Grass of Home (1982) de Hou Hsiao-hsien

Titre original : « Zai na he pan qing cao qing »

L'herbe verte de chez nousTaïwan. Un jeune homme arrive de la grande ville dans un petit village isolé pour remplacer l’une des institutrices de l’école. Son arrivée apporte un souffle d’air frais et une relation discrète commence à se nouer entre lui et une jolie institutrice… Green Green Grass of Home, titre parfois traduit en français par L’herbe verte de chez nous, est le troisième film du réalisateur taiwanais Hou Hsiao-hsien. Comme pour les deux précédents, il s’agit d’un film destiné à mettre en valeur le chanteur de pop taïwanaise Kenny Bee. Ce dernier a une nouvelle partenaire, Chiang Ling, qui est on peut plus charmante. L’histoire est très convenue, gentillette même, d’un intérêt assez faible. En faisant preuve d’un peu plus d’indulgence, on peut s’intéresser au portrait d’un petit village qui vit près de la nature mais ce portrait paraît passablement édulcoré. Ces trois premiers films ont certainement permis à Hou Hsiao-hsien de trouver son style puisqu’il a eu envie de faire ensuite des choses différentes.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Kenny Bee, Chiang Ling
Voir la fiche du film et la filmographie de Hou Hsiao-hsien sur le site IMDB.

Voir les autres films de Hou Hsiao-hsien chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Hou Hsiao-hsien a en quelque sorte renié ses trois premiers films, affirmant qu’il avait débuté sa carrière avec Les Garçons de Fengkuei en 1983.

Green Green Grass of Home
Kenny Bee et Chiang Ling dans L’herbe verte de chez nous de Hsiao-Hsien Hou.

27 novembre 2016

Star Trek IV – Retour sur Terre (1986) de Leonard Nimoy

Titre original : « Star Trek IV: The Voyage Home »

Star Trek IV - Retour sur Terre2286. Sur le chemin du retour de Vulcain après le sauvetage de Spock sur Genesis, l’amiral Kirk et son équipage réduit à six membres, apprennent qu’ils ne peuvent revenir sur Terre : la planète est en effet sous la menace d’une curieuse sonde extraterrestre qui émet des signaux semblables aux chants des baleines à bosse, toutes disparues à cette époque. Kirk et ses amis vont remonter le temps pour chercher un couple de baleines en 1986… Après le grand succès du troisième volet, Leonard Nimoy bénéficie d’une grande liberté pour poursuivre les aventures de l’ex-équipage de l’Enterprise. C’est lui qui a l’idée de faire un film plus léger, sans personnage méchant et aux connotations écologiques. Ce retour dans le passé permet de placer une tonalité de comédie. Ignorant presque tout de l’époque où ils sont parachutés, l’équipage fait face à des décalages importants : lorsque Chekov, chargé de trouver de l’énergie, demande avec un fort accent russe aux passants de San Francisco où se trouvent les armes nucléaires, le brave garçon ne comprend pas pourquoi personne ne veut lui répondre. En creux, le film donne sa vision de la société idéale (« Tiens, ils semblent toujours utiliser de l’argent ») mais c’est bien entendu le propos écologique qui est le plus marqué : si nous ne prenons pas soin de notre planète, une force supérieure va venir nous taper sur les doigts. Les effets spéciaux sont de nouveau l’oeuvre d’Industrial Light & Magic (ILM) qui s’est adjoint les services du talentueux designer Ralph McQuarrie. Une grande partie du film a été tournée sur les lieux réels à San Francisco. Le succès public fut une nouvelle fois au rendez-vous.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: William Shatner, Leonard Nimoy, DeForest Kelley, James Doohan, Catherine Hicks
Voir la fiche du film et la filmographie de Leonard Nimoy sur le site IMDB.

Voir les autres films de Leonard Nimoy chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Star Trek

Remarques :
* Comme pour les deux opus précédents, l’écrivain(2) de science-fiction Vonda N. McIntyre a écrit une novélisation du film qui est sortie simultanément. Il n’a pas été traduit en français (contrairement aux deux précédents).
* Le punk insupportable (et passablement grossier) dans le bus est joué par Kirk Thatcher, l’un des producteurs du film (oui, Kirk est son vrai prénom). Leonard Nimoy a raconté avoir vécu une scène similaire à New York où il avait regretté ne pas avoir les pouvoirs de Spock…
* Dans le film, Scott, technicien de 2286, apprend à un industriel de 1986 comment fabriquer un aluminium transparent. Cette invention est devenue réalité 23 ans plus tard en 2009 !

Star Trek 4
L’équipage de 2286 est lâché dans les rues du San Francisco de 1986 : Walter Koenig, James Doohan, Leonard Nimoy, DeForest Kelley, Nichelle Nichols, George Takei et William Shatner dans Star Trek IV – Retour sur Terre de Leonard Nimoy.

Star Trek 4
Grosse frayeur pour les méchants pêcheurs de baleines (qui parlent finlandais, soit-dit en passant (les pêcheurs, pas les baleines)) dans Star Trek IV – Retour sur Terre de Leonard Nimoy.

7 août 2015

L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux (1998) de Robert Redford

Titre original : « The Horse Whisperer »

L'homme qui murmurait à l'oreille des chevauxUn grave accident de cheval laisse une jeune fille de 13 ans avec une jambe en moins et un cheval blessé devenu incontrôlable. La mère de la jeune fille, éditrice d’un journal de mode new-yorkais, va traverser tous les Etats-Unis avec le cheval et sa fille pour se rendre dans le Montana, là où se trouve un homme qui sait soigner les chevaux… Avec Et au milieu coule une rivière tourné six ans auparavant également dans le Montana à peu près au même endroit, L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux est représentatif de l’attachement de Robert Redford à la nature et à un mode de vie simple qui nous replacerait en harmonie avec elle. Le film est adapté d’un roman de Nick Evans et Redford prend tout son temps pour dérouler ce mélodrame écologique, s’attardant longuement sur les vastes et merveilleux paysages. Cette fois, il a choisi d’interpréter lui-même le rôle principal et son grand charisme naturel fait merveille : c’est l’homme parfait. Kristin Scott Thomas montre, comme à l’habitude, beaucoup de justesse et de sensibilité pour interpréter la femme profondément urbaine qui découvre les vraies valeurs de la nature. Pour Scarlett Johansson, ici âgée de 13 ans dans un rôle assez difficile, le film a été un révélateur qui l’a propulsée sur le devant de la scène internationale. L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux est bien entendu un must absolu pour les amoureux des chevaux qui sont superbes. Sinon, on peut trouver le film un peu trop long mais il s’en dégage indéniablement un certain charme et beaucoup d’émotions.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Robert Redford, Kristin Scott Thomas, Sam Neill, Dianne Wiest, Scarlett Johansson, Chris Cooper
Voir la fiche du film et la filmographie de Robert Redford sur le site IMDB.

Voir les autres films de Robert Redford chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Robert Redford

L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Robert Redford sait prendre son temps pour dresser un cheval dans L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux.

L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Scarlett Johansson et Robert Redford dans L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux.

Remarque :
* Le terme anglais « horse whispering » (= « murmurer à l’oreille des chevaux ») désigne de manière large toutes les techniques douces de dressage des chevaux. A la base, le terme vient d’une confusion : certains indiens mordaient l’oreille des chevaux rétifs pour les forcer à se calmer (la morsure leur faisait plus mal s’ils continuaient à ruer). Les observateurs ont cru qu’ils parlaient tout bas à leurs chevaux… L’expression est restée.

25 avril 2015

Le Sel de la Terre (2014) de Wim Wenders

Titre anglais : « The Salt of the Earth »

Le sel de la terreNombreuses sont les photographies de Sebastião Salgado qui restent ancrées à jamais dans notre esprit une fois que nous les avons vues. Comment oublier par exemple ces masses humaines grouillantes d’une mine d’or au Brésil, images qui nous renvoient au plus profond de l’histoire de l’Humanité ? Ces photographies, qui l’ont fait connaître dans les années soixante-dix, ouvrent tout naturellement ce film documentaire de Wim Wenders sur ce photographe qui n’a cessé de parcourir les cinq continents ces quarante dernières années. Il est allé là où personne ne voulait aller et rapporté des images bouleversantes, dérangeantes, de la sécheresse au Sahel ou des massacres du Rwanda. Il nous a aussi offert des images superbes de notre planète comme celles de son dernier projet Genesis (le livre est superbe, soit-dit en passant). Wim Wenders a choisi un format très sobre, laissant Sebastião Salgado raconter et commenter lui-même ses photographies, choix judicieux car le récit du photographe est très fort, suscite en nous beaucoup d’émotions diverses. Juliano Salgado, le fils, a co-réalisé Le sel de la terre que le photographe décrit comme sa « lettre d’amour à la planète ».
Elle: 5 étoiles
Lui : 4 étoiles

Voir la fiche du film et la filmographie de Wim Wenders sur le site IMDB.
Voir les autres films de Wim Wenders chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Wim Wenders

Sebastião Salgado

Sebastião Salgado

Sebastião Salgado
Sebastião Salgado