30 novembre 2018

Sommaire de novembre 2018

La Canonnière du Yang-TséUn homme charmantFrantzLes Bérets vertsDoctor StrangeLes légions de CléopâtreTaipei StoryLa Pagode en flammes

La Canonnière du Yang-Tsé

(1966) de Robert Wise

Un homme charmant

(2015) de Ariel Rotter

Frantz

(2016) de François Ozon

Les Bérets verts

(1968) de Ray Kellogg et John Wayne

Doctor Strange

(2016) de Scott Derrickson

Les légions de Cléopâtre

(1959) de Vittorio Cottafavi

Taipei Story

(1985) de Edward Yang

La Pagode en flammes

(1942) de Henry Hathaway

Mars IVLa FirmeCalmosMarché de brutesLa Veuve noireBlade Runner 2049Une femme douceAccord final

Mars IV

(2016) de Guillaume Rieu

La Firme

(1993) de Sydney Pollack

Calmos

(1976) de Bertrand Blier

Marché de brutes

(1948) d’Anthony Mann

La Veuve noire

(1987) de Bob Rafelson

Blade Runner 2049

(2017) de Denis Villeneuve

Une femme douce

(2017) de Sergey Loznitsa

Accord final

(1938) de Douglas Sirk et Ignacy Rosenkranz

3 hommes à abattreTout de suite maintenant

3 hommes à abattre

(1980) de Jacques Deray

Tout de suite maintenant

(2016) de Pascal Bonitzer

Nombre de billets : 18

29 novembre 2018

La Canonnière du Yang-Tsé (1966) de Robert Wise

Titre original : « The Sand Pebbles »

La Canonnière du Yang-TséChine 1926. Le chef mécanicien Jake Holeman a été affecté sur un navire de guerre américain qui patrouille sur le fleuve Yang-Tsé (1). La canonnière est censée rester neutre alors que les tensions montent entre les forces nationalistes de Tchang Kaï-chek et les communistes…
Adaptation d’un roman de Richard McKenna, La Canonnière du Yang-Tsé est une grande production qui se révèle assez décevante et terne. Renvoyant dos à dos nationalistes et communistes, le propos est apparu ambigu à sa sortie et il fut même accusé de justifier l’intervention américaine au Vietnam. Il aborde toutefois de front le comportement colonialiste à la petite échelle de ce bateau. La mise en scène est classique mais bien maitrisée. Le film est vraiment très long (3 heures), inutilement étiré dans les scènes sentimentales qui paraissent interminables. Steve McQueen incarne joliment ce héros qui n’en est pas vraiment un, désabusé et fataliste, avec une petite dose de romantisme. Le film connut un certain succès à sa sortie et fut nominé à de nombreux prix.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Steve McQueen, Richard Attenborough, Richard Crenna, Candice Bergen
Voir la fiche du film et la filmographie de Robert Wise sur le site IMDB.

Voir les autres films de Robert Wise chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Steve McQueen

Remarque :
* Le titre original The Sand Pebbles (= les galets de sable) fait référence au surnom que se donnent les matelots de ce navire USS San Peblo.

La canonnière du Yang-Tsé
Steve McQueen et Richard Attenborough dans La Canonnière du Yang-Tsé de Robert Wise.

(1) Quelquefois appelé le fleuve bleu, le Yang-Tsé-Kiang est long de 6380 km ce qui en fait le plus long fleuve d’Asie et le troisième plus long fleuve du monde après l’Amazone et le Nil. Le fameux barrage des Trois-Gorges se trouve sur ce fleuve. L’histoire se déroule aux alentours de Changsha, soit quelque 1000 kms à l’intérieur des terres.

28 novembre 2018

Un homme charmant (2015) de Ariel Rotter

Titre original : « La luz incidente »

Un homme charmantArgentine, années soixante. Après l’accident qui a coûté la vie à son frère et à son mari, Luisa peine à retrouver le goût de vivre et se consacre entièrement à ses deux très jeunes filles. Dans une réception où elle n’a pas envie d’être, elle fait connaissance d’Ernesto qui tombe aussitôt amoureux d’elle…
Ecrit et réalisé par l’argentin Arien Rotter, Un homme charmant (traduction littérale du titre original = la lumière incidente) est un film qui décrit les tourments intimes d’une femme fragilisée, anéantie par la tragédie qui l’a frappée. Elle se replie sur elle-même et ses deux filles sans fermer la porte à cet élément extérieur qui peut lui redonner le goût de vivre. L’homme fait preuve de beaucoup de délicatesse dans ses approches, prévenant, attentif mais aussi d’une ténacité presqu’improbable. Sous certains aspects, il s’agit d’une forme de « dictature douce » et, dès lors, on peut s’interroger sur le sens du propos. Le réalisateur évoque son passé familial comme source d’inspiration. Il a filmé cette histoire en un beau noir et blanc et nous gratifie de belles envolées esthétiques (1). Les deux acteurs principaux font une très belle prestation. Erica Rivas est une actrice connue en Argentine pour son rôle dans une série télévisée à succès.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Erica Rivas, Marcelo Subiotto
Voir la fiche du film et la filmographie de Ariel Rotter sur le site IMDB.

(1) Le plan final est très beau : un traveling arrière avec perte de profondeur de champ pour que le flou vienne littéralement effacer les personnages.

Un homme Charmant
Erica Rivas et Marcelo Subiotto dans Un homme charmant de Ariel Rotter.

27 novembre 2018

Frantz (2016) de François Ozon

FrantzAu lendemain de la guerre 14-18, dans une petite ville allemande, Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front en France. Mais ce jour-là, un jeune Français est venu se recueillir sur la tombe…
Frantz est le remake de Broken Lullaby (1932), le seul drame tourné par Ernst Lubitsch. François Ozon change le point de vue, toute l’histoire est vue par les yeux de la jeune veuve et non du jeune français, et surtout il prolonge l’histoire pour aboutir à un dénouement très différent. La première moitié, celle qui suit le film de Lubitsch, est assez fade et nous fait penser à un exercice de style. La seconde moitié, celle ajoutée par François Ozon, est beaucoup plus réussie : le réalisateur parvient à créer l’émotion qui va grandissante jusqu’à l’image finale. Pierre Niney avait un rôle très difficile et ne convainc pas pleinement. En revanche, Paula Beer est étonnante avec un jeu délicat et complexe ; la jeune actrice allemande donne une certaine dimension à l’ensemble. Frantz est tourné en noir et blanc avec quelques scènes en couleurs sans que cela apporte beaucoup. Il semble d’ailleurs que ce choix fut plus économique qu’artistique.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Pierre Niney, Paula Beer, Ernst Stötzner, Marie Gruber
Voir la fiche du film et la filmographie de François Ozon sur le site IMDB.

Voir les autres films de François Ozon chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* La pièce originale est de Maurice Rostand : L’Homme que j’ai tué (1930).
* La faute d’orthographe sur le prénom a été laissée volontairement car « c’est une faute que les français font souvent ».

Frantz
Pierre Niney et Paula Beer dans Frantz de François Ozon.

26 novembre 2018

Les Bérets verts (1968) de Ray Kellogg et John Wayne

Titre original : « The Green Berets »

Les bérets vertsLe colonel Mike Kirby est chargé de recruter deux unités d’élite pour des opérations spéciales au Vietnam. Dans un premier temps, elles aident à consolider l’implantation d’un camp retranché en pleine zone ennemie…
Déplorant l’opposition croissante à la guerre du Vietnam dans l’opinion, John Wayne décide de produire un film justifiant l’intervention américaine. Les Bérets verts est articulé en trois parties : un exposé didactique à un groupe de journalistes, le renforcement d’un camp retranché et l’enlèvement d’un général nord-vietnamien. On y retrouve toutes les caractéristiques d’un film de propagande : argumentation simpliste, déshumanisation de l’ennemi, autoglorification, utilisation d’artifices pour impliquer le spectateur (enfants par exemple). John Wayne transforme la guerre en mission humanitaire… Sur le plan cinématographique pur, le film est certainement moins catastrophique qu’on a voulu le dire mais comporte de nombreux défauts indignes d’une grande production ; la deuxième partie est sans aucun doute la plus réussie, la troisième étant aussi improbable que molle dans son déroulement. Largement condamné, le film a déclenché une large vague de protestations à sa sortie mais cela ne l’a pas empêché d’être un très gros succès commercial, y compris en France. John Wayne lui doit une bonne partie de sa mauvaise réputation.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: John Wayne, David Janssen, Jim Hutton, Aldo Ray, Bruce Cabot
Voir la fiche du film et la filmographie de John Wayne sur le site IMDB.

Voir les livres sur John Wayne

Lire une analyse plus étoffée du film sur DVDClassik….

Remarques :
* Les bérets verts est le premier film tourné sur la guerre du Vietnam, le seul tourné pendant le conflit, le seul à prendre ouvertement parti pour l’intervention américaine.
* Mervyn LeRoy aurait dirigé certaines scènes. Il n’est pas crédité au générique.
* Le film a été tourné dans un camp militaire en Géorgie, ce qui explique la bizarre présence de forêts de pins en lieu et place de la jungle.

Les Bérêts verts
Aldo Ray, Edward Faulkner et John Wayne dans Les bérets verts de Ray Kellogg et John Wayne.

25 novembre 2018

Doctor Strange (2016) de Scott Derrickson

Doctor StrangeBrillant neurochirurgien, le Docteur Stephen Strange est victime d’un accident de voiture qui lui fait perdre en partie l’usage de ses mains. La médecine ne pouvant rien pour lui, il se rend en Inde où il va découvrir un monde caché de mysticisme et de dimensions alternatives…
Depuis Iron Man (2008), les Marvel Comics fournissent à Hollywood un filon qui semble inépuisable. C’est à ce jour la franchise la plus rentable de l’histoire du cinéma. Cette adaptation est la quatorzième et porte sur un personnage de plus faible notoriété mais qui ne manque pas d’attrait. Le film n’échappe pas aux codes du genre, le déroulement du scénario est assez classique pour une présentation de nouveau super héros : apprentissage, combats, … Les effets spéciaux de distorsions de l’espace (façon Inception) sont très spectaculaires ; même s’ils sont exploités à outrance, ils n’en constituent pas moins un vrai spectacle à eux tous seuls. L’autre point remarquable du film est l’épaisseur donné au personnage central qui joue en outre beaucoup avec un humour légèrement décalé. Doctor Strange forme un bon divertissement.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Benedict Cumberbatch, Chiwetel Ejiofor, Rachel McAdams, Benedict Wong, Mads Mikkelsen, Tilda Swinton
Voir la fiche du film et la filmographie de Scott Derrickson sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Scott Derrickson chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur l’Univers Marvel au cinéma

Doctor Strange
Tilda Swinton et Benedict Cumberbatch dans Doctor Strange de Scott Derrickson.

Doctor Strange

Doctor Strange

24 novembre 2018

Les légions de Cléopâtre (1959) de Vittorio Cottafavi

Titre original : « Le legioni di Cleopatra »

Les légions de CléopâtreAprès sa défaite à la bataille d’Actium, Marc-Antoine règne à Alexandrie aux côtés de Cléopâtre. Sur le point de conquérir l’Egypte, César-Auguste envoie Lucilius Caïus en messager pour le convaincre de revenir à Rome…
Considéré comme l’un des péplums les plus intéressants de Cottafavi, Les légions de Cléopâtre apparaît quelque peu disparate. Le meilleur se situe dans la mise en scène, les décors soignés et une belle utilisation de la couleur (qui a toutefois mal traversé les âges). Les scènes de batailles où les combattants s’entremêlent sont assez remarquables à la fois par leur ampleur et par le sentiment de confusion et de carnage inutile qu’elles engendrent. Le message est clairement anti-guerre et humaniste. Hélas, Cottafavi ne parvient pas à donner une dimension dramatique aux amours impossibles de la reine d’Egypte, ni à laisser transparaître une quelconque passion. En outre, l’humour autour du héros bodybuildé, qui assez classiquement se moque du danger, éteint toute tension qui aurait pu naître et Linda Cristal n’a vraiment pas la présence que nécessite son rôle.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Linda Cristal, Ettore Manni, Georges Marchal, Conrado San Martín, Alfredo Mayo
Voir la fiche du film et la filmographie de Vittorio Cottafavi sur le site IMDB.

Voir les autres films de Vittorio Cottafavi chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* La Fox a acheté le film 1 millions de dollars afin de le bloquer pour ne pas faire d’ombre au futur Cléopâtre de Mankiewicz.

Les légions de Cléopâtre
Linda Cristal dans Les légions de Cléopâtre de Vittorio Cottafavi.

23 novembre 2018

Taipei Story (1985) de Edward Yang

Titre original : « Qing mei zhu ma »

Taipei StoryChin et Lung sont très proches depuis le lycée mais n’arrivent pas à franchir le pas et à se marier ou à vivre ensemble. Chin travaille comme assistante d’une femme cadre supérieur et vient d’emménager dans un appartement pour se libérer de l’emprise familiale. Lung, qui connut son heure de gloire en  star locale du baseball, tient une boutique de tissus mais a bon espoir de monter une affaire aux Etats-Unis avec son beau-frère…
Réalisé en 1985, Taipei Story est un film majeur de la nouvelle vague taïwanaise. Il n’est sorti en France qu’en 2017, après restauration. Il décrit les atermoiements de ses deux personnages principaux au moment de prendre des décisions importantes dans leur vie. Taiwan est un monde bruyant où la modernité s’installe très (trop) rapidement sous les influences japonaises et américaines. Le propos n’est pas noir, mais il est bien gris du fait de cette grande difficulté des personnages à se forger un futur. Le film est assez lent avec des plans aux cadrages travaillés, et une économie souvent frustrante de dialogues qui finit, il faut bien l’avouer, par engendrer un certain ennui. Le rôle principal est tenu par le réalisateur Hou Hsiao-hsien.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Tsai Chin, Hou Hsiao-Hsien
Voir la fiche du film et la filmographie de Edward Yang sur le site IMDB.

Voir les autres films de Edward Yang chroniqués sur ce blog…

Taipei Story
Lin Hsiu-ling et Tsai Chin dans Taipei Story de Edward Yang.

Taipei Story
Hou Hsiao-Hsien dans Taipei Story de Edward Yang.

18 novembre 2018

La Pagode en flammes (1942) de Henry Hathaway

Titre original : « China Girl »

La Pagode en flammes1941. Dans la Chine envahie par les japonais, un journaliste américain, retenu prisonnier par les militaires japonais, parvient à s’échapper avec l’aide de deux de ses compatriotes. Ils se rendent en Birmanie qui sert de base pour des raids contre l’occupant…
Sur un scénario de Ben Hecht et Darryl F. Zanuck, China Girl a été tourné après l’attaque de Pearl Harbour et se révèle donc être un film très manichéen : les japonais sont fourbes et cruels tandis que les chinois sont aidés par des américains volontaires et bienveillants, l’escadrille Flying Tigers (qui a réellement existé). L’intrigue est toutefois assez élaborée, surtout comparée à celle des films de propagande de la même période, mais l’on remarque l’introduction de plusieurs éléments qui ne sont pas exploités (par exemple, le carnet). L’atmosphère est bien restituée, trouble avec des beaux jeux de lumières dans le grand hôtel. Parmi les premiers films de Gene Tierney, China Girl n’est pas le plus connu et cité. L’actrice y interprète une fois de plus le rôle d’une chinoise. Il émane une grande douceur de son jeu. Lynn Bari est, elle aussi, assez remarquable. Ces deux actrices rendent le film intéressant à découvrir.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Gene Tierney, George Montgomery, Lynn Bari, Victor McLaglen
Voir la fiche du film et la filmographie de Henry Hathaway sur le site IMDB.

Voir les autres films de Henry Hathaway chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Bizarrement, les soldats japonais portent des casques allemands…

China Girl
Gene Tierney et George Montgomery dans La Pagode en flammes de Henry Hathaway.

17 novembre 2018

Mars IV (2016) de Guillaume Rieu

2053. Quatre astronautes, assistés d’un robot humanoïde, sont en mission de deux ans dans une base souterraine sur Mars. Une découverte imprévue va les mettre face à une grave responsabilité vis-à-vis de la Terre, ils commencent alors à être victimes de soudaines crises d’hallucination…
Mars IV est un court métrage de science-fiction de quinze minutes réalisé par Guillaume Rieu. Son histoire repose sur une idée certes assez simple mais qui laisse une large part au mystère et à l’interprétation. Le film ouvre aussi la question de notre rapport aux robots et à l’intelligence artificielle. Le réalisateur ne cache pas ses inspirations dans certaines scènes, notamment 2001, et parvient à donner une bonne crédibilité à l’ensemble. Il montre une inventivité certaine pour composer avec un budget (probablement) limité : les effets spéciaux sont assez réussis. On aimerait voir tout cela développé plus longuement…
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: François Rabette, Muriel Gaudin
Voir la fiche du film et la filmographie de Guillaume Rieu sur le site IMDB.

 

Mars IV

Mars IV

Mars IV
Un bel effet visuel de Mars IV de Guillaume Rieu.