24 août 2021

La Chambre verte (1978) de François Truffaut

La Chambre verteFin des années 1920 dans l’est de la France. Rescapé de la Grande Guerre, Julien Davenne est rédacteur de la rubrique nécrologique d’une revue moribonde. Il est veuf, vit avec une gouvernante et Georges, un enfant sourd et muet à qui il apprend à parler. Sa seule raison de vivre est de conserver vivante la mémoire de sa femme Julie, morte en 1919 à l’âge de 22 ans…
L’idée d’un film consacré aux défunts hantait François Truffaut depuis quelques années : « il arrive un moment où nous nous apercevons que nous connaissons plus de morts que de vivants. » Jean Gruault et François Truffaut ont écrit le scénario de La Chambre verte sur la base de trois nouvelles de Henry James (1). Il aborde le thème de la mort d’êtres proches sous trois angles principaux : « Faut-il oublier les morts ? », « A-t-on le droit de refaire sa vie ? » et « Que se passerait-il si nous restions attachés aux morts par les mêmes sentiments que ceux qui nous lient aux vivants ? » Truffaut a choisi d’interpréter lui-même le personnage principal « pour que le film soit plus intime », et de fait, il est délicat de cerner jusqu’à quel point il s’assimile à Julien Davenne. Lors de l’entretien avec le secrétaire de l’évêché, c’est indéniablement le cinéaste qui parle : ce n’est pas un film sur le culte des morts et il n’y a rien de religieux dans sa démarche. En réalité, Truffaut s’arc-boute sur son refus de l’oubli, sur son désir de continuer à vivre avec les morts. Le film est grave, un peu morbide, l’obsession du personnage principal a quelque chose d’inquiétant et l’insertion d’un alter-ego féminin plus souple dans ses positions (et auquel nous sommes censés nous identifier) n’enlève rien au malaise. Malgré un bon accueil critique, le film fut un fiasco et François Truffaut devra faire revenir Antoine Doinel (dans L’Amour en fuite, 1979) pour renflouer les caisses des Films du Carrosse.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: François Truffaut, Nathalie Baye, Jean Dasté
Voir la fiche du film et la filmographie de François Truffaut sur le site IMDB.

Voir les autres films de François Truffaut chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur François Truffaut

(1) L’Autel des morts (The Altar of the Dead, 1895), La Bête dans la jungle (The Beast in the Jungle, 1903) et Les Amis des amis (The Friends of the Friends, 1896).

La Chambre verteNathalie Baye et François Truffaut dans La Chambre verte de François Truffaut.

11 juillet 2021

Manchester by the Sea (2016) de Kenneth Lonergan

Manchester by the SeaLee Chandler travaille comme homme à tout faire dans plusieurs immeubles de la banlieue de Boston. Il apprend que son frère Joe, un pêcheur qui habite à Manchester-by-the-Sea un peu plus au nord, a subi une crise cardiaque. Lee se rend aussitôt à l’hôpital, mais son frère meurt d’un arrêt cardiaque avant son arrivée. Lee tient à annoncer lui-même la mauvaise nouvelle à Patrick, le fils adolescent de Joe…
Manchester by the Sea est écrit par Kenneth Lonergan que l’on connaissait auparavant pour avoir été co-scénariste de Gangs of New York de Scorsese (2002). Intéressé par le projet, Matt Damon devait le réaliser mais ne pouvant se libérer, il demanda à Lonergan de le diriger. Le récit montre une sensibilité et une délicatesse inhabituelle dans le cinéma américain. Le thème est celui de la difficulté à se remettre d’un deuil et de la culpabilité. L’interprétation de Casey Affleck (qui est, rappelons-le, le frère de Ben Affleck) est superbe et il parvient à rendre son personnage attachant bien que bourru et taciturne. Les flashbacks sont mêlés au récit sans transition ce qui est assez déroutant au début. Le film a gagné deux Oscars : un pour Casey Affleck et un pour le scénario.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Casey Affleck, Michelle Williams, Kyle Chandler, Lucas Hedges
Voir la fiche du film et la filmographie de Kenneth Lonergan sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Manchester by the SeaCasey Affleck dans Manchester by the Sea de Kenneth Lonergan.

16 avril 2021

Nuages épars (1967) de Mikio Naruse

Titre original : « Midaregumo »

Nuages épars (Midaregumo)Yumiko se prépare à suivre son mari Hiroshi muté aux Etats-Unis. Mais Hiroshi, renversé par une voiture, meurt subitement. Rongé par le remords, Shiro Mishima, le responsable de l’accident, décide de verser une pension à la jeune veuve et de maintenir le contact avec elle…
Nuages épars est l’ultime réalisation de Mikio Naruse. Le réalisateur japonais est en effet décédé peu après avoir signé son 92e film, à l’âge de 63 ans. On y retrouve tout son style, sa délicatesse et la sérénité de sa mise en scène. Si le thème général est indubitablement la culpabilité, il s’agit à nouveau d’un très beau portrait de femme, une femme dans une position difficile, ne sachant comment accorder ses sentiments à sa recherche de liberté. On sent également le poids des codes sociaux, Naruse sachant montrer leur empreinte sans grossir le trait. La photographie est belle, douce et délicate dans son rendu des couleurs. L’actrice habituelle de Naruse, Hideko Takamine, a cette fois cédé la place à Yôko Tsukasa qui montre tout autant de sensibilité et de pudeur dans son jeu. Tout empreint d’une grande délicatesse, Nuages épars vient clore magnifiquement la filmographie du grand Mikio Naruse.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Yûzô Kayama, Yôko Tsukasa, Mitsuko Kusabue, Mitsuko Mori, Daisuke Katô
Voir la fiche du film et la filmographie de Mikio Naruse sur le site IMDB.

Voir les autres films de Mikio Naruse chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Mikio Naruse

Nuages épars (Midaregumo)Yûzô Kayama et Yôko Tsukasa dans Nuages épars (Midaregumo) de Mikio Naruse.

25 novembre 2020

Valley of Love (2015) de Guillaume Nicloux

Valley of LoveIsabelle et Gérard, un couple séparé de longue date, se retrouvent dans un hôtel proche de la vallée de la Mort aux États-Unis. Leur fils Michael s’est suicidé six mois auparavant et leur a demandé par lettre de se rendre ensemble dans ce lieu à cette date, promettant de leur apparaître. Malgré l’absurdité de la situation, ils décident de suivre le programme initiatique imaginé par Michael. Chaque jour, ils doivent aller dans l’un des lieux emblématiques de l’endroit…
Ecrit et réalisé par Guillaume Nicloux, Valley of Love est un film assez particulier. Son histoire est assez étrange mais sa petite coloration surnaturelle n’est que secondaire. Le point central, ce sont les retrouvailles de ce couple séparé depuis plus de vingt ans. Sans règlement de comptes, ils font le bilan de leur vie et ont des façons très différentes de faire le deuil de ce fils qu’ils n’ont pas assez connu. Les dialogues sont écrits avec sensibilité et justesse. Il est étonnant de voir une discussion démarrée sur des banalités se terminer sur des réflexions bien plus profondes. Le film est porté par deux très grands acteurs qui se retrouvent pour la première fois depuis 35 ans (1). Guillaume Nicloux entretient une petite ambigüité sur leur proximité avec leurs personnages (mêmes prénoms, même profession d’acteur, perte d’un fils, même lieu de naissance). Il sait exploiter aussi la corpulence de Depardieu en parallèle des chaleurs extrêmes de l’endroit. Un film atypique.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Isabelle Huppert, Gérard Depardieu
Voir la fiche du film et la filmographie de Guillaume Nicloux sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Guillaume Nicloux chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Gérard Depardieu
Voir les livres sur Isabelle Huppert

(1) Isabelle Huppert et Gérard Depardieu n’avaient pas joué ensemble depuis Loulou de Maurice Pialat en 1980, dans lequel ils avaient les deux rôles principaux. Avant cela, il y avait eu Les Valseuses de Bertrand Blier (1974) mais Isabelle Huppert n’y avait qu’une courte scène.

Valley of LoveGérard Depardieu et Isabelle Huppert dans Valley of Love de Guillaume Nicloux.

Valley of LoveGérard Depardieu et Isabelle Huppert dans Valley of Love de Guillaume Nicloux.

14 avril 2020

Ce sentiment de l’été (2015) de Mikhaël Hers

Ce sentiment de l'étéAu milieu de l’été à Berlin, Sasha, une française de 30 ans, meurt soudainement. Alors qu’ils se connaissent peu, son compagnon américain Lawrence et sa sœur Zoé se rapprochent. Ils partagent comme ils peuvent la peine et le poids de l’absence…
Sur un scénario de Mikhaël Hers et Mariette Désert, Ce sentiment de l’été aborde de façon très délicate le thème du deuil et de l’absence. Le réalisateur montre beaucoup de douceur dans son approche des personnages, beaucoup de simplicité également car les dialogues sont relativement réduits et c’est par petites touches qu’il nous montre le lien qui se forme et le retour de la vie. Le récit se déroule sur trois étés, dans trois pays différents : Berlin, Paris et Annecy, et enfin New York. Sans pathos ni dramatisation, le film parvient à nous émouvoir par la justesse des sentiments exposés.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Anders Danielsen Lie, Judith Chemla, Marie Rivière, Féodor Atkine
Voir la fiche du film et la filmographie de Mikhaël Hers sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Mikhaël Hers chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* Le (joli) titre s’inspire du titre de la chanson That Summer Feeling de Jonathan Richman (Modern Lovers).

Ce sentiment de l'étéAnders Danielsen Lie dans Ce sentiment de l’été de Mikhaël Hers.

23 janvier 2020

Soleil battant (2017) de Clara Laperrousaz et Laura Laperrousaz

Soleil battantIris et Gabriel reviennent dans une maison de famille au Portugal pour passer l’été avec leurs jumelles Emma et Zoé qui ont 6 ans. En découvrant la photo d’une petite fille inconnue, puis une poupée, Emma questionne sa maman qui lui dévoile alors un lourd secret…
Les deux sœurs Clara et Laura Laperrousaz ont écrit et réalisé Soleil battant, un film lumineux sur un sujet douloureux. Une grande place est donnée à la vision des enfants, deux jumelles admirablement interprétées et vraiment adorables. Les deux réalisatrices ont cherché la spontanéité des enfants, évitant de leur faire apprendre du texte et le résultat est ainsi d’un grand naturel. La photographie est superbe, les grands espaces du Portugal sont filmés à la manière des westerns avec un beau travail sur les accords de couleurs. Il faut aussi mentionner la musique de Giani Caserotto dont la guitare langoureuse semble entrer en fusion avec ces vastes étendues. La seule ombre au tableau se situerait plutôt du côté du scénario, qui semble parfois tourner en rond et appuie un peu trop quelques effets ou symboles. Mais au final, Soleil battant apparaît comme un film assez remarquable.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Ana Girardot, Clément Roussier, Océane Le Caoussin, Margaux Le Caoussin, Agathe Bonitzer
Voir la fiche du film et la filmographie de Clara Laperrousaz et Laura Laperrousaz sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Soleil battantAna Girardot, Margaux et Océane Le Caoussin et Clément Roussier dans Soleil battant de Clara et Laura Laperrousaz.

Soleil battantMargaux Le Caoussin et Océane Le Caoussin dans Soleil battant de Clara et Laura Laperrousaz.

14 janvier 2020

Amanda (2018) de Mikhaël Hers

AmandaA Paris, David, 24 ans, jongle entre différents petits boulots et recule, pour un temps encore, l’heure des choix plus engageants. Le cours tranquille des choses vole en éclats quand sa sœur aînée meurt brutalement dans un attentat. Il se retrouve alors en charge de sa nièce de sept ans…
Amanda est le troisième long métrage de Mikhaël Hers. Son sujet n’est pas l’attentat mais la disparition brutale et l’absence. L’approche du réalisateur de ce sujet difficile à traiter est à la fois simple, très délicate et surtout très humaine. Il n’y a aucun effet dramatique, aucune exubérance mais en revanche beaucoup de pudeur. Vincent Lacoste, qui a l’âge de son personnage, est étonnant par la simplicité et l’authenticité de son jeu. C’est incontestablement sa plus belle interprétation à ce jour. Amanda est un film humain et délicat.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Vincent Lacoste, Isaure Multrier, Stacy Martin, Ophélia Kolb, Marianne Basler, Greta Scacchi
Voir la fiche du film et la filmographie de Mikhaël Hers sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Mikhaël Hers chroniqués sur ce blog…

AmandaIsaure Multrier et Vincent Lacoste dans Amanda de Mikhaël Hers.

23 octobre 2019

Jackie (2016) de Pablo Larraín

JackieNovembre 1963. Une semaine après l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy dans les rues de Dallas, un journaliste se rend à Hyannis Port (en) dans le Massachusetts pour y interviewer Jacqueline Kennedy. Elle lui raconte les détails des jours qui ont suivi l’assassinat jusqu’aux funérailles…
Jackie n’est pas un biopic : le sujet n’est pas de tracer le portrait de l’ancienne Première dame des États-Unis mais de raconter ces quelques jours vus à travers ses yeux. Assez curieusement (1), c’est un réalisateur chilien qui a été chargé de le réaliser. Il tourne ainsi son premier film aux Etats-Unis. Le scénario est en grande partie basé sur le reportage du journaliste interviewer, qui est dans la réalité Theodore H. White, célèbre journaliste politique américain qui a obtenu le prix Pulitzer en 1962. La production s’est efforcée de reconstituer dans les détails les lieux, les habits portés et Natalie Portman a dû travailler sa diction (rappelons que Jacqueline Kennedy était anglaise). Même s’il n’est pas dénué d’intensité, l’ensemble est un peu moins intéressant qu’attendu mais le film propose néanmoins une vision inattendue de cet évènement historique en montrant l’importance et la place du style, y compris dans ces moments extrêmes. Jackie a reçu de bonnes critiques.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Natalie Portman, Peter Sarsgaard, Greta Gerwig, Billy Crudup, John Hurt, Richard E. Grant
Voir la fiche du film et la filmographie de Pablo Larraín sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

(1) Jackie devait être à l’origine tourné par Darren Aronofsky, avec Rachel Weisz dans le rôle principal. Les deux ont finalement abandonné le projet, Aronofsky restant toutefois producteur du film.

JackiePeter Sarsgaard (Bob Kennedy) et Natalie Portman dans Jackie de Pablo Larraín.

28 novembre 2018

Un homme charmant (2015) de Ariel Rotter

Titre original : « La luz incidente »

Un homme charmantArgentine, années soixante. Après l’accident qui a coûté la vie à son frère et à son mari, Luisa peine à retrouver le goût de vivre et se consacre entièrement à ses deux très jeunes filles. Dans une réception où elle n’a pas envie d’être, elle fait connaissance d’Ernesto qui tombe aussitôt amoureux d’elle…
Ecrit et réalisé par l’argentin Arien Rotter, Un homme charmant (traduction littérale du titre original = la lumière incidente) est un film qui décrit les tourments intimes d’une femme fragilisée, anéantie par la tragédie qui l’a frappée. Elle se replie sur elle-même et ses deux filles sans fermer la porte à cet élément extérieur qui peut lui redonner le goût de vivre. L’homme fait preuve de beaucoup de délicatesse dans ses approches, prévenant, attentif mais aussi d’une ténacité presqu’improbable. Sous certains aspects, il s’agit d’une forme de « dictature douce » et, dès lors, on peut s’interroger sur le sens du propos. Le réalisateur évoque son passé familial comme source d’inspiration. Il a filmé cette histoire en un beau noir et blanc et nous gratifie de belles envolées esthétiques (1). Les deux acteurs principaux font une très belle prestation. Erica Rivas est une actrice connue en Argentine pour son rôle dans une série télévisée à succès.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Erica Rivas, Marcelo Subiotto
Voir la fiche du film et la filmographie de Ariel Rotter sur le site IMDB.

(1) Le plan final est très beau : un traveling arrière avec perte de profondeur de champ pour que le flou vienne littéralement effacer les personnages.

Un homme Charmant
Erica Rivas et Marcelo Subiotto dans Un homme charmant de Ariel Rotter.

1 octobre 2018

Moka (2016) de Frédéric Mermoud

MokaDiane (Emmanuelle Devos) a perdu son fils, renversé par un chauffard à Lausanne. Devant la lenteur de la police, elle décide de retrouver le conducteur meurtrier, supposé être une femme blonde. Son enquête la conduit sur la rive française du Lac Léman, à Evian-les-Bains…
Adaptation d’un roman de Tatiana de Rosnay, Moka est le second long-métrage du cinéaste suisse Frédéric Mermoud. Le réalisateur se dit influencé par Roman Polanski et Alfred Hitchcock mais son film ne parvient pas toutefois à atteindre la même intensité. Il faut en outre être indulgent avec les invraisemblances et stéréotypes pour apprécier l’atmosphère et le jeu des deux actrices principales. Emmanuelle Devos est particulièrement remarquable, laissant apparaitre toute la complexité des sentiments de son personnage. Nathalie Baye est plus classique dans son interprétation, comme son rôle le demande toutefois. Frédéric Mermoud a une approche assez délicate de cette histoire, peut-être un peu trop car la tension n’est jamais très forte.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Emmanuelle Devos, Nathalie Baye, David Clavel, Diane Rouxel
Voir la fiche du film et la filmographie de Frédéric Mermoud sur le site IMDB.

Remarque :
* La signification du titre n’est pas évidente : en fait, Moka évoque tout simplement la couleur de la Mercedes de Nathalie Baye.


Emmanuelle Devos dans Moka de Frédéric Mermoud.

Moka
Nathalie Baye et Emmanuelle Devos dans Moka de Frédéric Mermoud.