26 février 2022

La Vengeance d’Hercule (1960) de Vittorio Cottafavi

Titre original : « La vendetta di Ercole »

La Vengeance d'Hercule (La vendetta di Ercole)Hercule accomplit le dernier de ses douze travaux qui consiste à tuer Cerbère, le chien à trois têtes gardien de la porte des Enfers. Libéré de la malédiction des dieux, il peut enfin rentrer chez lui à Thèbes pour retrouver sa femme Déjanire et son fils Illo. Conseillé par la sibylle, il s’oppose au mariage de son fils avec Théa, fille adoptive d’Eurytos, roi usurpateur d’Écalia. Euritos, pour se débarrasser d’Hercule, se sert d’une esclave, la belle Alsinoé, pour faire croire à Illo que son père aime aussi Théa…
La Vengeance d’Hercule est un film franco-italien réalisé par Vittorio Cottafavi qui signe là son troisième péplum. L’idée était de donner une suite au film d’une société concurrente, Les Travaux d’Hercule (Le fatiche di Ercole, 1958) de Pietro Francisci, qui avait connu un très grand succès. La popularité de l’acteur et bodybuilder Steve Reeves a poussé les producteurs à lui chercher un équivalent. Ce sera Mark Forest, un ancien de la troupe de Mae West, sans expérience d’acteur. L’histoire est une suite de traitrises où chacun s’emploie d’essayer de tuer son voisin pour les beaux yeux d’une belle. Ce sont toutefois les démonstrations de force d’Hercule qui font le spectacle. Même si les effets spéciaux ne sont pas toujours des plus réussis, le film ne laisse regarder sans déplaisir. Il ne figure pas toutefois parmi les meilleurs du genre. Il connut un beau succès à sa sortie et Mark Forrest continuera sa carrière d’acteur quelques années, notamment dans la série des Maciste.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Mark Forest, Broderick Crawford, Gaby André, Renato Terra, Sandro Moretti
Voir la fiche du film et la filmographie de Vittorio Cottafavi sur le site IMDB.

Voir les autres films de Vittorio Cottafavi chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Vittorio Cottafavi

Remarque :
* Comme Universal détenait les droits sur le personnage d’Hercule, la version américaine (produite par American Interntional Picture) a eu pour titre « Goliath and the Dragon » pour créer une suite au film « Goliath and the Barbarians » de Carlo Campogalliani (1959). Le nom du héros est changé pour Emilius et une scène de combat contre un dragon en stop-motion est ajoutée.

La Vengeance d'Hercule (La vendetta di Ercole)Mark Forest dans La Vengeance d’Hercule (La vendetta di Ercole) de Vittorio Cottafavi.

24 novembre 2018

Les légions de Cléopâtre (1959) de Vittorio Cottafavi

Titre original : « Le legioni di Cleopatra »

Les légions de CléopâtreAprès sa défaite à la bataille d’Actium, Marc-Antoine règne à Alexandrie aux côtés de Cléopâtre. Sur le point de conquérir l’Egypte, César-Auguste envoie Lucilius Caïus en messager pour le convaincre de revenir à Rome…
Considéré comme l’un des péplums les plus intéressants de Cottafavi, Les légions de Cléopâtre apparaît quelque peu disparate. Le meilleur se situe dans la mise en scène, les décors soignés et une belle utilisation de la couleur (qui a toutefois mal traversé les âges). Les scènes de batailles où les combattants s’entremêlent sont assez remarquables à la fois par leur ampleur et par le sentiment de confusion et de carnage inutile qu’elles engendrent. Le message est clairement anti-guerre et humaniste. Hélas, Cottafavi ne parvient pas à donner une dimension dramatique aux amours impossibles de la reine d’Egypte, ni à laisser transparaître une quelconque passion. En outre, l’humour autour du héros bodybuildé, qui assez classiquement se moque du danger, éteint toute tension qui aurait pu naître et Linda Cristal n’a vraiment pas la présence que nécessite son rôle.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Linda Cristal, Ettore Manni, Georges Marchal, Conrado San Martín, Alfredo Mayo
Voir la fiche du film et la filmographie de Vittorio Cottafavi sur le site IMDB.

Voir les autres films de Vittorio Cottafavi chroniqués sur ce blog…

Remarque :
* La Fox a acheté le film 1 millions de dollars afin de le bloquer pour ne pas faire d’ombre au futur Cléopâtre de Mankiewicz.

Les légions de Cléopâtre
Linda Cristal dans Les légions de Cléopâtre de Vittorio Cottafavi.

10 septembre 2015

Messaline (1960) de Vittorio Cottafavi

Titre original : « Messalina Venere imperatrice »

MessalineA Rome, en l’an 38 après J.-C., la jeune et ambitieuse vestale romaine (1) Valeria Messalina rencontre le centurion Lucius Maximus la veille de ses noces avec l’empereur Claude. Le jeune Lucius Maximus n’en sait rien puisqu’il est aussitôt envoyé livrer bataille dans une lointaine contrée. Parvenue au pouvoir, Messaline ne cesse de comploter pour assouvir ses désirs… Le personnage de Messaline, impératrice cruelle et débauchée, a toujours excité les imaginations par son mélange explosif de pouvoir, violence et sexualité. Réalisé en pleine période de surproduction de péplum italiens, le film de Cottafavi ne cherche pas, on s’en doute, la vérité historique mais plutôt à créer un spectacle à la sensualité épanchée. L’histoire se déroule, nous prévient-on en exergue, « à une période où la vie humaine n’avait aucune valeur » (diantre, on en frémit d’avance)… C’est l’anglaise Belinda Lee qui est chargée de minauder et de rouler des yeux devant la caméra mais elle ne parvient pas à donner une réelle dimension à son personnage. La réalisation est toutefois soignée ce qui écarte tout ennui à la vision du film. Messaline n’est pas le péplum de Cottafavi le plus remarquable : on pourra probablement lui préférer Les Légions de Cléopâtre tourné l’année précédente.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Belinda Lee, Spiros Focás
Voir la fiche du film et la filmographie de Vittorio Cottafavi sur le site IMDB.

Voir les autres films de Vittorio Cottafavi chroniqués sur ce blog…

Messaline
Belinda Lee dans Messaline de Vittorio Cottafavi

(1) Les vestales étaient des prêtresses de la déesse Vesta, des jeunes filles vouées à la chasteté et éduquées de façon très stricte.

Autres films centrés sur le personnage de Messaline :
Woman de Maurice Tourneur (1918) avec Flora Revalles
Messaline (Messalina) de Carmine Gallone (1951) avec María Félix et Georges Marchal
Messaline , impératrice et putain (Messalina, Messalina!) de Sergio Corbucci (1977) avec Anneka Di Lorenzo
Caligula et Messaline de Bruno Mattei (1981) avec Betty Roland