8 janvier 2019

Tchao Pantin (1983) de Claude Berri

Tchao pantinLe pompiste de nuit d’une station du 18e arrondissement de Paris noie une profonde et permanente tristesse dans l’alcool. Un soir, un jeune juif arabe, petit trafiquant sans envergure, vient se réfugier dans sa station pour échapper à une ronde de police. Il se prend d’amitié pour lui…
Adapté d’un roman d’Alain Page, Tchao Pantin est un film écrit et réalisé par Claude Berri. L’histoire paraîtrait certainement bien plus anodine avec un autre casting : c’est son interprétation qui rend le film remarquable et plus précisément Coluche, pris ici à contre-emploi, en totale opposition avec son image de comique. Il donne une grande profondeur et une grande humanité à son personnage, nous faisant palper son insondable tristesse. A noter que Coluche traversait alors une période difficile dans sa vie personnelle. Face à lui, Richard Anconina montre un certain talent, le film sera pour lui un tremplin. Les décors sont d’Alexandre Trauner. Tchao Pantin sera cinq fois récompensé aux Césars 1984.
Elle: 3 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Coluche, Richard Anconina, Agnès Soral, Philippe Léotard
Voir la fiche du film et la filmographie de Claude Berri sur le site IMDB.

Voir les autres films de Claude Berri chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Claude Berri

Tchao Pantin
Coluche et Richard Anconina dans Tchao Pantin de Claude Berri.

18 février 2015

Themroc (1973) de Claude Faraldo

ThemrocA la suite d’un incident avec son patron, un ouvrier qui mène une vie monotone se révolte et rentre chez lui en rugissant comme un animal. Il casse les murs pour transformer sa chambre en tanière sous l’oeil surpris des voisins… Tout comme L’An 01, sorti presque simultanément, Themroc est à replacer dans le courant contestataire post-68, section « on arrête tout ! » Claude Faraldo va ici beaucoup plus loin que dans son film précédent Bof Anatomie d’un livreur puisque, pour combattre l’aliénation de l’homme par la société, il propose une régression, un retour aux pulsions élémentaires et animales que l’homme, débarrassé de toutes les entraves dressées par les normes sociales, va pouvoir assouvir librement. On peut ainsi voir Themroc comme un conte philosophique, même si la réflexion n’est pas poussée très loin car le propos est plutôt dominé par le plaisir jubilatoire de pouvoir tout casser. Passé les premières minutes bien longues (destinées à nous montrer à quel point sa vie d’ouvrier est monotone…), Themroc est une farce joyeuse, surprenante et unique en son genre. Il n’y aucun texte compréhensible, même les « gens normaux » s’expriment dans un charabia impénétrable comme pour nous placer, nous spectateurs, hors de cette société très policée. Michel Piccoli, acteur emblématique en ce début des années soixante dix, nous montre une fois de plus qu’il peut tout jouer. Claude Faraldo l’a entouré de Béatrice Romand et de toute l’équipe du Café de la Gare, donnant à chacun plusieurs rôles, parfois dans la même scène ! Inceste et cannibalisme, ajoutés au propos passablement anarchisant, lui valurent une interdiction aux moins de 18 ans.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Michel Piccoli, Béatrice Romand, Romain Bouteille, Coluche, Patrick Dewaere, Francesca Romana Coluzzi, Miou-Miou
Voir la fiche du film et la filmographie de Claude Faraldo sur le site IMDB.

Voir les autres films de Claude Faraldo chroniqués sur ce blog…

Remarque :
Themroc a été primé au Festival international du film fantastique d’Avoriaz 1973 : prix spécial du jury pour le film et prix d’interprétation masculine pour Michel Piccoli.

Themroc de Claude Faraldo
Themroc de Claude faraldo
Béatrice Romand, Claude Piccoli et Marilù Tolo dans Themroc de Claude Faraldo.