13 juillet 2019

L’échange des princesses (2017) de Marc Dugain

L'échange des princesses1721. Alors que Louis XV n’a que onze ans, le Régent Philippe d’Orléans a l’idée d’un échange de princesse pour sceller la paix entre la France et l’Espagne : Louis XV épouserait l’Infante d’Espagne qui n’a alors que quatre ans et, en échange, le Régent offre sa propre fille âgée de douze ans au fils du roi d’Espagne…
Coécrit et réalisé par Marc Dugain, L’échange des princesses est l’adaptation du roman homonyme de Chantal Thomas, paru en 2013. C’est un épisode assez étonnant de l’Histoire de France surtout si on le considère avec nos yeux du XXIe siècle car cette utilisation des enfants choque aujourd’hui. Marc Dugain a su rendre ses personnages assez actuels sans trahir l’Histoire : les deux princesses nous paraissent ainsi plus contemporaines, notamment la plus âgée dans sa rébellion et ses effronteries. Le réalisateur insiste probablement un peu trop sur la décrépitude de la royauté qu’il tient à nous montrer à bout de souffle. La reconstitution est soignée. Que l’interprétation d’acteurs comme Olivier Gourmet ou Lambert Wilson soit très professionnelle, cela ne surprend guère ; la surprise vient du jeune Igor van Dessel en Louis XV, très étonnant par la concentration de son jeu. En revanche, les deux princesses paraissent un peu trop âgées pour leur rôle. Le principal défaut du film est de ne pas explorer plus profondément les raisons politiques de cet échange, restant sur le simple aspect « ahurissant » de ces évènements, mais l’ensemble est assez réussi.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Lambert Wilson, Anamaria Vartolomei, Olivier Gourmet, Catherine Mouchet, Kacey Mottet Klein, Igor van Dessel, Juliane Lepoureau
Voir la fiche du film et la filmographie de Marc Dugain sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Marc Dugain chroniqués sur ce blog…

L'échange des princessesIgor van Dessel dans L’échange des princesses de Marc Dugain.

L'échange des princessesAnamaria Vartolomei et Juliane Lepoureau dans L’échange des princesses de Marc Dugain.

20 juin 2019

Corporate (2017) de Nicolas Silhol

CorporateEmilie Tesson-Hansen est une jeune et brillante responsable des ressources humaines, prête à tout. Lorsqu’un des salariés se suicide, une enquête est immédiatement ouverte et elle se retrouve en première ligne, prise en étau entre l’inspectrice du travail, et sa hiérarchie qui menace de se retourner contre elle. Emilie est bien décidée à sauver sa peau. Jusqu’où restera-t-elle corporate ? …
Pour son premier long métrage, Nicolas Silhol a décidé d’écrire sur un domaine qui l’a toujours intéressé : les rapports humains en entreprise. Il dénonce certaines méthodes extrêmes en ressources humaines qui peuvent détruire des vies et des personnes. Même si la société est très différente, on ne peut que penser à la série de drames chez France Télécom. Nicolas Silhol appuie très fortement sa charge puisque la volonté de pousser les personnes à bout est délibérée chez ses personnages et il paraît difficile de ne pas s’insurger contre de telles méthodes si elles existent. Il est dommage que le jeu imprécis des acteurs gêne à la crédibilité de l’ensemble mais cela n’empêche pas le film d’être générateur de réflexions.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Céline Sallette, Lambert Wilson, Stéphane De Groodt, Violaine Fumeau, Alice de Lencquesaing
Voir la fiche du film et la filmographie de Nicolas Silhol sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarques :
* Le père de Nicolas Silhol est professeur de management en école de commerce et consultant en Ressources Humaines.

Corporate
Lambert Wilson, Alice de Lencquesaing, Violaine Fumeau, Stéphane De Groodt et Céline Sallette dans Corporate de Nicolas Silhol (photo publicitaire).

8 avril 2019

Sur la piste du Marsupilami (2012) de Alain Chabat

Sur la piste du MarsupilamiPour éviter d’être mis sur la touche, un journaliste sur le déclin doit partir en Palombie faire un reportage sur le peuple Paya et trouver le secret de son étonnante longévité. Un guide local est censé l’accueillir mais dès son arrivée, rien ne va se dérouler comme prévu…
Le scénario de Sur la piste du Marsupilami est basé sur la créature-personnage de bande dessinée créée par André Franquin en 1952, le Marsupilami. Doté d’une queue-ressort de 8 mètres, cet animal a non seulement des capacités hors du commun mais aussi un caractère bien trempé, farouche et assez bagarreur. Alain Chabat adore ce personnage depuis sa plus tendre enfance et il a développé pour lui une histoire totalement loufoque tout en veillant à respecter l’esprit général voulu par Franquin, par exemple dans sa dimension écologique. Le résultat est très réussi, doté bien entendu de beaucoup d’humour, avec beaucoup de belles répliques et, ce qui est toujours appréciable, aucune lourdeur. Nous passons vraiment un bon moment. Bizarrement (à mes yeux du moins), le succès du film n’a été que modéré.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Jamel Debbouze, Alain Chabat, Fred Testot, Lambert Wilson, Géraldine Nakache, Patrick Timsit, Jacques Weber
Voir la fiche du film et la filmographie de Alain Chabat sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alain Chabat chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur ce film d’Alain Chabat

Sur la piste du Marsupilami

Sur la piste du Marsupilami
Jamel Debbouze dans Sur la piste du Marsupilami de Alain Chabat.

Sur la piste du marsupilami
Fred Testot et Patrick Timsit dans Sur la piste du Marsupilami de Alain Chabat.

Sur la piste du marsupilami
Alain Chabat et Liya Kebede dans Sur la piste du Marsupilami de Alain Chabat.

1 novembre 2018

Tout de suite maintenant (2016) de Pascal Bonitzer

Tout de suite maintenantNouvellement embauchée par un cabinet de conseil en fusions-acquisitions, Nora, jeune femme plutôt  bourrue, est surprise d’apprendre que ses nouveaux patrons ont connu son père…
Pascal Bonitzer a écrit Tout de suite maintenant avec Agnès de Sacy, une histoire qui se situe dans le monde de la finance (d’où le titre). L’histoire n’est guère crédible et la vision du monde professionnel paraît bien simpliste mais ce n’est finalement pas très important car la construction est en revanche parfaite et le scénario très bien écrit. Ce sont les rapports entre les différents personnages qui créent ce climat à la limite de l’étrange qui finit par séduire. Les personnages les plus âgés  sont les plus réussis, les plus complexes également, bien portés par une interprétation remarquable, Isabelle Huppert en tête. Jean-Pierre Bacri et Lambert Wilson / Pascal Greggory en faux jumeaux ne sont pas reste. Les personnages plus jeunes sont assez stéréotypés et donc moins intéressants. L’ensemble laisse une impression mitigée…
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Agathe Bonitzer, Vincent Lacoste, Lambert Wilson, Isabelle Huppert, Jean-Pierre Bacri, Julia Faure, Pascal Greggory
Voir la fiche du film et la filmographie de Pascal Bonitzer sur le site IMDB.

Voir les autres films de Pascal Bonitzer chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Pascal Bonitzer

Tout de suite maintenant
Agathe Bonitzer et Vincent Lacoste dans Tout de suite maintenant de Pascal Bonitzer.

Tout de suite maintenant
Agathe Bonitzer et Isabelle Huppert dans Tout de suite maintenant de Pascal Bonitzer.

27 avril 2014

Vous n’avez encore rien vu (2012) de Alain Resnais

Vous n'avez encore rien vuUn dramaturge a laissé des instructions très précises à exécuter après sa mort. Il demande à une douzaine d’acteurs qui ont tous joué dans les versions successives de sa pièce Eurydice de venir dans sa maison. Là, une bande vidéo enregistrée du dramaturge leur demande de visionner une mise en scène de la même pièce par une jeune troupe de comédiens… Quel que soit le jugement que l’on porte sur Vous n’avez encore rien vu, il est indéniable qu’Alain Resnais avait encore, à 89 ans, les moyens de nous surprendre. L’idée est fondre en seul film plusieurs interprétations d’une même pièce de Jean Anouilh (1). Abolissant la frontière de l’écran, les acteurs présents interviennent pour donner leur propre version. Ce sont ainsi trois versions qui se s’entrecroisent et se superposent, Resnais ayant fait l’assemblage final qu’au moment du montage. Le début n’est pas tout à fait convaincant, le film étant alors presque irritant mais, alors qu’une version s’impose d’elle-même, le film gagne en intensité. On mesure alors tout le talent du couple formé par Pierre Arditi et Sabine Azéma qui nous font totalement oublier qu’ils ont trois fois l’âge de leurs personnages et rendent bien pâles les autres interprètes. Mais on se retrouve alors à regarder une pièce de Anouilh et c’est un peu la limite de l’exercice : l’assemblage des trois versions est un beau challenge de réalisation et surtout de montage mais cela apporte t-il au spectateur autre chose qu’une comparaison ? Certes, cela montre qu’une histoire forte peut s’affranchir du temps et même de l’espace mais on peut le prouver avec une seule mise en scène épurée. Surprenant et étonnant, Vous n’avez encore rien vu nous laisse sur des impressions un peu mitigées mais reste un plaisir à regarder.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Pierre Arditi, Sabine Azéma, Mathieu Amalric, Lambert Wilson, Anne Consigny, Anny Duperey, Hippolyte Girardot, Michel Piccoli, Denis Podalydès, Michel Robin, Michel Vuillermoz
Voir la fiche du film et la filmographie de Alain Resnais sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Alain Resnais chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Alain Resnais

Remarque :
La jeune troupe est la Compagnie de la Colombe. Cette partie a été entièrement filmée et mise en scène par Bruno Podalydès de façon totalement indépendante. Alain Resnais n’en a vu les images qu’au moment du montage.

(1) Il s’agit de la pièce Eurydice, écrite par Jean Anouilh en 1942, sous l’Occupation. Le film s’inspire également de la pièce Cher Antoine ou l’amour raté (écrite en 1969) pour la partie du dramaturge mort qui réunit ses principaux acteurs dans sa demeure.

Vous n'avez encore rien vu
Lambert Wilson, Anne Consigny, Mathieu Amalric, Sabine Azéma et Pierre Arditi dans Vous n’avez encore rien vu de Alain Resnais.

27 janvier 2014

Alceste à bicyclette (2013) de Philippe Le Guay

Alceste à bicycletteGauthier, un acteur qui jouit d’une grande popularité grâce à une série-télé, se rend à l’île de Ré pour tenter de convaincre son ami Serge de jouer avec lui le Misanthrope de Molière. Serge qui s’est retiré du monde du spectacle depuis plusieurs années est d’emblée très réticent… L’idée de départ de Alceste à bicyclette vient de Fabrice Luchini et Philippe Le Guay, ce dernier l’ayant ensuite développée. L’aspect le plus évident du film est celui qui nous fait assister au travail de deux comédiens et c’est un plaisir de les voir se jauger et s’opposer avec le texte de Molière pour toute arme. Bien entendu, il y a certains effets faciles d’acteur mais c’est tout de même plaisant. Le plus intéressant du film n’est sans doute pas là toutefois : il est surtout dans l’opposition de deux caractères très différents, opposition qui vient prolonger celle de la pièce de Molière. L’un est un acteur intransigeant qui a préféré renoncer à son succès plutôt de se fondre dans un milieu qu’il juge hypocrite, l’autre est plus pragmatique, il reconnait ses compromissions mais cherche à les utiliser pour pouvoir aller dans le sens de ses aspirations (de leur propre aveu, le premier est le double de Luchini alors que le second serait plutôt celui de Philippe Le Guay). Les deux personnages ont la même attitude dans leur vie personnelle, le premier étant désespérément seul tandis que le second se satisfait d’une relation bancale. C’est cette opposition fondamentale qui est bien le sujet du film et Philippe Le Guay a trouvé là une façon fort plaisante de la mettre en scène.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Fabrice Luchini, Lambert Wilson, Maya Sansa, Camille Japy, Ged Marlon
Voir la fiche du film et la filmographie de Philippe Le Guay sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Philippe Le Guay chroniqués sur ce blog…

13 juillet 2012

La princesse de Montpensier (2010) de Bertrand Tavernier

La princesse de MontpensierEn 1566, à l’époque des guerres de religion sous la régence de Catherine de Médicis, Marie de Mezières aime depuis toujours Henri de Guise mais son père la contraint d’épouser le jeune et fade Prince de Montpensier. Lorsque son mari est appelé à la guerre, la princesse reste au château avec son précepteur, le comte de Chabannes… La princesse de Montpensier est une nouvelle de Madame de Lafayette sur la passion amoureuse que Bertrand Tavernier, grand féru d’Histoire, adapte ici brillamment. Il signe un film d’un grand classicisme, très beau, littéraire, mais aussi palpitant au gré de l’ardeur des sentiments, parfois haletant. Il y a beaucoup de fougue, avec un désir qui semble vouloir jaillir, exploser de toutes parts. Les dialogues sont remarquablement bien écrits, ils coulent joliment. A côté des belles prestations de Mélanie Thierry et de Lambert Wilson, Grégoire Leprince-Ringuet a un jeu plus fade mais c’est aussi son personnage qui veut cela. Les seconds rôles sont tous très bien tenus. La photographie est superbe exploitant magnifiquement des décors naturels de certains châteaux (1). Bertrand Tavernier montre que le film dit « à costumes » peut être moderne, enlevé, brillant.
Elle: 4 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Mélanie Thierry, Lambert Wilson, Grégoire Leprince-Ringuet, Gaspard Ulliel, Raphaël Personnaz, Michel Vuillermoz, Judith Chemla, Philippe Magnan
Voir la fiche du film et la filmographie de Bertrand Tavernier sur le site IMDB.
Voir les autres films de Bertrand Tavernier chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Le plan final, un plan moyen de Mélanie Thierry sur fond de neige, est de toute beauté.
* Tous les personnages sont historiques sauf, semble t-il, le comte de Chabannes qui aurait été imaginé par Madame de Lafayette.

(1) Lieux de tournage :
* Château du Plessis-Bourré, Écuillé (Maine-et-Loire) : le château entouré d’eau du Marquis de Mézières où vit Marie au début du film.
* Abbaye de Noirlac (Cher) : scène avec le Cardinal de Lorraine.
* Château de Messilhac, Raulhac (Cantal) : censé être le château de Champigny-sur-Veude, la demeure des Montpensier
* Château de Blois (Loir-et-Cher) : la cour censée être celle du Louvre, lors du duel entre Montpensier et De Guise.
* Palais Jacques-Cœur, Bourges (Cher)
* Rues de Chinon (Indre-et-Loire) : massacre de la Saint-Barthélemy.
* Château de Meillant (Cher) : le château censé être Blois tout à la fin, où s’entraine Henri de Guise.