2 février 2021

Seules les bêtes (2019) de Dominik Moll

Seules les bêtesUne femme disparaît. Le lendemain d’une tempête de neige, sa voiture est retrouvée sur une route qui monte vers le plateau du Causse Méjean où subsistent quelques fermes isolées. Les gendarmes n’ont aucune piste et pourtant certaines personnes sont bel et bien liées à sa disparition…
Seules les bêtes est l’adaptation d’un roman noir de l’écrivain Colin Niel, publié en 2017 et récompensé par plusieurs prix littéraires. Le scénario adopte la structure du livre, c’est-à-dire de nous faire vivre l’histoire successivement à travers les yeux de plusieurs personnages. L’intrigue paraît d’abord très embrouillée et ne se dévoile ensuite qu’au prix de nouvelles interrogations. Le brouillard ne s’éclaircit que dans le dernier tiers après plusieurs surprises de taille. Plus que jamais, il est important de ne lire ni les critiques qui en racontent beaucoup trop, ni même les résumés. L’histoire se déroule dans le monde agricole, celui d’éleveurs dans dans fermes assez isolées. On se souvient du Harry, un ami qui vous veut du bien (2000) de Dominik Moll ; Seules les bêtes est tout aussi réussi et une petite merveille d’écriture.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Denis Ménochet, Laure Calamy, Damien Bonnard, Nadia Tereszkiewicz, Valeria Bruni Tedeschi
Voir la fiche du film et la filmographie de Dominik Moll sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Dominik Moll chroniqués sur ce blog…

Seules les bêtesDamien Bonnard dans Seules les bêtes de Dominik Moll.

11 septembre 2020

Au nom de la terre (2019) de Edouard Bergeon

Au nom de la terrePierre a 25 ans quand il rentre du Wyoming pour retrouver Claire sa fiancée et reprendre la ferme familiale. Vingt ans plus tard, l’exploitation s’est agrandie, la famille aussi. Mais les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise au travail. Malgré l’amour de sa femme et ses enfants, il sombre peu à peu…
Au nom de la terre est tiré de la propre histoire du réalisateur Edouard Bergeon. Son personnage principal est directement inspiré du père agriculteur du cinéaste. De son côté, Guillaume Canet connait bien le monde agricole, son père était éleveur de chevaux. L’acteur s’est particulièrement impliqué dans son personnage. Hormis l’hommage à son père, le cinéaste désirait témoigner des conditions difficiles des agriculteurs aujourd’hui, qui conduisent certains à se donner la mort. On ne peut que trouver ses intentions louables. En revanche, on peut trouver le propos trop démonstratif, sans réelle profondeur dans les personnages et le film ne parvient pas hélas à nous émouvoir autant qu’il le devrait.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Guillaume Canet, Veerle Baetens, Anthony Bajon, Rufus, Samir Guesmi
Voir la fiche du film et la filmographie de Edouard Bergeon sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarques :
* Au nom de la terre a été tourné dans la Mayenne, plus précisément dans une région appelée les Alpes mancelles.

Au nom de la terreAnthony Bajon et Guillaume Canet dans Au nom de la terre de Edouard Bergeon.

22 août 2014

Bullhead (2011) de Michaël R. Roskam

Titre original : « Rundskop »

BullheadJacky est le fils aîné d’une importante famille d’agriculteurs et d’engraisseurs non loin de Liège en Belgique. A 33 ans, il apparaît comme un être renfermé et imprévisible, parfois violent. Sa collaboration avec un vétérinaire corrompu lui a permis de se forger une belle place dans le milieu de la mafia des hormones. Alors qu’ils s’apprêtent à traiter avec un nouveau revendeur, un enquêteur fédéral est assassiné… Bullhead est écrit et réalisé par Michaël R. Roskam. Pour son premier long métrage, il a réussi à créer une histoire très forte qui mêle habilement le thriller et le drame : sur fond de trafic d’hormones, c’est tout le passé de Jacky et ses lourds secrets qui refont surface. Le tour de force de Michaël Roskam est de parvenir à rendre attachant un personnage extrêmement bourru et violent (et, qui plus est, hors-la-loi) en nous donnant les clés de sa personnalité et en dévoilant sa grande vulnérabilité intérieure. L’atmosphère est lourde, sans édulcoration ; le récit apparaît très ancré dans ses racines locales donnant ainsi un fort parfum d’authenticité. Bullhead est un film rude, brutal même, mais finalement très convaincant par la profondeur de ses personnages.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Matthias Schoenaerts, Jeroen Perceval, Jeanne Dandoy
Voir la fiche du film et la filmographie de Michaël R. Roskam sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.