5 mars 2012

Holiday (2010) de Guillaume Nicloux

HolidayUn couple de parisiens accompagnés d’une belle-mère arrive dans un hôtel de province pour le week-end. Celui-ci va se révéler être un peu moins paisible que prévu… Holiday est une comédie policière, variation ou parodie des films à énigmes de type Agatha Christie : un meurtre commis dans un lieu fermé. L’ensemble est complètement loufoque (c’est le bon côté du film) mais un peu lourdement appuyé sur le sexe, tombant dans la facilité et le manque de finesse (c’est le mauvais côté du film). Le scénario a la fâcheuse tendance à mettre bout à bout des situations sans vraiment lier l’ensemble, cherchant plus à faire des effets. Il y a cependant quelques bonnes trouvailles. Holiday fait passer un bon moment mais finalement on a un peu trop l’impression d’un film qui tombe dans la facilité.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Jean-Pierre Darroussin, Judith Godrèche, Josiane Balasko, Marc Rioufol
Voir la fiche du film et la filmographie de Guillaume Nicloux sur le site IMDB.

Voir les autres films de Guillaume Nicloux chroniqués sur ce blog…

1 mars 2012

Le bruit des glaçons (2010) de Bertrand Blier

Le bruit des glaçonsPar une journée ensoleillée d’hiver, un inconnu sonne chez un écrivain célèbre qui vit reclus dans un mas provençal isolé un seau à glace bien rempli dans les bras à longueur de journée : « Bonjour, je suis votre cancer. Je me disais que ce serait pas mal qu’on fasse connaissance. » … Parvenir à faire une comédie sur un homme qui va mourir d’un cancer dans les trois mois est une entreprise plutôt périlleuse. Avec Le bruit des glaçons, Bertrand Blier revisite avec brio le thème de l’ange de la mort qui vient tourmenter sa victime. La maladie prend ainsi un visage : il est teigneux, sûr de lui, envahisseur, faussement désinvolte. Albert Dupontel exprime parfaitement toutes ces facettes. Ecrit avec intelligence par Bertrand Blier lui-même, Le bruit des glaçons doit aussi beaucoup à ses acteurs : Jean Dujardin montre une maturité inhabituelle et il faut saluer la performance sensible d’Anne Alvaro. L’humour noir, la verve et la truculence de Bertrand Blier font le reste. Son cinéma ne fera sans doute jamais l’unanimité, mais il est unique et tranche avec l’envahissante normalité. Pour notre plus grand plaisir.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Jean Dujardin, Albert Dupontel, Anne Alvaro, Myriam Boyer, Emile Berling
Voir la fiche du film et la filmographie de Bertrand Blier sur le site IMDB.

Voir les autres films de Bertrand Blier chroniqués sur ce blog…

22 février 2012

Le dernier voyage de Tanya (2010) de Aleksei Fedorchenko

Titre original : « Ovsyanki »

Le dernier voyage de TanyaDans un village au bord de la Volga en Russie, Aist est photographe dans une usine de papier. Il est aussi mémorialiste d’un peuple oublié d’origine finnoise dont il fait partie : les Mériens. Son patron lui demande de l’accompagner pour aller incinérer sa femme qui vient de mourir. Il désire l’emmener sur les lieux de leur lune de miel… Le dernier voyage de Tanya est un film à nul autre pareil. Il est étrange tout d’abord par son sujet, ces Mériens dont certainement bien peu de gens connaissaient l’existence : bien qu’ils se soient totalement intégrés dans la société slave, ils ont gardé certaines croyances, certaines coutumes dont beaucoup sont liées à l’eau qui est l’aboutissement ultime, le lieu de la mort, le passage vers un autre monde (1). L’eau est aussi un lieu de passage pour les vivants : les ponts ont une certaine présence dans le film depuis ce pont ondulant posé sur des boudins flottants au début de film jusqu’au pont ultime de la fin (belle métaphore aussi avec cette magnifique vue de nuit sur le pont de la grande ville, gorgé de véhicules alors qu’ils viennent de rencontrer des deux prostituées). Nos deux personnages parlent peu mais agissent avec sureté. Ils font le voyage avec deux petits oiseaux en cage qui les symbolisent, ce sont leur double en quelque sorte.

Le dernier voyage de Tanya est aussi particulier par son traitement. Pour mieux nous faire pénétrer cette Russie imprégnée de la mémoire des peuples qui la composent, le réalisateur filme des plans empreints de mélancolie, de vastes étendues qui font écho au silence des personnages. Aleksei Fedorchenko utilise merveilleusement les profondeurs de champ courtes, créant le flou soit par la focale elle-même, soit par une légère brume naturelle. Certains plans sont très graphiques (ah, ce plan sur le lac où passe sur la rive un interminable train qui crée une bordure mouvante en haut de l’image !) La musique, souvent discrète, participe à la mélancolie qui se dégage du film. Le dernier voyage de Tanya est autant un film beau et poétique qu’une réflexion sur notre acceptation de la mort.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Igor Sergeev, Yuriy Tsurilo, Yuliya Aug
Voir la fiche du film et la filmographie de Aleksei Fedorchenko sur le site IMDB.

Remarques :
* Le titre original du film Ovsyanki, signifie en russe « bruant », un petit passereau très répandu en Russie.
* Le dernier voyage de Tanya est le troisième film d’Aleksei Fedorchenko (44 ans) mais le premier distribué en France.
* La région où se déroule film est aux environs de Nizhny Novgorod, ville située à 300 kms à l’est de Moscou, au bord de la Volga : voir sur Google Maps (la zone où les Mériens sont implantés suit la Volga vers le nord-ouest jusque Yaroslav et le grand lac 300 kms au nord de Moscou).

(1) Etonnante scène où nous voyons dans un flash-back le père de Aist, poète qui ayant décidé de ne plus écrire, se débarrasse de sa machine à écrire, non pas en la jetant simplement, mais en allant sur au milieu de la Volga gelée, y faire avec grande difficulté un trou dans la glace pour y jeter sa machine au fond de l’eau.

26 janvier 2012

Une exécution ordinaire (2010) de Marc Dugain

Une exécution ordinaireA l’automne 1952, une jeune femme médecin magnétiseur administre des soins dans un hôpital de la banlieue de Moscou. Elle est appelée à soigner secrètement Staline, souffrant alors de nombreuses douleurs… Pour son premier long métrage, Marc Dugain adapte son livre Une exécution ordinaire. Il ne s’agit que de la première des sept parties du livre qui s’étend sur les cinquante dernières années de la Russie. Marc Dugain parvient bien à recréer le climat de suspicion et de délation qui trouve son terreau dans les mesquineries et les jalousies. L’angoisse aussi est omniprésente, celle de l’arrestation pour des motifs que l’on ignore. Il traite de façon assez remarquable des rapports entre le dictateur et sa bienfaitrice ; c’est d’ailleurs le sujet principal du film. André Dussollier, absolument méconnaissable, on ne reconnaît que sa voix, a trouvé le ton juste (et assez inattendu) pour interpréter Staline, un mélange de douceur et de monstruosité froide. Marina Hands est tout aussi remarquable : prise dans un implacable piège qui se referme lentement sur elle, sa marge de manœuvre est effroyablement réduite. Pour un premier long métrage, Une exécution ordinaire est une belle réussite. Cet intense face à face psychologique est assez terrifiant.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: André Dussollier, Marina Hands, Edouard Baer, Denis Podalydès, Tom Novembre
Voir la fiche du film et la filmographie de Marc Dugain sur le site IMDB.

24 janvier 2012

Je n’ai rien oublié (2010) de Bruno Chiche

Je n'ai rien oubliéLa famille de Thomas, fils d’un riche industriel, a toujours employé son ami d’enfance Conrad, fils d’un domestique enfui. Lorsque celui-ci met accidentellement le feu à la résidence de vacances dont il avait la garde, la famille voit d’un mauvais œil le retour de cet homme qui a maintenant des comportements erratiques. Elvira, matriarche autoritaire, décide néanmoins de l’héberger dans une dépendance du château… Je n’ai rien oublié est adapté d’un roman de l’écrivain suisse Martin Suter. Si l’on est pressé, on peut le définir comme un thriller psychologique mais ce n’est pas vraiment l’intrigue qui fait l’attrait de ce troisième film de Bruno Chiche : le fond de cette histoire est difficilement crédible. En revanche, Bruno Chiche parvient à créer un climat, à entretenir un certain suspense et surtout à traiter avec délicatesse et sans pathos de la maladie d’Alzheimer. Il sait trouver le ton juste, l’équilibre parfait. Il est servi par un excellent plateau d’acteurs : il est toujours étonnant de voir Depardieu, avec sa corpulence démesurée, jouer avec tant de délicatesse et exprimer tant de fragilité. Malgré les défauts de son intrigue (qui ne sont d’ailleurs visibles qu’à la toute fin), Je n’ai rien oublié est un film très réussi.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Gérard Depardieu, Alexandra Maria Lara, Françoise Fabian, Niels Arestrup, Nathalie Baye, Yannick Renier
Voir la fiche du film et la filmographie de Bruno Chiche sur le site IMDB.

Voir les autres films de Bruno Chiche chroniqués sur ce blog…

11 janvier 2012

The American (2010) de Anton Corbijn

The AmericanUn tueur à gages, lui-même pisté par des tueurs, s’isole dans un petit village italien niché sur les hauteurs des Abruzzes. Malgré les recommandations de son commanditaire, il commence à nouer des liaisons avec un prêtre et une prostituée… Réalisé par le néerlandais Anton Corbijn, The American est une production américaine adapté d’un roman de l’anglais Martin Booth sur le thème assez classique du tueur qui aspire à une rédemption. Les personnages manquent plutôt de profondeur et, hormis l’intérêt que l’on peut avoir pour George Clooney, on pourra n’être que peu intéressé par les états d’âme de ce tueur traqué par d’autres tueurs. Il reste de très beaux plans : Anton Corbijn est photographe (de scène rock) et il met joliment en valeur le superbe cadre du village de Castel del Monte.
Elle:
Lui : 1 étoile

Acteurs: George Clooney, Violante Placido, Thekla Reuten, Paolo Bonacelli
Voir la fiche du film et la filmographie de Anton Corbijn sur le site IMDB.

Remarques :
Le tournage a eu lieu peu après le tremblement de terre d’avril 2009 qui avait sévèrement touché la région des Abruzzes (qui est à une centaine de kilomètres au nord-est de Rome). Les scènes urbaines ont été tournées à L’Aquila, toutes les autres au village de Castel del Monte (ne pas confondre avec le château situé dans Les Pouilles, 200 kms plus au sud, qui est classé au patrimoine mondial de l’Unesco).

7 janvier 2012

Les émotifs anonymes (2010) de Jean-Pierre Améris

Les émotifs anonymesAngélique est émotive : elle tombe dans les pommes dès qu’elle devient un centre d’attention. Jean-René est émotif : face aux autres, il a peur de se retrouver dans l’embarras et change de chemise pour calmer l’angoisse. Leur passion pour la confection de chocolats va-t-elle les rapprocher… ? Les émotifs anonymes est une comédie sentimentale qui traite de façon humoristique et légère de la timidité et de la phobie des autres. Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde apportent beaucoup au film par un jeu très délicat. L’univers dans lequel ils évoluent est à l’image de celui d’Amélie Poulain : sans âge, désuet, avec des couleurs vives, il les baigne dans une atmosphère de conte de fées. Les émotifs anonymes se regarde sans déplaisir mais paraît plus anecdotique que les films précédents de Jean-Pierre Améris.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Benoît Poelvoorde, Isabelle Carré
Voir la fiche du film et la filmographie de Jean-Pierre Améris sur le site IMDB.
Voir les autres films de Jean-Pierre Améris chroniqués sur ce blog…

Lire une intéressante interview de Jean-Pierre Améris sur le blog Mille et Une Bobines…

2 janvier 2012

The Green Hornet (2011) de Michel Gondry

The Green HornetA la mort de son père, le fils d’un magnat de la presse abandonne son oisiveté pour devenir justicier, à l’image des héros de son enfance. Il commence à s’attaquer au chef de la pègre locale… The Green Hornet est adaptée d’une série télévisée des années soixante, Le Frelon Vert. Avec cette adaptation qui figurait dans les cartons de la Columbia depuis des années, Michel Gondry entre de plein pied dans le cinéma commercial hollywoodien. Sans surprise, il perd au passage une partie de sa personnalité et réalise un film plutôt plaisant mais très codifié, malgré une certaine volonté de bousculer les conventions. Seth Rogen, acteur comique spécialiste des buddy-movies, cosigne le scénario et assure le rôle principal d’un fils à papa fêtard et imbécile. C’est donc un film comique d’action, dont la force principale réside dans l’étrange relation entre le héros et son chauffeur, bricoleur de génie et expert en arts martiaux. La forme est celle, assez banale, d’un film d’action super-vitaminé avec toutefois quelques bonnes trouvailles de gadgets. Juste plaisant.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Seth Rogen, Jay Chou, Cameron Diaz, Tom Wilkinson, Christoph Waltz, David Harbour
Voir la fiche du film et la filmographie de Michel Gondry sur le site IMDB.

Voir les autres films de Michel Gondry chroniqués sur ce blog…

23 décembre 2011

The tree of life (2011) de Terrence Malick

The tree of life - l'arbre de vieUn architecte cinquantenaire se remémore son enfance et s’interroge sur les origines de la vie et sur notre existence. Il revoit son enfance entre un père aimant mais autoritaire, frustré par son existence et une mère pleine d’amour mais passive… The tree of life est un film qui a le mérite de nous surprendre et de ne ressembler à nul autre. Hélas, il n’est pas sans défaut, le premier étant certainement sa longueur et, bien entendu, on peut réagir négativement à son mysticisme fortement teinté de religiosité… Mais que l’on adhère ou pas à cette vision, The Tree of Life fait partie de ces films qui provoque un type de réflexion qui a de moins en moins de place. C’est l’une des forces de ce film. La forme est incontestablement très belle, très aboutie, avec une douceur des mouvements de camera qui nous transporte. Son évocation de la création du monde et l’apparition de la vie est assez magnifique, unique. Le film est également parsemé d’images allégoriques qui le transforment en une sorte de poème cinématographique, avec des poussées lyriques parfois très appuyées. Le cinéma de Terence Malick est hors-norme. The tree of life est un film déroutant mais parfaitement (et joliment) maitrisé.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Brad Pitt, Sean Penn, Jessica Chastain, Hunter McCracken
Voir la fiche du film et la filmographie de Terrence Malick sur le site IMDB.

Voir les autres films de Terrence Malick chroniqués sur ce blog…

13 novembre 2011

The Social Network (2010) de David Fincher

The Social NetworkThe Social Network nous raconte la création de Facebook et la bataille juridique autour de sa paternité… Le parcours de Mark Zuckerberg est bien entendu assez exceptionnel mais est-ce que cela en fait nécessairement un bon film ? Visiblement non. L’histoire n’est somme toute pas très intéressante, elle est réduite à un agglomérat d’anecdotes, il n’y a aucune tension dramatique. Comme toujours dans ce genre de film, l’ensemble est idéalisé : on met l’accent sur le fait d’avoir une idée de départ et on gomme tous les aspects laborieux de sa mise en place. Et pour bien créer l’image de « petit génie de l’informatique », David Fincher appuie sur le côté asocial de son personnage et joue avec le débit verbal, rapide et sec, plutôt indigeste.  En dehors de miser sur la fascination du succès rapide, on se demande quel est l’intérêt d’avoir réalisé un tel film. A noter que le réalisateur a utilisé de nombreux effets digitaux, notamment un surprenant  « effet miniature » (1) sur une scène de compétition d’aviron : amusant (mais totalement inutile).
Elle: pas d'étoile
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Jesse Eisenberg, Andrew Garfield, Justin Timberlake, Max Minghella, Armie Hammer
Voir la fiche du film et la filmographie de David Fincher sur le site IMDB.

Remarques :
Si deux acteurs différents jouent les deux jumeaux Winklevoss, la tête de l’un des acteurs a été incrustée sur l’autre afin d’avoir deux jumeaux parfaits. La neige est, elle aussi, un effet digital tout comme la buée qui sort de la bouche des acteurs.

(1) « L’effet miniature » est obtenu en diminuant artificiellement la profondeur de champ sur un plan très large. Le premier et l’arrière plan sont flous comme ce serait le cas avec un objectif macro et notre cerveau interprète alors l’image vue comme étant celle d’une maquette. C’est étonnant. Cet effet visuel est intégré dans certains appareils photo grand public et même dans certains téléphones, en tant que traitement d’image (on peut le faire à la prise de vue mais cela nécessite un objectif à décentrement ou tilt-shift). Au delà de l’anecdote, il est difficile d’en voir l’intérêt pour le grand écran. Le cinéma nous a d’ailleurs plus habitués à faire l’inverse : filmer une maquette avec une grande profondeur de champ afin de la faire passer pour une scène réelle !
(Pour voir un bel exemple d’effet miniature :
The Sandpit petit clip par Sam O’Hare, fait avec un D3 et un D90!)