28 mars 2013

Take Shelter (2011) de Jeff Nichols

Take ShelterCurtis vit paisiblement avec sa femme et sa fille de cinq ans sourde et muette dans l’Ohio. Peu à peu, il devient obsédé par la menace d’un cataclysme et voit des menaces de tempête dans le ciel. Il veut se préparer pour pouvoir mettre sa famille à l’abri… Take Shelter est le second métrage de Jeff Nichols qui en a écrit lui-même le scénario. Avec cette histoire d’homme gagné par la schizophrénie, il a voulu dresser le portrait de son époque, une époque où l’on se génère des angoisses, des terreurs, où on se laisse gagner par la peur de son environnement. Pour appuyer son propos, il parvient à créer une atmosphère troublante et même angoissante, sur un rythme lent mais particulièrement insidieux car son caractère paisible est trompeur. La photographie est assez belle, contribuant à apporter une douceur (elle aussi trompeuse) à l’ensemble. Seule la fin paraît plus faible : Jeff Nichols la laisse ambigüe et ouverte à différentes interprétations, ce qui paraît bien inutile.
Elle: 3 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Michael Shannon, Jessica Chastain, Shea Whigham
Voir la fiche du film et la filmographie de Jeff Nichols sur le site IMDB.

Voir les autres films de Jeff Nichols chroniqués sur ce blog…

Remarque sur la fin :
(Ne lisez pas ce paragraphe si vous n’avez pas vu le film)
Si la scène finale de Take Shelter était réelle (ce qui détruirait tout le propos et ferait tomber le film dans le paranormal), le réalisateur aurait placé d’autres personnages dans la scène, des affolements, des cris, pour bien montrer sa réalité… Cela pourrait être un rêve, mais placer un rêve de plus en dernière scène n’apporterait rien… Non, le sens de cette scène finale est, à mes yeux, plus large que cela : Curtis a réussi à communiquer ses angoisses et ses phobies à sa famille et maintenant, au lieu d’être seul à avoir ces visions d’apocalypse, ils sont deux (voire trois avec la fillette). Une manière de souligner le caractère contagieux de l’angoisse.

Un commentaire sur « Take Shelter (2011) de Jeff Nichols »

  1. Pour compléter mon commentaire sur la fin, voici ce qu’a déclaré Jeff Nichols à propos de cette fin dans un interview (traduction un peu rapide mais le sens est respecté…)
    —————————————————
    « L’ambigüité de la fin est voulue. Cela irrite certaines personnes alors que d’autres adorent cela. Ce qui est à la fois amusant et intéressant (et sans vouloir me glorifier, je trouve qu’elle a bien fonctionné), c’est que tout le monde détaille ce que l’on voit ou pas dans cette scène. Pour moi, ces détails n’ont pas d’importance et je m’explique :

    Ce que l’on voit ou ce qui va arriver, c’est amusant d’en parler mais guère plus, car ce qui importe vraiment selon moi, c’est que ces deux personnes sont sur la même longueur d’ondes et qu’ils voient la même chose. On peut avoir différents avis sur à quel niveau ils en sont et c’est très bien mais tant qu’ils voient la même chose, je pense qu’il y a une solution et une possibilité d’espoir dans le film.

    Certains comprennent et acceptent ce genre de fin, d’autres pas. Mais bon sang, nous, dans le cinéma américain indépendant, on est les seuls à faire cela ! »
    —————————————————–
    ( http://www.ifc.com/fix/2011/09/jeff-nichols-take-shelter-interview )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *