30 juin 2011

Sommaire de juin 2011

Robin des BoisLes aventures de Robin des BoisRobin des BoisPrince of Persia – Les sables du tempsPenthouseQuand j'étais mortA Serious ManRio Bravo

Robin des Bois

(2010) de Ridley Scott

Les aventures de Robin des Bois

(1938) de Michael Curtiz et W.Keighley

Robin des Bois

(1922) de Allan Dwan

Prince of Persia – Les sables du temps

(2010) de Mike Newell

Penthouse

(1933) de W.S. Van Dyke

Quand j’étais mort

(1916) de Ernst Lubitsch

A Serious Man

(2009) de Joel Coen et Ethan Coen

Rio Bravo

(1959) de Howard Hawks

Romance inachevéeSo this is ParisNetwork, main basse sur la T.V.PandoraUn envoyé très spécialSoudain l'été dernierCamilleMan-Proof

Romance inachevée

(1954) de Anthony Mann

So this is Paris

(1926) de Ernst Lubitsch

Network, main basse sur la T.V.

(1976) de Sidney Lumet

Pandora

(1951) de Albert Lewin

Un envoyé très spécial

(1938) de Jack Conway

Soudain l’été dernier

(1959) de Joseph L. Mankiewicz

Camille

(1921) de Ray C. Smallwood

Man-Proof

(1938) de Richard Thorpe

The earl of ChicagoShadowsDu plomb pour l'inspecteurL'introuvable rentre chez luiJane EyreElleCaught in the rainTwenty minutes of love

The earl of Chicago

(1940) de Richard Thorpe

Shadows

(1922) de Tom Forman

Du plomb pour l’inspecteur

(1954) de Richard Quine

L’introuvable rentre chez lui

(1945) de Richard Thorpe

Jane Eyre

(1943) de Robert Stevenson

Elle

(1979) de Blake Edwards

Caught in the rain

(1914) de Charles Chaplin

Twenty minutes of love

(1914) de Charles Chaplin

L'homme de la plaineLe caporal épingléÀ l'origine

L’homme de la plaine

(1955) d’ Anthony Mann

Le caporal épinglé

(1962) de Jean Renoir

À l’origine

(2009) de Xavier Giannoli

Nombre de billets : 27

30 juin 2011

Robin des Bois (2010) de Ridley Scott

Titre original : « Robin Hood »

Robin des BoisLui :
Signe des temps, le Robin des Bois version 2010 est plus sombre, plus violent, plus triste. Comme le laisse supposer l’affiche du film, nous ne sommes pas là pour rire. Russell Crowe, qui semble échappé de Gladiator, campe un Robin des Bois viril, qui parle peu mais cogne fort. Le sourire enjôleur et le charme délicat d’un Errol Flynn est dépassé, il faut aujourd’hui de l’authentique et un héros dur… Le scénario imagine les évènements qui auraient entrainé le bannissement de Robin Longstride au retour des Croisades, avant qu’il ne devienne Robin des Bois donc. Ridley Scott, que l’on sait amoureux du Moyen-âge, déploie de gros moyens pour donner du sérieux à ses reconstitutions qui effectivement nous apparaissent très réalistes, notamment dans les batailles. Il oublie en revanche de soigner ses personnages, de leur donner de la force (autre que physique…) C’est surtout très net pour les seconds rôles qui sont inexistants. Finalement, son film est assez froid et pas aussi enthousiasmant que ne l’est la légende.
Note : 2 étoiles

Acteurs: Russell Crowe, Cate Blanchett, Max von Sydow, William Hurt, Mark Strong
Voir la fiche du film et la filmographie de Ridley Scott sur le site IMDB.

Voir les autres films de Ridley Scott chroniqués sur ce blog…

Principales adaptations de la légende de Robin des Bois :
Robin Hood (1912) d’Étienne Arnaud et Herbert Blaché (mari d’Alice Guy)
Robin des Bois (Robin Hood) d’Allan Dwan (1922) avec Douglas Fairbanks
Les aventures de Robin des Bois (The Adventures of Robin Hood) de Michael Curtiz (1938) avec Errol Flynn
Robin des Bois et ses joyeux compagnons (The Story of Robin Hood and His Merrie Men) de Ken Annakin (1952) avec Richard Todd
Robin des Bois (Robin Hood) film d’animation Disney (1973)
La rose et la flèche (Robin and Marian) de Richard Lester (1976) avec Sean Connery et Audrey Hepburn (variation de type « 20 ans après »)
Robin des Bois: prince des voleurs (Robin Hood: Prince of Thieves) de Kevin Reynolds (1991) avec Kevin Costner
Sacré Robin des bois (Robin Hood: Men in Tights) de Mel Brooks (1993), film satirique
Robin des Bois (Robin Hood) de Ridley Scott (2010) avec Russell Crowe

29 juin 2011

Les aventures de Robin des Bois (1938) de Michael Curtiz et William Keighley

Titre original : « The adventures of Robin Hood »

Les aventures de Robin des BoisLui :
Deuxième grande adaptation de la légende au cinéma, Les aventures de Robin des Bois est l’un des plus beaux fleurons du cinéma d’aventures hollywoodien. Le film est plus l’œuvre d’un studio que d’un réalisateur, c’était à l’époque le film le plus coûteux mis en œuvre par Warner Brothers. Ce grand divertissment est assez différent de son modèle, la version muette de Douglas Fairbanks de 1922, non seulement par le déroulement de l’histoire, qui commence ici directement avec Robin des Bois dans la forêt de Sherwood, mais aussi par l’incarnation du héro mythique : Errol Flynn accomplit moins de prouesses physiques que Fairbanks mais, en revanche, développe un charme qui décuple son côté chevaleresque. Ce Robin des Bois a du style… Le nouveau procédé Technicolor est ici largement utilisé, notamment dans les rouges et les verts (l’herbe californienne fut même peinte en vert pour paraître plus anglaise…) Ce Technicolor participe grandement à la magie du film. Le scénario se déroule en sept ou huit grandes étapes, Les aventures de Robin des Bois sans qu’il y ait toujours un lien très travaillé pour relier ces grandes scènes entre elles. Cette construction n’en reste pas moins très solide grâce à la richesse des situations. Les aventures de Robin des Bois marqua la carrière d’Errol Flynn en l’associant durablement au personnage. Il faut souligner aussi les excellents seconds rôles, Basil Rathbone, Claude Rains et Olivia de Havilland en tête, qui donnent de l’épaisseur à l’ensemble. Le succès fut considérable et le film reste encore aujourd’hui l’un des plus aimés de l’histoire du cinéma.
Note : 5 étoiles

Acteurs: Errol Flynn, Olivia de Havilland, Basil Rathbone, Claude Rains, Patric Knowles, Eugene Pallette, Alan Hale, Ian Hunter
Voir la fiche du film sur le site IMDB.
Voir les autres films de Michael Curtiz chroniqués sur ce blog…
Voir les autres films de William Keighley chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Warner a d’abord confié la réalisation à William Keighley. A mi-parcours, après deux mois de tournage, les studios trouvèrent que les scènes d’action manquaient de vigueur et d’éclat. Ils firent appel à Michael Curtiz qui avait brillamment dirigé Errol Flynn dans Capitaine Blood (où apparaissaient également Olivia de Havilland et Basil Rathbone…) Michael Curtiz termina le film en un mois et demi. En pratique, de nombreuses scènes d’extérieurs ont été tournées par William Keighley et les scènes d’intérieur par Michael Curtiz. Ce dernier tourna également des compléments aux scènes en extérieurs, notamment lors des attaques.
* Errol Flynn a réalisé lui-même la majorité des ses cascades. Les tirs à l’arc sont l’œuvre d’un archer professionnel, Howard Hill, que l’on voit à l’écran lors de la compétition des archers (c’est celui qui est en finale avec Robin des Bois). Le tir qui fend la flèche en deux est réalisé sans trucage. Howard Hill a également aidé à la création du son si caractéristique des flèches. Ce son aurait servi de base à certains bruitages de Star Wars.
* Le film aurait mobilisé toutes les caméras en Technicolor 3 couleurs disponibles à l’époque, c’est-à-dire 11.

Principales adaptations de la légende de Robin des Bois :
Robin Hood (1912) d’Étienne Arnaud et Herbert Blaché (mari d’Alice Guy)
Robin des Bois (Robin Hood) d’Allan Dwan (1922) avec Douglas Fairbanks
Les aventures de Robin des Bois (The Adventures of Robin Hood) de Michael Curtiz (1938) avec Errol Flynn
Robin des Bois et ses joyeux compagnons (The Story of Robin Hood and His Merrie Men) de Ken Annakin (1952) avec Richard Todd
Robin des Bois (Robin Hood) film d’animation Disney (1973)
La rose et la flèche (Robin and Marian) de Richard Lester (1976) avec Sean Connery et Audrey Hepburn (variation de type « 20 ans après »)
Robin des Bois: prince des voleurs (Robin Hood: Prince of Thieves) de Kevin Reynolds (1991) avec Kevin Costner
Sacré Robin des bois (Robin Hood: Men in Tights) de Mel Brooks (1993), film satirique
Robin des Bois (Robin Hood) de Ridley Scott (2010) avec Russell Crowe

28 juin 2011

Robin des Bois (1922) de Allan Dwan

Titre original : « Robin Hood »

Robin des BoisLui :
Alors que Richard Cœur de Lion est parti en Croisade, son frère le Prince Jean gouverne l’Angleterre, accablant les paysans d’impôts et s’accaparant toutes les richesses. Caché dans la forêt de Sherwood, un homme se dresse contre cette tyrannie, Robin des Bois… La version d’Allan Dwan est la première grande adaptation cinématographique de cette légende très ancienne. Le rôle semble taillé sur mesure pour Douglas Fairbanks, alors au somment de sa popularité et de sa forme physique ; il a d’ailleurs financé en grande partie lui-même cette coûteuse production (1). Le film comporte un prologue assez original et assez long, une bonne moitié des 2h10 que dure le film, où Robin des Bois est en réalité le comte de Huntingdon, ami de Richard Cœur de Lion (2). Mais c’est bien entendu quand Robin des Bois apparaît que le film prend une autre tournure : Robin des Bois le rythme s’accélère nettement. Il faut dire que Douglas Fairbanks fait un Robin des Bois joyeux, sautillant, bondissant, virevoltant, il n’est jamais au repos (3). Il réalise de véritables prouesses acrobatiques dont une descente de plus de 10 mètres le long d’une tenture et l’escalade d’un pont-levis en train de se fermer jusqu’en haut des murs. Allan Dwan montre une grande maîtrise dans les scènes de foules, impressionnantes et extrêmement crédibles. On ne s’ennuie pas une seconde avec cette version de Robin des Bois. Le succès fut immense à l’époque. (Film muet)
Note : 4 étoiles

Acteurs: Douglas Fairbanks, Wallace Beery, Sam De Grasse, Enid Bennett, Paul Dickey, Alan Hale
Voir la fiche du film et la filmographie de Allan Dwan sur le site IMDB.

Remarques :
Ce film est le premier à avoir eu une soirée de première. L’idée vient de Sid Grauman qui venait d’inaugurer sa salle de cinéma à Hollywood (l’Egyptian Theater et non le Chinese Theater qui n’ouvrira qu’en 1927).

(1) Le budget a même dépassé celui de Folies de femmes de Stroheim. Dans un nouveau studio sur Santa Monica Boulevard, il a fallu 500 ouvriers pour construire un gigantesque château du XIIe siècle, avec des murs de 27 mètres de haut ! Et pour le faire paraître encore plus grand, une partie supérieure a été peinte sur verre et placée juste devant l’objectif de la caméra.
(2) Ce long prologue a sans doute été conçu pour donner une explication plausible au fait que Robin des Bois n’était pas aux côtés de Richard Cœur de Lion pendant la Croisade tout en ancrant fortement le côté chevaleresque et noble du personnage.
(3) La critique la plus courante sur ce film est de dire que Douglas Fairbanks se comporte comme un gamin de 10 ans. Ce n’est pas faux mais c’est justement ce type d’attitude, à demi enfantine, à demi chevaleresque, qui fait tout le charme de Douglas Fairbanks et qui lui a assuré sa très grande popularité.

Principales adaptations de la légende de Robin des Bois :
Robin Hood (1912) d’Étienne Arnaud et Herbert Blaché (mari d’Alice Guy)
Robin des Bois (Robin Hood) d’Allan Dwan (1922) avec Douglas Fairbanks
Les aventures de Robin des Bois (The Adventures of Robin Hood) de Michael Curtiz (1938) avec Errol Flynn
Robin des Bois et ses joyeux compagnons (The Story of Robin Hood and His Merrie Men) de Ken Annakin (1952) avec Richard Todd
Robin des Bois (Robin Hood) film d’animation Disney (1973)
La rose et la flèche (Robin and Marian) de Richard Lester (1976) avec Sean Connery et Audrey Hepburn (variation de type « 20 ans après »)
Robin des bois: Prince des voleurs (Robin Hood: Prince of Thieves) de Kevin Reynolds (1991) avec Kevin Costner
Sacré Robin des bois (Robin Hood: Men in Tights) de Mel Brooks (1993), film satirique
Robin des Bois (Robin Hood) de Ridley Scott (2010) avec Russell Crowe

27 juin 2011

Prince of Persia – Les sables du temps (2010) de Mike Newell

Titre original : « Prince of Persia: the sands of time »

Prince of Persia - Les sables du tempsLui :
Aux confins du vaste empire de Perse, la ville d’Alamut garde secrètement une dague qui possède des pouvoirs de contrôle sur le temps. Dastan, prince adopté, va tout faire pour la protéger. Il est aidé par belle princesse Tamina… Prince of Persia – Les sables du temps est adapté d’un jeu vidéo dont la première version (sur Apple II) a été créée en 1989 (la grande époque). Grosse et coûteuse production, le film des Studios Disney parvient bien à restituer toute la magie visuelle de l’univers oriental ; les décors sont superbes, ce qui nous donne de belles images, que ce soit dans les cités ou même dans le désert. Certaines situations sont inattendues. De quoi nous faire rêver, comme savent le faire les meilleurs films d’aventures. Hélas, on peut regretter que toute cette énergie ne soit au service que des scènes d’action : de belles acrobaties mais la rapidité du montage génère souvent une certaine confusion et on ne peut échapper à une impression de répétition dans les combats.
Note : 2 étoiles

Acteurs: Jake Gyllenhaal, Gemma Arterton, Ben Kingsley, Alfred Molina
Voir la fiche du film et la filmographie de Mike Newell sur le site IMDB.

Voir les autres films de Mike Newell chroniqués sur ce blog…

26 juin 2011

Penthouse (1933) de W.S. Van Dyke

PenthouseLui :
Comédie policière qui permit de découvrir le charme de Myrna Loy et qui préfigure la série des Thin Man. Un avocat, après avoir sauvé un gangster notoire de la chaise électrique, est rejeté à la fois par son employeur et sa fiancée qui se tourne vers un de leurs amis communs. Lorsque celui-ci est faussement accusé d’un meurtre, l’avocat accepte de le défendre et utilise ses relations… Penthouse est une comédie policière centrée sur l’enquête menée par l’avocat. Le ton est assez léger sans que le suspense perde de sa force. L’aspect comédie est surtout apporté par le personnage du gangster (merveilleux Nat Pendleton) et du valet (Charles Butterworth). Les dialogues sont relevés. Auparavant peu remarquée, Myrna Loy apparaît ici pour la première fois dans un rôle qui met son charme en valeur, tout à fait dans le type de personnage décidé et intrépide de la série des Thin Man qui suivront peu après sur le même modèle. C’est cet équilibre subtil entre policier et comédie qui rend Penthouse encore très plaisant à regarder, quatre-vingts ans après sa sortie.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Warner Baxter, Myrna Loy, Charles Butterworth, Nat Pendleton
Voir la fiche du film et la filmographie de W.S. Van Dyke sur le site IMDB.

Voir les autres films de W.S. Van Dyke chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Penthouse, en anglais, désigne les appartements situés dans les étages supérieurs des immeubles, offrant souvent une vue dégagée.
* Penthouse est un film « pre-code », c’est-à-dire qu’il précède de peu la généralisation du code Hays (1934). Par exemple, le caractère très sympathique du gangster n’aurait pas été possible l’année suivante.
Remake :
Society Lawyer de Edwin L. Marin (1939) avec Walter Pidgeon et Virginia Bruce

25 juin 2011

Quand j’étais mort (1916) de Ernst Lubitsch

Titre original : « Als ich tot war »

Quand j'étais mortLui :
Quand j’étais mort n’est pas le premier film de Lubitsch mais c’est le plus ancien que l’on ait retrouvé. La copie est incomplète (37 mn sur les 50 mn originales). Le rythme apparait donc inévitablement haché du fait des parties manquantes, les transitions sont parfois brutales. Si la réalisation est loin d’être parfaite, le film montre déjà le talent de Lubitsch pour choisir une bonne situation de départ et l’exploiter au mieux : un mari se fait (littéralement) mettre dehors par sa femme et surtout par sa belle-mère qui l’avait pris en grippe. L’homme laisse croire qu’il s’est suicidé de chagrin. Sous un déguisement, il revient ensuite dans sa propre maison se faire embaucher comme valet de chambre. La belle mère n’est pas insensible au charme de ce nouvel employé… Le thème de la belle-mère envahissante et destructrice de l’amour est une excellente base de comédie, classique certes, mais Lubitsch la développe ici très bien. Il interprète lui-même le rôle principal du mari. (Film muet)
Note : 3 étoiles

Acteurs: Ernst Lubitsch, Louise Schenrich, Lanchen Voss
Voir la fiche du film et la filmographie de Ernst Lubitsch sur le site IMDB.

Voir les autres films de Ernst Lubitsch chroniqués sur ce blog…

Remarques :
Quand j'étais mort Quand Lubitsch se rend chez son barbier pour acheter une perruque, nous voyons une immense (et surprenante) affiche sur le mur en arrière-plan : The Call to Arms – masterpiece. Selon toute vraisemblance, il s’agit d’un hommage de Lubitsch à D.W.Griffith qui a réalisé le film médiéval The Call to Arms en 1910. Rappelons aussi que le film a été tourné à Berlin pendant la guerre de 14-18, ce qui donne à ce titre un autre sens…

24 juin 2011

A Serious Man (2009) de Joel Coen et Ethan Coen

A Serious ManLui :
Les années 60. Une petite ville du Middle-west américain. Un professeur d’université juif, père de famille sans histoires, voit une série de malheurs s’abattre sur lui… A l’image des autres films des frères Coen, A Serious Man est une comédie dramatique fortement teintée d’humour noir, à ceci près que cette fois le film est partiellement autobiographique. Si, ne serait-ce qu’une petite partie de A Serious Man est vraie, on comprend mieux pourquoi ce thème de la poisse, des revers en série, soit si présent dans tous leurs films. Car ce professeur a tout pour être tranquille et heureux, le rêve américain personnifié, sauf que soudainement rien ne tourne rond, tous les malheurs s’abattent sur lui. Le pire est qu’il n’a jamais l’explication : par exemple, sa femme veut divorcer mais il ne sait pas pourquoi, l’homme bedonnant qu’elle veut épouser après son divorce est un présomptueux imbécile qui lui tient un discours paternaliste nébuleux. L’explication et les indications sur la conduite à tenir, il va les chercher chez les rabbins qui n’ont que des fables inutiles à lui offrir. Tout le film est marqué par l’incertitude à commencer par ce surprenant prologue, sorte de petit conte yiddish ancien où l’on est incapable de séparer la réalité du surnaturel. Cette incertitude est ensuite omniprésente jusque dans la fin, brutale, qui nous laisse en suspens. Très bien construit et mis en place, A Serious Man intrigue et déroute. Il peut paraître un peu inégal. Il faut avouer qu’une partie de l’humour nous échappe (probablement) quand on n’est pas familier avec les traditions juives, notamment religieuses ; mais après tout, cela contribue à mieux nous faire partager ce sentiment d’incompréhension et d’incertitude…
Note : 3 étoiles

Acteurs: Michael Stuhlbarg, Richard Kind, Fred Melamed, Sari Lennick, Aaron Wolff
Voir la fiche du film et la filmographie de Joel Coen et Ethan Coen sur le site IMDB.

Voir les autres films des frères Coen chroniqués sur ce blog…

23 juin 2011

Rio Bravo (1959) de Howard Hawks

Rio BravoDans une petite bourgade du Texas appelée Rio Bravo, le shérif John T. Chance arrête pour meurtre le frère de Nathan Burdette, le plus gros propriétaire de la région. Ce dernier est bien décidé à le tirer de là. Pour protéger la prison, le shérif a pour aide son adjoint Dude, alcoolique qui tente d’arrêter de boire, et Stumpy, âgé et boiteux… Western mythique, Rio Bravo montre un équilibre remarquable entre une histoire assez simple mais qui se déroule solidement et une belle étude de caractères ; plus exactement, ce sont les relations entre les personnages et le groupe qui semblent l’objet principal : Rio Bravo la rédemption de Dude, le refus d’être mis à l’écart pour Stumpy, la socialisation du shérif Chance. Chacun refuse de se laisser enfermer dans un schéma. Howard Hawks parvient à créer une relation très particulière, pleine d’attentes et de sous-entendus, entre le shérif et la jeune Feathers, sans doute aidé par le fait que John Wayne était assez mal à l’aise face au charme et à l’extrême sensualité d’Angie Dickinson, beaucoup plus jeune que lui. Ce jeu de séduction, tout comme les nombreuses touches d’humour, contribue à cet équilibre quasi parfait. Rio Bravo connut un grand succès, très étalé dans le temps et la présence du jeune rocker Ricky Nelson lui permit de toucher un public encore plus large. C’est un film que l’on peut revoir régulièrement avec toujours le même intérêt.
Elle: 5 étoiles
Lui : 5 étoiles

Acteurs: John Wayne, Dean Martin, Ricky Nelson, Angie Dickinson, Walter Brennan, Ward Bond
Voir la fiche du film et la filmographie de Howard Hawks sur le site IMDB.

Voir les autres films de Howard Hawks chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Rio Bravo est souvent présenté comme l’inverse de High noon (Le train sifflera dans trois fois) qu’Howard Hawks et John Wayne n’appréciaient guère (pour diverses raisons dont, on peut le penser, le contenu trop libéral). Dans High Noon, le shérif cherche partout de l’aide sans la trouver, dans Rio Bravo le shérif refuse l’aide qu’on lui propose pensant qu’il peut tenir seul la situation.
Rio Bravo * Bien que son nom figure au générique en bonne place, Harry Carey Jr. n’apparaît pas dans le film. Après une mésentente dans les tous  premiers jours de tournage, Howard Hawks a en effet décidé de se passer de lui tout en honorant son contrat (salaire et mention au générique).
* On peut être étonné par l’importance réduite du personnage de Colorado. Cela s’explique par le fait qu’Howard Hawks ne croyait guère en Ricky Nelson qu’il jugeait bien trop frêle et trop jeune (il avait 18 ans). Il a donc réduit son rôle.
* Howard Hawks tournera quelques années plus tard une variation de la même histoire : El Dorado avec John Wayne, Robert Mitchum et James Caan.

Lire une présentation/analyse plus complète sur DVDclassik

22 juin 2011

Romance inachevée (1954) de Anthony Mann

Titre original : « The Glenn Miller story »

Romance inachevéeLui :
Romance inachevée n’est pas la première biographie d’artiste portée au cinéma mais, par l’immense succès qu’il rencontra, le film d’Anthony Mann a créé les codes hollywoodien du genre… un maniérisme qui perdure dans les ‘biopics’ d’aujourd’hui. Cette biographie du chef d’orchestre et arrangeur de jazz Glenn Miller est simplifiée ; elle n’est pas exempte, loin de là, d’anachronismes. Le film reste toutefois intéressant grâceRomance inachevée au talent de James Stewart qui ressemble étonnamment au vrai Glenn Miller (voir la photo ci-contre) et qui apporte une grande humanité au personnage. Intéressant grâce aussi au talent d’Anthony Mann qui, s’il paraît un peu maladroit dans les plans d’orchestre, manie l’ellipse avec délicatesse. Il montre ainsi plus souvent les conséquences : par exemple, il nous fait apprendre rapidement la mort de Glenn Miller par la bouche de militaires et, dans le plan suivant, sa femme (June Allyson) a déjà appris la nouvelle (1). Anthony Mann évite ainsi les excès de pathos ou les effets trop appuyés qui auraient alourdi l’ensemble. Si l’on peut regretter ses côtés les plus conventionnels, Romance inachevée est plaisant, facile à regarder, doté d’une capacité à vous mettre de bonne humeur. Sur le plan musical, il est en tous cas assez riche (2). Peu connu en France, le film reste, encore aujourd’hui, très populaire aux Etats-Unis.
Note : 3 étoiles

Acteurs: James Stewart, June Allyson, Harry Morgan, Charles Drake
Voir la fiche du film et la filmographie de Anthony Mann sur le site IMDB.

Voir les autres films de Anthony Mann chroniqués sur ce blog…

Remarques :
(1) En revanche, le message post-mortem final est une invention scénaristique puisque Glenn Miller a enregistré Little Brown Jug en 1938, donc ce morceau ne pouvait être joué pour la première fois en décembre 1944… C’est toutefois une invention scénaristique brillante car il est difficile de rester insensible à cette scène finale.
(2) Sur le plan musical, on notera Basin’ Street Blues dans le petit club de Harlem par Louis Armstrong, Gene Krupa (batteur), Cozy Cole (2e batteur), Barney Bigard (clarinette) et Babe Russin (sax), Chatanooga Choo Choo chantée devant les troupes en Angleterre par Frances Langford et Les Modernaires et, bien entendu, tous les morceaux les plus célèbres de Glenn Miller.
Ben Pollack (le batteur et chef d’orchestre qui a embauché Glenn Miller dans les années 20) joue son propre rôle ; il avait toutefois à l’époque le même âge que Glenn Miller,  24 ans.
Dans tout le film, c’est Murray McEachern (tromboniste de Benny Goodman) qui a doublé James Stewart au trombone. Henry Mancini et Joseph Gershenson ont assuré la direction musicale. John « Chummy » MacGregor (pianiste de Glenn Miller) a été conseiller.