14 mars 2005

La Mort prend des vacances (1934) de Mitchell Leisen

Titre original : « Death takes a holiday »

Death takes a holidayElle :
(pas vu)

Lui :
C’est un film assez rare et assez étonnant sur le thème de la Mort qui vient prendre 3 jours de vacances chez les vivants pour tenter de comprendre pourquoi ceux-ci tiennent tant à la vie. Ce thème (ou l’équivalent) a été souvent illustré au cinéma mais le traitement dans ce film de 1934 est assez remarquable, jouant beaucoup sur la fascination et bien entendu sur l’attirance amoureuse. 70 ans après sa création, il n’a guère vieilli et ses thèmes assez surréalistes fonctionnent toujours aussi bien.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Fredric March, Evelyn Venable
Voir la fiche du film et la filmographie de Mitchell Leisen sur le site IMDB.

Voir les autres films de Mitchell Leisen chroniqués sur ce blog…

13 mars 2005

Demain on déménage (2004) de Chantal Akerman

DemenageElle :
Chantal Akerman surprend par son ton faussement enjoué bien loin des thèmes sombres de ses premiers films aux plans fixes interminables. C’est une sorte de comédie où la caméra virevolte dans un appartement désordonné habité par une jeune femme (Sylvie Testud) et sa mère (Aurore Clément). La réalisatrice projette la tragédie de sa famille juive dans le personnage de la jeune Charlotte et adopte un humour décalé et absurde pour parler de ces souffrances (on parle beaucoup de poulet au four…). Les dialogues sont pétillants lors de la visite de l’appartement par des visiteurs excentriques mais malheureusement, le tempo s’essouffle peu à peu.
Note : 3 étoiles

Lui :
Chantal Ackerman nous livre là une petite fantaisie, abusant un peu de l’humour par l’absurde. S’il y a quelques passages intéressants et amusants, tel ce ballet de visiteurs pour acheter l’appartement, on se lasse tout de même car le but de l’ensemble n’est pas très visible (même si l’on peut y voir quelques allégories un peu tirées par les cheveux).
Note : pas d'étoiles

Acteurs: Sylvie Testud, Aurore Clément, Jean-Pierre Marielle, Natacha Régnier
Voir la fiche du film et la filmographie de Chantal Akerman sur le site IMDB.

Voir les autres films de Chantal Akerman chroniqués sur ce blog…

11 mars 2005

La Poursuite Impitoyable (1966) d’Arthur Penn

Titre original : « The Chase »

La Poursuite Impitoyable Elle :
Une petite ville du Texas, un shérif bienveillant incarné par Marlon Brando, un évadé accusé de meurtre (Robert Redford) que toute la ville recherche, une jeune femme (Jane Fonda) épouse de l’évadé. D’un côté il y a les riches dont un magnat du pétrole et les gens modestes qui envient ces privilégiés. Le décor est planté. Suite à une soirée trop arrosée, la ville tombe graduellement en plein délire et se déchaîne contre le shérif qui se fait lyncher et les noirs. Les masques de respectabilité de ces notables tombent et font place à la vulgarité, la délation, à la haine et au racisme. La tension monte à son paroxysme et on assiste à des scènes de violence d’une grande intensité. Brando est magistral dans son rôle de shérif incorruptible.
Note : 5 étoiles

La Poursuite ImpitoyableLui :
La Poursuite Impitoyable montre de façon assez étonnante et efficace comment une sorte d’hystérie collective s’empare d’une ville du Sud des Etats-Unis à l’occasion de l’évasion d’un prisonnier natif du lieu. Arthur Penn dresse un tableau vraiment noir de la bourgeoisie locale, oisive et avide de situations dramatiques et la situation semble ne jamais s’arrêter d’empirer. Le film est même dur par endroits, assez cruel. Il est en tout cas assez bouleversant, même s’il semble que Penn l’ait partiellement renié par la suite.
Note : 4 étoiles

Acteurs: Marlon Brando, Jane Fonda, Robert Redford, Angie Dickinson, Robert Duvall
Voir la fiche du film et la filmographie de Arthur Penn sur le site IMDB.

10 mars 2005

Tennessee Valley (1997) de Peter Masterson

Titre original : « The Only Thrill »

Tennessee valleyElle :
Le film ne parvient vraiment pas à trouver son rythme et on abandonne très vite. Mis à part le joli sourire de Diane Keaton et la présence de Sam Shepard, on n’a pas droit à grand-chose si ce n’est que de voir leur relation perturbée par la liaison amoureuse de leurs deux enfants entre eux. Pas de quoi en faire un plat ni un film d’ailleurs.
Note : pas d'étoiles

Lui :
Malgré tout le talent déployé par les acteurs, on a bien du mal à s’intéresser à cette histoire d’amour manqué, une histoire très classique dans ses ingrédients et son déroulement.
Note : 1 étoiles

Acteurs: Diane Keaton, Sam Shepard
Voir la fiche du film et la filmographie de Peter Masterson sur le site IMDB.

9 mars 2005

« Le Retour » (2003) d’ Andrei Zvyagintsev

Titre original : « Vozvrashcheniye »

Le RetourElle :
Lion d’Or à Venise, en 2003, ce beau film russe plein d’intensité dramatique met en scène deux jeunes enfants qui vivent le retour de leur père au foyer après des années d’absence comme une véritable épreuve. Celui-ci les entraîne dans un parcours du combattant dont nul ne comprend la finalité. Ce père quasi-inconnu tente de s’imposer par la force et se heurte surtout à l’hostilité du plus jeune enfant qui lui reproche son absence. Le réalisateur parvient à créer un univers hors du monde réel grâce à son style épuré aux teintes gris acier, bleu et vert pâle. On est à la limite du cinéma noir et blanc. Les compositions graphiques sont très réussies ; les mouvements de caméra sont fluides; la musique est envoûtante. Enfin, les deux enfants trouvent le ton juste pour exprimer les émotions contrastées qui les animent.
Note : 5 étoiles

Lui :
Ce père, brusquement revenu, qui entraîne ses enfants dans une quête dont le but nous échappe est l’occasion pour ce cinéaste russe de signer un beau film, très esthétique dans le choix de ses cadrages et surtout dans le traitement des couleurs. Les deux enfants sont particulièrement bien interprétés et ils sont assez touchants. On peut juste reprocher à ce film d’avoir des buts obscurs, on ne voit pas trop le sens de tout cela.
Note : 4 étoiles

Acteurs: Vladimir Garin, Ivan Dobronranov, Konstantin Lavronenko
Voir la fiche complète du film et la filmographie de Andrei Zvyagintsev

6 mars 2005

L’ Esquive (2003) d’Abdel Kechiche

L'EsquiveElle :
Abdel Kechiche nous plonge brutalement dans un autre univers, coupé de tout où les adolescents ne communiquent qu’en criant ou en s’injuriant. Leur langage est incompréhensible tant il est haché. La violence des paroles traduit une grande colère qui s’extériorise en permanence. Nous sommes projetés sans ambages au cœur de cet univers d’un quartier de banlieue. Pendant un demi-heure, on se demande où on a atterri tant les échanges verbaux sont violents. Le seul rayon de soleil qui illumine les journées de ces ados est le théâtre. La pièce de Marivaux (Le Jeu de l’Amour et du Hasard) révèle que notre condition sociale d’origine nous colle à la peau et qu’il est très difficile d’en sortir. Le mélange des classes n’existe donc pas. Ce cinéma brut est parfois à la limite du supportable. C’est un constat amer et peu optimiste.
Note : 3 étoiles

Lui :
C’est un film assez étonnant, qui, dans un quartier de la bankieue parisienne, fait jouer à ses jeunes personnages des scènes de Marivaux pour montrer la difficulté de sortir de son milieu. En dehors de ces scènes, on voit une relation tenter de se tisser entre un garçon, utilisant (malgré lui) des méthodes presque mafieuses pour déclarer son amour à sa belle. Le parallèle et l’opposition sont assez brutaux mais assez efficaces. Le film est très réaliste, utilisant des plan très rapprochés sur les personnages dont les dialogues sont le plus souvent vraiment durs à suivre tant ils sont « réalistes ».
Note : 3 étoiles

Acteurs: Sara Forestier, Osman Elkharraz
Voir la fiche complète du film et la filmographie de Abdel Kechiche

Voir les autres films de Abdel Kechiche chroniqués sur ce blog…

5 mars 2005

Dirty Pretty Things (2002) de Stephen Frears

Dirty pretty thingsElle :
Stephen Frears se lance dans une sorte de thriller social qui se passe dans le milieu très cosmopolite des immigrés clandestins de Londres. Ambiance chirurgicale et musique stressante pour témoigner de l’enfer que vivent ces sans-papiers. Cette peinture sociale observe leur quotidien : problèmes de logement, traque de la police, ateliers clandestins, prostitution et trafic d’organes pour pouvoir se payer un passeport. Audrey Tautou est plus convaincante dans ce rôle de jeune turque pourchassée par les services d’immigration ; elle a perdu son sourire d’ingénue. Sergi Lopez en fait un peu trop en grand méchant. Bien qu’un peu trop morbide, le réalisateur a le mérite d’aborder avec sensibilité un sujet peu porteur et de nous ouvrir les yeux sur l’univers souterrain des petites mains (balayeurs, gardiens, couturières).
Note : 4 étoiles

Lui :
En voulant montrer dans quel environnement les clandestins doivent survivre à Londres, Stephen Frears a certainement donné trop d’importance à un trafic d’organes, ce qui tend un peu à occulter (ou du moins faire passer au second plan) la peinture sociale alors que c’est cet aspect qui est le plus réussi dans ce film. Audrey Tautou n’est pas très crédible en immigrée turque avec un jeu très sec et froid. Sergi Lopez en rajoute des tonnes dans son rôle de méchant.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Audrey Tautou, Chiwetel Ejiofor, Sergi López
Voir la fiche du film et la filmographie de Stephen Frears sur le site IMDB.

Voir les autres films de Stephen Frears chroniqués sur ce blog…

3 mars 2005

Le chien enragé (1949) d’ Akira Kurosawa

Titre original : « Nora inu »

ChienenrageElle :
Le Chien Enragé est parmi les premiers films du maître du cinéma japonais. Ce n’est pas le plus abouti mais il laisse augurer du talent et du style du cinéaste dans ses films futurs. Un vol de pistolet d’un inspecteur de police est le pivot du film. Celui-ci dans la crainte de se faire renvoyer, se met à la recherche de l’objet avec une pugnacité étonnante tel un chien enragé. Dans le Japon d’après-guerre, il parcourt sans relâche les bas-fonds de la ville. Cela revient à chercher une aiguille dans une botte de foin. Kurosawa ausculte les tourments de l’âme humaine qui balance entre le Bien et le Mal. Il s’attarde sur les visages perlés de sueur, les corps assoupis, la foule. C’est très bien cadré dans du beau noir et blanc. Ce qu’on peut reprocher c’est certaines longueurs et peut-être une enquête qui manque d’intensité dans ses ressorts.
Note : 3 étoiles

Lui :
Se situant dans les tout premiers films de Kurosawa, ce polar moite et caniculaire apparaît bien moins abouti que d’autres films qu’il réalisera ensuite : L’histoire est moins riche et passionnante et semble surtout un prétexte pour nous montrer les bas quartiers de Tokyo et amener une certaine réflexion sur la notion de bien et de mal. Il y a beaucoup d’humanité dans son propos, humanité qui est appuyée par ses cadrages en très gros plan.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Toshirô Mifune
Voir la fiche du film et la filmographie de Akira Kurosawa sur le site IMDB.

Voir les autres films de Akira Kurosawa chroniqués sur ce blog…

2 mars 2005

« Kitchen Stories » (2003) de Bent Hamer

Titre original : « Salmer fra kjøkkenet »

Kitchen storiesElle :
Un film suédois insolite et sensible sur la solitude de vieux garçons et le ridicule de la bureaucratie. Cette curiosité visuelle démarre au quart de tour par l’envoi d’observateurs suédois en Norvège afin d’analyser les trajets quotidiens d’hommes célibataires dans leur cuisine. Ils vivent dans de drôles de caravanes et restent perchés toute la journée sur une très haute chaise afin d’observer leur sujet. Le thème est hors du comment et difficilement crédible tant c’est déjanté Pas de dialogue au début entre nos deux personnages, puis quelques mots échangés et enfin des repas partagés. Le désir de compagnie, d’échange et de partage réduit à néant cette étude sociologique. Le réalisateur parsème l’histoire de bonnes trouvailles visuelles et humoristiques.
Note : 4 étoiles

Lui :
C’est certes une situation très originale pour traiter de la difficulté de communication entre les personnes, mais le film s’étire en longueurs et le côté cocasse s’use très vite.
Note : pas d'étoiles

Acteurs: Joachim Calmeyer, Tomas Norström
Voir la fiche complète du film et la filmographie de Bent Hamer

1 mars 2005

Du silence et des ombres (1962) de Robert Mulligan

Titre français : « To kill a mockingbird »

To Kill a MockingbirdElle :
Film méconnu du réalisateur du célèbre Un été 42 qui mérite le détour. Mis à part quelques longueurs et un ton assez moralisateur, Robert Mulligan exalte les valeurs humanistes, l’importance de la famille et plaide pour l’égalité des droits pour les noirs. Pour ce faire, il plante le décor dans une bourgade du fin fond de l’Alabama où un père avocat (Gregory Peck) élève seul ses deux enfants avec courage et modestie. To Kill a MockingbirdIl défend un noir accusé de viol sur une blanche. Pour rendre compte de la complexité de l’âme humaine, il joue avec l’ombre et la lumière, choisit des éclairages de nuit au clair de lune. Ainsi, il crée une ambiance presque mystique pour décrire les peurs infondées, la confrontation des enfants avec le monde des adultes, le racisme féroce des villageois contre le noir accusé de meurtre. Un film à redécouvrir.
Note : 4 étoiles

Lui :
Sans être dénué de qualités, ce film de Mulligan souffre d’une lenteur certaine dans son développement et d’un certain conformisme dans le propos (tout louable qu’il soit). Bonne interprétation, y compris des trois personnages enfants.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Gregory Peck, Robert Duvall
Voir la fiche du film et la filmographie de Robert Mulligan sur le site IMDB.