10 avril 2019

Louise en hiver (2016) de Jean-François Laguionie

Louise en hiverÀ la fin de l’été, Louise rate le dernier train de la saison et reste seule dans la petite station balnéaire de Biligen. Les tempêtes et grandes marées d’équinoxe condamnent l’électricité mais cela n’entame pas la détermination de Louise à faire face. La solitude encourage aussi bien ses rêves éveillés que ses souvenirs…
Le français Jean-François Laguionie réalise un long métrage d’animation en moyenne tous les cinq ans seulement. Pour écrire le scénario de Louise en hiver, son cinquième, il a en partie puisé dans ses propres souvenirs d’enfance de vacances en Normandie. La technique utilisée mêle l’animation traditionnelle en 2D à des images de synthèse 2D. Le résultat est très beau, le rendu donnant l’impression d’une aquarelle animée. Le réalisateur a par ailleurs affirmé son attirance pour la peinture du début du XXe siècle et pour des peintres de rivages comme Jean-Francis Auburtin ou Henri Rivière. Cette approche esthétique favorise la création d’une atmosphère forte et les notes poétiques viennent s’insérer délicatement au récit. Le fond du propos tourne autour de la solitude et de la vieillesse, mais aussi de la sagesse, des souvenirs qui s’invitent sans prévenir, de cette part de rêve qui est en chacun de nous. A noter que Jean-François Laguionie est âgé de 76 ans au moment de la sortie du film, ce qui explique la richesse sous-jacente de sa réflexion. Louise en hiver est ainsi non seulement beau mais aussi bien plus profond qu’il ne paraît.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Dominique Frot
Voir la fiche du film et la filmographie de Jean-François Laguionie sur le site IMDB.

Voir les livres sur Jean-François Laguionie

Louise en hiver
Louise en hiver de Jean-François Laguionie.

23 mars 2019

Edward aux mains d’argent (1990) de Tim Burton

Titre original : « Edward Scissorhands »

Edward aux mains d'argentDépitée de ne pas parvenir à vendre ses cosmétiques dans son propre quartier, Peg grimpe jusqu’au sombre château délabré qui domine la ville. Elle y découvre Edward, un jeune homme à l’air perdu qui a ciseaux à la place des mains. Le vieil inventeur qui l’a créé n’a pas eu le temps de le finir avant de mourir. Elle décide de le prendre sous son aile et l’installe chez elle…
Ecrit par Caroline Thompson et Tim Burton, Edward aux mains d’argent est un conte philosophique particulièrement riche. Il aborde en effet de nombreuses thématiques. C’est bien entendu en premier un regard sur la différence, sur la monstruosité qui n’est pas là on pense la voir. C’est aussi une satire de l’american way of life avec ce quartier résiduel propret (Tim Burton s’est inspiré du quartier où il a passé son enfance, une banlieue résidentielle de Burbank en Californie), avec l’individualisme ou encore le culte de l’objet. C’est l’occasion d’une confrontation intéressante entre le conformisme et le fantastique, qui s’accordent tout d’abord pour s’opposer ensuite. On y trouve aussi une réflexion sur la découverte de soi, sur l’éclosion de son esprit créatif. Tout l’art de Tim Burton est de garder une grande simplicité dans son récit tout en parvenant à une symbiose parfaite de tous ces éléments. Johnny Depp, avec un jeu étrange, presque muet, a vu sa carrière lancée avec ce film. Et Tim Burton s’est retrouve associé durablement au mouvement gothique.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Johnny Depp, Winona Ryder, Dianne Wiest, Anthony Michael Hall, Kathy Baker, Vincent Price
Voir la fiche du film et la filmographie de Tim Burton sur le site IMDB.

Voir les livres sur Tim Burton

Edward aux mains d'argent
Johnny Depp et Winona Ryder dans Edward aux mains d’argent de Tim Burton.

Edward aux mains d'argent
Le quartier résidentiel (après les taillages de buissons faits par Edward) dans Edward aux mains d’argent de Tim Burton.

Edward aux mains d'argent
Kathy Baker dans Edward aux mains d’argent de Tim Burton.

Edward aux mains d'argent
Edward aux mains d’argent de Tim Burton marque la dernière apparition au cinéma de Vincent Price.

17 mars 2017

Jusqu’au bout du monde (1991) de Wim Wenders

Titre original : « Bis ans Ende der Welt »

Jusqu'au bout du mondeDans un futur proche (1999), alors que la Terre est menacée par un satellite atomique dont on a perdu le contrôle, Claire Tourneur se voit confier un magot par des truands pour le convoyer. Elle prend en stop Trevor McPhee dont elle tombe amoureuse… Jusqu’au bout du monde est un film ambitieux de Wim Wenders. D’une durée initiale de neuf heures, il fut ramené à cinq puis à trois heures pour sa sortie commerciale en 1991. Le film se trouve divisé en deux parties : avant et après une explosion atomique. La première est une suite d’aventures dans plusieurs capitales du monde, une sorte d’errance où Claire recherche Trevor, le trouvant parfois pour mieux le reperdre. Rien de bien passionnant (à mes yeux du moins) si ce n’est la vision du futur que nous présente Wenders : un monde où l’image tient une grande place au travers de différents gadgets électroniques. Etrangement, la technologie semble comme usée, avec des animations ludiques dérisoires. Et c’est une technologie qui semble plus subie que choisie. Cette première partie est en outre plombée par l’interprétation très artificielle de Solveig Dommartin. La seconde partie s’apparente plus à un conte philosophique : dans un laboratoire perdu au milieu de l’Australie, un chercheur tente de transmettre des images mentales à une aveugle. Wenders s’interroge sur le pouvoir de l’image, sa capacité à dépersonnaliser l’individu si elle devient autonome, et plusieurs questions corollaires telle que : notre vécu, notre histoire peuvent-ils se caractériser par une suite d’images ? Ce sont des questions intéressantes à priori mais il est bien difficile de ne pas décrocher car l’approche de Wenders paraît inutilement alambiquée, plutôt emphatique… et le film est bien long.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: William Hurt, Solveig Dommartin, Sam Neill, Max von Sydow, Jeanne Moreau, Rüdiger Vogler
Voir la fiche du film et la filmographie de Wim Wenders sur le site IMDB.

Voir les autres films de Wim Wenders chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Wim Wenders

Versions :
– Version commerciale (1991) : 179 mn (version vue ici)
– Version Director’s Cut (2015) : 280 mn (seule version disponible aujourd’hui, me semble t-il)

Jusqu'au bout du monde
Solveig Dommartin et William Hurt dans Jusqu’au bout du monde de Wim Wenders.

15 mars 2017

Les Ailes du désir (1987) de Wim Wenders

Titre original : « Der Himmel über Berlin »

Les ailes du désir A Berlin, les anges Cassiel (Otto Sander) et Damiel (Bruno Ganz) veillent sur les humains et recueillent depuis des siècles leurs monologues intérieurs et tout ce qui chez eux traduit une recherche de sens et de beauté… Les Ailes du désir marque la fin de la période américaine de Wim Wenders. Il revient en Allemagne pour signer un film sur Berlin, y mettant tout ce que la ville représente pour lui. Son film est une fable poétique et philosophique, marquée par la mélancolie et le désir de construire un avenir commun où l’amour universel et la grâce devront avoir une place. C’est aussi une réflexion sur l’Histoire, le poids du passé est très présent, celui de la guerre et de la reconstruction (ce qui a fait dire à certains que Wenders faisait son Allemagne Année Zéro) et celui de la partition de la ville, symbolisée par cette Potsdamer Platz devenue un gigantesque no man’s land entouré de ruines (le mur sera détruit deux ans plus tard). Les Ailes du désir est vraiment enthousiasmant par sa forme, avec une belle utilisation du noir et blanc (la vision des anges) et de la couleur (la vision des humains) et une merveilleuse photographie signée par le grand Henri Alekan. Le film est également plein de trouvailles cinématographiques qui ajoutent à la poésie de l’ensemble. La musique de Nick Cave and the Bad Seeds contribue à restituer l’atmosphère de la ville à la veille de la chute du Mur. Tourné sans scénario formalisé, Les Ailes du Désir apparaît au spectateur comme une véritable œuvre de création.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Bruno Ganz, Solveig Dommartin, Otto Sander, Curt Bois, Peter Falk
Voir la fiche du film et la filmographie de Wim Wenders sur le site IMDB.

Voir les autres films de Wim Wenders chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Les Ailes du désir
Voir les livres sur Wim Wenders
Voir les livres sur Henri Alekan

Les Ailes du désir
Solveig Dommartin dans Les Ailes du désir de Wim Wenders.

Les Ailes du désir
Bruno Ganz et Solveig Dommartin dans Les Ailes du désir de Wim Wenders.

Les Ailes du désir
Peter Falk dans Les Ailes du désir de Wim Wenders.

Remarques :
* Le personnage de Peter Falk a été ajouté à mi tournage.

* Wim Wenders raconte qu’il a inséré la mention « à suivre » en fin de film pour laisser espoir à Otto Sander qu’il pourrait lui-aussi jouer un ange qui devient humain, mais sans savoir du tout s’il ferait un tel film ou non. Il le fit néanmoins sept ans plus tard : Si loin, si proche! (In weiter Ferne, so nah!) (1993).

* Anecdote (racontée par Wenders) : n’ayant pu obtenir l’autorisation de filmer entre les deux murs (Wim Wenders avait pourtant un bon contact avec l’Est mais le fait qu’un ange puisse traverser le mur était inconcevable à leurs yeux), un décor fut reconstitué pour la scène qui s’y déroule. Pour faire plus vrai, une centaine de lapins furent introduits (car l’entre-deux-murs était le paradis des lapins) et ils devinrent un gros problème car ils n’arrêtaient pas de copuler en arrière plan. Seuls quelques-uns sont visibles à l’écran.

11 avril 2012

Zardoz (1974) de John Boorman

Titre original : « Zardoz »

ZardozDans un futur lointain, après un holocauste nucléaire, la terre est partagée en deux zones : les Terres extérieures (Outlands) et le Vortex, séparés par un champ de force. Dans le Vortex vivent un petit nombre d’immortels qui maintiennent la population des Terres extérieures à un bas niveau en armant un petit groupe de tueurs, les Exterminateurs. Ceux-ci sont persuadés d’œuvrer pour la divinité Zardoz, un gigantesque masque humain flottant dans l’air. L’un d’entre eux, Zed, réussit à pénétrer dans ce masque et à s’introduire dans le Vortex, chez les Immortels… Après l’abandon de son projet d’adaptation du Seigneur des Anneaux, John Boorman met sur pied Zardoz dont il a écrit le scénario. A mi-chemin entre le film de science-fiction et le conte philosophique, Zardoz est un film assez unique en son genre. L’histoire est assez élaborée, même si les points fondamentaux soulevés ne sont pas nouveaux, mais, hélas, elle comporte aussi de grandes zones un peu brumeuses. Boorman ajoute une dose de mysticisme qui, si elle colle bien à son époque, parait un peu désuète aujourd’hui. Il reste un certain onirisme plaisant et l’ensemble sait éveiller notre intérêt. L’image est assez belle, le film fut tourné en Irlande, et de nombreuses scènes font l’objet d’effets visuels psychédéliques, eux aussi tout à fait dans l’époque des années soixante dix. Le film n’est pas dénué d’humour, ne serait-ce que ce clin d’œil au livre de Frank Baum The Wizard of Oz (Le magicien d’Oz) pour expliquer le titre. Original et unique, Zardoz a un certain charme qui lui permet de résister au temps.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Sean Connery, Charlotte Rampling, Sara Kestelman, John Alderton
Voir la fiche du film et la filmographie de John Boorman sur le site IMDB.

Voir les autres films de John Boorman chroniqués sur ce blog…