31 décembre 2008

Sommaire de décembre 2008

Dead ManL'âge des ténèbresDie hard 4 - Retour en enferReservoir dogsRaisons d'EtatLes amants diaboliquesLa femme du boulangerLa belle de Moscou

Dead Man

(1995) de Jim Jarmusch

L’âge des ténèbres

(2007) de Denys Arcand

Die hard 4 – Retour en enfer

(2007) de Len Wiseman

Reservoir dogs

(1992) de Quentin Tarantino

Raisons d’Etat

(2006) de Robert De Niro

Les amants diaboliques

(1943) de Luchino Visconti

La femme du boulanger

(1938) de Marcel Pagnol

La belle de Moscou

(1957) de Rouben Mamoulian

The BubbleC.R.A.Z.Y.L'insoumiseReine de beautéLa vérité ou presqueLe rêve de CassandreBiancaSempre Vivu !

The Bubble

(2006) de Eytan Fox

C.R.A.Z.Y.

(2005) de Jean-Marc Vallée

L’insoumise

(1938) de William Wyler

Reine de beauté

(1935) de Mervyn LeRoy

La vérité ou presque

(2007) de Sam Karmann

Le rêve de Cassandre

(2007) de Woody Allen

Bianca

(1984) de Nanni Moretti

Sempre Vivu !

(2007) de Robin Renucci

Quinze jours ailleurs30Le CaïdMère fille, Mode d'emploiBaby Boy FrankieHors d'atteinteLe voile des illusionsMadame porte la culotte

Quinze jours ailleurs

(1962) de Vincente Minnelli

4:30

(2005) de Royston Tan

Le Caïd

(1942) de Lewis Seiler

Mère fille, Mode d’emploi

(2007) de Garry Marshall

Baby Boy Frankie

(1961) de Allen Baron

Hors d’atteinte

(1998) de Steven Soderbergh

Le voile des illusions

(2006) de John Curran

Madame porte la culotte

(1949) de George Cukor

Naissance des pieuvresBoarding Gate

Naissance des pieuvres

(2007) de Céline Sciamma

Boarding Gate

(2007) de Olivier Assayas

Nombre de billets : 26

31 décembre 2008

Dead Man (1995) de Jim Jarmusch

Le FleuveElle :
(pas vu)

Lui :
A la fin du XIXe siècle, le jeune citadin William Blake traverse les Etats-Unis pour aller prendre un poste de comptable dans le fin fond du Far West. Peu après son arrivée, il va se retrouver accusé de meurtre. Malgré la balle qu’il a reçue, il prend la fuite et un indien errant débonnaire le prend sous sa protection. Western totalement atypique, Dead Man est une course poursuite sous forme de déambulation lente dans un environnement naturel à la frontière de l’onirique. C’est en fait surtout le lent voyage du monde des vivants vers la mort, un voyage que Jarmusch a voulu poétique, il met dans la bouche de l’indien Nobody des phrases du poète anglais William Blake (1757-1827) ; il l’a aussi voulu esthétique : tourné en noir et blanc, Dead Man comporte des plans de toute beauté. Il en découle une atmosphère très forte, une ambiance shamanique amplifiée par la lenteur envoûtante et les notes tranchantes de Neil Young, à la seule guitare électrique saturée, qui semblent parfois déchirer l’espace. Dead Man n’est sans doute pas un film très profond mais il faut accepter de se laisser happer par son atmosphère envoûtante.
Note : 4 étoiles

Acteurs: Johnny Depp, Gary Farmer, Lance Henriksen
Voir la fiche du film et la filmographie de Jim Jarmusch sur le site IMDB.

Voir les autres films de Jim Jarmusch chroniqués sur ce blog…

30 décembre 2008

L’âge des ténèbres (2007) de Denys Arcand

L'Âge des ténèbresElle :
Dans le dernier volet de sa trilogie, Denys Arcand donne une vision bien pessimiste du monde qui nous entoure. Cette satire qui oscille entre la férocité et la cocasserie, dépeint une société davantage passionnée par les écrans que par la vraie relation humaine. Les fantasmes remplissent le vide du quotidien et le désamour. On peut regretter que le scénario ait tendance à s’essouffler.
Note : 2 étoiles

Lui :
L’âge des ténèbres est le troisième et ultime volet de la trilogie que Denys Arcand avait commencée avec le Déclin de l’Empire Américain et Les invasions barbares. Elle porte bien son nom car la vision que le cinéaste nous propose est assez noire. Il nous montre les frustrations et désirs d’un homme à la vie très terne bien qu’en apparence aisée et qui se réfugie dans ses fantasmes, sexuels et professionnels. Denys Arcand exagère, non sans humour, les travers de la société québécoise qui l’entoure que ce soit sur le plan environnemental ou comportemental. Sa vision semble en tout cas assez désabusée, tout semble vain et repose sur l’esbroufe, à l’image du service de la Protection du Citoyen où travaille son personnage principal, un département qui ne sert à rien et n’a aucun pouvoir. L’âge des ténèbres souffre hélas de quelques longueurs, dans le passage moyenâgeux notamment où l’allégorie est un peu appuyée et peut-être un peu inutile. Marc Labrèche fait une très belle prestation. C’est un acteur connu au Québec mais beaucoup moins en France.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Marc Labrèche, Diane Kruger, Sylvie Léonard, Caroline Néron
Voir la fiche du film et la filmographie de Denys Arcand sur le site IMDB.
Voir les autres films de Denys Arcand chroniqués sur ce blog…

28 décembre 2008

Die hard 4 – Retour en enfer (2007) de Len Wiseman

Titre original : « Live free or die hard »

Die hard 4 - Retour en enferElle :
(pas vu)

Lui :
12 ans après Die Hard 3, John McClane reprend du service pour Die Hard 4. Le principe de base reste le même : face à un adversaire particulièrement intelligent et utilisant une technologie de pointe, la stratégie adoptée est de baisser la tête et de foncer dans le tas. Le méchant du 3e volet cambriolait la réserve fédérale, le méchant du 4e volet cambriole le pays entier (inutile de dire que les scénaristes vont avoir du mal pour Die Hard 5). Retour en enfer est certainement le moins réussi de la série, s’inscrivant plus dans la lignée du film d’action traditionnel. Le côté « jeu du chat et de la souris » qui faisait tout l’attrait des volets précédents est peu présent cette fois-ci et les scénaristes se livrent à une surenchère dans les scènes d’action comme en témoigne le ridicule combat final contre l’avion à vol stationnaire. Ils ont aussi visiblement pris le parti de s’écarter de tout semblant de réalisme.
Note : 2 étoiles

Acteurs: Bruce Willis, Timothy Olyphant, Justin Long, Maggie Q, Cliff Curtis
Voir la fiche du film et la filmographie de Len Wiseman sur le site IMDB.

28 décembre 2008

Reservoir dogs (1992) de Quentin Tarantino

Reservoir DogsElle :
(pas revu)

Lui :
Plus de 15 ans après sa sortie, le premier long métrage de Tarantino continue de bénéficier d’une très forte aura et il ne faut pas avoir peur de passer pour un prude ou un attardé pour critiquer Reservoir Dogs en public… J’avoue ne plus très bien me rappeler qu’elle avait été mon opinion à l’époque mais en le revoyant avec du recul, Reservoir Dogs me laisse une impression similaire à certains de ses autres films : Tarantino fait un cinéma racoleur avec une esthétisation de la violence qui flirte de très très près avec le malsain (Michael Madsen a lui-même avoué avoir eu des grosses difficultés à jouer certaines scènes). Reservoir Dogs a bâti une bonne partie de sa réputation sur les litres d’hémoglobine déversés sur le sol et la scène de torture gratuite du policier. Le scénario n’est pas vraiment le point fort du film, tout est dans la forme. Il faut toutefois reconnaître que Tarantino a réussi un film coup de poing, qui a une construction originale, avec des gangsters verbeux (aspect que je trouve personnellement assez amusant) et aussi une excellente utilisation de la musique. Les éléments principaux du style Tarantino sont déjà là.
Note : 2 eacute;toiles

Acteurs: Harvey Keitel, Tim Roth, Steve Buscemi, Michael Madsen, Chris Penn
Voir la fiche du film et la filmographie de Quentin Tarantino sur le site IMDB…
Voir les autres films de Quentin Tarantino chroniqués sur ce blog…

24 décembre 2008

Raisons d’Etat (2006) de Robert De Niro

Titre original : « The good shepherd »

 Raisons d’Etat Elle :
(pas vu)

Lui :
Il ne faut s’attendre à un film d’espionnage classique en visionnant Raisons d’Etat ; il ne faut pas non plus s’attendre à une histoire de la CIA, même si l’on peut bien entendu identifier des évènements réels au cours du récit. Robert de Niro nous livre un film totalement à part, assez étonnant. Nous suivons le parcours d’un homme de la fin des années 30 aux années 60, un homme à l’apparence terne d’un employé modèle et dont le mutisme et la froideur vont le porter jusqu’au sommet de la CIA. Raisons d’Etat est donc une réflexion sur cet engagement total qui va presque jusqu’à la perte d’identité. Il nous donne aussi une idée du mode de fonctionnement interne d’un service de renseignements mais il le fait, non pas à la mode hollywoodienne habituelle en jouant sur le spectaculaire, non, il le fait en montrant l’importance des relations entre les individus, avec cet impossible équilibre entre méfiance et confiance, et aussi en soulignant les errements, les sacrifices inutiles. Le fond du propos est assez noir, désabusé. C’est en tout cas une vision très différente, possible aujourd’hui après l’arrêt de la guerre froide bien entendu, mais aussi après le 11 septembre qui a fait naître un bon nombre d’interrogations sur le fonctionnement et le rôle des services secrets. De Niro réussit à faire un film de démystification étonnamment profond. Raisons d’Etat est un vrai film d’auteur servi par une interprétation sans faille. Le film se déroule sur un rythme assez lent (165 minutes) mais sans que cela ne se ressente vraiment car l’atmosphère est constamment forte.
Note : 5 étoiles

Acteurs: Matt Damon, Angelina Jolie, Alec Baldwin, William Hurt, John Turturro, Eddie Redmayne
Voir la fiche du film et la filmographie de Robert De Niro sur le site IMDB.

23 décembre 2008

Les Amants diaboliques (1943) de Luchino Visconti

Titre original : « Ossessione »

Les amants diaboliquesElle :
(pas vu)

Lui :
Trois ans avant Tay Garnett, Luchino Visconti adapte le roman de James Cain Le facteur sonne toujours deux fois. Sa version a une portée qui dépasse largement la simple adaptation d’un roman policier ; Les Amants diaboliques, le premier film de Visconti, est l’un des tous premiers grands films à s’inscrire dans le courant néo-réaliste italien. L’intrigue policière est complètement transfigurée et sert de support à un drame social mettant en relief la pauvreté des campagnes italiennes. Le film fit d’ailleurs scandale : misère et chômage plus adultère ne correspondait guère à l’image que l’Italie de Mussolini voulait se donner d’elle-même. Visconti met aussi l’accent sur ses personnages : le titre original (en italien, ‘Ossessione’ signifie ‘Obsession’ dans le sens ‘hantise’) est bien plus représentatif du film que le titre français, plus racoleur Les Amants diaboliques. Gino, son personnage principal, est rongé par le remords. Enfin, il faut remarquer la façon dont Visconti utilise la caméra, une façon très libre, à l’opposé de tout académisme, une façon très novatrice par les mouvements, la profondeur de champ. S’il s’agissait de son premier film, Visconti ne découvrait pas le cinéma : il avait été auparavant l’assistant de Renoir qui l’a influencé, au même titre que Carné ou Duvivier. Les Amants diaboliques est donc une date dans le cinéma italien mais c’est aussi (et surtout) un film tragique, très fort, sombre et fataliste.
Note : 4 étoiles

Acteurs: Clara Calamai, Massimo Girotti, Juan de Landa, Elio Marcuzzo
Voir la fiche du film et la filmographie de Luchino Visconti sur le site IMDB.
Voir les autres films de Luchino Visconti chroniqués sur ce blog…

Le roman de James Cain a été porté 4 fois à l’écran :
Le dernier tournant de Pierre Chenal (1939) avec Michel Simon et Fernand Gravey
Ossessione (Les amants diaboliques) de Visconti en 1943.
The postman always ring twice (Le facteur sonne toujours deux fois) célèbre film noir de Tay Garnett (1946) avec le couple Lana Turner / John Garfield,
The postman always ring twice (Le facteur sonne toujours deux fois) de Bob Rafelson en 1981, version plus racoleuse avec Jessica Lange et Jack Nicholson.
En outre, Chair de Poule de Julien Duvivier (1963) avec Robert Hossein et Catherine Rouvel présente de grandes analogies avec le roman de James Cain.

23 décembre 2008

La femme du boulanger (1938) de Marcel Pagnol

La femme du boulangerElle :
(En bref) Aimable, boulanger d’une petit village de Provence, est marié à une belle femme qui s’ennuie un peu et rêve d’autre chose… Librement adapté de Jean Le Bleu de Jean Giono, La femme du boulanger est proche de l’esprit de la Trilogie (Marius, Fanny, César). Un très bon film, malgré quelques longueurs, avec de truculents passages avec Maillefer.
Note : 4 étoiles

Lui :
(En bref) Raimu occupe tout l’écran et a parfois une fâcheuse tendance à surjouer son personnage. L’ensemble est bien entendu très plaisant mais il manque la magie des grands Pagnol. La scène du retour d’Aurélie est restée célèbre.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Raimu, Ginette Leclerc, Fernand Charpin, Edouard Delmont, Charles Moulin
Voir la fiche du film et la filmographie de Marcel Pagnol sur le site IMDB.

Voir les autres films de Marcel Pagnol chroniqués sur ce blog… 

22 décembre 2008

La belle de Moscou (1957) de Rouben Mamoulian

Titre original : « Silk stockings »

La belle de Moscou Elle :
(pas vu)

Lui :
La Belle de Moscou est la seconde adaptation à l’écran du roman de l’hongrois Melchior Lengyel et il est inévitable de la comparer à la version que Lubitsch avait tourné presque 20 ans plus tôt, le merveilleux Ninotchka. La comparaison n’est pas du tout à l’avantage du film de Mamoulian. Certes, Cyd Charisse n’a pas le magnétisme de Greta Garbo mais ce n’est pas sa performance qui pose problème :  elle se tire très bien de ce rôle à deux facettes, une femme soviétique rigide et froide qui va peu à peu succomber aux charmes de Paris. On lui doit même les meilleures scènes. La transformation en comédie musicale est, en revanche, loin d’être réussie (1) : d’une part, Fred Astaire avait alors 57 ans et donc montrait tout de même moins de grâce dans son jeu et ensuite, les numéros musicaux ne sont dans l’ensemble pas franchement réussis, souvent précipités et assez fades. La belle de Moscou Le clou du film est incontestablement le numéro de danse Silk Stockings où Cyd Charisse effectue une véritable mutation, passant de son habit austère à une robe de soirée du plus bel effet, scène qui a flirté de très près avec les limites de la censure. Au chapitre des curiosités, on pourra noter un Peter Lorre empâté en apparatchik empoté et un numéro musical rock’n roll de Fred Astaire, le seul de sa carrière (numéro pas très convaincant, assez poussif). On pourra aussi s’amuser de l’anticommunisme caricatural, à prendre au second degré. La Belle de Moscou sera le dernier film (achevé) de Rouben Mamoulian. Les meilleurs réalisateurs ne finissent pas toujours en beauté…
Note : 1 eacute;toiles

Acteurs: Fred Astaire, Cyd Charisse, Janis Paige, Peter Lorre
Voir la fiche du film et la filmographie de Rouben Mamoulian sur le site IMDB.
Voir les autres films de Rouben Mamoulian chroniqués sur ce blog…

(1) Le film de Mamoulian est en fait l’adaptation à l’écran d’une pièce à succès de Broadway qui était elle-même une transposition chantée du Ninotchka de Cole Porter (500 représentations à l’Imperial Theater avec Hildegarde Neff et Don Ameche).

21 décembre 2008

The Bubble (2006) de Eytan Fox

Titre original : « Ha-Buah »

The BubbleElle :
Eytan Fox est vraiment un réalisateur à découvrir. Il nous offre un regard neuf, idéaliste, mêlé d’espoir et de désespoir sur la société israélienne et sur le conflit avec les palestiniens. Ses films sont d’une grande richesse de thèmes, sans crainte d’aborder les sujets tabous comme l’homosexualité qui est toujours mal acceptée dans ces sociétés conservatrices. Il montre aussi avec justesse l’humiliation vécue par les palestiniens aux check points israéliens. C’est à travers le regard de trois jeunes qui vivent dans le quartier branché de Tel Aviv appelé « La Bulle » que l’on plonge avec subtilité dans le quotidien de cette ville et dans la vie pétillante de cette jeunesse ivre de liberté et de plaisirs. Le choc des cultures et modes de vie est évident. Ces jeunes gens pacifiques, et bien entendu surtout préoccupés par leur relations amoureuses, vont être confrontés au conflit avec la rencontre d’un palestinien homosexuel qui vient vivre en colocation avec eux. Cette jeunesse est belle, attachante, vivante, insouciante, pleine d’espoir naïf mais prête aussi à tendre la main. Hélas la vengeance reprend ses droits dès que la confiance est bafouée. La musique tient une grande place dans le film.
Note : 5 étoiles

Lui :
The Bubble nous fait découvrir une certaine jeunesse de Tel-Aviv qui a une forte soif de vivre et qui aspire à une vie plus en harmonie avec les palestiniens. Eytan Fox met en scène trois co-locataires, deux garçons homosexuels et une fille. L’un des garçons a une liaison avec un palestinien. On pourra peut-être reprocher à Eytan Fox de dresser un portrait idéalisé de ces jeunes : ils sont parfaits, s’affranchissent des tabous tout en restant très sages. Mais c’est aussi ce qui fait l’attrait de The Bubble de nous montrer ce besoin d’harmonie et de paix. Et Eytan Fox le fait bien, sans prendre parti, en trouvant un juste équilibre entre la comédie et le drame. L’homosexualité est particulièrement bien traitée, avec des scènes d’amour sans vulgarité et d’une grande douceur. Après tout cet optimisme, la fin, peut-être un peu maladroite, fait revenir en force le pessimisme et ce sentiment de marcher sur un fil : le faux pas n’est pas permis. Un très beau film plein d’espoir.
Note : 5 étoiles

Acteurs: Ohad Knoller, Yousef Sweid, Daniela Virtzer, Alon Friedman
Voir la fiche du film et la filmographie de Eytan Fox sur le site imdb.com.

Voir les autres films de Eytan Fox chroniqués sur ce blog…

Homonyme:
Bubble de Steven Soderbergh (2006)